Archives par étiquette : Maroc

Bistrot des ethnologues avec Chadia Arab sur le travail saisonnier agricole Mardi 26 mai 2020 en ligne

Pour assister à cette conférence déconfinée, il vous suffira de vous connecter le mardi 26 mai, à partir de 19h30, sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/83941087097?pwd=eHlia3lMQmYvd0pIcGdCMUNhUGZUUT09

Puis, mentionner l’identifiant de la conférence : 839 4108 7097   Et le mot de passe : 915443

Une rediffusion sera programmée dans le cadre de l’émission “Allez savoir !” sur RPH (https://www.rphfm.org/tous-les-programmes/allez-savoir/)

Nous vous communiquerons la date de la rediffusion de cette séance ultérieurement.

L’ouvrage : À la fin des années 2000, des milliers de Marocaines sont parties travailler à la cueillette des fraises dans la province de Huelva, en Espagne. Recrutées directement au Maroc par des contrats saisonniers, ces “Dames de fraises” sont choisies pour la précarité de leur situation et parce qu’elles laissent des enfants qui les contraindront à revenir.

Chadia Arab, géographe et chercheuse au CNRS, analyse les rouages de ce programme de migration circulaire, pensé pour répondre aux besoins de main-d’œuvre et réguler les flux migratoires entre le Maroc et l’Union européenne, mais dont les femmes sont les grandes oubliées.

Chadia Arab, Dames de fraises, doigts de fée. Les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne, En toutes lettres, Casablanca, 2018, 188 pages, 978-9954987902 – 75 DH, 15 euros.

Hommage. In memoriam Claude Lefébure par Alain Messaoudi

Source  : https://imaf.cnrs.fr/spip.php?article4054
Voir aussi : Hommage par François Pouillon  https://iismm.hypotheses.org/48478

In memoriam Claude Lefébure

Décédé ce 15 avril 2020, Claude Lefébure était né le jour de la Noël 1945 à Dôle, dans le Jura. Il a grandi dans le XVIe arrondissement, élevé par sa mère, gardienne d’immeuble. Après un cursus technique, il étudia l’ethnologie à la Sorbonne. Aux vacances de Pâques 1969, la découverte fortuite d’un pays « sec et rouge », celui des Aït ‘Atta, dans l’Atlas marocain, est décisive. Son terrain d’étude ne sera pas l’Amazonie mais le monde berbère.

Il se mit à en étudier la langue et la littérature auprès de Lionel Galand à l’Inalco et à l’EPHE, et se rendit dans l’Atlas pour de longs séjours d’étude qui finirent par faire de lui, comme on disait

Continuer la lecture