Archives de catégorie : Billets

Parution : “Pour la cause de l’ancêtre”

L’ouvrage d’Anne-Christine Trémon Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine) vient de paraître.

Les habitants natifs de Fort-les-Pins ne sont plus les pauvres paysans dépendants de leurs riches parents émigrés qu’ils étaient encore il y a quelques décennies. Ce « village-dans-la-ville » devenu un quartier de Shenzhen, mégapole à la croissance fulgurante, a vu son paysage et sa population radicalement transformés en l’espace de quarante ans. La création de Shenzhen, la plus ambitieuse des Zones économiques spéciales chinoises, a été, à partir de 1979, le signal de l’ouverture de la Chine aux capitaux de l’étranger et le laboratoire des réformes économiques et sociales. Cette ouverture s’est accompagnée de reconnexions avec les émigrés et descendants d’émigrés, encouragés par les autorités chinoises à venir visiter les villages d’origine et à contribuer financièrement à leur développement.

L’ouvrage retrace l’histoire de l’émigration ainsi que les contributions financières renvoyées au village pendant près d’un siècle. Il montre quel rôle éminent a joué la diaspora, non seulement dans le développement économique du village d’origine, mais aussi dans le contournement rusé de certaines des politiques urbaines. Dans un contexte de mutations accélérées, le sens conféré à l’émigration a changé, ainsi que la relation à la diaspora. Ce livre rend compte de l’affaiblissement de cette relation, en même temps que de la persistance de liens moraux, affectifs, et symboliques, dans la Chine de l’ère des réformes et de l’ouverture.

Prenant la suite de Chinois en Polynésie française. Migration, métissage, diaspora (2010), ce livre vient compléter un diptyque sur la relation diasporique. S’appuyant sur une riche documentation historique et ethnographique, il couvre plusieurs champs de l’anthropologie : historique, économique, religieuse et des institutions.

Éditeur : Société d’ethnologie

Collection : Recherches sur la Haute Asie

Rencontres ! Festival des sciences sociales Marseille 25-29 septembre 2019

Près de 50 manifestations, tables-rondes, films, spectacles & performances, balades, expositions… pour penser, débattre avec les sciences sociales et leurs outils, pour rencontrer des chercheurs, des écrivains, des artistes, qui s’efforcent de penser la nature autrement.
Tout public – Entièrement Gratuit* (* sauf films à la Baleine et solo théâtral à Montevideo)

https://www.allez-savoir.fr/

 

Déclassements au CNRS. Tribune des médaillés et manifestation le 4 juillet

Manifestation le 4 juillet à 8h15 devant le 45 rue des saint-pères Paris 7e, ici sur facebook .

DECLASSEMENTS AU CNRS
Faire confiance aux chercheurs et chercheuses, revoir le rôle des jurys d’admission et leur fonctionnement
               
Le CNRS a pour objet la recherche et le progrès de la connaissance dans toutes les disciplines. Organisé en 10 instituts, il constitue un établissement phare à l’échelle mondiale. Les chercheur.ses recruté.es le sont à vie, ce qui constitue un atout majeur du CNRS par rapport à d’autres organismes de recherche, et qui permet de compenser, pour partie, la modestie des salaires proposés à l’aune des standards internationaux. Les chercheur.ses CNRS sont donc des fonctionnaires. Comme pour tous les concours de la fonction publique, leur recrutement doit être avalisé par un jury d’admission.
 
Dans un contexte où le nombre de postes ouverts au concours ne cesse de décroître et s’avère notoirement insuffisant, il nous semble indispensable de redéfinir collectivement le rôle de ces jurys d’admission. Le recrutement des chercheur.ses est un enjeu majeur pour la qualité de la recherche, son rayonnement, ses productions, il doit pour cela être légitime au sein des communautés scientifiques.
 
Or ces trois dernières années, des déclassements à répétition se sont produits dans plusieurs sections du CNRS, en sciences humaines et sociales mais aussi dans d’autres disciplines (mécanique, chimie, etc.). C’est évidemment dramatique pour les candidat.es malheureux.ses, et plus encore dans un contexte de contraction des postes. En envoyant des signaux aussi incohérents, on affecte aussi la sérénité d’une institution à laquelle nous sommes profondément attaché.es. Notre propos n’est pas de revenir sur le contenu des dossiers des personnes déclassées, voire éliminées, du classement (auquel cas nous ferions exactement ce que nous pensons qu’il ne faut pas faire : juger trop vite et en moins de temps que ce qui a été fait en section), mais d’expliciter les enjeux de la tension entre sections du comité national et jurys d’admission et d’en tirer des recommandations pour le fonctionnement des jurys d’admission.
 
La reconnaissance des pairs est le principe fondateur des règles de recrutement et de jugement scientifique. A l’inverse, la direction du CNRS, comme de plus en plus de grandes organisations aujourd’hui, cherche à accroître une logique de pilotage, la mise en œuvre de priorités, la garantie de standards, le contrôle des procédures, ce qui conduit souvent à des interventions pour la stratégie de l’organisation ou à des formes de management peu transparentes. Cette tension est aujourd’hui centrale, et très fréquente dans les organisations publiques. Elle exige d’être elle-même contrôlée et encadrée par des règles claires, afin de préserver ce qui devrait pourtant rassembler les uns et les autres : l’originalité et la qualité de la recherche produite par le CNRS.

Continuer la lecture

Bourse doctorale en ethnologie. Appel à candidature 2020

https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

Ouverture le 20 juin 2019. Date limite de candidature le 31 mars 2020
Contact : fondsculturel@gmail.com
Dossier de candidature, règlement, comité de sélection :
https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint. bourse doctorale en ethnologie et anthropologie

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à faciliter la mobilité des jeunes chercheurs dans le domaine de la recherche en ethnologie et en anthropologie sociale, notamment pour favoriser la mise en valeur et la préservation du patrimoine immatériel de l’humanité.

Cette bourse de recherche,  une des rares dans les spécialités de l’ethnologie et de l’anthropologie, est attribuée annuellement dès juin 2017, à un étudiant titulaire d’un master 2 (ou équivalent), de nationalité française ou de nationalité étrangère maîtrisant la langue française, justifiant d’une inscription en 1ère année de thèse dans un établissement d’enseignement supérieur français, éventuellement en co-tutelle avec un établissement étranger.

L’étudiant doit être inscrit en France en thèse de doctorat dans les domaines de l’ethnologie, patrimoine immatériel, ethnolinguistique, ethnomusicologie (etc.) et souhaitera lancer/poursuivre des recherches sur un terrain éloigné dès la première et/ou deuxième année. Parmi les critères de sélection, la maîtrise de la langue du peuple étudié ou l’attestation de l’apprentissage de cette langue, sera pris en compte tout particulièrement.

Les ressources financières étant le principal obstacle à la poursuite d’une recherche dans les domaines précités, le montant de la bourse a été fixé à 10 000 euros pour permettre à l’étudiant d’approfondir ses recherches sur le terrain sur une longue période.

 

Comité d’honneur
Michel Antelme, Institut national des langues et civilisations orientales. Philippe Belaval, Centre des monument nationaux. Philippe Descola, Collège de France. Louis Gabaude, École française d’Extrême-Orient. Arlo Griffiths, École française d’Extrême-Orient. Abdel Kader Haïdara, Bibliothèque Mamma-Haïdara de Tombouctou – Mali. Christian Hottin, Institut National du Patrimoine. Yves Le Fur, musée du Quai Branly. Jim McPherson, Fondation Arizona Preservation – États-Unis. Pierre Morère, planteur, société Jingala (commerce équitable) – Vietnam. Rithy Panh, Centre de ressource audiovisuelle Bophana, Phnom Penh – Cambodge
Philippe M. F. Peycam, International Institute for Asian Studies – Pays-Bas. Thierry Zephir, École du Louvre

Bureau
Dr. Alain Beyrand ou Dr. Pascale Beyrand, président d’honneur. Jean-Pierre Toussaint ou Carmen Toussaint, président d’honneur. Pierre Le Roux, ethnologue, professeur à l’université de Strasbourg, membre. du SAGE (UMR 7363 CNRS), président du comité de sélection
Julie Chaizemartin, journaliste et historienne

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture

Rencontre ! le 28 juin, 18h à Marseille : “Comment observer l’amour ? Une enquête au sultanat d’Oman.” Marion Breteau

À quelques jours seulement de sa soutenance de thèse (prévue le 8 juillet 2019), Marion Breteau, doctorante en anthropologie à Aix-Marseille Université (IDEMEC), nous emmène au sultanat d’Oman, un pays du Golfe Persique peu connu, où le mariage est d’importance capitale, le flirt prohibé et les rencontres souvent cachées des regards. Qu’est-ce qu’être amoureux ? Comment comprendre l’intimité d’un couple ? Marion Breteau nous décrira les différentes techniques qu’elle a utilisées pour réaliser son enquête sur un sentiment “voilé”, depuis les sites de rencontre en ligne à la Saint Valentin. La soirée sera dialoguée avec Alice Fromonteil, doctorante en anthropologie également (Aix-Marseille Université, CREDO), et aura lieu

le 28 juin  de 18h à 20H au Chichacho
24 rue Pastoret 13006 Marseille

Entrée gratuite, consommation requise !  (Outre la bière, il y aura aussi du thé et des falafels !)

En prévision de cette belle soirée de discussion, vous pouvez vous plonger dans les réflexions philosophiques de Pacôme Thiellement, auteur d’un récent essai édité aux Presses Universitaires de France, où il analyse des récits religieux ou encore des œuvres littéraires : Sycomore Sickamour. Sommes nous malades d’amour à cause d’une malédiction divine ? Qui était la “dark lady” de Shakespeare ? Voici une petite vidéo avec l’auteur pour vous mettre en bouche. Si les histoires d’amour finissent mal en général, on souhaite quand même que tout se passe bien pour vous et on espère vous voir nombreux·ses pour ce dernier workchope de la saison !

Exposition / Rencontres ! Des déchets et des hommes : la mise en image du rebut. 16-23 juin à La Villette, Paris

Retrouvez nous tous les soirs de la semaine à partir de 18h30 pour débattre autour l’exposition itinérante La mise en image du rebut réalisée par les chercheurs du réseau Sociétés, Urbaines et Déchets. 

PROGRAMMATION : PERSPECTIVES PUBLIQUES

15 & 16 juin : ateliers enfants sur la récupération avec Emmaüs.

Lundi 17 juin à 18h30 : inauguration et visites guidées de « La Mise en Images du Rebut » par le Réseau SUD avec Bénédicte Florin et Claudia Cirelli (Citeres – Université de Tours) Pascal Garret (SUD, POLAU) et Rémi de Bercegol (CNRS, PRODIG)

Mardi 18 juin à 18h30 :« Faire la ferraille » avec Pascal Garret (SUD, POLAU) et réflexions de Abou Ndiaye sur la mécanique de rue en France (ARESS, MSH).

Mercredi 19 juin à 18h30 : « Mais où voyagent nos déchets ? » avec Yann-Philippe Tastevin (CNRS), Pham Thi Thanh Huong (PRX, Université d’architecture d’Hanoi) et Phuong Nguyen Minh (ARTS, IRD).

Jeudi 20 juin à 18h30 : « Perspectives Indiennes » avec projection du documentaire « Les marais de Calcutta » de Joy Banerjee (2018, 21 min) suivie d’extraits du documentaire de Gina Giuzy « City of waste » avec Rémi de Bercegol (CNRS), Christine Ithurbide (CEIAS) et Gauthier Kohler (AFD)

Vendredi 21 juin à 18h30 : faites de la musique, pas des déchets !

22 Juin à 15h30: ateliers enfants sur la récupération avec l’association « Changer par l’assiette » (CPA) suivi d’un débat à 18h00 sur « gaspillage alimentaire en question : enjeux et initiatives francilienne » avec CPA et la régie de quartier de Pierrefitte-sur-Seine

L’œuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain : 11-12 juin 2019, Paris

Fondation Maison des Sciences de l’Homme Salle du Conseil, 3e étage. 54 bd Raspail, 75006 Paris M° : Sèvres-Babylone ou Saint-Placide

Mardi 11 juin
9h30 – 11h30 : témoignages et table ronde 11h30 – 12h30 : L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théoriques et épistémologiques 14h00 – 15h00 : communications 15h00 – 16h00 L’Afrique australe dans l’africanisme français.
16h00 – 17h30 : Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et
sociétés civiles en Afrique noire

Mercredi 12 juin
9h00 –11h30 Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de
l’humanitaire. 11h00 – 12h30 Table ronde : La formation de la classe ouvrière dans la représentation de l’Afrique : passé/présent. 14h00 – 16h00 : Anthropologie, sociologie, modernité africaine 16h00 – 17h00 : Table ronde finale L’Afrique et l’anthropologie au XXIe siècle ? Enseignement, manuels universitaires, vulgarisation grand public. D’ici à là-bas : allers
et retours. 17h00 – 18h00 Débat général et conclusions des journées

Rencontre ! Autour de l’ouvrage “la maison double : lieux, routes et objets d’une migration rom” de Norah Benarrosh-Orsoni, à Montreuil, le 19 juin 2019 à 19h

Soirée consacrée au livre “la maison double : lieux, routes et objets d’une migration rom” de Norah Benarrosh-Orsoni publié par la Société d’Ethnologie.
Une discussion + Un apéro! pour fêter l’aboutissement d’un travail commencé sur la place de la Mairie à Montreuil, il y a 13 ans.
Mercredi 19 juin 2019 de 19:30 à 22:30, au café librairie Michel Firk 9 rue François Debergue à Montreuil.

“Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.
Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Continuer la lecture

Colloque : S’associer une pratique fondatrice des sociétés. Vendredi 14 & samedi 15 juin 2019 MONTPELLIER

COLLOQUE EUROPÉEN DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES ANTHROPOLOGUES & DU BISTROT DES ETHNOLOGUES.

À L’UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER, SITE SAINT-CHARLES
ACCÈS LIBRE 71 RUE DU PROFESSEUR HENRI SERRE – ARRÊT DE TRAM “PLACE ALBERT 1ER” www.ethnobistro.fr

À l’occasion des 40 ans de l’Association Française des Anthropologues et des 25 ans du Bistrot des ethnologues, dans un contexte social et politique tendu associé à une supposée
« crise des solidarités » et à de nouvelles formes de lutte, il nous paraît nécessaire de s’interroger sur les racines des engagements, leurs causes et les multiples manières de se
fédérer aujourd’hui, à la fois complexes et inédites.
Un double constat se donne à notre réflexion. Nous vivons dans des sociétés où les inégalités socio-économiques, dénoncées avec force dans le récent mouvement des gilets jaunes, font
partie des nouvelles dynamiques historiques, même si la pauvreté tend à globaliser les forces vives de l’immigration et mobilisent aujourd’hui autour de l’agency – tout en empruntant
certains modes d’affichage et des logiques propres aux formes d’organisation traditionnelle (affinité culturelle ou élective, ritualisation des pratiques, pactisation…).
Ce colloque est un appel à l’analyse et à la discussion autour de différentes expériences associatives locales, nationales, et européennes. Continuer la lecture

Parution : “Faire Revue”- Les sciences humaines et sociales au travail (1)

Sous la direction de  Amina DAMERDJI, Samuel HAYAT, Natalia LA VALLE, Anthony PECQUEUX et Christelle RABIER. En ligne : https://journals.openedition.org/traces/8803


En considérant les chaînes du travail éditorial, les temporalités et les conditions sociales de production comme la place des différent-e-s actrices et acteurs dans l’élaboration des revues scientifiques, ce numéro hors-série de Tracés veut réfléchir aux effets du format revue sur la production et la réception du savoir en sciences humaines et sociales. Il invite des études réflexives par des membres de différentes revues, jeunes ou plus installées, ainsi que des analyses transverses intéressant plus généralement les revues. Dans « Faire revue », trois dimensions essentielles sont analysées. Continuer la lecture

Poste CDD. Sociotopie, chargé de mission (H/F)

201905_Sociotopie_Chargé de mission SHS

Durée : CDD de 8 mois, renouvelable et transformable en CDI en fonction des opportunités
Lieu : Lille Fives – (bureau de Sociotopie). Missions de terrain en Hauts-de-France, possiblement  à l’étranger
Salaire : 1950 euros brut (environ 1500 euros net incluant la mutuelle d’entreprise), temps plein.

Présentation du poste
Le poste sera principalement consacré à la réalisation d’études et enquêtes de terrain (mise en place de protocole de collecte de données, enquêtes, analyse, mise en forme des résultats et rédaction de rapports) mais pourra également venir en appui au développement de Sociotopie (sélection et réponse aux appels d’offre et des projets de recherche, développement des outils de communication, mise en place de nouveaux partenariats, de nouveaux services etc.). Au-delà du profil et des compétences attendues, nous recherchons une personne motivée ayant la volonté de s’engager dans un projet coopératif

Formation supérieure, minimum Master 2 en sciences humaines et sociales (Sociologie, Anthropologie, Géographie, sciences politiques…) + 3 ans d’expérience professionnelle.
D’autres parcours seront les bienvenus (…)

Candidature
Les candidatures (CV et lettre de motivation) doivent être envoyées au plus tard le 20 juillet 2019 à l’adresse suivante, en précisant leurs disponibilités pour un entretien fin juillet ou début aout : contact@sociotopie.fr
Plus d’information par mail ou sur le site internet de Sociotopie : http://sociotopie.fr

Continuer la lecture

Parution : Parenté sans papiers

Frédérique Fogel, éditions dépaysage, mai 2019

C’est en accompagnant au quotidien ces femmes et ces hommes qui, à un moment de leur vie, se trouvent en « situation administrative irrégulière », que Frédérique Fogel a enquêté. Pendant dix années, sous plusieurs régimes réglementaires et législatifs, elle a questionné les pratiques et les représentations des relations de parenté et des liens de famille de part et d’autre du guichet préfectoral : comment parler parenté et faire famille dans la situation d’une migration immobilisée ? Comment la condition sans papiers influence-t-elle les relations entre celles et ceux qui vivent en migration et leur famille au pays ? Comment le dispositif juridique infléchit-il la vie privée, imposant certaines manières d’être et de penser ? Cette recherche ethnographique et anthropologique interroge également la marginalité et la précarité juridiques des personnes étrangères, apportant un éclairage nouveau sur l’évolution des normes en usage sur le territoire français en matière de parentalité, de conjugalité et de genre.

Parenté sans papiers forme ainsi une contribution importante à une anthropologie des migrantes et des migrants, permettant de comprendre l’écart entre la famille sans papiers, contrainte à la normativité, et la famille sociologique « française » qui, depuis les années 1970, n’en finit pas de dépasser les normes