Le conseil d’administration 2024

 

Le bureau actuel se compose de :

Président : Perig Pitrou Vice-Président : Jean-Michel Butel
Trésorier : Clément Jacquemoud Vice-Trésorière : Laure Carbonnel
Secrétaire : Arnaud Dubois Vice-Secrétaire : Emmanuelle Lallement
Chargés de la communication : Roxane Jupin et Pierre Peraldi-Mittelette

 

Les membres du CA se répartissent en commissions de travail.

 

Yacine Amenna | Docteur en sciences sociales, spécialité anthropologie sociale et ethnologie, de l’EHESS, je mène actuellement une recherche postdoctorale en sociologie au département des sciences sociales de l’Université du Luxembourg.
Ma recherche doctorale a porté sur le recrutement, la formation et l’insertion professionnelle d’une élite sportive en France et en Allemagne. Basée sur une enquête de terrain menée de 2017 à 2021, la thèse vise à décrire la manière dont les jeunes footballeurs visent à devenir professionnel de ce sport dans des institutions qui concourent à participer à leur production. 
Désormais, je travaille dans un projet de recherche, qui vise à analyser un dispositif d’aide aux devoirs mise en place pour réduire les inégalités scolaires au Luxembourg.

Jean-Michel Butel | Ethnologue, japonisant (j’ai vécu 13 ans au Japon), je suis depuis 2005 maître de conférences à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris). J’y suis responsable de l’enseignement de l’anthropologie en Master et tente d’y développer une anthropologie respectueuse des connaissances et des discours scientifiques produits dans des langues non occidentales. https://anthropo.hypotheses.org
Mes recherches portent sur le sentiment amoureux et la famille, ainsi que sur l’histoire des études folkloriques et de l’ethnologie japonaise.

Laure Carbonnel | Docteur en anthropologie de l’université Paris Nanterre, affiliée au LACITO (UMR 7107) depuis 2022, mes recherches portent sur les rassemblements musicaux et dansés en tant qu’espace de production ou d’expérimentation de formes de coexistence. Elles se sont déroulées au Mali, au Ghana pendant un an, et en France, dans des milieux urbains et ruraux. Pendant mon doctorat, j’ai travaillé notamment en tant qu’ingénieure sur les fonds d’archives ethnologiques. Puis j’ai été lauréate de contrats de recherche dans trois programmes internationaux, financés par des institutions publiques françaises ou allemandes, à Paris, Dakar et Accra. J’ai été membre de l’AFEA de 2017 à 2019. Je suis ensuite restée active en tant que bénévole avant de rejoindre à nouveau l’équipe du conseil d’administration. Je suis investie dans les commissions communication, prix de thèse, séminaire itinérant, et je suis actuellement co-trésorière. https://cv.hal.science/laure-carbonnel

Arnaud Dubois | Je suis professeur d’histoire de l’art et du design à l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges, chargé de recherche au laboratoire « Histoire des technosciences en société » du Conservatoire National des Arts et Métiers (HT2S-Cnam) et chercheur associé à la plateforme « Art, Design, Société » de l’EnsadLab, le laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs.

Aurore Dupuy |

Frédérique Fogel | Je suis anthropologue, directrice de recherche au CNRS. Je suis membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (Nanterre) et affiliée à l’Institut Convergence Migrations. Au Conseil d’Administration de l’AFEA, je représente la Société d’ethnologie (société savante et maison d’édition) depuis 2016. Mes recherches principales portent sur la parenté et le genre en condition migratoire, depuis mon terrain de thèse en Nubie égyptienne, jusqu’à la Parenté sans papiers à Paris, en passant par la mémoire générationnelle des immigré.es installés en banlieue parisienne. Je contribue à plusieurs programmes coopératifs pour le développement des liens sciences – société.

Marie-Pierre Gibert | Je suis anthropologue, enseignante-chercheuse (MCF) à l’Université Lumière Lyon 2  et membre du laboratoire Environnement-Ville-Société (EVS-UMR 5600). Au sein du CA de l’AFEA, je représente le CMTRA Ethnopôle “Musiques, territoires, interculturalités” (https://cmtra.org/Nous_connaitre/Le_CA/5_LethnopAle_Musiques_territoires_interculturalitAs.html).  Je débute un premier mandat au CA. J’ai à cœur de poursuivre le travail de dialogue entre anthropologie et société civile mené par mes co-élu.es au CA, mais aussi de nourrir les liens internationaux qui irriguent la communauté des anthropologues au-delà des frontières françaises. En effet, les échanges scientifiques entre pays me passionnent: j’ai travaillé plusieurs années au Royaume-Uni et depuis mon arrivée à Lyon je coordonne un Master Européen (CREOLE) organisé en consortium avec 6 autres universités européennes. Mes recherches s’articulent autour de deux thèmes principaux : danse et musique d’une part, travail d’autre part. Ayant d’abord mené des recherches sur le rôle des pratiques corporelles et artistiques et leurs acteurs (musiciens, danseurs, chorégraphes, etc.) dans des contextes variés (migration et mobilité transnationale, post colonialisme, revendications locales ou nationales, etc.), le terrain m’a poussée à m’intéresser à la question du travail. Je mène actuellement des recherches auprès des cantonniers et cantonnières de la Métropole de Lyon, et entame un nouveau terrain de recherche sur la danse dans l’espace urbain en Grèce.

Clément Jaquemoud | Je suis ethnologue, actuellement titulaire d’un contrat postdoctoral dans le cadre du projet ANR CEREMONIAC (Sciences Po Bordeaux) qui porte sur l’économie cérémonielle des familles en Asie centrale. Ma thèse a porté sur les recompositions identitaires et religieuses
postsoviétiques dans la République de l’Altaï, une région du sud sibérien en Fédération de Russie où je me rends depuis 2005. J’ai travaillé parallèlement sur la récitation de poésies épiques en chant de gorge, une pratique qui de mon point de vue intervient dans ces processus de recomposition. Je me suis également intéressé aux pratiques féminines dans la revitalisation d’un millénarisme messianique local, ainsi qu’aux tensions liées au rapatriement d’une momie datant de l’époque scythe dans la République.

Marie-Pierre Julien | Ayant travaillé pendant 11 ans sur contrat avant d’intégrer l’université de Lorraine, je reste très attachée à la multiplicité des pratiques de l’anthropologie. D’ailleurs, depuis 2013, je suis présidente de l’association d’éducation populaire par l’ethnologie EthnoArt. Responsable du master du département de sociologie de Nancy, je participe à former des praticiens autant que des chercheurs. A l’AFEA, je fus membre du bureau pendant 4 ans (au  poste de présidente) et me suis investie dans les actions politiques portant sur l’avenir de la discipline dans sa diversité, j’ai participé à l’organisation des séminaires itinérant de l’AFEA, j’ai représenté l’AFEA dans le groupe de travail de l’INSHS sur l’enseignement de l’anthropologie et, avec Laure Carbonnel, nous représentions l’AFEA au Collège des sociétés savantes de France. Avec mes collègues nous avons organisé le congrès 2023. Ce fut 4 belles années de partage avec les membres du CA de la conviction de l’importance de valoriser la multiplicité des pratiques de notre discipline dans et hors les murs de l’ESR. Je reste dans le CA pour 3 nouvelles années afin de consolider les actions initiées et d’aider les nouveaux membres à s’approprier ce beau collectif.

Roxane Jupin | Je suis anthropologue de formation et chargée de valorisation de la recherche en appui aux politiques publiques à INRAE. Je contribue à faire connaitre aux acteurs publics (services de l’État, collectivités territoriales, etc.) les activités conduites au sein de l’Institut dont les résultats pourraient soutenir l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques dans les domaines de l’agriculture, l’alimentation, l’environnement et les risques associés. A l’AFEA, je suis chargée de la communication et  membre de la commission “métiers de l’anthropologie”.

Emmanuelle Lallement | Emmanuelle Lallement est anthropologue. Elle est professeure des universités à l’Institut d’Études Européennes de Paris 8 où elle enseigne l’anthropologie urbaine. Elle est responsable de la mention de Master Études Européennes et Internationales. Elle est chercheuse au LAVUE (Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement) et membre de l’équipe ALTER de Paris 8. Elle est présidente de l’Association AnthropoVilles. Elle est également responsable de l’axe Penser la ville contemporaine à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.
Elle développe des recherches sur les villes, selon quatre grands axes : la ville marchande, la ville patrimoniale, la ville globale, la ville festive.
Au sein du CA de l’AFEA, elle représente le collège B des associations. 

Pierre Peraldi-Mittelette | Docteur en ethnologie depuis novembre 2019, inscris à l’AFEA dans la foulée. Dans le cadre de mes recherches doctorales, j’ai étudié les populations touarègues venues s’installer en Europe. Mes centres d’intérêt pour aborder cette question relèvent des études de diasporas, de l’ethnographie de la communication lors d’interactions avec des locaux, d’approches sémantique, lexicale et sensorielle des échanges qui sont au-delà du langage verbal. De surcroît, je me suis penché sur ce qui était communicable dans ces échanges à travers une étude des représentations (en particulier des appropriations stéréotypiques) dont bénéficient les Touaregs en France notamment. Mon engagement à l’AFEA, récent, n’est pas sans lien avec l’attrait que je ressens pour la discipline anthropologique qui permet de déployer autant de diversité dans un même travail. En outre, les ambitions fédératrices de cette association me semblent fondamentales pour que l’ethnologie et l’anthropologie puissent être enfin perçue à leur juste valeur : comme une discipline d’intérêt public – notamment dans le contexte sociopolitique actuel. Aujourd’hui chargé d’édition à l’Université de Lorraine, je développe une réflexion concernant le traitement des données qualitatives et leur pérennité. https://cv.hal.science/pierre-peraldi-mittelette

Perig Pitrou | Je suis anthropologue, directeur de recherche au CNRS. Je dirige l’équipe » Anthropologie de la vie » du Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Université des Sciences et des Lettres du Collège de France/Paris, et différents programmes de recherche (Domestication et fabrication du vivant, La vie à l’oeuvre, Imovie, etc.) ). En m’appuyant sur mes enquêtes ethnographiques dans les sociétés amérindiennes du Mexique et dans les laboratoires scientifiques, j’ai développé un cadre comparatif pour analyser les nombreuses biotechnologies que les sociétés humaines ont élaborées.

Fabien Provost | anthropologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’Études Sud Asiatiques et Himalayennes (UMR 8077). À partir d’enquêtes menées depuis plus de dix ans auprès des personnels et patients d’hôpitaux d’Inde du Nord, mes recherches croisent les perspectives de l’anthropologie de la santé, des STS et de l’anthropologie juridique pour saisir les tensions, contradictions et formes de coopération à l’oeuvre dans l’expertise médicale. Après une thèse sur la pratique de la médecine légale et un postdoctorat sur le traitement du cancer, je m’intéresse aujourd’hui aux examens cliniques qui conditionnent l’attribution du statut de « victime » après une catastrophe naturelle ou industrielle. J’ai rejoint l’AFEA après le congrès de 2023 avec pour ambition de contribuer à la promotion de l’anthropologie en France et à sa valorisation auprès de publics variés. 

Céline Rosselin-Bareille | Anthropologue à l’Université d’Amiens et membre d’Habiter le Monde (UR 4287-UPJV), élue au CoNRS (38e section), j’ai co-fondé le groupe de recherche Matière à Penser dans les années 1990. Mes travaux portent sur les dimensions matérielles et sensibles du travail et des apprentissages et leurs interventions à la fois dans la transformation des sujets et dans la production de mondes. Je suis arrivée à l’Afea en 2009, puis repartie et de retour! Depuis 2019, j’ai animé, pour le compte de l’Afea, le groupe de travail de l’INSHS sur les questions de pluri- et d’interdisciplinarité et suis investie dans les commissions “les métiers de l’anthropologie” et “prix de thèse Tillion-Rivière”. Je partage avec les membres du CA l’idée que l’Afea n’est pas un acteur de normalisation de notre discipline mais bien plutôt un outil au service des pratiques de l’anthropologie.

La Société d’ethnologie française (SEF), l’association AnthropoVilles, Mood Machine et l’ENAPE, l’association des Étudiant-e-s de Nanterre en Anthropologie, Préhistoire et Ethnomusicologie, sont également adhérentes.  

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search