Projections

Projection des documentaires

Les documentaires projetés à l’occasion du congrès AFEA 2023 ont été sélectionnés à la suite de l’appel lancé au sein de chaque atelier thématique. Une commission constituée de 5 membres du CA de l’AFEA a visionné les films et élaboré ce programme.

Chaque projection sera suivie d’une discussion de 15 minutes avec les spectateur.ice.s et le.a réalisateur.rice. en présence.

Rendez-vous en salle Auditorium pour chaque projection.

 

Planning des projections

PROJECTION REALISATEUR.ICE DOCUMENTAIRE JEUDI 2 NOVEMBRE VENDREDI 3 NOVEMBRE SAMEDI 4 NOVEMBRE
10h 13h
14h30
9h
10h
11h
9h
1 Violaine Baraduc À mots couverts (2014, 88 mn)
2 Laurent Van Lancker Kalès (2017, 63 mn)
3 Nicolas Jaoul Bariz (2020, 70 mn)
4 Fabienne Le Hérou Angu, une femme sur le fil(m) (2014, 46 mn)
5 Michel Tabet Habiter Beyrouth (2021, 42 mn)
6 Gwendoline Torterat Prendre l’Air (2023, 46 mn)
7 Corinne Fortier Marjatta l’éblouie (2017, 52 mn)
Corinne Fortier Ben oui c’est encore les femmes ! Michèle, femme de marin (2018, 14 mn)

 

Les documentaires

Projection 1

À mots couverts (2014, 88 mn), de Violaine Baraduc et Alexandre Westphal

Dans l’enceinte de la prison centrale de Kigali, huit femmes incarcérées témoignent. Vingt ans après le génocide perpétré contre les Tutsi rwandais, Immaculée et ses codétenues racontent leur participation aux violences, retracent leur itinéraire meurtrier et se confient. 

À l’extérieur, le fils qu’Immaculée a eu avec un Tutsi occupe une place impossible entre bourreaux et victimes. Par des échanges de messages filmés, le jeune adulte et la détenue se jaugent, se redécouvrent.

Les images du Rwanda d’aujourd’hui sont investies par les souvenirs des personnages. À travers eux, c’est l’histoire du génocide  qui s’écrit, un génocide au cours duquel des ‘femmes ordinaires’ ont rejoint les rangs des tueurs.


Projection 2

Kalès (2017, 63 mn), de Laurent Van Lancker

Une perspective intime et immersive sur la “Jungle de Calais”, évoquée par une polyphonie d’hommes, d’histoires et de sensations.  

Un film de vent et de désespoir, de feu et de solidarité, d’espoir et d’enfer.
En collaboration avec des réfugiés de la “Jungle de Calais”, Laurent Van Lancker offre un regard poétique et politique sur la vie quotidienne des migrants, avec qui il a vécu lors de ses
fréquentes visites de la “Jungle”. Certaines images ont été filmées par les migrants eux-mêmes, évoquant une grande intimité. 

Kalès propose un voyage sensoriel dans le quotidien du camp autogéré et sur la capacité de l’humain à s’adapter à des situations de crises.


Projection 3

Bariz (2020, 70 mn), de Nicolas Jaoul

Eté 2015, Paris, quartier de la Chapelle.

Des centaines d’exilés récemment arrivés d’Afrique de l’Est sont abandonnés à leur sort sur les trottoirs. Soutenus par des habitants du quartier, ils luttent pour recréer un campement qui leur permet de se protéger de la police et revendiquer leurs droits d’asile.

Quelques mois plus tard, après avoir obtenu des hébergements, Ismaïl et Fathi nous parlent de leur exil, de leur arrivée à Paris et de solidarité.


Projection 4

Angu, une femme sur le fil(m) (2014, 46 mn), de Fabienne Le Hérou

Femme sur le fil(m) raconte l’histoire d’Angu, ou Angie, une réfugiée tibétaine en Inde qui vit sur le fil du rasoir. Angu habite la colonie tibétaine de New‐Delhi avec son bébé Peggy. Aux marges économiques et sociales de la diaspora tibétaine en Inde, à la lisière du quartier, le long d’une rivière.

La Yamuna.


Projection 5

Habiter Beyrouth (2021, 42 mn), de Michel Tabet

4 août 2020 : Explosion à Beyrouth.

L’association de ces mots n’a en soi rien d’étonnant. Beyrouth explose depuis toujours. C’est une ville intimement liée à la guerre. Et pourtant cette explosion n’est pas comme les autres. Elle rappelle à quel point ce territoire est soumis à des cycles de violence. Comment font ses habitants pour faire face à cela, comment font-ils pour habiter l’inhabitable ?


Projection 6

Prendre l’Air (2023, 46 mn), de Gwendoline Torterat

Henri, Daniel et Dovilio sont trois ramasseurs de cailloux du nord de la Bourgogne. Collectionneurs de savoirs sur la Préhistoire, leur réserve compte des dizaines de milliers de silex taillés que les labours ou les carriers ont remonté en quantité à la surface des terres. N’utilisant aucun outil de détection, ils ont procédé par ramassage de surface dès les années 1950, une décennie décisive qui suit la réorganisation du C.N.R.S et la redistribution progressive des responsabilités vis à vis de la collecte et de l’étude scientifique des vestiges archéologiques. Clandestins pour certains, oubliés chez beaucoup d’autres, ils ont avant tout contribué à une archéologie de sauvetage reposant à l’époque sur le travail d’amateurs et de bénévoles. C’est en marchant dans leurs pas que Pierre, chargé de recherche en archéologie et ancien amateur, a décidé de collaborer avec ces trois amis, renégociant ainsi la limite entre amateurs et professionnels, et réhabilitant le travail colossal de ces marginaux sans qui de nombreux sites auraient été perdus.


Projections 7

Marjatta l’éblouie (2017, 52 mn), de Corinne Fortier

Marjatta Taburet, bien qu’elle soit en quelque sorte une migrante venu de Finlande est devenue une référence « bretonne » dans le patrimoine artistique local et une exposition lui est en ce moment consacrée au musée de la céramique à Quimper. Les naufrages sont de tous ordres, individuels et maritimes, aussi cette artiste aime à représenter la mer en rouge pour mieux en évoquer la férocité. Marjatta est un figure de résilience qui traversera plusieurs crises dans sa vie, tout d’abord le fait de ne pas connaître son père dont elle remontera la trace dans ce film et ensuite le fait d’avoir perdu sa mère à dix ans et d’avoir été placée dans un orphelinat, rupture dont elle restera inconsolable et qu’elle réparera à travers son art et notamment à travers le modelage de sculptures ressuscitant la présence de sa mère. Les crises d’inspiration artistiques qu’elle traversera trouveront le plus souvent leur résolution dans des rêves. Mais lorsque je rencontre Marjatta, celle-ci connaît une nouvelle crise, le deuil de son mari avec qui elle formait un couple d’artistes unis. Et c’est encore par la couleur qu’elle va combattre ce moment critique, avant que cette magnifique coloriste ne commencera à perdre en vieillissant le sens qui lui est le plus cher, la vue…

 

Ben oui c’est encore les femmes ! Michèle, femme de marin (2018, 14 mn), de Corinne Fortier

Il est très rare qu’une femme de marin parle devant une caméra, et surtout de naufrage et de la crise que cela occasionne aussi bien pour les hommes qui étaient en mer que pour les femmes restées à terre… Michèle, originaire de Brest, raconte comment, le 13 février 1972, alors que la tempête grondait et qu’elle était suspendue à la radio maritime, elle entendit que le René Gabrielle, chalutier de la Rochelle, était « parti les mâts en avant » ! Son mari, qui avait l’habitude de travailler sur ce bateau en tant que mécanicien, n’était par chance pas à bord cette fois-là. Cela lui permis d’échapper au coup du sort qui coûta la vie à l’ensemble de l’équipage, mais il en restera profondément marqué. Il retournera malgré tout sur cette mer qui est « toute sa vie » et qui fait vivre sa famille, sa femme s’occupant, comme de nombreuses femmes de marin, de gérer cet argent si dangereusement gagné. Elle défendra avec courage et ténacité les droits de son mari face aux armateurs qui s’indigneront de cet empowerment féminin qui les dérange : « Ah c’est encore les femmes ! », « Ben oui c’est encore les femmes ! » rétorquera-t-elle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search