Archives de catégorie : Journées d’étude

L’Afea souhaite établir un état des lieux sur l’anthropologie aujourd’hui, en abordant différentes questions qui lui sont liées : ses outils, ses pratiques, ses lieux, ses acteurs, sa place à l’école, sa perception dans la société, la formation et le nouveau système normatif pour la production de thèse, les nouvelles conditions de la recherche car avec la politique actuelle en ce qui concerne l’enseignement supérieur et la recherche c’est toute la chaîne de production de la science qui est en train de changer et la place de l’anthropologie dans la société française qui évolue…

2e journée anthropologique de l’AFEA :”Ethnologie versus média : la question des migrations”. Le 11 octobre 2016

Le 11 octobre 2016, l’AFEA organise sa 2e journée anthropologique à la Fondation Charles Léopold Mayer, à Paris, autour du thème des migrations et des médias. Cette journée intitulée « Ethnologie versus média : la question des migrations » sera suivie de la projection du film documentaire “Bienvenuti”. Organisation AFEA : Delphine Burguet (IMAf, EHESS Paris, CNRS/ENTPE) et Chloé Rosati-Marzetti (LAPCOS, Université de Nice Sophia-Antipolis) Co-directrices de la journée : Clara Lecadet (IIAC-LAUM, EHESS) et Delphine Leroy (Université Paris 8) Pour la deuxième édition des journées anthropologiques de l’AFEA, la thématique retenue traite de la question des migrations et de la manière dont les chercheurs de notre discipline se saisissent de l’actualité. Matinée : 9h : accueil 9h30 : Introduction de la 2e journée anthropologique de l’AFEA – Delphine Burguet et Chloé Rosati-Marzetti Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS) 9h40 : Introduction par Clara Lecadet Cet axe vise à ouvrir un débat critique sur les politiques de la représentation à l’oeuvre dans le champ des migrations. La décision d’Al-Jazeera en août 2015 de ne plus employer le terme de migrant et la mise en cause de la responsabilité des medias dans le traitement politique des réfugiés ont ouvert un débat nourri par des journalistes et des chercheurs, qui questionnent les concepts, les catégories, les représentations conditionnant les discours politiques et médiatiques sur les migrations (Canut, 2016). Si les medias sont volontiers accusés d’en donner un exposé réducteur voire de participer à la montée des populismes en présentant ces arrivées de réfugiés comme une menace, les chercheurs sont-ils immunisés contre le temps court de l’actualité ou contre l’appropriation des catégories institutionnelles ? L’ampleur du traitement médiatique dont les migrations ont fait l’objet depuis le naufrage du 19 avril 2015 en Méditerranée jusqu’à ce qui a été présenté comme la « crise des réfugiés », doit, plutôt que de prolonger la mise en scène d’un antagonisme stérile entre la sphère médiatique et académique, interroger le processus de fabrication d’objets qu’il est ensuite très difficile de critiquer et de déconstruire. La critique des ressorts de la représentation des phénomènes migratoires dans les medias, doit ainsi s’accompagner d’une critique des présupposés et des impensés de la recherche. Le nationalisme méthodologique, les choix narratifs, le lexique utilisé ont un impact déterminant sur les représentations qui émanent des phénomènes étudiés. Il convient par conséquent d’amorcer une réflexion sur le sens et les usages d’une politique de la représentation nécessitant une déconstruction critique des catégories qui fondent aussi bien théoriquement qu’empiriquement les espaces et les champs de la recherche. 10h30 : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA – Paris-Diderot / IRD /INALCO ; Non-lieux de l’exil) : « L’objet/ sujet migrant : Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias » Le programme de recherche Migrobjets (INALCO, mai 2016-mai 2018) étudie la construction de la figure du migrant dans l’espace public à travers la médiatisation d’objets symboles, celle du migrant/de l’exilé. Gilets de sauvetage, couvertures de survie, chaussures dépareillées, smartphones mais aussi plafond de biens et valeurs accordés à une représentation du migrant (Danemark) contribuent à assigner une identité culturelle et sociale aux migrants, constituant ainsi un topos de l’exilé à la fois pérenne et régulièrement actualisé. L’objet s’inscrit dans une doxa, i.e. de régimes de sens commun (de preuve, de vérité, de moralité, d’esthétique, d’utilité …) s’imposant à la parole de l’exilé et parfois se substituant au sujet migrant dans un transfert des propriétés des choses à celui des corps, minorés ou défunts. En tant qu’acteur social, l’objet révèle la condition faite à l’exilé et sa médiatisation permet d’interroger rapport sujet /objet dans l’expérience de la migration. 11h-11h15 : Pause 11h15 : Florence Boyer (URMIS-IRD), Françoise Lestage (CEMCA-URMIS), Dolores Paris (COLEF) : « La rhétorique du retour : un processus de légitimation des politiques migratoires contemporaines ? » La multiplication des contraintes faites aux déplacements des populations, en lien avec le durcissement et l’internationalisation des politiques migratoires, a conduit à l’émergence de catégories nouvelles dans l’appréhension du processus migratoire, afin de qualifier des lieux et des moments de la migration qui ne s’inscrivent pas dans des parcours et/ou des processus d’installation classique. Notre réflexion s’ancre sur le constat de l’usage croissant d’une rhétorique du retour dans différentes sphères du politique. Cette rhétorique est au fondement des négociations entre pays d’accueil et pays d’origine et/ou pays dit de transit, consistant pour les uns à empêcher les mobilités vers les zones qui attirent les migrants (Europe, pays du Golfe, Etats-Unis) et pour les autres à obtenir des financements ou des contrats (Mexique, Niger…). L’objectif est de mener une analyse réflexive des catégories produites sur la base de cette rhétorique du retour. Seront questionnées ces catégories imposées par les institutions, mais aussi leur appropriation, détournement et transformation par les migrants eux-mêmes, ainsi que leur transfert dans le champ scientifique. En effet, ces catégories sont souvent reprises dans les discours scientifiques, argumentant qu’il s’agit de catégories émiques. Or, cet argument ne risque-t-il pas de conduire à une appropriation de catégories institutionnelles par les chercheurs, participant ainsi à la légitimation de leur usage par différents acteurs ? La rhétorique du retour ne vient-elle pas délégitimer celle de la circulation, dominante dans les années 1990-2000, participant ainsi à la validation des politiques migratoires contemporaines ? Cette réflexion sera menée sur la base de cas pris au Mexique et au Niger. 11h45-12h30 : débat 12h30-14h : pause déjeuner Après-midi : Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – Université Paris 8) 14h10 : Introduction par Delphine Leroy L’actualité par son motif d’immédiateté et d’urgence ne cesse de produire du sens et de contribuer à l’élaboration d’imaginaires collectifs sur les faits de société. La question migratoire est centrale pour nos sociétés contemporaines. Quelles légitimités, quelles responsabilités le chercheur au long cours qu’est l’ethnologue, endosse?t?il lorsqu’il choisit de se taire ou au contraire d’alimenter la scène publique ? Comment expliciter et apporter en amont une compréhension large des données sur la question des migrations ? Si le chercheur est parfois sollicité pour commenter un événement particulier « à chaud » en qualité « d’expert », beaucoup plus rarement il est invité à exposer – médiatiser – ses travaux (dans le sens de rendre visible, comme moyen de faire connaître ou apparaître une réalité qu’il a observée). L’invisibilité contribuant, au contraire, au maintien des situations de dominations et de catégorisation des personnes. Pourtant depuis longtemps, certains anthropologues, ont destiné leurs travaux à un vaste public en hybridant leurs formes de restitutions avec la littérature ou les arts visuels ; d’autres se sont appuyés sur des expositions artistiques pour problématiser et articuler ces questions. De quels usages médiatiques aujourd’hui les anthropologues peuvent?ils se saisir, pour rendre compte, au plus grand nombre, de la complexité des situations de migrations en soulignant notamment, ? la durée de la relation ethnographique ; ? les parcours biographiques ; ? la place, le statut des personnes interrogées dans la construction et la diffusion de la recherche ? 14h30 : Adelina Miranda (Migrinter, Université de Poitiers) : « Migrations, medias et protestations en Italie » La figure du demandeur d’asile est actuellement au centre de l’attention des medias italiens. Les images et les discours dans la presse et à la télévision ont deux implications majeures : d’un côté, ils alimentent une confusion entre les différentes catégories juridiques (demandeurs d’asile, refugiés, migrants économiques, clandestins, irréguliers, sans papiers, etc.) ; de l’autre côté, à travers la mise en avant de la figure du demandeur d’asile, ils interrogent la légitimité de la présence étrangère. Dans cette communication, j’approfondirai ce processus de politisation de la question en tenant compte, d’une part, du regard populiste et réducteur des medias et, d’autre part, des formes de protestations opérées par les demandeurs d’asyle, souvent soutenus par des ONG et des associations. Les manifestations de demandeurs d’asile, qui souvent revendiquent le respect des normes d’accueil, sont relayées par les médias comme l’expression concrète autour de laquelle se disposent les limites internes et externes à la société italienne. 15h : Jean-Baptiste Duez (LEO, Université d’Orléans) : « Nommer les gens, nommer les conditions de vie, mettre en scène des polémiques : quelles frontières entre les représentations dans les médias et le rôle de la recherche? » Les personnes roms/tsiganes sont européennes, et si celles d’entre elles venues essentiellement de Roumanie et dans une moindre mesure de Bulgarie, dans les bidonvilles qui sont réapparus au cours de la décennie 1990 en France et en Europe de l’Ouest, ne gagnent que de faibles revenus, elles possèdent de ce fait et dans une certaine mesure le droit à la liberté de circulation. Or celui-ci a été entravé au fur et à mesure de l’appréhension de la réalité des bidonvilles par les politiques publiques. Dans un contexte de restriction à l’égard des flux migratoires, elles ont été placées sur le devant de la scène médiatique pour un temps donné, avant d’être supplantées par d’autres populations venues de Syrie ou bien d’Afrique. Le traitement même de cette réalité par les médias a fait l’objet de polémiques, en ce qu’il construisait parfois un propos in abstracto. Le procès intenté et gagné par différentes associations contre l’émission « C dans l’air » en témoigne, il n’est cependant qu’un reflet de la banalisation d’une image au sein des médias rendant impossible le fait même de poser la question du contrat social, quand celle-ci se pose bien à travers le trajet parfois réussi de certaines de ces personnes arrivées il y a une ou plusieurs décennies. Une réalité problématique est alors apparue : Tandis que l’emploi des termes pour désigner cette population a, en fonction des pays et des processus de domination ou de discrimination variés, déjà animé un débat illustré dans de nombreux travaux de recherche1, les mots employés pour les décrire ou pour décrire leur situation ont fait l’objet de nouveaux débats. De jeunes chercheurs en ont décrit la construction dans les années 2000 et 2010, à travers différentes postures, en décrivant par exemple l’apparition de la catégorie de « Roms migrants » ou bien en dénonçant l’emploi du terme de « bidonville ». Ces débats ont en outre été portés par différentes personnalités de différents bords politiques qui, si elles ne représentaient pas en soi la République, en occupaient parfois jusqu’aux plus hautes fonctions. En corrélation avec la question de l’illégalité des statistiques ethniques, ils ont alimenté la construction de la description de cette réalité, créant parfois un décalage avec une nécessaire critique des politiques publiques auxquels ils répondaient pourtant. 15h30-16h : Pause 16h : « Benvenuti », film documentaire de Laura Auriole et Annalisa Lendaro, d’après une idée d’Annalisa Lendaro (53’) Lampedusa, un caillou de 20 km2, une des frontières de l’Europe. Une île italienne connue pour être la destination de milliers de migrants qui fuient les guerres et la misère, et qui chaque année risquent leur vie en traversant la Méditerranée. Frontière pour les uns, paradis balnéaire pour d’autres : ses eaux turquoises, ses paysages paradisiaques, sa nonchalance en font une destination touristique prisée. Entre ses mondes a priori étanches, qui ne font que s’effleurer, la vie sur l’île se doit de continuer. Dans ce film, les habitants et ses visiteurs se confient et se mettent en scène, se dévoilent et se masquent. A demi-mot, en franc-parler, selon, ils conduisent le spectateur à découvrir Lampedusa de l’intérieur, dans ses multiples contrastes et ses ambivalences. Naufrages et camps de rétention, dolce vita et pêche traditionnelle… Voyage au coeur d’une île militarisée et splendide, théâtre et spectatrice d’une des tragédies de notre siècle. 17h00-17h30 : débat 18h-20h : la journée d’étude sera suivie d’une assemblée générale extraordinaire de l’AFEA Contacts : burguet.delphine@gmail.com et chloe.rosati@gmail.com

Journée d’étude « Ethnologie versus médias : la question des migrations”. Appel à communications

Pour la deuxième édition des journées anthropologiques de l’AFEA, la thématique retenue traite de la question des migrations et de la manière dont les chercheurs de notre discipline se saisissent de l’actualité. Deux axes d’étude seront considérés au cours de la journée : – les politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique ; – les enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias. Cette journée d’étude sera couplée avec un forum des associations. Les associations intéressées par le forum doivent prendre contact avec les organisateurs avant le 20 septembre 2016. L’AFEA mettra à leur disposition un stand où leurs membres pourront présenter les travaux menés par l’association ainsi que ses publications. Deux tables rondes seront proposées pour les associations. Argumentaire : Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS) Cet axe vise à ouvrir un débat critique sur les politiques de la représentation à l’œuvre dans le champ des migrations. La décision d’Al-Jazeera en août 2015 de ne plus employer le terme de migrant et la mise en cause de la responsabilité des medias dans le traitement politique des réfugiés ont ouvert un débat nourri par des journalistes et des chercheurs, qui questionnent les concepts, les catégories, les représentations conditionnant les discours politiques et médiatiques sur les migrations (Canut, 2016) . Si les medias sont volontiers accusés d’en donner un exposé réducteur voire de participer à la montée des populismes en présentant ces arrivées de réfugiés comme une menace, les chercheurs sont-ils immunisés contre le temps court de l’actualité ou contre l’appropriation des catégories institutionnelles ? L’ampleur du traitement médiatique dont les migrations ont fait l’objet depuis le naufrage du 19 avril 2015 en Méditerranée jusqu’à ce qui a été présenté comme la « crise des réfugiés », doit, plutôt que de prolonger la mise en scène d’un antagonisme stérile entre la sphère médiatique et académique, interroger le processus de fabrication d’objets qu’il est ensuite très difficile de critiquer et de déconstruire . La critique des ressorts de la représentation des phénomènes migratoires dans les medias, doit ainsi s’accompagner d’une critique des présupposés et des impensés de la recherche. Le nationalisme méthodologique, les choix narratifs, le lexique utilisé ont un impact déterminant sur les représentations qui émanent des phénomènes étudiés. Il convient par conséquent d’amorcer une réflexion sur le sens et les usages d’une politique de la représentation nécessitant une déconstruction critique des catégories qui fondent aussi bien théoriquement qu’empiriquement les espaces et les champs de la recherche • Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – MCF, EXPERICE, Université Paris 8) L’actualité par son motif d’immédiateté et d’urgence ne cesse de produire du sens et de contribuer à l’élaboration d’imaginaires collectifs sur les faits de société. La question migratoire est centrale pour nos sociétés contemporaines. Quelles légitimités, quelles responsabilités le chercheur au long cours qu’est l’ethnologue, endosse?t?il lorsqu’il choisit de se taire ou au contraire d’alimenter la scène publique ? Comment expliciter et apporter en amont une compréhension large des données sur la question des migrations ? Si le chercheur est parfois sollicité pour commenter un événement particulier « à chaud » en qualité « d’expert », beaucoup plus rarement il est invité à exposer – médiatiser – ses travaux (dans le sens de rendre visible, comme moyen de faire connaître ou apparaître une réalité qu’il a observée). L’invisibilité contribuant, au contraire, au maintien des situations de dominations et de catégorisation des personnes. Pourtant depuis longtemps, certains anthropologues , ont destiné leurs travaux à un vaste public en hybridant leurs formes de restitutions avec la littérature ou les arts visuels ; d’autres se sont appuyés sur des expositions artistiques pour problématiser et articuler ces questions . De quels usages médiatiques aujourd’hui les anthropologues peuvent?ils se saisir, pour rendre compte, au plus grand nombre, de la complexité des situations de migrations en soulignant notamment, ? la durée de la relation ethnographique ? les parcours biographiques ? la place, le statut des personnes interrogées dans la construction et la diffusion de la recherche ? Des réflexions sur les modes pluriels de restitution et le rôle de l’anthropologue, permettant à un large public d’accéder à ses données seront encouragées. Calendrier et consignes : Les propositions (titre des communications, axe choisi ainsi que les résumés 10 lignes maximum) sont à envoyer aux adresses suivantes : asso.afea@gmail.com, burguet.delphine@gmail.com et chloe.rosati@gmail.com et sont attendues avant le 5 septembre 2016. Les réponses seront communiquées mi-septembre. Les intervenants sont invités à adhérer à l’AFEA pour que ces journées soient pérennisées.

Participer aux journées d’étude de l’AFEA

Consignes pour les associations partenaires : « Les journées anthropologiques de l’AFEA. Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts » réservées aux associations membres de l’AFEA visent la collaboration des anthropologues autour d’une thématique proposée par les responsables des Journées, en cohérence avec l’association partenaire retenue. Une fois l’accord de principe reçu, l’AFEA se charge de l’organisation logistique et financière de la journée en partenariat avec les membres engagés dans l’évènement. L’AFEA soumet un lieu, un calendrier ainsi que le format de la journée. Le lieu de ces journées est décidé en fonction des possibilités matérielles et de la pertinence géographique des participants. L’AFEA a la volonté de proposer des lieux de rencontres scientifiques itinérants qui prennent en compte les éventuels déplacements des partenaires. L’organisation scientifique revient à l’association partenaire qui développe l’argumentaire de la journée d’études en fonction de la thématique proposée par l’AFEA. Si l’association le souhaite, elle lance un appel à communication pour sélectionner les intervenants après réception d’un titre et d’un résumé. Elle peut également monter le projet sans ouvrir un appel à communication. L’association partenaire sélectionne également le(s) discutant(s) de leur journée. Consignes pour les journées proposées aux chercheurs : L’AFEA lance un appel à projet auquel les chercheurs intéressés se réunissent pour proposer un projet qui comporte une thématique, un argumentaire, l’intérêt anthropologique de la journée et la liste des intervenants pressentis (avec titres et résumés). Une fois le projet sélectionné, l’AFEA se charge de l’organisation logistique et financière de la journée. Elle soumet un lieu, un calendrier ainsi que le format de la journée. Le lieu des journées anthropologiques est décidé en fonction des possibilités matérielles et de la pertinence géographique des participants. L’AFEA a la volonté de proposer des lieux de rencontres scientifiques itinérants qui prennent en compte les éventuels déplacements des partenaires. L’organisation scientifique revient aux anthropologues engagés dans le projet qui développe l’argumentaire de la journée d’études. Si les organisateurs le souhaitent, ils lancent un appel à communication pour sélectionner des intervenants après réception d’un titre et d’un résumé. Les partenaires sélectionnent également le(s) discutant(s) de leur journée. L’AFEA souhaite que les intervenants de la journée d’étude adhèrent à l’association si ce n’est déjà le cas au moment de l’acceptation du projet. Au cours de cette journée, les associations d’anthropologie et d’ethnologie sont également invitées à se présenter lors d’un forum des associations auprès des chercheurs indépendants et des autres associations.

Présentation générale des journées d’étude de l’AFEA

[noir]Les journées anthropologiques de l’AFEA. Une exploration des méthodes, des terrains et des [noir]concepts[/noir][/noir] Avec l’objectif de fédérer la recherche en anthropologie, l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) organise “Les journées de l’AFEA. Une exploration des méthodes, des terrains et des concepts”, qui soutient des projets de rencontres scientifiques proposés par des ethnologues et anthropologues membres de l’association et des associations partenaires.

Journée d’étude « Ethnologie chez soi », présentée par l’AFEA et la Société d’Ethnologie Française (SEF), le mardi 22 mars 2016 au Musée de L’Homme (Paris)

Argumentaire : Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ? Comment l’ethnologue peut-il porter un regard sur sa propre société ? Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre. C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ? Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ? Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande sociale ?

Formation en anthropologie : où, pour quoi, pour qui, comment ?

Le 20 juin 2014 à la Maison Suger (16-18 rue Suger 75006 Paris) l’AFA organise de 9h30 à 13h une journée d’étude qui se donne pour objectif d’aboutir à un premier état des lieux des formations en anthropologie en France (lieux, objectifs, contenus, publics, etc.). Cette rencontre portera également une attention particulière sur ce que le débat actuel sur le genre (et son enseignement) révèle des tensions entre les anthropologues. A 14h l’AFA rendra hommage à Germaine Tillion.

Deuxième journée d’étude de l’AFEA : 14 novembre 2013

Pratiquer l’anthropologie aujourd’hui : nouvelles contraintes, nouveaux possibles ?

Le 14 novembre 2013 dès 9h30 Fondation Charles Léopold Mayer 38, rue Saint Sabin 75011 Paris (Métro Bréguet Sabin ou Chemin vert)[fond noir][/fond noir] Dans le cadre des journées d’étude organisées par l’Afea nous vous proposons, pour cette deuxième édition, des témoignages, des débats et une réflexion collective autour des conditions d’exercice renouvelées de l’ethno-anthropologie aujourd’hui : nouveaux lieux, nouveaux contextes, nouveaux objets, nouvelles contraintes… avec pour toile de fond les bouleversements que subit actuellement le monde de la recherche. Vous trouverez le programme et l’affiche en pièces jointes. Merci de les diffuser. Pour le repas de midi, des assiettes seront disponibles au prix de 6,50 €. Afin de pouvoir gérer la commande, merci de vous inscrire sur le site. Il vous faut vous identifier sur le site et vous trouverez en fin de cet article un QCM permettant de signaler votre participation. Au moindre problème pour vous identifier, n’hésitez pas à nous contacter : asso.afea@gmail.com

La nouvelle fabrique du doctorat

Programme de la journée d’étude LA NOUVELLE FABRIQUE DU DOCTORAT 10h-15h Bâtiment B, salle des conférences (rez-de-chaussée) Mercredi 20 mars 2013 9h30- Café, accueil des participants à la journée d’étude 9h45- Introduction : Charlotte Arnauld (CNRS ArchAm – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) Session 1 : Encadrement et dispositif institutionnel du doctorat aujourd’hui Modérateur : Charlotte ARNAULD (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 10h- Aubépine DAHAN, chercheur associée au LATTS (Laboratoire Technique, Territoires, Sociétés) UMR 8134, Université Paris-Est Historique de la politique de la formation doctorale et des ED depuis 1990 en France D’où vient la réforme des Ecoles Doctorales ? Quelles ont été ses inspirations, sa trajectoire ? Cette communication cherche à rendre compte de la construction et de l’évolution des enjeux ayant suscité cette politique, ainsi que des solutions qui ont été successivement proposées. A la préoccupation, ancienne comme on le verra, concernant la qualité et la durée de la thèse, s’ajoute l’enjeu organisationnel d’éviter le « saupoudrage » des ressources. Cette préoccupation prendra le pas sur la première, et fera des Ecoles Doctorales un levier pour la mise en place des PRES, ainsi qu’un moteur de la polarisation du paysage universitaire français, calquée sur l’exemple américain, entre un petit nombre d’universités de recherche (allant jusqu’au doctorat) et un grand nombre d’universités d’enseignement (proposant la licence seulement). 10h15- Adrien BOUZARD, LESC/CEIAS –Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) LRU et Loi-cadre 2013, les « nouvelles » conditions du doctorat À la veille de la mise en place d’une énième réforme des universités ouvertement dirigée vers les mondes “socio-économiques”, nous questionnerons ici les nouvelles priorités de la stratégie nationale de recherche et leurs implications sur les conditions pratiques et académiques du doctorat. À l’heure de l’instauration des Fondations de Coopération Scientifique, de la fusion du CNESER et du CSRT mais aussi de l’établissement des Conseils Académiques (CEVU+CS), nous reviendrons sur le fonctionnement de ces instances démocratiques de la « communauté universitaire » et sur les espaces de parole et de décision qu’elles réservent aux étudiants et aux doctorants. Ce cadre global permettra de mettre en exergue les récidives d’une institution qui met à mal l’accomplissement d’études supérieures longues dans des conditions de décence (restriction des postes de moniteurs et des allocations doctorales, généralisation de l’enseignement numérique…), et qui réinstaure de fait des mécanismes forts de sélection sociale. 10h30- Jean FRANCES, Doctorant au GSPR/EHESS, ATER au CREAD, Université Rennes2 Initier les doctorants à l’entrepreneuriat pour réformer le doctorat Au long de cette communication, il s’agira de montrer comment les Doctoriales – ce dispositif de formation à l’entrepreneuriat à destination des apprentis-chercheurs – forment un réseau technico-scientifique simulé, à l’intérieur duquel, les doctorants sont placés en position de main d’œuvre première de l’innovation. En proposant une description ethnographique de ces serious-games, je montrerai en quoi, le fait de permettre aux étudiants de 3e Cycle « d’innover et d’entreprendre » les amène à reconsidérer la thèse et le travail de recherche, au prisme de schèmes de perception utilitaristes. 11h00- Philippe ERIKSON, Professeur, Directeur de l’Ecole doctorale 395 (MCSPP) , Université Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC Réflexions sur la durée des thèses en ethnologie A partir d’une enquête orale informelle et d’un examen des archives du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et de l’Ecole Doctorale 395 de Nanterre, il s’agira de comparer la durée des thèses préparées au LESC dans les années 80 et aujourd’hui, et de s’interroger sur les différences. 11h15-12h Discussion et débat avec la salle 12h-13h Déjeuner Session 2 : Expériences des nouvelles contraintes de formation et de professionnalisation Modérateur : Gilles RAVENEAU (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) 13h00- Maïa GUILLOT, doctorante, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC Être Thésé(e) en trois ans ou comment vaincre le Minotaure Nous mettrons en évidence les décalages auxquels sont confrontés les doctorants soumis à une pression croissante pour la finalisation d’un travail de thèse en 3 ans, et ce avec des perspectives d’insertion académique « post-doctorale » de plus en plus incertaines. – Un temps de thèse raccourci et la production d’un travail de qualité ? – Un temps de thèse raccourci dans un contexte institutionnel et financier plus précaire (réduction des bourses et contrats doctoraux ; des postes de vacataires, moniteurs et d’Ater) ? – Un temps de thèse raccourci, avec un dossier de production scientifique solide et une expérience d’enseignement conséquente ? – Pour quel avenir ? Des concours de plus en plus compétitifs, des post-docs à répétition, une privatisation des métiers de chercheurs. 13h15- Sabine KRADOLFER, post-doctorante du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique Trois ans… et quel « calibre » pour les thèses en anthropologie ? L’harmonisation des filières d’enseignement supérieur (réforme LMD ; Accords de Bologne) ainsi que les nouvelles conditions de production des doctorats nous semblent devenir particulièrement problématiques dans le domaine des sciences humaines et sociales. Contrairement à d’autres disciplines, ces doctorats ne peuvent pas toujours être considérés comme l’aboutissement d’une formation pointue dont les compétences seraient aisément transférables dans les mondes professionnels extra-universitaires. Or, force est de constater que la rapidité d’exécution de la thèse, conjuguée à d’autres critères, comme par exemple, l’obligation de publier dans des revues prestigieuses et essentiellement en anglais sont des éléments d’évaluation des dossiers qui s’imposent de plus en plus aux sciences humaines et sociales à partir d’autres disciplines (« sciences dures » ; « data based sciences »). Dès lors, comment concilier les nouveaux critères, ou standards, de « l’excellence académique » avec les pratiques de l’anthropologie, basées sur la réalisation de terrains de longue durée, souvent dans des régions non-anglophones. Ces différentes questions seront abordées à partir de l’exemple helvétique que nous avons étudié dans le cadre de différentes recherches réalisées depuis 2006 dans les Universités de Lausanne et de Genève. 13h30- Irène BELLIER, directrice de recherches, directrice de l’IIAC/LAIOS, EHESS-CNRS Faire un doctorat en anthropologie aujourd’hui. Comment concilier impératifs du terrain, recherche de financement et projet de professionnalisation Alors que l’EHESS permet d’inscrire tout candidat à un doctorat, sous réserve de la qualité de son dossier et de sa motivation, encadrant et doctorant se trouvent confrontés à la nécessité de disposer des moyens nécessaires à l’accomplissement du projet doctoral. A travers l’exposé de plusieurs sources possibles de financement, nous explorerons quelques-unes des arcanes qui pèsent sur (ou dépendent de ) la nature de la relation entre encadrant.e et encadré.e et qui laissent augurer d’une politique de ciblage dont on examinera avantages et inconvénients. 13h45- Marie ROUE, Directrice de recherche s, UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie, CNRS/MNHN Anthropologie de l’environnement ou slow versus fast : terrains longs, analyse de la complexité et doctorat court Comment concilier un temps plus court pour la réalisation du doctorat, en principe de trois ans, en vérité un peu plus long après moult négociations, tout en répondant aux injonctions de plus en nombreuses de l’université ? Un terrain long semble toujours de mise, dans une langue généralement inconnue au début du doctorat, l’interdisciplinarité est la loi du genre, et si l’on en croit de nombreuses déclarations institutionnelles, bien considérée. Pourtant il faut aussi que l’impétrant suive les cours de l’école doctorale, écrive un ou plusieurs articles pendant sa thèse, qu’il suive les doctoriales également, car en situation tendue il faut se préparer à l’emploi avant d’avoir fini. En résumé il faut faire plus en moins de temps. Comment faire face ? 14h00- Marion FOREST, ArchAm-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etudes Mexicaines et Centre-Américaines, Mexico Une expérience de mobilité doctorale internationale : contraintes et apports dans la professionnalisation du doctorant. La mobilité des doctorants français en Europe et à l’international est soutenue par de nombreux dispositifs financiers. Les travaux menés sur des terrains à l’étranger sont évidemment les premiers servis, ce qui entraine des mobilités à plus ou moins long terme du doctorant (voire son expatriation définitive lorsque ces dispositifs d’aide ponctuelle à la mobilité se révèlent être les sources uniques de son financement doctoral). La durée, la finalité et la destination de ces mobilités ont sans nul doute des répercussions, à la fois positives et négatives sur la trajectoire doctorale et la professionnalisation du doctorant. Il semble intéressant de présenter brièvement, au travers d’expériences personnelles, les apports très positifs, mais aussi plus problématiques, que de telles trajectoires impliquent en termes d’intégration professionnelle et de développement de la recherche. Si ce type de parcours est, pour les étudiants français, lié à des thématiques extranationales, de telles expériences doctorales et non plus postdoctorales , pourraient être encouragées et mises en place – dans la mesure du temps désormais imparti aux thèses – dans chaque parcours doctoral en sciences humaines, et cela, quelle que soit la thématique envisagée. 14h15-14h55 : Discussion et débat avec la salle 14h55-15h : Conclusion : Charlotte Arnauld (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) 15h-18h Assemblée Générale de l’Association Française d’Ethnologie Anthropologie (AFEA)