Archives par étiquette : Editoriaux

Edito – Journées anthropologiques de l’AFEA

Les journées anthropologiques de l’AFEA « Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts »

Dans l’idée de fédérer la recherche en anthropologie, l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) s’est donnée pour objectif de mettre en place des rencontres annuelles : Les journées anthropologiques de l’AFEA. Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts. Cette démarche vise à permettre aux anthropologues et ethnologues de s’impliquer dans la poursuite d’objectifs communs. Ces journées soutiennent des projets de rencontres scientifiques portés avec des associations partenaires. Le première de ces journées a eu lieu le 22 mars 2016 au Musée de l’Homme (Paris) en partenariat avec la Société d’Ethnologie Française (SEF), association adhérente. Cette rencontre a réunie des chercheurs autour de la question de l’ethnologie chez soi et des méthodes ethnographiques du proche. La deuxième journée qui aura lieu le 11 octobre 2016 à la Fondation Mayer (Paris) réunira des intervenants autour du thème des migrations suivant deux axes : Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS), Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – MCF, EXPERICE, Université Paris 8). Cette deuxième journée sera couplée à un forum des associations afin de présenter les différentes associations françaises d’anthropologie et d’ethnologie. Une troisième journée est prévue au premier semestre 2017 en partenariat avec l’association AMADES, association adhérente autour du thème des terrains ethnologiques de la santé. Le programme de la première Journée anthropologique de l’AFEA est disponible sur le site de l’association (http://asso-afea.fr/). Le programme de la deuxième journée suivra prochainement.

Edito: l’été des anthropologues

L’été est là. C’est bien sûr un interstice temporel, un temps de « vacance » qui sépare les an-nées universitaires, après les dernières soutenances et les derniers jurys. Mais c’est aussi plus largement un moment de respiration dans les rythmes sociaux, mécanisme si bien analysé par Marcel Mauss lorsqu’il parlait au siècle dernier du « dimorphisme saisonnier » des Eskimos. Plus concrètement, pour beaucoup d’entre nous, anthropologues de bonne volonté ou de mau-vaise fortune, l’été est un temps pour compléter des enquêtes laissées en jachère depuis l’année précédente, rêver à des livres qui restent à écrire, partir sur un terrain proche ou loin-tain qui n’exclut pas de joindre l’utile de la collecte ethnographique à l’agrément des retrou-vailles entre amis. En bref, l’été est un moment important de ressourcement, un moment de trêve où le calme provisoire des affaires institutionnelles peut laisser place à quelques ren-contres moins formelles mais tout aussi productives. Dans la critique du formalisme académique et des dérives gestionnaires des institutions offi-cielles de recherche, les associations professionnelles ont toujours joué un rôle clef. L’été, c’est donc le temps pour elles d’organiser leurs congrès, permettant à leurs membres de se retrouver et d’imaginer des réponses au fonctionnement parfois alarmant de l’enseignement et de la recherche. Cette année par exemple, le congrès biennal de l’EASA (association euro-péenne des anthropologues sociaux) réfléchira à Tallinn (Estonie) sur le thème « Collabora-tion, intimité et révolution : innovation et continuité dans un monde interconnecté » (du 31 juillet au 3 août 2014, voir : http://www.easaonline.org/conferences/easa2014/index.shtml). Réunies au sein du WCAA (conseil mondial des associations anthropologiques, voir : http://www.wcaanet.org/members.shtml), les associations nationales ou internationales d’anthropologues ont vocation à former un réseau professionnel, mais aussi à promouvoir des conceptions partagées de la recherche et à analyser les impacts des processus d’évaluation académiques qui influencent le développement de la discipline. Ces associations constituent ainsi un forum permanent qui évite un guidage trop fort de la part du politique. Elles reflètent en même temps des rapports géopolitiques plus généraux, rappelant que la place de l’anthropologie est toujours indexée à la situation concrète des pays dans lesquels elle s’exerce. En France, la tradition anthropologique est forte et ancienne malgré les risques forts de mor-cellement actuels et les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui. Quand on se déplace dans des pays où la discipline est moins ancrée, en Europe de l’Est ou en Afrique francophone, on est souvent frappés de la confiance que nous accordent nos collègues. Bien sûr, cela ne doit pas nous pousser à adopter une position d’avant-garde, ni à être condescendants envers les anthropologies qui s’expriment aux marges ou aux périphéries. Mais cela doit nous encoura-ger à assumer notre rôle : héritière d’une tradition riche d’études anthropologiques tout en étant ouverte aux critiques et aux transformations contemporaines des conditions de la recher-che en sciences humaines et sociales, l’AFEA propose de fédérer les différentes tendances de l’anthropologie française lors de son deuxième congrès, organisé du 29 juin au 2 juillet 2015 à Toulouse sur le thème de la « Démesure » (voir : http://demesure.sciencesconf.org/). La sou-mission de propositions individuelles, de panels ou de tables-rondes est possible jusqu’au 15 octobre 2014 !

Venez prendre part à la réflexion et à l’organisation du prochain Congrès en 2014 ! oct.2012

Le congrès de 2011 et la mise en ligne de ses actes (http://afea2011.sciencesconf.org/) ont constitué des moments forts dans les activités de l’AFEA. Mais pour avoir du sens, ces activités doivent être pérennes. L’AFEA propose donc de reconduire cet événement qui constitue une vitrine de la discipline et d’organiser un deuxième congrès en 2014. L’association sera le support de cette manifestation, tirant les enseignements de l’organisation du congrès de 2011, mais notre vœu, pour cette deuxième édition, serait de parvenir à la « décentraliser » afin que d’autres adhérents de l’AFEA s’investissent dans son organisation et que d’autres lieux en France accueillent successivement ce rendez-vous de rencontre et d’échanges des anthropologues français, qui se veut tri-annuel. Comme pour la première édition, le thème devra être assez large pour rendre compte de la diversité des approches et de leurs apports, et sera bien sûr en adéquation avec les préoccupations de l’équipe organisatrice. C’est la raison pour laquelle nous lançons un appel à idées pour définir la thématique générale qui structurera ce nouveau congrès. Pour cette première étape, votre participation active à la définition du thème de ce prochain congrès est essentielle. L’initier dès maintenant permettra de se donner le temps d’une organisation sereine et concertée. Votre participation active poursuivra l’action fédérative de l’AFEA, sur un site nouveau et autour d’un projet commun. Afin de préparer cet événement de 2014, nous vous invitons donc à rejoindre l’association, à développer son audience au sein de vos réseaux, à fédérer les ethnologues/anthropologues en région ou sur un site parisien et à réfléchir collectivement à un nouveau thème et un nouveau lieu de congrès. Vos propositions (une demi page) sont à envoyer à : asso.afea@gmail.com, avant le 4 janvier 2013. A ce stade, les propositions n’ont pas besoin d’être parfaitement finalisées, puisque le montage du congrès sera épaulé par l’association.

Pari réussi, les actes du congrès 2011 sont sur site ! octobre 2012

En cette rentrée 2012, riche en événements dans le domaine de l’Enseignement supérieur et de la recherche, nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne des actes du congrès de 2011 : http://afea2011.sciencesconf.org/ Point culminant des activités mises en œuvre par l’association, le congrès – et désormais ses actes – a contribué à donner une plus grande visibilité à l’anthropologie et a réuni ses acteurs dans leur diversité : plus de 500 personnes – dont plus de 400 intervenants – étaient présents du 21 au 24 septembre 2011 à l’EHESS. 45 ateliers et 11 tables rondes ont montré le dynamisme et la créativité de la discipline aujourd’hui en France. Preuve est faite que l’ethnologie, sans délaisser ses thèmes de recherche privilégiés, profite de l’apport de ces derniers pour investir de nouveaux domaines et enrichir ses analyses. La profusion et la diversité des approches et des objets de recherche, la richesse des méthodologies employées et des terrains réalisés attestent, s’il en est besoin, que malgré la place limitée qui lui est généralement dévolue, notre discipline sait s’adapter et contribue, par ses analyses, à une connaissance accrue des phénomènes sociaux et culturels et de leurs enjeux. Pari réussi donc, pour ce congrès dont le thème « Connaissance : No(s) Limit(es) » a permis de poser des questions ayant trait au champ de la connaissance sous l’angle de ses contenus (émergence de nouvelles thématiques et de nouveaux objets), des opérations cognitives qu’elle entraîne (catégorisation, symbolisation, perceptions, etc.), des modes de fabrication, d’appropriation et de circulations des savoirs, de leurs usages sociaux (opérations de détournement et d’emprunt), et enfin des enjeux et des effets produits par les phénomènes sociaux et culturels qu’elle suppose (reconfiguration des rapports sociaux et de pouvoir, constitution d’altérités, phénomènes de globalisation, de normalisation ou de dissidence). Savourons cet instant et apprécions ce qui constitue la réussite d’une gageure ! …sans oublier la suite à donner à ce type de manifestation.

Une contribution de l’AFEA aux Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. sept. 2012

Bien des événements, la création de l’ANR (2005), de l’AERES (2006), la LRU (2007) – dont l’autonomie des universités n’est qu’un aspect -, le discours de Nicolas Sarkozy sur la recherche (janvier 2009) – révélant son mépris des chercheurs et la représentation utilitariste qu’il avait de la recherche, le décret Pécresse (avril 2009), etc. ont profondément modifié les conditions d’enseignement dans le supérieur et la recherche. Cumulés au manque de moyens humains et matériels récurrents, ces changements n’ont pas traité les problèmes mais ont mis à mal les institutions tout en faisant supporter aux personnels la gestion de ces changements « sauvages ». Conscient des problèmes existants, et considérant que l’enseignement supérieur et la recherche sont de réels enjeux de société, le nouveau gouvernement propose de consulter l’ensemble des partenaires dans le cadre d’Assises qui se tiennent actuellement : http://www.assises-esr.fr/ et devrait aboutir à une loi-cadre en 2013. Trois thématiques structureront ces Assises, conçues comme des objectifs prioritaires : – la réussite des étudiants, – la réorganisation de la Recherche, – la révision de la gouvernance des établissements et des politiques de sites et de réseaux. Dans cette perspective, il nous paraît important que notre association s’y implique pour faire connaître les apports et difficultés de notre discipline et discuter de son avenir. Lors d’une première consultation nationale, en juillet, des organismes et des associations importants ont été consultés (citons en ce qui nous concerne SLR et SLU), nous pensons qu’il est important que l’AFEA s’exprime aussi et nous préparons une contribution. Elle se fera dans le cadre des assises territoriales et devra être postée lundi 18 septembre 2012 (dead line impérative). Pour enrichir et rédiger cette contribution de l’AFEA, – qui ne se fera que dans le deuxième thème compte tenu de l’urgence – et afin qu’elle soit le reflet des difficultés que rencontre l’anthropologie/ethnologie, nous avons besoin de vos retours reflétant des contextes d’exercice (ou leur absence) en anthropologie et des situations professionnelles diverses. A vos plumes donc, pour faire remonter vos remarques, suggestions, mais en étant précis sur le problème posé et en relevant le défi de l’urgence qui s’impose à nous. Envoi de vos textes à : asso.afea@gmail.com

Contre la politique répressive à l’égard des étudiants et des collègues étrangers. déc 2011

Depuis la circulaire Guéant du 31 mai 2011, les possibilités de changement de statut à la fin des études sont restreintes. Ainsi, de nombreux étudiants étrangers sont empêchés de travailler à la fin de leurs études, voire de finir leurs études et sont alors contraints de rentrer. Cette année, les objectifs d’expulsion du territoire sont passés à 30 000, facilités par la loi Guéant du 16 juin 2011 qui restreint encore plus les droits de tous les migrants. L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie refuse cette politique de lutte contre l’immigration et ses développements qui nuisent gravement à l’enseignement supérieur et à la recherche en restreignant les échanges avec les collègues étrangers et la liberté d’étudier en France. Nous demandons une égalité de traitement de tous les étudiants et refusons de déléguer aux préfectures le suivi et l’évaluation de nos étudiants étrangers. Une telle politique est contraire à la vocation universelle des établissements d’enseignement supérieur et à leur mission d’échange et de réflexion avec les collègues et étudiants étrangers. Nous soutenons l’initiative prise par l’ASES (Association des sociologues et enseignants du supérieur) dès le début et la motion rédigée en ce sens (ci-jointe). L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie _ 21 décembre 2011 Motion_ASES_politique_repressive_etudiants_etrangers.pdf

5. Éditorial juillet 2011

Poser les jalons d’une anthropologie en devenir _ — Connaissance No(s) Limit(es) — La refondation même partielle d’une discipline scientifique n’est jamais dépourvue d’ambigüités, car elle laisse souvent derrière elle autant de décombres qu’elle apporte de conquêtes. Les historiens savent ainsi qu’avec l’École des Annales ou de la Nouvelle Histoire ils ont dû abandonner au cours du XXe siècle l’objectivisme naïf de l’histoire chronologique et la méthodologie positiviste des générations précédentes. De même, chez les sociologues, ce n’est qu’en sacrifiant à la massification universitaire d’après 1968 que la discipline a pu échapper aux préjugés anciens de la philosophie sociale et développer des approches réellement empiriques du monde social. À la veille du premier congrès de l’Afea, il paraît légitime d’interroger l’évolution de l’anthropologie comme discipline scientifique. Cherchant à comprendre à la fois l’unité de l’homme et la diversité des cultures, celle-ci gagne elle-même à être pensée à travers les catégories de l’unité et de la diversité. Diverse, l’anthropologie semble peiner depuis longtemps à se trouver une unité. Écartelée entre des exigences contradictoires, cherchant tout à la fois à saisir la nature, la culture, l’homme et la société, l’anthropologie recouvre une constellation de problématiques qui en font la complexité autant que la richesse. Elle entre ainsi facilement en dialogue avec des spécialités aussi variées que la biologie, la médecine, l’archéologie, la muséographie, la technologie, la littérature, la linguistique, l’économie, sans compter les disciplines des sciences humaines et sociales parmi lesquelles elle s’inscrit naturellement. Mais ce chatoiement et cette plasticité du projet anthropologique freinent en même temps sa diffusion vers un public élargi, avide d’explications simples et de solutions immédiates plutôt que de science fondamentale. L’anthropologie doit alors naviguer sans cesse entre l’hermétisme du savoir académique et l’écueil non négligeable de l’instrumentalisation politique et sociale. Plus que d’autres disciplines, elle requiert beaucoup d’efforts pour se faire comprendre du profane sans tomber dans le discours commun. Cela vient en partie du fait que les grands paradigmes qui ont marqué l’histoire de l’anthropologie – évolutionnisme, diffusionnisme, psychologisme, fonctionnalisme, structuralisme – ont été réappropriés dans le discours populaire en même temps qu’ils constituaient l’identité de la discipline. Cela vient aussi du fait que le lexique même de l’anthropologie, fait des notions de sauvage, de race, de tribu, d’ethnie, de société ou de culture, n’a jamais été aussi présent dans les médias et dans l’imaginaire que depuis que les anthropologues se sont mis à le déconstruire et à le critiquer. Cette situation témoigne de la puissance d’évocation du discours anthropologique dans des sociétés globalisées massivement confrontées au doute et à la crise. Partout, les rhétoriques du patrimoine ou celles de l’autochtonie défendent la diversité culturelle et font usage des catégories du savoir anthropologique. Pourtant, en dépit de cette importante capacité à comprendre les problèmes du temps et à répondre aux demandes des institutions, l’anthropologie reste confidentielle. Confinée à quelques chaires universitaires et à quelques cénacles savants, elle rencontre de nombreuses difficultés institutionnelles et souffre de la concurrence de disciplines autrement plus efficaces sur le marché de la formation. Que faire dans ce contexte ? Les anthropologues doivent-ils se résoudre à rester dans les marges de l’institution pour sauvegarder leur liberté et leur pureté ? Doivent-ils au contraire entrer dans le jeu de l’économie de la connaissance en vendant l’expertise anthropologique au plus offrant ? Peuvent-ils échapper à cette alternative et construire d’autres chemins ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité que la participation des chercheurs à leur propre société correspond à un engagement nécessaire de leur part. Dans ce contexte, toutes les bonnes volontés sont attendues pour poser les jalons d’une anthropologie en devenir. Le premier congrès de l’Afea qui aura lieu à l’EHESS-MSH, à Paris, en septembre 2011, sera une occasion majeure pour discuter et donner à voir les réflexions propres à la discipline, en envisager les contours, en identifier les nouveaux défis. Sans sectarisme, au sein de ce collectif éphémère de plus de 500 étudiants et chercheurs, individus et représentants d’associations interrogeront les limites du savoir anthropologique et les manières les plus efficaces de les dépasser ou de les assumer. Des divisions stériles seront abandonnées sans regrets. De nouveaux horizons seront provisoirement conquis. Des façons de travailler seront mises en commun pour donner une visibilité nouvelle à l’anthropologie sans en négliger les acquis fondamentaux. Laurent Sébastien Fournier

SLRU_19_01_small.jpg

4. Éditorial mars 2011

L’anthropologie dans le mécano de la générale SLRU_19_01_small.jpg _ Photo I. Bellier, 19 janvier 2011, Action SLU devant Jussieu, pour dénoncer l’empilement des réformes ministérielles Les précédents éditoriaux ont évoqué l’Alliance SHS (regroupant le CNRS, la Conférence des Grandes Ecoles, la Conférence des Présidents d’universités, l’INED), au nom suggestif de ATHENA, en se demandant comment l’anthropologie pouvait s’y retrouver (voir [->rubrique 37]). Selon le site du Ministère les objectifs de cette alliance sont : de «concevoir les moyens de consolider les dispositifs d’accueil de la qualité scientifique (Institut Universitaire de France, chaires d’excellence, Instituts d’Etudes Avancées, Maisons des Sciences de l’Homme, etc.), et de faire des propositions pour développer les coopérations entre les acteurs en matière d’infrastructures de recherche et de grands équipements (bibliothèques, numérisation). Elle devra aussi définir des stratégies pour la diffusion et l’internationalisation des S.H.S. (Ecoles françaises à l’étranger, réseau des Instituts Français de Recherche à l’Etranger, etc.), aider à la programmation de la recherche à moyen et long termes et participer à la veille et la prospective scientifique». L’interview de Patrice Bourdelais dans le Journal du CNRS (mars 2011) donne quelques clés sur la manière dont l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) s’inscrit dans le dispositif : il s’agira de concevoir les partenariats des UMR, de construire des Initiatives d’avenir, de se concerter en amont pour les candidatures des enseignants chercheurs en délégation, et sur les thématiques des UMR. Des priorités sont avancées pour l’INSHS : santé et politique sociale, environnement et numérique, thématique du travail, genre. Deux priorités méthodologiques sont à noter : le développement de la formalisation et de la modélisation d’une part, les approches comparées et l’ouverture aux autres régions du monde d’autre part. Dans ces différentes priorités, l’anthropologie peut se retrouver à condition que ses enseignants et chercheurs s’inscrivent aussi dans les initiatives de décloisonnement évoquées et figurent dans le paysage des IDEX, EQUIPEX, LABEX, PRES, etc. Ce qui n’est pas gagné, étant données les grandes manœuvres que la course aux millions a stimulées, les critiques portées sur les procédures ANR qui ont accompagné l’évaluation puis la sélection des projets, et l’impact que de tels bricolages structurels auront sur les laboratoires et UMR, promises à des tensions de toutes sortes entre chercheurs statutaires avec et sans contrat, et chercheurs non statutaires sur contrat (CDD)… Ces initiatives, dites d’excellence, s’appuyant sur des modes d’évaluation critiqués et des stratégies de visibilité internationale, confortent les positions établies dans un champ de pouvoir peu transparent. Nous pouvons aussi nous préoccuper de l’interprétation de l’esprit de l’inter ou de la pluridisciplinarité qui souffle sur les « réformateurs ». L’INSHS est en effet décidé à favoriser « le recrutement de chercheur à double profil : des historiens ou des philosophes également diplômés en science de la nature par exemple ». Nombreux sont les anthropologues pour qui l’inter- ou la pluridisciplinarité sont surtout des cadres qui se construisent au niveau des établissements, comme par exemple à l’EHESS, mais qui hésitent à s’engager dans des dispositifs de recherche qui consomment beaucoup de temps. Pour avoir fait l’expérience de tels cadres qui stimulent les échanges intellectuels, l’interdisciplinarité est intéressante à mes yeux surtout lorsqu’elle se construit à partir de chercheurs et enseignants chercheurs à l’aise dans leur discipline et qui sont, par leur personnalité, ouverts au dialogue avec les autres, à propos d’un objet de recherche en commun. Le profil est double : du chercheur spécialiste d’un domaine et curieux des méthodes des autres, on pourrait passer à l’incitation à poursuivre un double doctorat. Dans ce cas de figure, soit on assistera à une dévalorisation du doctorat dans sa mouture actuelle, soit il s’agira de mettre en place de nouvelles filières de formation pour générer ces chercheurs à profil double que l’interdisciplinarité obligerait. Dans cette direction, il peut être important de revenir sur la nomenclature des SHS qu’a produit le Ministère en décembre dernier (communiqué de l’AFEA du 7 février 2011). Les mots usités pour justifier du nouveau classement ne sont pas anodins, tout comme la justification portée à la réforme. Selon ce rapport la taxinomie antérieure du CNU reflétait « la vieille organisation facultaire par disciplines… et à aucun degré les SHS « finalisées » développées par certains Établissements Publics à caractère Scientifique et Technologique (EPST) représentés dans les autres Alliances, comme l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ou l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). » L’université est donc explicitement invitée à produire des connaissances finalisées, par un processus appelé à réformer en profondeur les assemblées collégiales que constituent le CNU et le Comité National du CNRS, dont la taxinomie daterait aussi des années 1970… En revanche, les critères de l’AERES, agence dite indépendante, créée « dans un contexte marqué par la réflexion sur l’évaluation des politiques publiques et sur l’évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. », ainsi que ceux de l’ERC dont la mission est « to stimulate scientific excellence by supporting and encouraging the very best, truly creative scientists, scholars and engineers to be adventurous and take risks in their research », sont acceptés sans discussion par le ministère. Pour l’AERES, l’anthropologie et l’ethnologie figurent comme sous domaines du « Panel Sciences Sociales ». Pour l’ERC, l’anthropologie sociale figure dans les contenus évalués par le « Panel Institutions, values and beliefs and behaviour ». Dans la nouvelle nomenclature, l’anthropologie et l’ethnologie figurent comme « mots-clés » du groupe SHS2 « Normes, institutions et comportements sociaux ». Le vieux est-il l’ennemi du bien ? L’objectif affiché de la nouvelle nomenclature est de permettre une intégration accrue de la recherche française dans le contexte européen ! Mais l’enjeu est-il de suivre les évolutions que toutes les disciplines connaissent, et l’on mesure bien en anthropologie les changements entre l’ethnologie des années 1960 et l’anthropologie contemporaine, ou bien de restructurer le dispositif d’enseignement et de recherche pour un désengagement croissant de l’Etat et une dépendance accrue des opérateurs privés ? A ce sujet, j’invite les lecteurs à consulter le site de SLU pour des analyses pertinentes montrant comment le passage aux responsabilités et compétences élargies, au nom de l’autonomie et de la liberté, sont essentiellement un moyen de transférer les dépenses pour l’enseignement supérieur et la recherche du budget de l’Etat vers celui des universités Avec la diminution des crédits récurrents (voir le communiqué de la Conférence des Présidents d’Université et l’article de Bertrand Monthubert) la stratégie du Grand emprunt s’avère un outil d’accélération de la recomposition du paysage de l’enseignement supérieur, faisant intervenir des opérateurs privés de manière croissante et renforçant le glissement vers une gestion de l’enseignement supérieur et de la recherche selon des règles propres au secteur privé, lesquelles ne sont pas au service de l’intérêt général dont relèvent les missions de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dans un monde d’abord régi par la concurrence entre établissements, les nouvelles compétences placent les universités moins devant la réflexion sur les évolutions disciplinaires et les défis scientifiques de l’avenir que devant l’impérieuse nécessité de rechercher des sources de financement externes, à commencer par la course au contrat et l’augmentation des droits d’inscriptions, ou de sacrifier les formations qui attireront moins d’étudiants ou qui seront moins sponsorisés par des opérateurs privés.

petit-logo-afea.gif

Communiqué du 7 février 2011/ nouvelle nomenclature SHS

petit-logo-afea.gif

Communiqué du 7 février 2011

L’AFEA a pris connaissance de la nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et la Société, publiée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de sa Stratégie nationale de recherche et d’innovation (SNRI)[[ http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Innovation,_recherche_et_developpement_economique/02/8/Nomenclature_SHS_167028.pdf]]. Elle constate que cette nomenclature destinée à « servir de référence dans l’organisation des secteurs de l’AERES dévolus à l’évaluation de la recherche en SHS et dans la rédaction des documents STRATER » (résumé p. 3) ne satisfait pas aux conditions de « lisibilité, simplicité, efficacité », posées par le Cahier des charges (p. 8). Elle s’alarme d’une grave erreur figurant à la page 6 du document avec la disparition du terme « ethnologie » de l’intitulé de la section 20 du CNU qui est « Anthropologie biologique, ethnologie, préhistoire ». Cette erreur se répercute dans la nouvelle nomenclature (p.10) qui rapproche des groupes thématiques, des mots clés, les sections du CNU et celles du Comité national. Si on comprend convenablement donc, cela signifie qu’aucune section du CNU ne serait plus en charge des disciplines « ethnologie » et « anthropologie », puisque selon ce document : -* la section 19 (« sociologie, démographie ») serait celle concernée par le groupe SHS2 « Normes, institutions, comportements sociaux » dont les mots-clés sont : droit science politique, sociologie, anthropologie, ethnologie, démographie, information et communication, -* la section 20 (« anthropologie biologique et préhistoire ») se retrouverait concernée par le groupe SHS6 « Mondes anciens et contemporains » dont les mots-clés sont « préhistoire, archéologie, histoire, histoire de l’art ». D’une manière ou d’une autre, selon la nouvelle stratégie, l’ethnologie, l’ethnographie, l’anthropologie sociale et culturelle, les enseignants chercheurs, leurs méthodes de travail, leurs résultats ne pourront pas être évaluées au CNU par des représentants compétents dans ces domaines de recherche. Cela ne peut qu’avoir de graves répercussions sur leur visibilité dans le monde de l’enseignement et de la recherche, et dans le public. Ainsi, sont mises en question l’orientation des dossiers de qualification des jeunes docteurs, l’évaluation et les promotions des professionnels concernés, les conditions de transmission des savoirs et des connaissances. La condition de parcimonie, posée au Cahier des charges, revient à sacrifier les voies du recrutement pour l’ethnologie et l’anthropologie à l’université et donc à terme ces disciplines mêmes, les moyens d’une évaluation compétente des enseignants-chercheurs concernés et des domaines d’enseignement et de recherche qui leur sont associés, alors qu’ils s’engagent dans d’innombrables projets innovants et que la recherche française en ethnologie et en anthropologie sociale et culturelle est très sollicitée internationalement. Cette nomenclature doit être révisée d’urgence, en consultation avec les organisations professionnelles et syndicales concernées. ———- – Télécharger le communiqué au format pdf: _ Communiqué de l’Afea du 7 février 2011/ nouvelle nomenclature SHS – Site web de La stratégie nationale de recherche et d’innovation _ brochure-innovation-recherche_136347-2.jpg

Le bonheur d'une révolution, Égypte, 2011

3. Éditorial février 2011

Des révolutions à la réaction Personne ne les avait prédites, des services secrets en officine à leurs artisans mêmes dans la rue, en passant par les spécialistes de ces régions, mais elles ont surgi en balayant des dictateurs en place depuis des décennies : la révolution tunisienne, puis la révolution égyptienne. Le bonheur d'une révolution, Égypte, 2011 Aurait-on pu prévoir ? Non. Les anthropologues ne sont pas mieux armés que les autres pour ce qui est de la prospective. Est-ce là d’ailleurs notre rôle ? Probablement pas et on jugera sans doute la question plus pertinente pour les sciences politiques. Le champ de l’anthropologie et de l’ethnologie n’est l’événement en train de se faire que lorsqu’il est ancré dans une répétitivité qui le laisse prévoir, dans des structures sociales données, dans une temporalité et un espace connu. Qu’a-t-on à dire en temps réel d’un événement unique, de l’acte extra-ordinaire, d’une révolution ?[Voir le numéro spécial de [Terrain, n°38 mars 2002: “Qu’est-ce qu’un événement?” _ Terrain-38.png]] sans doute peu de chose à chaud, sûrement beaucoup avec un peu de recul : aussi exceptionnelles que soient les révolutions, elles émergent d’un substrat que nous connaissons quand nous travaillons sur ces sociétés, que notre travail porte sur l’analyse des conditions de vie, des pratiques, des compétences, des discours et des références partagées, des organisations sociales… L’ethnologie et l’anthropologie ont longtemps été associées à l’étude des sociétés « froides » (dixit Lévi-Strauss), qui ignoraient le mouvement continu des sociétés « chaudes » (les nôtres). Les praticiens de ces disciplines savent sans doute mieux que quiconque que toutes les sociétés contemporaines sont toutes et toujours en proie à d’incessants mouvements, loin des clichés de sociétés figées dans l’intemporel de la tradition. Et pourtant, la demande sociale, en fait politique, et de plus en plus politique, envers les sciences humaines et sociales s’oriente toujours plus vers une demande d’expertise instantanée des situations sociales en ébullition. On sacrifie les moyens de produire une connaissance sur la longue durée tout en enjoignant les chercheurs de produire des savoirs immédiatement utilisables. Cela est net du côté du ministère des Affaires étrangères qui a sacrifié son centre de recherche (partagé avec le CNRS) au Caire, le CEDEJ, les années précédant cette révolution : la dernière direction a liquidé le service de documentation et la bibliothèque et viré tous les documentalistes et la plupart des chercheurs (voir en ligne). Le déclin conduira à ne conserver a minima qu’un service réduit d’informations socio-politiques pour les petits déjeuners de l’ambassadeur : exit l’ethnologie, l’anthropologie, la sociologie, l’histoire… La demande d’expertise n’est sans doute pas nouvelle, nous savons que nos disciplines sont sollicitées par les groupes pétroliers pour faire passer « sans douleur » un gazoduc en forêt équatoriale ou pour incorporer les volontaires (embedded) dans les troupes d’invasion de l’armée américaine en Irak. Cette demande d’expertise n’est pas nouvelle, mais elle se précise, puisque les instances qui semblent décider de ce qu’il faut chercher ou ne pas chercher en France (en tenant de plus en plus serrés les cordons de la bourse) viennent d’inventer « l’appel à projets FLASH » inauguré avec « Séisme Haïti : pour une reconstruction durable » (mars 2010). L’ANR précise sur son site web qu’il s’agit « d’un nouveau type de procédure qui vise à sélectionner et financer des projets dans un délai court (3 à 4 mois) ». Expertise et instantanéité : nos disciplines sauront-elles répondre ? Dans un sens, nous préparons les futurs chercheurs à cela en obligeant à mener des thèses en trois ans maximum, terrain inclus. Faut-il encore que l’Université enseigne l’ethnologie, puisque la réflexion du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de sa Stratégie nationale de recherche et d’innovation (SNRI) (voir en ligne la nouvelle nomenclature SHS proposée) semble vouloir faire l’économie de ces disciplines universitaires au sein du CNU… Le dernier communiqué de l’Afea le souligne : on ne sait déjà plus à quelles sections les candidats ethnologues aux listes de qualification aux fonctions de maître de conférences peuvent s’adresser. Alors, où va-t-on ainsi ? En juin dernier, Valérie Pécresse se félicitait de la création de l’alliance ATHENA — l’alliance des sciences humaines et sociales — (regroupant CNRS, la Conférence des grandes écoles, la Conférence de présidents d’université et l’INED) qui avait la vertu de « décloisonner les relations entre les acteurs ». Mais de quels acteurs parle-t-on ? « L’Alliance ATHENA devra contribuer de manière déterminante au développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le domaine des Sciences Humaines et des Sciences sociales » (voir en ligne sur le site du ministère). On s’y perd quelque peu… Si l’inflation d’acronymes avait des vertus efficaces et prophylactiques, nos disciplines pourraient envisager sereinement l’avenir. Une valeur est sûrement essentielle : la transparence. Elle garantit le bon fonctionnement collégial de la république de la recherche (dans ses institutions comme dans ses pratiques de recherche et à ce titre la promotion des Archives ouvertes est une avancée remarquée) ; on aimerait que notre tutelle ministérielle annonce clairement son programme et in fine ses intentions. Que nous puissions en discuter. En toute transparence, car il n’est pas toujours certain que lesdites « avancées » ne soient pas de l’ordre de la réaction et ne signent plutôt une évolution régressive des conditions de pratique de l’ethnologie et l’anthropologie. Vincent Battesti

2. Éditorial déc. 2010

Quelques futures transformations structurelles des sciences humaines et sociales, à travers de nouvelles orientations stratégiques élaborées par le ministère de l’Enseignement supérieur et par des universitaires, m’ont incité à vous faire part des informations et réflexions qui suivent. Ces infléchissements peuvent être considérés comme une volonté d’affaiblir les sciences de l’Homme en adossant par exemple la future FMSH à des institutions universitaires (Immanuel Wallerstein, 2008). Je vous invite à suivre le dernier épisode chaotique de la vie de la FMSH et de l’EHESS qui illustre la perturbation que la politique peut instiller au sein d’un milieu scientifique. Tout n’aurait pu être qu’un simple déménagement, pour des raisons de désamiantage, de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et de l’EHESS de Paris vers l’avenue de France en décembre 2010. Précédant cet ultime débarquement, un lieu initialement prévu pour 2008 avait fait jaillir l’écume de la révolte : la parcelle 521 d’Aubervillers. C’est alors qu’une pétition « face au risque de démantèlement de l’EHESS et de ses Centres » signée par une soixantaine de chercheur.e.s, enseignant.e.s et personnels administratifs en septembre 2007 s’inscrivait dans une démarche de résistance face à la précipitation. Des opposants à la pétition y virent plutôt un moyen d’associer les sciences sociales aux banlieues. Une partie des anthropologues embarquera donc, après ces oppositions, dans ce nouveau paquebot dénommé fort à propos « Le France », qui remplacera le célèbre « 54 » qui abritait le siège de l’AFEA et maintes de nos réunions du conseil d’administration. Dans un futur plus lointain (2016), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche envisage d’implanter plusieurs établissements des sciences humaines et sociales dans un nouveau campus appelé Condorcet sur la commune d’Aubervillers avec ses « pôles universitaires d’excellence », ses « laboratoires d’excellence », ses « initiatives d’excellences » pris dans le jeu du « grand emprunt » dit aussi « investissement d’avenir ». Les projets d’« équipements d’excellence » en sciences humaines et sociales qui pourraient bénéficier d’une partie du « grand emprunt », semblent être ceux qui s’orientent vers l’élaboration de bases de données de la recherche, qui privilégient la numérisation et qui développent des bibliothèques de niveau international. Toutes ces nouvelles orientations s’inscrivent dans la Stratégie nationale de la recherche et de l’innovation, établie sur cinq ans par la ministre de l’Enseignement supérieur. Parmi les neuf groupes de travail, le groupe « Homme et société face au changements globaux » a rendu un rapport en 2009 divisé en trois parties : « Analyser et comprendre les changements globaux », « Des sciences humaines et sociales en mutation », « Des sciences humaines et sociales en mouvement ». Le conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) présidé par une géographe, et ne comprenant qu’un seul anthropologue parmi ses 27 membres, – sa création fut annoncée au Palais de l’Institut de France, lors de la remise du 1er prix Claude Lévi-Strauss à l’anthropologue Dan Sperber le 29 juin 2009 (le 2ème prix fut attribué à l’économiste Jean Tirole le 10 novembre 2010) – a déposé un deuxième rapport d’étape « Jalons d’une réflexion sur l’évaluation -grand emprunt- alliance SHS » au ministère de l’Enseignement en mars 2010. Ce document propose de repenser les méthodes d’évaluation propres aux sciences humaines, de réfléchir aux Digital Humanities, à la création d’équipements SHS 2.0 (TGIR des sciences humaines et sociales avec un réseau social universitaire, des séminaires virtuels permanents, des cyber-infrastructures) et à la mise en place d’une Fondation d’appui aux sciences humaines et sociales. Cette dernière accueillerait de grandes enquêtes sociologiques européennes, rassemblerait des données concernant l’insertion professionnelle des diplômés issus des SHS, des aides à l’écriture d’articles en anglais, des financements de présentation de communications dans des conférences internationales pour permettre une «visibilité internationale des chercheurs français » et des corpus de traduction de termes techniques dans chaque discipline. L’Alliance SHS inclurait des groupes thématiques sur « la numérisation et la diffusion des savoirs », sur « la société, le développement et l’emploi », sur « les Hommes et leurs milieux (santé, environnement »), sur « l’interaction des sciences humaines entre elles », sur « les Sociétés du monde au-delà des aires culturelles ». Á l’anthropologie et à l’ethnologie de trouver leur place dans cette future Alliance. Je terminerai en portant à votre connaissance un événement survenu chez nos voisins belges et dénoncé par le WCAA dont l’AFEA ne tardera pas à être membre. Lors de ses observations ethnographiques et de ses prises de vue au No Border Camp le 1er octobre 2010 à Bruxelles (rassemblement social protestataire), l’anthropologue Marianne Maeckelbergh, maître de conférence à l’université de Leiden, a été arrêtée et brutalisée par la police. Thomas A. Reuter, le président du Conseil mondial des associations d’anthropologie a récemment écrit une lettre au ministre de l’Intérieur et au premier ministre belges ayant pour objet « Arrest and Maltreatment of a Researcher by Belgium Police in conjunction with the No Border camp » dont voici un extrait : «This case is a threat to the ability of academics to pursue ethnographic research by “participant observation” in safety and in freedom – within a supposedly democratic society whose security is clearly in no way threatened by actions such as the No Border camp, which was merely aimed at combating xenophobia.» La fréquentation des « terrains à risque » (Christian Geffray, 2001) permet de restituer au milieu de la recherche des observations et des analyses anthropologiques éloignées du champ journalistique qui garde, dans la société civile, le monopole descriptif des « terrains minés ». Que les risques encourus par une institution ou par une chercheuse, soient visibles à différentes périodes, ils restent des catalyseurs des durcissements et/ou des bouleversements qui jalonnent l’histoire des sciences humaines et sociales. Si les crises de l’anthropologie ont fait l’objet d’articles et de conférences, nous ne pouvons qu’admettre que cette discipline a su réagir et n’a pas défailli comme le démontre l’engagement du WCAA et de nombreuses associations d’anthropologie. Sophie Accolas _ Co-responsable du réseau de recherche thématique Anthropologie visuelle et multimédia, AFEA _ Co-responsible of the thematic research network Visual Anthropology and multimedia, AFEA

1. Éditorial oct. 2010

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) est née en janvier 2009 d’une mobilisation qui avait conduit aux Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France en décembre 2007. L’AFEA a été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, sa transmission et son devenir. Dans cette perspective, l’organisation du 1er congrès de l’AFEA est un élément essentiel du dispositif visant à rassembler les individus et à fédérer les différentes associations existantes dans une organisation professionnelle unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives et de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir et à lui permettre d’exister. Cette manifestation est en effet un pas décisif pour rassembler tous les ethnologues et les anthropologues et constituer un rendez-vous régulier de la discipline en France (congrès tous les deux ans) qui permettra aux anthropologues, à quel que courant qu’ils appartiennent, de discuter entre eux et de débattre des recherches, de l’actualité professionnelle, des questions politiques, de l’enseignement et de la formation des jeunes, du lien avec les autres associations d’anthropologues à travers le monde… Ce sont les raisons pour lesquelles nous vous appelons à participer largement à ce premier congrès unitaire qui est aussi le vôtre. Rien de valable ne peut être fait sans la volonté active de tous (individus et associations) à s’engager sur un horizon commun. Ce congrès aura lieu du 21 au 24 septembre 2011 à l’EHESS à Paris. Il a pour intitulé « Connaissance No(s) Limit(es) » et portera donc sur le thème très large de la connaissance, de ses modalités de production et de sa place dans les sociétés contemporaines. Si cette thématique générale constituera la colonne vertébrale de la manifestation, le congrès fera également une large place à la diversité des recherches qui traversent le champ de la discipline et s’appuiera sur les propositions de session des associations membres de l’AFEA et des Réseaux de recherche thématique (RRT). Il faut souligner à ce propos qu’il est encore temps de proposer à l’AFEA la création de RRT en prévision du congrès à venir. Nous vous engageons à le faire sans tarder en écrivant à : [->asso.afea@gmail.com]. Fidèle à ses engagements et à ses objectifs, l’AFEA est soucieuse d’ouvrir ce congrès très largement à tous les acteurs de la discipline (chercheurs et enseignants-chercheurs, étudiants, doctorants et post-doctorants, professionnels du patrimoine, des musées et de la culture, personnes ayant une activité d’ethnologue ou d’anthropologue en entreprise ou en indépendant, acteurs du milieu associatif, etc.) et de permettre à chacun d’y participer quels que soient ses moyens (prix d’inscription modeste et adapté aux situations des uns et des autres) pour faire de cette rencontre le congrès unitaire de l’anthropologie française. Enfin, il n’est pas possible de finir cet édito sans évoquer les questions qui traversent le débat public et l’espace politique actuellement. En effet, au-delà des opinions et des engagements différents des uns et des autres, force est de constater que le champ politique s’est saisi depuis peu de concepts anthropologiques comme ceux d’identité, d’altérité, de communauté, de culturalisme et de relativisme. Cette utilisation ne peut nous laisser indifférent dans les débats qui ont lieu : débat sur l’identité nationale du 2 novembre 2009 au 31 janvier 2010 ; loi visant à prohiber le port de la « burqa » dans les lieux publics adoptée par l’Assemblée le 13 juillet 2010 ; attaques ciblées contre les Roms (circulaire gouvernementale de Brice Hortefeux du 5 août 2010) ; amendements du 15 septembre 2010 visant à rendre possible la déchéance de la nationalité française aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé la mort d’une personne dépositaire de l’autorité publique ; loi Besson relative à « l’immigration, à l’intégration et à la nationalité » discuté au Parlement le 28 septembre dernier. Ces débats sont politiques au sens le plus noble du terme parce qu’ils opposent deux visions du rôle des connaissances dans la société et parce qu’ils reposent à nouveau les questions classiques du savant et du politique, des usages et de l’utilité sociale de l’anthropologie et des sciences sociales. Le savoir et les connaissances sont au fondement de l´émancipation des individus. Pour ne pas sombrer dans un relativisme qui permettrait tout, nous avons besoin de mener un travail collectif pour développer les connaissances comme pour définir les manières de vivre ensemble. Nous comptons sur vous, pour y apporter votre contribution et faire de ce congrès le lieu d’échanges et de débats féconds de l’anthropologie en France.

0. Éditorial mai 2009

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (Afea) est née d’une mobilisation qui a d’abord conduit à la tenue des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France[[voir le site des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France]]. Celles-ci ont permis d’identifier les difficultés auxquelles se confrontent les anthropologues: la segmentation de la discipline, l’individualisation et la solitude des parcours, l’inquiétude sur le devenir des étudiants, des doctorants et des jeunes chercheurs, le renforcement des concurrences internes et de la compétition internationale, le fait que les anthropologues n’arrivent ni à s’organiser collectivement, ni à parler d’une seule voix face aux menaces qui pèsent sur la discipline et face aux transformations des statuts et des institutions de recherche et d’enseignement. La situation générale rendait cruciale la nécessité de se regrouper et d’être solidaires. Face aux attaques dont les sciences humaines et sociales sont la cible, aux réformes qui exposent la discipline à un effacement progressif, au risque de disparition du CNRS comme de l’IRD, à la fragilisation des statuts, à la réduction du nombre de postes ouverts laissant hors statut nombre de docteurs, à la logique de contractualisation et de regroupement des laboratoires, au renforcement des concurrences internes, etc., une association professionnelle comme l’Afea est devenue une nécessité vitale dont l’absence a fait cruellement défaut, tant au plan intérieur qu’au plan international. Aucune association existante, constations-nous en 2007, ne pouvait prétendre satisfaire pleinement à notre intérêt et à notre bien commun. Aucune n’avait la capacité complète de répondre à ce que chacun pouvait attendre d’une association professionnelle ni n’avait de représentativité nationale et internationale suffisante. À partir des travaux du Comité de liaison et de travail de l’anthropologie en France (Cletaf) issu des Assises, l’Afea est née, lors d’une grande assemblée constitutive, le 17 janvier 2009. À ce jour, seize associations et cent vingt-cinq personnes en sont devenues membres, originaires de toute la France. De nouvelles demandes d’adhésions nous parviennent chaque semaine, ce qui montre combien l’Afea est attendue. Beaucoup de travail a déjà été fait, mais le soutien et l’aide de tous est nécessaire pour construire une association solide. Rappelons le point essentiel de la motion votée par les Assises qui a guidé le comité de liaison et de travail dans la préparation de l’Afea: mettre en œuvre une structure associative ouverte et plurielle, qui puisse être l’instance représentative de la discipline, dans un esprit de partage et d’enrichissement. Une association qui vise à rassembler tous les anthropologues, quels que soient leur statut, leur position, leurs convictions, leurs engagements et leurs attentes. Le rassemblement n’implique pas l’absence de différences ou l’affirmation d’un consensus mou. Il peut être au contraire le creuset de débats féconds et enrichissants pour les uns comme pour les autres, et pour la discipline elle-même. L’existence de nombreuses associations d’anthropologues, à travers toute la France, leur diversité et leur vitalité, de même que l’existence d’une multitude d’initiatives individuelles ou plus collectives, prouvent que ce n’est pas du manque d’idées, d’expériences ou de volonté d’agir que l’anthropologie pâtit, mais de l’absence d’une organisation professionnelle forte et unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives communes et les réseaux parallèles, de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir. L’Afea a ainsi été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, ses pratiques, sa transmission et son devenir. C’est une organisation qui a pour vocation de fédérer l’ensemble des associations d’anthropologie en France et de réunir tous les anthropologues, les ethnologues et les archéologues, individuellement. C’est la raison pour laquelle son Conseil d’administration comporte deux collèges : le collège B représentant les associations (12 membres) et le Collège A représentant les individus (12 membres). Ses objectifs sont de favoriser et de diffuser le développement de l’ethnologie et de l’anthropologie dans tous les domaines, théoriques et pratiques, académiques et professionnels, en multipliant les échanges entre ses membres, les contacts avec les autres disciplines et avec les associations européennes et internationales d’anthropologie. Ils visent également à représenter la discipline aux yeux des différentes instances nationales et à servir de relais auprès des institutions publiques ou privées concernées par la recherche, l’enseignement et l’emploi des anthropologues. Vous trouverez dans ces premières Nouvelles de l’Afea un certain nombre d’informations concernant l’Association (mode de fonctionnement, composition du bureau et du CA, bulletin d’adhésion), le travail déjà réalisé et invitant chacun à participer aux prochaines activités. C’est la raison de la mise en place de Commissions, Groupes de Travail (GT), Réseaux de Recherche Thématiques (RRT) qui ont pour vocation de rassembler les bonnes volontés dans la perspective, entre autres, de la tenue du premier grand congrès de la discipline en France. Ces Nouvelles comprennent aussi quelques informations sur l’association dans le mouvement actuel de contestation des réformes et sur l’actualité des associations membres. Les membres du Bureau comptent sur vous pour faire de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie la grande association ouverte et pluraliste, qui saura rassembler pour assurer à notre discipline une meilleure visibilité et un avenir ; et vous pouvez compter sur eux pour maintenir ce cap.