Archives de catégorie : Prises de position

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture

Évolution inquiétante concernant l’attribution des bourses de recherche au musée du quai Branly

Chères et chers collègues,
Nous souhaitons vous informer de notre inquiétude concernant l’évolution récente, au musée du quai Branly-Jacques Chirac, des procédures d’attribution des différents financements destinés aux étudiants et post-doc (bourses de master, de doctorat, post-doctorat et prix de thèse). 
Alors que la période d’évaluation était déjà en cours, les membres du Comité d’évaluation scientifique du musée ont appris qu’une recomposition radicale de ce comité avait été effectuée, sans concertation, réduisant considérablement le rôle des spécialistes dans la sélection des lauréats et conduisant à une opacification préoccupante des critères et des modalités de sélection. Suite à cela, la quasi totalité des membres externes du comité a démissionné, en s’en expliquant dans la lettre copiée ci-dessous; démission dont le directeur de la recherche a simplement pris acte.
De son côté, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet (dont le processus d’attribution des bourses est coordonné par le département de la recherche et de l’enseignement du musée) a découvert des changements dans sa composition, tout aussi inquiétants quant au rôle attribué aux experts. Il s’est aussi alarmé de l’absence de considération portée au critère de la parité dans cette nouvelle configuration. Après plusieurs courriers (annexés ci-dessous), et suite à la démission du comité d’évaluation scientifique, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet a enfin obtenu un rendez-vous avec le responsable du département de la recherche pour la fin juin, en présence du président de la Fondation.
Il nous semble important que la communauté scientifique reste attentive à l’évolution de la situation au musée. Alors même que la moitié de son budget lui est allouée par le ministère de la recherche, les mesures récentes semblent en effet fragiliser cette dernière au sein de cet établissement, qui est depuis sa création un soutien primordial pour les études en sciences humaines et sociales portant sur les sociétés extra-occidentales.
Les membres démissionnaires du Comité d’évaluation scientifique et les membres du Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet signataires des lettres
—-
Lettre du Comité d’évaluation scientifique 
Le 24 mai 2019

Continuer la lecture

Pour le retrait de la plateforme Parcoursup et de la loi ORE

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie s’associe aux multiples appels Pour le retrait de la plateforme Parcoursup et de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (loi ORE)

L’association française d’ethnologie et d’anthropologie critique fermement : • une sélection avant toute formation, car c’est une négation pure et simple de la mission d’enseignement • l’absence de hiérarchisation des vœux sur la plateforme Parcoursup : les enseignants-chercheurs doivent sélectionner des dossiers d’étudiants qui ne souhaitent pas faire de l’anthropologie alors que la filière n’est pas en tension ordinairement. Et 20% des meilleurs bacheliers vont bloquer toutes les i • la remise en cause de la valeur du baccalauréat?; • la priorité donnée à l’inscription dans l’université de son académie de lycée • l’informatisation de la sélection, qui ajoute des critères techniques (comme l’impossibilité d’ex aequo) qui ne sont pas prévus dans la loi, et l’absence de transparence d’un logiciel qui opère la sélection par un algorithme paramétré localement, • la pression opérée sur les bacheliers et sur les enseignants-chercheurs lors de cette sélection, alors que leur travail consiste à transmettre des connaissances et à accompagner tous les étudiants?; • les chiffres d’échec en licence présentés par le gouvernement, car ils ne prennent pas en compte les usages variés du premier cycle de l’université (préparation de concours d’entrée dans des écoles, durée des études allongée par les jobs d’étudiants, temps pour les remises à niveau, etc.). Les notions de réussite et d’échec éludent toutes les connaissances acquises au cours de l’année, le développement de compétences transversales, de l’esprit critique, et l’apprentissage de la démarche scientifique?; • l’absence de réflexion concertée sur les inégalités et les possibilités d’y remédier concrètement par l’accompagnement des étudiants?; • la restriction de l’investissement dans l’enseignement supérieur, nombre de postes d’enseignants ayant été gelés Face à cette réforme, l’association française d’ethnologie et d’anthropologie : • réaffirme le principe fondamental de libre accès à l’enseignement supérieur, • s’associe aux préparations d’états généraux de l’enseignement supérieur ? LISTE NON EXHAUSTIVE DES PETITIONS Laissez les lycéen.ne.s choisir leur voie ! #LoiORE http://www.parcourssup.eu/ Appel unitaire au retrait de Parcoursup et du projet de loi ORE LISTE NON EXHAUSTIVE DE SITES D’INFORMATION ET D’ARTICLES http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article7947 https://obs-selection.rogueesr.fr/ http://www.sociologuesdusuperieur.org/article/carte-de-france-des-universites-en-lutte http://www.groupejeanpierrevernant.info/ https://www.contretemps.eu/mobilisations-selection-universite-strategie/ https://www.bastamag.net/Parcoursup-comment-les-portes-de-l-universite-vont-se-refermer-pour-les-bacs https://www.francetvinfo.fr/choix/tribune-une-selection-absurde-plus-de-400-enseignants-chercheurs-denoncent-la-reforme-de-l-acces-a-l-universite_2693044.html http://www.sociologuesdusuperieur.org/article/carte-de-france-des-universites-en-lutte LES MOTIONS VOTEES PAR LES ETHNOLOGUES ET ANTHROPOLOGUES (AU 30/04/2018) : AIX-MARSEILLE Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines 12 décembre 2017 L’Assemblée Générale des personnels et des étudiants, réunie le mardi 12 décembre à Schuman, demande aux instances d’AMU (conseils d’UFR, CAC, CA…) : – De mettre au début de l’ordre du jour des différents conseils la question du « plan étudiant »; – D’informer dans les plus brefs délais les personnels et les étudiants sur ce plan et ses conséquences au niveau local ; – De permettre les débats et la libre circulation de l’information et des opinions à travers l’ouverture d’une liste de diffusion non modérée ; – De se prononcer sur ce plan, conformément aux prérogatives qui sont les leurs et pour lesquelles leurs représentants ont été élus. L’Assemblée Générale et les organisations syndicales présentes se prononcent pour le retrait du « plan étudiant ». Adopté à l’unanimité, moins une abstention et un présent ne prenant pas part au vote. UNEF, CGT FERC-Sup, SNPREES-FO, SNESUP-FSU, SUD Éducation, et des membres du collectif DESIRS. AMIEN Université de Picardie Jules Verne. Motion du Département de Sociologie, Ethnologie, Démographie du 29 mars 2018. Le département de Sociologie, Ethnologie, Démographie de l’UFR SHS de l’Université de Picardie-Jules Verne, exprime son opposition de principe au dispositif ParcourSup et au classement des dossiers de candidature. Compte-tenu des décisions adoptées démocratiquement ce jour en réunion, le département décide que, pour ses formations, la commission d’examen des voeux prévue par la loi adoptera les critères d’examen suivants : a/ Le baccalauréat, qui vaut maîtrise des attendus nationaux. b/ La motivation des candidats, démontrée par leur inscription sur la formation sur Parcoursup 15 pour 2 contre 17 votes exprimés LILLE Institut de Sociologie et d’Anthropologie 29 janvier 2018 Nous, enseignants-chercheurs de l’ISA réunis en assemblée générale ce lundi 29 janvier 2018, tenons à manifester notre désaccord tant avec l’esprit de la réforme qui, sous des prétextes techniques, signe la fin de l’accès de plein droit à l’université pour tous les bacheliers, qu’avec la manière dont cette réforme est mise en œuvre. Nous affirmons que nous ne sélectionnerons pas les étudiants à l’entrée de la licence de sociologie et continuerons à considérer le baccalauréat comme le seul prérequis légitime pour l’inscription en première année à l’université. En conséquence, nous demandons que soient retirés du dispositif Parcoursup les attendus de type lettre de motivation, projet de formation, CV ou notes minimales. Enfin, dans le cadre de l’Université de Lille, il nous semblerait cohérent que ceci s’applique aussi pour l’entrée dans les autres formations en SHS. Nous appelons de nos vœux des discussions du même ordre dans les autres disciplines. Motion adoptée à l’unanimité des personnes présentes.” LYON Motion approuvée le 12 avril à l’unanimité des votants (25/32 inscrit.e.s), par les membres du département d’Anthropologie de l’Université Lyon 2 : « Les personnels du département d’anthropologie décident de s’opposer à la procédure Parcours Sup en vertu d’une université publique ouverte à tous (bacheliers, DAEU, validation des acquis de l’expérience), facteur d’intégration et de développement. Ils ne prendront pas part aux modalités de sélection que ce soit dans l’élaboration des critères de classement des candidats ou dans la participation aux commissions des portails 4-Territoire, Environnement, Histoire et Société, 9-Sciences Sociales, 10-Médias, Cultures, Sociétés. De plus, l’anthropologie n’étant pas enseignée dans le secondaire, la seule prise en compte des résultats d’un parcours au lycée ne peut laisser présager du devenir des étudiants, quels qu’ils soient, dans des études d’anthropologie. Ces personnels saluent la mobilisation étudiante et la volonté de voir rediscuté l’accès à l’université.» PARIS ILE DE FRANCE PARIS DIDEROT. DEPARTEMENT DES SCIENCES SOCIALES 23 FEVRIER 2018 La loi « orientation et réussite des étudiants » (ORE), sous prétexte de mettre fin aux problèmes posés par la plate-forme APB instaure une nouvelle forme de sélection à l’université. Elle supprime ainsi la qualité du baccalauréat comme premier grade universitaire et le droit à des bacheliers à s’inscrire dans la filière universitaire de leur choix. Chaque université devra classer les lycéens en fonction de critères locaux et qui ne seront pas plus lisibles que ceux d’APB, ce qui risque de renforcer les inégalités sociales et territoriales. Les « attendus » des différentes filières servent alors de critères de sélection mais vont également décourager de nombreux lycéens avant même leur possible inscription, d’autant plus qu’ils s’accompagnent au moment des formulations des vœux, de la rédaction de « projets de formation motivés », autrement dit de lettres de motivation. Cette sélection dissimule, ou répond sans le dire, aux problèmes posés par la faiblesse des capacités d’accueil, résultat de la décroissance des investissements nécessaires au bon fonctionnement des universités, alors qu’un amendement à la loi ORE propose de conditionner toute augmentation du nombre de places dans une filière aux taux de réussite et d’insertion professionnelle. A l’inverse, une formation dont les taux de réussite et d’insertion professionnelle sont faibles ou en diminution devrait connaître une réduction de ses capacités d’accueil. Avec la réforme du lycée et du baccalauréat qui autonomise les établissements et va créer des diplômes aux valeurs différentes, cette nouvelle forme de sélection va accentuer les inégalités scolaires, les stratégies de placement des élèves les plus à l’aise avec l’institution scolaire, et amener les autres à s’autocensurer, les rendant incapables de mettre en œuvre les bonnes stratégies. Dans les universités, les équipes pédagogiques et administratives sont censées inventer en quelques semaines des parcours de remise à niveau pour une partie des étudiants potentiellement sélectionnables. Nous souhaitons que des financements à hauteur des besoins soient mis à disposition pour les enseignements de licence, en particulier pour la première année afin de réduire l’échec et les décrochages des étudiant-e-s. Par ailleurs, le travail des enseignants va considérablement changer puisqu’une partie de nos tâches va désormais être dédiée à l’examen de dossiers, au classement et à la sélection de postulants à l’université. Face à cette réforme, nous réaffirmons : – le principe fondamental de libre accès à l’enseignement supérieur, avec le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire, garantissant l’accès de tous les bacheliers sur tout le territoire aux filières post bac et aux établissements de leur choix ; – le refus déterminé de la sélection instaurée par la loi ORE et de tout numerus clausus ; Nous nous prononçons donc contre la loi sur le premier cycle post bac et du « plan étudiants » qui l’accompagne. Nous suggérons à nos collègues des autres départements et des autres UFR de prendre position en ce sens ainsi qu’à se réunir au sein de la communauté universitaire pour débattre des conséquences d’une telle réforme et des façons d’y faire face. PARIS 8 HTTP://WWW2.UNIV-PARIS8.FR/SOCIOLOGIE/?P=8400 Le 18 janvier 2018, le département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8 a adopté la motion suivante : “Depuis le 14 décembre 2017, le département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8 est signataire de la pétition intitulée par l’ASES : « la sélection n’est pas la solution ». Nous contestons la légitimité d’une réforme qui n’a pas encore été soumise au Parlement, ce qui reviendrait à forcer la main des députés qui n’auraient plus qu’à valider des changements déjà mis en œuvre sans base légale. Qui plus est, nous considérons que le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiant-e-s tel qu’il a été présenté par le gouvernement creusera les inégalités entre étudiant-e-s et entre universités, tout en alourdissant les charges pesant sur les personnels administratifs et enseignants du secondaire et du supérieur. Nous soulignons par la même occasion le double discours du ministère qui, d’un côté, prétend en direction des futurs bacheliers et de leurs familles que les universités vont uniquement formuler des avis d’acceptation modulés, alors que de l’autre, il exige des universités de classer toutes les candidatures. Nous réaffirmons notre attachement au droit de toute personne titulaire d’un bac ou d’un diplôme équivalent à accéder à l’Université dans la filière de son choix et demandons à ce que des moyens importants soient mis en place pour accompagner ceux et celles qui en ont le plus besoin en première année et pour redonner de la décence à l’enseignement pour tous : en salles, enseignants, matériel. Nous n’opèrerons ni sélection ni classement des demandes des bacheliers souhaitant s’inscrire dans notre filière sur la base de critères quels qu’ils soient.” Suite à un vote à l’unanimité en Assemblée Générale le 15 mars 2018, conformément à sa motion du 18 janvier, dans laquelle le département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8 réaffirmait son attachement au droit de toute personne titulaire d’un bac ou d’un diplôme équivalent à accéder à l’Université dans la filière de son choix et demandait à ce que des moyens importants soient mis en place pour accompagner ceux et celles qui en ont le plus besoin en première année et pour redonner de la décence à l’enseignement pour tous (en salles, enseignants, matériel), et s’engageait donc à n’opérer ni sélection ni classement des demandes des bacheliers souhaitant s’inscrire dans sa filière sur la base de critères quels qu’ils soient ; et de façon à s’inscrire dans une mobilisation collective des départements de sociologie et d’anthropologie d’ile de France et de tous le pays qui refusent également de constituer ces commissions, le département de sociologie et d’anthropologie du Paris 8 refuse de mettre en place une commission d’examen des dossiers de candidature en licence, et soutient la décision des responsables de formation de ne pas y participer. Inspiré par des précédents dans d’autres universités, il appelle la présidence de l’université de Paris 8 à refuser également toute sélection et à obtenir du rectorat que tous les candidats puissent être classés premier ex æquo. Assemblée générale du département de sociologie & anthropologie, le 11 avril 2018: Lien vers le compte-rendu de l’assemblée générale du 11 avril 2018 (pdf) Pour s’informer, s’inscrire sur la liste : https://framalistes.org/sympa/info/infomobsociop8 (Introduction aux listes de diffusion : https://framalistes.org/sympa/help/introduction ) Un groupe Facebook a aussi été créé : sociologie-paris8 A été adoptée à l’unanimité la banalisation des cours et la mise en place des cours alternatifs à partir de vendredi 13 avril 2018, Une réunion a été programmée vendredi 13 matin à 10 heures pour y travailler et constituer le programme de la semaine prochaine (RV B134). Elle est ouverte à tous les étudiants et enseignants de sociologie et d’anthropologie. LABORATOIRE D’ETHNOLOGIE ET DE SOCIOLOGIE COMPARATIVE : Les membres du LESC, lors d’une réunion extraordinaire tenue le 13 avril 2018, souhaitent que la présidence de l’université Paris-Nanterre, à l’instar de celle de l’université de Lyon 2, « réaffirme le principe de libre accès à l’enseignement supérieur sans aucune forme de sélection », et accepte sans conditions toutes les candidatures dans les filières qui ne sont pas en tension. Pour les filières en tension, ils demandent qu’elle établisse un plan de concertation démocratique à l’échelle de l’université. Par ailleurs, ils s’inquiètent de la dégradation des conditions de travail des enseignants chercheurs et des conditions d’accueil des étudiants dans les formations de l’université. Par conséquent, ils lui demandent de peser de tout son poids pour l’obtention de moyens supplémentaires pour y remédier. Enfin, les membres du LESC appellent à la tenue urgente d’États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur à l’échelle nationale. A ce titre ils s’associent d’ores-et-déjà aux activités organisées par les étudiants et les enseignants mobilisés du département d’anthropologie, qui se tiendront dès la semaine prochaine sur le campus de l’université. Voté à l’unanimité absolue des présents. A compléter

Appels signés et appel aux membres de l’AFEA

Chères et chers collègues, L’AFEA vient de prendre position en faveur de deux appels. D’une part, celui des universités de 7 pays européens qui ont lancé un appel qui comprend plusieurs recommandations, et notamment celle de dédier 10% du budget recherche aux SHS : https://www.ugent.be/en/research/position-papers/ssh-call.htm. La Commission Européenne répond en effet au lobbying ou à une demande formulée par un grand nombre d’acteurs. D’autre part, elle s’est associée à la démarche de l’association française de sociologie et de l’association internationale des sociologues de langue française qui soutiennent le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Nous en reproduisons le communiqué ci-dessous et invitons nos membres à soutenir cette initiative, ainsi que l’appel des universités européennes : « Le Bureau de l’AISLF, en vertu des principes de liberté académique, d’une part, et de ceux d’intégrité scientifique et de probité intellectuelle, d’autre part, condamne fermement le poursuite pour diffamation dont est l’objet notre collègue et membre Jean-Claude Kaufmann, qui n’a fait que rappeler l’exigence de validation par les pairs de la science en dénonçant « l’arnaque » que constituaient des usages péremptoires de « vérités sociologiques » dans certaines émissions de téléréalités. L’AISLF s’associe à la pétition de l’Association française de sociologie (AFS) et invite tous ses membres à la signer, en rappelant les risques que la judiciarisation des controverses peut faire encourir à l’autonomie intellectuelle et professionnelle nécessaire à leur activité scientifique. » http://www.marchepourlessciences.fr/a-propos/soutien-a-jc-kaufmann/ https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/defendons-la-sociologie

Marche pour la science, 22 avril 2017

http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ https://www.facebook.com/ScienceMarchFR/ A J-3, la mobilisation s’amplifie autour de la Marche pour les Sciences, un mouvement non partisan et sans lien avec aucun parti politique. Vous suivez de plus en plus la Marche sur les réseaux sociaux et vous avez été plus de 10000 à consulter le site web ces dernières 24 heures. L’afflux de soutiens de tout types continue. Cette semaine, nous ont par exemple rejoint l’Académie des Sciences, France Nature Environnement, Tara Expéditions, des unions de professeurs du secondaire et de prépas, le CNES, et l’intersyndicale de l’ESR pour ne citer que quelques uns des nouveaux soutiens. Les conférences de presse ont été bien suivies, de bons articles sortent dans les journaux nationaux et régionaux et le mouvement est couvert par les radios et télés. Samedi, ce sera à VOUS de faire entendre votre voix dans au moins 24 villes, grandes et petites, en métropole mais aussi à Saint Denis de la Réunion et Nouméa. Alors, parce que votre mobilisation fera la différence, on en remet une couche sous forme d’un petit Q&A, et ON COMPTE SUR VOUS! Pourquoi marcher? Pour défendre la place dans notre société de la démarche scientifique fondée sur la collecte et l’analyse critique de faits! Pour demander que les sciences – toutes les sciences – soient mieux comprises, partagées et débattues avec les citoyens! Quelle est l’ambition de la Marche? Refonder les relations entre scientifiques, citoyens et politiques, actuellement marquées par de profondes incompréhensions mutuelles. Il faut rapprocher ces mondes, et reconnaître les efforts en ce sens dans les carrières des scientifiques de tous statuts et niveaux. Ce but ambitieux explique que nos plus de 200 soutiens viennent de tous les domaines de la société: associations citoyennes et de défense de l’environnement, grands établissements de recherche et d’enseignement supérieur, associations de médiation scientifiques, associations de professeurs de sciences, sociétés savantes, syndicats et associations de défense de l’ESR…. Chacun a sa place et son rôle. Le mouvement s’arrêtera-t-il le 22 avril au soir? Non! La marche n’est qu’un début et c’est pour donner du poids aux prochaines étapes qu’il nous faut être très nombreux le samedi 22, jour de la Terre et veille du premier tour. La prochaine étape est la rédaction au cours des prochains mois, avec l’ensemble des soutiens, d’un recueil d’une trentaine de propositions sur les 4 grands buts de la Marche. Une consultation populaire sera alors lancée sur la base de ces propositions. Nous voulons montrer qu’il existe un vaste consensus de tous les acteurs autour des buts de la Marche, et que les politiques de tous bords ne peuvent l’ignorer. Est-ce que cela va améliorer la situation dans les laboratoires? La Marche propose de rompre avec l’image trop répandue que les sciences valent surtout par leurs applications immédiates et par l’innovation. Leur rejet par Trump met en lumière le rôle démocratique de lanceurs d’alerte des scientifiques, à condition que leur travail soit indépendant de l’influence des lobbies et leurs recherches libres et tournée vers la compréhension du monde qui nous entoure. Pour cela, il faut que les organismes de recherche et les universités aient les moyens de conduire une politique scientifique indépendante et ambitieuse. Cet investissement a un coût qui doit être acceptée par la société… Des propositions iront dans ce sens, et aussi dans le sens de la réforme des procédures de désignation des présidents d’établissements, mais aussi des conseillers et responsables scientifiques au sein des ministères et agences. Est-ce que cela va améliorer la situation des jeunes scientifiques? Les dernières années ont vu un accroissement inquiétant de la précarité dans les laboratoires publics. Au point que le nombre d’inscriptions en doctorat chute alors même que le nombre d’étudiants augmente. Or le XXIème siècle a besoin de scientifiques! La Marche proposera des mesures pour améliorer les perspectives d’emploi des jeunes à la fois dans le monde académique (l’augmentation durable du nombre d’étudiants ne peut se faire à effectifs titulaires constants…), et hors de ce monde via une meilleure reconnaissance du doctorat. Les étudiant-e-s des premiers cycles doivent-ils/elles se sentir concerné-e-s? Oui! l’augmentation du nombre d’étudiants ne peut se faire sans une réflexion profonde sur le mode de financement des universités. La Marche pour les Sciences initiera cette réflexion, en se penchant notamment sur les inégalités de traitement et de chances de réusste en fonction du type d’établissement considéré. C’est tout? Non, les propositions de la Marche couvriront aussi la médiation scientifique et les sciences participatives, l’enseignement des sciences du primaire au lycée, et les moyens d’améliorer la culture scientifique des élus en particulier au Parlement. N’est ce pas trop ambitieux? Non! car de nombreux textes et documents existent déjà mais manquent de visibilité du fait de leur dispersion. Ces documents serviront de base pour les propositions établies en partenariat avec les soutiens de la Marche. Nous ne développeront de textes nouveaux que pour les thèmes non précédemment couverts. Pourquoi la Marche pour les Sciences sera-t-elle entendue? Parce que vous serez nombreux, scientifiques et citoyen-ne-s, à descendre dans les rues pour le grand rendez vous du 22 avril. Parce que le niveau de soutien institutionnel et associatif à la Marche pour les Sciences est historique par le nombre, le prestige et la diversité des soutiens. Parce que les propositions seront soumises à une consultation populaire à l’automne. Mais pour que tout cela soit possible, ne ratons pas la première étape: SAMEDI 22 AVRIL, JOUR DE LA TERRE, DANS TOUTE LA FRANCE, MARCHONS. Retrouvez l’info sur toutes les marches organisées: http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ Et puis si vous voulez regarder (et partager) une petite vidéo bien faite sur la Marche pour les sciences, regardez donc celle d’Alice aux pays des étoiles: https://www.youtube.com/watch?v=FXLa-UZuGhY

Les sciences humaines et sociales sur la sellette

Si je devais proposer à Craig Calhoun d’ajouter un chapitre à notre récent Manifeste pour les sciences sociales, ce serait pour développer la réflexion sur un enjeu crucial : les risques, les dangers, les limites de la recherche dans nos disciplines. La mort de Giulio Regeni est, hélas, un point de départ qui suscite beaucoup d’émotions au sein de la communauté scientifique. Ce doctorant menait une recherche sur le terrain, en Egypte, où il s’intéressait au syndicalisme indépendant. Il vient d’être retrouvé mort, tué après avoir été enlevé et torturé, sur un mode comparable à d’autres signalements en provenance d’Amnesty International. Des chercheurs exposés _________________ Il en est ici des sciences sociales comme du journalisme d’investigation, du « terrain » sociologique ou ethnologique comme du reportage de qualité : le chercheur pour produire des connaissances encourt des risques si la situation est dangereuse. Le danger peut provenir d’acteurs incontrôlés – organisations mafieuses, criminelles, trafiquants, bandes plus ou moins politisées faisant régner la violence, milices agissant en dehors de tout contrôle étatique, etc. L’État peut fonctionner sur le mode de la terreur – dictature, régime totalitaire ou autoritaire qui se débarrasse violemment de ses opposants, mais aussi de quiconque veut établir la vérité de ce qui se passe dans le pays concerné, et la faire connaître. Dans certains cas, ces deux logiques coexistent, et même s’épaulent mutuellement, la criminalité non étatique ayant appris à bien s’entendre avec le pouvoir d’État et le règne de la terreur. Comment est mort Giulio Regeni ? Une campagne internationale exige une enquête indépendante, et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur, tout comme les institutions internationales et nationales qui fédèrent les chercheurs en sciences sociales, devraient y contribuer largement – des dizaines de milliers de sociologues, anthropologues, politologues, etc., sont membres de telles associations. Giulio Regeni menait ses recherches à l’Université de Cambridge sous la direction de Maha Abdelrahaman, appelée dans quelques mois à présider une session du Forum de Vienne de l’International Sociological Association consacrée aux mouvements sociaux et à la répression dans le pays arabes : les chercheurs qui, sur le terrain, se trouvent parmi les plus exposés sont ceux qui étudient les acteurs qui agissent pour la liberté, l’émancipation, le respect des droits de l’homme, la démocratie. C’est l’honneur de la sociologie des mouvements sociaux que de s’intéresser à ce type d’action. _________________ Le principe de précaution : jusqu’où ? Ces questions impliquent donc aussi que les sciences humaines et sociales réfléchissent à leur propre pratique. Voici deux exemples à méditer. Le premier est celui de Michel Seurat, ce sociologue français qui vivait à Beyrouth-ouest dans les quartiers musulmans de la ville, et qui était un remarquable connaisseur du Liban et de la Syrie. Il m’avait accueilli en janvier 1985, pour une dizaine de jours, dans le cadre de mes propres travaux, et le haut fonctionnaire que j’avais vu avant mon départ pour informer son ministère de mon déplacement (la situation était très chaude alors au Liban) m’avait expliqué qu’il voulait que Seurat revienne en France, qu’il avait peur pour lui, mais qu’il cédait chaque fois que celui-ci lui disait vouloir rester encore. Le 22 mai, Seurat était enlevé par une milice islamiste à la sortie de l’aéroport de Beyrouth, et sa séquestration se soldait par sa mort huit mois plus tard. Deuxième exemple : celui de ces très jeunes doctorants qui choisissent un « objet » difficile et se rendent sur le terrain, sinon en encourant de grands risques physiques, du moins en s’exposant à d’immenses dangers psychologiques : ainsi, l’étudiant en anthropologie qui étudie la situation post-génocidaire au Rwanda et débarque sans grande préparation autre que livresque dans une situation où les horreurs du passé, encore proches, se mêlent à bien des horreurs contemporaines, ne sort pas indemne de cette expérience, qui peut le déstabiliser durablement. Une lourde responsabilité pèse sur ceux qui encadrent, institutionnellement et intellectuellement les chercheurs dont le terrain est difficile ou dangereux, quelle que soit la nature du risque. Une interprétation sans nuance du principe de précaution peut brider injustement et sans réelle justification le chercheur à qui on interdit de se rendre sur un terrain ; mais le laisser-aller ou l’indifférence peuvent se révéler mortels, ou dangereux. Quel est le responsable institutionnel, le directeur de département, le directeur de thèse qui accepte l’hypothèse de devoir un jour se rendre à l‘aéroport pour la réception du cercueil de celui qu’il a laissé aller sur le terrain malgré de grands risques ? Ainsi, la réflexion sur le rôle et l’utilité des sciences sociales doit porter sur la façon dont elles sont elles-mêmes encadrées et accompagnées et dont elles peuvent, en quelque sorte, se gérer elles-mêmes. Academics for peace _________________ La mort de Giulio Regeni attire l’attention sur l’expérience actuelle de l’Egypte, mais ce pays n’est pas seul à susciter de vives inquiétudes pour qui considère la recherche en sciences humaines et sociales. La Turquie, par exemple, est également préoccupante. Dans ce pays, en effet, l’autoritarisme du régime s’accompagne de mesures répressives vis-à-vis de ceux qui protestent contre la façon dont le gouvernement use de la force, notamment vis-à-vis des Kurdes. Les sciences sociales y sont présentes au sein d’un mouvement collectif qui s’est manifesté à l’échelle internationale avec notamment l’appel des « Academics for Peace » en janvier dernier, et la répression est à l’œuvre – 21 universitaires ont été arrêtés pour avoir signé cet appel : l’exercice de la recherche, de l’enseignement et de la diffusion des connaissances est menacé par un pouvoir qui entend mettre au pas les intellectuels qui le mettent en cause. Ce qui nous rappelle là aussi que les sciences sociales sont du côté de la démocratie, de la vérité et de la liberté d’expression, aussi critique qu’elle doive être. Mais la démocratie elle-même peut s’accommoder de tentatives pour mettre en cause l’existence des sciences sociales, sans pour autant passer par des procédés violents et autoritaires. Il en est ainsi, notamment, lorsque la droitisation extrême d’une société s’accompagne de discours économiques ou politiques développant l’idée de leur inutilité : une économie purement libérale, dans laquelle le marché règne sans limites ni contraintes, n’attend rien d’elles, et n’a besoin que d’un Etat minimal qui n’investisse certainement pas dans ce secteur. Il peut arriver qu’une telle orientation s’accommode d’une tendance au raidissement du pouvoir politique : au Japon, le ministre de l’éducation a adressée le 8 juin 2015 aux présidents des 86 universités du pays une lettre leur demandant « d’abolir ou de convertir » les départements de sciences humaines et sociales « pour favoriser des disciplines qui servent mieux les besoins de la société ». Cette campagne intellectuelle conduite dans un contexte de poussée militariste a fait –pour l’instant- long feu. Les protestations nationales et internationales ont évité le pire, même si un bon quart des universités s’était d’emblée déclaré disposé à suivre le gouvernement. Ces questions appellent donc la mobilisation des chercheurs, des enseignants ou des étudiants en sciences humaines et sociales, mais aussi de tous ceux pour qui la production et la diffusion de connaissances sont indispensables à la démocratie et aux acteurs qui oeuvrent en son sein : une société qui s’en passe est incapable de se penser elle-même, de prendre de la distance sur elle-même, de faire preuve de la moindre réflexivité ; et une société qui les rejette et les combat est sur la voie de l’autoritarisme et de la soumission à un pouvoir qui agit sans débats, sans réflexion, et en se privant de connaissances qui pourraient éclairer utilement l’action publique. *Une première version de ce texte est à paraître dans le quotidien La Vanguardia

Communiqué de l’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur sur l’évaluation

Pourquoi nous ne voulons pas du « suivi de carrie?re » ? Le CA de l’ASES a vote? le 29 janvier 2016 a? l’unanimite? son opposition a? la mise en place du « suivi de carrie?re » par les e?tablissements et le CNU impose?e a? partir de 2016 par le ministe?re. Certain.e.s d’entre vous se demandent peut-e?tre pourquoi, depuis 2007, nous maintenons notre opposition a? cette e?valuation. Alors que dans le prive?, comme dans le public, les salarie?.e.s sont e?value?.e.s. Me?me nos colle?gues du CNRS le sont. Ce ne serait donc pas une histoire de spe?cificite? de la « recherche » ou de l’enseignement. Alors pourquoi pas nous, enseignant.e.s-chercheurs ? Commenc?ons par le commencement. C’est quoi exactement, le suivi de carrie?re ? Le « suivi de carrie?re » est un dispositif d’e?valuation supple?mentaire des enseignant.e.s-chercheurs que le ministe?re cherche a? mettre en place depuis plusieurs anne?es. Cette anne?e, l’ope?ration est lance?e ! Dore?navant, il existe une application « suivi de carrie?re », sur laquelle nombre d’entre nous vont devoir se connecter le 25 mars prochain pour constituer un dossier re?sumant leurs activite?s de recherche et d’enseignement sur les cinq dernie?res anne?es. Pour l’instant, nul ne sait encore de quoi sera vraiment compose? ce dossier. Vraisemblablement, il s’agira d’un dossier identique a? celui que les enseignant.e.s- chercheurs sont de?ja? amene?s a? de?poser lorsqu’ils se pre?sentent devant leur CNU pour obtenir une qualification, un CRCT, une promotion… Un dossier bien familier, n’est-ce pas ? CV de?taille?, liste des publications, liste des enseignements, liste des interventions, liste des responsabilite?s exerce?es… Peut-e?tre me?me un peu plus : un expose? qu’il faudra re?diger pour pre?senter vos orientations de recherche, un ou deux exemplaires papier de vos principales publications. Si ce dossier vous est familier, c’est parce que, en re?alite?, vous ne cessez, depuis le de?but de votre carrie?re, de vous soumettre a? ce type d’e?valuation, qui existe donc de?ja? de fac?on re?gulie?re et encadre?e. Avant me?me de devenir titulaire, vous vous e?tes pre?sente?.e.s devant un jury de the?se et avez soumis un premier dossier au CNU pour e?tre qualifie?.e. Vous avez probablement aussi monte? ce type de dossiers pour solliciter un CRCT, un avancement et, depuis l’anne?e dernie?re, une prime d’encadrement et de recherche. La carrie?re d’un.e enseignant.e-chercheur est compose?e d’e?chelons que vous franchissez (comme tous les fonctionnaires) pour partie a? l’anciennete?, et pour partie « au choix », sur dossier. Elle est de?ja? re?gule?e, encadre?e. L’e?valuation borne chacune de vos activite?s : chaque papier pre?sente? en vue d’une publication, chaque proposition de communication, chaque projet de recherche ne?cessitant un petit ou un grand financement… Chacune de ces ope?rations vous soumet a? l’e?valuation de vos pairs et/ou d’ « experts », ce qui se produit en ge?ne?ral plusieurs fois par an ! Cette e?valuation n’est pas sans conse?quences : les re?sultats de ces ope?rations de se?lection – vous permettant de publier (ou pas) dans les revues sollicite?es, d’intervenir (ou pas) dans tel ou tel colloque, de mener (ou pas) une nouvelle recherche – viennent nourrir le dossier que vous pre?sentez ensuite devant votre e?tablissement ou devant le CNU pour solliciter un avancement au choix ou une prime venant re?compenser votre investissement et la qualite? de votre travail. Le suivi de carrie?re que le ministe?re met en place aujourd’hui existe donc en re?alite? de longue date. Pourquoi mettre autant de financements et d’e?nergie pour le mettre en place ? Il va en effet falloir re?mune?rer les membres du CNU qui vont e?valuer l’ensemble de la profession, il va falloir convaincre les membres des conseils acade?miques d’e?tudier les dossiers de l’ensemble des personnels enseignants- chercheurs de leur e?tablissement. C’est parce qu’il a, en re?alite?, une tout autre fonction que celle affiche?e dans les intentions ministe?rielles. A l’heure ou? les universite?s rencontrent des difficulte?s financie?res et ou? il est de bon ton de re?soudre les proble?mes en proposant aux salarie?s de « travailler plus pour gagner moins et pre?server leur existence », ce « suivi de carrie?re » a toutes les chances de devenir un outil de gestion de la pe?nurie diablement efficace. La modulation de services que les pre?sident.e.s d’universite? et de COMUE he?sitent encore a? mettre en place y trouvera un dispositif de le?gitimation parfait : il sera toujours possible d’exiger plus en matie?re de publications, d’engagement international et d’implication administrative… il sera surtout plus que jamais possible d’exiger plus que l’existant pour justifier des modulations de services, qui viendront pallier les faiblesses budge?taires en particulier de la politique d’enseignement supe?rieur mise en place au niveau national. Ce qui obligera certain.e.s d’entre nous/vous a? enseigner plus, a? chercher moins, diminuant par conse?quent les besoins de cre?ation de postes de titulaires. On entend parfois dire que le « suivi de carrie?re » permettrait de faire le tri et d’obliger les « brebis galeuses » de la profession a? rendre des comptes. Mais c’est la? se concentrer sur les marges d’une profession qui repose en re?alite? sur le surengagement de la quasi totalite? de ses membres, pre?caires compris. Si vous lisez cet argumentaire, c’est que vous faites partie de celles et ceux qui font de?ja? « tourner la boutique » et qui s’inquie?tent a? l’ide?e de ne plus pouvoir le faire. Le suivi de carrie?re coutera du temps, de l’e?nergie, de nouvelles ope?rations de « copie?-colle? » et ce, sans la moindre garantie de meilleures conditions de travail ou de « sanctions » cible?es sur les suppose?s « je m’en foutistes ». Nul besoin d’un dispositif de « suivi de carrie?re » routinise? pour distinguer les plus « me?ritant.e.s ».Ce suivi de carrie?re routinise? et de?connecte? des ve?ritables temporalite?s de la carrie?re des enseignant.e.s-chercheur.e.s n’apportera rien et condamnera en re?alite? la grande majorite? des colle?gues a? donner a? voir et a? compter, encore et encore, des activite?s et des re?sultats de?ja? pre?sente?s et e?value?s ailleurs. Pour toutes ces raisons, il faut refuser le suivi de carrie?re. Nul n’est force? d’accepter de re?duire encore et toujours le temps consacre? au « vrai » travail pour constituer un dossier qui ne servira, au mieux, qu’a? le?gitimer une politique de gestion des moyens a? l’universite? sur laquelle on n’a aucune prise. Notre carrie?re est de?ja? re?gule?e, encadre?e et soumise a? e?valuation. Ce « suivi de carrie?re » la?, nous n’en voulons pas.

Réponse à l’appel du MESR concernant la procédure de simplification

L’AFEA souhaite d’abord attirer l’attention du Ministère sur la manière dont cet appel à «?consultation élargie?» de la communauté scientifique n’a pas été largement diffusé. Plusieurs des membres de l’association, titulaires du MESR, n’en ont été informés qu’en diffusion «?privée?». De plus, nous craignons que cette consultation soit une fois de plus une «?bouteille à la mer?», comme le furent les Assises générales de l’université en 2012. Cependant, nous invitons les membres de l’AFEA à prendre part à la consultation, individuellement ou collectivement, en participant RAPIDEMENT aux propositions sur lesquelles nous travaillons, en essayant, par ces propositions, d’y jouer notre rôle d’association scientifique, de fédération d’ethnologues et d’anthropologues. [APPEL DU MESR-> http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid97694/plan-de-simplification-pour-l-e.s.r.-lancement-de-la-phase-de-consultation-elargie.html] Les documents de référence sont joints à cet article.

COMUE

La mutualisation des moyens?au sein de COMUE entraîne une disparition de la diversité des formations laquelle légitime rapidement une disparition des moyens humains et financiers. De plus, les COMUE posent différents problèmes de gestion compliquant considérablement le fonctionnement des structures de recherche et d’enseignement.

Ressources humaines

L’AFEA déplore la diminution du nombre de postes statutaires au CNRS et dans les universités. Rien que dans la section 38 du CNRS, on constate la disparition de 3 postes au niveau des chargés de recherche par rapport à l’année précédente. On compte cette année, en 2016, 4 postes DR2, 2 de CR1 et 3 de CR2. Sur les 5 postes de chargés de recherche (CR1 et CR2) 3 sont, de plus, «?coloriés?». Aussi, on évalue à 22,5 le nombre de candidats par poste en 2015 et à 36 candidats par poste en 2016. Cette restriction des moyens est par ailleurs paradoxale alors que le président du CNRS a rappelé, suite aux attentats de novembre dernier, que c’est la science qui «?permet de mieux comprendre ce qui est réellement visé?». L’AFEA note que ces restrictions touchent à la fois le domaine de la recherche, de l’enseignement et de l’édition.

Appels à projet

L’AFEA, comme nombre des membres de la communauté scientifique en sciences humaines et sociales, déplore l’intensification de la recherche financée sur projet corrélativement à la diminution du nombre de postes statutaires. Le temps perdu dans la constitution et le suivi de dossier par les statutaires du MESR pourrait être investi dans une recherche pérenne. L’AFEA soutient néanmoins plusieurs des propositions faites?concernant la gestion des appels à projet?: «?- Créer un portail national répertoriant par thématique et donnant accès à l’ensemble des appels à projets nationaux, européens et internationaux?; – Harmoniser les calendriers des appels à projets nationaux? – Créer une plateforme nationale de réponse en ligne pour les appels à projets?»? ?

Formations

L’AFEA n’est pas favorable à la «?la réécriture du décret de 1987 et l’assouplissement des conditions de recrutement, tout en veillant à ne pas développer l’emploi précaire?;?» car cette vigilance risque de s’avérer lettre morte et favoriser la précarisation déjà importante des étudiants et des jeunes docteurs. L’AFEA ne soutient pas la volonté de «?Simplifier et harmoniser les pratiques pédagogiques et les modalités de conventionnement entre les universités et les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) et autres instituts de formation paramédicale?».? Le doctorat en trois ans s’avère délétère pour les sciences humaines et sociales et pour l’ethnologie/ anthropologie en particulier. En effet, les recherches de terrain nécessitent de s’imprégner sur le long terme de la culture étudiée, tandis que l’écriture d’une thèse restitue une réflexion de longue haleine dans ces disciplines. Un appauvrissement certains résulte de la pression sur la durée d’études. En outre, l’uniformisation des cursus contredit la diversité et la transdisciplinarité à laquelle nous sommes par ailleurs constamment invités. Les contraintes d’évaluation entrainent une violence des conditions de travail dans différentes universités pour les statutaires, tandis que les restrictions budgétaires imposées sur les composantes et les facultés conduisent à des carences en enseignants qui ont des conséquences préjudiciables aux formations des étudiants. Déjà indexées et dénoncées par différentes grèves et mobilisations dans les années précédentes, les conditions de traitement des vacataires n’ont pas été résolues. En outre, l’AFEA se positionne clairement contre la disparition programmée de certains parcours de licence consacrées à l’anthropologie, dont les premières années seront fondues dans une licence globale de sciences sociales (cf. Université de Lyon). La qualité des formations à la recherche développées dans ces universités, qui étaient devenues les plus attractives en France pour leur parcours en anthropologie, est menacée par cette mesure, de même que la professionnalisation des chercheurs. ?

Hommage aux victimes des attentats

En ces jours de deuil national, l’Afea tient à partager son indignation devant les attentats perpétrés le vendredi 13 novembre à Paris et la veille à Beyrouth et exprime ses condoléances et son soutien aux familles des victimes. En tant qu’association de professionnels en anthropologie, nous tenons à réaffirmer notre attachement aux valeurs que sont la compréhension des cultures et la diffusion des connaissances.

Appel : l’emploi scientifique et l’enseignement supérieur, des objectifs prioritaires

Les enjeux majeurs pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) pour les années à venir sont le financement public et les emplois permanents. Depuis 10 ans, l’effort budgétaire pour l’enseignement supérieur et la recherche de la France s’est profondément dégradé au regard de celui de la plupart des autres pays développés. Le nombre d’étudiant-e-s augmente alors que les capacités d’accueil diminuent et que des filières et des services ferment. Il est temps d’infléchir cette politique. Pour cela, des personnalités scientifiques et syndicales ont cosigné un appel pour que le budget 2016 du service public de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche soit en nette progression par rapport à celui de 2015. Appel : l’emploi scientifique et l’enseignement supérieur, des objectifs prioritaires pour l’avenir du pays Avec le soutien de SNTRS-CGT, SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNEP-FSU, SNETAP–FSU, SGEN-CFDT, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNPTES, Sup’Recherche-UNSA, UNEF, Sciences en Marche Le texte complet est disponible à l’adresse suivante :http://www.urgence-emploi-scientifique.org/appel2015 Site de signature http://www.urgence-emploi-scientifique.org/limesurvey/index.php/survey/index/sid/188943

Solidarité Népal

La terrible catastrophe qui frappe le Népal ne peut pas nous laisser indifférents. Les Népalais sont incroyablement courageux et ils n’attendent pas les bras croisés qu’on vienne à leur secours. Cependant ils ont impérativement besoin de notre aide pour reconstruire leur pays. Les chercheurs qui ont travaillé dans ce pays organisent plusieurs manifestations à l’occasion desquelles des fonds seront levés pour aider certains villages en particulier, qu’ils connaissent particulièrement bien et où ils sont certains que l’argent récolté sera utilisé à bon escient : —Le 13 juin, à 16h30, la projection du film d’Eric Valli « Himalaya, l’enfance d’un chef » au petit auditorium de la BNF. —Le 23 juin, – de 10h à 16h15, une journée de conférences sur « Le séisme du 25 avril 2015. Deux mois après » au Sénat. – à 20h, un concert à L’église Saint Paul-Saint Louis (métro Saint-Paul): Trios de J. Haydn. —Le 26 juin, à partir de 19h, un apéritif participatif au restaurant Zingaro, à Aubervilliers, en compagnie de musiciens et de danseurs népalais. Vous trouverez plus d’informations sur chacune de ces manifestations dans les fichiers attachés et sur ces deux sites complémentaires : http://reseauchercheursnepal.fr/ http://www.francenepal.info/article_view.php?id=4592&article_class=465&subarticleclass=465 Par ailleurs, certains hésitent à offrir leurs dons aux grandes organisations qui ont des coûts administratifs importants. Elles sont nécessaires pour certaines interventions majeures, les plus petites ont d’autres avantages. Certains d’entre nous ont donc tenté de proposer une brève liste d’organisations, petites et grandes, qu’ils ont eu l’occasion d’apprécier dans leurs actions au Népal, avant le séisme. Bien sûr ne sont listées ci-dessous qu’une fraction infime des excellentes organisations qui oeuvrent au Népal et méritent votre soutien. Pensez, s’il vous plait, à renouveler votre soutien dans 3 mois, dans 6 mois et au-delà, quand les médias auront tout oublié, alors que la mousson qui va commencer va emporter d’autres villages dans des glissements de terrain, contre-coups des tremblements de terre. Merci à tous ceux qui ont déjà apporté leur aide d’une manière ou d’une autre. Grands organismes déjà actifs au Népal: http://www.handicap-international.fr/pays/nepal http://www.medecinsdumonde.org/A-l-international/Nepal http://www.msf.org/country/nepal http://www.actioncontrelafaim.org/fr/content/nepal Plus petits projets: http://www.youcaring.com/emergency-fundraiser/relief-for-nepal-earthquake-victims/343686 http://www.gofundme.com/nepalvillagers https://www.indiegogo.com/projects/aidez-un-village-du-nepal-a-se-reconstruire Architecture: Architectes de l’urgence : http://www.archi-urgent.com/ Infrastructure : SAPPROS : http://www.sappros.org.np/site/ Education: Aide et action : www.france.aide-et-action.org Une liste complémentaire préparée par des collègues américains: http://anhs-himalaya.org/relief-agencies/

Situation des Aborigènes en Australie

Vous trouverez ci-dessous une mobilisation d’anthropologues, cinéastes et chercheurs en littérature en faveur des Aborigènes d’Australie. http://www.huffingtonpost.fr/martin-preaud/non-aux-fermetures-de-communautes-aborigenes-en-australie_b_7151048.html?utm_hp_ref=france (version française) http://www.sogip.ehess.fr/spip.php?article606&lang=en (version anglaise)

SOUTENEZ LE CTHS

Soutenez le Comité des travaux historiques et scientifiques Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est né en 1834 de la volonté politique du ministre de l’Instruction publique, François Guizot, qui déclarait : « Cette entreprise ne doit pas être un effort accidentel et passager ; ce sera un long hommage et pour ainsi dire, une institution durable en l’honneur des origines, des souvenirs et de la gloire de la France. » (Guizot – 1834) Les missions historiques du CTHS visent à concourir aux recherches et aux publications portant sur les sciences humaines ; favoriser le développement des activités des sociétés savantes et de leurs fédérations ; assurer l’édition de textes, de répertoires, d’orientations de recherche… ; organiser annuellement le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. (cf. arrêté du 12/06/2007 – NOR: ESRS0755546A) Le CTHS développe ses activités avec l’aide de 255 membres, chercheurs et universitaires qui favorisent les échanges entre la recherche publique et le monde associatif. Depuis plus de 150 ans, le CTHS publie des ouvrages de référence en sciences humaines. Il a compté parmi ses membres d’éminentes personnalités, telles que Hugo, Mérimée, Viollet-le-Duc, Pasteur, Champollion Figeac, Maspero, Durkheim, Aulard, Tarde… Depuis 2007, le CTHS est un institut rattaché à l’École nationale des chartes. Sa tutelle remet en cause l’autonomie de gestion du CTHS tout en lui imposant des coupes budgétaires qui ne lui permettent plus d’assurer ses missions. Deux postes ont déjà été perdus et le maintien d’une partie non négligeable du personnel est sérieusement menacé. Sans le soutien actif de la communauté scientifique, de ses partenaires, de ses lecteurs, le CTHS est voué à disparaître. Soutenez le Comité des travaux historiques et scientifiques en apposant votre signature et en diffusant cette pétition qui sera adressée à la ministre de l’Enseignement supérieur, de l’éducation nationale et de la recherche, Madame Najat Vallaud-Belkacem. Le personnel du CTHS, son délégué général et son Président Soutenez le Comité des travaux historiques et scientifiques Vous pouvez signer cette pétition en ligne. Ou par papier en imprimant le tableau ci-joint, puis en l’envoyant au : CTHS, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris Cedex 07 www.cths.fr contact : cths.2015@yahoo.fr

La revue “Terrain” disparaîtra en septembre 2015

À faire circuler: – La revue Terrain disparaîtra en septembre 2015 Terrain.png Les amoureux d’anthropologie et de sciences humaines sont tristes et inquiets. La revue Terrain, publiée depuis 1983 sous la direction de Christine Langlois, cessera de paraître en septembre 2015. Terrain, ce sont des numéros qui ouvrent à des perspectives interdisciplinaires, réunissant aussi bien des contributions d’anthropologues, de philosophes, de sociologues, d’historiens ou encore de psychologues. Terrain, ce sont des thématiques qui permettent de penser le monde de manière transversale, à partir d’expériences de terrain menées aux quatre coins de la planète par des ethnologues de toute génération. Terrain, ce sont des perspectives de recherche novatrices qui allient l’exigence scientifique et l’ouverture à un large public, avec une esthétique éditoriale qui lui est propre, un « objet-livre » avec une iconographie riche et étonnante. Terrain, c’est tout cela à la fois, et cela va nous manquer. On se souvient de lire les numéros sur l’imitation, l’enfance et l’apprentissage, les émotions, l’argent, l’attente, le sang, les catastrophes, les morts utiles. Terrain est un journal d’ethnologie singulier, une référence pour les anthropologues en France et ailleurs. A partir de septembre 2015, le champ des revues francophones d’anthropologie de qualité se réduira drastiquement, en ces temps de mépris pour l’écologie de la recherche et le patrimoine scientifique. Dans la plus grande indifférence, nos ministères de tutelle, celui de la Culture qui a porté la revue jusqu’à maintenant, et celui de la Recherche et de l’Éducation, perdent un outil précieux de soutien à la politique scientifique et au rayonnement intellectuel de la discipline, sans prendre la mesure du vide que crée la disparition de la revue Terrain. Nous le déplorons avec force. Vanessa Manceron et David Berliner pour le Conseil de rédaction – [->http://terrain.revues.org] TERRAIN.png

Nos collègues étrangers réagissent au 7 janvier 2015

De la part d’un collègue égyptien: Very Dear All French Friends, We are all here choked to here this sad news. This criminal inhuman crime cannot relate to any religion on earth. Those who did it and those how are behind it are monsters, savage and ruthless. Please accept the condolences form, me, my family, my friends and all the people I know here. Our sorrows are beyond expectations. The world still has those animals. Terrorism has no religion, no land and no frontiers. We have all to fight it everywhere. This act is totally rejected and absolutely condemned here and by all official and Islamic and Coptic religious circles as all the people and the media and press. Take care Ali, _ On behalf of my family, my friends and all the Egyptian people that I know.