Archives de catégorie : Institutions publiques

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités

Motion de l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 – Paris

L’assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 à Paris a rassemblé des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·e·s, personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques (BIATSS), venu·e·s de nombreux établissements, de toute la France.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social pour le retrait du projet de réforme des retraites à points. Son caractère de plus en plus généralisé et interprofessionnel, qui associe aux cheminots et aux travailleur·se·s de la RATP les personnels hospitaliers, de l’éducation nationale, de la justice, de la culture, les dockers, gaziers, personnels des raffineries, Gilets jaunes, etc. confirme le renouvellement de la mobilisation, après six semaines de grève. La même logique néolibérale conduit aux mêmes problèmes dans tous les secteurs en lutte : mise en concurrence systématique, perte de sens du métier et de son utilité sociale, destruction du service public, maltraitance des agent·e·s et des usager·e·s et risques pour leur santé, course à la rentabilité, recul de la solidarité, précarisation, bureaucratisation, répression, discrimination (de genre, classe et race), etc.

Dans ce contexte, les travailleur·se·s et usager·e·s de l’enseignement supérieur et la recherche prennent une part de plus en plus grande à la lutte. Dans les facs et les labos, depuis début janvier, on le sent bien : l’ambiance a changé. Malgré des tentatives d’intimidation et de blocage des mobilisations (fermeture d’universités, atteintes au droit de réunion des personnels et des étudiant·e·s, violences policières dans les manifestations…) la mobilisation ne cesse de se développer, dans de nombreux établissements. Des centaines de travailleur·se·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été suspendus ou transformés. Chaque jour de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et valorisation de la recherche (séminaires, colloques…), des revues se déclarent en grève, les ateliers d’éducation populaire se multiplient, les cortèges universitaires dans les manifestations rassemblent, toujours plus largement, des milliers de personnes, de multiples actions de perturbation et de blocage ont lieu.

L’Assemblée générale s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et de ses allié.e.s sur l’enseignement supérieur et la recherche. En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique qui déstabilisent en profondeur un service public d’enseignement et de recherche déjà malmené par un sous-financement chronique et de multiples réformes régressives (loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.).

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track.

3° Avec la réforme de l’assurance-chômage de 2019, qui cible les contrats courts, les précaires de l’enseignement et de la recherche voient leur situation s’aggraver. Cependant, la précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles.

Notre lutte s’inscrit dans la défense du principe de solidarité et des services publics. Elle vise à défendre l’université comme lieu ouvert à tout·e·s. Pour une université critique des politiques néolibérales en son sein et dans l’ensemble de la société. Pour une recherche et un enseignement libres et indépendants des intérêts du marché. Créons des lieux et des outils pour produire des savoirs qui nous émancipent!

L’Assemblée Générale appelle à amplifier les luttes localement et au niveau national pour étendre la mobilisation au sein de l’ESR et dans les actions interprofessionnelles, et pour faire converger tou·te·s celles et ceux qui luttent vers la grève générale et illimitée.

Pour cela, l’Assemblée générale demande la démission d’Antoine Petit, PDG du CNRS et à la dissolution de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Elle appelle les travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche à la rétention des notes, l’arrêt de toutes nos activités et en particulier du recrutement de vacataires.

Cette motion est adoptée à l’unanimité

Etablissements représentés : Aix Marseille, Amiens, Angers, Bordeaux Montaigne, Caen, CNAM,  Ecole du Journalisme, EHESS, ENS Ulm, ENSFEA Toulouse, Evry, Paris Saclay, Lille, Lyon 2, Nice, Paris 1, P3, Sorbonne Université, Université de Paris, P8, Dauphine, P10, Paris Saclay, Paris Est Créteil, P13, Paris Est Marne La Vallée,  Université Versailles Saint Quentin, Poitiers, Reims, Rennes 2, Rouen, Saint Etienne,  Strasbourg, Toulouse, Tours, Université de Lorraine,  IFSTTAR, INRA, MNHN, CNRS, INED, INRIA, CEA    + à distance : Pau, Grenoble, Bourgogne, Lyon 1, Université Bordeaux, IUT Blagnac, Cergy-Pontoise

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) – Ce à quoi il faut s’attendre (Sauvons la Recherche)

 
 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Ce à quoi il faut s’attendre

Toujours plus d’évaluation, toujours plus de financement sur projets, toujours plus de hiérarchisation et de différenciation, et pour cela la possibilité d’imposer plus de 192h annuelles aux enseignants-chercheurs et la fin du paiement des heures supplémentaires, telles sont les propositions centrales formulées dans les 3 rapports officiellement commandés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (la LPPR). Voici une présentation par SLU de ces 3 rapports qui font froid dans le dos quand on sait ce qu’est déjà devenu notre métier.

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ». Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019.

Les déclarations réitérées du PDG du CNRS ont fait largement réagir la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Elles ne sauraient passer pour de simples provocations. Le darwinisme social et l’inégalité qui y sont revendiqués sans fard sont au cœur des trois rapports remis le 23 septembre 2019 à la Ministre de l’ESR en vue de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Continuer la lecture

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.

Offre d’emplois. Chargé(e) de mission discrimination origine genre et orientation – PEAD – date limite le 17 janvier 2020

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le
    • Formation et expérience nécessaires :

    Diplôme de niveau Bac+5 (droit, sciences politiques, sciences sociales) et expérience confirmée dans de la conduite de projets de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité.

  • Conditions daccès

Emploi ouvert en priorité aux fonctionnaires des 3 fonctions publiques de catégorie A
CDD de trois ans, renouvelable, pour les agents contractuels non titulaires
.
Détachement sur contrat pour les fonctionnaires (conditions statutaires du corps d’origine garanties).

Rémunération fixée selon la grille du cadre de gestion du Défenseur des droits

  • Lieu de travail : 3 place de Fontenoy – 75007 PARIS
  • Poste à pourvoir : Janvier 2020
  • Date limite de dépôt des candidatures : 17 janvier 2020
  • Le dossier de candidature comporte les documents suivants …

Lire toute l’offre  : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le

 

Concours 2020 ! CNRS – Date limite 7 janvier midi

http://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/default-fr.htm

Section n°38 : Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines

N°38/01 – 4 Directeurs de recherche ou Directrices de recherche de 2e classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°38.

N°38/02 – 4 Chargés de recherche ou Chargées de recherche de classe normale : dont prioritairement :
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie juridique »,
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie de l’alimentation ».

Concours 2020 ! INED

https://www.ined.fr/fr/institut/nous-rejoindre/recrutement-concours/concours-chercheur-e-s/

 Calendrier :

19 décembre 2019 Date de début de retrait des dossiers d’inscription, sous réserve de la publication au Journal Officiel de l’arrêté d’ouverture de concours
 17 janvier 2020, 17 heures

Date limite des demandes de retraits de dossiers

20 janvier 2020

Date limite de dépôt des dossiers : les dossiers devront être déposés au plus tard le 20 janvier 2020 à 12 heures à l’Ined, ou envoyés par voie postale (cachet de la poste faisant foi) au plus tard le 20 janvier 2019 à minuit Tout dossier qui parviendra incomplet sera rejeté

Début février 2020

Publication de la liste des candidat.e.s admis-es à concourir (le cas échéant, sous réserve de l’avis de la commission d’équivalence)

Offre d’emploi ! CDD 5 mois Recherche-action Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix

http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Offre d’emploi Programme de recherche-action POPSU Territoires  « Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix »

Date limite de candidature : 10 janvier
http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Contexte

Le programme POPSU Territoires initié par le PUCA a retenu le projet « Action culturelle et bien vivre : la place de la jeunesse dans la petite ville de Foix ». Ce programme de recherche-action associe les enseignantes-chercheuses Laurence Barthe et Mariette Sibertin-Blanc du laboratoire CNRS LISST, la Ville de Foix, la Communauté d’Agglomération du Pays Foix-Varilhes, la Scène nationale de l’Estive, le PAAJIP.

4 phases composent le projet (Novembre 2019-0ctobre 2020) :

  • La vitalité culturelle sur le territoire de la CA Pays Foix-Varilhes : côté offre
  • Les pratiques culturelles et artistiques – comprendre la réception et les pratiques des jeunes
  • Identification de questions vives et repérage des leviers de changement
  • Montée en généralité sur le thème de la contribution de la culture au bien vivre des jeunes dans une petite ville

Dans ce dispositif de recherche, un emploi en CDD de 5 mois (février à mi-juillet) contribuera aux 2e et 3e  phases du projet avec l’appui d’un stagiaire.

Objet de la mission :

Continuer la lecture

Tribune. « Le darwinisme social appliqué à la recherche est une absurdité »

Le monde de la recherche française a bondi deux fois en une seule journée, le mardi 26 novembre : le matin, en lisant les propos du président-directeur général du CNRS [publiés dans le quotidien Les Echos], et le soir en visionnant le discours du président de la République pour les 80 ans de cette institution.

Le premier, Antoine Petit, résumait ainsi l’idéologie qui sous-tend la future loi de programmation de la recherche, dont la présentation est prévue pour février 2020 : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

 

La tribune :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/06/le-darwinisme-social-applique-a-la-recherche-est-uneabsurdite_6021868_3232.html?fbclid=IwAR3hkeK5Bo40bZzjZGevDi4dxWy92k2oIMvMZsv0_A2uIdjlrb10pkToCF4

La pétition : https://www.petitions.fr/recherche__non_a_une_loi_inegalitaire

Continuer la lecture

Tribune. Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Des étudiants de Lyon-II lancent un « appel à la solidarité contre la précarité »

Trois semaines après la tentative d’immolation par le feu d’un étudiant de Lyon-II devant le Crous, des étudiants de son université dénoncent la précarité grandissante qui les frappe et exhortent à « ne pas considérer comme normale la misère qui [les] traverse »

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche AG. 2 décembre, 14 décembre, 1-2 février

Ce samedi 14 décembre se tient une Assemblée générale de coordination de 14h à 18h (lieu à définir, près de Paris) à l’initiative des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il s’agit de structurer notre lutte contre la réforme des retraites, mais aussi contre ORE/Parcoursup, contre “Bienvenue en France” et la hausse des frais d’inscription, contre les déclassements au CNRS, et contre la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette loi prévoit un fonctionnement « inégalitaire » tel que le réclament Emmanuel Macron et Antoine Petit (PDG du CNRS) accentuant à nouveau la logique des facs et labos d’élite face aux facs et labos poubelles. En bref, il s’agit de se coordonner contre la précarité d’aujourd’hui et pour pouvoir étudier et travailler dans de bonnes conditions.

Tout le monde est invité à participer : étudiant·es, enseignant·es et chercheur·ses titulaire ou non, ingénieur·es de recherche, bibliothécaires, membres du personnel technique et administratif.
Pour que les discussions soient les plus riches possibles, il serait utile que les facs et labos en lutte envoient des délégations aussi variées que possible. Malgré les difficultés à se rendre sur place, il nous semble important que les personnels des facs et des labo hors-Ile-de-France puissent participer afin de commencer à coordonner nos actions nationalement.

Pour participer dès maintenant à nos discussions, vous pouvez rejoindre ce canal Telegram : https://t.me/mobilisationESR

IMPORTANT : Afin que toutes et tous puissent lutter, les enfants sont bienvenu·es pour garde et activités collectives. Contacter sur Telegram Atelier enfant AG de coord pour l’organisation : https://t.me/joinchat/H7zc5VixZl6DgIocg8Ddaw

Contre la précarité tout au long de la vie, de notre vie étudiante à notre retraite, en passant par des années de travail précaire infinies, nous nous mobilisons !

 

Contre la destruction du service public de l’enseignement et de la recherche :

Mobilisation de tous les personnels !

Nous, membres de la communauté universitaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, réuni·es en Assemblée générale le 2 décembre à la MSH Paris Nord, dénonçons un programme concerté de destruction de nos conditions d’emploi, de travail et de vie par de nombreuses contre-réformes en préparation. C’est pourquoi nous appelons à la grève reconductible à partir du 5 décembre jusqu’au retrait du projet de loi sur les retraites. Nous affirmons également notre soutien aux mouvements étudiants qui s’organisent contre les conditions de vie précaires qu’ils et elles subissent, revendiquons l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage et appelons à ne pas sanctionner celles et ceux qui se mobilisent.

Nous nous opposons également aux propositions des rapports préparatoires à la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2020, dernier coup de boutoir de la politique de l’Enseignement supérieur et la recherche depuis 15 ans. En effet, nos laboratoires et universités font face au plus grand plan social de leur histoire avec un effondrement des postes de titulaires de l’enseignement, de la recherche et de l’administration. Loin de proposer un plan massif de recrutement et la pérennisation des crédits de recherche, ces rapports et les premières annonces d’Emmanuel Macron à l’occasion des 80 ans du CNRS annoncent au contraire plus de mandarinat, plus de précarité, plus d’inégalités entre les établissements et les personnels ainsi que des conditions moins favorables à la réalisation de nos recherches : multiplication et création de nouveaux contrats précaires (dont des « CDI-chantier », pour le temps limité d’un projet), possibilité de recruter sans la qualification par le CNU, suppression de la référence aux 192 h TD pour les enseignant·es-chercheu·ses, modulation de services obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR, fin du paiement des heures complémentaires, renforcement de la logique d’appels à projets comme mode unique de financement de la recherche et augmentation de la concurrence entre unités de recherche, etc.

Ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, conjuguées à la sélection des étudiant·es que permet Parcoursup, à la réforme des lycées et du baccalauréat, aux réformes de la formation des enseignant·es et à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es, vont avoir des conséquences dramatiques pour les enseignant·es et chercheu·ses mais aussi pour les étudiant·es et remettraient gravement en cause l’accès de tou·tes à des études gratuites de qualité.

La précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire. Non seulement les personnels titulaires sont en surcharge de travail permanente, mais une part importante de l’enseignement et du travail administratif est effectué par des personnels non titulaires. Nombreu·ses sont les doctorant·es et jeunes docteur·es qui alternent contrats ponctuels et périodes de chômage pour produire des recherches. Le recours aux vacations se fait la plupart du temps hors de tout cadre légal (pas de contrat de travail, notamment). Les discriminations sous toutes leurs formes, notamment de genre ou ethno-raciales, sont monnaie courante. Les éléments de démocratie universitaire comme le Conseil National des Universités et le Comité national du CNRS sont progressivement dépouillés de leurs prérogatives.

Nous devons mettre un coup d’arrêt à cette logique mortifère et inverser la tendance en gagnant enfin la titularisation des milliers de personnels précaires. C’est pourquoi nous appelons à la tenue d’assemblées générales sur tous les sites universitaires, pour permettre aux salarié·es et aux étudiant·es de reprendre le contrôle en formulant ensemble leurs revendications et en organisant ensemble leur lutte. Nous les appelons en particulier à mandater des délégué·es, responsables devant leurs assemblées générales, en vue d’une coordination de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte. Dans cette perspective, nous appelons aussi à participer aux manifestations des semaines à venir contre la réforme des retraites en constituant des cortèges de l’Enseignement supérieur et de la recherche en lutte.

Pour un service public de l’enseignement et de la recherche de qualité, nous soumettons à nos collègues les pistes suivantes pour élaborer leurs revendications en assemblée générale :

– Pour une université gratuite et accessible à toutes et tous et une recherche scientifique publique au service de toutes et tous.

– Pour la titularisation des précaires qui remplissent des fonctions pérennes et pour un plan de recrutement massif de titulaires à la hauteur de l’augmentation du nombre d’étudiant·es et des besoins publics de recherche.

– Pour la mensualisation des paiements des vacations et le respect de la législation en vigueur. Pour une revalorisation des vacations au moins au SMIC.

– Pour la création massive de postes pérennes à la hauteur de la mission de service public que nous assurons. Contre la casse du statut de fonctionnaire (refus des CDI-chantier, des tenure track qui ouvrent la voie à la remise en cause des statuts de MCF et de CR) ; contre la dérégulation des carrières ; pour la revalorisation du point d’indice ; contre la modulation des services des enseignant·es chercheu·ses, pour la réduction du temps de travail de l’ensemble des personnels de l’ESR ;

– Contre l’imposition du modèle de l’entreprise privée à l’ESR (et la concurrence généralisée et déloyale qui creuse les inégalités existantes et la précarisation de tous les personnels) ;

– Pour la mise en place de moyens effectifs de lutte contre toutes les discriminations ;

– Pour une véritable démocratie universitaire, contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche (refus du contournement des instances nationales d’évaluation par les pairs – CNU, Comité national du CNRS) ;

– Pour des mesures efficaces de lutte contre la précarité étudiante (revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire).

Texte adopté au consensus par les 150 participant·es à l’AG de l’ESR du 2 décembre 2019 à la MSH Paris Nord, en présence des syndicats SUD recherche EPST, Sud éducation, SNTRS-CGT, Ferc-sup CGT, CGT INRA, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNCS-FSU, SNABSUB-FSU.

Calendrier de mobilisation

Cortèges de l’ESR en lutte lors des manifestations du jeudi 5 décembre, du samedi 7 décembre, etc.

Nous appelons à l’organisation d’AG locales d’ici là, et pendant le mouvement de grève.

Samedi 14 décembre : les AG locales envoient des délégué·es mandaté·es à une coordination nationale des personnels de l’ESR et étudiant·es en lutte.

1er et 2 février : États généraux de la recherche (avant les vacances mais après les premières annonces du gouvernement pour la LPPR).

Un comité de mobilisation a été mandaté pour mettre en œuvre ce calendrier en coordination avec les AG locales.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air
Doc’Door
Scientifique
 

DONATION bibliothèque « NIKITA SIBÉROFF »  à l’Institut d’ethnologie et la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg

Documentation Sibéroff
 
A l’automne 2018, sur le conseil de Bernard Sellato, directeur de recherche émérite au CNRS (laboratoire CASE), Anne Sibéroff, fille de de Nikita Sibéroff (traducteur, ethnologue et documentaliste spécialisé sur l’Asie du Sud-Est hospitalisé en raison d’une longue maladie), Nathalie Siberoff-Zimine, sa sœur, et l’époux de celle-ci, Serge Zimine, ingénieur géologue en retraite, ont très généreusement offert et apporté eux-mêmes depuis Paris la plus grosse partie de la bibliothèque de Nikita Sibéroff, spécialisée sur l’Asie du Sud-Est et l’Extrême-Orient, à la bibliothèque de la Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg, avec l’accord de Vincent Chapuis, conservateur en chef responsable du département Lettres, Sciences humaines et sociales du service de la Documentation commune de l’université de Strasbourg, et de Nicole Bruder, responsable de la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg, qui acceptèrent d’accueillir le fonds.

Celui-ci est composé d’environ 300 livres, articles, numéros ou séries de revues scientifiques périodiques, thèses et rapports multigraphiés, cartes géographiques et tirés-à-part.

Urgent Recrutement ! Niveau licence -Master pour ethnologues en herbe à Paris

Basée à Paris, l’association Ethnologues en herbe recherche 2 intervenant.e.s (licence ou master d’ethnologie ou d’anthropologie) pour animer des ateliers TAP (Temps d’activités périscolaires) dans les écoles primaires les vendredis entre 15h et 16h30 (ateliers dans les 19ème ou 20ème arrondissements). 

Ces ateliers portent sur deux thèmes: la découverte de l’ethnologie ou la découverte des villes
Ils ont lieu pendant toute l’année scolaire qui commence la semaine du 2 septembre (avec une réunion de pré-rentrée le vendredi 30 août).
Si vous êtes intéressés, vous pouvez nous contacter sur cette page ou par mail (info@ethnoclic.net/salome.delmotte@ethnologues-en-herbe.fr)

Bourse doctorale en ethnologie. Appel à candidature 2020

https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

Ouverture le 20 juin 2019. Date limite de candidature le 31 mars 2020
Contact : fondsculturel@gmail.com
Dossier de candidature, règlement, comité de sélection :
https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint. bourse doctorale en ethnologie et anthropologie

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à faciliter la mobilité des jeunes chercheurs dans le domaine de la recherche en ethnologie et en anthropologie sociale, notamment pour favoriser la mise en valeur et la préservation du patrimoine immatériel de l’humanité.

Cette bourse de recherche,  une des rares dans les spécialités de l’ethnologie et de l’anthropologie, est attribuée annuellement dès juin 2017, à un étudiant titulaire d’un master 2 (ou équivalent), de nationalité française ou de nationalité étrangère maîtrisant la langue française, justifiant d’une inscription en 1ère année de thèse dans un établissement d’enseignement supérieur français, éventuellement en co-tutelle avec un établissement étranger.

L’étudiant doit être inscrit en France en thèse de doctorat dans les domaines de l’ethnologie, patrimoine immatériel, ethnolinguistique, ethnomusicologie (etc.) et souhaitera lancer/poursuivre des recherches sur un terrain éloigné dès la première et/ou deuxième année. Parmi les critères de sélection, la maîtrise de la langue du peuple étudié ou l’attestation de l’apprentissage de cette langue, sera pris en compte tout particulièrement.

Les ressources financières étant le principal obstacle à la poursuite d’une recherche dans les domaines précités, le montant de la bourse a été fixé à 10 000 euros pour permettre à l’étudiant d’approfondir ses recherches sur le terrain sur une longue période.

 

Comité d’honneur
Michel Antelme, Institut national des langues et civilisations orientales. Philippe Belaval, Centre des monument nationaux. Philippe Descola, Collège de France. Louis Gabaude, École française d’Extrême-Orient. Arlo Griffiths, École française d’Extrême-Orient. Abdel Kader Haïdara, Bibliothèque Mamma-Haïdara de Tombouctou – Mali. Christian Hottin, Institut National du Patrimoine. Yves Le Fur, musée du Quai Branly. Jim McPherson, Fondation Arizona Preservation – États-Unis. Pierre Morère, planteur, société Jingala (commerce équitable) – Vietnam. Rithy Panh, Centre de ressource audiovisuelle Bophana, Phnom Penh – Cambodge
Philippe M. F. Peycam, International Institute for Asian Studies – Pays-Bas. Thierry Zephir, École du Louvre

Bureau
Dr. Alain Beyrand ou Dr. Pascale Beyrand, président d’honneur. Jean-Pierre Toussaint ou Carmen Toussaint, président d’honneur. Pierre Le Roux, ethnologue, professeur à l’université de Strasbourg, membre. du SAGE (UMR 7363 CNRS), président du comité de sélection
Julie Chaizemartin, journaliste et historienne