Conférences plénières

CONFÉRENCE PLÉNIÈRE 1
“Les anthropologues face aux crises. Les crises comme contextes, comme objets ou comme enjeux”
Avec Jean-Pierre Olivier de Sardan

 

 

Le jeudi 2 novembre, de 16h30 à 18h

Salle Auditorium

 

Nous aurons le plaisir d’accueillir Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS, EHESS, Marseille) et co-fondateur du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) à Niamey, au Niger. Il a publié de nombreux ouvrages depuis les années 1960 dans des domaines de recherche variés : la sémiologie populaire songhay-zarma, l’histoire précoloniale et coloniale dans l’Ouest du Niger, l’anthropologie de la santé, l’anthropologie du développement, la décentralisation et les pouvoirs locaux en Afrique, la méthodologie et l’épistémologie des sciences sociales qualitatives.

Depuis plus de vingt ans, il travaille sur les politiques publiques, les projets de développement et le fonctionnement des services publics au Niger et en Afrique de l’Ouest. Son dernier ouvrage en fait le bilan : La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà (Karthala 2021).

 


Conférence plénière 2
” Questions constitutives : la crise et la qualification des mondes ” – Constitutive Questions: Crisis and the Qualification of Worlds
Avec Janet Roitman

 

Le samedi 4 novembre, de 11h à 12h30

Salle Auditorium

 

Nous aurons ensuite le plaisir d’accueillir Janet Roitman, professeur au Royal Melbourne Institute of Technology. Ses recherches portent sur les pratiques financières et l’anthropologie de la valeur. Elle est l’auteur de Fiscal Disobedience : An Anthropology of Economic Regulation in Central Africa (Princeton University Press) et Anti-Crisis (Duke University Press). Elle est directrice-fondatrice du Platform Economies Research Network et membre associée du Centre for Automated Decision-making and Society en Australie. Elle siège aux comités éditoriaux du Journal of Cultural Economy et de Cultural Anthropology, ainsi qu’aux comités consultatifs de Finance & Society et du Platform Cooperativism Consortium. Avant de rejoindre le RMIT, Janet était professeur d’université à la New School de New York, chargée de recherche au CNRS et enseignante à Sciences-po, Paris. Ses recherches ont été soutenues par la Fondation Ford, la Fondation MacArthur, l’American Council of Learned Societies, l’Institute for Public Knowledge et la National Science Foundation des États-Unis.

Résumé de la conférence

Il est dit que nous vivons une époque de crise, ou un état de crise chronique. Cela semble décrire simplement un état de fait. Mais il s’agit d’une affirmation fondamentale. Le concept de crise qualifie un monde : il détermine ce qui compte comme “événement” et ce qui s’inscrit comme “Histoire” dans le flux continu des phénomènes concurrents. L’anthropologie de la crise s’intéresse à la manière dont les gens utilisent le terme de crise, à la manière dont ils racontent la crise et à leur expérience de la crise. Tout en apportant des éclaircissements, cette approche ne tient pas compte des questions constitutives qui font de la crise une revendication fondamentale ou un moyen principal de qualifier le monde observable. Poser ces questions constitutives a une portée politique. La crise est une catégorie naturalisante qui subsume la spécificité. Elle a colonisé les mondes de vie des communautés à travers le monde et est devenue un fondement de la production de connaissances malgré sa généalogie chrétienne-européenne.

It is said that we live in times of crisis, or a state of chronic crisis. This seems to merely describe a state of affairs. But this is a foundational claim. The concept of crisis qualifies a world: it determines what counts as “an event” and what gets inscribed as “History” in the ongoing stream of competing phenomena. The anthropology of crisis considers how people use the term crisis, how they narrate crisis, and their experiences of crisis. While providing insights, this approach disregards the constitutive questions that make crisis a foundational claim, or primary means of qualifying the observable world. Asking those constitutive questions has political import. Crisis is a naturalizing category that subsumes specificity. It has colonized the life-worlds of communities across the globe and become foundational to knowledge production despite its Christian-European genealogy.

 


CONFÉRENCE PLÉNIÈRE 3
” Critique de la crise. Une approche interdisciplinaire”
Avec Didier Fassin

 

 

Le samedi 4 novembre, de 13h30 à 15h

Salle Auditorium

 

Nous aurons également le plaisir d’accueillir Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study et directeur d’études en anthropologie politique et morale à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est titulaire de la chaire annuelle de santé publique du Collège de France depuis 2019. Anthropologue, sociologue et médecin, il est habilité à diriger des recherches en santé publique et en sciences sociales. Cofondateur de l’Iris, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (université Paris 13-EHESS-CNRS-Inserm), il en a été le premier directeur. Visiting Professor à l’université de Princeton, il a été professeur invité dans de nombreuses universités dont celles de Hong Kong, Chengdu, Melbourne, Johannesburg, Buenos Aires, Cambridge et Bruxelles. Récipiendaire en 2016 de la médaille d’or de l’anthropologie à l’Académie royale des sciences de Suède, il a été en 2018 le premier chercheur en sciences sociales à recevoir la Nomis Distinguished Scientist Award. Il a notamment donné les Tanner Lectures à l’université de Californie, Berkeley, et les conférences Adorno à l’Université Goethe de Francfort. Ancien membre du conseil scientifique de l’Inserm et des comités d’éthique de l’Inra et de l’Institut Pasteur, il fait partie du conseil scientifique de la Ville de Paris et du Comité consultatif national d’éthique. Ancien vice-président de Médecins sans frontières, il préside aujourd’hui le Comede, Comité pour la santé des exilés.

Didier Fassin a reçu le 19 novembre 2021 le titre de docteur Honoris Causa de l’Université de Liège et a donné à cette occasion une conférence intitulée « Les risques du métier ».

Il a publié cinquante ouvrages, traduits en sept langues. Directeur de La Société qui vient (2022), il est l’auteur, récemment, de La Raison humanitaire. Une histoire morale du présent (2010) La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers (2011) Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l’État (2013) L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale (2015) Punir. Une passion contemporaine (2017) La Vie. Mode d’emploi critique (2018), Mort d’un voyageur. Une contre-enquête (2020), et Les Mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques, tous aux éditions du Seuil.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search