Archives par étiquette : Tribune

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

 Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? François-Xavier Fauvelle (Collège de France)

Texte intégral : ci-dessous et et en pièce jointe.

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? »

François-Xavier Fauvelle, historien et archéologue spécialiste de l’Afrique, professeur au Collège de France titulaire de la chaire « Histoire et Archéologie des mondes africains »

L’historien interpelle, dans une tribune au « Monde », Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, après le plaidoyer de celui-ci en faveur d’une recherche plus compétitive. Ce n’est pas, estime le professeur au Collège de France, ce qui améliorera les performances, mais ce qui les entrave aujourd’hui et pourrait les détruire demain.

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Les propos d’Antoine Petit ne sont ni tout à fait neufs ni surtout de nature à améliorer le système français de recherche. Ils s’inscrivent dans une histoire déjà longue de gouvernance managériale du milieu académique, appliquée par tous les gouvernements successifs depuis deux décennies et dont M. Petit est aujourd’hui l’instrument. Le mot d’ordre de cette gouvernance est : soyez plus « compétitifs ». Les moyens pour y parvenir sont la précarisation, l’évaluation, et à présent la sélection darwinienne.

Un supposé « modèle américain » caricaturé

Continuer la lecture

Tribune. « Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité »

Le monde de la recherche française a bondi deux fois en une seule journée, le mardi 26 novembre : le matin, en lisant les propos du président-directeur général du CNRS [publiés dans le quotidien Les Echos], et le soir en visionnant le discours du président de la République pour les 80 ans de cette institution.

Le premier, Antoine Petit, résumait ainsi l’idéologie qui sous-tend la future loi de programmation de la recherche, dont la présentation est prévue pour février 2020 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

 

La tribune :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/06/le-darwinisme-social-applique-a-la-recherche-est-uneabsurdite_6021868_3232.html?fbclid=IwAR3hkeK5Bo40bZzjZGevDi4dxWy92k2oIMvMZsv0_A2uIdjlrb10pkToCF4

La pétition : https://www.petitions.fr/recherche__non_a_une_loi_inegalitaire

Continuer la lecture

Tribune. Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Trois semaines après la tentative d’immolation par le feu d’un étudiant de Lyon-II devant le Crous, des étudiants de son université dénoncent la précarité grandissante qui les frappe et exhortent à « ne pas considérer comme normale la misère qui [les] traverse »

Tribune. « La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers » 7 décembre 2019. Le monde

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/07/la-notion-de-genocide-est-un-mot-clef-dans-la-politique-nigeriane-employe-a-tort-et-a-travers_6022047_3212.html?fbclid=IwAR0OtEG5xaE03Qfj3mWucAztzsfdJ2Uq2Mb6ajXKugbZ5U8PE3uqAPaNDnc

« La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers »

Après l’article de Bernard-Henri Lévy dénonçant des massacres perpétrés contre des chrétiens au centre du Nigeria, plusieurs spécialistes du pays appellent à traiter ce sujet avec moins d’approximations.

Publié le 07 décembre 2019 à 13h42, mis à jour à 08h24 Temps de Lecture 6 min.

Publié dans Paris Match jeudi 5 décembre, un article signé par Bernard-Henri Lévy lance un SOS pour les chrétiens du Nigeria. Selon lui, les Fulanis musulmans (aussi appelés Peul en Afrique francophone) seraient sur le point de commettre un « génocide » contre les chrétiens du pays. Dans n’importe quelle région du monde, l’accusation est grave. Dans un pays de près de 200 millions d’habitants, composé à peu près pour moitié de chrétiens, on pourrait attendre une recherche sérieuse et approfondie.

Pressions économiques et écologiques

L’article, cependant, est un florilège d’approximations, de clichés et d’erreurs factuelles. Surtout, en inscrivant les événements du Nigeria dans un « choc des civilisations » global, en appelant à une solidarité mal informée, il peut contribuer à attiser les violences et à durcir encore les clivages.

Lire aussi Au Nigeria, le fantasme d’un « complot peul » pour islamiser le pays

Le Nigeria connaît effectivement des violences importantes, notamment en son centre, la Middle Belt. Des conflits y opposent régulièrement des éleveurs fulani et d’autres communautés, vivant pour beaucoup de l’agriculture. Depuis des années, journalistes et chercheurs nigérians et étrangers se penchent sur cette question, sur la base d’enquêtes fouillées. Ils et elles nous permettent de mieux comprendre les mécanismes des violences.

Ces travaux montrent ainsi que les questions religieuses ou communautaires sont souvent secondaires par rapport aux pressions économiques et écologiques et à l’échec de l’Etat à les réguler. Sous la houlette de pasteurs fulani, des troupeaux de plus en plus importants quittent en lentes transhumances les savanes du nord pour satisfaire la demande croissante des grandes villes du centre et du sud du pays.

Compétition croissante sur le foncier

Les routes de transhumance, parfois anciennes, traversent les zones agricoles du centre, elles-mêmes en pleine expansion. Le changement climatique contribue sans doute pour une part à la crise actuelle – le centre du pays est plus arrosé et mieux doté en pâturages que le nord. L’Etat a bien du mal à réguler de manière apaisée la compétition croissante sur le foncier.

« Contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est “Fulani”. »

Malgré différentes tentatives (création de couloirs de transhumance ou de vastes ranchs clôturés, par exemple), les autorités nigérianes échouent à trouver des solutions satisfaisantes aux tensions entre éleveurs et agriculteurs. De plus, feuilletage fédéral complexe, marqué par la mauvaise gouvernance et par un fort degré d’impunité des forces de sécurité, l’Etat répond souvent bien mal aux violences qui éclatent. Et contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est « Fulani ».

Lire aussi Au Nigeria, les Peuls pris au piège de la guerre pour la terre

Par ailleurs, le problème ne provient pas uniquement des campagnes. Ainsi, Jos et Kaduna, deux grandes villes du centre du pays, ont connu une série d’émeutes depuis le début des années 2000, pour des raisons économiques et politiques. Les rivalités, qui se déploient au nom d’identités confessionnelles ou communautaires, symbolisent des tensions entre nouveaux arrivants et habitants de la région. Elles doivent aussi à la compétition politique violente que suscitent les élections.

Des Fulani eux aussi victimes de massacres

Selon les règles du fédéralisme nigérian, les supposés nouveaux arrivants n’ont souvent pas les mêmes droits d’accès aux services publics ou au foncier que ceux qui se revendiquent autochtones. De plus, à Jos comme à Kaduna, villes créées à l’époque coloniale, il n’existe que très peu d’autorités « traditionnelles » légitimes susceptibles d’apaiser ces conflits.

« Penser les éleveurs Fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. »

Résumer la violence au centre du pays à un affrontement identitaire est extrêmement simplificateur. Penser les éleveurs fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. Beaucoup ont abandonné l’élevage depuis des générations pour s’installer en ville tandis que d’autres se sont sédentarisés en milieu périurbain ou rural, conservant leurs troupeaux tout en se lançant dans des activités agricoles ou commerciales. Et ces communautés fulani sont régulièrement victimes, elles aussi, de massacres de masse, comme ce fut le cas sur le plateau de Mambilla en 2017.

Instrumentalisation par des fondamentalistes chrétiens

La rumeur d’une invasion du centre et du sud par les musulmans du nord est récurrente. On pourrait remonter aux peurs issues du djihad d’Ousman Dan Fodio, à l’origine de la création du califat de Sokoto au début du XIXe siècle. On pourrait se référer aux débats politiques interminables qui ont précédé l’indépendance du pays en 1960. On pourrait aussi aborder le débat sur l’instauration de la charia dans le nord du Nigeria, qui a occupé tous les législateurs du pays depuis 1960.

Lire aussi Nigeria : l’émir de Kano, entre islam et finance

Les théories sur la « guerre contre la terreur » et le « choc des civilisations » connaissent aussi un grand succès parmi certains groupes chrétiens fondamentalistes nigérians qui n’hésitent pas à propager au Nigeria et parmi la diaspora leur lecture de l’histoire. Au jeu du grand méchant musulman, le nord du pays semble toujours gagner la partie. Et M. Lévy de relier les violences du centre avec celle du nord-est, où les djihadistes de Boko Haram et la répression des forces de sécurité ont tué des dizaines de milliers de personnes depuis 2009.

Peu importe que la majorité des victimes de l’organisation djihadiste soit musulmane (dont bon nombre de pasteurs fulani) plutôt que chrétienne. Peu importe également qu’ailleurs dans le nord, des bandits, souvent des musulmans fulani, s’en prennent aux communautés fulani elles-mêmes ? Rien de tout cela n’empêche M. Lévy d’accuser « les Fulani ».

Manipulation de la notion de « génocide »

Ni les Fulani ni les musulmans ne sont au Nigeria un bloc monolithique. Répartis dans tous les États, ils sont divisés entre sunnites et chiites, différentes confréries soufies et une galaxie de groupes d’inspiration salafiste. Les chrétiens sont eux aussi fragmentés, entre anglicans, catholiques, baptistes et de multiples Eglises pentecôtistes.

« Le terme « génocide » permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux. »

Parmi ces dernières en particulier, alimentées par la vision eschatologique des évangélistes nord-américains, se trouvent des voix pour crier au « génocide ». Depuis la guerre du Biafra (1967 -1970), la notion de « génocide » est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers, manipulé pour parler des violences contre les communautés igbo ou en général contre les chrétiens.

Le terme est commode, sans doute. Il permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux, en jouant notamment sur un sentiment de culpabilité suite à leur manque de réactivité face au génocide des Tutsis rwandais en 1994. Il fait vibrer la fibre humanitaire de tout un chacun et impose l’action d’urgence.

Lire aussi « Au Sahel, les Etats n’assurent même plus la sécurité ou la justice »

Les « sauveurs blancs » n’ont plus qu’à intervenir. Ils pourront signer une pétition, répondre à un appel aux dons, voire créer une ONG. L’auteur nigérian Elnathan John le dit dans son livre satirique Be (com) ing Nigerian, A Guide : « Et toi, l’ONG bénie, que Dieu a élevée au rang de sauveur de tes frères […], tu dois être prête à publier une tribune sur chaque cas potentiel de violation des droits humains ou toute autre cause dont tu as dit à tes bailleurs que tu te chargerais. Il n’est pas nécessaire d’examiner sérieusement l’évènement au préalable. Tu ne veux pas que tes financeurs pensent que tu es mou, en étant le dernier à condamner. »

Vincent Hiribarren (maître de conférences en histoire de l’Afrique contemporaine à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Elodie Apard (directrice adjointe USR 3336 du CNRS, Afrique au Sud du Sahara, Nigeria) ; Kyari Mohammed (historien et ancien vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Reza Zia-Ebrahimi (maître de conférences en histoire à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Saleh B. Momale (Kaduna State Peace Commission, Nigeria) ; Adam Higazi (University of Amsterdam) ; Toby Green (maître de conférences en histoire et culture de l’Afrique Lusophone à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Abdoullahi Liman Tukur, Vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Laurent Fourchard (directeur de recherche au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, France) ; Gérard Chouin (professeur associé en histoire de l’Afrique, William & Mary, Etats-Unis) ; Emilie Guitard et Vincent Foucher (chargés de recherche au CNRS, France) ; Jean-Hervé Jezequel (International Crisis Group, Dakar, Sénégal) ; Marc-Antoine Pérouse de Montclos (directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement) ; Jamila B.A. Suleiman (Centre for Peace and Security Studies, Moddibo Adama University, Yola).