Archives de catégorie : L’AFEA

Déclaration du Conseil Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS à propos de l’enquête sur «l’islamo-gauchisme» (18 février 2021)

 
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université
Le Conseil Scientifique de l’InSHS tient à faire valoir ses très vives inquiétudes auprès de la direction de l’InSHS et, plus globalement, du CNRS après les propos déplacés de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université, qu’elle souhaitait initialement confier au CNRS puis désormais à l’Alliance
 

Continuer la lecture

Assemblée Générale et atelier de l’AFEA ! 23 janvier 2021 9h30-12h30

Pour participer  :
https://zoom.us/j/97201265453?pwd=QnYvYjNYSVA1S2tKU1FsMmtrelFEQT09
ID de réunion : 972 0126 5453
Code secret : 6PRnXk

Participation ouverte uniquement aux membres. Adhésion jusqu’à 8h30, sur la plateforme HelloAsso à ce lien : https://bit.ly/2KQvyKn

_________________________

Assemblée générale (9h30 à 11h). Ordre du jour

  • Bilan moral et financier
  • Présentation et discussion sur le fonctionnement et les chantiers en cours de l’association
  • Commissions séminaire itinérant, adhérent, métier, communication, annuaire
  • Prises de position, Commissions INSHS 
  • Congrès, Prix de thèse Tillion-Rivière
  •  Présentation des candidatures au CA : individus (A) et associations (B)
  • Elections (collège A et B)

Atelier Notre métier en temps de criseS (11h15-12h30)

 Afin de réfléchir avec vous sur la thématique du prochain congrès qui se déroulerait au printemps 2022 et qui porterait sur le thème de l’anthropologie et des crises, nous ferons un premier atelier sur les modifications d’exercice de votre métier engendrées par les crises (sanitaire + terroriste) depuis le 15 mars 2020.Présentation introductive d’EthnoArt sur les attentes et demandes de ses publics en lien avec la peur des attentats et de la radicalisation qui, bien que déjà présentes, se sont accentuées ces dernières semaines :

  • retours des enseignants avec lesquels nous travaillons et des professionnels dans les formations
  • séances en classes et retours des élèves (atelier post-attentat + PRE )
  • questions posées et problèmes amenés lors des formations sur les pratiques religieuses et la laïcité
  • demandes de formations spécifiques
  • Notre méthode de travail face à ces questions, nos adaptations mais également les questions que cela nous amène à nous poser.

Si d’autres veulent prendre la parole n’hésitez pas à nous contacter ou à simplement assister à l’atelier.

 

AFEA-Rapport-financier-2020 AFEA-Rapport-dactivite-2020

Communiqué de la section 20 du Conseil National des Universités

Communiqué

La section 20 (anthropologie ; anthropologie biologique ; préhistoire) du Conseil National des Universités réunie le 13 novembre 2020

Se joint au communiqué déjà publié par la section 01 du CNU

Dénonce tant le fond du projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 (LPR) que la méthode suivie lors de son adoption.

Sur le fond, les mesures adoptées par la Commission mixte paritaire le 9 novembre 2020 dégradent le statut national des enseignants-chercheurs et fragilisent leur

Continuer la lecture

Journées « écrans noirs »

A la suite d’un Appel de juristes, relayé par Facs et Labos en Lutte, RogueESR, Sauvons l’Université et Université Ouverte, l’AFEA soutient l’action de Journées « écrans noirs ».

A titre de rappel, Université Ouverte, signale qu’un préavis de grève a été déposé pour tout le mois de novembre par la CGT FercSup, le SNESUP et Sud-Solidaires Fonction publique. La presse commence à relayer les écrans noirs, dans Ouest-France, dans le HuffPost, dans Le Monde, entre autres pour l’instant.

Par ailleurs, l’AFEA relaie l’initiative d’étudiantes et étudiants anti-LPR qui rejoignent l’opération « Ecran noir » : https://www.instagram.com/p/CHi1qVLpRkQ/?igshid=bclgaykaqmms

Un rassemblement est prévu devant la Sorbonne, le mardi 17 novembre à 15h, il a été dûment déposé en Préfecture. Les gestes barrières seront bien évidemment respectés. Pour vous y rendre en toute tranquillité, vous pouvez télécharger et compléter l’attestation ci-dessous :

 
 

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah libérée temporairement – le soutien continu :

Communiqué du comité de soutien :  Fariba sort d’Evin pour être assignée à résidence, 03/10/2020 ! 

Le site du comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Le jeudi 15 octobre, est organisé au CERI, 56 rue Jacob, à 13h30 « un rassemblement masqué et distancié destiné à lui redire notre soutien, et,

à 14h30, pour le séminaire « Fariba Adelkhah: sociologie et anthropologie sociale du politique. Penser en pensant à elle » ( pour lequel il faut vous inscrire; https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr?event=2125 en présentiel pour ceux qui le peuvent, et en visio pour ceux qui ne pourraient être présents).

Venez nombreux pour bien signifier que ni la pandémie ni l’été ni son assignation à résidence ne nous la font oublier ».

Dans la presse

Article France TV info 3 octobre 2020 : Le comité de soutien à Fariba Adelkhah salue sa libération temporaire pour raison médicale, mais réclame une libération « inconditionnelle« 

Article du journal Libération – 3 octobre 2020  La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah libérée

Radio France internationale -3 octobre 2020  Iran: la chercheuse Fariba Adelkhah a été libérée temporairement

LE Figaro -3 octobre 2020   Iran : la Franco-iranienne Fariba Adelkhah libérée, avec un bracelet électronique

 

 

 

Sur la Loi de programmation de la recherche (LPPR puis LPR)

Ce billet rassemble les différentes sources, analyses, débats, motions, concernant la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Saisine du Conseil constitutionnel (27 et 30 novembre 2020).
Voir ReponseConseilConstitutionnel Voir le site du Sénat,

550 anthropologues et ethnologues signataires de Lettre de l’AFEA contre la LPR https://afea.hypotheses.org/5769

Synthèse : textes et analyses

Continuer la lecture

Lettre de 25 sociétés savantes à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

La lettre envoyée le 5 juin suite à l’annonce de la Ministrre aborde 4 sujets  après avoir pris acte de l’importance de la recherche :

  • Budget pour la prolongation des contrats,
  • Equilibre entre la recherche de base au long cours,
  • Une augmentation du budget de l’ANR n’aura aucun effet sur les trois problèmes essentiels dont souffrent les laboratoires aujourd’hui
  • diminuer le temps beaucoup trop important passé aujourd’hui par les chercheuses et les chercheurs pour le montage, la gestion ou l’évaluation de projets à court terme au lieu de se consacrer à la recherche proprement dite.

Continuer la lecture

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

https://faribaroland.hypotheses.org/8169


Nous sommes confinés depuis à peine plus de 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre
de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis plus de 300 jours en
Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche
de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le
gouvernement à tout mettre en oeuvre pour sa libération.

Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation concernant les conséquences de la crise Covid19 sur les personnels et laboratoires de la recherche publique (30 mars 2020)

26 sociétés savantes, couvrant les domaines de la biologie, de la physique, des mathématiques, de l’informatique et des sciences humaines et sociales ont adressé le 30 mars 2020 une lettre ouverte à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation.

Cette lettre porte sur les mesures nécessaires pour atténuer l’impact de la fermeture des laboratoires de Recherche publics sur la situation des personnels de recherche et d’enseignement supérieur les plus fragiles et sur l’impact du confinement sur l’avancée des projets de recherche. Elle affirme la nécessité de réponses nationales à l’impact de la nécessaire prolongation du confinement sur les travaux de recherche dans de nombreuses disciplines.

Covid-19: Impact de la fermeture des laboratoires de recherche publics sur les personnels les plus fragiles et sur l’avancée des projets.

Madame la Ministre, 

Continuer la lecture

Motion CNRS Section 38 Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en 2020

Motion. Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en
2020
Page 1 / 2
La section 38 du Comité national de la recherche scientifique exprime ses très vives inquiétudes concernant l’organisation du concours 2020 pour accéder au corps de directeur et directrice de recherche.
En tant que jury d’admissibilité des concours de CRCN et de DR, la section s’inquiète des recommandations officieuses de la direction du CNRS. Leur mise en oeuvre menace l’équité entre les candidat.e.s, l’intégrité juridique du concours et remet en cause l’autonomie et la souveraineté des jurys.
Le concours DR est ouvert statutairement aux candidat.e.s remplissant les conditions d’admissibilité (internes et externes). Or, depuis des années, le jury d’admission évince quasi-systématiquement les collègues non CNRS des classements établis par les jurys d’admissibilité pour ne pas avoir à créer de postes. Aujourd’hui, au contraire, les recommandations officieuses de la direction enjoignent chaque section à sélectionner et classer des candidats DR identifiés comme des « stars internationales ». Ainsi Antoine Petit explique :

Continuer la lecture

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

— Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie Biologique —

contre le futur projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR)

 

La 20e section du CNU, réunie en session plénière le 6 février 2020 rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation de la diversité et de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle souhaite, elle aussi, exprimer sa défiance quant au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et soutenir la motion déjà votée à l’unanimité par la CP-CNU (Commission Permanente du Conseil National des Universités) le 7 janvier 2020.

Les projets de réforme actuels (LPPR, réforme des retraites) et les réformes déjà mises en œuvre (Parcours Sup, réforme du bac) remettent profondément en cause le fonctionnement, voire les missions du service public, en particulier de l’enseignement supérieur et de la recherche, impliquant une précarisation toujours plus grande de ses personnels pendant et après la vie professionnelle. Ce phénomène général frappera de manière encore plus sensible les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants relevant de la 20e section du CNU, dont les disciplines ne sont pas enseignées dans le secondaire et dont les carrières sont marquées par des études longues suivies de périodes de précarité parfois inscrites dans une durée encore plus grande. Ces réformes entrent ici en opposition avec les conclusions et préconisations du rapport d’experts sur les « disciplines rares » remis à Madame la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le 16 décembre 2014 : « il est donc important de veiller à ce que des savoirs ne disparaissent pas sous les seuls effets de contraintes budgétaires ou une mauvaise appréciation locale de la situation nationale » (Blaise et al., 2014).

L’assemblée exprime son opposition résolue à plusieurs propositions contenues dans les rapports préalables au projet de LPPR. Cette politique ne peut que conduire à terme à la disparition d’une science ouverte, de qualité, indépendante et élaborée sur le long terme. Elle participe également à une baisse de l’attractivité des carrières scientifiques et à l’appauvrissement des savoirs et de leur transmission.

La 20e section estime que l’enseignement supérieur et la recherche doivent bénéficier impérativement, et de manière urgente, d’une politique générale d’amélioration de ses conditions de travail qui ne rompt pas le lien entre enseignement et recherche, renforce ses emplois statutaires permanents (afin de favoriser l’entrée dans le métier des jeunes docteurs) et augmente les budgets pérennes des laboratoires (pour garantir la qualité et l’indépendance de la recherche vis-à-vis de toute logique industrielle et marchande).

La 20e section réclame que la CP-CNU soit immédiatement associée à la réflexion sur la future LPPR. Elle appelle également l’ensemble des collègues de nos universités à la plus grande vigilance et à la mobilisation face à ce projet.

La 20e section du CNU est pleinement solidaire du mouvement social engagé par de nombreux laboratoires, institutions universitaires et revues scientifiques et souhaite y contribuer.

Les membres de la 20e section du CNU s’associent ainsi au texte adopté par les membres démissionnaires des comités de visite HCERES et demandent au président de la 20e section de ne pas mandater de représentant du CNU dans ces conditions et pour lesdits comités.

Motions des laboratoires de recherche et des MSH

Nous rassemblons ici les motions, analyses, propositions relatives à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche des laboratoires accueillant des anthropologues :

IMAf, URMIS, Centre Norbert Elias, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), UMR Chine, Corée, Japon, Laboratoire Mondes américains, LAM, MSH Mondes, Urmis, Habiter le monde, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, CESSMA, LESC,… (liste non exhaustive) ainsi que l’Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

Continuer la lecture

Des retraites pour tous ? Cycle de débats sur la réforme des retraites. EHESS

https://www.ehess.fr/fr/d%C3%A9bat/retraites-pour-tous

Depuis le début du mois de décembre 2019, la France connaît un fort mouvement social en opposition à la réforme des retraites dévoilée par le gouvernement. Au-delà d’une lecture strictement comptable de ce droit social fondamental, cette mobilisation questionne la solidarité entre les générations, les transformations du capitalisme, l’activité professionnelle, les vulnérabilités sociales et médicales, les inégalités ou encore les enjeux démographiques. L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), soucieuse d’enrichir la réflexion sur les grands sujets de société, propose, en partenariat avec l’Ined, un cycle de conférences inédit avec des chercheur·es de différentes disciplines, des journalistes et des représentant·es de la société civile autour de cinq débats dès le 20 janvier 2020, sur le Campus Condorcet (Aubervilliers), à Paris et à Marseille.

Ces débats sont ouverts à toutes et tous, sur inscription et interprétés en langue des signes (LSF). Interprétation en langue des signes française
Ils seront également retransmis en direct sur le site de l’EHESS et à suivre sur les réseaux sociaux de l’École.

Revues en grève

Sommaire :

Revue Anthropologie & développement et bureau de l’APAD
Revue Emulations
Revue Mondes Communs
L’association française des anthropologues
CommuniquéComité de rédaction de Zilsel
Dix revues en grève illimitée (France culture)

 

Motion du Bureau de l’APAD et du Comité éditorial de la revue Anthropologie & développement

 

Association internationale rassemblant des chercheurs du « Nord » et des « Suds », l’association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) est particulièrement préoccupée par les premières orientations esquissées pour la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

 

Les recherches menées par les membres de l’APAD sur l’action publique dans les pays soumis à l’ajustement structurel et aux réformes néolibérales attestent des effets désastreux de la course aux financements, de la précarisation systématique des contrats et de la compétition généralisée. Ces effets pèsent en particulier sur la qualité de l’enseignement et de la recherche menée dans les institutions du Sud.

 

En France, alors que l’enseignement supérieur et la recherche sont confrontés depuis de nombreuses années déjà à des restrictions budgétaires affectant leurs personnels et leurs conditions de travail, certaines dispositions de la LPPR poussent plus loin la logique inégalitaire et managériale qui sape déjà les principes d’une recherche libre et indépendante et d’une Université ouverte à toutes et tous.

 

Nous dénonçons ainsi collectivement les principes de base de la réforme en préparation, en solidarité avec nos collègues français, et nous appelons à une réforme de fond, renforçant une recherche publique indépendante et de qualité, respectueuse du travail de tous et toutes.

 

 

Statement by the APAD bureau and the editorial board of its journal Anthropologie & développement

As an international association bringing together researchers from the « North » and the « South », the Association for Anthropology of Social Change and Development (APAD) is particularly concerned with the proposed reform of the university sector in France, the Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LLPR).

Research conducted by APAD members on public policies in countries subjected to Structural Adjustment or neoliberal reforms, attests to the disastrous consequences of the race for funding, the systematic casualisation of contracts and generalised competition. These effects particularly affect the quality of teaching and research conducted in institutions in the South.

In France, while higher education and research have for many years now been confronted with budgetary restrictions affecting their staff and working conditions, aspects of the proposed LPPR push even further inegalitarian and managerial logics that already undermines the principles of free and independent research and a University open to all.

We, therefore, collectively denounce the principles underpinning the proposed reform in solidarity with our French colleagues and we call for a sound reform, strengthening independent and quality public research, respectful of the work of all.

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020

LE JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES EN GRÈVE – 2020
Le Journal des anthropologues se joint au mouvement de  protestation en cours contre le projet de réforme des retraites et contre les réformes prévues pour l’Enseignement supérieur et la recherche. Le journal dénonce la remise en cause de notre système de protection sociale, la destruction de l’ensemble de nos services publics, la marchandisation de la connaissance et la précarisation des producteurs et productrices de savoir. Nous nous engageons et appelons à soutenir toutes les actions locales et manifestations nationales, à participer aux assemblées générales interprofessionnelles et  à celles du mouvement des « Facs et labos en lutte », à débattre de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche, à contribuer aux caisses de grève, pour intensifier et élargir la mobilisation, à travailler avec les camarades des autres revues (GenèsesSociétés contemporainesActes de la recherche en sciences sociales, Nouvelle revue du travailetc.)  en vue d’interventions communes.

 

Continuer la lecture