Article mis en avant

Communiqués des laboratoires de recherche

Nous rassemblons ici les motions, analyses, propositions relatives à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche des laboratoires accueillant des anthropologues :

Urmis, Habiter le monde, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, CESSMA, LESC,… (liste non exhaustive) ainsi que l’Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

Continuer la lecture

Article mis en avant

Revues en grève

Sommaire :

L’association française des anthropologues
CommuniquéComité de rédaction de Zilsel
Dix revues en grève illimitée (France culture)

 

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020
Le Journal des anthropologues se joint au mouvement de  protestation en cours contre le projet de réforme des retraites et contre les réformes prévues pour l’Enseignement supérieur et la recherche. Le journal dénonce la remise en cause de notre système de protection sociale, la destruction de l’ensemble de nos services publics, la marchandisation de la connaissance et la précarisation des producteurs et productrices de savoir. Nous nous engageons et appelons à soutenir toutes les actions locales et manifestations nationales, à participer aux assemblées générales interprofessionnelles et  à celles du mouvement des « Facs et labos en lutte », à débattre de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche, à contribuer aux caisses de grève, pour intensifier et élargir la mobilisation, à travailler avec les camarades des autres revues (GenèsesSociétés contemporainesActes de la recherche en sciences sociales, Nouvelle revue du travailetc.)  en vue d’interventions communes.

 

Continuer la lecture

Article mis en avant

Communiqués des sociétés savantes

Association française d’ethnologie et d’anthropologie :

L’ESR n’est pas en solde

(texte mis à jour régulièrement suivant les propositions et les signataires)

L’ESR n’est pas en solde 

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs de ces disciplines, après avoir pris connaissance des rapports de préparations du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’y déclare fermement opposée pour plusieurs raisons.

1) Nous dénonçons une concentration de l’ensemble des moyens alloués aux SHS à un nombre restreint de “défis sociétaux” décidés par l’exécutif, l’ANR et les Régions devant aligner leur programmation et leurs financements sur ces “défis sociétaux”.

2) Nous dénonçons le renforcement de la gestion managériale des financements sur projet dont tant les chercheur-e-s indépendant-e-s que les enseignant-e-s chercheur-e-s connaissent trop bien les effets négatifs : temps consacré à la recherche de financements au détriment de la réalisation des projets, standardisation de l’activité de recherche, sujets de recherche prédéfinis par les autorités publiques, assignation à un rôle restreint à la validation des projets pluridisciplinaires, à réaliser sur des temps de plus en plus courts…

3) Nous dénonçons le recours de plus en plus fréquent aux CDD qui ne sont pas adaptés aux temporalités de la recherche. Nous demandons que le budget alloué à l’impôt-recherche soit redistribué dans la recherche publique, pour le financement de nouveaux postes d’E-C et de contrat d’allocation doctorale.

4) Nous nous élevons contre l’augmentation des frais d’inscription universitaire pour compenser la baisse du budget alloué par l’Etat à l’ESR.

5) Nous dénonçons le nouveau rôle assigné aux enseignant-e-s chercheur-e-s qui consiste davantage à valider des compétences répondant à des standards entrepreneuriaux plutôt que de transmettre un regard scientifique aux étudiant-e-s. Ils et elles sont d’ailleurs nombreux.ses à ne plus accéder à la formation de leur choix. En effet, l’algorithme “Parcoursup” gère désormais les projets des étudiant-e-s “au mieux” pour l’enseignement supérieur et non pour l’individu qui veut se former. En outre, nous ne souhaitons pas participer à une modalité de sélection qui tend à renforcer les inégalités sociales d’accès à l’enseignement supérieur.

7) Nous nous opposons à une université à plusieurs vitesses tant à travers la reconnaissance des Equipes d’Accueil laissée à la responsabilité des seules universités qu’à la configuration annoncée de pôles “d’excellence” avec des masters du même nom et des licences gérant des flux d’étudiant-e-s bacheliers.

8) Nous dénonçons les attaques répétées du statut d’enseignant-chercheur au service de cette gestion par flux.

Pour cela, nous appelons tous nos membres, quelle que soit la forme d’exercice de nos professions, à rejoindre le mouvement qui prend forme dans les institutions d’enseignement et de recherche et de mettre en œuvre des actions de résistance en attendant l’ouverture de discussions prenant en compte nos demandes.


Le CA de l’AFEA. Paris le 14 janvier 2020.

Marie-Pierre Julien, Céline Rosselin, Laure Carbonnel, Antoine Guillain, Charlotte Tourenq,  Frédérique Fogel, Marc Ferré, Gwendoline Torterat,  Cédric Baylocq, Eric Perea,


Signataires : (merci de nous contacter à asso.afea@gmail.com pour ajouter votre signature)

Gilles Raveneau (Maitre de conférence, Habilité à dirigé les recherches)
Chantal Deltenre (ancienne directrice de l’association ethnologues en herbe)
Christophe Baticle (Vacataire d’enseignement)
Yazid Ben Hounet (Chargé de recherche au CNRS)
Sarah Carton de Grammont (Chargé de recherche au CNRS)
Cécile Leguy (Professeur d’anthropologie)
Beatrice David (Maitresse de conférence)
Elise Capredon (Mondes Américains, CRBC)
Ghali Beniza (Docteur en anthropologie)
Anis Fariji (chercheur post-doctoral au CéSor/EHESS)
Durand Séverine (docteur en sociologie)
Claudine Karlin (archéologue)
Association Mood Machine
Elisabeth Rossé (docteur en anthropologie)


Vieux ! Au 21ème siècle, mieux vaut toujours être riches et en bonne santé que pauvres et malades

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs dans ces disciplines, se déclare extrêmement inquiète du projet de réforme des retraites actuellement en cours.

Ce qui veut être généralisé, beaucoup d’entre nous l’avons déjà expérimenté au cours des 20 dernières années : longue période de CDD (10, 15 voire 20 ans) à partir du doctorat, de moins en moins d’entre nous arrivant à être statutaires dans la recherche ou l’enseignement. Durant ces périodes de salaires bas, par rapport à notre niveau d’étude et au regard intellectuel exigé, nous avons eu beau travailler 60h par semaine pour construire des CV qui répondent à des critères toujours plus exigeants, nous constatons n’avoir pu mettre de l’argent de côté pour la retraite. Aussi, nous devrons toutes et tous travailler de plus en plus longtemps pour ne pas faire partie des 20% de retraités pauvres, si notre santé nous le permet (cf. le dossier de la DARES https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/).

Ces expériences vécues récemment par les membres de notre profession nous amènent à demander le retrait de la réforme des retraites dites “à points” afin que les générations futures bénéficient d’une retraite qui leur permette de vivre décemment. 

———————————-

Société d’ethnologie française

contre la loi de Programmation Pluriannuelle de la recherche 

17 janvier 2020

La Société d’ethnologie française (SEF) exprime sa vive inquiétude et son refus face au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui contribue à la dégradation, continue depuis les lois ORE et LRU, de l’exercice de nos métiers de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s.

La SEF demande que de véritables moyens, durables et équitables, soient attribués à la recherche et à l’enseignement supérieur et que des mesures concrètes soient mises en place face au déficit des postes de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s, ceci de manière criante dans certaines disciplines dont l’ethnologie et l’anthropologie.

La SEF demande que soit résorbée la précarité des docteur.e.s et elle demande des financements accrus à destination des doctorant.e.s afin qu’ils et elles puissent bénéficier de conditions de recherche décentes.

En outre la SEF demande :

– la fin d’une gestion managériale, privée ou non-scientifique de la science mettant en concurrence les différents projets et chercheur.e.s, entravant une véritable liberté de la recherche et coûteuse en temps et en argent parfois jusqu’à l’absurde;

– la fin des attaques contre les statuts des chercheur.e.s, enseignant.e.s chercheur.e.s et métiers d’appui à l’enseignement et à la recherche;

– la révision du mode d’attribution et la transparence sur les effets du crédit impôt recherche (CIR).

Enfin la SEF demande à ce que les recommandations faites par le collectif des sociétés savantes et le CNRS soient prises en compte dans la Loi. Consulter à ce propos: https://societes-savantes.fr/wp-content/uploads/2019/09/Propositions-pour-la-Loi-de-programmation-pour-la-recherche.pdf
 

Le conseil de la SEF en lutte contre le projet de loi LPPR

 

 

 

 

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités

Motion de l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 – Paris

L’assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 à Paris a rassemblé des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·e·s, personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques (BIATSS), venu·e·s de nombreux établissements, de toute la France.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social pour le retrait du projet de réforme des retraites à points. Son caractère de plus en plus généralisé et interprofessionnel, qui associe aux cheminots et aux travailleur·se·s de la RATP les personnels hospitaliers, de l’éducation nationale, de la justice, de la culture, les dockers, gaziers, personnels des raffineries, Gilets jaunes, etc. confirme le renouvellement de la mobilisation, après six semaines de grève. La même logique néolibérale conduit aux mêmes problèmes dans tous les secteurs en lutte : mise en concurrence systématique, perte de sens du métier et de son utilité sociale, destruction du service public, maltraitance des agent·e·s et des usager·e·s et risques pour leur santé, course à la rentabilité, recul de la solidarité, précarisation, bureaucratisation, répression, discrimination (de genre, classe et race), etc.

Dans ce contexte, les travailleur·se·s et usager·e·s de l’enseignement supérieur et la recherche prennent une part de plus en plus grande à la lutte. Dans les facs et les labos, depuis début janvier, on le sent bien : l’ambiance a changé. Malgré des tentatives d’intimidation et de blocage des mobilisations (fermeture d’universités, atteintes au droit de réunion des personnels et des étudiant·e·s, violences policières dans les manifestations…) la mobilisation ne cesse de se développer, dans de nombreux établissements. Des centaines de travailleur·se·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été suspendus ou transformés. Chaque jour de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et valorisation de la recherche (séminaires, colloques…), des revues se déclarent en grève, les ateliers d’éducation populaire se multiplient, les cortèges universitaires dans les manifestations rassemblent, toujours plus largement, des milliers de personnes, de multiples actions de perturbation et de blocage ont lieu.

L’Assemblée générale s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et de ses allié.e.s sur l’enseignement supérieur et la recherche. En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique qui déstabilisent en profondeur un service public d’enseignement et de recherche déjà malmené par un sous-financement chronique et de multiples réformes régressives (loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.).

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track.

3° Avec la réforme de l’assurance-chômage de 2019, qui cible les contrats courts, les précaires de l’enseignement et de la recherche voient leur situation s’aggraver. Cependant, la précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles.

Notre lutte s’inscrit dans la défense du principe de solidarité et des services publics. Elle vise à défendre l’université comme lieu ouvert à tout·e·s. Pour une université critique des politiques néolibérales en son sein et dans l’ensemble de la société. Pour une recherche et un enseignement libres et indépendants des intérêts du marché. Créons des lieux et des outils pour produire des savoirs qui nous émancipent!

L’Assemblée Générale appelle à amplifier les luttes localement et au niveau national pour étendre la mobilisation au sein de l’ESR et dans les actions interprofessionnelles, et pour faire converger tou·te·s celles et ceux qui luttent vers la grève générale et illimitée.

Pour cela, l’Assemblée générale demande la démission d’Antoine Petit, PDG du CNRS et à la dissolution de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Elle appelle les travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche à la rétention des notes, l’arrêt de toutes nos activités et en particulier du recrutement de vacataires.

Cette motion est adoptée à l’unanimité

Etablissements représentés : Aix Marseille, Amiens, Angers, Bordeaux Montaigne, Caen, CNAM,  Ecole du Journalisme, EHESS, ENS Ulm, ENSFEA Toulouse, Evry, Paris Saclay, Lille, Lyon 2, Nice, Paris 1, P3, Sorbonne Université, Université de Paris, P8, Dauphine, P10, Paris Saclay, Paris Est Créteil, P13, Paris Est Marne La Vallée,  Université Versailles Saint Quentin, Poitiers, Reims, Rennes 2, Rouen, Saint Etienne,  Strasbourg, Toulouse, Tours, Université de Lorraine,  IFSTTAR, INRA, MNHN, CNRS, INED, INRIA, CEA    + à distance : Pau, Grenoble, Bourgogne, Lyon 1, Université Bordeaux, IUT Blagnac, Cergy-Pontoise

Vidéo : Le point aveugle des Lumières et l’avenir des sciences humaines par François Flahault

http://cral.ehess.fr/index.php?2970

Les Lumières ont pris appui sur la conception de l’être humain comme sujet pensant et connaissant. En réalité, ce parti pris occidental a renforcé la vision naïve de l’être humain comme étant d’avance doté de son être. D’où une conception utilitariste et adaptative des cultures humaines. Et tout un appareil de rationalité source d’un sentiment de maîtrise, mais aussi d’une méconnaissance de ce qui se joue de vital dans la relation de chacun à son milieu de vie. D’où également la croyance que la raison constitue une force intérieure en mesure de maîtriser les passions et de communiquer à la volonté le pouvoir d’agir conformément aux exigences de la morale. Soumettre ces croyances à l’épreuve des faits permettra d’élaborer une conception plus adéquate de l’être humain, tâche indispensable compte tenu du contexte social et écologique.

Bourse Eugène Fleischmann 2020 : Appel à candidatures

La Société d’ethnologie offre chaque année une « Bourse Eugène Fleischmann » destinée à soutenir un doctorant en fin de thèse ou un jeune docteur* pour mener à bien une recherche post-doctorale originale et innovante qui soit réalisable en une année. Les disciplines concernées sont l’épistémologie, l’ethnologie, la sociologie comparative, l’ethnomusicologie et l’ethnologie préhistorique.

Le montant de la dotation est de huit mille euros.

Les candidats doivent adresser au secrétariat de la Société d’ethnologie un dossier comprenant un curriculum vitæ (incluant une liste des publications), le formulaire d’inscription, le projet de recherche post-dostorale pour lequel la bourse est sollicitée (incluant le délai d’exécution et l’utilité financière de la subvention), une sélection des publications antérieures (deux articles maximum) et, le cas échéant, le rapport de soutenance. L’ensemble du dossier doit être envoyé, au format pdf impérativement (8 mo maximum), à : bourse.fleischmann@societe-ethnologie.fr

Aucune condition de nationalité ou d’âge n’est exigée. Les candidats doivent toutefois avoir rédigé leurs travaux dans une langue européenne de grande diffusion.

Un jury européen pluridisciplinaire constitué de cinq membres délibérera au cours du deuxième trimestre de l’année ; il pourra faire appel à des experts extérieurs et se réserve la possibilité de susciter un entretien avec certains candidats. Après les délibérations, le Conseil de la Société d’ethnologie désignera le bénéficiaire de la bourse.

Date limite d’envoi des dossiers : 26 mars 2020 à midi

* Sont admis à soumettre leur candidature pour l’année 2020 les docteurs ayant soutenu après le 1er janvier 2018 ainsi que les doctorants comptant soutenir en 2020.

Des retraites pour tous ? Cycle de débats sur la réforme des retraites. EHESS

https://www.ehess.fr/fr/d%C3%A9bat/retraites-pour-tous

Depuis le début du mois de décembre 2019, la France connaît un fort mouvement social en opposition à la réforme des retraites dévoilée par le gouvernement. Au-delà d’une lecture strictement comptable de ce droit social fondamental, cette mobilisation questionne la solidarité entre les générations, les transformations du capitalisme, l’activité professionnelle, les vulnérabilités sociales et médicales, les inégalités ou encore les enjeux démographiques. L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), soucieuse d’enrichir la réflexion sur les grands sujets de société, propose, en partenariat avec l’Ined, un cycle de conférences inédit avec des chercheur·es de différentes disciplines, des journalistes et des représentant·es de la société civile autour de cinq débats dès le 20 janvier 2020, sur le Campus Condorcet (Aubervilliers), à Paris et à Marseille.

Ces débats sont ouverts à toutes et tous, sur inscription et interprétés en langue des signes (LSF). Interprétation en langue des signes française
Ils seront également retransmis en direct sur le site de l’EHESS et à suivre sur les réseaux sociaux de l’École.

Séminaire – Mobilisation : se tenir informé des textes qui orientent la recherche (exemple à suivre…)

Membres du CREM, du LESC et d’autres laboratoires, étudiants et habitués du séminaire : nous vous convions tous à cette séance d’information et de débat sur la future loi de programmation de la recherche (LPPR)

Le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur a pris récemment connaissance des trois rapports commandés par le ministère afin de préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ces rapports, sans jamais adresser de manière critique le bilan de dix années de LRU (insuffisance des financements, perte de postes au CNRS et à l’université, etc…), dessinent un futur encore plus inquiétant : baisse drastique des recrutements de titulaires au profit de contrats dits “de projets” et de chaires d’excellences (modèle du “tenure track”), précarisation généralisée et refonte drastique du statut des chercheurs et des enseignants-chercheurs, hiérarchisation des universités et des équipes, renforcement d’une vision managériale de la recherche, concentration des financements, etc…
et l’analyse qu’en fait le collectif Sauvons l’Université ici: http://sauvonsluniversite.com/spip.php?article8594)

Dans ces conditions et en accord avec Camille Devineau, intervenante initialement prévue au séminaire du 20 janvier, il a nous semblé essentiel de prendre le temps de nous informer, d’échanger et de définir collectivement la vision que nous souhaitons défendre de la recherche et plus spécifiquement de nos disciplines. Des laboratoires, des sociétés savantes, des revues et des listes de diffusion se sont mis en grève et appellent à la mobilisation (voir pour une liste actualisée : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8591). Le séminaire du CREM, en suspendant son activité ordinaire et en appelant à cette séance exceptionnelle, s’inscrit dans cette mobilisation. Nous espérons donc vous y retrouver nombreux !

Katell Morand et Camille Devineau
Pour l’équipe du CREM
 
PS : la séance consacrée aux travaux de Camille est reportée au 9 mars (nous vous reconfirmerons le calendrier) 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) – Ce à quoi il faut s’attendre (Sauvons la Recherche)

 
 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Ce à quoi il faut s’attendre

Toujours plus d’évaluation, toujours plus de financement sur projets, toujours plus de hiérarchisation et de différenciation, et pour cela la possibilité d’imposer plus de 192h annuelles aux enseignants-chercheurs et la fin du paiement des heures supplémentaires, telles sont les propositions centrales formulées dans les 3 rapports officiellement commandés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (la LPPR). Voici une présentation par SLU de ces 3 rapports qui font froid dans le dos quand on sait ce qu’est déjà devenu notre métier.

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ». Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019.

Les déclarations réitérées du PDG du CNRS ont fait largement réagir la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Elles ne sauraient passer pour de simples provocations. Le darwinisme social et l’inégalité qui y sont revendiqués sans fard sont au cœur des trois rapports remis le 23 septembre 2019 à la Ministre de l’ESR en vue de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Continuer la lecture

Décolonisations — un documentaire de Karim Miské

Un documentaire diffusé sur Arte, relayé sur, traversées mauritanides, le paria.fr, France culture, RFI, histoirecoloniale.net, etc.

“À contre-courant de l’histoire officielle des colonisateurs, cette fresque percutante inverse le regard pour raconter, du point de vue des colonisés, cent cinquante ans de combat contre la domination, et faire résonner au présent un déni qui perdure.

Continuer la lecture

 Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? François-Xavier Fauvelle (Collège de France)

Texte intégral : ci-dessous et et en pièce jointe.

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? »

François-Xavier Fauvelle, historien et archéologue spécialiste de l’Afrique, professeur au Collège de France titulaire de la chaire « Histoire et Archéologie des mondes africains »

L’historien interpelle, dans une tribune au « Monde », Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, après le plaidoyer de celui-ci en faveur d’une recherche plus compétitive. Ce n’est pas, estime le professeur au Collège de France, ce qui améliorera les performances, mais ce qui les entrave aujourd’hui et pourrait les détruire demain.

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Les propos d’Antoine Petit ne sont ni tout à fait neufs ni surtout de nature à améliorer le système français de recherche. Ils s’inscrivent dans une histoire déjà longue de gouvernance managériale du milieu académique, appliquée par tous les gouvernements successifs depuis deux décennies et dont M. Petit est aujourd’hui l’instrument. Le mot d’ordre de cette gouvernance est : soyez plus « compétitifs ». Les moyens pour y parvenir sont la précarisation, l’évaluation, et à présent la sélection darwinienne.

Un supposé « modèle américain » caricaturé

Continuer la lecture

Bourse de terrain Bretagne : doctorants – postdoctorants

L’Association Bretagne Culture Diversité souhaite soutenir des doctorants ou futurs doctorants dont les travaux portent sur la Bretagne. Pour cela, une bourse pouvant s’élever à 5 000€ par an et par personne pour une durée maximale de trois ans est attribuée. 
 
Vous trouverez plus d’éléments quant à la procédure de candidature en cliquant sur ce lien. Les dossiers sont à renvoyer pour le 28 janvier 2020.
 
Je me tiens bien entendu à votre entière disposition pour de plus amples renseignements.
 
Erwan LE GALL
 
legallerwan@ymail.com

MUCEM – Festival international Jean Rouch 9-12 janvier 2020 (Marseille)

Pour la sixième année consécutive, le Mucem donne carte blanche au Festival international du film ethnographique Jean Rouch : cette sélection de films primés témoigne du regard sensible et original que les chercheurs en sciences humaines et les réalisateurs portent sur nos sociétés.

Une master class, en entrée libre et gratuite, invite étudiants, professionnels et grand public à décrypter le cinéma de la réalisatrice Bojina Panayotova.
 
Des films de chercheurs et d’étudiants sont également mis à l’honneur avec le Salon des écritures alternatives en sciences sociales, proposé par le Groupement de recherche « Image, écritures transmédias et sciences sociales » du Centre Norbert Elias.

L’ensemble dessine une programmation riche qui offre l’occasion de montrer à un large public toute la vitalité de l’anthropologie visuelle.
 
Organisé en partenariat avec le Comité du film ethnographique.
En collaboration avec La Fabrique des écritures innovantes (EHESS / Centre Norbert Elias) et le groupement d’intérêt scientifique sur les écritures transmédias soutenu par le CNRS.
 
Entrée libre et gratuite

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.