Archives de catégorie : Prises de position

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

https://faribaroland.hypotheses.org/8169


Nous sommes confinés depuis à peine plus de 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre
de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis plus de 300 jours en
Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche
de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le
gouvernement à tout mettre en oeuvre pour sa libération.

Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation concernant les conséquences de la crise Covid19 sur les personnels et laboratoires de la recherche publique (30 mars 2020)

26 sociétés savantes, couvrant les domaines de la biologie, de la physique, des mathématiques, de l’informatique et des sciences humaines et sociales ont adressé le 30 mars 2020 une lettre ouverte à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation.

Cette lettre porte sur les mesures nécessaires pour atténuer l’impact de la fermeture des laboratoires de Recherche publics sur la situation des personnels de recherche et d’enseignement supérieur les plus fragiles et sur l’impact du confinement sur l’avancée des projets de recherche. Elle affirme la nécessité de réponses nationales à l’impact de la nécessaire prolongation du confinement sur les travaux de recherche dans de nombreuses disciplines.

Covid-19: Impact de la fermeture des laboratoires de recherche publics sur les personnels les plus fragiles et sur l’avancée des projets.

Madame la Ministre, 

Continuer la lecture

Motion CNRS Section 38 Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en 2020

Motion. Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en
2020
Page 1 / 2
La section 38 du Comité national de la recherche scientifique exprime ses très vives inquiétudes concernant l’organisation du concours 2020 pour accéder au corps de directeur et directrice de recherche.
En tant que jury d’admissibilité des concours de CRCN et de DR, la section s’inquiète des recommandations officieuses de la direction du CNRS. Leur mise en oeuvre menace l’équité entre les candidat.e.s, l’intégrité juridique du concours et remet en cause l’autonomie et la souveraineté des jurys.
Le concours DR est ouvert statutairement aux candidat.e.s remplissant les conditions d’admissibilité (internes et externes). Or, depuis des années, le jury d’admission évince quasi-systématiquement les collègues non CNRS des classements établis par les jurys d’admissibilité pour ne pas avoir à créer de postes. Aujourd’hui, au contraire, les recommandations officieuses de la direction enjoignent chaque section à sélectionner et classer des candidats DR identifiés comme des « stars internationales ». Ainsi Antoine Petit explique :

Continuer la lecture

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

— Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie Biologique —

contre le futur projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR)

 

La 20e section du CNU, réunie en session plénière le 6 février 2020 rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation de la diversité et de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle souhaite, elle aussi, exprimer sa défiance quant au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et soutenir la motion déjà votée à l’unanimité par la CP-CNU (Commission Permanente du Conseil National des Universités) le 7 janvier 2020.

Les projets de réforme actuels (LPPR, réforme des retraites) et les réformes déjà mises en œuvre (Parcours Sup, réforme du bac) remettent profondément en cause le fonctionnement, voire les missions du service public, en particulier de l’enseignement supérieur et de la recherche, impliquant une précarisation toujours plus grande de ses personnels pendant et après la vie professionnelle. Ce phénomène général frappera de manière encore plus sensible les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants relevant de la 20e section du CNU, dont les disciplines ne sont pas enseignées dans le secondaire et dont les carrières sont marquées par des études longues suivies de périodes de précarité parfois inscrites dans une durée encore plus grande. Ces réformes entrent ici en opposition avec les conclusions et préconisations du rapport d’experts sur les « disciplines rares » remis à Madame la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le 16 décembre 2014 : « il est donc important de veiller à ce que des savoirs ne disparaissent pas sous les seuls effets de contraintes budgétaires ou une mauvaise appréciation locale de la situation nationale » (Blaise et al., 2014).

L’assemblée exprime son opposition résolue à plusieurs propositions contenues dans les rapports préalables au projet de LPPR. Cette politique ne peut que conduire à terme à la disparition d’une science ouverte, de qualité, indépendante et élaborée sur le long terme. Elle participe également à une baisse de l’attractivité des carrières scientifiques et à l’appauvrissement des savoirs et de leur transmission.

La 20e section estime que l’enseignement supérieur et la recherche doivent bénéficier impérativement, et de manière urgente, d’une politique générale d’amélioration de ses conditions de travail qui ne rompt pas le lien entre enseignement et recherche, renforce ses emplois statutaires permanents (afin de favoriser l’entrée dans le métier des jeunes docteurs) et augmente les budgets pérennes des laboratoires (pour garantir la qualité et l’indépendance de la recherche vis-à-vis de toute logique industrielle et marchande).

La 20e section réclame que la CP-CNU soit immédiatement associée à la réflexion sur la future LPPR. Elle appelle également l’ensemble des collègues de nos universités à la plus grande vigilance et à la mobilisation face à ce projet.

La 20e section du CNU est pleinement solidaire du mouvement social engagé par de nombreux laboratoires, institutions universitaires et revues scientifiques et souhaite y contribuer.

Les membres de la 20e section du CNU s’associent ainsi au texte adopté par les membres démissionnaires des comités de visite HCERES et demandent au président de la 20e section de ne pas mandater de représentant du CNU dans ces conditions et pour lesdits comités.

Motions des laboratoires de recherche et des MSH

Nous rassemblons ici les motions, analyses, propositions relatives à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche des laboratoires accueillant des anthropologues :

IMAf, URMIS, Centre Norbert Elias, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), UMR Chine, Corée, Japon, Laboratoire Mondes américains, LAM, MSH Mondes, Urmis, Habiter le monde, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, CESSMA, LESC,… (liste non exhaustive) ainsi que l’Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

Continuer la lecture

Des retraites pour tous ? Cycle de débats sur la réforme des retraites. EHESS

https://www.ehess.fr/fr/d%C3%A9bat/retraites-pour-tous

Depuis le début du mois de décembre 2019, la France connaît un fort mouvement social en opposition à la réforme des retraites dévoilée par le gouvernement. Au-delà d’une lecture strictement comptable de ce droit social fondamental, cette mobilisation questionne la solidarité entre les générations, les transformations du capitalisme, l’activité professionnelle, les vulnérabilités sociales et médicales, les inégalités ou encore les enjeux démographiques. L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), soucieuse d’enrichir la réflexion sur les grands sujets de société, propose, en partenariat avec l’Ined, un cycle de conférences inédit avec des chercheur·es de différentes disciplines, des journalistes et des représentant·es de la société civile autour de cinq débats dès le 20 janvier 2020, sur le Campus Condorcet (Aubervilliers), à Paris et à Marseille.

Ces débats sont ouverts à toutes et tous, sur inscription et interprétés en langue des signes (LSF). Interprétation en langue des signes française
Ils seront également retransmis en direct sur le site de l’EHESS et à suivre sur les réseaux sociaux de l’École.

Revues en grève

Sommaire :

Revue Anthropologie & développement et bureau de l’APAD
Revue Emulations
Revue Mondes Communs
L’association française des anthropologues
CommuniquéComité de rédaction de Zilsel
Dix revues en grève illimitée (France culture)

 

Motion du Bureau de l’APAD et du Comité éditorial de la revue Anthropologie & développement

 

Association internationale rassemblant des chercheurs du « Nord » et des « Suds », l’association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) est particulièrement préoccupée par les premières orientations esquissées pour la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

 

Les recherches menées par les membres de l’APAD sur l’action publique dans les pays soumis à l’ajustement structurel et aux réformes néolibérales attestent des effets désastreux de la course aux financements, de la précarisation systématique des contrats et de la compétition généralisée. Ces effets pèsent en particulier sur la qualité de l’enseignement et de la recherche menée dans les institutions du Sud.

 

En France, alors que l’enseignement supérieur et la recherche sont confrontés depuis de nombreuses années déjà à des restrictions budgétaires affectant leurs personnels et leurs conditions de travail, certaines dispositions de la LPPR poussent plus loin la logique inégalitaire et managériale qui sape déjà les principes d’une recherche libre et indépendante et d’une Université ouverte à toutes et tous.

 

Nous dénonçons ainsi collectivement les principes de base de la réforme en préparation, en solidarité avec nos collègues français, et nous appelons à une réforme de fond, renforçant une recherche publique indépendante et de qualité, respectueuse du travail de tous et toutes.

 

 

Statement by the APAD bureau and the editorial board of its journal Anthropologie & développement

As an international association bringing together researchers from the « North » and the « South », the Association for Anthropology of Social Change and Development (APAD) is particularly concerned with the proposed reform of the university sector in France, the Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

Research conducted by APAD members on public policies in countries subjected to Structural Adjustment or neoliberal reforms, attests to the disastrous consequences of the race for funding, the systematic casualisation of contracts and generalised competition. These effects particularly affect the quality of teaching and research conducted in institutions in the South.

In France, while higher education and research have for many years now been confronted with budgetary restrictions affecting their staff and working conditions, aspects of the proposed LPPR push even further inegalitarian and managerial logics that already undermines the principles of free and independent research and a University open to all.

We, therefore, collectively denounce the principles underpinning the proposed reform in solidarity with our French colleagues and we call for a sound reform, strengthening independent and quality public research, respectful of the work of all.

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020
Le Journal des anthropologues se joint au mouvement de  protestation en cours contre le projet de réforme des retraites et contre les réformes prévues pour l’Enseignement supérieur et la recherche. Le journal dénonce la remise en cause de notre système de protection sociale, la destruction de l’ensemble de nos services publics, la marchandisation de la connaissance et la précarisation des producteurs et productrices de savoir. Nous nous engageons et appelons à soutenir toutes les actions locales et manifestations nationales, à participer aux assemblées générales interprofessionnelles et  à celles du mouvement des « Facs et labos en lutte », à débattre de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche, à contribuer aux caisses de grève, pour intensifier et élargir la mobilisation, à travailler avec les camarades des autres revues (GenèsesSociétés contemporainesActes de la recherche en sciences sociales, Nouvelle revue du travailetc.)  en vue d’interventions communes.

 

Continuer la lecture

Communiqués des sociétés savantes

Association française d’ethnologie et d’anthropologie :

L’ESR n’est pas en solde

(texte mis à jour régulièrement suivant les propositions et les signataires)

L’ESR n’est pas en solde 

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs de ces disciplines, après avoir pris connaissance des rapports de préparations du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’y déclare fermement opposée pour plusieurs raisons.

1) Nous dénonçons une concentration de l’ensemble des moyens alloués aux SHS à un nombre restreint de « défis sociétaux » décidés par l’exécutif, l’ANR et les Régions devant aligner leur programmation et leurs financements sur ces « défis sociétaux ».

2) Nous dénonçons le renforcement de la gestion managériale des financements sur projet dont tant les chercheur-e-s indépendant-e-s que les enseignant-e-s chercheur-e-s connaissent trop bien les effets négatifs : temps consacré à la recherche de financements au détriment de la réalisation des projets, standardisation de l’activité de recherche, sujets de recherche prédéfinis par les autorités publiques, assignation à un rôle restreint à la validation des projets pluridisciplinaires, à réaliser sur des temps de plus en plus courts…

3) Nous dénonçons le recours de plus en plus fréquent aux CDD qui ne sont pas adaptés aux temporalités de la recherche. Nous demandons que le budget alloué à l’impôt-recherche soit redistribué dans la recherche publique, pour le financement de nouveaux postes d’E-C et de contrat d’allocation doctorale.

4) Nous nous élevons contre l’augmentation des frais d’inscription universitaire pour compenser la baisse du budget alloué par l’Etat à l’ESR.

5) Nous dénonçons le nouveau rôle assigné aux enseignant-e-s chercheur-e-s qui consiste davantage à valider des compétences répondant à des standards entrepreneuriaux plutôt que de transmettre un regard scientifique aux étudiant-e-s. Ils et elles sont d’ailleurs nombreux.ses à ne plus accéder à la formation de leur choix. En effet, l’algorithme « Parcoursup » gère désormais les projets des étudiant-e-s « au mieux » pour l’enseignement supérieur et non pour l’individu qui veut se former. En outre, nous ne souhaitons pas participer à une modalité de sélection qui tend à renforcer les inégalités sociales d’accès à l’enseignement supérieur.

7) Nous nous opposons à une université à plusieurs vitesses tant à travers la reconnaissance des Equipes d’Accueil laissée à la responsabilité des seules universités qu’à la configuration annoncée de pôles « d’excellence » avec des masters du même nom et des licences gérant des flux d’étudiant-e-s bacheliers.

8) Nous dénonçons les attaques répétées du statut d’enseignant-chercheur au service de cette gestion par flux.

Pour cela, nous appelons tous nos membres, quelle que soit la forme d’exercice de nos professions, à rejoindre le mouvement qui prend forme dans les institutions d’enseignement et de recherche et à mettre en œuvre des actions de résistance en attendant l’ouverture de discussions prenant en compte nos demandes.


Le CA de l’AFEA. Paris le 14 janvier 2020.

Marie-Pierre Julien, Céline Rosselin, Laure Carbonnel, Antoine Guillain, Charlotte Tourenq,  Frédérique Fogel, Marc Ferré, Gwendoline Torterat,  Cédric Baylocq, Eric Perea,


Signataires : (merci de nous contacter à asso.afea@gmail.com pour ajouter votre signature)

Gilles Raveneau (Maitre de conférence, Habilité à dirigé les recherches)
Chantal Deltenre (ancienne directrice de l’association ethnologues en herbe)
Christophe Baticle (Vacataire d’enseignement)
Yazid Ben Hounet (Chargé de recherche au CNRS)
Sarah Carton de Grammont (Chargé de recherche au CNRS)
Cécile Leguy (Professeur d’anthropologie)
Beatrice David (Maitresse de conférence)
Elise Capredon (Mondes Américains, CRBC)
Ghali Beniza (Docteur en anthropologie)
Anis Fariji (chercheur post-doctoral au CéSor/EHESS)
Durand Séverine (docteur en sociologie)
Claudine Karlin (archéologue)
Association Mood Machine
Elisabeth Rossé (docteur en anthropologie)
Sarah Carton de Grammont (Chargée de recherche au CNRS)


Vieux ! Au 21ème siècle, mieux vaut toujours être riches et en bonne santé que pauvres et malades

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA), qui regroupe un ensemble d’associations professionnelles et d’acteurs dans ces disciplines, se déclare extrêmement inquiète du projet de réforme des retraites actuellement en cours.

Ce qui veut être généralisé, beaucoup d’entre nous l’avons déjà expérimenté au cours des 20 dernières années : longue période de CDD (10, 15 voire 20 ans) à partir du doctorat, de moins en moins d’entre nous arrivant à être statutaires dans la recherche ou l’enseignement. Durant ces périodes de salaires bas, par rapport à notre niveau d’étude et au regard intellectuel exigé, nous avons eu beau travailler 60h par semaine pour construire des CV qui répondent à des critères toujours plus exigeants, nous constatons n’avoir pu mettre de l’argent de côté pour la retraite. Aussi, nous devrons toutes et tous travailler de plus en plus longtemps pour ne pas faire partie des 20% de retraités pauvres, si notre santé nous le permet (cf. le dossier de la DARES https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/).

Ces expériences vécues récemment par les membres de notre profession nous amènent à demander le retrait de la réforme des retraites dites « à points » afin que les générations futures bénéficient d’une retraite qui leur permette de vivre décemment. 

———————————-

Société d’ethnologie française

contre la loi de Programmation Pluriannuelle de la recherche 

17 janvier 2020

La Société d’ethnologie française (SEF) exprime sa vive inquiétude et son refus face au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui contribue à la dégradation, continue depuis les lois ORE et LRU, de l’exercice de nos métiers de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s.

La SEF demande que de véritables moyens, durables et équitables, soient attribués à la recherche et à l’enseignement supérieur et que des mesures concrètes soient mises en place face au déficit des postes de chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s, ceci de manière criante dans certaines disciplines dont l’ethnologie et l’anthropologie.

La SEF demande que soit résorbée la précarité des docteur.e.s et elle demande des financements accrus à destination des doctorant.e.s afin qu’ils et elles puissent bénéficier de conditions de recherche décentes.

En outre la SEF demande :

– la fin d’une gestion managériale, privée ou non-scientifique de la science mettant en concurrence les différents projets et chercheur.e.s, entravant une véritable liberté de la recherche et coûteuse en temps et en argent parfois jusqu’à l’absurde;

– la fin des attaques contre les statuts des chercheur.e.s, enseignant.e.s chercheur.e.s et métiers d’appui à l’enseignement et à la recherche;

– la révision du mode d’attribution et la transparence sur les effets du crédit impôt recherche (CIR).

Enfin la SEF demande à ce que les recommandations faites par le collectif des sociétés savantes et le CNRS soient prises en compte dans la Loi. Consulter à ce propos: https://societes-savantes.fr/wp-content/uploads/2019/09/Propositions-pour-la-Loi-de-programmation-pour-la-recherche.pdf
 

Le conseil de la SEF en lutte contre le projet de loi LPPR

 

 

 

 

Séminaire – Mobilisation : se tenir informé des textes qui orientent la recherche (exemple à suivre…)

Membres du CREM, du LESC et d’autres laboratoires, étudiants et habitués du séminaire : nous vous convions tous à cette séance d’information et de débat sur la future loi de programmation de la recherche (LPPR)

Le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur a pris récemment connaissance des trois rapports commandés par le ministère afin de préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ces rapports, sans jamais adresser de manière critique le bilan de dix années de LRU (insuffisance des financements, perte de postes au CNRS et à l’université, etc…), dessinent un futur encore plus inquiétant : baisse drastique des recrutements de titulaires au profit de contrats dits « de projets » et de chaires d’excellences (modèle du « tenure track »), précarisation généralisée et refonte drastique du statut des chercheurs et des enseignants-chercheurs, hiérarchisation des universités et des équipes, renforcement d’une vision managériale de la recherche, concentration des financements, etc…
et l’analyse qu’en fait le collectif Sauvons l’Université ici: http://sauvonsluniversite.com/spip.php?article8594)

Dans ces conditions et en accord avec Camille Devineau, intervenante initialement prévue au séminaire du 20 janvier, il a nous semblé essentiel de prendre le temps de nous informer, d’échanger et de définir collectivement la vision que nous souhaitons défendre de la recherche et plus spécifiquement de nos disciplines. Des laboratoires, des sociétés savantes, des revues et des listes de diffusion se sont mis en grève et appellent à la mobilisation (voir pour une liste actualisée : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8591). Le séminaire du CREM, en suspendant son activité ordinaire et en appelant à cette séance exceptionnelle, s’inscrit dans cette mobilisation. Nous espérons donc vous y retrouver nombreux !

Katell Morand et Camille Devineau
Pour l’équipe du CREM
 
PS : la séance consacrée aux travaux de Camille est reportée au 9 mars (nous vous reconfirmerons le calendrier) 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) – Ce à quoi il faut s’attendre (Sauvons la Recherche)

 
 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Ce à quoi il faut s’attendre

Toujours plus d’évaluation, toujours plus de financement sur projets, toujours plus de hiérarchisation et de différenciation, et pour cela la possibilité d’imposer plus de 192h annuelles aux enseignants-chercheurs et la fin du paiement des heures supplémentaires, telles sont les propositions centrales formulées dans les 3 rapports officiellement commandés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (la LPPR). Voici une présentation par SLU de ces 3 rapports qui font froid dans le dos quand on sait ce qu’est déjà devenu notre métier.

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ». Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019.

Les déclarations réitérées du PDG du CNRS ont fait largement réagir la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Elles ne sauraient passer pour de simples provocations. Le darwinisme social et l’inégalité qui y sont revendiqués sans fard sont au cœur des trois rapports remis le 23 septembre 2019 à la Ministre de l’ESR en vue de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Continuer la lecture

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.

Tribune. « La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers » 7 décembre 2019. Le monde

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/07/la-notion-de-genocide-est-un-mot-clef-dans-la-politique-nigeriane-employe-a-tort-et-a-travers_6022047_3212.html?fbclid=IwAR0OtEG5xaE03Qfj3mWucAztzsfdJ2Uq2Mb6ajXKugbZ5U8PE3uqAPaNDnc

« La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers »

Après l’article de Bernard-Henri Lévy dénonçant des massacres perpétrés contre des chrétiens au centre du Nigeria, plusieurs spécialistes du pays appellent à traiter ce sujet avec moins d’approximations.

Publié le 07 décembre 2019 à 13h42, mis à jour à 08h24 Temps de Lecture 6 min.

Publié dans Paris Match jeudi 5 décembre, un article signé par Bernard-Henri Lévy lance un SOS pour les chrétiens du Nigeria. Selon lui, les Fulanis musulmans (aussi appelés Peul en Afrique francophone) seraient sur le point de commettre un « génocide » contre les chrétiens du pays. Dans n’importe quelle région du monde, l’accusation est grave. Dans un pays de près de 200 millions d’habitants, composé à peu près pour moitié de chrétiens, on pourrait attendre une recherche sérieuse et approfondie.

Pressions économiques et écologiques

L’article, cependant, est un florilège d’approximations, de clichés et d’erreurs factuelles. Surtout, en inscrivant les événements du Nigeria dans un « choc des civilisations » global, en appelant à une solidarité mal informée, il peut contribuer à attiser les violences et à durcir encore les clivages.

Lire aussi Au Nigeria, le fantasme d’un « complot peul » pour islamiser le pays

Le Nigeria connaît effectivement des violences importantes, notamment en son centre, la Middle Belt. Des conflits y opposent régulièrement des éleveurs fulani et d’autres communautés, vivant pour beaucoup de l’agriculture. Depuis des années, journalistes et chercheurs nigérians et étrangers se penchent sur cette question, sur la base d’enquêtes fouillées. Ils et elles nous permettent de mieux comprendre les mécanismes des violences.

Ces travaux montrent ainsi que les questions religieuses ou communautaires sont souvent secondaires par rapport aux pressions économiques et écologiques et à l’échec de l’Etat à les réguler. Sous la houlette de pasteurs fulani, des troupeaux de plus en plus importants quittent en lentes transhumances les savanes du nord pour satisfaire la demande croissante des grandes villes du centre et du sud du pays.

Compétition croissante sur le foncier

Les routes de transhumance, parfois anciennes, traversent les zones agricoles du centre, elles-mêmes en pleine expansion. Le changement climatique contribue sans doute pour une part à la crise actuelle – le centre du pays est plus arrosé et mieux doté en pâturages que le nord. L’Etat a bien du mal à réguler de manière apaisée la compétition croissante sur le foncier.

« Contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est “Fulani”. »

Malgré différentes tentatives (création de couloirs de transhumance ou de vastes ranchs clôturés, par exemple), les autorités nigérianes échouent à trouver des solutions satisfaisantes aux tensions entre éleveurs et agriculteurs. De plus, feuilletage fédéral complexe, marqué par la mauvaise gouvernance et par un fort degré d’impunité des forces de sécurité, l’Etat répond souvent bien mal aux violences qui éclatent. Et contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est « Fulani ».

Lire aussi Au Nigeria, les Peuls pris au piège de la guerre pour la terre

Par ailleurs, le problème ne provient pas uniquement des campagnes. Ainsi, Jos et Kaduna, deux grandes villes du centre du pays, ont connu une série d’émeutes depuis le début des années 2000, pour des raisons économiques et politiques. Les rivalités, qui se déploient au nom d’identités confessionnelles ou communautaires, symbolisent des tensions entre nouveaux arrivants et habitants de la région. Elles doivent aussi à la compétition politique violente que suscitent les élections.

Des Fulani eux aussi victimes de massacres

Selon les règles du fédéralisme nigérian, les supposés nouveaux arrivants n’ont souvent pas les mêmes droits d’accès aux services publics ou au foncier que ceux qui se revendiquent autochtones. De plus, à Jos comme à Kaduna, villes créées à l’époque coloniale, il n’existe que très peu d’autorités « traditionnelles » légitimes susceptibles d’apaiser ces conflits.

« Penser les éleveurs Fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. »

Résumer la violence au centre du pays à un affrontement identitaire est extrêmement simplificateur. Penser les éleveurs fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. Beaucoup ont abandonné l’élevage depuis des générations pour s’installer en ville tandis que d’autres se sont sédentarisés en milieu périurbain ou rural, conservant leurs troupeaux tout en se lançant dans des activités agricoles ou commerciales. Et ces communautés fulani sont régulièrement victimes, elles aussi, de massacres de masse, comme ce fut le cas sur le plateau de Mambilla en 2017.

Instrumentalisation par des fondamentalistes chrétiens

La rumeur d’une invasion du centre et du sud par les musulmans du nord est récurrente. On pourrait remonter aux peurs issues du djihad d’Ousman Dan Fodio, à l’origine de la création du califat de Sokoto au début du XIXe siècle. On pourrait se référer aux débats politiques interminables qui ont précédé l’indépendance du pays en 1960. On pourrait aussi aborder le débat sur l’instauration de la charia dans le nord du Nigeria, qui a occupé tous les législateurs du pays depuis 1960.

Lire aussi Nigeria : l’émir de Kano, entre islam et finance

Les théories sur la « guerre contre la terreur » et le « choc des civilisations » connaissent aussi un grand succès parmi certains groupes chrétiens fondamentalistes nigérians qui n’hésitent pas à propager au Nigeria et parmi la diaspora leur lecture de l’histoire. Au jeu du grand méchant musulman, le nord du pays semble toujours gagner la partie. Et M. Lévy de relier les violences du centre avec celle du nord-est, où les djihadistes de Boko Haram et la répression des forces de sécurité ont tué des dizaines de milliers de personnes depuis 2009.

Peu importe que la majorité des victimes de l’organisation djihadiste soit musulmane (dont bon nombre de pasteurs fulani) plutôt que chrétienne. Peu importe également qu’ailleurs dans le nord, des bandits, souvent des musulmans fulani, s’en prennent aux communautés fulani elles-mêmes ? Rien de tout cela n’empêche M. Lévy d’accuser « les Fulani ».

Manipulation de la notion de « génocide »

Ni les Fulani ni les musulmans ne sont au Nigeria un bloc monolithique. Répartis dans tous les États, ils sont divisés entre sunnites et chiites, différentes confréries soufies et une galaxie de groupes d’inspiration salafiste. Les chrétiens sont eux aussi fragmentés, entre anglicans, catholiques, baptistes et de multiples Eglises pentecôtistes.

« Le terme « génocide » permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux. »

Parmi ces dernières en particulier, alimentées par la vision eschatologique des évangélistes nord-américains, se trouvent des voix pour crier au « génocide ». Depuis la guerre du Biafra (1967 -1970), la notion de « génocide » est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers, manipulé pour parler des violences contre les communautés igbo ou en général contre les chrétiens.

Le terme est commode, sans doute. Il permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux, en jouant notamment sur un sentiment de culpabilité suite à leur manque de réactivité face au génocide des Tutsis rwandais en 1994. Il fait vibrer la fibre humanitaire de tout un chacun et impose l’action d’urgence.

Lire aussi « Au Sahel, les Etats n’assurent même plus la sécurité ou la justice »

Les « sauveurs blancs » n’ont plus qu’à intervenir. Ils pourront signer une pétition, répondre à un appel aux dons, voire créer une ONG. L’auteur nigérian Elnathan John le dit dans son livre satirique Be (com) ing Nigerian, A Guide : « Et toi, l’ONG bénie, que Dieu a élevée au rang de sauveur de tes frères […], tu dois être prête à publier une tribune sur chaque cas potentiel de violation des droits humains ou toute autre cause dont tu as dit à tes bailleurs que tu te chargerais. Il n’est pas nécessaire d’examiner sérieusement l’évènement au préalable. Tu ne veux pas que tes financeurs pensent que tu es mou, en étant le dernier à condamner. »

Vincent Hiribarren (maître de conférences en histoire de l’Afrique contemporaine à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Elodie Apard (directrice adjointe USR 3336 du CNRS, Afrique au Sud du Sahara, Nigeria) ; Kyari Mohammed (historien et ancien vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Reza Zia-Ebrahimi (maître de conférences en histoire à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Saleh B. Momale (Kaduna State Peace Commission, Nigeria) ; Adam Higazi (University of Amsterdam) ; Toby Green (maître de conférences en histoire et culture de l’Afrique Lusophone à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Abdoullahi Liman Tukur, Vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Laurent Fourchard (directeur de recherche au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, France) ; Gérard Chouin (professeur associé en histoire de l’Afrique, William & Mary, Etats-Unis) ; Emilie Guitard et Vincent Foucher (chargés de recherche au CNRS, France) ; Jean-Hervé Jezequel (International Crisis Group, Dakar, Sénégal) ; Marc-Antoine Pérouse de Montclos (directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement) ; Jamila B.A. Suleiman (Centre for Peace and Security Studies, Moddibo Adama University, Yola).

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche AG. 2 décembre, 14 décembre, 1-2 février

Ce samedi 14 décembre se tient une Assemblée générale de coordination de 14h à 18h (lieu à définir, près de Paris) à l’initiative des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il s’agit de structurer notre lutte contre la réforme des retraites, mais aussi contre ORE/Parcoursup, contre « Bienvenue en France » et la hausse des frais d’inscription, contre les déclassements au CNRS, et contre la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette loi prévoit un fonctionnement « inégalitaire » tel que le réclament Emmanuel Macron et Antoine Petit (PDG du CNRS) accentuant à nouveau la logique des facs et labos d’élite face aux facs et labos poubelles. En bref, il s’agit de se coordonner contre la précarité d’aujourd’hui et pour pouvoir étudier et travailler dans de bonnes conditions.

Tout le monde est invité à participer : étudiant·es, enseignant·es et chercheur·ses titulaire ou non, ingénieur·es de recherche, bibliothécaires, membres du personnel technique et administratif.
Pour que les discussions soient les plus riches possibles, il serait utile que les facs et labos en lutte envoient des délégations aussi variées que possible. Malgré les difficultés à se rendre sur place, il nous semble important que les personnels des facs et des labo hors-Ile-de-France puissent participer afin de commencer à coordonner nos actions nationalement.

Pour participer dès maintenant à nos discussions, vous pouvez rejoindre ce canal Telegram : https://t.me/mobilisationESR

IMPORTANT : Afin que toutes et tous puissent lutter, les enfants sont bienvenu·es pour garde et activités collectives. Contacter sur Telegram Atelier enfant AG de coord pour l’organisation : https://t.me/joinchat/H7zc5VixZl6DgIocg8Ddaw

Contre la précarité tout au long de la vie, de notre vie étudiante à notre retraite, en passant par des années de travail précaire infinies, nous nous mobilisons !

 

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche :

Mobilisation de tous les personnels !

Nous, membres de la communauté universitaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, réuni·es en Assemblée générale le 2 décembre à la MSH Paris Nord, dénonçons un programme concerté de destruction de nos conditions d’emploi, de travail et de vie par de nombreuses contre-réformes en préparation. C’est pourquoi nous appelons à la grève reconductible à partir du 5 décembre jusqu’au retrait du projet de loi sur les retraites. Nous affirmons également notre soutien aux mouvements étudiants qui s’organisent contre les conditions de vie précaires qu’ils et elles subissent, revendiquons l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage et appelons à ne pas sanctionner celles et ceux qui se mobilisent.

Nous nous opposons également aux propositions des rapports préparatoires à la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2020, dernier coup de boutoir de la politique de l’Enseignement supérieur et la recherche depuis 15 ans. En effet, nos laboratoires et universités font face au plus grand plan social de leur histoire avec un effondrement des postes de titulaires de l’enseignement, de la recherche et de l’administration. Loin de proposer un plan massif de recrutement et la pérennisation des crédits de recherche, ces rapports et les premières annonces d’Emmanuel Macron à l’occasion des 80 ans du CNRS annoncent au contraire plus de mandarinat, plus de précarité, plus d’inégalités entre les établissements et les personnels ainsi que des conditions moins favorables à la réalisation de nos recherches : multiplication et création de nouveaux contrats précaires (dont des « CDI-chantier », pour le temps limité d’un projet), possibilité de recruter sans la qualification par le CNU, suppression de la référence aux 192 h TD pour les enseignant·es-chercheu·ses, modulation de services obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, fin du paiement des heures complémentaires, renforcement de la logique d’appels à projets comme mode unique de financement de la recherche et augmentation de la concurrence entre unités de recherche, etc.

Ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, conjuguées à la sélection des étudiant·es que permet Parcoursup, à la réforme des lycées et du baccalauréat, aux réformes de la formation des enseignant·es et à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es, vont avoir des conséquences dramatiques pour les enseignant·es et chercheu·ses mais aussi pour les étudiant·es et remettraient gravement en cause l’accès de tou·tes à des études gratuites de qualité.

La précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire. Non seulement les personnels titulaires sont en surcharge de travail permanente, mais une part importante de l’enseignement et du travail administratif est effectué par des personnels non titulaires. Nombreu·ses sont les doctorant·es et jeunes docteur·es qui alternent contrats ponctuels et périodes de chômage pour produire des recherches. Le recours aux vacations se fait la plupart du temps hors de tout cadre légal (pas de contrat de travail, notamment). Les discriminations sous toutes leurs formes, notamment de genre ou ethno-raciales, sont monnaie courante. Les éléments de démocratie universitaire comme le Conseil National des Universités et le Comité national du CNRS sont progressivement dépouillés de leurs prérogatives.

Nous devons mettre un coup d’arrêt à cette logique mortifère et inverser la tendance en gagnant enfin la titularisation des milliers de personnels précaires. C’est pourquoi nous appelons à la tenue d’assemblées générales sur tous les sites universitaires, pour permettre aux salarié·es et aux étudiant·es de reprendre le contrôle en formulant ensemble leurs revendications et en organisant ensemble leur lutte. Nous les appelons en particulier à mandater des délégué·es, responsables devant leurs assemblées générales, en vue d’une coordination de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte. Dans cette perspective, nous appelons aussi à participer aux manifestations des semaines à venir contre la réforme des retraites en constituant des cortèges de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte.

Pour un service public de l’enseignement et de la recherche de qualité, nous soumettons à nos collègues les pistes suivantes pour élaborer leurs revendications en assemblée générale :

– Pour une université gratuite et accessible à toutes et tous et une recherche scientifique publique au service de toutes et tous.

– Pour la titularisation des précaires qui remplissent des fonctions pérennes et pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant·es et des besoins publics de recherche.

– Pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect de la législation en vigueur. Pour une revalorisation des vacations au moins au SMIC.

– Pour la création massive de postes pérennes à la hauteur de la mission de service public que nous assurons. Contre la casse du statut de fonctionnaire (refus des CDI-chantier, des tenure track qui ouvrent la voie à la remise en cause des statuts de MCF et de CR) ; contre la dérégulation des carrières ; pour la revalorisation du point d’indice ; contre la modulation des services des enseignant·es chercheu·ses, pour la réduction du temps de travail de l’ensemble des personnels de l’ESR ;

– Contre l’imposition du modèle de l’entreprise privée à l’ESR (et la concurrence généralisée et déloyale qui creuse les inégalités existantes et la précarisation de tous les personnels) ;

– Pour la mise en place de moyens effectifs de lutte contre toutes les discriminations ;

– Pour une véritable démocratie universitaire, contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche (refus du contournement des instances nationales d’évaluation par les pairs – CNU, Comité national du CNRS) ;

– Pour des mesures efficaces de lutte contre la précarité étudiante (revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire).

Texte adopté au consensus par les 150 participant·es à l’AG de l’ESR du 2 décembre 2019 à la MSH Paris Nord, en présence des syndicats SUD recherche EPST, Sud éducation, SNTRS-CGT, Ferc-sup CGT, CGT INRA, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNCS-FSU, SNABSUB-FSU.

Calendrier de mobilisation

Cortèges de l’ESR en lutte lors des manifestations du jeudi 5 décembre, du samedi 7 décembre, etc.

Nous appelons à l’organisation d’AG locales d’ici là, et pendant le mouvement de grève.

Samedi 14 décembre : les AG locales envoient des délégué·es mandaté·es à une coordination nationale des personnels de l’ESR et étudiant·es en lutte.

1er et 2 février : États généraux de la recherche (avant les vacances mais après les premières annonces du gouvernement pour la LPPR).

Un comité de mobilisation a été mandaté pour mettre en œuvre ce calendrier en coordination avec les AG locales.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air
Doc’Door
Scientifique
 

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture