Archives de catégorie : Institutions publiques

Tribune. « Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité »

Le monde de la recherche française a bondi deux fois en une seule journée, le mardi 26 novembre : le matin, en lisant les propos du président-directeur général du CNRS [publiés dans le quotidien Les Echos], et le soir en visionnant le discours du président de la République pour les 80 ans de cette institution.

Le premier, Antoine Petit, résumait ainsi l’idéologie qui sous-tend la future loi de programmation de la recherche, dont la présentation est prévue pour février 2020 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

 

La tribune :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/06/le-darwinisme-social-applique-a-la-recherche-est-uneabsurdite_6021868_3232.html?fbclid=IwAR3hkeK5Bo40bZzjZGevDi4dxWy92k2oIMvMZsv0_A2uIdjlrb10pkToCF4

La pétition : https://www.petitions.fr/recherche__non_a_une_loi_inegalitaire

Continuer la lecture

Tribune. Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Trois semaines après la tentative d’immolation par le feu d’un étudiant de Lyon-II devant le Crous, des étudiants de son université dénoncent la précarité grandissante qui les frappe et exhortent à « ne pas considérer comme normale la misère qui [les] traverse »

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche AG. 2 décembre, 14 décembre, 1-2 février

Ce samedi 14 décembre se tient une Assemblée générale de coordination de 14h à 18h (lieu à définir, près de Paris) à l’initiative des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il s’agit de structurer notre lutte contre la réforme des retraites, mais aussi contre ORE/Parcoursup, contre “Bienvenue en France” et la hausse des frais d’inscription, contre les déclassements au CNRS, et contre la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette loi prévoit un fonctionnement « inégalitaire » tel que le réclament Emmanuel Macron et Antoine Petit (PDG du CNRS) accentuant à nouveau la logique des facs et labos d’élite face aux facs et labos poubelles. En bref, il s’agit de se coordonner contre la précarité d’aujourd’hui et pour pouvoir étudier et travailler dans de bonnes conditions.

Tout le monde est invité à participer : étudiant·es, enseignant·es et chercheur·ses titulaire ou non, ingénieur·es de recherche, bibliothécaires, membres du personnel technique et administratif.
Pour que les discussions soient les plus riches possibles, il serait utile que les facs et labos en lutte envoient des délégations aussi variées que possible. Malgré les difficultés à se rendre sur place, il nous semble important que les personnels des facs et des labo hors-Ile-de-France puissent participer afin de commencer à coordonner nos actions nationalement.

Pour participer dès maintenant à nos discussions, vous pouvez rejoindre ce canal Telegram : https://t.me/mobilisationESR

IMPORTANT : Afin que toutes et tous puissent lutter, les enfants sont bienvenu·es pour garde et activités collectives. Contacter sur Telegram Atelier enfant AG de coord pour l’organisation : https://t.me/joinchat/H7zc5VixZl6DgIocg8Ddaw

Contre la précarité tout au long de la vie, de notre vie étudiante à notre retraite, en passant par des années de travail précaire infinies, nous nous mobilisons !

 

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche :

Mobilisation de tous les personnels !

Nous, membres de la communauté universitaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, réuni·es en Assemblée générale le 2 décembre à la MSH Paris Nord, dénonçons un programme concerté de destruction de nos conditions d’emploi, de travail et de vie par de nombreuses contre-réformes en préparation. C’est pourquoi nous appelons à la grève reconductible à partir du 5 décembre jusqu’au retrait du projet de loi sur les retraites. Nous affirmons également notre soutien aux mouvements étudiants qui s’organisent contre les conditions de vie précaires qu’ils et elles subissent, revendiquons l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage et appelons à ne pas sanctionner celles et ceux qui se mobilisent.

Nous nous opposons également aux propositions des rapports préparatoires à la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2020, dernier coup de boutoir de la politique de l’Enseignement supérieur et la recherche depuis 15 ans. En effet, nos laboratoires et universités font face au plus grand plan social de leur histoire avec un effondrement des postes de titulaires de l’enseignement, de la recherche et de l’administration. Loin de proposer un plan massif de recrutement et la pérennisation des crédits de recherche, ces rapports et les premières annonces d’Emmanuel Macron à l’occasion des 80 ans du CNRS annoncent au contraire plus de mandarinat, plus de précarité, plus d’inégalités entre les établissements et les personnels ainsi que des conditions moins favorables à la réalisation de nos recherches : multiplication et création de nouveaux contrats précaires (dont des « CDI-chantier », pour le temps limité d’un projet), possibilité de recruter sans la qualification par le CNU, suppression de la référence aux 192 h TD pour les enseignant·es-chercheu·ses, modulation de services obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, fin du paiement des heures complémentaires, renforcement de la logique d’appels à projets comme mode unique de financement de la recherche et augmentation de la concurrence entre unités de recherche, etc.

Ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, conjuguées à la sélection des étudiant·es que permet Parcoursup, à la réforme des lycées et du baccalauréat, aux réformes de la formation des enseignant·es et à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es, vont avoir des conséquences dramatiques pour les enseignant·es et chercheu·ses mais aussi pour les étudiant·es et remettraient gravement en cause l’accès de tou·tes à des études gratuites de qualité.

La précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire. Non seulement les personnels titulaires sont en surcharge de travail permanente, mais une part importante de l’enseignement et du travail administratif est effectué par des personnels non titulaires. Nombreu·ses sont les doctorant·es et jeunes docteur·es qui alternent contrats ponctuels et périodes de chômage pour produire des recherches. Le recours aux vacations se fait la plupart du temps hors de tout cadre légal (pas de contrat de travail, notamment). Les discriminations sous toutes leurs formes, notamment de genre ou ethno-raciales, sont monnaie courante. Les éléments de démocratie universitaire comme le Conseil National des Universités et le Comité national du CNRS sont progressivement dépouillés de leurs prérogatives.

Nous devons mettre un coup d’arrêt à cette logique mortifère et inverser la tendance en gagnant enfin la titularisation des milliers de personnels précaires. C’est pourquoi nous appelons à la tenue d’assemblées générales sur tous les sites universitaires, pour permettre aux salarié·es et aux étudiant·es de reprendre le contrôle en formulant ensemble leurs revendications et en organisant ensemble leur lutte. Nous les appelons en particulier à mandater des délégué·es, responsables devant leurs assemblées générales, en vue d’une coordination de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte. Dans cette perspective, nous appelons aussi à participer aux manifestations des semaines à venir contre la réforme des retraites en constituant des cortèges de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte.

Pour un service public de l’enseignement et de la recherche de qualité, nous soumettons à nos collègues les pistes suivantes pour élaborer leurs revendications en assemblée générale :

– Pour une université gratuite et accessible à toutes et tous et une recherche scientifique publique au service de toutes et tous.

– Pour la titularisation des précaires qui remplissent des fonctions pérennes et pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant·es et des besoins publics de recherche.

– Pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect de la législation en vigueur. Pour une revalorisation des vacations au moins au SMIC.

– Pour la création massive de postes pérennes à la hauteur de la mission de service public que nous assurons. Contre la casse du statut de fonctionnaire (refus des CDI-chantier, des tenure track qui ouvrent la voie à la remise en cause des statuts de MCF et de CR) ; contre la dérégulation des carrières ; pour la revalorisation du point d’indice ; contre la modulation des services des enseignant·es chercheu·ses, pour la réduction du temps de travail de l’ensemble des personnels de l’ESR ;

– Contre l’imposition du modèle de l’entreprise privée à l’ESR (et la concurrence généralisée et déloyale qui creuse les inégalités existantes et la précarisation de tous les personnels) ;

– Pour la mise en place de moyens effectifs de lutte contre toutes les discriminations ;

– Pour une véritable démocratie universitaire, contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche (refus du contournement des instances nationales d’évaluation par les pairs – CNU, Comité national du CNRS) ;

– Pour des mesures efficaces de lutte contre la précarité étudiante (revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire).

Texte adopté au consensus par les 150 participant·es à l’AG de l’ESR du 2 décembre 2019 à la MSH Paris Nord, en présence des syndicats SUD recherche EPST, Sud éducation, SNTRS-CGT, Ferc-sup CGT, CGT INRA, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNCS-FSU, SNABSUB-FSU.

Calendrier de mobilisation

Cortèges de l’ESR en lutte lors des manifestations du jeudi 5 décembre, du samedi 7 décembre, etc.

Nous appelons à l’organisation d’AG locales d’ici là, et pendant le mouvement de grève.

Samedi 14 décembre : les AG locales envoient des délégué·es mandaté·es à une coordination nationale des personnels de l’ESR et étudiant·es en lutte.

1er et 2 février : États généraux de la recherche (avant les vacances mais après les premières annonces du gouvernement pour la LPPR).

Un comité de mobilisation a été mandaté pour mettre en œuvre ce calendrier en coordination avec les AG locales.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air
Doc’Door
Scientifique
 

DONATION bibliothèque « NIKITA SIBÉROFF »  à l’Institut d’ethnologie et la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg

Documentation Sibéroff
 
A l’automne 2018, sur le conseil de Bernard Sellato, directeur de recherche émérite au CNRS (laboratoire CASE), Anne Sibéroff, fille de de Nikita Sibéroff (traducteur, ethnologue et documentaliste spécialisé sur l’Asie du Sud-Est hospitalisé en raison d’une longue maladie), Nathalie Siberoff-Zimine, sa sœur, et l’époux de celle-ci, Serge Zimine, ingénieur géologue en retraite, ont très généreusement offert et apporté eux-mêmes depuis Paris la plus grosse partie de la bibliothèque de Nikita Sibéroff, spécialisée sur l’Asie du Sud-Est et l’Extrême-Orient, à la bibliothèque de la Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg, avec l’accord de Vincent Chapuis, conservateur en chef responsable du département Lettres, Sciences humaines et sociales du service de la Documentation commune de l’université de Strasbourg, et de Nicole Bruder, responsable de la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg, qui acceptèrent d’accueillir le fonds.

Celui-ci est composé d’environ 300 livres, articles, numéros ou séries de revues scientifiques périodiques, thèses et rapports multigraphiés, cartes géographiques et tirés-à-part.

Urgent Recrutement ! Niveau licence -Master pour ethnologues en herbe à Paris

Basée à Paris, l’association Ethnologues en herbe recherche 2 intervenant.e.s (licence ou master d’ethnologie ou d’anthropologie) pour animer des ateliers TAP (Temps d’activités périscolaires) dans les écoles primaires les vendredis entre 15h et 16h30 (ateliers dans les 19ème ou 20ème arrondissements). 

Ces ateliers portent sur deux thèmes: la découverte de l’ethnologie ou la découverte des villes
Ils ont lieu pendant toute l’année scolaire qui commence la semaine du 2 septembre (avec une réunion de pré-rentrée le vendredi 30 août).
Si vous êtes intéressés, vous pouvez nous contacter sur cette page ou par mail (info@ethnoclic.net/salome.delmotte@ethnologues-en-herbe.fr)

Bourse doctorale en ethnologie. Appel à candidature 2020

https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

Ouverture le 20 juin 2019. Date limite de candidature le 31 mars 2020
Contact : fondsculturel@gmail.com
Dossier de candidature, règlement, comité de sélection :
https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint. bourse doctorale en ethnologie et anthropologie

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à faciliter la mobilité des jeunes chercheurs dans le domaine de la recherche en ethnologie et en anthropologie sociale, notamment pour favoriser la mise en valeur et la préservation du patrimoine immatériel de l’humanité.

Cette bourse de recherche,  une des rares dans les spécialités de l’ethnologie et de l’anthropologie, est attribuée annuellement dès juin 2017, à un étudiant titulaire d’un master 2 (ou équivalent), de nationalité française ou de nationalité étrangère maîtrisant la langue française, justifiant d’une inscription en 1ère année de thèse dans un établissement d’enseignement supérieur français, éventuellement en co-tutelle avec un établissement étranger.

L’étudiant doit être inscrit en France en thèse de doctorat dans les domaines de l’ethnologie, patrimoine immatériel, ethnolinguistique, ethnomusicologie (etc.) et souhaitera lancer/poursuivre des recherches sur un terrain éloigné dès la première et/ou deuxième année. Parmi les critères de sélection, la maîtrise de la langue du peuple étudié ou l’attestation de l’apprentissage de cette langue, sera pris en compte tout particulièrement.

Les ressources financières étant le principal obstacle à la poursuite d’une recherche dans les domaines précités, le montant de la bourse a été fixé à 10 000 euros pour permettre à l’étudiant d’approfondir ses recherches sur le terrain sur une longue période.

 

Comité d’honneur
Michel Antelme, Institut national des langues et civilisations orientales. Philippe Belaval, Centre des monument nationaux. Philippe Descola, Collège de France. Louis Gabaude, École française d’Extrême-Orient. Arlo Griffiths, École française d’Extrême-Orient. Abdel Kader Haïdara, Bibliothèque Mamma-Haïdara de Tombouctou – Mali. Christian Hottin, Institut National du Patrimoine. Yves Le Fur, musée du Quai Branly. Jim McPherson, Fondation Arizona Preservation – États-Unis. Pierre Morère, planteur, société Jingala (commerce équitable) – Vietnam. Rithy Panh, Centre de ressource audiovisuelle Bophana, Phnom Penh – Cambodge
Philippe M. F. Peycam, International Institute for Asian Studies – Pays-Bas. Thierry Zephir, École du Louvre

Bureau
Dr. Alain Beyrand ou Dr. Pascale Beyrand, président d’honneur. Jean-Pierre Toussaint ou Carmen Toussaint, président d’honneur. Pierre Le Roux, ethnologue, professeur à l’université de Strasbourg, membre. du SAGE (UMR 7363 CNRS), président du comité de sélection
Julie Chaizemartin, journaliste et historienne

Appel à chercheurs en résidence au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers (2019-2020)

https://www.anthropologiepourtous.com

Ce projet d’accueil de chercheurs en sciences sociales dans les établissements scolaires de l’Académie de Créteil vise à renforcer le dialogue entre les forces vives de la recherche et les équipes pédagogiques du secondaire et leurs élèves.

Cette projet s’appuie sur le stage annuel organisé par l’équipe de L’Anthropologie pour tous dans le cadre du Plan Académique de Formation de l’Académie de Créteil et en partenariat avec la DAAC.

​Le 5 novembre 2019, chercheurs intéressés et professeurs inscrits au stage se rencontreront au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers. En fonction des attentes, des projets et des intérêts des participants, des équipes seront constituées. Elles décideront d’organiser leur travail commun et en feront un premier bilan le 7 janvier 2020. Le but est de présenter les travaux des différentes équipes lors du colloque final du 16 mai 2020.

Le travail du chercheur relève d’une discipline qui s’appuie sur la pratique de l’enquête. Le but de la résidence n’est pas de lui fournir un public d’enquêtés. Il s’agit de construire avec les élèves une enquête dont ces derniers seront les coauteurs.Ce projet sera élaboré en concertation avec le ou les enseignants partenaires. L’équipe de direction de l’établissement scolaire où sera installé le chercheur en sera informée.

Le chercheur s’engage à venir travailler avec l’équipe d’élèves partenaires durant une vingtaine d’heures entre le 5 novembre 2019 et le mois de mai 2020. Il s’agit d’initier les élèves au travail d’enquête. Cette initiation méthodologique peut évidemment être prolongée par une histoire de la discipline de recherche, des études statistiques, de l’ethnographie matérielle, etc. Libre ensuite aux équipes d’imaginer les conditions d’une collaboration fructueuse qui pourra associer au travail en classe des visites, des conférences et des sorties.

A l’issue de l’année de résidence, les ateliers menés donneront lieu à des productions d’un format libre (exposé oral, vidéo, exposition, montage sonore, etc.) qui seront présentées lors d’un colloque réunissant tous les établissements participants, le samedi 16 mai 2020, de 9h à 16h, au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers.

Information, inscription

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture

Évolution inquiétante concernant l’attribution des bourses de recherche au musée du quai Branly

Chères et chers collègues,
Nous souhaitons vous informer de notre inquiétude concernant l’évolution récente, au musée du quai Branly-Jacques Chirac, des procédures d’attribution des différents financements destinés aux étudiants et post-doc (bourses de master, de doctorat, post-doctorat et prix de thèse). 
Alors que la période d’évaluation était déjà en cours, les membres du Comité d’évaluation scientifique du musée ont appris qu’une recomposition radicale de ce comité avait été effectuée, sans concertation, réduisant considérablement le rôle des spécialistes dans la sélection des lauréats et conduisant à une opacification préoccupante des critères et des modalités de sélection. Suite à cela, la quasi totalité des membres externes du comité a démissionné, en s’en expliquant dans la lettre copiée ci-dessous; démission dont le directeur de la recherche a simplement pris acte.
De son côté, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet (dont le processus d’attribution des bourses est coordonné par le département de la recherche et de l’enseignement du musée) a découvert des changements dans sa composition, tout aussi inquiétants quant au rôle attribué aux experts. Il s’est aussi alarmé de l’absence de considération portée au critère de la parité dans cette nouvelle configuration. Après plusieurs courriers (annexés ci-dessous), et suite à la démission du comité d’évaluation scientifique, le comité de rapporteurs de la Fondation Martine Aublet a enfin obtenu un rendez-vous avec le responsable du département de la recherche pour la fin juin, en présence du président de la Fondation.
Il nous semble important que la communauté scientifique reste attentive à l’évolution de la situation au musée. Alors même que la moitié de son budget lui est allouée par le ministère de la recherche, les mesures récentes semblent en effet fragiliser cette dernière au sein de cet établissement, qui est depuis sa création un soutien primordial pour les études en sciences humaines et sociales portant sur les sociétés extra-occidentales.
Les membres démissionnaires du Comité d’évaluation scientifique et les membres du Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet signataires des lettres
—-
Lettre du Comité d’évaluation scientifique 
Le 24 mai 2019

Continuer la lecture

Appel à candidatures : Mission “Etat des lieux de la connaissance et de la valorisation du patrimoine culturel immatériel en Guadeloupe”, DAC Guadeloupe, 2019-Date limite 17 juin 2019

La Direction des Affaires culturelles de Guadeloupe lance, par marché à procédure adaptée, une étude visant à recenser l’ensemble des ressources existantes relatives au patrimoine culturel immatériel de Guadeloupe, à savoir :

    • L’ensemble des acteurs impliqués sur le champ du PCI, leur action, les ressources dont ils disposent (contenu et modalités des bases de données) et leur capacité à porter l’émergence de nouvelles fiches d’inventaire dans le cadre de l’appel à projet national

    • Les éléments perceptibles de PCI présents sur le territoire, valorisés ou non

    • Les travaux universitaires

    • Les éléments bibliographiques

    • Des éléments comparatifs avec les autres territoires de la zone Caraïbe

Toutes les catégories thématiques prévues par la Convention Unesco de 2003 pour la sauvegarde du PCI sont à explorer : traditions et expressions orales, arts du spectacle, rituels ou événements festifs, pratiques sociales et culturelles, connaissance et pratique de la nature et de l’univers, savoir-faire (artisanat traditionnel).

Il conviendra d’être attentif à explorer l’ensemble des héritages culturels, des peuplements originels à l’ensemble des migrations successives.

Le titulaire du marché devra rencontrer les acteurs du territoire, les collectivités locales, les associations, les universitaires, les professionnels et la population. Une exploration de l’état des lieux dans les îles voisines pourra utilement éclairer l’analyse de la situation du PCI dans l’archipel de la Guadeloupe.

– Durée de la mission :

Le démarrage de la mission est prévu à compter du 15 juillet 2019.

L’étude devra être rendue dans les six mois à compter de l’ordre de service lançant la mission.

– Date-limite de réception des offres :

Lundi 17 juin 2019, 12 heures (heure de Paris)

– Accès au dossier de consultation :
https://www.marches-publics.gouv.fr/index.php?page=entreprise.EntrepriseDemandeTelechargementDce&refConsultation=429646&orgAcronyme=f5j

Pour en savoir plus :

Isabelle CHAVE
Adjointe au chef du département
Département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique
Direction générale des Patrimoines
Ministère de la Culture
6, rue des Pyramides – F-75001 Paris
+ 33 (0)1 40 15 87 24
www.culture.gouv.fr

Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE)

Dossier de candidature à télécharger sur le site :
https://www.college-de-france.fr/site/programme-pause/index.htm


Le Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE), créé le 16 janvier 2017, accorde des financements incitatifs aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche publics projetant d’accueillir des scientifiques en situation d’urgence et les accompagne dans leurs démarches….

Les financements ont pour objet de cofinancer un projet d’accueil pour un(e) scientifique étranger(e) de toute origine géographique et de toute discipline remplissant l’ensemble des critères d’éligibilité suivants :

  • Pouvoir justifier de son statut d’enseignant-chercheur ou de chercheur ou être au minimum inscrit en doctorat (dans son pays d’origine ou en France) ;
  • Se trouver en situation d’urgence :
    – être victime de persécution ou de violence en raison du contenu de ses recherches, de la libre expression de ses opinions, de son identité, de ses croyances, de son orientation sexuelle,… ;
    – être victime d’un autre type de menace à préciser.
  • Quel que soit son lieu de résidence actuel :
    – être dans l’obligation de s’exiler de son pays d’origine ;
    – être en France depuis moins de 3 ans.


Conférence-débat : Comment et pourquoi intégrer l’approche anthropologique aux projets de développement ou au monde associatif ?

23 avril 2019 ✽ MMSH – 5 Rue du Château de l’Horloge, 13 090 Aix-en-Provence

13h30-14h : Accueil des participants
14h-16h : Interventions et questions

14h. Présentation de l’anthropologie appliquée : Laurent-Sébastien Fournier, Jacky Bouju, Philippe Lavigne-Delvigne, Juliette Sendra

14h55. L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le développement international : Ghislaine Boyer, Chargée de projets et Assistante de direction de SOS Méditerranée à Marseille

15h20 L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le monde
associatif français :
Ethno art, le Tamis

16h-17h : Temps d’échange informel autour d’une collation




Enquête sur le doctorat

L’enquête s’est adressée aux jeunes chercheurs (niveau master, doctorants et docteurs) âgés de 20 à 40 ans, issus de toutes les disciplines et suivant ou ayant suivi leur formation via l’enseignement supérieur français. Près de 2 750 personnes ont répondu au questionnaire. Les résultats présentés sont un focus des réponses des doctorants et docteurs (hors niveau master) soit 2 574 individus. […] https://www.generationphd.com/les-resultats/

Rendez-vous de l’emploi 2019 du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

L’édition 2019 des Rendez-vous de l’Emploi se déroule le 18 avril, à Paris, dans les locaux du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Leur objectif : mettre en contact de jeunes diplômés du supérieur avec des entreprises proposant des emplois ou des postes en alternance. Plus de 800 rendez-vous seront programmés.

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid139045/rendez-vous-de-l-emploi-2019.html

Ces Rendez-vous mettent en relation des recruteurs et des jeunes diplômés de niveau bac+5 à bac+8. Les candidats à l’embauche optimisent leur recherche d’emploi. Les entreprises peuvent rencontrer leurs futurs collaborateurs parmi un vivier de jeunes diplômés.


Les jeunes diplômé(e)s qui recherchent un emploi niveau bac + 5 à bac+8 doivent présenter leur parcours et leurs compétences en complétant le formulaire en ligne.
Inscription en ligne pour les candidats à la recherche d’un emploi

Les sociétés en phase de recrutement  doivent déposent leurs offres d’emploi en ligne.
Inscription en ligne pour les recruteurs