Archives de catégorie : Formations, financements, emplois

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités, départements, écoles doctorales

 

ENS Lyon département des sciences sociales
INSPE de Paris Département de sciences humaines et sociales – philosophie de 
Précaires ESR,
facs et labos en lutte,  Motions de l’AG de coordination des 
Paris 8n département de sociologie et anthropologie
2cole doctorale ED 540,
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (PSL) Continuer la lecture

Motions des laboratoires de recherche et des MSH

Nous rassemblons ici les motions, analyses, propositions relatives à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche des laboratoires accueillant des anthropologues :

IMAf, URMIS, Centre Norbert Elias, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), UMR Chine, Corée, Japon, Laboratoire Mondes américains, LAM, MSH Mondes, Urmis, Habiter le monde, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales et des départements de sociologie de Metz et Nancy, CESSMA, LESC,… (liste non exhaustive) ainsi que l’Appel à signature des Directions de laboratoire de recherche

Continuer la lecture

Bourse Eugène Fleischmann 2020 : Appel à candidatures

La Société d’ethnologie offre chaque année une « Bourse Eugène Fleischmann » destinée à soutenir un doctorant en fin de thèse ou un jeune docteur* pour mener à bien une recherche post-doctorale originale et innovante qui soit réalisable en une année. Les disciplines concernées sont l’épistémologie, l’ethnologie, la sociologie comparative, l’ethnomusicologie et l’ethnologie préhistorique.

Le montant de la dotation est de huit mille euros.

Les candidats doivent adresser au secrétariat de la Société d’ethnologie un dossier comprenant un curriculum vitæ (incluant une liste des publications), le formulaire d’inscription, le projet de recherche post-dostorale pour lequel la bourse est sollicitée (incluant le délai d’exécution et l’utilité financière de la subvention), une sélection des publications antérieures (deux articles maximum) et, le cas échéant, le rapport de soutenance. L’ensemble du dossier doit être envoyé, au format pdf impérativement (8 mo maximum), à : bourse.fleischmann@societe-ethnologie.fr

Aucune condition de nationalité ou d’âge n’est exigée. Les candidats doivent toutefois avoir rédigé leurs travaux dans une langue européenne de grande diffusion.

Un jury européen pluridisciplinaire constitué de cinq membres délibérera au cours du deuxième trimestre de l’année ; il pourra faire appel à des experts extérieurs et se réserve la possibilité de susciter un entretien avec certains candidats. Après les délibérations, le Conseil de la Société d’ethnologie désignera le bénéficiaire de la bourse.

Date limite d’envoi des dossiers : 26 mars 2020 à midi

* Sont admis à soumettre leur candidature pour l’année 2020 les docteurs ayant soutenu après le 1er janvier 2018 ainsi que les doctorants comptant soutenir en 2020.

Séminaire – Mobilisation : se tenir informé des textes qui orientent la recherche (exemple à suivre…)

Membres du CREM, du LESC et d’autres laboratoires, étudiants et habitués du séminaire : nous vous convions tous à cette séance d’information et de débat sur la future loi de programmation de la recherche (LPPR)

Le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur a pris récemment connaissance des trois rapports commandés par le ministère afin de préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ces rapports, sans jamais adresser de manière critique le bilan de dix années de LRU (insuffisance des financements, perte de postes au CNRS et à l’université, etc…), dessinent un futur encore plus inquiétant : baisse drastique des recrutements de titulaires au profit de contrats dits « de projets » et de chaires d’excellences (modèle du « tenure track »), précarisation généralisée et refonte drastique du statut des chercheurs et des enseignants-chercheurs, hiérarchisation des universités et des équipes, renforcement d’une vision managériale de la recherche, concentration des financements, etc…
et l’analyse qu’en fait le collectif Sauvons l’Université ici: http://sauvonsluniversite.com/spip.php?article8594)

Dans ces conditions et en accord avec Camille Devineau, intervenante initialement prévue au séminaire du 20 janvier, il a nous semblé essentiel de prendre le temps de nous informer, d’échanger et de définir collectivement la vision que nous souhaitons défendre de la recherche et plus spécifiquement de nos disciplines. Des laboratoires, des sociétés savantes, des revues et des listes de diffusion se sont mis en grève et appellent à la mobilisation (voir pour une liste actualisée : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8591). Le séminaire du CREM, en suspendant son activité ordinaire et en appelant à cette séance exceptionnelle, s’inscrit dans cette mobilisation. Nous espérons donc vous y retrouver nombreux !

Katell Morand et Camille Devineau
Pour l’équipe du CREM
 
PS : la séance consacrée aux travaux de Camille est reportée au 9 mars (nous vous reconfirmerons le calendrier) 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) – Ce à quoi il faut s’attendre (Sauvons la Recherche)

 
 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Ce à quoi il faut s’attendre

Toujours plus d’évaluation, toujours plus de financement sur projets, toujours plus de hiérarchisation et de différenciation, et pour cela la possibilité d’imposer plus de 192h annuelles aux enseignants-chercheurs et la fin du paiement des heures supplémentaires, telles sont les propositions centrales formulées dans les 3 rapports officiellement commandés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (la LPPR). Voici une présentation par SLU de ces 3 rapports qui font froid dans le dos quand on sait ce qu’est déjà devenu notre métier.

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ». Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019.

Les déclarations réitérées du PDG du CNRS ont fait largement réagir la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Elles ne sauraient passer pour de simples provocations. Le darwinisme social et l’inégalité qui y sont revendiqués sans fard sont au cœur des trois rapports remis le 23 septembre 2019 à la Ministre de l’ESR en vue de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Continuer la lecture

 Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? François-Xavier Fauvelle (Collège de France)

Texte intégral : ci-dessous et et en pièce jointe.

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? »

François-Xavier Fauvelle, historien et archéologue spécialiste de l’Afrique, professeur au Collège de France titulaire de la chaire « Histoire et Archéologie des mondes africains »

L’historien interpelle, dans une tribune au « Monde », Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, après le plaidoyer de celui-ci en faveur d’une recherche plus compétitive. Ce n’est pas, estime le professeur au Collège de France, ce qui améliorera les performances, mais ce qui les entrave aujourd’hui et pourrait les détruire demain.

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Les propos d’Antoine Petit ne sont ni tout à fait neufs ni surtout de nature à améliorer le système français de recherche. Ils s’inscrivent dans une histoire déjà longue de gouvernance managériale du milieu académique, appliquée par tous les gouvernements successifs depuis deux décennies et dont M. Petit est aujourd’hui l’instrument. Le mot d’ordre de cette gouvernance est : soyez plus « compétitifs ». Les moyens pour y parvenir sont la précarisation, l’évaluation, et à présent la sélection darwinienne.

Un supposé « modèle américain » caricaturé

Continuer la lecture

Bourse de terrain Bretagne : doctorants – postdoctorants

L’Association Bretagne Culture Diversité souhaite soutenir des doctorants ou futurs doctorants dont les travaux portent sur la Bretagne. Pour cela, une bourse pouvant s’élever à 5 000€ par an et par personne pour une durée maximale de trois ans est attribuée. 
 
Vous trouverez plus d’éléments quant à la procédure de candidature en cliquant sur ce lien. Les dossiers sont à renvoyer pour le 28 janvier 2020.
 
Je me tiens bien entendu à votre entière disposition pour de plus amples renseignements.
 
Erwan LE GALL
 
legallerwan@ymail.com

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.

Journée montage de projet du Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/Sida (RJCSSVIH) 24 janvier 2020

Journée montage de projet du Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/Sida (RJCSSVIH)

Comme chaque année, le Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences sociales sur le VIH/Sida, propose aux futur-e-s doctorant-e-s, doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et professionnel-le-s de venir échanger à propos des diverses modalités de financement de la recherche. 

La découverte du monde de la recherche est une plongée vers l’inconnu, parfois source d’inquiétude pour les futur-e-s doctorant-e-s et/ou futur-e-s chercheur-se-s. La recherche des financements apparaît comme un passage obligé, plus ou moins long, plus ou moins complexe, ouvrant la porte à la conduite d’une thèse ou d’un projet de recherche dans de bonnes dispositions. Encore faut-il en avoir les codes. 

Il s’agit de sensibiliser les jeunes chercheur-se-s en sciences sociales au financement de la recherche par projet qui prend une place de plus en plus importante et nécessite bien souvent une spécialisation du docteur dans la recherche de financement. Celle-ci suppose une connaissance des organismes qui financent la recherche ainsi que leurs attentes respectives. La journée s’organisera autour d’un partage d’expériences des membres du réseau, invité-e-s à présenter la diversité des modes de financement, des inscriptions institutionnelles, et des parcours professionnels à la suite d’un doctorat à sciences sociales sur le VIH/Sida. 

Vous êtes convié-e-s à venir échanger avec les professionnel-le-s présent-e-s vendredi 24 janvier 2020 entre 9h00 et 17h00. Le réseau prend en charge le repas du midi et peut aussi prendre en charge les frais de transport sous réserve que les demandes soient adressées au plus tard deux semaines avant l’événement (contact : bouchetcyriac@gmail.com).

Merci de remplir le formulaire d’inscription suivant afin que nous puissions prendre les dispositions nécessaires pour proposer la meilleure organisation possible.  

 

 

 

Offre d’emplois. Chargé(e) de mission discrimination origine genre et orientation – PEAD – date limite le 17 janvier 2020

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le
    • Formation et expérience nécessaires :

    Diplôme de niveau Bac+5 (droit, sciences politiques, sciences sociales) et expérience confirmée dans de la conduite de projets de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité.

  • Conditions daccès

Emploi ouvert en priorité aux fonctionnaires des 3 fonctions publiques de catégorie A
CDD de trois ans, renouvelable, pour les agents contractuels non titulaires
.
Détachement sur contrat pour les fonctionnaires (conditions statutaires du corps d’origine garanties).

Rémunération fixée selon la grille du cadre de gestion du Défenseur des droits

  • Lieu de travail : 3 place de Fontenoy – 75007 PARIS
  • Poste à pourvoir : Janvier 2020
  • Date limite de dépôt des candidatures : 17 janvier 2020
  • Le dossier de candidature comporte les documents suivants …

Lire toute l’offre  : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le

 

Concours 2020 ! CNRS – Date limite 7 janvier midi

http://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/default-fr.htm

Section n°38 : Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines

N°38/01 – 4 Directeurs de recherche ou Directrices de recherche de 2e classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°38.

N°38/02 – 4 Chargés de recherche ou Chargées de recherche de classe normale : dont prioritairement :
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie juridique »,
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie de l’alimentation ».

Concours 2020 ! INED

https://www.ined.fr/fr/institut/nous-rejoindre/recrutement-concours/concours-chercheur-e-s/

 Calendrier :

19 décembre 2019 Date de début de retrait des dossiers d’inscription, sous réserve de la publication au Journal Officiel de l’arrêté d’ouverture de concours
 17 janvier 2020, 17 heures

Date limite des demandes de retraits de dossiers

20 janvier 2020

Date limite de dépôt des dossiers : les dossiers devront être déposés au plus tard le 20 janvier 2020 à 12 heures à l’Ined, ou envoyés par voie postale (cachet de la poste faisant foi) au plus tard le 20 janvier 2019 à minuit Tout dossier qui parviendra incomplet sera rejeté

Début février 2020

Publication de la liste des candidat.e.s admis-es à concourir (le cas échéant, sous réserve de l’avis de la commission d’équivalence)

Offre d’emploi ! CDD 5 mois Recherche-action Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix

http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Offre d’emploi Programme de recherche-action POPSU Territoires  « Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix »

Date limite de candidature : 10 janvier
http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Contexte

Le programme POPSU Territoires initié par le PUCA a retenu le projet « Action culturelle et bien vivre : la place de la jeunesse dans la petite ville de Foix ». Ce programme de recherche-action associe les enseignantes-chercheuses Laurence Barthe et Mariette Sibertin-Blanc du laboratoire CNRS LISST, la Ville de Foix, la Communauté d’Agglomération du Pays Foix-Varilhes, la Scène nationale de l’Estive, le PAAJIP.

4 phases composent le projet (Novembre 2019-0ctobre 2020) :

  • La vitalité culturelle sur le territoire de la CA Pays Foix-Varilhes : côté offre
  • Les pratiques culturelles et artistiques – comprendre la réception et les pratiques des jeunes
  • Identification de questions vives et repérage des leviers de changement
  • Montée en généralité sur le thème de la contribution de la culture au bien vivre des jeunes dans une petite ville

Dans ce dispositif de recherche, un emploi en CDD de 5 mois (février à mi-juillet) contribuera aux 2e et 3e  phases du projet avec l’appui d’un stagiaire.

Objet de la mission :

Continuer la lecture