Tables rondes

TABLE RONDE 1 « Nos institutions, quel bilan ? »
vendredi 3 novembre, 14h-17h30, salle Auditorium

Cette table ronde invite les anthropologues à faire le point sur la discipline à partir de perspectives diverses: depuis la Finlande, depuis les Assises de l’anthropologie en 2007, depuis le CNU, le CoNRS, l’Association des Directions de Laboratoires, mais aussi depuis le monde de l’entreprise, les ethnopôles, les musées et nos associations partenaires. Comment faire de l’anthropologie aujourd’hui? Que souhaitons-nous pour demain ?

 

  • 14h – Conférence de Gaëla Keryell

« Licenciements d’universitaires en Finlande : vers une généralisation européenne ? »

Depuis l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi universitaire en janvier 2010, laquelle a notamment supprimé le statut de fonctionnaire des universitaires, les universités finlandaises mettent en œuvre des licenciements collectifs pour motif économique. Le récent précédent jurisprudentiel (cour suprême de Finlande, 2023/1) concernant l’affaire d’un professeur licencié en 2016, en estimant que « [l]a liberté de recherche et d’enseignement supérieur ne signifie pas que l’université ne pourrait pas, comme le font les autres employeurs, réorganiser son activité et en lien avec cela, mettre en œuvre des décisions inévitables concernant le personnel », a confirmé la transformation de l’université finlandaise en entreprise ordinaire.

Dans quelle mesure ces événements, liés certes à des transformations observables à l’échelle internationale mais aussi à une culture académique finlandaise spécifique, sont-ils annonciateurs des mutations futures des institutions d’ESR en France ?

 

  • 14h45 – Trois ateliers participatifs : « Regards croisés hors de l’ESR » (entreprises, collectivités, musées et associations)
    • Atelier 1  “Anthropologie en milieu associatif” : salle 3.05
      Le statut d’anthropologue dans le cadre associatif (loi 1901) : salariés, CDD d’usage, auto-entrepreneur… Pour certain-es, il s’agit d’animer des ateliers avec des adultes ou des enfants (enquêtes, débats, etc.) et, pour d’autres, de faire des enquêtes et de monter des expositions. Quels sont les cadres qui permettent de faire émerger et exister ces projets ?

      Qui sont les commanditaires de cette forme d’anthropologie ? Quels contenus les intéressent ? Quelles mises en forme des résultats attendent-ils ?
      La médiation scientifique : quelle définition en donner ? Quelles différences avec la recherche participative ou la recherche artistique par exemple ? Quelles réflexions ce mode d’exercice de l’anthropologie produit sur le territoire ?
      Animation : présentation de cas concrets + construction des attentes avec la salle
       
      Atelier 2 “Anthropologie en entreprise” : salle 3.08

      En quoi le positionnement de l’anthropologue (en interne via CDI/CDD ou en externe comme freelance, cabinet de consultants) présente-t-il des avantages/inconvénients ?
      Quelles sont les activités de ces anthropologues et pour répondre à quels besoins?
      Quelles sont les compétences spécifiques de ces anthropologues?
      Animation : Présentation de la commission métier de l’anthropologie et du travail réalisé; partir du témoignage d’Amélie Aubert Plard, débat.

      Atelier 3 “Anthropologie et institutions culturelles” : salle 3.12
      Les échelles de la pratique anthropologique avec les “collectivités territoriales” (quartier, ville, métropole, département, région..etc).
      État des lieux des besoins respectifs des institutions culturelles et des anthropologues
      Relations et différences entre « travailler sur les collections » et la dynamique « Anthropologue vs conservateurs » par rapport à « faire des expositions d’anthropologie » : rôle des publics, façons d’aborder les problématiques sociales du point revue de l’anthropologie;
      Place des écritures alternatives, « recherche-action », « enquête-collecte » etc des anthropologues dans les institutions culturelles
      L’anthropologue “diplomate”
      Animation: présentation de cas concrets + débat

 

  • 16h30 – Bilan général

« Tendances et perspectives depuis les Assistes de l’Anthropologie de 2007 : vers la constitution d’un Livre Blanc »

            Avec l’intervention des représentants des section 38 (CoNRS) et 20 (CNU) et de l’Assemblée des Directeurs de Laboratoires (ADL).

 


 

TABLE RONDE 2 « Travailler avec des anthropologues »
samedi 4 novembre, 15h15-16h45, salle Auditorium

L’objectif de cette table ronde est de donner un espace de discussion à des chercheurs et ingénieurs ayant expérimenté l’interdisciplinarité, en tant qu’anthropologue, ou avec des anthropologues. À partir d’un partage d’expérience sur la mise en œuvre d’un projet de recherche ayant impliqué l’anthropologie et d’autres disciplines, les intervenants pourront par exemple discuter les sujets de la familiarisation avec les problématiques et méthodes des disciplines en jeu, les terminologies (non) partagées, la division du travail disciplinaire dans un projet de recherche, la co-publication, le rôle de l’anthropologue dans le projet, les questions de postures sur le terrain, la nature des données traitées, attentes en matière d’interdisciplinarité.

 

  • 15h15 – Introduction de Roxane Jupin

« Regards croisés : partager les expériences pour réfléchir l’interdisciplinarité avec l’anthropologie »

Les réflexions menées par l’InSHS (CNRS) sur l’anthropologie en partage avec d’autres disciplines témoignent de l’incitation à la collaboration entre sciences humaines et sciences sociales, ainsi qu’entre sciences dites « dures » d’une part, et sciences humaines et sociales de l’autre. Seulement, ces collaborations ne vont pas toujours de soi. Si elles peuvent se révéler enrichissantes sur le plan scientifique, elles peuvent également comporter un lot de défis à relever pour que la collaboration fonctionne.

 

  • 15h30 – Avec les anthropologues Lucie Dupré (INRAE), Alix Levain (CNRS) et l’épidémiologiste Elsa Jourdain (INRAE).

« Dialogues interdisciplinaires suivis de débats »

 


 

TABLE RONDE 3 « Le monde de l’édition, état des lieux »
samedi 4 novembre, 17h-18h30, salle Auditorium

Avec nos invité·es, nous questionnerons l’édition ethnologique et anthropologique: quelles sont les formes éditoriales choisies (édition papier, en ligne, blogs, séries audiovisuelles)? Comment répondre à l’intérêt croissant pour les écritures alternatives? Quel est le quotidien des revues et maisons d’éditions, quelles sont leurs difficultés (soutien ou non des institutions, modèles économiques, implication bénévole des chercheurs, manque de propositions d’articles, hiérarchies du prestige, animation de la vie intellectuelle, ouverture vers d’autres publics)? Du point de vue de l’auteur·rice, comment travailler avec certaines maisons d’éditions?

  • 17h00 – Débats avec Anne de Sales (Société d’Ethnologie), Christine Laurière (Bérose), Sophie Chevalier (ethnographiques.org) et Vanessa Manceron (Terrain et à propos de La Découverte), Animation de Perig Pitrou (Afea).

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search