Le conseil d’administration 2021

Présidente : Marie-Pierre Julien. Vice-Président : Pierre Peraldi-Mittelette
Trésorière : Maëlle Maginot-Hardy. Vice-Trésorier : Antoine Marsac
Secrétaire : Arnaud Dubois. Vice-Secrétaire : Fionella Bourez
Chargé.e.s de la communication : Charlotte Tourenq et Idrissa Mane

Le conseil d’administration comprends un bureau, et ses membres se répartissent en commissions de travail.

Membres élu.e.s du Conseil d’Administration depuis mars 2021 :

Fionella Bourez

Delphine Burget

Arnaud Dubois

Frédérique Fogel : Membre association Société d’ethnologie

Audrey Higelin : Membre association Société d’ethnologie française (SEF)

Nathalie Jara

Marie-Pierre Julien : Ayant travaillé pendant 11 ans sur contrat avant d’intégrer l’université de Lorraine, je reste très attachée à la multiplicité des pratiques de l’anthropologie. Je suis ainsi, depuis 2013, présidente de l’association d’éducation populaire par l’ethnologie ethnoArt. Responsable du master du département de sociologie de Nancy, je participe à former des praticiens autant que des chercheurs. A l’AFEA, je suis membre du bureau et investie dans les actions politiques portant sur l’avenir de la discipline dans sa diversité, je participe à l’organisation des séminaires dans différentes régions Comment se fait l’anthropologie en France au 21e siècle ?. A l’extérieur, je suis représentante de l’AFEA au groupe de travail de l’INSHS sur l’enseignement de l’anthropologie et, avec Laure Carbonnel, nous représentons l’AFEA au Collège des sociétés savantes de France.Je partage, avec mes collègues coélu-e-s au CA, la conviction de l’importance de valoriser la multiplicité des pratiques de notre discipline dans et hors les murs de l’ESR.

Maëlle Maginot-Hardy : Membre association ENAPE association des Étudiant-e-s de Nanterre en Anthropologie, Préhistoire et Ethnomusicologie.

Vanessa Manceron : Représentante de Terrain

Idrissa Mané

Antoine Marsac

Pierre Peraldi-Mittelette : Docteur en ethnologie depuis novembre 2019, inscris à l’AFEA dans la foulée. Dans le cadre de mes recherches doctorales, j’ai étudié les populations touarègues venues s’installer en Europe. Mes centres d’intérêt pour aborder cette question relèvent des études de diasporas, de l’ethnographie de la communication lors d’interactions avec des locaux, d’approches sémantique, lexicale et sensorielle des échanges qui sont au-delà du langage verbal. De surcroît, je me suis penché sur ce qui était communicable dans ces échanges à travers une étude des représentations (en particulier des appropriations stéréotypiques) dont bénéficient les Touaregs en France notamment.Mon engagement à l’AFEA, récent, n’est pas sans lien avec l’attrait que je ressens pour la discipline anthropologique qui permet de déployer autant de diversité dans un même travail. En outre, les ambitions fédératrices de cette association me semblent fondamentales pour que l’ethnologie et l’anthropologie puissent être enfin perçue à leur juste valeur : comme une discipline d’intérêt public – notamment dans le contexte sociopolitique actuel.

Olga Peytavi

Céline Rosselin-Bareille : Ethnologue à l’Université d’Orléans et membre du Cetcopra (Paris1 – Panthéon-Sorbonne), nouvellement élue au CoNRS (38e section), j’ai co-fondé le groupe de recherche Matière à Penser dans les années 1990. Mes travaux portent sur les dimensions matérielles et sensibles du travail et des apprentissages et leurs interventions dans la transformation des sujets.
Je suis arrivée à l’Afea en 2009, puis repartie et de retour! Depuis 2019, j’ai animé, pour le compte de l’Afea, le groupe de travail de l’INSHS sur les questions de pluri- et d’interdisciplinarité et suis investie dans les commissions “les métiers de l’anthropologie” et “prix de thèse Tillion-Rivière”.
Je partage avec les membres du CA l’idée que l’Afea n’est pas un acteur de normalisation de notre discipline mais bien plutôt un outil au service des pratiques de l’anthropologie.

Gwendoline Torterat : Actuellement post-doctorante en anthropologie, je développe une recherche auprès des acteurs du patrimoine, en collaborant notamment avec des archéologues et des historiens. J’ai travaillé pendant une dizaine d’années dans le milieu associatif en tant que médiatrice culturelle. Au sein de l’Afea, je me charge de la mise en place du Prix de thèse et des questions relatives à la communication, principalement sur Twitter et Facebook

Charlotte Tourenq : Membre association L’Autre, association d’étudiants de la Faculté d’anthropologie sociale, ethnologie de Bordeaux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search