Archives de catégorie : Institutions publiques

Emplois ! 2 CDD 21 mois – Chargé de mission à l’office français de la biodiversité

https://ofb.gouv.fr/recrutement/charge-de-mission-resoblo-h-f-0
https://ofb.gouv.fr/recrutement/charge-de-mission-resoblo-h-f

Date limite de dépôt des candidatures : 06/05/2020
 
Profil recherché : De formation universitaire de niveau bac + 5 minimum dans le domaine de la gestion des espaces naturels marins, le chargé de mission aura des compétences avérées dans la gestion des bases de données(Système d’information géographique (SIG)) et une bonne expérience en gestion de projets (technique et administrative). La connaissance des problématiques liées à la fréquentation au sein des aires marines protégées (Sciences humaines et sociales) est un plus.

Emploi ! CDD enseignement anthropologie biotechnologies à Lyon

Fabien MILANOVIC Sociologue (PhD), enseignant chercheur
Responsable du Pôle des Biotechnologies en Société (PBS)
Chercheur associé au Laboratoire d’Anthropologie Sociale
(LAS, UMR 7130, Collège de France, EHESS, CNRS)
Ligne directe : 01 84 07 43 63

 Sup’Biotech
L’école des ingénieurs en biotechnologies
66, rue Guy Môquet – 94800 Villejuif

Sup’Biotech (www.supbiotech.fr), école d’ingénieur en biotechnologie à Villejuif (94), ouvre une antenne à Lyon à la rentrée de septembre 2020. Dans ce cadre, pour dispenser les cours en SHS aux élèves lyonnais de première année, nous recrutons un-e enseignant-e, en doctorat ou post-doc, dans une discipline de sciences sociales mais en sociologie ou anthropologie de préférence, travaillant dans le domaine des STS (un lien avec les biotechnologies serait apprécié).

Le cours à donner, de septembre à décembre sous forme de 9 séances de 2h, concerne la méthodologie de projet et la recherche documentaire (le tout étant orientée sur la thématique de l’argumentation scientifique), pour des élèves ingénieurs en 1ère année. Les supports de cours sont déjà en place, la personne recrutée travaillera en lien avec les enseignantes donnant ce cours sur le site de Villejuif (le cours ne pourra donc être aménagé qu’à la marge). Ce cours pourra éventuellement être prolongé au second semestre sur un même volume horaire, dans le cadre d’une introduction générale aux biotechnologies.

Nous recherchons une personne motivée et dynamique, intéressée pédagogiquement par des méthodes favorisant l’interactivité et la prise d’initiatives des étudiant-es, organisée et rigoureuse, à l’aise relationnellement et familière avec les biotechnologies (dans le domaine médical, environnemental etc.). Il ou elle devra habiter Lyon (ou ses environs), le transport n’étant pas pris en charge. La rémunération est de 45 euros brut de l’heure, sous la forme de CDD (rémunération mensualisée).

Merci d’adresser dans les meilleurs délais CV et lettre de motivation à Fabien Milanovic, fabien.milanovic@supbiotech.fr

Témoignage. D’une science à l’autre …

Témoignage de Bruno Canard, virologue au CNRS, lu lors du départ de la manifestation de l’enseignement supérieur et de la recherche:  Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus. Continuer la lecture

Offre d’emploi CDD 3 ans, Responsable d’unité scientifique – FOCUS Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Date limite des candidatures : 5 mars 2020 
Candidature à envoyer à : recrutement@ofdt.fr 

 

FICHE DE POSTE

 Responsable d’unité scientifique – FOCUS

 Analyse et appui aux politiques publiques 

 

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 28 salariés, est un groupement d’intérêt public créé en 1993 pour réunir, produire et diffuser les connaissances et les données scientifiques sur le phénomène des drogues et des addictions (alcool, tabac, drogues illicites, médicaments psychotropes détournés de leur usage, addictions comportementales, etc.). L’OFDT est membre du réseau européen d’information sur les toxicomanies (REITOX) animé par l’agence européenne des drogues, l’EMCDDA (www.emcdda.eu).
L’OFDT diffuse ses travaux par des publications et son site internet (https://www.ofdt.fr/ofdt/equipe/).

Continuer la lecture

Motion CNRS Section 38 Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en 2020

Motion. Alerte sur le concours des directrices et directeurs de recherche du CNRS en
2020
Page 1 / 2
La section 38 du Comité national de la recherche scientifique exprime ses très vives inquiétudes concernant l’organisation du concours 2020 pour accéder au corps de directeur et directrice de recherche.
En tant que jury d’admissibilité des concours de CRCN et de DR, la section s’inquiète des recommandations officieuses de la direction du CNRS. Leur mise en oeuvre menace l’équité entre les candidat.e.s, l’intégrité juridique du concours et remet en cause l’autonomie et la souveraineté des jurys.
Le concours DR est ouvert statutairement aux candidat.e.s remplissant les conditions d’admissibilité (internes et externes). Or, depuis des années, le jury d’admission évince quasi-systématiquement les collègues non CNRS des classements établis par les jurys d’admissibilité pour ne pas avoir à créer de postes. Aujourd’hui, au contraire, les recommandations officieuses de la direction enjoignent chaque section à sélectionner et classer des candidats DR identifiés comme des « stars internationales ». Ainsi Antoine Petit explique :

Continuer la lecture

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

Motion de la 20è section du Conseil National des Universités

— Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie Biologique —

contre le futur projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR)

 

La 20e section du CNU, réunie en session plénière le 6 février 2020 rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation de la diversité et de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle souhaite, elle aussi, exprimer sa défiance quant au projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et soutenir la motion déjà votée à l’unanimité par la CP-CNU (Commission Permanente du Conseil National des Universités) le 7 janvier 2020.

Les projets de réforme actuels (LPPR, réforme des retraites) et les réformes déjà mises en œuvre (Parcours Sup, réforme du bac) remettent profondément en cause le fonctionnement, voire les missions du service public, en particulier de l’enseignement supérieur et de la recherche, impliquant une précarisation toujours plus grande de ses personnels pendant et après la vie professionnelle. Ce phénomène général frappera de manière encore plus sensible les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants relevant de la 20e section du CNU, dont les disciplines ne sont pas enseignées dans le secondaire et dont les carrières sont marquées par des études longues suivies de périodes de précarité parfois inscrites dans une durée encore plus grande. Ces réformes entrent ici en opposition avec les conclusions et préconisations du rapport d’experts sur les « disciplines rares » remis à Madame la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le 16 décembre 2014 : « il est donc important de veiller à ce que des savoirs ne disparaissent pas sous les seuls effets de contraintes budgétaires ou une mauvaise appréciation locale de la situation nationale » (Blaise et al., 2014).

L’assemblée exprime son opposition résolue à plusieurs propositions contenues dans les rapports préalables au projet de LPPR. Cette politique ne peut que conduire à terme à la disparition d’une science ouverte, de qualité, indépendante et élaborée sur le long terme. Elle participe également à une baisse de l’attractivité des carrières scientifiques et à l’appauvrissement des savoirs et de leur transmission.

La 20e section estime que l’enseignement supérieur et la recherche doivent bénéficier impérativement, et de manière urgente, d’une politique générale d’amélioration de ses conditions de travail qui ne rompt pas le lien entre enseignement et recherche, renforce ses emplois statutaires permanents (afin de favoriser l’entrée dans le métier des jeunes docteurs) et augmente les budgets pérennes des laboratoires (pour garantir la qualité et l’indépendance de la recherche vis-à-vis de toute logique industrielle et marchande).

La 20e section réclame que la CP-CNU soit immédiatement associée à la réflexion sur la future LPPR. Elle appelle également l’ensemble des collègues de nos universités à la plus grande vigilance et à la mobilisation face à ce projet.

La 20e section du CNU est pleinement solidaire du mouvement social engagé par de nombreux laboratoires, institutions universitaires et revues scientifiques et souhaite y contribuer.

Les membres de la 20e section du CNU s’associent ainsi au texte adopté par les membres démissionnaires des comités de visite HCERES et demandent au président de la 20e section de ne pas mandater de représentant du CNU dans ces conditions et pour lesdits comités.

Universités buissonnières

Université populaire à Toulouse et gazette

 
 
 
Tout cela est le résultat d’un travail collectif pédagogique, scientifique, engagé et enthousiaste qui a vocation à être diffusé très largement. Merci donc de nous aider à la diffusion de la gazette et du programme de l’université populaire. 
 

Université populaire de Paris Descartes 
Journée « université ouverte » à l’université de Lorraine (Nancy, Metz)
Séminaire alternatifs au bar commun

Jeudi 13 février – Journée « Université Ouverte »

On arrête tout, on réfléchit, on s’organise!

Différents campus, différents programmes

Continuer la lecture

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités, départements, écoles doctorales

 

ENS Lyon département des sciences sociales
INSPE de Paris Département de sciences humaines et sociales – philosophie de 
Précaires ESR,
facs et labos en lutte,  Motions de l’AG de coordination des 
Paris 8n département de sociologie et anthropologie
2cole doctorale ED 540,
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (PSL) Continuer la lecture

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) – Ce à quoi il faut s’attendre (Sauvons la Recherche)

 
 

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

Ce à quoi il faut s’attendre

Toujours plus d’évaluation, toujours plus de financement sur projets, toujours plus de hiérarchisation et de différenciation, et pour cela la possibilité d’imposer plus de 192h annuelles aux enseignants-chercheurs et la fin du paiement des heures supplémentaires, telles sont les propositions centrales formulées dans les 3 rapports officiellement commandés par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (la LPPR). Voici une présentation par SLU de ces 3 rapports qui font froid dans le dos quand on sait ce qu’est déjà devenu notre métier.

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale ». Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019.

Les déclarations réitérées du PDG du CNRS ont fait largement réagir la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Elles ne sauraient passer pour de simples provocations. Le darwinisme social et l’inégalité qui y sont revendiqués sans fard sont au cœur des trois rapports remis le 23 septembre 2019 à la Ministre de l’ESR en vue de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Continuer la lecture

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.

Offre d’emplois. Chargé(e) de mission discrimination origine genre et orientation – PEAD – date limite le 17 janvier 2020

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le
    • Formation et expérience nécessaires :

    Diplôme de niveau Bac+5 (droit, sciences politiques, sciences sociales) et expérience confirmée dans de la conduite de projets de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité.

  • Conditions daccès

Emploi ouvert en priorité aux fonctionnaires des 3 fonctions publiques de catégorie A
CDD de trois ans, renouvelable, pour les agents contractuels non titulaires
.
Détachement sur contrat pour les fonctionnaires (conditions statutaires du corps d’origine garanties).

Rémunération fixée selon la grille du cadre de gestion du Défenseur des droits

  • Lieu de travail : 3 place de Fontenoy – 75007 PARIS
  • Poste à pourvoir : Janvier 2020
  • Date limite de dépôt des candidatures : 17 janvier 2020
  • Le dossier de candidature comporte les documents suivants …

Lire toute l’offre  : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le

 

Concours 2020 ! CNRS – Date limite 7 janvier midi

http://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/default-fr.htm

Section n°38 : Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines

N°38/01 – 4 Directeurs de recherche ou Directrices de recherche de 2e classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°38.

N°38/02 – 4 Chargés de recherche ou Chargées de recherche de classe normale : dont prioritairement :
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie juridique »,
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie de l’alimentation ».

Concours 2020 ! INED

https://www.ined.fr/fr/institut/nous-rejoindre/recrutement-concours/concours-chercheur-e-s/

 Calendrier :

19 décembre 2019 Date de début de retrait des dossiers d’inscription, sous réserve de la publication au Journal Officiel de l’arrêté d’ouverture de concours
 17 janvier 2020, 17 heures

Date limite des demandes de retraits de dossiers

20 janvier 2020

Date limite de dépôt des dossiers : les dossiers devront être déposés au plus tard le 20 janvier 2020 à 12 heures à l’Ined, ou envoyés par voie postale (cachet de la poste faisant foi) au plus tard le 20 janvier 2019 à minuit Tout dossier qui parviendra incomplet sera rejeté

Début février 2020

Publication de la liste des candidat.e.s admis-es à concourir (le cas échéant, sous réserve de l’avis de la commission d’équivalence)