Archives de catégorie : L’AFEA

Tribune. « La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers » 7 décembre 2019. Le monde

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/07/la-notion-de-genocide-est-un-mot-clef-dans-la-politique-nigeriane-employe-a-tort-et-a-travers_6022047_3212.html?fbclid=IwAR0OtEG5xaE03Qfj3mWucAztzsfdJ2Uq2Mb6ajXKugbZ5U8PE3uqAPaNDnc

« La notion de “génocide” est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers »

Après l’article de Bernard-Henri Lévy dénonçant des massacres perpétrés contre des chrétiens au centre du Nigeria, plusieurs spécialistes du pays appellent à traiter ce sujet avec moins d’approximations.

Publié le 07 décembre 2019 à 13h42, mis à jour à 08h24 Temps de Lecture 6 min.

Publié dans Paris Match jeudi 5 décembre, un article signé par Bernard-Henri Lévy lance un SOS pour les chrétiens du Nigeria. Selon lui, les Fulanis musulmans (aussi appelés Peul en Afrique francophone) seraient sur le point de commettre un « génocide » contre les chrétiens du pays. Dans n’importe quelle région du monde, l’accusation est grave. Dans un pays de près de 200 millions d’habitants, composé à peu près pour moitié de chrétiens, on pourrait attendre une recherche sérieuse et approfondie.

Pressions économiques et écologiques

L’article, cependant, est un florilège d’approximations, de clichés et d’erreurs factuelles. Surtout, en inscrivant les événements du Nigeria dans un « choc des civilisations » global, en appelant à une solidarité mal informée, il peut contribuer à attiser les violences et à durcir encore les clivages.

Lire aussi Au Nigeria, le fantasme d’un « complot peul » pour islamiser le pays

Le Nigeria connaît effectivement des violences importantes, notamment en son centre, la Middle Belt. Des conflits y opposent régulièrement des éleveurs fulani et d’autres communautés, vivant pour beaucoup de l’agriculture. Depuis des années, journalistes et chercheurs nigérians et étrangers se penchent sur cette question, sur la base d’enquêtes fouillées. Ils et elles nous permettent de mieux comprendre les mécanismes des violences.

Ces travaux montrent ainsi que les questions religieuses ou communautaires sont souvent secondaires par rapport aux pressions économiques et écologiques et à l’échec de l’Etat à les réguler. Sous la houlette de pasteurs fulani, des troupeaux de plus en plus importants quittent en lentes transhumances les savanes du nord pour satisfaire la demande croissante des grandes villes du centre et du sud du pays.

Compétition croissante sur le foncier

Les routes de transhumance, parfois anciennes, traversent les zones agricoles du centre, elles-mêmes en pleine expansion. Le changement climatique contribue sans doute pour une part à la crise actuelle – le centre du pays est plus arrosé et mieux doté en pâturages que le nord. L’Etat a bien du mal à réguler de manière apaisée la compétition croissante sur le foncier.

« Contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est “Fulani”. »

Malgré différentes tentatives (création de couloirs de transhumance ou de vastes ranchs clôturés, par exemple), les autorités nigérianes échouent à trouver des solutions satisfaisantes aux tensions entre éleveurs et agriculteurs. De plus, feuilletage fédéral complexe, marqué par la mauvaise gouvernance et par un fort degré d’impunité des forces de sécurité, l’Etat répond souvent bien mal aux violences qui éclatent. Et contrairement à ce qu’affirme Bernard-Henri Lévy, il n’est pas vrai que l’état-major de l’armée est « Fulani ».

Lire aussi Au Nigeria, les Peuls pris au piège de la guerre pour la terre

Par ailleurs, le problème ne provient pas uniquement des campagnes. Ainsi, Jos et Kaduna, deux grandes villes du centre du pays, ont connu une série d’émeutes depuis le début des années 2000, pour des raisons économiques et politiques. Les rivalités, qui se déploient au nom d’identités confessionnelles ou communautaires, symbolisent des tensions entre nouveaux arrivants et habitants de la région. Elles doivent aussi à la compétition politique violente que suscitent les élections.

Des Fulani eux aussi victimes de massacres

Selon les règles du fédéralisme nigérian, les supposés nouveaux arrivants n’ont souvent pas les mêmes droits d’accès aux services publics ou au foncier que ceux qui se revendiquent autochtones. De plus, à Jos comme à Kaduna, villes créées à l’époque coloniale, il n’existe que très peu d’autorités « traditionnelles » légitimes susceptibles d’apaiser ces conflits.

« Penser les éleveurs Fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. »

Résumer la violence au centre du pays à un affrontement identitaire est extrêmement simplificateur. Penser les éleveurs fulani comme de dangereux nomades radicalisés qui gâchent la vie de paisibles sédentaires chrétiens est faux. Les fulani sont loin d’être tous des éleveurs. Beaucoup ont abandonné l’élevage depuis des générations pour s’installer en ville tandis que d’autres se sont sédentarisés en milieu périurbain ou rural, conservant leurs troupeaux tout en se lançant dans des activités agricoles ou commerciales. Et ces communautés fulani sont régulièrement victimes, elles aussi, de massacres de masse, comme ce fut le cas sur le plateau de Mambilla en 2017.

Instrumentalisation par des fondamentalistes chrétiens

La rumeur d’une invasion du centre et du sud par les musulmans du nord est récurrente. On pourrait remonter aux peurs issues du djihad d’Ousman Dan Fodio, à l’origine de la création du califat de Sokoto au début du XIXe siècle. On pourrait se référer aux débats politiques interminables qui ont précédé l’indépendance du pays en 1960. On pourrait aussi aborder le débat sur l’instauration de la charia dans le nord du Nigeria, qui a occupé tous les législateurs du pays depuis 1960.

Lire aussi Nigeria : l’émir de Kano, entre islam et finance

Les théories sur la « guerre contre la terreur » et le « choc des civilisations » connaissent aussi un grand succès parmi certains groupes chrétiens fondamentalistes nigérians qui n’hésitent pas à propager au Nigeria et parmi la diaspora leur lecture de l’histoire. Au jeu du grand méchant musulman, le nord du pays semble toujours gagner la partie. Et M. Lévy de relier les violences du centre avec celle du nord-est, où les djihadistes de Boko Haram et la répression des forces de sécurité ont tué des dizaines de milliers de personnes depuis 2009.

Peu importe que la majorité des victimes de l’organisation djihadiste soit musulmane (dont bon nombre de pasteurs fulani) plutôt que chrétienne. Peu importe également qu’ailleurs dans le nord, des bandits, souvent des musulmans fulani, s’en prennent aux communautés fulani elles-mêmes ? Rien de tout cela n’empêche M. Lévy d’accuser « les Fulani ».

Manipulation de la notion de « génocide »

Ni les Fulani ni les musulmans ne sont au Nigeria un bloc monolithique. Répartis dans tous les États, ils sont divisés entre sunnites et chiites, différentes confréries soufies et une galaxie de groupes d’inspiration salafiste. Les chrétiens sont eux aussi fragmentés, entre anglicans, catholiques, baptistes et de multiples Eglises pentecôtistes.

« Le terme « génocide » permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux. »

Parmi ces dernières en particulier, alimentées par la vision eschatologique des évangélistes nord-américains, se trouvent des voix pour crier au « génocide ». Depuis la guerre du Biafra (1967 -1970), la notion de « génocide » est un mot-clef dans la politique nigériane, employé à tort et à travers, manipulé pour parler des violences contre les communautés igbo ou en général contre les chrétiens.

Le terme est commode, sans doute. Il permet à certains politiciens nigérians de jeter la vindicte sur un groupe et d’en instrumentaliser un autre. Il est aussi une façon d’attirer l’attention des pays occidentaux, en jouant notamment sur un sentiment de culpabilité suite à leur manque de réactivité face au génocide des Tutsis rwandais en 1994. Il fait vibrer la fibre humanitaire de tout un chacun et impose l’action d’urgence.

Lire aussi « Au Sahel, les Etats n’assurent même plus la sécurité ou la justice »

Les « sauveurs blancs » n’ont plus qu’à intervenir. Ils pourront signer une pétition, répondre à un appel aux dons, voire créer une ONG. L’auteur nigérian Elnathan John le dit dans son livre satirique Be (com) ing Nigerian, A Guide : « Et toi, l’ONG bénie, que Dieu a élevée au rang de sauveur de tes frères […], tu dois être prête à publier une tribune sur chaque cas potentiel de violation des droits humains ou toute autre cause dont tu as dit à tes bailleurs que tu te chargerais. Il n’est pas nécessaire d’examiner sérieusement l’évènement au préalable. Tu ne veux pas que tes financeurs pensent que tu es mou, en étant le dernier à condamner. »

Vincent Hiribarren (maître de conférences en histoire de l’Afrique contemporaine à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Elodie Apard (directrice adjointe USR 3336 du CNRS, Afrique au Sud du Sahara, Nigeria) ; Kyari Mohammed (historien et ancien vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Reza Zia-Ebrahimi (maître de conférences en histoire à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Saleh B. Momale (Kaduna State Peace Commission, Nigeria) ; Adam Higazi (University of Amsterdam) ; Toby Green (maître de conférences en histoire et culture de l’Afrique Lusophone à King’s College, Londres, Royaume-Uni) ; Abdoullahi Liman Tukur, Vice-chancelier de la Moddibo Adama University of Technology, Yola, Nigeria) ; Laurent Fourchard (directeur de recherche au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris, France) ; Gérard Chouin (professeur associé en histoire de l’Afrique, William & Mary, Etats-Unis) ; Emilie Guitard et Vincent Foucher (chargés de recherche au CNRS, France) ; Jean-Hervé Jezequel (International Crisis Group, Dakar, Sénégal) ; Marc-Antoine Pérouse de Montclos (directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement) ; Jamila B.A. Suleiman (Centre for Peace and Security Studies, Moddibo Adama University, Yola).

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche AG. 2 décembre, 14 décembre, 1-2 février

Ce samedi 14 décembre se tient une Assemblée générale de coordination de 14h à 18h (lieu à définir, près de Paris) à l’initiative des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il s’agit de structurer notre lutte contre la réforme des retraites, mais aussi contre ORE/Parcoursup, contre « Bienvenue en France » et la hausse des frais d’inscription, contre les déclassements au CNRS, et contre la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette loi prévoit un fonctionnement « inégalitaire » tel que le réclament Emmanuel Macron et Antoine Petit (PDG du CNRS) accentuant à nouveau la logique des facs et labos d’élite face aux facs et labos poubelles. En bref, il s’agit de se coordonner contre la précarité d’aujourd’hui et pour pouvoir étudier et travailler dans de bonnes conditions.

Tout le monde est invité à participer : étudiant·es, enseignant·es et chercheur·ses titulaire ou non, ingénieur·es de recherche, bibliothécaires, membres du personnel technique et administratif.
Pour que les discussions soient les plus riches possibles, il serait utile que les facs et labos en lutte envoient des délégations aussi variées que possible. Malgré les difficultés à se rendre sur place, il nous semble important que les personnels des facs et des labo hors-Ile-de-France puissent participer afin de commencer à coordonner nos actions nationalement.

Pour participer dès maintenant à nos discussions, vous pouvez rejoindre ce canal Telegram : https://t.me/mobilisationESR

IMPORTANT : Afin que toutes et tous puissent lutter, les enfants sont bienvenu·es pour garde et activités collectives. Contacter sur Telegram Atelier enfant AG de coord pour l’organisation : https://t.me/joinchat/H7zc5VixZl6DgIocg8Ddaw

Contre la précarité tout au long de la vie, de notre vie étudiante à notre retraite, en passant par des années de travail précaire infinies, nous nous mobilisons !

 

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche :

Mobilisation de tous les personnels !

Nous, membres de la communauté universitaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, réuni·es en Assemblée générale le 2 décembre à la MSH Paris Nord, dénonçons un programme concerté de destruction de nos conditions d’emploi, de travail et de vie par de nombreuses contre-réformes en préparation. C’est pourquoi nous appelons à la grève reconductible à partir du 5 décembre jusqu’au retrait du projet de loi sur les retraites. Nous affirmons également notre soutien aux mouvements étudiants qui s’organisent contre les conditions de vie précaires qu’ils et elles subissent, revendiquons l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage et appelons à ne pas sanctionner celles et ceux qui se mobilisent.

Nous nous opposons également aux propositions des rapports préparatoires à la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2020, dernier coup de boutoir de la politique de l’Enseignement supérieur et la recherche depuis 15 ans. En effet, nos laboratoires et universités font face au plus grand plan social de leur histoire avec un effondrement des postes de titulaires de l’enseignement, de la recherche et de l’administration. Loin de proposer un plan massif de recrutement et la pérennisation des crédits de recherche, ces rapports et les premières annonces d’Emmanuel Macron à l’occasion des 80 ans du CNRS annoncent au contraire plus de mandarinat, plus de précarité, plus d’inégalités entre les établissements et les personnels ainsi que des conditions moins favorables à la réalisation de nos recherches : multiplication et création de nouveaux contrats précaires (dont des « CDI-chantier », pour le temps limité d’un projet), possibilité de recruter sans la qualification par le CNU, suppression de la référence aux 192 h TD pour les enseignant·es-chercheu·ses, modulation de services obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, fin du paiement des heures complémentaires, renforcement de la logique d’appels à projets comme mode unique de financement de la recherche et augmentation de la concurrence entre unités de recherche, etc.

Ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, conjuguées à la sélection des étudiant·es que permet Parcoursup, à la réforme des lycées et du baccalauréat, aux réformes de la formation des enseignant·es et à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es, vont avoir des conséquences dramatiques pour les enseignant·es et chercheu·ses mais aussi pour les étudiant·es et remettraient gravement en cause l’accès de tou·tes à des études gratuites de qualité.

La précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire. Non seulement les personnels titulaires sont en surcharge de travail permanente, mais une part importante de l’enseignement et du travail administratif est effectué par des personnels non titulaires. Nombreu·ses sont les doctorant·es et jeunes docteur·es qui alternent contrats ponctuels et périodes de chômage pour produire des recherches. Le recours aux vacations se fait la plupart du temps hors de tout cadre légal (pas de contrat de travail, notamment). Les discriminations sous toutes leurs formes, notamment de genre ou ethno-raciales, sont monnaie courante. Les éléments de démocratie universitaire comme le Conseil National des Universités et le Comité national du CNRS sont progressivement dépouillés de leurs prérogatives.

Nous devons mettre un coup d’arrêt à cette logique mortifère et inverser la tendance en gagnant enfin la titularisation des milliers de personnels précaires. C’est pourquoi nous appelons à la tenue d’assemblées générales sur tous les sites universitaires, pour permettre aux salarié·es et aux étudiant·es de reprendre le contrôle en formulant ensemble leurs revendications et en organisant ensemble leur lutte. Nous les appelons en particulier à mandater des délégué·es, responsables devant leurs assemblées générales, en vue d’une coordination de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte. Dans cette perspective, nous appelons aussi à participer aux manifestations des semaines à venir contre la réforme des retraites en constituant des cortèges de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte.

Pour un service public de l’enseignement et de la recherche de qualité, nous soumettons à nos collègues les pistes suivantes pour élaborer leurs revendications en assemblée générale :

– Pour une université gratuite et accessible à toutes et tous et une recherche scientifique publique au service de toutes et tous.

– Pour la titularisation des précaires qui remplissent des fonctions pérennes et pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant·es et des besoins publics de recherche.

– Pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect de la législation en vigueur. Pour une revalorisation des vacations au moins au SMIC.

– Pour la création massive de postes pérennes à la hauteur de la mission de service public que nous assurons. Contre la casse du statut de fonctionnaire (refus des CDI-chantier, des tenure track qui ouvrent la voie à la remise en cause des statuts de MCF et de CR) ; contre la dérégulation des carrières ; pour la revalorisation du point d’indice ; contre la modulation des services des enseignant·es chercheu·ses, pour la réduction du temps de travail de l’ensemble des personnels de l’ESR ;

– Contre l’imposition du modèle de l’entreprise privée à l’ESR (et la concurrence généralisée et déloyale qui creuse les inégalités existantes et la précarisation de tous les personnels) ;

– Pour la mise en place de moyens effectifs de lutte contre toutes les discriminations ;

– Pour une véritable démocratie universitaire, contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche (refus du contournement des instances nationales d’évaluation par les pairs – CNU, Comité national du CNRS) ;

– Pour des mesures efficaces de lutte contre la précarité étudiante (revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire).

Texte adopté au consensus par les 150 participant·es à l’AG de l’ESR du 2 décembre 2019 à la MSH Paris Nord, en présence des syndicats SUD recherche EPST, Sud éducation, SNTRS-CGT, Ferc-sup CGT, CGT INRA, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNCS-FSU, SNABSUB-FSU.

Calendrier de mobilisation

Cortèges de l’ESR en lutte lors des manifestations du jeudi 5 décembre, du samedi 7 décembre, etc.

Nous appelons à l’organisation d’AG locales d’ici là, et pendant le mouvement de grève.

Samedi 14 décembre : les AG locales envoient des délégué·es mandaté·es à une coordination nationale des personnels de l’ESR et étudiant·es en lutte.

1er et 2 février : États généraux de la recherche (avant les vacances mais après les premières annonces du gouvernement pour la LPPR).

Un comité de mobilisation a été mandaté pour mettre en œuvre ce calendrier en coordination avec les AG locales.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air
Doc’Door
Scientifique
 

Assemblée Générale le 23 novembre 2019

Vous êtes chaleureusement invités à l’assemblée générale de l’association française d’ethnologie et d’anthropologie créé il y a 10 ans et à l’ensemble de la journée qui comprend deux rencontres-débats (matin et après-midi), espaces associations/éditions et festivités pour préparer les 10 prochaines années au service de la discipline et ses acteurs. Vous trouverez ci-joint les documents pour voter et présenter sa candidature

Ordre du jour

Bilan moral et financier
Présentation et discussion sur les prochains chantiers de l’association
Discussion sur le fonctionnement de l’association
Présentation des candidatures au CA : individus (A) et associations (B)
Élections (collège A et B)

Journée de l’ethnologie et de l’anthropologie le 23 novembre à la Goutte d’Or à Paris : rencontres débats et festivités pour envisager les 10 prochaines années de la fédération !

   

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) – créé en 2009 suite aux Assises de l’ethnologie de 2007 – a 10 ans cette année. A cette occasion, elle souhaiterait relancer son rôle de fédération d’associations tel qu’il a été voulu à sa création : affirmer que l’anthropologie est une discipline large ouverte qui constitue son unité à partir de la reconnaissance de ses différences. Pour cela, nous préparons une journée à laquelle vous êtes toutes et tous convié.es :Débats autour de la place de l’ethnologie dans la cité ainsi que la formation et l’emploi, stands  et animations, lancement de l’annuaire des associations et des ethnologues et fête de l’ethno lancée par la conférence gesticulée d’Anaïs vaillant

Continuer la lecture

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture

Évolution inquiétante concernant l’attribution des bourses de recherche au musée du quai Branly

Chères et chers collègues,
Nous souhaitons vous informer de notre inquiétude concernant l’évolution récente, au musée du quai Branly-Jacques Chirac, des procédures d’attribution des différents financements destinés aux étudiants et post-doc (bourses de master, de doctorat, post-doctorat et prix de thèse). 
Alors que la période d’évaluation était déjà en cours, les membres du Comité d’évaluation scientifique du musée ont appris qu’une recomposition radicale de ce comité avait été effectuée, sans concertation, réduisant considérablement le rôle des spécialistes dans la sélection des lauréats et conduisant à une opacification préoccupante des critères et des modalités de sélection. Suite à cela, la quasi totalité des membres externes du comité a démissionné, en s’en expliquant dans la lettre copiée ci-dessous; démission dont le directeur de la recherche a simplement pris acte.
De son côté, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet (dont le processus d’attribution des bourses est coordonné par le département de la recherche et de l’enseignement du musée) a découvert des changements dans sa composition, tout aussi inquiétants quant au rôle attribué aux experts. Il s’est aussi alarmé de l’absence de considération portée au critère de la parité dans cette nouvelle configuration. Après plusieurs courriers (annexés ci-dessous), et suite à la démission du comité d’évaluation scientifique, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet a enfin obtenu un rendez-vous avec le responsable du département de la recherche pour la fin juin, en présence du président de la Fondation.
Il nous semble important que la communauté scientifique reste attentive à l’évolution de la situation au musée. Alors même que la moitié de son budget lui est allouée par le ministère de la recherche, les mesures récentes semblent en effet fragiliser cette dernière au sein de cet établissement, qui est depuis sa création un soutien primordial pour les études en sciences humaines et sociales portant sur les sociétés extra-occidentales.
Les membres démissionnaires du Comité d’évaluation scientifique et les membres du Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet signataires des lettres
—-
Lettre du Comité d’évaluation scientifique 
Le 24 mai 2019

Continuer la lecture

Pour le retrait de la plateforme Parcoursup et de la loi ORE

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie s’associe aux multiples appels Pour le retrait de la plateforme Parcoursup et de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (loi ORE)

L’association française d’ethnologie et d’anthropologie critique fermement : • une sélection avant toute formation, car c’est une négation pure et simple de la mission d’enseignement • l’absence de hiérarchisation des vœux sur la plateforme Parcoursup : les enseignants-chercheurs doivent sélectionner des dossiers d’étudiants qui ne souhaitent pas faire de l’anthropologie alors que la filière n’est pas en tension ordinairement. Et 20% des meilleurs bacheliers vont bloquer toutes les i • la remise en cause de la valeur du baccalauréat?; • la priorité donnée à l’inscription dans l’université de son académie de lycée • l’informatisation de la sélection, qui ajoute des critères techniques (comme l’impossibilité d’ex aequo) qui ne sont pas prévus dans la loi, et l’absence de transparence d’un logiciel qui opère la sélection par un algorithme paramétré localement, • la pression opérée sur les bacheliers et sur les enseignants-chercheurs lors de cette sélection, alors que leur travail consiste à transmettre des connaissances et à accompagner tous les étudiants?; • les chiffres d’échec en licence présentés par le gouvernement, car ils ne prennent pas en compte les usages variés du premier cycle de l’université (préparation de concours d’entrée dans des écoles, durée des études allongée par les jobs d’étudiants, temps pour les remises à niveau, etc.). Les notions de réussite et d’échec éludent toutes les connaissances acquises au cours de l’année, le développement de compétences transversales, de l’esprit critique, et l’apprentissage de la démarche scientifique?; • l’absence de réflexion concertée sur les inégalités et les possibilités d’y remédier concrètement par l’accompagnement des étudiants?; • la restriction de l’investissement dans l’enseignement supérieur, nombre de postes d’enseignants ayant été gelés Face à cette réforme, l’association française d’ethnologie et d’anthropologie : • réaffirme le principe fondamental de libre accès à l’enseignement supérieur, • s’associe aux préparations d’états généraux de l’enseignement supérieur ? LISTE NON EXHAUSTIVE DES PETITIONS Laissez les lycéen.ne.s choisir leur voie ! #LoiORE http://www.parcourssup.eu/ Appel unitaire au retrait de Parcoursup et du projet de loi ORE LISTE NON EXHAUSTIVE DE SITES D’INFORMATION ET D’ARTICLES http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article7947 https://obs-selection.rogueesr.fr/ http://www.sociologuesdusuperieur.org/article/carte-de-france-des-universites-en-lutte http://www.groupejeanpierrevernant.info/ https://www.contretemps.eu/mobilisations-selection-universite-strategie/ https://www.bastamag.net/Parcoursup-comment-les-portes-de-l-universite-vont-se-refermer-pour-les-bacs https://www.francetvinfo.fr/choix/tribune-une-selection-absurde-plus-de-400-enseignants-chercheurs-denoncent-la-reforme-de-l-acces-a-l-universite_2693044.html http://www.sociologuesdusuperieur.org/article/carte-de-france-des-universites-en-lutte LES MOTIONS VOTEES PAR LES ETHNOLOGUES ET ANTHROPOLOGUES (AU 30/04/2018) : AIX-MARSEILLE Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines 12 décembre 2017 L’Assemblée Générale des personnels et des étudiants, réunie le mardi 12 décembre à Schuman, demande aux instances d’AMU (conseils d’UFR, CAC, CA…) : – De mettre au début de l’ordre du jour des différents conseils la question du « plan étudiant »; – D’informer dans les plus brefs délais les personnels et les étudiants sur ce plan et ses conséquences au niveau local ; – De permettre les débats et la libre circulation de l’information et des opinions à travers l’ouverture d’une liste de diffusion non modérée ; – De se prononcer sur ce plan, conformément aux prérogatives qui sont les leurs et pour lesquelles leurs représentants ont été élus. L’Assemblée Générale et les organisations syndicales présentes se prononcent pour le retrait du « plan étudiant ». Adopté à l’unanimité, moins une abstention et un présent ne prenant pas part au vote. UNEF, CGT FERC-Sup, SNPREES-FO, SNESUP-FSU, SUD Éducation, et des membres du collectif DESIRS. AMIEN Université de Picardie Jules Verne. Motion du Département de Sociologie, Ethnologie, Démographie du 29 mars 2018. Le département de Sociologie, Ethnologie, Démographie de l’UFR SHS de l’Université de Picardie-Jules Verne, exprime son opposition de principe au dispositif ParcourSup et au classement des dossiers de candidature. Compte-tenu des décisions adoptées démocratiquement ce jour en réunion, le département décide que, pour ses formations, la commission d’examen des voeux prévue par la loi adoptera les critères d’examen suivants : a/ Le baccalauréat, qui vaut maîtrise des attendus nationaux. b/ La motivation des candidats, démontrée par leur inscription sur la formation sur Parcoursup 15 pour 2 contre 17 votes exprimés LILLE Institut de Sociologie et d’Anthropologie 29 janvier 2018 Nous, enseignants-chercheurs de l’ISA réunis en assemblée générale ce lundi 29 janvier 2018, tenons à manifester notre désaccord tant avec l’esprit de la réforme qui, sous des prétextes techniques, signe la fin de l’accès de plein droit à l’université pour tous les bacheliers, qu’avec la manière dont cette réforme est mise en œuvre. Nous affirmons que nous ne sélectionnerons pas les étudiants à l’entrée de la licence de sociologie et continuerons à considérer le baccalauréat comme le seul prérequis légitime pour l’inscription en première année à l’université. En conséquence, nous demandons que soient retirés du dispositif Parcoursup les attendus de type lettre de motivation, projet de formation, CV ou notes minimales. Enfin, dans le cadre de l’Université de Lille, il nous semblerait cohérent que ceci s’applique aussi pour l’entrée dans les autres formations en SHS. Nous appelons de nos vœux des discussions du même ordre dans les autres disciplines. Motion adoptée à l’unanimité des personnes présentes. » LYON Motion approuvée le 12 avril à l’unanimité des votants (25/32 inscrit.e.s), par les membres du département d’Anthropologie de l’Université Lyon 2 : « Les personnels du département d’anthropologie décident de s’opposer à la procédure Parcours Sup en vertu d’une université publique ouverte à tous (bacheliers, DAEU, validation des acquis de l’expérience), facteur d’intégration et de développement. Ils ne prendront pas part aux modalités de sélection que ce soit dans l’élaboration des critères de classement des candidats ou dans la participation aux commissions des portails 4-Territoire, Environnement, Histoire et Société, 9-Sciences Sociales, 10-Médias, Cultures, Sociétés. De plus, l’anthropologie n’étant pas enseignée dans le secondaire, la seule prise en compte des résultats d’un parcours au lycée ne peut laisser présager du devenir des étudiants, quels qu’ils soient, dans des études d’anthropologie. Ces personnels saluent la mobilisation étudiante et la volonté de voir rediscuté l’accès à l’université.» PARIS ILE DE FRANCE PARIS DIDEROT. DEPARTEMENT DES SCIENCES SOCIALES 23 FEVRIER 2018 La loi « orientation et réussite des étudiants » (ORE), sous prétexte de mettre fin aux problèmes posés par la plate-forme APB instaure une nouvelle forme de sélection à l’université. Elle supprime ainsi la qualité du baccalauréat comme premier grade universitaire et le droit à des bacheliers à s’inscrire dans la filière universitaire de leur choix. Chaque université devra classer les lycéens en fonction de critères locaux et qui ne seront pas plus lisibles que ceux d’APB, ce qui risque de renforcer les inégalités sociales et territoriales. Les « attendus » des différentes filières servent alors de critères de sélection mais vont également décourager de nombreux lycéens avant même leur possible inscription, d’autant plus qu’ils s’accompagnent au moment des formulations des vœux, de la rédaction de « projets de formation motivés », autrement dit de lettres de motivation. Cette sélection dissimule, ou répond sans le dire, aux problèmes posés par la faiblesse des capacités d’accueil, résultat de la décroissance des investissements nécessaires au bon fonctionnement des universités, alors qu’un amendement à la loi ORE propose de conditionner toute augmentation du nombre de places dans une filière aux taux de réussite et d’insertion professionnelle. A l’inverse, une formation dont les taux de réussite et d’insertion professionnelle sont faibles ou en diminution devrait connaître une réduction de ses capacités d’accueil. Avec la réforme du lycée et du baccalauréat qui autonomise les établissements et va créer des diplômes aux valeurs différentes, cette nouvelle forme de sélection va accentuer les inégalités scolaires, les stratégies de placement des élèves les plus à l’aise avec l’institution scolaire, et amener les autres à s’autocensurer, les rendant incapables de mettre en œuvre les bonnes stratégies. Dans les universités, les équipes pédagogiques et administratives sont censées inventer en quelques semaines des parcours de remise à niveau pour une partie des étudiants potentiellement sélectionnables. Nous souhaitons que des financements à hauteur des besoins soient mis à disposition pour les enseignements de licence, en particulier pour la première année afin de réduire l’échec et les décrochages des étudiant-e-s. Par ailleurs, le travail des enseignants va considérablement changer puisqu’une partie de nos tâches va désormais être dédiée à l’examen de dossiers, au classement et à la sélection de postulants à l’université. Face à cette réforme, nous réaffirmons : – le principe fondamental de libre accès à l’enseignement supérieur, avec le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire, garantissant l’accès de tous les bacheliers sur tout le territoire aux filières post bac et aux établissements de leur choix ; – le refus déterminé de la sélection instaurée par la loi ORE et de tout numerus clausus ; Nous nous prononçons donc contre la loi sur le premier cycle post bac et du « plan étudiants » qui l’accompagne. Nous suggérons à nos collègues des autres départements et des autres UFR de prendre position en ce sens ainsi qu’à se réunir au sein de la communauté universitaire pour débattre des conséquences d’une telle réforme et des façons d’y faire face. PARIS 8 HTTP://WWW2.UNIV-PARIS8.FR/SOCIOLOGIE/?P=8400 Le 18 janvier 2018, le département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8 a adopté la motion suivante : “Depuis le 14 décembre 2017, le département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8 est signataire de la pétition intitulée par l’ASES : « la sélection n’est pas la solution ». Nous contestons la légitimité d’une réforme qui n’a pas encore été soumise au Parlement, ce qui reviendrait à forcer la main des députés qui n’auraient plus qu’à valider des changements déjà mis en œuvre sans base légale. Qui plus est, nous considérons que le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiant-e-s tel qu’il a été présenté par le gouvernement creusera les inégalités entre étudiant-e-s et entre universités, tout en alourdissant les charges pesant sur les personnels administratifs et enseignants du secondaire et du supérieur. Nous soulignons par la même occasion le double discours du ministère qui, d’un côté, prétend en direction des futurs bacheliers et de leurs familles que les universités vont uniquement formuler des avis d’acceptation modulés, alors que de l’autre, il exige des universités de classer toutes les candidatures. Nous réaffirmons notre attachement au droit de toute personne titulaire d’un bac ou d’un diplôme équivalent à accéder à l’Université dans la filière de son choix et demandons à ce que des moyens importants soient mis en place pour accompagner ceux et celles qui en ont le plus besoin en première année et pour redonner de la décence à l’enseignement pour tous : en salles, enseignants, matériel. Nous n’opèrerons ni sélection ni classement des demandes des bacheliers souhaitant s’inscrire dans notre filière sur la base de critères quels qu’ils soient.” Suite à un vote à l’unanimité en Assemblée Générale le 15 mars 2018, conformément à sa motion du 18 janvier, dans laquelle le département de sociologie et d’anthropologie de l’université Paris 8 réaffirmait son attachement au droit de toute personne titulaire d’un bac ou d’un diplôme équivalent à accéder à l’Université dans la filière de son choix et demandait à ce que des moyens importants soient mis en place pour accompagner ceux et celles qui en ont le plus besoin en première année et pour redonner de la décence à l’enseignement pour tous (en salles, enseignants, matériel), et s’engageait donc à n’opérer ni sélection ni classement des demandes des bacheliers souhaitant s’inscrire dans sa filière sur la base de critères quels qu’ils soient ; et de façon à s’inscrire dans une mobilisation collective des départements de sociologie et d’anthropologie d’ile de France et de tous le pays qui refusent également de constituer ces commissions, le département de sociologie et d’anthropologie du Paris 8 refuse de mettre en place une commission d’examen des dossiers de candidature en licence, et soutient la décision des responsables de formation de ne pas y participer. Inspiré par des précédents dans d’autres universités, il appelle la présidence de l’université de Paris 8 à refuser également toute sélection et à obtenir du rectorat que tous les candidats puissent être classés premier ex æquo. Assemblée générale du département de sociologie & anthropologie, le 11 avril 2018: Lien vers le compte-rendu de l’assemblée générale du 11 avril 2018 (pdf) Pour s’informer, s’inscrire sur la liste : https://framalistes.org/sympa/info/infomobsociop8 (Introduction aux listes de diffusion : https://framalistes.org/sympa/help/introduction ) Un groupe Facebook a aussi été créé : sociologie-paris8 A été adoptée à l’unanimité la banalisation des cours et la mise en place des cours alternatifs à partir de vendredi 13 avril 2018, Une réunion a été programmée vendredi 13 matin à 10 heures pour y travailler et constituer le programme de la semaine prochaine (RV B134). Elle est ouverte à tous les étudiants et enseignants de sociologie et d’anthropologie. LABORATOIRE D’ETHNOLOGIE ET DE SOCIOLOGIE COMPARATIVE : Les membres du LESC, lors d’une réunion extraordinaire tenue le 13 avril 2018, souhaitent que la présidence de l’université Paris-Nanterre, à l’instar de celle de l’université de Lyon 2, « réaffirme le principe de libre accès à l’enseignement supérieur sans aucune forme de sélection », et accepte sans conditions toutes les candidatures dans les filières qui ne sont pas en tension. Pour les filières en tension, ils demandent qu’elle établisse un plan de concertation démocratique à l’échelle de l’université. Par ailleurs, ils s’inquiètent de la dégradation des conditions de travail des enseignants chercheurs et des conditions d’accueil des étudiants dans les formations de l’université. Par conséquent, ils lui demandent de peser de tout son poids pour l’obtention de moyens supplémentaires pour y remédier. Enfin, les membres du LESC appellent à la tenue urgente d’États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur à l’échelle nationale. A ce titre ils s’associent d’ores-et-déjà aux activités organisées par les étudiants et les enseignants mobilisés du département d’anthropologie, qui se tiendront dès la semaine prochaine sur le campus de l’université. Voté à l’unanimité absolue des présents. A compléter

Projection débat et AG de l’Afea – 11 juin 2018 – Paris – Ministère de la Culture

En éclairage du référendum sur la Nouvelle-Calédonie en novembre 2018, l’Afea vous convie à une projection débat du film  « Les Esprits du Koniambo – En terre Kanak », réalisé par J.-L. Comolli et co-écrit par A. Bensa, suivie d’une table ronde avec Alban Bensa, Isabelle Chave, Chantal Deltenre, Isabelle Merle et Gilles Raveneau. Cet évènement aura lieu le 11 juin 2018 dès 8h30, au Ministère de la Culture (Salle Rameau), au 182, rue Saint-Honoré, 75001 Paris (Métro Palais Royal/Musée du Louvre).

Cette rencontre sera suivie d’une assemblée générale ordinaire de l’Afea qui aura lieu l’après-midi.

Vous rêvez d’être administrateur d’une association internationalement reconnue ? Vous souhaitez vous investir bénévolement dans des activités de valorisation et de promotion de l’anthropologie ? Vous voulez participer à des créations de prix de thèse, prix de la production anthropologique, à la création d’une nouvelle revue papier, à la construction d’un annuaire anthropologique ? Vous souhaitez célébrer les 10 ans de l’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie, en vous impliquant dans l’organisation du Congrès 2019 sur les « Énergie(s) » à Aix-en-Provence ? Venez nous rejoindre dans une association jeune et dynamique, qui a vocation à représenter la discipline. Que vous soyez un individuel ou une association, l’AFEA a vocation à rassembler la communauté anthropologique dans son ensemble. L’AFEA a besoin de vous !!!

En effet, des sièges sont ouverts à candidature pour le collège A (individuel) et pour le collège B (associatif), candidatez !

Conformément aux statuts, pour voter à l’AG, les personnes peuvent uniquement être présentes ou représentées. Le vote par correspondance n’est pas autorisé. Les personnes désirant candidater à un poste d’administrateur peuvent le faire lors de l’AG, et s’ils sont absents et représentés, en envoyant une profession de foi. Seuls les membres à jour de leur cotisation sont autorisés à voter.

Vous trouverez ci-joint le programme de la journée, et les documents nécessaires à votre participation à l’AG : bulletin d’adhésion collège A et collège B, profession de foi, pouvoir en cas d‘impossibilité de présence, ordre du jour.

En raison de places limitées au Ministère de la Culture et pour des raisons de logistique, merci de bien vouloir confirmer votre présence à l’adresse secretariat.afea@gmail.com, au plus tard le 25 mai 2018. Possibilité de restauration sur place sur réservation, à 10 Euros maximum le repas. 

ProgrammeProjection-Débat Afea 11 juin 2018

PouvoirAG – 11 juin 2018

Ordre du jour – 11 juin 2018

AFEA_Bulletin_adhesion_association_2018

AFEA_Bulletin_adhesion_individuelle_2018

Appels signés et appel aux membres de l’AFEA

Chères et chers collègues, L’AFEA vient de prendre position en faveur de deux appels. D’une part, celui des universités de 7 pays européens qui ont lancé un appel qui comprend plusieurs recommandations, et notamment celle de dédier 10% du budget recherche aux SHS : https://www.ugent.be/en/research/position-papers/ssh-call.htm. La Commission Européenne répond en effet au lobbying ou à une demande formulée par un grand nombre d’acteurs. D’autre part, elle s’est associée à la démarche de l’association française de sociologie et de l’association internationale des sociologues de langue française qui soutiennent le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Nous en reproduisons le communiqué ci-dessous et invitons nos membres à soutenir cette initiative, ainsi que l’appel des universités européennes : « Le Bureau de l’AISLF, en vertu des principes de liberté académique, d’une part, et de ceux d’intégrité scientifique et de probité intellectuelle, d’autre part, condamne fermement le poursuite pour diffamation dont est l’objet notre collègue et membre Jean-Claude Kaufmann, qui n’a fait que rappeler l’exigence de validation par les pairs de la science en dénonçant « l’arnaque » que constituaient des usages péremptoires de « vérités sociologiques » dans certaines émissions de téléréalités. L’AISLF s’associe à la pétition de l’Association française de sociologie (AFS) et invite tous ses membres à la signer, en rappelant les risques que la judiciarisation des controverses peut faire encourir à l’autonomie intellectuelle et professionnelle nécessaire à leur activité scientifique. » http://www.marchepourlessciences.fr/a-propos/soutien-a-jc-kaufmann/ https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/defendons-la-sociologie

sans-titre-300x213.jpg

Réunion de bureau – 9 janvier 2018 – Grasse

Le bureau de l’Afea s’est tenu à Grasse, sur invitation du Musée international de la parfumerie @MIPGrasse Un lieu magnifique et une belle rencontre ! sans-titre-300x213.jpg mip-e1516097295198-225x300.jpg

Marche pour la science, 22 avril 2017

http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ https://www.facebook.com/ScienceMarchFR/ A J-3, la mobilisation s’amplifie autour de la Marche pour les Sciences, un mouvement non partisan et sans lien avec aucun parti politique. Vous suivez de plus en plus la Marche sur les réseaux sociaux et vous avez été plus de 10000 à consulter le site web ces dernières 24 heures. L’afflux de soutiens de tout types continue. Cette semaine, nous ont par exemple rejoint l’Académie des Sciences, France Nature Environnement, Tara Expéditions, des unions de professeurs du secondaire et de prépas, le CNES, et l’intersyndicale de l’ESR pour ne citer que quelques uns des nouveaux soutiens. Les conférences de presse ont été bien suivies, de bons articles sortent dans les journaux nationaux et régionaux et le mouvement est couvert par les radios et télés. Samedi, ce sera à VOUS de faire entendre votre voix dans au moins 24 villes, grandes et petites, en métropole mais aussi à Saint Denis de la Réunion et Nouméa. Alors, parce que votre mobilisation fera la différence, on en remet une couche sous forme d’un petit Q&A, et ON COMPTE SUR VOUS! Pourquoi marcher? Pour défendre la place dans notre société de la démarche scientifique fondée sur la collecte et l’analyse critique de faits! Pour demander que les sciences – toutes les sciences – soient mieux comprises, partagées et débattues avec les citoyens! Quelle est l’ambition de la Marche? Refonder les relations entre scientifiques, citoyens et politiques, actuellement marquées par de profondes incompréhensions mutuelles. Il faut rapprocher ces mondes, et reconnaître les efforts en ce sens dans les carrières des scientifiques de tous statuts et niveaux. Ce but ambitieux explique que nos plus de 200 soutiens viennent de tous les domaines de la société: associations citoyennes et de défense de l’environnement, grands établissements de recherche et d’enseignement supérieur, associations de médiation scientifiques, associations de professeurs de sciences, sociétés savantes, syndicats et associations de défense de l’ESR…. Chacun a sa place et son rôle. Le mouvement s’arrêtera-t-il le 22 avril au soir? Non! La marche n’est qu’un début et c’est pour donner du poids aux prochaines étapes qu’il nous faut être très nombreux le samedi 22, jour de la Terre et veille du premier tour. La prochaine étape est la rédaction au cours des prochains mois, avec l’ensemble des soutiens, d’un recueil d’une trentaine de propositions sur les 4 grands buts de la Marche. Une consultation populaire sera alors lancée sur la base de ces propositions. Nous voulons montrer qu’il existe un vaste consensus de tous les acteurs autour des buts de la Marche, et que les politiques de tous bords ne peuvent l’ignorer. Est-ce que cela va améliorer la situation dans les laboratoires? La Marche propose de rompre avec l’image trop répandue que les sciences valent surtout par leurs applications immédiates et par l’innovation. Leur rejet par Trump met en lumière le rôle démocratique de lanceurs d’alerte des scientifiques, à condition que leur travail soit indépendant de l’influence des lobbies et leurs recherches libres et tournée vers la compréhension du monde qui nous entoure. Pour cela, il faut que les organismes de recherche et les universités aient les moyens de conduire une politique scientifique indépendante et ambitieuse. Cet investissement a un coût qui doit être acceptée par la société… Des propositions iront dans ce sens, et aussi dans le sens de la réforme des procédures de désignation des présidents d’établissements, mais aussi des conseillers et responsables scientifiques au sein des ministères et agences. Est-ce que cela va améliorer la situation des jeunes scientifiques? Les dernières années ont vu un accroissement inquiétant de la précarité dans les laboratoires publics. Au point que le nombre d’inscriptions en doctorat chute alors même que le nombre d’étudiants augmente. Or le XXIème siècle a besoin de scientifiques! La Marche proposera des mesures pour améliorer les perspectives d’emploi des jeunes à la fois dans le monde académique (l’augmentation durable du nombre d’étudiants ne peut se faire à effectifs titulaires constants…), et hors de ce monde via une meilleure reconnaissance du doctorat. Les étudiant-e-s des premiers cycles doivent-ils/elles se sentir concerné-e-s? Oui! l’augmentation du nombre d’étudiants ne peut se faire sans une réflexion profonde sur le mode de financement des universités. La Marche pour les Sciences initiera cette réflexion, en se penchant notamment sur les inégalités de traitement et de chances de réusste en fonction du type d’établissement considéré. C’est tout? Non, les propositions de la Marche couvriront aussi la médiation scientifique et les sciences participatives, l’enseignement des sciences du primaire au lycée, et les moyens d’améliorer la culture scientifique des élus en particulier au Parlement. N’est ce pas trop ambitieux? Non! car de nombreux textes et documents existent déjà mais manquent de visibilité du fait de leur dispersion. Ces documents serviront de base pour les propositions établies en partenariat avec les soutiens de la Marche. Nous ne développeront de textes nouveaux que pour les thèmes non précédemment couverts. Pourquoi la Marche pour les Sciences sera-t-elle entendue? Parce que vous serez nombreux, scientifiques et citoyen-ne-s, à descendre dans les rues pour le grand rendez vous du 22 avril. Parce que le niveau de soutien institutionnel et associatif à la Marche pour les Sciences est historique par le nombre, le prestige et la diversité des soutiens. Parce que les propositions seront soumises à une consultation populaire à l’automne. Mais pour que tout cela soit possible, ne ratons pas la première étape: SAMEDI 22 AVRIL, JOUR DE LA TERRE, DANS TOUTE LA FRANCE, MARCHONS. Retrouvez l’info sur toutes les marches organisées: http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/ Et puis si vous voulez regarder (et partager) une petite vidéo bien faite sur la Marche pour les sciences, regardez donc celle d’Alice aux pays des étoiles: https://www.youtube.com/watch?v=FXLa-UZuGhY

adherer.gif

Bulletins d’adhésion 2017

Votre adhésion est importante, nécessaire à la vie de l’association des ethnologues et des anthropologues et aussi à la défense de notre discipline ! adherer.gif

Contacter les membres du bureau de l’AFEA

Pour contacter le nouveau bureau, vous pouvez vous adresser aux personnes suivantes : – Pour contacter la présidente : écrire à Ghislaine Gallenga : presidence.afea@gmail.com – Pour contacter le secrétariat : écrire à Chantal Deltenre (secrétaire) ou à Pierrine Didier (secrétaire adjointe) : secretariat.afea@gmail.com – Pour contacter la trésorerie, notamment pour les questions relatives aux adhésions : écrire à Chloé Rosati-Marzetti (trésorière adjointe) : afea.tresorerie@gmail.com

Nouveau bureau de l’AFEA

L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie, dont le bureau vient d’être renouvelé prépare une refonte de son fonctionnement. Le 17 décembre le Comité d’Administration s’est réuni et a élu un nouveau bureau. Ghislaine Gallenga est la nouvelle présidente. Chantal Deltenre est secrétaire et Pierrine Didier vice-secrétaire, Delphine Burguet est tésorière et Chloé Rosati-Marzetti vice-trésorière. Diverses commissions ont été créées afin de mener à bien les nouveaux projets de l’association. Au menu, une revue papier en complément de la nouvelle revue électronique Lectures Anthropologiques, un prix de thèse, un prix de l’écrit anthropologique, un nouveau site Web, une lettre bimensuelle d’information, des commissions de travail, des réseaux et thématiques de recherche, et toujours un grand congrès d’anthropologie. Le prochain aura lieu en 2019 à Aix-en-Provence. Amis ethnologues et anthropologues, venez rejoindre cette association, à titre individuel ou associatif. L’objectif de l’AFEA est de fédérer et de promouvoir la discipline dans toutes ses composantes. Adhérez, faites adhérer autour de vous et rejoignez-nous lors de l’assemblée générale le 24 avril afin de compléter le Conseil d’Administration dont quelques sièges sont vacants. Son dynamisme dépend de vous !

Edito – Journées anthropologiques de l’AFEA

Les journées anthropologiques de l’AFEA « Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts »

Dans l’idée de fédérer la recherche en anthropologie, l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) s’est donnée pour objectif de mettre en place des rencontres annuelles : Les journées anthropologiques de l’AFEA. Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts. Cette démarche vise à permettre aux anthropologues et ethnologues de s’impliquer dans la poursuite d’objectifs communs. Ces journées soutiennent des projets de rencontres scientifiques portés avec des associations partenaires. Le première de ces journées a eu lieu le 22 mars 2016 au Musée de l’Homme (Paris) en partenariat avec la Société d’Ethnologie Française (SEF), association adhérente. Cette rencontre a réunie des chercheurs autour de la question de l’ethnologie chez soi et des méthodes ethnographiques du proche. La deuxième journée qui aura lieu le 11 octobre 2016 à la Fondation Mayer (Paris) réunira des intervenants autour du thème des migrations suivant deux axes : Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS), Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – MCF, EXPERICE, Université Paris 8). Cette deuxième journée sera couplée à un forum des associations afin de présenter les différentes associations françaises d’anthropologie et d’ethnologie. Une troisième journée est prévue au premier semestre 2017 en partenariat avec l’association AMADES, association adhérente autour du thème des terrains ethnologiques de la santé. Le programme de la première Journée anthropologique de l’AFEA est disponible sur le site de l’association (http://asso-afea.fr/). Le programme de la deuxième journée suivra prochainement.