Archives par étiquette : Groupe de travail

Groupe de Travail “Patrimoine”

Groupe de Travail “Patrimoine” Née dans les musées, l’anthropologie a migré après-guerre à l’université. De ce mouvement est restée une fracture d’autant plus profonde que l’origine muséale servait de repoussoir à certains discours “progressistes”. Nous avons hérité de cette fracture sans la critiquer, instaurant un clivage durable entre les métiers du patrimoine et ceux de la recherche universitaire. La discipline a-t-elle besoin de ses musées? La sphère patrimoniale peut-elle être reconnue par les chercheurs comme porteuse de propositions innovantes, dans le domaine de la culture matérielle comme dans celui du patrimoine immatériel ? Prenant acte de la faiblesse du soutien académique lors de la destruction des principaux musées nationaux comme de la discrétion des métiers du patrimoine lors des Assises[[Voir le site des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France]], il s’agit de rétablir une confiance. Face aux questionnements de l’anthropologie quant à une redéfinition de son rôle et sa fonction, il est temps qu’un nouvel horizon se dégage autour d’une relation constructive entre ces deux versants de la discipline. Coordination : Frédéric Maguet

Groupe de Travail “Anthropologie et entreprises publiques et privées”

Groupe de Travail “Anthropologie et entreprises publiques et privées” La pratique de l’anthropologie ne se limite pas aux organismes publics de recherche et d’enseignement, mais englobe un ensemble d’exercices privés ou associatifs. Ces “deux anthropologies » ont longtemps été construites comme hermétiques l’une à l’autre, anthropologie académique d’un côté, anthropologie dite “professionnelle” de l’autre, avec en filigrane l’établissement de hiérarchies. Des ponts existent toutefois, notamment via les financements privés de post-doctorat, en même temps que le marché de l’expertise hors institution est en expansion. Ce groupe de travail vise à développer des espaces de débat et de rencontre entre ces deux configurations contemporaines de la pratique de l’anthropologie. Au-delà du nécessaire état des lieux des inscriptions professionnelles plurielles des anthropologues aujourd’hui, il a pour objectif d’accompagner, soutenir et développer l’anthropologie dite “professionnelle”. Cela non seulement dans la perspective de permettre l’insertion des diplômés, dans ou hors champ académique, mais aussi de contribuer à la réflexion sur l’exercice du métier d’anthropologue. Coordination: Catherine Deschamps

Groupe de Travail “Évaluation”

Les pratiques d’évaluation sont au cœur des débats qui animent l’organisation actuelle de la recherche et de l’enseignement. Elles comptent au moins deux dimensions qu’il convient de penser ensemble. L’une a trait au principe même de l’évaluation comme pratique capable d’apprécier et de rendre compte de parcours d’enseignement ou de recherche. Il s’agit d’appréhender l’évaluation telle qu’elle est prise en charge par des instances ou des institutions (ANR, AERES, pôles d’excellence, classements des revues…) et de penser les effets des pratiques d’évaluation sur la nature de la recherche produite. L’autre dimension porte sur les éléments soumis à la dite évaluation (les « critères »). Il a déjà été dit que les SHS, notamment du fait de la grande diversité des méthodes et des formes de production suivant les champs de savoir, se prêtent mal à une évaluation en termes quantitatifs. La génération de recherche commence aujourd’hui à éprouver les limites d’un système qui a pourtant une histoire courte (celle de la bibliométrie, des “facteurs d’impact”, des “index de citation”…). Au nom de “l’objectivité” et de “l’impartialité”, les pratiques d’évaluation opèrent, internationalement, sur des bases globalisantes et uniformisantes, et peinent à se dire autrement qu’en des catégories extrêmement réductrices des activités d’enseignement et de recherche. Quelle forme peut prendre une évaluation intelligente (intelligence des situations contrastées, des approches différenciées, des parcours diversifiés ou sinueux), à même d’assurer cohabitation plutôt que hiérarchisation? Coordination : Sophie Houdart

Groupe de Travail “L’anthropologie dans l’espace européen de la recherche et de l’enseignement”

Le Processus de Bologne et la Stratégie de Lisbonne sont deux logiques de construction de l’Espace Européen de la Recherche qui visent à favoriser les échanges universitaires, faire converger les systèmes d’enseignement supérieur et répondre aux besoins de la société en matière d’innovation, de recherche et développement. Ces réformes concernent nos disciplines, autant pour un enseignement de l’anthropologie, de l’ethnologie ou de l’archéologie qui s’appuie sur une recherche vivante, que pour les débouchés que les étudiants peuvent envisager. Leur mise en œuvre dans la politique du grand marché européen de « l’économie de la connaissance » s’appuie sur des logiques managériales, des formes de dérégulation et d’incitations peu sensibles à l’esprit des Sciences Humaines et Sociales. La mise en place du groupe de travail vise à: -# penser la place de l’ethnologie et de l’anthropologie dans le dispositif européen, tant au plan structurel que pour la reconnaissance du “terrain” comme outil de travail, la définition des appels à proposition et le financement des opérations de recherche; -# développer les relations avec les associations européennes d’anthropologie et faciliter la circulation des informations entre nous; -# participer à des actions européennes de défense des SHS et de promotion de l’anthropologie. Coordination: Irène Bellier

Groupe de Travail “Ethique”

Alors que les questions d’ordre éthique sont majoritairement posées aujourd’hui dans un objectif de normalisation des pratiques, il s’agirait plutôt de reconquérir certains des questionnements propres à l’anthropologie rendus possibles par les multiples déclinaisons de la discipline : dans ou hors institutions, publique ou privée, recherche, enseignement et intervention. L’anthropologie peut en effet devenir un champ de forces concurrentiel où différents niveaux d’individualités professionnelles se rencontrent et s’affrontent. L’Afea se propose de réfléchir, à partir d’une réflexion épistémologique, à l’éthique à la fois comme outil de protection de l’anthropologue et comme moyen de son inscription dans la société. Sous cet éclairage peuvent se poser les questions de respect (de l’anonymat), de la confidentialité, de la confiance, du rapport à une demande sociale ou privée, des compétences professionnelles, de la responsabilité individuelle et de la liberté de l’anthropologue. Coordination : Céline Rosselin