Archives de catégorie : Associations et réseaux

L’Afea souhaite fédérer les associations en lien avec l’anthropologie et l’ethnologie. Le réseau associatif de la discipline est en effet un acteur important de la diffusion de la recherche et de son développement.

Sur les vingt quatre sièges que comptent le conseil d’administration, douze sont ainsi réservés aux représentants élus des associations (collège B). Les associations ont un grand rôle à jouer au sein de l’Afea, afin de nous aider à promouvoir l’anthropologie et l’ethnologie mais aussi à en défendre la présence et l’écoute tant dans les espaces institutionnels que dans la société. Cette rubrique donne la place à l’actualité propre à chaque association adhérente afin de promouvoir des domaines de recherche spécifiques tout en créant une dynamique générale favorisant les échanges.

Assemblée Générale le 23 novembre 2019

Vous êtes chaleureusement invités à l’assemblée générale de l’association française d’ethnologie et d’anthropologie créé il y a 10 ans et à l’ensemble de la journée qui comprend deux rencontres-débats (matin et après-midi), espaces associations/éditions et festivités pour préparer les 10 prochaines années au service de la discipline et ses acteurs. Vous trouverez ci-joint les documents pour voter et présenter sa candidature

Ordre du jour

Bilan moral et financier
Présentation et discussion sur les prochains chantiers de l’association
Discussion sur le fonctionnement de l’association
Présentation des candidatures au CA : individus (A) et associations (B)
Élections (collège A et B)

Invitation à la seconde Assemblée Générale des responsables de sociétés savantes (15 novembre, Campus Condorcet, Aubervilliers)

Chères et chers collègues,

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons à la seconde Assemblée Générale des responsables de sociétés savantes qui aura lieu le 15 novembre 2019, sur le tout nouveau Campus Condorcet à Aubervilliers. Vous trouverez au bas de ce message le programme préliminaire et les instructions pour vous inscrire et pour vous rendre sur place. Merci de vous inscrire avant le 1er Novembre

Cette deuxième réunion aura entre autres pour but de poser la première pierre d’une Fédération de Sociétés savantes, avec un statut légal et un fonctionnement démocratique.

Merci de vous inscrire avant le 8 Novembre. Une contribution aux frais d’organisation de 25 euros par participant individuel est demandée. Si cette contribution vous pose problème (cas de petites sociétés nationales), n’hésitez pas à nous faire part de vos difficultés et nous veillerons à lever cet obstacle.

Programme préliminaire :

  • 9:00        accueil
  • 9:30-10:15     Bilan des actions 2018-2019
  • 10:15-11:00     Préparation de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche
  • 11:00-11:30     Pause café
  • 11:30-13:00     Proposition de structuration et de statuts d’une fédération de sociétés savantes.
  • 13:00-14:00     Buffet
  • 14:00-15:30     Travail en atelier (salles 3.02, 3.03, 3.05 et 100), de 14 à 17 heures. Chaque atelier devra faire remonter une ou deux propositions d’actions prioritaires pour l’année, et une ou plusieurs propositions de commissions thématiques permanentes ou temporaires). Liste des ateliers ci-dessous.
  • 15:30-16:00     Pause café
  • 16:00-16:45     Prise de décisions collectives sur les actions prioritaires pour les 10 mois à venir.
  • 16:45-17:00     conclusion de la journée, étapes suivantes.

Liste des ateliers et contenu approximatif

Atelier 1 : Relations décideurs économiques/politiques (Renforcement des contacts parlementaires, Renforcement des interfaces avec le monde économique,Valorisation et déroulement du doctorat…).
Atelier 2 : Relations avec la société (Enseignement scolaire -méthode et programmes, Reklations avec le tissu associatif, médiation/recherche participative…)
Atelier 3 : Moyens financiers et humains de la recherche publique (Préparation des lois de finances/de programmation pluriann. de la recherche, Observatoires de l’emploi académique…)
Atelier 4 : Ethique et pratiques (Ethique de la recherche, Pratiques de publication, Pratiques de recrutement….).

Après un bilan de l’année écoulée, nous y discuterons d’une proposition de statuts, des procédures d’adhésion, du montant des cotisations et de la charte des sociétés savantes. De plus, un travail en ateliers permettra de faire ressortir un petit nombre d’actions-phares pour 2020, et de proposer des commissions thématiques permanentes.

Date, heures et lieu: 15 novembre 2020, 9h30-17h; Salle 100, Centre de colloques du Campus Condorcet, Cours des Humanités, 93 Aubervilliers
Accès : métro ligne 12, station Front Populaire; RER B, gare La Plaine Stade de France https://www.campus-condorcet.fr/pour-le-quotidien/venir-et-se-deplacer

Inscriptions: https://www.weezevent.com/ag-collectif-des-societes-savantes-socacad

Pour comprendre cette démarche, revenons sur l’année écoulée. Il y a un an, près de 80 d’entre nous, représentant 50 sociétés, s’étaient réunis pour réfléchir ensemble au moyen de mieux faire entendre la voix de la communauté académique dans le débat public, et soulignant l’importance de la méthode scientifique.

Plusieurs actions importantes ont aidé à faire mieux connaître les sociétés savantes de la part des décideurs politiques, parlementaires notamment.

Continuer la lecture

Urgent Recrutement ! Niveau licence -Master pour ethnologues en herbe à Paris

Basée à Paris, l’association Ethnologues en herbe recherche 2 intervenant.e.s (licence ou master d’ethnologie ou d’anthropologie) pour animer des ateliers TAP (Temps d’activités périscolaires) dans les écoles primaires les vendredis entre 15h et 16h30 (ateliers dans les 19ème ou 20ème arrondissements). 

Ces ateliers portent sur deux thèmes: la découverte de l’ethnologie ou la découverte des villes
Ils ont lieu pendant toute l’année scolaire qui commence la semaine du 2 septembre (avec une réunion de pré-rentrée le vendredi 30 août).
Si vous êtes intéressés, vous pouvez nous contacter sur cette page ou par mail (info@ethnoclic.net/salome.delmotte@ethnologues-en-herbe.fr)

Journée de l’ethnologie et de l’anthropologie le 23 novembre à la Goutte d’Or à Paris : rencontres débats et festivités pour envisager les 10 prochaines années de la fédération !

   

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) – créé en 2009 suite aux Assises de l’ethnologie de 2007 – a 10 ans cette année. A cette occasion, elle souhaiterait relancer son rôle de fédération d’associations tel qu’il a été voulu à sa création : affirmer que l’anthropologie est une discipline large ouverte qui constitue son unité à partir de la reconnaissance de ses différences. Pour cela, nous préparons une journée à laquelle vous êtes toutes et tous convié.es :Débats autour de la place de l’ethnologie dans la cité ainsi que la formation et l’emploi, stands  et animations, lancement de l’annuaire des associations et des ethnologues et fête de l’ethno lancée par la conférence gesticulée d’Anaïs vaillant

Continuer la lecture

Appel à participation DECLICS : Dialogues avec les lycéens !

http://www.cerclefser.org/fr/declics/

Nous vous invitons à participer à une action de médiation clé en main auprès de lycéens, pour que la recherche soit fondamentale pour tous. 

Le programme DECLICS (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Intéresser à la Construction des Savoirs) est une opération courant novembre qui vise à promouvoir la recherche fondamentale chez les lycéens grâce au format ludique du speed-meeting. 

Pour chaque DECLICS, un ou une “Capitaine”, chef d’équipe porte le projet accompagné de son équipe, doctorant·e·s, post-docs, master 2, technicien·ne·s, ingénieur·e·s, chargé·e·s de recherche, maîtres de conférence, directeurs et directrices de laboratoires, …dans un lycée. L’équipe Declics accompagne le ou la Capitaine pour chaque étape. Pour en savoir plus, consultez l’infographie en ligne. Vous aussi es bienvenu·e·s pour devenir Ambassadeurs Declics!

Pourquoi ? (Quelques raisons, mais chacun les siennes !) :
=> pour mieux faire comprendre à de futurs citoyens l’importance et les mécanismes de la recherche fondamentale
=> pour aider ces jeunes à s’orienter en découvrant des métiers
=> pour créer du lien avec les équipes pédagogiques
=> pour développer l’esprit critique et expliquer le processus de validation des connaissances
=> pour partager votre passion

Où, Quand :
Dans une vingtaine d’académies en France, du 12 novembre au 20 décembre, plusieurs créneaux vous seront proposés.

Quoi :
En pratique, nous vous proposons de participer à l’opération Declics (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Initier à la Construction des Savoirs). Il s’agit d’un échange entre élèves de lycée et chercheur·e·s sous le format d’un speed-meeting dans un lycée.

Pour plus d’informations, consultez notre infographie et notre site internet !

Comment :
Le Cercle FSER vous invite à consulter leur site internet pour plus d’informations, ou à les joindre à contact@declics2019.org

Vous voulez vous pré-inscrire ? C’est par ici !

Conférence-débat : Comment et pourquoi intégrer l’approche anthropologique aux projets de développement ou au monde associatif ?

23 avril 2019 ✽ MMSH – 5 Rue du Château de l’Horloge, 13 090 Aix-en-Provence

13h30-14h : Accueil des participants
14h-16h : Interventions et questions

14h. Présentation de l’anthropologie appliquée : Laurent-Sébastien Fournier, Jacky Bouju, Philippe Lavigne-Delvigne, Juliette Sendra

14h55. L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le développement international : Ghislaine Boyer, Chargée de projets et Assistante de direction de SOS Méditerranée à Marseille

15h20 L’expérience des opérateurs et les facteurs socio-culturels dans le monde
associatif français :
Ethno art, le Tamis

16h-17h : Temps d’échange informel autour d’une collation




Peuples Autochtones

Le RRT Peuples Autochtones a créé un blog afin d’échanger et de débattre autour des informations et des résultats de recherches anthropologiques qui participent à rendre visible les peuples autochtones, Indiens, indigènes, aborigènes ou tribaux, à partir de leurs processus organisationnels, leurs expressions politiques et culturelles, leurs conditions sociales et économiques, ainsi que les pratiques des acteurs accompagnant les expériences locales, régionales, nationales et transnationales.

• Au sein des activités de l’Afea, le RRT Peuples Autochtones s’intéresse aux nouveaux espaces qui s’offrent aux groupes autochtones, en tant que champs d’expression politique, sociale et culturelle. Il s’agit de favoriser une approche comparative des expériences de libre-détermination et d’autonomie dans leurs diverses acceptations et contextes géographiques. Le RRT vise à offrir un éventail de regards analytiques sur les expériences des peuples , depuis des perspectives socio-historiques qui mettent en valeur des luttes ethniques et identitaires parfois anciennes, en prenant en compte les cadres juridiques et légaux nationaux et internationaux, comme ceux qui encadrent l’adoption de la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones par l’Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2007.

• Voir les objectifs spécifiques et les thématiques du réseau Peuples Autochtones sur le blog. La démarche du RRT va dans le sens d’une meilleure coordination des efforts de recherche qui convergent sur le thème des peuples autochtones dans le contexte contemporain de la globalisation. Il s’agit de nouer et de développer des liens de travail et de collaboration pour construire au sein de l’Afea un solide réseau national et international de chercheurs francophones engagés dans la poursuite de projets autour de l’autochtonie et des relations souvent conflictuelles qu’entretiennent les peuples avec les Etats, les entreprises et les organisations civiles et religieuses dans leurs territoires.

• Contact : ->bruno.baronnet@gmail.com] / [

Plus d’informations sur : http://AfeaReseauPeuplesAutochtones.wordpress.com

Journées d’étude de la SFE “Gilbert Rouget, héritage et perspectives”

“Suite à la disparition de Gilbert Rouget (1916-2017), la SFE rend hommage à cette figure fondatrice de l’ethnomusicologie française. Les Journées d’Etudes 2018 seront l’occasion de revenir sur son parcours exceptionnel, d’éclairer les différentes facettes de son travail, de souligner l’importance de son héritage scientifique au sein des recherches actuelles tout en revenant sur l’épistémologie et l’histoire des savoirs ethnomusicologiques. Ces réflexions se feront autour de trois axes principaux. Le premier porte sur son travail en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale et sur ses apports à l’ethnomusicologie africaniste et l’ethnomusicologie générale, notamment autour des questions de rituel, d’initiation et de pouvoir. Le deuxième concerne une dimension essentielle de son approche méthodologique, à savoir le rôle clé des enregistrements sonores et audiovisuels dans l’étude des répertoires musicaux. Enfin, le troisième axe touche à sa réflexion anthropologique sur les relations entre musique et transe”. Pour plus de détails, voir l’argumentaire en pièce jointe. Date limite des propositions : 20 avril 2018

Appel à contribution – séminaire ethnobotanique

Au début du XXIe siècle, la relation des sociétés humaines avec les plantes conserve beaucoup des attitudes anciennes. Certaines d’entre-elles se perdent, d’autres se transforment. Il s’y ajoute en permanence de nouveaux usages/nouvelles représentations, souvent reliés à la construction de l’idée contemporaine de nature. C’est au moment où les sociétés urbaines se font de plus en plus urbaines, que l’attention aux “choses de la nature” s’exacerbe, requiert de l’éclaircissement. L’ethnobotanique, longtemps regardée comme l’inventaire anachronique d’histoires feuillues plus ou moins folkloriques, est aujourd’hui en droit, sinon de revendiquer une situation de discipline autonome, en tout cas de s’interroger sur elle-même comme champ particulier des sciences humaines. C’est ce sur quoi propose de s’attarder le 16ème séminaire d’ethnobotanique de Salagon.

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? » – 21 et 22 Mars 2017 – Paris

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? » Objet, Média, Interaction et Société La Société d’ethnologie française est partenaire de deux journées d’études franco-japonaises autour de la mode à Paris les 21 et 22 mars 2017 à Paris. Ces journées sont co-organisées avec la Bunka Gakuen Univeristy de Tokyo. Pour le programme et plus de renseignements consultez le site de la SEF : https://sef.hypotheses.org/492

Appel à communication – Colloque de la SEF – Ethnographies plurielles n°7 : « Ethnographies et Engagement » – 9 et 10 novembre 2017 – Rouen

La Société d’ethnologie française organise son septième colloque de la série Ethnographies plurielles qui aura lieu à Rouen les 9 et 10 novembre 2017. Cette 7e édition a pour thème Ethnographies et Engagements. 3 axes sont proposés : Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement L’appel à communication est ouvert jusqu’au 30 mai 2017. La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés. Retrouvez l’appel à communication à l’adresse suivante : https://afea.hypotheses.org/75 Ce colloque sera précédé le 8 novembre d’un séminaire doctoral ayant pour thème la Réflexivité et la pratique ethnographique. Pour plus de renseignements, visitez le carnet de la SEF : sef.hypotheses.org

Communiqué du Groupe Jean-Pierre Vernant

Communiqué du Groupe Jean-Pierre Vernant à retrouver paginé ici: http://www.groupejeanpierrevernant.info/ « Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. » Sun Tzu La communauté universitaire est touchée par l’apathie, phénomène morbide, disait Gramsci, caractéristique de la “crise”, cet interrègne entre l’ancien qui meurt et le nouveau qui ne peut pas naître. Depuis, la crise est devenue une méthode de gouvernement et l’apathie a remplacé le consentement. Pourtant, il se pourrait que la situation soit paradoxalement propice à une refondation de l’Université faite d’exigence intellectuelle, de libertés académiques et d’émancipation. Chacun ne peut que faire le constat de l’absence totale de changement de politique universitaire lors de la dernière alternance politique [1]. Comme l’ont dit M. Berger et M. Belloc, conseillers respectifs de M. Hollande et M. Sarkozy, lors du colloque #Univ2020, « Quel enseignement supérieur pour la France en 2020 ? » : “Sur les sujets ESR, il y a un consensus gauche-droite.” Sans doute la ligne de fracture passe-t-elle maintenant entre ceux qui ont choisi de faire carrière dans la bureaucratie, et ceux dont le métier consiste à créer, transmettre, conserver et critiquer des savoirs. La Boétie a montré, dans le Discours sur la servitude volontaire, comment tout pouvoir, si autoritaire ou bureaucratique soit-il, doit rencontrer de nombreux appuis parmi les cercles concentriques des individus qui y trouvent, ou croient y trouver, leur avantage — quelque mince privilège. L’incroyable œdème bureaucratique de la dernière décennie, et l’accumulation nuisible de couches de sédiments administratifs (Labex, Equipex, Idex, ComUE et sous-structures des ComUE, facultés et pôles), ont ainsi conduit à la multiplication de chargés de mission, de vice-présidents, de membres de comités théodules, de préfigurateurs de pôles, tous appareillés de décharges, primes et pouvoir de distribution clientéliste de ressources dans le cadre de micro-agences de moyens. Nous voilà dépossédés de nos biens les plus chers : le contrôle du cadre intellectuel de notre métier, des nos moyens d’agir et de penser, de nos libertés académiques et de notre temps. Et pourtant, nous sommes l’Université. Le plan de bureaucratisation libérale de l’Université n’a rien de secret, qui gît au cœur du processus de Lisbonne et d’Horizon2020 et comprend trois volets : l’autonomie de gestion des personnels (RCE et RGPP), l’autonomie administrative (LRU et loi Fioraso). Et nous sommes entrés de plain pied dans la troisième phase : l’autonomie financière. L’ensemble du processus est piloté selon les techniques du néo-management, avec son long cortège de gadgets destinés à asservir, déposséder, désorganiser (projets, évaluation, compétences, contrat d’objectifs et de moyens, etc). Les usines à gaz bureaucratiques qui nous ont été imposées (ComUE) constituent une étape particulière de ce processus qui, en poursuivant l’éloignement des lieux de décision des lieux d’élaboration (laboratoires) et de transmission (composantes) des savoirs, amorce un processus délétère de séparation entre des noyaux de recherche concentrant les moyens — la plupart des universités se sont fait voler, déjà, les étages doctoraux — et une couronne d’établissements paupérisés spécialisés dans l’enseignement en batterie. Comme nous l’avons montré dans notre analyse budgétaire publiée précédemment, les conditions matérielles concédées à l’enseignement et la recherche nous importent [2]. Pour autant, il est un enjeu plus important encore pour lequel nous devons collectivement concevoir une stratégie: reconquérir l’Université et la reconstruire à la hauteur à laquelle nous l’élevons, reprendre le contrôle de nos métiers, nous débarrasser de toutes les couches de bureaucratie accumulées et mettre fin à la médiocratie qui prétend au « pilotage » de l’Université [3]. Puisque ce pouvoir s’en prend directement aux libertés académiques, c’est l’exercice même des libertés académiques qui devient résistance. La victoire revient à celui qui tient le dernier quart d’heure. [1] Nous l’avons appris à notre corps défendant, nous qui, soutenant le changement promis par M. Hollande, avons vu le groupe des résistants de la 25e heure, accompagnateurs zélés de l’achèvement de l’Université déjà mal en point, accaparer l’ensemble des positions de pouvoir de l’ESR pour poursuivre leurs menées. [2] La sanctuarisation du Crédit d’impôt recherche a été reconduite pour une année. On trouvera le rapport sénatorial censuré sur cette niche fiscale ici: http://www.groupejeanpierrevernant.info/Rapport_CIR.pdf [3] Fait d’actualité, l’association Anticor a porté plainte au parquet de Bobigny concernant les faits rapportés dans le rapport suivant, qui met en cause le président de la CPU: http://www.groupejeanpierrevernant.info/IGAENR_IUT_P13.pdf “Le vrai courage c’est, au-dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer.” Groupe Jean-Pierre Vernant. ———————————- Droit d’accès, d’opposition et de désinscription https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/options/petition

Journées d’étude “Du folklore à l’ethnologie, une affaire de femmes?” – les 4 et 5 novembre 2015 – Carcassonne

Du folklore à l’ethnologie, une affaire de femmes ? Ethnopôle GARAE – Maison des Mémoires, Carcassonne 4 et 5 novembre 2015

«Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente. La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises, au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio-historique, doit-on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être. Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en effet des femmes [[La parité dans les métiers du CNRS, Observatoire des métiers et de l’emploi scientifique (Direction des ressources humaines / Direction générale déléguée aux ressources) et par la Mission pour la place des femmes au CNRS, http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ – rubrique Parité 2013, p 13.]], soit une proportion nettement supérieure à celle (45,3 %) [[Ibid., p 10.]] que l’on obtient à l’échelle des sciences humaines et sociales, elle-même au-dessus du pourcentage (32,9 %) [[Ibid., p 13.]] obtenu pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres. La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent-elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres. Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut-être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue, fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe-t-elle d’une identité féminine ? Est-elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fondent ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager. Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française) au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC – Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.»