Archives de catégorie : Revues, ouvrages

Rencontres ! Festival des sciences sociales Marseille 25-29 septembre 2019

Près de 50 manifestations, tables-rondes, films, spectacles & performances, balades, expositions… pour penser, débattre avec les sciences sociales et leurs outils, pour rencontrer des chercheurs, des écrivains, des artistes, qui s’efforcent de penser la nature autrement.
Tout public – Entièrement Gratuit* (* sauf films à la Baleine et solo théâtral à Montevideo)

https://www.allez-savoir.fr/

 

Rencontre ! Autour de l’ouvrage “la maison double : lieux, routes et objets d’une migration rom” de Norah Benarrosh-Orsoni, à Montreuil, le 19 juin 2019 à 19h

Soirée consacrée au livre “la maison double : lieux, routes et objets d’une migration rom” de Norah Benarrosh-Orsoni publié par la Société d’Ethnologie.
Une discussion + Un apéro! pour fêter l’aboutissement d’un travail commencé sur la place de la Mairie à Montreuil, il y a 13 ans.
Mercredi 19 juin 2019 de 19:30 à 22:30, au café librairie Michel Firk 9 rue François Debergue à Montreuil.

“Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.
Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Continuer la lecture

Parution : “Faire Revue”- Les sciences humaines et sociales au travail (1)

Sous la direction de  Amina DAMERDJI, Samuel HAYAT, Natalia LA VALLE, Anthony PECQUEUX et Christelle RABIER. En ligne : https://journals.openedition.org/traces/8803


En considérant les chaînes du travail éditorial, les temporalités et les conditions sociales de production comme la place des différent-e-s actrices et acteurs dans l’élaboration des revues scientifiques, ce numéro hors-série de Tracés veut réfléchir aux effets du format revue sur la production et la réception du savoir en sciences humaines et sociales. Il invite des études réflexives par des membres de différentes revues, jeunes ou plus installées, ainsi que des analyses transverses intéressant plus généralement les revues. Dans « Faire revue », trois dimensions essentielles sont analysées. Continuer la lecture

Parution : Parenté sans papiers

Frédérique Fogel, éditions dépaysage, mai 2019

C’est en accompagnant au quotidien ces femmes et ces hommes qui, à un moment de leur vie, se trouvent en « situation administrative irrégulière », que Frédérique Fogel a enquêté. Pendant dix années, sous plusieurs régimes réglementaires et législatifs, elle a questionné les pratiques et les représentations des relations de parenté et des liens de famille de part et d’autre du guichet préfectoral : comment parler parenté et faire famille dans la situation d’une migration immobilisée ? Comment la condition sans papiers influence-t-elle les relations entre celles et ceux qui vivent en migration et leur famille au pays ? Comment le dispositif juridique infléchit-il la vie privée, imposant certaines manières d’être et de penser ? Cette recherche ethnographique et anthropologique interroge également la marginalité et la précarité juridiques des personnes étrangères, apportant un éclairage nouveau sur l’évolution des normes en usage sur le territoire français en matière de parentalité, de conjugalité et de genre.

Parenté sans papiers forme ainsi une contribution importante à une anthropologie des migrantes et des migrants, permettant de comprendre l’écart entre la famille sans papiers, contrainte à la normativité, et la famille sociologique « française » qui, depuis les années 1970, n’en finit pas de dépasser les normes

Rencontre ! Images visionnaire : le 9 mai 2019 18h30-20h30 à Paris

Dirigé par David Dupuis et Maddalena Canna
Les images visionnaires, qu’elles soient induites par l’ingestion de substances psychotropes, suscitées par des dispositifs rituels ou saisies à l’occasion d’un débordement perceptif, constituent de véritables agents de la vie sociale.
Ce volume explore, dans une perspective comparatiste, la nature de la relation liant ces images aux cultures qui les inspirent ou en sont inspirées

Présentation le 9 mai 2019 à 18h30 au salon Jacques Kerchache (musée du quai Branly, Paris)

Rencontres ! Langues africaines au musée du quai Branly, chants et poésie. 17 mai 2019

http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/zoom-thematique/details-de-levenement/e/les-langues-africaines-38343/

Plusieurs auteurs viennent présenter leurs ouvrages et dialoguent autour du dernier volume paru, Noces en paroles, Zarma, Niger (Karthala, 2019) qui se veut l’écho d’une expérience poétique, celle de performances et  de paroles en actes lors du mariage.

Des lectures en langue originale ponctueront la rencontre.

Sandra Bornand, anthropologue et linguiste, Inalco, CNRS, Christiane Seydou, directeur de recherche honoraire au LLACAN, Langage, langues et cultures d’Afrique noire, CNRS, Marie-Rose Abomo-Mvondo Maurin, chercheure, LLACAN, CNRS et Micheline Galley, ethnologue, CNRS, Jean Derive, professeur émérite, université de Savoie, LLACAN, CNRS et avec Jhonel, slameur zarma nigérien.

Livre “Aux bords de l’irréversible” – Josquin Debaz et Francis Chateauraynaud

Le livre “Aux bords de l’irréversible”, issu des travaux menés par Josquin Debaz et Francis Chateauraynaud au sein du GSPR depuis plus de 8 ans est désormais disponible. La richesse des échanges en séminaires, la densité des enquêtes de terrain et le caractère extrêmement touffu des dossiers étudiés expliquent en partie la taille un peu déraisonnable de l’ouvrage- 648 pages – surtout à l’ère de Twitter, où tout peut s’énoncer clairement en 140 caractères et de la présentation de thèse en 180 secondes. Nous avons malgré tout fait un effort de synthèse, la preuve : le chapitre 11, sans doute le plus nouveau dans la série de nos travaux, intitulé Six sociologies en quête d’acteurs, ne fait que 25 pages ! Cela confirme bien que nous pouvions faire beaucoup plus court. A vrai dire, outre la graphomanie, la tentation était grande de reprendre ou prolonger mille et une discussions que nous avons eues ces dernières années et de marquer la distance parcourue depuis la balistique sociologique qui a inauguré la collection Pragmatismes chez Pétra. Voici un lien vers le flyer à faire circuler https://www.gspr-ehess.com/documents/annonces/Flyer%20ABDI.pdf

Dossier « Décloisonner l’environnement », revue Socio-Logos

Le dernier numéro de Socio-Logos « Décloisonner l’environnement » est disponible à l’adresse suivante : http://socio-logos.revues.org/3115 Sommaire : Anahita Grisoni et Sophie Némoz Les mouvements socio-écologistes, un objet pour la sociologie [Texte intégral] The socio-environmental movements, a subject for sociology Fabrice Flipo Qu’est-ce que l’écologisme ? [Texte intégral] Florence Rudolf La sociologie de l’environnement ou le naturalisme revisité [Texte intégral] Philippe Boudes Changement social et écologie : où en est la modernisation écologique ? [Texte intégral] Anahita Grisoni et Sophie Némoz Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes [Texte intégral] Christophe Baticle Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale [Texte intégral] Le cas de la capture des turdidés, par le moyen des tendelles, sur les Grands Causses de Lozère et d’Aveyron

Appels à manuscrits – collection “Ethnologie de la France”

Dans le cadre de son partenariat avec les Éditions de la Maison des sciences de l’homme, le ministère de la Culture et de la Communication lance un appel à manuscrits pour ses collections dédiées à l’ethnologie. Les collections Fondées en 1983 au sein de la Mission du patrimoine ethnologique du ministère de la Culture, les collections « Ethnologie de la France » et « Cahiers d’ethnologie de la France » comptent respectivement 34 et 28 titres. Elles sont coéditées par le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (dprps) de la direction générale des Patrimoines et les Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Collections de référence pour la discipline, elles rassemblent des études monographiques sur l’ethnologie de la France, sans s’interdire des regards comparatifs, ainsi que des travaux, plus réflexifs, sur la culture, le patrimoine et les politiques qui s’y rattachent. Elles interrogent toutes deux la France comme terrain ethnographique, dans sa diversité culturelle et sa dynamique historique, et comme espace d’élaboration d’une anthropologie générale renouvelant des thèmes classiques de la discipline. La collection « Ethnologie de la France » réunit des ouvrages présentant des études de terrain sur des sujets susceptibles d’intéresser un large public tout en constituant une avancée pour la discipline. Les « Cahiers d’ethnologie de la France » sont des publications collectives d’approche pluridisciplinaire proposant la synthèse des programmes de recherche thématiques ou de séminaires sur les pratiques et les usages de la culture et du patrimoine dans la société contemporaine. Parmi les titres publiés ces dernières années, on peut citer pour la collection « Ethnologie de la France » : Des hommes de Devoir, L’Esprit de corps, La Fabrique du patrimoine, En Corse… ; et pour les « Cahiers d’ethnologie de la France » : Imaginaires archéologiques, Les monuments sont habités, L’Immigration aux frontières du patrimoine (catalogue complet en ligne : http://www.editions-msh.fr/collections/?collection_id=5). Les volumes sont distribués en librairie ou sur le site du Comptoir des presses universitaires (lcdpu). Ils sont également disponibles en versions numériques sur le portail OpenEdition (html en Open Access, pdf et ePub sous certaines conditions et sur les sites des libraires partenaires). Appel à manuscrits Les auteurs sont invités à adresser leur manuscrit au ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines). Les manuscrits (monographies et ouvrages collectifs) devront être soumis en version imprimée, en fichiers .rtf et pdf. Un accusé de réception sera délivré. Les projets devront s’inscrire dans la ligne éditoriale générale des collections, telle qu’elle est définie dans les paragraphes ci-dessus, et se conformer aux « Recommandations aux auteurs » disponibles à l’adresse suivante : http://urlz.fr/3Meu Les projets incomplets ou ne respectant pas le cahier des charges éditorial ne seront pas pris en compte. Les projets complets seront expertisés et sélectionnés par le comité de lecture des collections. Le comité de lecture se réunit deux fois par an. Les auteurs sont invités à envoyer leur manuscrit avant le 15 mars (pour une évaluation au comité de printemps) ou avant le 15 septembre (pour une évaluation au comité d’automne). Les manuscrits sont à adresser à : Isabelle Chave responsable des publications département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique direction générale des Patrimoines 6 rue des Pyramides 75 001 Paris tél : 01 40 15 87 24 isabelle.chave@culture.gouv.fr

Édito octobre 2016 : Lectures anthropologiques est née !

Poursuivant un projet conçu par le précédent CA, l’équipe actuelle de l’Afea a le plaisir de vous annoncer la création d’une nouvelle revue dans le champ de l’anthropologie française. Pilotée par un comité de rédaction constitué d’anthropologues sociaux ou culturels, et dotée d’un comité scientifique international, Lectures anthropologiques est une revue francophone, en ligne, dont la parution sera biannuelle. Elle propose un format inédit dans le champ de l’anthropologie française puisqu’elle est entièrement dévolue à des comptes-rendus critiques, qui peuvent porter sur des numéros thématiques de revues, d’articles, d’ouvrages et/ou de documents audio et audiovisuels. Notre initiative répond d’une volonté de contribuer au dynamisme de la discipline, en considérant que celui-ci passe par la multiplicité des formes éditoriales et des lieux de débat. Lectures anthropologiques entend également redonner ses lettres de noblesse à un genre plutôt délaissé et jugé souvent mineur dans les colonnes des revues, bien qu’il représente un moteur important de la production intellectuelle. En effet, cette forme invite aux échanges entre chercheurs et laisse une trace de la confrontation d’idées. C’est aussi un moyen de s’intéresser aux travaux de l’autre, par-delà les spécialités pointues qui nous conduisent à nous replier sur un champ spécifique. La revue s’adresse ainsi tant aux anthropologues spécialistes du thème abordé qu’aux collègues souhaitant connaître l’état du débat sur la question. Les numéros de Lectures anthropologiques seront soit thématiques, soit des varia. En outre, une rubrique « varia » dans chacun des numéros thématiques permettra de publier des comptes-rendus au fil de l’eau. Le premier numéro, qui paraît en ce mois d’octobre 2016, met à l’honneur des revues majeures de notre discipline, et s’intitule pour cette raison « L’anthropologie à la une ». Le second, prévu pour mars 2017, aura pour thème les relations humains-animaux. Le comité de rédaction sera amené à commander des numéros thématiques auprès de chercheurs ciblés. Cependant, la vie de la revue dépend également des propositions de comptes-rendus ou de numéros thématiques qui lui seront faites spontanément. Nous invitons donc d’ores et déjà les anthropologues/ethnologues intéressés à nous contacter (lectures.anthropologiques@gmail.com) et nous envoyer leurs comptes-rendus critiques. L’ensemble des informations pratiques est en ligne sur le site de la revue : http://lecturesanthropologiques.fr/ Nous espérons que Lectures anthropologiques suscitera votre intérêt, et que vous rejoindrez cette aventure éditoriale en contribuant à ses activités. Pour l’Afea Le comité de rédaction.

Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine, sous la direction de Claudie Voisenat et Christian Hottin

Quels métiers se cachent derrière les décors que constituent les galeries de musées, les salles d’archives ou les façades des monuments, plus familières au public que les magasins, réserves, salles de tri ou de restauration où se fabrique le patrimoine ? Ces activités professionnelles sont, de fait, une part tenue dans l’ombre d’un spectacle patrimonial qui se mesure habituellement en milliers voire en dizaine de milliers de visiteurs, et en dizaine voire en centaines de millions d’euros de budget. Part de l’ombre mais aussi parfois métiers de l’ombre : les acteurs qui retiennent ici l’attention des chercheurs – gardiens, médiateurs, amateurs en voie de professionnalisation – ne sont pas toujours ceux que les médias mettent volontiers au premier plan. Lorsqu’elles deviennent terrain de l’ethnologue, ces professions souvent sollicitées pour porter un discours assertif sur le patrimoine apparaissent en proie au doute, loin de leurs certitudes scientifiques : conservateurs en mal d’objets, restaurateurs incertains face aux défis du temps, chercheurs en proie à des injonctions contraires… Aux ethnographies attentives rassemblées dans ce volume, véritable auscultation d’un monde professionnel, il convenait d’offrir une large mise en perspective. Métiers anciens ou nouveaux, tous s’inscrivent en effet dans le paradigme d’un tournant qui a bouleversé jusqu’au sens du mot « patrimoine ». Dès lors, celui-ci désigne moins un instrument de conservation de l’histoire nationale qu’une forme, de plus en plus individuelle, d’expérience du passé, repoussant indéfiniment les limites du potentiel patrimonial, et délaissant les assurances de l’expertise scientifique au profit des incertitudes de la démocratie culturelle. Claudie Voisenat, ethnologue, est rattachée au Lahic et au ministère de la Culture et de la Communication. Christian Hottin est conservateur en chef du patrimoine (archives), responsable en ethnologie de la France et patrimoine culturel immatériel au ministère de la Culture et de la Communication. Ce livre rassemble les contributions de Pascal Liévaux, Daniel Fabre, Christophe Apprill, Aurélien Djakouane, Mélanie Roustan, Richard Lauraire, Anne Monjaret, Véronique Moulinié, Anne Both, Véronique Dassié, Sylvie Sagnes, Nicolas Adell, Nathalie Heinich. http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100140010

Billet – Violences et violences d’État.

Que savons- nous ? Le fait de poser cette question sous-entend peut-être que le savoir que nous essayons de construire n’est pas celui dit de « flux » de l’information transmise par les journalistes. Mais cela amène aussi à interroger ce qui distingue ce savoir des anthropologues de celui des politistes, des historiens, avec qui nos méthodes et nos objets se recoupent finalement bien souvent. Les anthropologues travaillent de nos jours sur une grande variété d’objets et leurs terrains couvrent les cinq continents. Ce savoir est donc avant tout ancré dans la contemporanéité tout en reposant sur une méthode de travail, celle du long terme du « terrain ». Nous serions donc ce que nous savons, les faits sociaux auxquels nous nous confrontons, et ce que nous vivons. Or, à côté de la diversité de ces objets, nous sommes parfois rejoints par l’actualité du monde. Au début de l’année dernière, nous publiions un communiqué à la suite des attentats qui avaient frappé l’équipe du magazine Charlie Hebdo, ainsi que la réaction réfléchie d’un collègue égyptien. Depuis lors, les attentats et les crises politiques se sont multipliés dans le monde à un rythme rapide, introduisant un caractère quotidien dans l’horreur, qui n’est plus « réservée » à des zones de conflits particulières. Dès lors se pose la question de savoir comment réagir dans le cadre d’une profession qui vise dans sa définition à fournir des éléments à la connaissance de tous êtres humains. Si la condamnation des violences est un état de fait qui nous réunit, la démarche des anthropologues vise aussi à maintenir des apports constructifs pour la compréhension des sociétés humaines. Comment comprendre l’évolution temporelle de ces questions ? Nous témoignions certes l’an dernier de l’effroi ressenti par tout un chacun devant l’acte ignoble perpétré par les terroristes qui avaient assassiné l’équipe éditoriale des journalistes d’un journal satirique. Deux réalités prégnantes et violentes guident alors le regard rétrospectif sur les deux années écoulées. Il y a d’une part ces actes de terrorisme qui se sont multipliés dans le monde, tout en étant, en France, le fait de quelques individus. Et d’autre part, un certain nombre de situations violentes en corrélation avec l’État. Elle pose la question de l’illégitimité de la violence, quand celle-ci va de soi dans le cas des attentats, mais aussi de la violence d’État dès lors qu’elle s’exerce contre la démocratie et contre les peuples. Dans un cas comme dans l’autre, puisque ces deux formes de violence se sont banalisées de façon concomitante, elles concernent les ethnologues. Au-delà de la violence abjecte de la guerre en Syrie, cette violence d’État s’est retrouvée en Turquie, et depuis quelques jours, au Gabon. En Europe, c’est l’érection des nationalismes, avec les élections autrichiennes et le Brexit. Ces situations se répondent de différentes façons. D’une part, la mise en place des camps d’accueil à Paris et en périphérie parisienne, sont une tentative de réponse pour venir en aide aux personnes ayant fui leur pays en guerre. Cette réalité-là succède à une autre réalité qui lie ces deux formes de violences et qui n’a pour autant pas disparu : Le 31 août 2016, le collectif Romeurope relayant le communiqué de presse du collectif des enfants pour l’éducation fait pour sa part état de quelques 1700 personnes expulsées au cours de l’été en France. D’autre part, l’invalidation des élections autrichiennes où les partis autrefois minoritaires s’affrontent au deuxième tour pose la question de la définition de la démocratie. En Autriche, le parti d’extrême-droite a contesté une élection qu’il avait perdue, non pas au titre de bourrage d’urnes, mais d’irrégularités dans les heures d’ouvertures et de fermetures des bureaux de vote, de la remise en cause du vote par correspondance ou de la légitimité d’assesseurs présents. Au Gabon, comme la presse française l’a finalement relayé, l’opposition conteste des résultats qui se sont construits de façon bien différente… Un taux de participation probablement inégalé dans l’histoire du vote dans une région permet la réélection du président sortant et des pots de vin importants sont également mentionnés. Le vote est aussi un fait social, probablement le meilleur garant du respect du maintien des démocraties. Nous ne l’oublions pas, et si nos objets d’anthropologues sont probablement variés et ne se limitent pas à celui-ci, nous devons avant tout le défendre. D’une forme de violence vers l’autre, cela doit probablement permettre de repenser l’évolution inquiétante des mondes contemporains tout en nous confrontant à l’altérité que nous nous attachons à découvrir, à comprendre et à décrire. Jean-Baptiste Duez, le 12/09/2016

Recherches sociologique et anthropologique (Louvain).

Le dernier numéro de la revue Recherches sociologique et anthropologique (Louvain) est publié en ligne. (In)capacités citoyennes, 46-1 | 2015 Sous la direction de Mathieu Berger et Jean De Munck En ligne sur: http://rsa.revues.org/1357 Extrait de l’article de présentation : « Participer, entre idéal et illusion » Par Mathieu Berger et Jean De Munck « Souvent présentée comme complémentaire à la représentation, la participation est régulièrement appelée à la rescousse des démocraties en crise. De multiples côtés, des dispositifs variés invitent le citoyen à s’exprimer, s’impliquer, s’engager, dialoguer, interagir, voter, intervenir, évaluer, réaliser et co-réaliser, gérer et co-gérer… Aucun champ des politiques publi­ques ne semble épargné : ville, santé, éducation, culture, ne jurent que par des publics “actifs” et “responsables”. Les médias aussi cherchent à impli­quer leur public dans des interventions en tout genre, qui vont de l’envoi de SMS pendant, avant, après les émissions, à des formes de votes ou d’in­terventions sur les plateaux de télévision ou les sites web dont les forums crépitent jour et nuit. Pourtant, le désenchantement à l’égard de la politique n’a peut-être jamais été aussi grand. Les dispositifs effectifs de participation, les pratiques réelles de la citoyenneté ne semblent pas tenir leurs promesses. Il y a loin des idéaux de citoyenneté aux réalités du terrain. De là à croire que les formes contemporaines de citoyenneté ne sont qu’illusions et mensonges, le pas est vite franchi. Mais cette conclusion serait trop abrupte et réductrice. D’abord parce que les acteurs font des expériences très diverses de participation, positives ou négatives. Ensuite parce que, même problémati­que, l’idéal de participation continue d’exercer une attraction universelle que rien ne semble démentir. Plus que les difficultés de la citoyenneté, ce qui mérite notre attention, c’est l’endurance de son inaltérable promesse. De quelque côté qu’on se tourne, il semble indispensable aux sociétés modernes de rappeler à leurs membres qu’elles ne sont que ce qu’ils en font. La citoyenneté reste donc un thème central de la sociologie des sociétés contemporaines. […] »

Nuova breve


VIENT DE PARAITRE SHAMAN – JOURNAL OF THE ISARS – International Society for Academic Research on Shamanism

Le numéro 23 de la revue SHAMAN, publication officielle de la International Society for Academic Research on Shamanism (ISARS) et édité en partenariat avec l’Académie Hongroise des Sciences (ISSN 1216-7827), est désormais disponible. Plus d’info sur le site de l’ISARS: http://www.isars.org Ou en contactant l’éditeur: molnar@folkscene.hu