Archives de catégorie : Revues – Ouvrages

Rencontre ! Avec Pierre Déléage autour de son ouvrage « Figures de l’anthropologue en écrivain de science fiction » (Paris, musée du quai Branly, dimanche 11 octobre)

Dimanche 11 octobre à 16h au salon de lecture Jacques Kerchache (musée du quai Branly – Jacques Chirac) est programmée une rencontre autour du dernier ouvrage de Pierre Déléage (anthropologue et chargé de recherche CNRS au Laboratoire d’anthropologie sociale) L’autre-mental. Figures de l’anthropologue en écrivain de science fiction (Editions La Découverte, 2020).
L’événement est gratuit et l’ouvrage sera proposé à la vente à l’issue de la rencontre.
 
Les anthropologues et les écrivains de science-fiction ne poursuivent-ils pas au fond une même quête, celle de l’altérité radicale ? Certes, tandis que les seconds recourent à la fiction pour

Continuer la lecture

Biomimétismes. Imitation des êtres vivants et modélisation de la vie Techniques & Culture, n°73

Sous la direction de Lauren Kamili, Perig Pitrou et Fabien Provost.

Le biomimétisme est souvent présenté comme une solution à la crise écologique que traversent les sociétés humaines. Pour ses défenseurs, cette approche pourrait instaurer, ou restaurer, un rapport moins destructeur à l’environnement, en adoptant des démarches et des processus de fabrication imitant la nature. Mais au moment d’esquisser les idées directrices pour de nouveaux modèles d’actions individuelles et collectives, il convient de réfléchir aux

Continuer la lecture

Rencontres ! Programme du Let Know café, Institut de recherche anthropologique sur le soin et l’accès aux soins

Les Éditions, nouvelle parution ! Bribes de soins : Expériences, socialisations, méthodologies universitaires. Les formations 2020-2021 : part belle à l’expérience !  http://letknowcafe.org/les-formations

Les rencontres à venir

Vendredi 25 septembre 2020 – Apéro de rentrée !
 
Vendredi 9 octobre 2020 – La République : soin et anarchie
Première rencontre de l’année autour du thème de la politique de soin. Christian Laval, sociologue, introduira le propos ! Qu’est-ce que l’anarchisme en politique? À quel endroit les valeurs de l’anarchisme sont-elles mises en pratique ? Et quels sont les éclairages possibles par rapport au soin ? Peut-on se passer de l’État pour soigner ? Ni Dieu ni maître ? En plein dans l’actualité !
Vendredi 6 novembre 2020 – La méthode à Let-Know Café, entre science et expérience
 

Continuer la lecture

A lire ! Que faire des données de la recherche ?. Revue Tracés (en ligne)

Couverture TracésLa revue Tracés, toujours mobilisée au sein du collectif des revues en lutte, a le plaisir de vous annoncer la parution de son dernier hors-série « Que faire des données de la recherche ?« .
S’inscrivant dans le cycle « Les sciences humaines et sociales au travail », ce hors-série a été coordonné par  Juliette Galonnier, Stefan Le Courant, Anthony Pecqueux et Camille Noûs
 
 
Adossé aux politiques de la « science ouverte » et aux exigences de « réplicabilité », le mouvement de l’open data enjoint les chercheurs et les chercheuses à archiver les données issues de leurs enquêtes pour les rendre accessibles au public. En parallèle, la protection des données personnelles fait l’objet de nouvelles régulations législatives et administratives, qui alourdissent les contraintes bureaucratiques pesant sur l’enquête de terrain, en particulier pour les sujets dits sensibles. Ces évolutions placent les données de la recherche au cœur d’enjeux parfois contradictoires (protéger les données et les rendre accessibles). Face aux nombreuses questions et inquiétudes qu’occasionne ce moment « données », le présent hors-série propose une réflexion collective sur les nouvelles pratiques qui engagent les métiers de la recherche a sens large.
 
Ce numéro est disponible au format papier auprès de notre éditeur, ENS Éditions (n’hésitez pas à faire abonner vos institutions ou à commander ce numéro dans toutes les bonnes librairies), et en accès ouvert intégral en ligne.
 

Sommaire

Continuer la lecture

A lire ! A écouter ! Homo diplomaticus, revue Terrain

Crédits : Adria Fruitos

Alors que la diplomatie mondiale sert de plus en plus la puissance des États et de moins en moins un ordre international pacifié, que peut apporter l’anthropologie à la compréhension des pratiques diplomatiques ? Ce numéro s’écarte de la diplomatie traditionnelle pour observer des pratiques émergentes, ou non occidentales, en prêtant une attention spéciale aux adaptations et aux inventions des vaincus.

Le lecteur rencontrera ici : des fruits malodorants porteurs d’un étonnant pouvoir politique, un défenseur des arbres du bocage, des pleurs cérémoniels servant à émouvoir des opinions publiques, des rituels amazoniens qui se propagent pour contrer une invasion territoriale… et d’autres pas de côté destinés à féconder notre imaginaire diplomatique.

Numéro coordonné par EMMANUEL DE VIENNE & CHLOÉ NAHUM-CLAUDEL

Les articles :   https://journals.openedition.org/terrain/
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100971040&fa=description

On en parle dans les médias :

LES INROCKS

“Terrain”, la revue qui scrute la diplomatie depuis la philo ou l’anthropologie
Un article de Mathieu Dejean  à lire ici

FRANCE CULTURE
Une autre diplomatie est-elle possible ?
 

Continuer la lecture

A lire ! Oralités contestataires – Cahiers de littérature orale Hors-Série

Si la parole est l’arme des puissants, elle peut être aussi l’arme des faibles, une liberté conquise plus qu’acquise souvent. Contre le silence imposé et subi.
La parole publique a ainsi sa performativité propre, surtout quand l’ingéniosité pour se faire entendre déborde les cadres qui ordinairement la contrôlent et la contraignent.
Cette voix contestataire est une oralité au plein sens du terme : une oralité poétique, une oralité chantée, une oralité tambourinée, une oralité dansée, une oralité murmurée, une oralité criée. Une choralité politique. Ces oralités contestataires requièrent souvent courage et astuce, imagination et détermination.
Les textes rassemblés dans ce florilège – un bouquet avec ses piquants… – ont été composés dans des contextes et des époques différents, mais tous ont pour objectif de

Continuer la lecture

A voir à lire ! Viv(r)e la friche (Igor Babou) – en précommande uniquement (jusqu’au 15 septembre !!)

Présentation du livre :

Ce livre raconte l’aventure d’activistes écologistes installés dans une friche industrielle en banlieue parisienne, dans un lieu d’expérimentation écologique et sociale appelé “Laboratoire Écologique Zéro Déchet” (LEØ). Il repose sur un long travail d’enquête, d’entretiens et de photographie, mené auprès des publics et des animateurs de ce lieu hors norme.

Habiter dans les ruines du capitalisme industriel, y vivre et y développer l’écologie par des formes d’éducation populaire centrées sur l’action plus que sur le discours, aller d’expulsion en expulsion dans un habitat temporaire tout en tissant des liens étroits avec les habitants de quartiers populaires : des collectifs s’organisent au cœur des contradictions contemporaines en pratiquant une écologie sociale et solidaire. Des friches urbaines squattées fournissent des lieux de vie et d’action à des activistes qui refusent l’état du monde et l’inaction politique.

Le livre présente de nombreux extraits d’entretiens menés avec les animateurs et les
 

Continuer la lecture

Nouvelle revue ! Sources. Matériaux & Terrains en études africaines – Accès ouvert

https://www.sources-journal.org/
Cette revue biannuelle portée par les UMIFRE d’Afrique sub-saharienne et le LAM est trilingue (anglais, français, portugais) est entièrement en accès ouvert. Elle se donne une mission originale au sein des revues universitaires en SHS : placer au cœur de la réflexion les matériaux de terrain, c’est-à-dire les objets empiriques produits – et le plus souvent coproduits – par les chercheur·e·s dans une situation particulière d’enquête et selon des méthodes spécifiques qui conditionnent le raisonnement et l’élaboration d’énoncés théoriques. 
 
Son premier dossier est un Varia disponible à cette adresse : https://www.sources-journal.org/76
Nous vous invitons à lire l’introduction qui théorise la ligne éditoriale de la revue et expose ses
 
oNous avons l’immense plaisir de vous informer de la création d’une nouvelle revue :

Continuer la lecture

A lire ! Les enjeux de l’institutionnalisation des savoirs musicaux

https://journals.openedition.org/rac/4007

Le dossier se penche sur l’institutionnalisation des savoirs musicaux (reconnaissance et formalisation via l’établissement de structures publiques et privées chargées de leur promotion, diffusion ou transmission). Il questionne ce que l’institution fait aux pratiques et savoirs musicaux et ce que l’institutionnalisation révèle des pratiques musicales et des mutations des sociétés qui les façonnent. Il identifie des dynamiques communes d’institutionnalisation autant que des particularités régionales, liées aux configurations socio-politiques.

Continuer la lecture

« Écrire autrement ? L’histoire sociale en quête de publics ». [Le Mouvement social, n°269-270]

Numéro largement illustré qui paraît à l’occasion des 60 ans de la revue. Vous pouvez dès à présent le consulter sur Cairn <https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2019-4.htm> ; il sera prochainement sur Muse <https://muse.jhu.edu/journal/423> et la version papier ne devrait plus tarder.

Rendre compte des subtilités des discours. Entretien avec Pierre Déléage, revue Ballast

https://www.revue-ballast.fr/pierre-deleage-si-lanthropologie-a-une-vertu-cest-sa-mefiance-vis-a-vis-de-luniversalite-des-lois/

Entretien du 4 juin 2020

Sous les voix dominantes de l’anthropologie, certaines dissonent, et à raison. Celle de Pierre Déléage en fait partie. Américaniste, spécialiste du chamanisme des Sharanahua du Pérou, il alterne depuis une dizaine d’années les ouvrages sur l’invention et la stabilisation d’une écriture, la traduction des traditions orales autochtones ou, désormais, la fabrique des théories et du savoir anthropologiques. Son dernier ouvrage, L’Autre-mental, exhume « une lignée souterraine d’anthropologues » et la met en regard avec des écrivains de science-fiction. Une façon de susciter l’invention au sein d’une discipline qui tend trop souvent, à ses yeux, à dissimuler les êtres et les peuples qu’elle questionne.

Lire la suite : https://www.revue-ballast.fr/pierre-deleage-si-lanthropologie-a-une-vertu-cest-sa-mefiance-vis-a-vis-de-luniversalite-des-lois/

A lire ! L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme (David BÉDOURET)

http://pum.univ-tlse2.fr/spip.php?page=ouvrages&id_article=2160

  L'Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l'exotisme

Auteur : David BÉDOURET
N° ISBN : 978-2-8107-0652-5
PRIX : 25.00 €
Format et nombre de pages : 16 × 24 cm – 166 p.

Depuis les années 1950, les manuels scolaires de géographie dépeignent les espaces ruraux d’Afrique sans se dégager des représentations exotico-coloniales. Cet imaginaire inscrit dans une mythologie coloniale s’articule autour de quatre objets géographiques : la nature, le village, la société et les espaces agricoles. La résistance d’un regard exotique semble liée au système « manuel », générateur de blocages et d’immobilisme, mais aussi à la structure des discours dans laquelle les images et les mots s’allient pour « exotiser » ces espaces.

Des enquêtes menées auprès d’élèves du primaire et du secondaire, en France et en lycée français d’Afrique, complétées par des entretiens d’enseignants confirment que les manuels participent activement au processus de construction des savoirs sur l’Afrique en classe. De fait, les représentations exotico-coloniales se diffusent. Ainsi, la géographie scolaire produit une culture structurée autour d’espaces métonymiques. Cette pratique attribue à chaque espace une fonction pédagogique et didactique, ce qui revient à mettre en place une idée pour un lieu. Si cette technique a des valeurs pédagogiques indéniables, elle va à l’encontre d’une éducation à l’altérité prônée par les instructions officielles, car elle favorise le maintien de l’exotisme dans les discours. Pourtant, le travail de terrain montre que cette fabrication d’imaginaire exotique est conscientisée par les acteurs et que les déformations sont constitutives de l’acte d’enseigner. Par conséquent, l’exotisation est un processus paradoxal car il est à la fois un héritage colonial et le témoin d’une mauvaise orchestration de la classe, mais il est aussi un outil didactique et pédagogique opérationnel pour une éducation à l’altérité.

David Bédouret est maître de conférences en géographie à l’INSPE de Toulouse Occitanie-Pyrénées et membre du laboratoire Géode UMR CNRS 5602. Ses recherches portent sur la didactique de la géographie, la construction des savoirs, l’imaginaire et les « éducations à » (EDD, altérité, risques).

Année : 2020
Réf. : RUR 11

Table des matières L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme
Introduction L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme
La Cliothèque 17 mai 2020 L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme
Didageo et carnet de recherche – mars 2020 L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme
Blog Geobunnik 2020 L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme
Geocarrefour 2020 L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme