Archives de catégorie : Enseignement-Recherche

Maître et maîtresse de conférence, Professeur et professeure des universités, …

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités

Motion de l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 – Paris

L’assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 à Paris a rassemblé des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·e·s, personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques (BIATSS), venu·e·s de nombreux établissements, de toute la France.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social pour le retrait du projet de réforme des retraites à points. Son caractère de plus en plus généralisé et interprofessionnel, qui associe aux cheminots et aux travailleur·se·s de la RATP les personnels hospitaliers, de l’éducation nationale, de la justice, de la culture, les dockers, gaziers, personnels des raffineries, Gilets jaunes, etc. confirme le renouvellement de la mobilisation, après six semaines de grève. La même logique néolibérale conduit aux mêmes problèmes dans tous les secteurs en lutte : mise en concurrence systématique, perte de sens du métier et de son utilité sociale, destruction du service public, maltraitance des agent·e·s et des usager·e·s et risques pour leur santé, course à la rentabilité, recul de la solidarité, précarisation, bureaucratisation, répression, discrimination (de genre, classe et race), etc.

Dans ce contexte, les travailleur·se·s et usager·e·s de l’enseignement supérieur et la recherche prennent une part de plus en plus grande à la lutte. Dans les facs et les labos, depuis début janvier, on le sent bien : l’ambiance a changé. Malgré des tentatives d’intimidation et de blocage des mobilisations (fermeture d’universités, atteintes au droit de réunion des personnels et des étudiant·e·s, violences policières dans les manifestations…) la mobilisation ne cesse de se développer, dans de nombreux établissements. Des centaines de travailleur·se·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été suspendus ou transformés. Chaque jour de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et valorisation de la recherche (séminaires, colloques…), des revues se déclarent en grève, les ateliers d’éducation populaire se multiplient, les cortèges universitaires dans les manifestations rassemblent, toujours plus largement, des milliers de personnes, de multiples actions de perturbation et de blocage ont lieu.

L’Assemblée générale s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et de ses allié.e.s sur l’enseignement supérieur et la recherche. En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique qui déstabilisent en profondeur un service public d’enseignement et de recherche déjà malmené par un sous-financement chronique et de multiples réformes régressives (loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.).

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track.

3° Avec la réforme de l’assurance-chômage de 2019, qui cible les contrats courts, les précaires de l’enseignement et de la recherche voient leur situation s’aggraver. Cependant, la précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles.

Notre lutte s’inscrit dans la défense du principe de solidarité et des services publics. Elle vise à défendre l’université comme lieu ouvert à tout·e·s. Pour une université critique des politiques néolibérales en son sein et dans l’ensemble de la société. Pour une recherche et un enseignement libres et indépendants des intérêts du marché. Créons des lieux et des outils pour produire des savoirs qui nous émancipent!

L’Assemblée Générale appelle à amplifier les luttes localement et au niveau national pour étendre la mobilisation au sein de l’ESR et dans les actions interprofessionnelles, et pour faire converger tou·te·s celles et ceux qui luttent vers la grève générale et illimitée.

Pour cela, l’Assemblée générale demande la démission d’Antoine Petit, PDG du CNRS et à la dissolution de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Elle appelle les travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche à la rétention des notes, l’arrêt de toutes nos activités et en particulier du recrutement de vacataires.

Cette motion est adoptée à l’unanimité

Etablissements représentés : Aix Marseille, Amiens, Angers, Bordeaux Montaigne, Caen, CNAM,  Ecole du Journalisme, EHESS, ENS Ulm, ENSFEA Toulouse, Evry, Paris Saclay, Lille, Lyon 2, Nice, Paris 1, P3, Sorbonne Université, Université de Paris, P8, Dauphine, P10, Paris Saclay, Paris Est Créteil, P13, Paris Est Marne La Vallée,  Université Versailles Saint Quentin, Poitiers, Reims, Rennes 2, Rouen, Saint Etienne,  Strasbourg, Toulouse, Tours, Université de Lorraine,  IFSTTAR, INRA, MNHN, CNRS, INED, INRIA, CEA    + à distance : Pau, Grenoble, Bourgogne, Lyon 1, Université Bordeaux, IUT Blagnac, Cergy-Pontoise

Tribune. Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Trois semaines après la tentative d’immolation par le feu d’un étudiant de Lyon-II devant le Crous, des étudiants de son université dénoncent la précarité grandissante qui les frappe et exhortent à « ne pas considérer comme normale la misère qui [les] traverse »

Conférence-débat : Comment et pourquoi intégrer l’approche anthropologique aux projets de développement ou au monde associatif ?

23 avril 2019 ✽ MMSH – 5 Rue du Château de l’Horloge, 13 090 Aix-en-Provence

13h30-14h : Accueil des participants
14h-16h : Interventions et questions

14h. Présentation de l’anthropologie appliquée : Laurent-Sébastien Fournier, Jacky Bouju, Philippe Lavigne-Delvigne, Juliette Sendra

14h55. L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le développement international : Ghislaine Boyer, Chargée de projets et Assistante de direction de SOS Méditerranée à Marseille

15h20 L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le monde
associatif français :
Ethno art, le Tamis

16h-17h : Temps d’échange informel autour d’une collation




Enquête sur le doctorat

L’enquête s’est adressée aux jeunes chercheurs (niveau master, doctorants et docteurs) âgés de 20 à 40 ans, issus de toutes les disciplines et suivant ou ayant suivi leur formation via l’enseignement supérieur français. Près de 2 750 personnes ont répondu au questionnaire. Les résultats présentés sont un focus des réponses des doctorants et docteurs (hors niveau master) soit 2 574 individus. […] https://www.generationphd.com/les-resultats/

MCF section 19-20 UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT)

Questions sociales et mouvements sociaux. Applicants are expected to have a strong practical and theoretical research background in social issues. (S)he will join a research team which aims to build a new multidisciplinary approach. Interest in Sociology related to people’s practices and movements will be an asset. anthropologie ; conflits ; mouvements sociaux ; sociologie critique ; émancipation EA_7335 (201420721S) – Laboratoire de Changement Social et Politique A. DUDEK / B. OLIVEIRA ( BUREAU DES CONCOURS ) 0157275864 / 0157275632 drhconcours@univ-paris-diderot.fr

MCF section 20 – UNIVERSITE TOULOUSE 2

Anthropologie générale The department of Anthropology (within UFR HAA) of the University of Toulouse Jean Jaures invites applications for a regular position of associate professor ( maitre de conferences ) in anthropology. The department is particularly interested in candidates who work on extra-European fields. UMR5193 (200311864M) – Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires CATHERINE GIRAUD (RESPONSABLE DU POLE ENSEIGNANTS) 05 61 50 44 93 / 05 61 50 44 24 michele.madeleinat@univ-tlse2.fr

MCF section 19-20 UNIVERSITE DE BREST

Anthropologie de la santé – sociologie de la santé Good experience in the field of medical anthropology or sociology to teach both clinicians and health prevention engineers is required. She (he) is supposed to implement participative pedagogy and integrated education. UFR Medecine et des Sciences de la sante DELPHINE TRIPIER (GESTIONNAIRE PERSONNEL ENSEIGNANT) 02 98 01 81 62 / 02 98 01 82 53 concours.ec@univ-brest.fr Fiche de poste en PJ

MCF section 20 – UNIVERSITE AIX-MARSEILLE

Anthropologie biologique Étude de la variabilité biologique humaine, squelettique et/ou somatique, selon une démarche propre à l’anthropologie biologique. UMR7268 (201220350X) – Anthropologie bio-culturelle, Droit, Ethique et Santé Coordonnées du responsable : VERONIQUE GRANDJEAN (ADJOINTE BUREAU PERSONNELS ENSEIGNANTS) 0486090817 drh-demeter-ec@univ-amu.fr Fiche de poste en Pièce-jointe

Poste MCF Université Strasbourg anthropologie: Ethnologie générale ; ethnologie urbaine

N° de poste : 1596 / 4318

Corps : Maître de conférences _ Section CNU : 20 – Ethnologie, préhistoire, anthropologie biologique _ Profil : Ethnologie générale ; ethnologie urbaine Parmi les 49 dossiers envoyés, les candidats retenus pour l’audition sont : – AILANE SOFIANE – ARANGO LUISA – DURIEZ TIPHAINE – HOCQUET MARIE – PALUMBO MARIA ANITA – VERGUET CELINE Le comité de sélection transmet aux instances ad hoc de l’Université de Strasbourg la proposition de classement suivante: 1. Arango Luisa 2. Palumbo Maria-Anita 3. Ailane Sofiane 4. Hocquet Marie Voir fiche de poste en pièce-jointe. _ La page “recrutement” de l’UNISTRADate limite de dépôt: 11.03.2016 – Examen des dossiers: 18.04.2016 – Auditions: 29.04.2016 COMPOSITION DU JURY RANG A -* Monnerie Denis (Unistra) -* Hamman Philippe (Unistra) -* Michel Hélène (Unistra) -* Leblic Isabelle (CNRS) -* Agier Michel (EHESS+IRD) -* Garcia Gaetano (U. Paul Valéry, Montpellier) RANG B -* Deboos Salomé (Unistra) -* Anaïs Collet (Unistra) -* Clerc-Renaud Agnès (Unistra) -* Girola Claudia (U. Paris 7) -* Le Mentenc Katiana (CNRS) -* Bondaz Julien (U. Lyon 2)

Poste – Préhistoire. Univ. de Dijon

ENSEIGNEMENT : Informations complémentaires • Filières de formation concernées : Licence Histoire de l’Art et Archéologie, Master MAMTEP • Objectifs pédagogiques : enseignement L1, L3 et M1 • Projections, Prévisions de service : – HAA L1 UE1 Archéologie et Histoire de l’Art du Paléolithique et du Mésolithique 12hCM – 18 HETD – HAA L1 UE1 Archéologie et Histoire de l’Art du Paléolithique et du Mésolithique 12hTD 4Gr – 48 HETD – HAA L1 UE6 Archéologie et Histoire de l’Art du Néolithique 12hCM HAA L1 UE1 Archéologie et Histoire de l’Art du Néolithique 12hTD 3Gr HAA L3 UE1 Néolithique européen 12hCM – HAA L3 UE1 Néolithique européen 12hTD – HAA L3 UE6 Néolithique européen 12hCM – HAA L3 UE6 Néolithique européen 12hTD – 18 HETD – 36 HETD – 18 HETD – 12 HETD – 18 HETD – 12 HETD voir fichier joint : profil GALAXIE

MCF – section 20 – Ethnologie/anthropologie et cultures de la Nouvelle-Calédonie, en particulier kanak

MCF – section 20 – Ethnologie/anthropologie et cultures de la Nouvelle-Calédonie, en particulier kanak Un emploi de maître de conférences en Anthropologie sociale et culturelle est à pourvoir à l’UNC (Université de Nouvelle-Calédonie), à compter du 13 juin 2016. Profil: La polyvalence dans les différents champs de la section 20 et de solides connaissances des cultures de la Nouvelle-Calédonie sont les qualités requises pour le poste. Cf profil détaillé. Date de cloture: 11 avril 2016 Page web: [->https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/FIDIS/9830445S/FOPC_9830445S_4086.pdf] Profil de poste section 20 Anthropologie Nouvelle Calédonie