Archives de catégorie : Lire, Voir, Ecouter

Tribune. « Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité »

Le monde de la recherche française a bondi deux fois en une seule journée, le mardi 26 novembre : le matin, en lisant les propos du président-directeur général du CNRS [publiés dans le quotidien Les Echos], et le soir en visionnant le discours du président de la République pour les 80 ans de cette institution.

Le premier, Antoine Petit, résumait ainsi l’idéologie qui sous-tend la future loi de programmation de la recherche, dont la présentation est prévue pour février 2020 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

 

La tribune :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/06/le-darwinisme-social-applique-a-la-recherche-est-uneabsurdite_6021868_3232.html?fbclid=IwAR3hkeK5Bo40bZzjZGevDi4dxWy92k2oIMvMZsv0_A2uIdjlrb10pkToCF4

La pétition : https://www.petitions.fr/recherche__non_a_une_loi_inegalitaire

Continuer la lecture

Tribune. Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Trois semaines après la tentative d’immolation par le feu d’un étudiant de Lyon-II devant le Crous, des étudiants de son université dénoncent la précarité grandissante qui les frappe et exhortent à « ne pas considérer comme normale la misère qui [les] traverse »

Tribune. “La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers” 7 décembre 2019. Le monde

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/07/la-notion-de-genocide-est-un-mot-clef-dans-la-politique-nigeriane-employe-a-tort-et-a-travers_6022047_3212.html?fbclid=IwAR0OtEG5xaE03Qfj3mWucAztzsfdJ2Uq2Mb6ajXKugbZ5U8PE3uqAPaNDnc

« La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers »

Après l’article de Bernard-Henri Lévy dénonçant des massacres perpétrés contre des chrétiens au centre du Nigeria, plusieurs spécialistes du pays appellent à traiter ce sujet avec moins d’approximations.

Publié le 07 décembre 2019 à 13h42, mis à jour à 08h24 Temps de Lecture 6 min.

Publié dans Paris Match jeudi 5 décembre, un article signé par Bernard-Henri Lévy lance un SOS pour les chrétiens du Nigeria. Selon lui, les Fulanis musulmans (aussi appelés Peul en Afrique francophone) seraient sur le point de commettre un « génocide » contre les chrétiens du pays. Dans n’importe quelle région du monde, l’accusation est grave. Dans un pays de près de 200 millions d’habitants, composé à peu près pour moitié de chrétiens, on pourrait attendre une recherche sérieuse et approfondie.

Pressions économiques et écologiques

L’article, cependant, est un florilège d’approximations, de clichés et d’erreurs factuelles. Surtout, en inscrivant les événements du Nigeria dans un « choc des civilisations » global, en appelant à une solidarité mal informée, il peut contribuer à attiser les violences et à durcir encore les clivages.

Lire aussi Au Nigeria, le fantasme d’un « complot peul » pour islamiser le pays

Le Nigeria connaît effectivement des violences importantes, notamment en son centre, la Middle Belt. Des conflits y opposent régulièrement des éleveurs fulani et d’autres communautés, vivant pour beaucoup de l’agriculture. Depuis des années, journalistes et chercheurs nigérians et étrangers se penchent sur cette question, sur la base d’enquêtes fouillées. Ils et elles nous permettent de mieux comprendre les mécanismes des violences.

Ces travaux montrent ainsi que les questions religieuses ou communautaires sont souvent secondaires par rapport aux pressions économiques et écologiques et à l’échec de l’Etat à les réguler. Sous la houlette de pasteurs fulani, des troupeaux de plus en plus importants quittent en lentes transhumances les savanes du nord pour satisfaire la demande croissante des grandes villes du centre et du sud du pays.

Compétition croissante sur le foncier

Les routes de transhumance, parfois anciennes, traversent les zones agricoles du centre, elles-mêmes en pleine expansion. Le changement climatique contribue sans doute pour une part à la crise actuelle – le centre du pays est plus arrosé et mieux doté en pâturages que le nord. L’Etat a bien du mal à réguler de manière apaisée la compétition croissante sur le foncier.

« Contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est “Fulani”. »

Malgré différentes tentatives (création de couloirs de transhumance ou de vastes ranchs clôturés, par exemple), les autorités nigérianes échouent à trouver des solutions satisfaisantes aux tensions entre éleveurs et agriculteurs. De plus, feuilletage fédéral complexe, marqué par la mauvaise gouvernance et par un fort degré d’impunité des forces de sécurité, l’Etat répond souvent bien mal aux violences qui éclatent. Et contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est « Fulani ».

Lire aussi Au Nigeria, les Peuls pris au piège de la guerre pour la terre

Par ailleurs, le problème ne provient pas uniquement des campagnes. Ainsi, Jos et Kaduna, deux grandes villes du centre du pays, ont connu une série d’émeutes depuis le début des années 2000, pour des raisons économiques et politiques. Les rivalités, qui se déploient au nom d’identités confessionnelles ou communautaires, symbolisent des tensions entre nouveaux arrivants et habitants de la région. Elles doivent aussi à la compétition politique violente que suscitent les élections.

Des Fulani eux aussi victimes de massacres

Selon les règles du fédéralisme nigérian, les supposés nouveaux arrivants n’ont souvent pas les mêmes droits d’accès aux services publics ou au foncier que ceux qui se revendiquent autochtones. De plus, à Jos comme à Kaduna, villes créées à l’époque coloniale, il n’existe que très peu d’autorités « traditionnelles » légitimes susceptibles d’apaiser ces conflits.

« Penser les éleveurs Fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. »

Résumer la violence au centre du pays à un affrontement identitaire est extrêmement simplificateur. Penser les éleveurs fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. Beaucoup ont abandonné l’élevage depuis des générations pour s’installer en ville tandis que d’autres se sont sédentarisés en milieu périurbain ou rural, conservant leurs troupeaux tout en se lançant dans des activités agricoles ou commerciales. Et ces communautés fulani sont régulièrement victimes, elles aussi, de massacres de masse, comme ce fut le cas sur le plateau de Mambilla en 2017.

Instrumentalisation par des fondamentalistes chrétiens

La rumeur d’une invasion du centre et du sud par les musulmans du nord est récurrente. On pourrait remonter aux peurs issues du djihad d’Ousman Dan Fodio, à l’origine de la création du califat de Sokoto au début du XIXe siècle. On pourrait se référer aux débats politiques interminables qui ont précédé l’indépendance du pays en 1960. On pourrait aussi aborder le débat sur l’instauration de la charia dans le nord du Nigeria, qui a occupé tous les législateurs du pays depuis 1960.

Lire aussi Nigeria : l’émir de Kano, entre islam et finance

Les théories sur la « guerre contre la terreur » et le « choc des civilisations » connaissent aussi un grand succès parmi certains groupes chrétiens fondamentalistes nigérians qui n’hésitent pas à propager au Nigeria et parmi la diaspora leur lecture de l’histoire. Au jeu du grand méchant musulman, le nord du pays semble toujours gagner la partie. Et M. Lévy de relier les violences du centre avec celle du nord-est, où les djihadistes de Boko Haram et la répression des forces de sécurité ont tué des dizaines de milliers de personnes depuis 2009.

Peu importe que la majorité des victimes de l’organisation djihadiste soit musulmane (dont bon nombre de pasteurs fulani) plutôt que chrétienne. Peu importe également qu’ailleurs dans le nord, des bandits, souvent des musulmans fulani, s’en prennent aux communautés fulani elles-mêmes ? Rien de tout cela n’empêche M. Lévy d’accuser « les Fulani ».

Manipulation de la notion de « génocide »

Ni les Fulani ni les musulmans ne sont au Nigeria un bloc monolithique. Répartis dans tous les États, ils sont divisés entre sunnites et chiites, différentes confréries soufies et une galaxie de groupes d’inspiration salafiste. Les chrétiens sont eux aussi fragmentés, entre anglicans, catholiques, baptistes et de multiples Eglises pentecôtistes.

« Le terme « génocide » permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux. »

Parmi ces dernières en particulier, alimentées par la vision eschatologique des évangélistes nord-américains, se trouvent des voix pour crier au « génocide ». Depuis la guerre du Biafra (1967 -1970), la notion de « génocide » est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers, manipulé pour parler des violences contre les communautés igbo ou en général contre les chrétiens.

Le terme est commode, sans doute. Il permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux, en jouant notamment sur un sentiment de culpabilité suite à leur manque de réactivité face au génocide des Tutsis rwandais en 1994. Il fait vibrer la fibre humanitaire de tout un chacun et impose l’action d’urgence.

Lire aussi « Au Sahel, les Etats n’assurent même plus la sécurité ou la justice »

Les « sauveurs blancs » n’ont plus qu’à intervenir. Ils pourront signer une pétition, répondre à un appel aux dons, voire créer une ONG. L’auteur nigérian Elnathan John le dit dans son livre satirique Be (com) ing Nigerian, A Guide : « Et toi, l’ONG bénie, que Dieu a élevée au rang de sauveur de tes frères […], tu dois être prête à publier une tribune sur chaque cas potentiel de violation des droits humains ou toute autre cause dont tu as dit à tes bailleurs que tu te chargerais. Il n’est pas nécessaire d’examiner sérieusement l’évènement au préalable. Tu ne veux pas que tes financeurs pensent que tu es mou, en étant le dernier à condamner. »

Vincent Hiribarren (maître de conférences en histoire de l’Afrique contemporaine à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Elodie Apard (directrice adjointe USR 3336 du CNRS, Afrique au Sud du Sahara, Nigeria) ; Kyari Mohammed (historien et ancien vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Reza Zia-Ebrahimi (maître de conférences en histoire à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Saleh B. Momale (Kaduna State Peace Commission, Nigeria) ; Adam Higazi (University of Amsterdam) ; Toby Green (maître de conférences en histoire et culture de l’Afrique Lusophone à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Abdoullahi Liman Tukur, Vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Laurent Fourchard (directeur de recherche au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, France) ; Gérard Chouin (professeur associé en histoire de l’Afrique, William & Mary, Etats-Unis) ; Emilie Guitard et Vincent Foucher (chargés de recherche au CNRS, France) ; Jean-Hervé Jezequel (International Crisis Group, Dakar, Sénégal) ; Marc-Antoine Pérouse de Montclos (directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement) ; Jamila B.A. Suleiman (Centre for Peace and Security Studies, Moddibo Adama University, Yola).

Parution : “Pour la cause de l’ancêtre”

L’ouvrage d’Anne-Christine Trémon Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine) vient de paraître.

Les habitants natifs de Fort-les-Pins ne sont plus les pauvres paysans dépendants de leurs riches parents émigrés qu’ils étaient encore il y a quelques décennies. Ce « village-dans-la-ville » devenu un quartier de Shenzhen, mégapole à la croissance fulgurante, a vu son paysage et sa population radicalement transformés en l’espace de quarante ans. La création de Shenzhen, la plus ambitieuse des Zones économiques spéciales chinoises, a été, à partir de 1979, le signal de l’ouverture de la Chine aux capitaux de l’étranger et le laboratoire des réformes économiques et sociales. Cette ouverture s’est accompagnée de reconnexions avec les émigrés et descendants d’émigrés, encouragés par les autorités chinoises à venir visiter les villages d’origine et à contribuer financièrement à leur développement.

L’ouvrage retrace l’histoire de l’émigration ainsi que les contributions financières renvoyées au village pendant près d’un siècle. Il montre quel rôle éminent a joué la diaspora, non seulement dans le développement économique du village d’origine, mais aussi dans le contournement rusé de certaines des politiques urbaines. Dans un contexte de mutations accélérées, le sens conféré à l’émigration a changé, ainsi que la relation à la diaspora. Ce livre rend compte de l’affaiblissement de cette relation, en même temps que de la persistance de liens moraux, affectifs, et symboliques, dans la Chine de l’ère des réformes et de l’ouverture.

Prenant la suite de Chinois en Polynésie française. Migration, métissage, diaspora (2010), ce livre vient compléter un diptyque sur la relation diasporique. S’appuyant sur une riche documentation historique et ethnographique, il couvre plusieurs champs de l’anthropologie : historique, économique, religieuse et des institutions.

Éditeur : Société d’ethnologie

Collection : Recherches sur la Haute Asie

Salon des écritures alternatives en sciences sociales – 10 janvier 2020, Marseille

Panoramic detail view of speakers hanging on the wall in monochrome vintage style

https://gdrecritures.hypotheses.org/

Le Salon des Écritures Alternatives en Sciences sociales (SEAS) aura lieu le vendredi 10 janvier au MUCEM.  Cet événement est une initiative du nouveau Groupement de recherche « Image, écritures transmedias et sciences sociales », réseau national de chercheurs·ses et enseignant·es-chercheurs·ses travaillant avec ces écritures.

L’ambition de ce salon est de réunir chercheur·ses en sciences sociales et professionnel·les de l’économie créative (production, diffusion, édition) afin d’échanger sur les nouveaux défis autour de ces œuvres qui occupent une place grandissante dans le champ de la recherche et dans la société.

Cette journée sera l’occasion de présenter des œuvres – films, documentaires sonores, photographies, romans graphiques, bandes dessinées et jeux-vidéos -, de proposer des tables rondes sur les enjeux de fabrication et de diffusion, de participer à des ateliers. Elle permettra notamment des retours d’expérience ou la présentation de nouveaux projets pour faciliter des partenariats. Cette année, le Salon fera un focus particulier sur l’écriture sonore.

Pour cette première édition, le Salon se tiendra en parallèle du Festival hors les murs Jean Rouch au Mucem.

Entrée libre sur inscription sur https://framaforms.org/inscription-seas-2020-1571833247 

Contact : seas@centrenorbertelias.fr

Rencontre ! Voyager dans l’invisible (éd. la Découverte) avec Charles Stépanoff, 6 novembre Librairie Millepages à Vincennes

Librairie Millepages
91,rue de Fontenay 94300 Vincennes
T : 01 43 28 04 15

www.millepages.fr

Voyager dans l’invisible, Techniques chamaniques de l’imagination Charles STÉPANOFF

Le chamane est un individu capable, d’une façon mystérieuse pour nous, de voyager en esprit, de se percevoir simultanément dans deux espaces, l’un visible, l’autre virtuel, et de les mettre en connexion. Ce type de voyage mental joue un rôle clé pour établir des liens avec les êtres non humains qui peuplent l’environnement.
Les chamanes ne gardent pas pour eux seuls l’expérience du voyage en esprit : ils la partagent avec un malade, une famille, parfois une vaste communauté de parents et de voisins. Les participants au rituel vivent tous ensemble cette odyssée à travers un espace virtuel. De génération en génération, les sociétés à chamanes se sont transmis comme un précieux patrimoine des trésors d’images hautes en couleur, mais en grande partie invisibles.
Ce livre est le fruit d’enquêtes de terrain et reprend l’ample littérature ethnographique décrivant les traditions autochtones du nord de l’Eurasie et de l’Amérique. Au travers de récits pleins de vie, il rend compte de l’immense contribution à l’imaginaire humain des différentes technologies cognitives des chamanes. Les civilisations de l’invisible bâties par les peuples du Nord, encore puissantes à l’aube du XXe siècle, n’ont pas résisté longtemps à l’entreprise d’éradication méthodique menée par le pouvoir colonial des États modernes, qu’il s’agisse de l’URSS, des États-Unis ou du Canada. Ce livre nous permet enfin de les appréhender dans toute leur richesse.
https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Voyager_dans_l_invisible-9782359251586.html

 

Europe, knowledge politics and bureaucracy: anthropological perspectives. 28-29 octobre Université Libre de Bruxelles

 

AGM

Sur les implications de la politique du savoir et la gouvernance de l’union européenne sur la production du savoir anthropologique et le futur de l’anthropologie sociale en Europe et au-delà.

https://easaonline.org/about/agm/agm2019.shtml

The EASA AGM and Seminar will take place on 28th and 29th October in Brussels at the Université Libre de Bruxelles, Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains.
Campus du Solbosch, Institut de Sociologie (batiment S), Janne Room (15ème niveau), 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles

 

Continuer la lecture

Liste de lecture de la revue Terrain : 22 numéros offerts !

Pour en savoir plus :  https://mailchi.mp/cnrs/terrain-sort-22-nouveaux-numros-dun-coup?e=8d5a5d81e5

Pour remettre en lumière les meilleurs articles parus dans la revue depuis sa crééation en 1983, nous avons composé ces listes de lecture transversales. Elles sont faites pour tirer le meilleur parti du savoir des ethnologues. Grâce à elles vous apprendrez à ensorceler, draguer, changer de vie, devenir un bon chef, planer… et même à (ne pas) devenir ethnologue. 

Adrià Fruitós en signe les illustrations.

Étranges étrangers

Les articles ensorcelants

Notre galerie de portraits

Les articles pour être un bon chef

Mission du Patrimoine ethnologique : la position du missionnaire

Les articles pour revenir aux sources

Et bien d’autres listes à découvrir !

Rencontre ! Semaine de la recherche au musée du quai Branly (Paris 25-27 septembre 2019)

Cette rencontre est organisée dans le cadre de la Semaine de la Recherche. Pendant 3 jours, du 25 au 27 septembre 2019, le musée du quai Branly – Jacques Chirac met en avant les travaux de jeunes chercheurs en sciences humaines, soutenus par le Département de la Recherche et de l’Enseignement et la Fondation Martine Aublet :

– Rencontre au salon de lecture Jacques Kerchache, mercredi 25 septembre, 17h

– Rencontre des boursiers de la fondation Martine Aublet, jeudi 26 septembre

– Journée d’étude « Faire collection aujourd’hui », organisée par les post- doctorants 2018-2019, vendredi 27 septembre

DONATION bibliothèque « NIKITA SIBÉROFF »  à l’Institut d’ethnologie et la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg

Documentation Sibéroff
 
A l’automne 2018, sur le conseil de Bernard Sellato, directeur de recherche émérite au CNRS (laboratoire CASE), Anne Sibéroff, fille de de Nikita Sibéroff (traducteur, ethnologue et documentaliste spécialisé sur l’Asie du Sud-Est hospitalisé en raison d’une longue maladie), Nathalie Siberoff-Zimine, sa sœur, et l’époux de celle-ci, Serge Zimine, ingénieur géologue en retraite, ont très généreusement offert et apporté eux-mêmes depuis Paris la plus grosse partie de la bibliothèque de Nikita Sibéroff, spécialisée sur l’Asie du Sud-Est et l’Extrême-Orient, à la bibliothèque de la Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg, avec l’accord de Vincent Chapuis, conservateur en chef responsable du département Lettres, Sciences humaines et sociales du service de la Documentation commune de l’université de Strasbourg, et de Nicole Bruder, responsable de la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg, qui acceptèrent d’accueillir le fonds.

Celui-ci est composé d’environ 300 livres, articles, numéros ou séries de revues scientifiques périodiques, thèses et rapports multigraphiés, cartes géographiques et tirés-à-part.

Rencontres ! Festival des sciences sociales Marseille 25-29 septembre 2019

Près de 50 manifestations, tables-rondes, films, spectacles & performances, balades, expositions… pour penser, débattre avec les sciences sociales et leurs outils, pour rencontrer des chercheurs, des écrivains, des artistes, qui s’efforcent de penser la nature autrement.
Tout public – Entièrement Gratuit* (* sauf films à la Baleine et solo théâtral à Montevideo)

https://www.allez-savoir.fr/

 

Dans les médias ! Fariba Adelkhah, anthropologue et prisonnière scientifique

Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin sans que les autorités de la République islamique jugent utile d’en expliquer les raisons. Portrait scientifique de cette chercheuse internationalement reconnue pour la qualité et l’indépendance de ses travaux.

Lire la suite :  https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-bayart/blog/060819/fariba-adelkhah-anthropologue-et-prisonniere-scientifique

 

 

Journée de l’ethnologie et de l’anthropologie le 23 novembre à la Goutte d’Or à Paris : rencontres débats et festivités pour envisager les 10 prochaines années de la fédération !

   

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) – créé en 2009 suite aux Assises de l’ethnologie de 2007 – a 10 ans cette année. A cette occasion, elle souhaiterait relancer son rôle de fédération d’associations tel qu’il a été voulu à sa création : affirmer que l’anthropologie est une discipline large ouverte qui constitue son unité à partir de la reconnaissance de ses différences. Pour cela, nous préparons une journée à laquelle vous êtes toutes et tous convié.es :Débats autour de la place de l’ethnologie dans la cité ainsi que la formation et l’emploi, stands  et animations, lancement de l’annuaire des associations et des ethnologues et fête de l’ethno lancée par la conférence gesticulée d’Anaïs vaillant

Continuer la lecture

Appel à participation DECLICS : Dialogues avec les lycéens !

http://www.cerclefser.org/fr/declics/

Nous vous invitons à participer à une action de médiation clé en main auprès de lycéens, pour que la recherche soit fondamentale pour tous. 

Le programme DECLICS (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Intéresser à la Construction des Savoirs) est une opération courant novembre qui vise à promouvoir la recherche fondamentale chez les lycéens grâce au format ludique du speed-meeting. 

Pour chaque DECLICS, un ou une “Capitaine”, chef d’équipe porte le projet accompagné de son équipe, doctorant·e·s, post-docs, master 2, technicien·ne·s, ingénieur·e·s, chargé·e·s de recherche, maîtres de conférence, directeurs et directrices de laboratoires, …dans un lycée. L’équipe Declics accompagne le ou la Capitaine pour chaque étape. Pour en savoir plus, consultez l’infographie en ligne. Vous aussi es bienvenu·e·s pour devenir Ambassadeurs Declics!

Pourquoi ? (Quelques raisons, mais chacun les siennes !) :
=> pour mieux faire comprendre à de futurs citoyens l’importance et les mécanismes de la recherche fondamentale
=> pour aider ces jeunes à s’orienter en découvrant des métiers
=> pour créer du lien avec les équipes pédagogiques
=> pour développer l’esprit critique et expliquer le processus de validation des connaissances
=> pour partager votre passion

Où, Quand :
Dans une vingtaine d’académies en France, du 12 novembre au 20 décembre, plusieurs créneaux vous seront proposés.

Quoi :
En pratique, nous vous proposons de participer à l’opération Declics (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Initier à la Construction des Savoirs). Il s’agit d’un échange entre élèves de lycée et chercheur·e·s sous le format d’un speed-meeting dans un lycée.

Pour plus d’informations, consultez notre infographie et notre site internet !

Comment :
Le Cercle FSER vous invite à consulter leur site internet pour plus d’informations, ou à les joindre à contact@declics2019.org

Vous voulez vous pré-inscrire ? C’est par ici !