Le conseil d’administration 2022

Présidente : Marie-Pierre Julien. Vice-Présidente : Gwendoline Torterat
Trésorier : Pierre Peraldi-Mittelette. Vice-Trésorière : Frédérique Fogel
Secrétaire : Arnaud Dubois. Vice-Secrétaire : Anne-Sophie Sayeux
Chargées de la communication : Gwendoline Torterat et Charlotte Tourenq

 

Le conseil d’administration comprends un bureau, et ses membres se répartissent en commissions de travail.

Membres élu.e.s du Conseil d’Administration depuis janvier 2022 :

Fionella Bourez : Je suis diplômée d’un master d’anthropologie générale de l’Université Paris X Nanterre, membre du CA de l’AFEA depuis 2021 en tant que vice-secrétaire.

Delphine Burget : Je suis anthropologue et affiliée à l’Institut des mondes africains (IMAf) de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Je suis chargée de mission pour le Projet scientifique de la Mutualité sociale agricole (MSA) et de l’Institut national de médecine agricole (INMA). Au CA de l’AFEA, je représente l’association AMADES (Association d’anthropologie médicale et de la santé) dont je suis la présidente.

Arnaud Dubois : Je suis professeur d’histoire de l’art et du design à l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges, chargé de recherche au laboratoire « Histoire des technosciences en société » du Conservatoire National des Arts et Métiers (HT2S-Cnam) et chercheur associé à la plateforme « Art, Design, Société » de l’EnsadLab, le laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs.

Frédérique Fogel : Je suis anthropologue, directrice de recherche au CNRS. Je suis membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (Nanterre) et affiliée à l’Institut Convergence Migrations. Au Conseil d’Administration de l’AFEA, je représente la Société d’ethnologie (société savante et maison d’édition) depuis 2016. Mes recherches principales portent sur la parenté et le genre en condition migratoire, depuis mon terrain de thèse en Nubie égyptienne, jusqu’à la Parenté sans papiers à Paris, en passant par la mémoire générationnelle des immigré.es installés en banlieue parisienne. Je contribue à plusieurs programmes coopératifs pour le développement des liens sciences – société.

Céline Geffroy : J’ai vécu 22 ans dans les Andes boliviennes où j’ai mené différents projets de recherche (sur la migration, l’économie de réciprocité, le système politique bolivien, l’ivresse rituelle et festive, le plaisir, le colostrum). Puis je suis rentrée en France où j’ai prolongé un post-doctorat sur le colostrum. J’ai ensuite été recrutée comme chargée de cours et ATER. Finalement, j’ai été embauchée comme anthropologue au sein du Groupe SEB où je travaille en innovation. J’y ai monté le Pôle SHS avec une collègue.

Audrey Higelin : Membre association Société d’ethnologie française (SEF)

Marie-Pierre Julien : Ayant travaillé pendant 11 ans sur contrat avant d’intégrer l’université de Lorraine, je reste très attachée à la multiplicité des pratiques de l’anthropologie. Je suis ainsi, depuis 2013, présidente de l’association d’éducation populaire par l’ethnologie ethnoArt. Responsable du master du département de sociologie de Nancy, je participe à former des praticiens autant que des chercheurs. A l’AFEA, je suis membre du bureau et investie dans les actions politiques portant sur l’avenir de la discipline dans sa diversité, je participe à l’organisation des séminaires dans différentes régions Comment se fait l’anthropolo

gie en France au 21e siècle ?. A l’extérieur, je suis représentante de l’AFEA au groupe de travail de l’INSHS sur l’enseignement de l’anthropologie et, avec Laure Carbonnel, nous représentons l’AFEA au Collège des sociétés savantes de France.Je partage, avec mes collègues coélu-e-s au CA, la conviction de l’importance de valoriser la multiplicité des pratiques de notre discipline dans et hors les murs de l’ESR.

Vanessa Manceron : Je suis chargée de recherche au CNRS, rattachée au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Je représente au sein du CA de l’AFEA la revue Terrain, dont j’ai été rédactrice en chef pendant plusieurs années et dont je suis actuellement membre du Conseil de rédaction. Parmi les différents modèles de revues scientifiques existant – revues entièrement numériques en open-édition, ou revues papier accessoirement mises en ligne -, Terrain occupe une place à part. D’une part, le modèle éditorial promeut une diffusion scientifique par-delà les cercles académiques. D’autre part, Terrain est un espace éditorial multidimensionnel qui différencie nettement la version web et la version papier, pour mettre à profit leurs potentialités respectives. Mes recherches portent principalement sur les constructions et perceptions sociales de la nature en France et en Angleterre. Mes principaux axes de travail concernent les controverses environnementales, les menaces et dangers écologiques, la question animale, les relations avec le vivant. Elle mène actuellement une recherche auprès des naturalistes amateurs en Angleterre. J’ai publié un ouvrage Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale (2005, MSH), de nombreux articles, et codirigé plusieurs numéros de revue, dont « Les animaux de la discorde » (2009, Ethnologie Française), « L’imaginaire écologique » (2013, Terrain) et « La mesure du danger » (2015, Ethnologie Française).

Idrissa Mané : Je suis docteur en anthropologie, chercheur associé au laboratoire ITEM EA 3002 du collège SSH de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour ; ingénieur de recherche CNRS au laboratoire TRansitions Energétiques et Environnementales de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre du CA de l’AFEA depuis 2019. Mes thématiques de recherche portent sur la pensée mythique et symbolique dans la construction de l’autochtonie en Casamance (Sénégal), les questions d’identité et de crises chez les agriculteurs des Landes (Pays Grenadois, France) et la thérapie interpersonnelle de groupe au CHU de Fann-Dakar pour le compte de l’ADERA-Pessac.

Pierre Peraldi-Mittelette : Docteur en ethnologie depuis novembre 2019, inscris à l’AFEA dans la foulée. Dans le cadre de mes recherches doctorales, j’ai étudié les populations touarègues venues s’installer en Europe. Mes centres d’intérêt pour aborder cette question relèvent des études de diasporas, de l’ethnographie de la communication lors d’interactions avec des locaux, d’approches sémantique, lexicale et sensorielle des échanges qui sont au-delà du langage verbal. De surcroît, je me suis penché sur ce qui était communicable dans ces échanges à travers une étude des représentations (en particulier des appropriations stéréotypiques) dont bénéficient les Touaregs en France notamment.Mon engagement à l’AFEA, récent, n’est pas sans lien avec l’attrait que je ressens pour la discipline anthropologique qui permet de déployer autant de diversité dans un même travail. En outre, les ambitions fédératrices de cette association me semblent fondamentales pour que l’ethnologie et l’anthropologie puissent être enfin perçue à leur juste valeur : comme une discipline d’intérêt public – notamment dans le contexte sociopolitique actuel.

Olga Peytavi : Allocataire de Recherche au CIRAD UMR G-Eau, je réalise une thèse en anthropologie sur le thème des savoirs locaux et de la gestion de l’eau en Nouvelle Calédonie.

Céline Rosselin-Bareille : Ethnologue à l’Université d’Orléans et membre du Cetcopra (Paris1 – Panthéon-Sorbonne), nouvellement élue au CoNRS (38e section), j’ai co-fondé le groupe de recherche Matière à Penser dans les années 1990. Mes travaux portent sur les dimensions matérielles et sensibles du travail et des apprentissages et leurs interventions dans la transformation des sujets.
Je suis arrivée à l’Afea en 2009, puis repartie et de retour! Depuis 2019, j’ai animé, pour le compte de l’Afea, le groupe de travail de l’INSHS sur les questions de pluri- et d’interdisciplinarité et suis investie dans les commissions “les métiers de l’anthropologie” et “prix de thèse Tillion-Rivière”.
Je partage avec les membres du CA l’idée que l’Afea n’est pas un acteur de normalisation de notre discipline mais bien plutôt un outil au service des pratiques de l’anthropologie.

Anne-Sophie Sayeux : Je suis anthropologue sociale et culturelle au sein de l’UCA, où j’occupe depuis plus de 10 ans un poste d’enseignante-chercheuse en STAPS, et chercheuse titulaire depuis septembre 2020 au sein de l’Institut des Sciences du Sport-Santé de Paris (I3SP-URP 3635). Engagée dans des recherches interrogeant le corps, les sensations et les liens entre corps et nature, les pratiques outsiders ou la déviance, mes travaux touchent aux questions d’identités, de cultures, de transmissions et de représentations. C’est à travers divers terrains tels que le surf et les activités corporelles , le handicap, les petites paysanneries, les arts de la rue ou encore les musiques électroniques que j’explore, dans une anthropologie du sensible, les différentes manières que les femmes et les hommes ont d’être au monde.

Gwendoline Torterat : Post-doctorante en anthropologie, je développe une recherche auprès des acteurs du patrimoine, en collaborant notamment avec des archéologues et des historiens. J’ai travaillé pendant une dizaine d’années dans le milieu associatif en tant que médiatrice culturelle.

Charlotte Tourenq : Après avoir intégré le CA de l’AFEA en 2019 pour l’association des étudiants en anthropologie, préhistoire et ethnomusicologie de l’Université Paris Nanterre, je représente désormais l’association des étudiants en anthropologie sociale et culturelle, L’Autre, dont je suis secrétaire. Je suis étudiante en master d’anthropologie sociale et culturelle à l’Université de Bordeaux.