Archives de catégorie : Films et Vidéos

Festival altérités 2020. La nature des hommes

http://www.festivalalterites.com/

Éditorial 2020

Chaque année, le festival de cinéma et d’ethnographie Altérités ouvre des horizons peu explorés, une diversité des façons de penser et de se représenter le monde. Pour cette quatrième édition, le festival aborde une question fondamentale, celle de la relation entre l’Homme et son environnement naturel. Ce qui nous relie aux animaux, aux plantes, à la terre, à la mer, aux paysages est interrogé à travers dix films et vingt-quatre rencontres avec des ethnologues, des sociologues, des géographes, des artistes, des témoins… Continuer la lecture

Vidéothèque en ligne d’une équipe Eco-Anthropologie

la vidéothèque en ligne de l’UMR 7206 Santé, maladie malheur (SMM), membre de l’unité mixte de recherche Eco-anthropologie associant le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’Université Paris Diderot (Paris 7). Elle est localisée au Musée de l’Homme.

 

Initié en 1989, prolongement du Bulletin d’ethnomédecine (1980-1987, 39 numéros) et du Séminaire d’ethnomédecine (1980-2003),
ce centre est consacré à la collecte, à l’archivage, à l’analyse mono et multidisciplinaire et à la « publication » de documentaires et films à caractère ethnographique, relatifs à la vie quotidienne, à l’alimentation, aux techniques du corps et d’hygiènes, aux traitements des âges de la vie, en particulier la périnatalité et la petite enfance, aux apprentissages, à la communication non verbale, aux sons et musiques de la vie, aux traitements des états pathologiques du corps, à la divination, au guérissage, aux états de conscience modifiés.

Ces thèmes concernent l’homme, ses rapports à l’environnement et incluent également les

Continuer la lecture

A voir ! Des anthropologues partagent leurs expériences – Livre 1. Enfance et vocations

 
 
 
 

Livre 1. Enfance et vocation

 
 
 
 
 
 
30:00 En cours de lecture
 
5,9 k vues il y a 2 ans
 
« Serge Bouchard. Livre 1. « Je n’ai jamais aimé l’école » : l’anthropologie comme émerveillement » Monsieur Serge Bouchard est un anthropologue, écrivain et homme de radio québécois. Date : 21 …
 
 
 
107 vues il y a 3 semaines
 
« Roberte Hamayon. Livre 1. L’ethnologie, la linguistique et la Mongolie » Madame Hamayon est directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études (EPHE) Date : 23 octobre 2019 (Paris,…
 
 

Continuer la lecture

A voir ! De la fiction faire science.

« Documentaire interactif sur une expérience de recherche conduite pour dépasser une difficulté méthodologique. Un sociologue et un chercheur en cinéma s’emparent d’un feuilleton télé des années 1960 pour explorer ce que veut dire venir travailler dans le nucléaire en montrant à des personnes qui vivent près du centre où se joue la fiction des extraits qui mettent en scène le travail de secteur et en mettant en perspective leurs réactions. Le documentaire interactif suit les chercheurs dans les différentes étapes de cette expérimentation, avec leurs échecs et leurs succès, montrant l’invention d’une démarche de recherche qui vise à contourner une situation de « parole empêchée », de parole rendue difficile par le débat public qui clive très facilement les positions sur un sujet polémique. »

Lire la suite : 

Voir le documentaire interactif : https://fifas.huma-num.fr/

A voir ! Films en ligne du Centre yennenga de Dakar

Nous vous y accompagnons avec ces beaux films de Laurence Gavron.

Samba Dibaré Samb, Le gardien du temple
https://vimeo.com/158970900
Mot de passe:Griot 2

Ninki Nanka, Le Prince de Colobane (sur le tournage de Hyènes, Djibril Diop Mambéty)
https://vimeo.com/157048861
Mot de passe: Djibril

Yandé Codou Sène, Diva Séeréer
https://vimeo.com/157099750
Mot de passe: Gandiaye

Ndiaga Mbaye, Le maître de la parole
https://vimeo.com/158731069
Mot de passe: Ndiaga

Saudade à Dakar
https://vimeo.com/156693188
Mot de passe: Cap vert

Si loin du Vietnam (VF)
https://vimeo.com/164423202
Mot de passe: Indochine

Nous espérons que vous aimerez les voir ou les revoir..

Le Yennenga, dont Alain Gomis réalisateur franco-sénégalais est le fondateur, a pour objet la formation, la création et la diffusion cinématographiques et audiovisuelles. Il est un HUB de cinéma, un incubateur, destiné à repérer et à accompagner les jeunes talents du Cinéma et de l’Audiovisuel, (techniciens, auteurs, réalisateurs), vers l’insertion professionnelle et la réalisation de leur projet.
Son activité se déroule essentiellement à Dakar et touche un public de jeunes et de femmes cinéastes et cinéphiles. https://www.facebook.com/yenprod/

A voir/ A lire pendant le confinement ! Edgar Morin, un penseur à Paris

Présentation de la réalisatrice, Momoko Seto (CRAL) :
 
Nous utilisons régulièrement ces films pour faire de la médiation scientifique dans des établissements scolaires, au seins des associations, ou dans des cinémas, afin de mettre en lumière les métiers de la recherche. Le but premier est de donner le goût de la cherche aux jeunes, puis d’ouvrir ces travaux au grand public.

Je vous propose aujourd’hui, le film « Edgar Morin, un penseur à Paris » (2019). Mêlant images d’archives, animation et entretien, le film est un documentaire animation de 40 minutes, sur la vie d’Edgar Morin à Paris, de 1921 à nos jours.
 
Textes d’Edgar Morin sur le confinement : Edgar Morin Epidémie (, https://www.liberation.fr/debats/2020/02/02/en-finir-avec-les-malheurs-de-l-ecologie_1776814
 
Sur le film : Est-ce que le choix d’habiter dans telle ou telle ville influence la construction du soi ? Autrement dit, est-ce qu’une personne se fabrique par, ou « à cause de », une ville ? Si j’habitais dans une autre ville, serais-je une autre personne ?

Continuer la lecture

Vidéo : Le point aveugle des Lumières et l’avenir des sciences humaines par François Flahault

http://cral.ehess.fr/index.php?2970

Les Lumières ont pris appui sur la conception de l’être humain comme sujet pensant et connaissant. En réalité, ce parti pris occidental a renforcé la vision naïve de l’être humain comme étant d’avance doté de son être. D’où une conception utilitariste et adaptative des cultures humaines. Et tout un appareil de rationalité source d’un sentiment de maîtrise, mais aussi d’une méconnaissance de ce qui se joue de vital dans la relation de chacun à son milieu de vie. D’où également la croyance que la raison constitue une force intérieure en mesure de maîtriser les passions et de communiquer à la volonté le pouvoir d’agir conformément aux exigences de la morale. Soumettre ces croyances à l’épreuve des faits permettra d’élaborer une conception plus adéquate de l’être humain, tâche indispensable compte tenu du contexte social et écologique.

Décolonisations — un documentaire de Karim Miské

Un documentaire diffusé sur Arte, relayé sur, traversées mauritanides, le paria.fr, France culture, RFI, histoirecoloniale.net, etc.

« À contre-courant de l’histoire officielle des colonisateurs, cette fresque percutante inverse le regard pour raconter, du point de vue des colonisés, cent cinquante ans de combat contre la domination, et faire résonner au présent un déni qui perdure.

Continuer la lecture

MUCEM – Festival international Jean Rouch 9-12 janvier 2020 (Marseille)

Pour la sixième année consécutive, le Mucem donne carte blanche au Festival international du film ethnographique Jean Rouch : cette sélection de films primés témoigne du regard sensible et original que les chercheurs en sciences humaines et les réalisateurs portent sur nos sociétés.

Une master class, en entrée libre et gratuite, invite étudiants, professionnels et grand public à décrypter le cinéma de la réalisatrice Bojina Panayotova.
 
Des films de chercheurs et d’étudiants sont également mis à l’honneur avec le Salon des écritures alternatives en sciences sociales, proposé par le Groupement de recherche « Image, écritures transmédias et sciences sociales » du Centre Norbert Elias.

L’ensemble dessine une programmation riche qui offre l’occasion de montrer à un large public toute la vitalité de l’anthropologie visuelle.
 
Organisé en partenariat avec le Comité du film ethnographique.
En collaboration avec La Fabrique des écritures innovantes (EHESS / Centre Norbert Elias) et le groupement d’intérêt scientifique sur les écritures transmédias soutenu par le CNRS.
 
Entrée libre et gratuite

Projections-Débats ! Fenêtres sur le Japon. (Paris) 10 janvier…

http://crj.ehess.fr/index.php?1180

Fenêtres sur le Japon (2019-2020)

– 10 janvier 2020 (17h-20h30) :

Histoire d’une boucherie [ある精肉店のはなし], de HANABUSA Aya (2013, 109’, VOST anglais)

À Kaizuka, dans le département d’Osaka, la boucherie familiale Kitade élève puis abat du bétail, dont elle vend la viande. Après le moment de tension que constitue le coup de marteau sur le front de la vache, les bêtes sont transformées en viande par une série de gestes maîtrisés. Ce travail, traditionnellement confié aux Burakumin, un groupe social discriminé depuis le Moyen-Âge, est transmis à la génération suivante par les parents, qui espèrent que leurs enfants auront moins à souffrir de la discrimination. Les gens vivent en prenant la vie d’autres êtres vivants. Ce documentaire suit les pas d’une famille qui, chaque jour, fait face à cet entrelacs de la vie et la mort.

Bande-annonce (japonais, sous-titres anglais)

– 13 mars 2020 (17h-20h30) :

Lys en fête [百合祭], de HAMANO Sachi (2001, 100’, VOST anglais)

Rie Miyano, 73 ans, vit avec 5 autres femmes célibataires âgées de 69 à 91 ans dans une résidence tranquille. La mort de l’une d’entre elles et l’arrivée de M. Miyoshi, Casanova charmeur et attentionné de 75 ans, va bouleverser l’équilibre de la petite communauté de femmes en réveillant les désirs.

Bande-annonce (japonais, sans sous-titres)

Autres projections

– 12 janvier 2018 (17h-21h00) :

Lumières d’été [なつのひかり], de Jean-Gabriel PÉRIOT (2016, 78’, VOST français)

Projection-débat en présence du réalisateur, co-organisée avec le GRHEN (CRH).

Akihiro, un Japonais vivant à Paris, rentre au Japon interviewer des survivants de la bombe atomique pour un documentaire sur les 70 ans du bombardement de Hiroshima. Bouleversé par ces interviews, et alors qu’il se repose dans le Parc de la Paix, il rencontre Michiko, une avenante mais énigmatique jeune femme qui va lui faire découvrir la ville.

Cycle organisé par Mary Picone et Nicolas Pinet.