Archives de l’auteur : Société d'ethnologie

Bourse Eugène Fleischmann 2020 : Appel à candidatures

La Société d’ethnologie offre chaque année une « Bourse Eugène Fleischmann » destinée à soutenir un doctorant en fin de thèse ou un jeune docteur* pour mener à bien une recherche post-doctorale originale et innovante qui soit réalisable en une année. Les disciplines concernées sont l’épistémologie, l’ethnologie, la sociologie comparative, l’ethnomusicologie et l’ethnologie préhistorique.

Le montant de la dotation est de huit mille euros.

Les candidats doivent adresser au secrétariat de la Société d’ethnologie un dossier comprenant un curriculum vitæ (incluant une liste des publications), le formulaire d’inscription, le projet de recherche post-dostorale pour lequel la bourse est sollicitée (incluant le délai d’exécution et l’utilité financière de la subvention), une sélection des publications antérieures (deux articles maximum) et, le cas échéant, le rapport de soutenance. L’ensemble du dossier doit être envoyé, au format pdf impérativement (8 mo maximum), à : bourse.fleischmann@societe-ethnologie.fr

Aucune condition de nationalité ou d’âge n’est exigée. Les candidats doivent toutefois avoir rédigé leurs travaux dans une langue européenne de grande diffusion.

Un jury européen pluridisciplinaire constitué de cinq membres délibérera au cours du deuxième trimestre de l’année ; il pourra faire appel à des experts extérieurs et se réserve la possibilité de susciter un entretien avec certains candidats. Après les délibérations, le Conseil de la Société d’ethnologie désignera le bénéficiaire de la bourse.

Date limite d’envoi des dossiers : 26 mars 2020 à midi

* Sont admis à soumettre leur candidature pour l’année 2020 les docteurs ayant soutenu après le 1er janvier 2018 ainsi que les doctorants comptant soutenir en 2020.

Parution : « Pour la cause de l’ancêtre »

L’ouvrage d’Anne-Christine Trémon Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine) vient de paraître.

Les habitants natifs de Fort-les-Pins ne sont plus les pauvres paysans dépendants de leurs riches parents émigrés qu’ils étaient encore il y a quelques décennies. Ce « village-dans-la-ville » devenu un quartier de Shenzhen, mégapole à la croissance fulgurante, a vu son paysage et sa population radicalement transformés en l’espace de quarante ans. La création de Shenzhen, la plus ambitieuse des Zones économiques spéciales chinoises, a été, à partir de 1979, le signal de l’ouverture de la Chine aux capitaux de l’étranger et le laboratoire des réformes économiques et sociales. Cette ouverture s’est accompagnée de reconnexions avec les émigrés et descendants d’émigrés, encouragés par les autorités chinoises à venir visiter les villages d’origine et à contribuer financièrement à leur développement.

L’ouvrage retrace l’histoire de l’émigration ainsi que les contributions financières renvoyées au village pendant près d’un siècle. Il montre quel rôle éminent a joué la diaspora, non seulement dans le développement économique du village d’origine, mais aussi dans le contournement rusé de certaines des politiques urbaines. Dans un contexte de mutations accélérées, le sens conféré à l’émigration a changé, ainsi que la relation à la diaspora. Ce livre rend compte de l’affaiblissement de cette relation, en même temps que de la persistance de liens moraux, affectifs, et symboliques, dans la Chine de l’ère des réformes et de l’ouverture.

Prenant la suite de Chinois en Polynésie française. Migration, métissage, diaspora (2010), ce livre vient compléter un diptyque sur la relation diasporique. S’appuyant sur une riche documentation historique et ethnographique, il couvre plusieurs champs de l’anthropologie : historique, économique, religieuse et des institutions.

Éditeur : Société d’ethnologie

Collection : Recherches sur la Haute Asie

Parution : L’Étrange Encyclopédie du Docteur K.

L’Étrange Encyclopédie du Docteur K. Portraits et horoscopes d’un astrologue indien est paru à la Société d’ethnologie dans la collection « Ethnographie illustrée ». Le livre Dans la lignée des grands projets encyclopédiques de l’art brut ou du Bestiaire d’Aloys Zötl, l’encyclopédie formidable et démesurée du docteur Kulkarni consiste en une collection unique de plusieurs centaines de portraits astrologiques. Décrivant les visages, les crânes, les paysages, les minéraux et leurs principes de formation dérivés de l’influence des astres, cet astrologue indien aurait sans doute fasciné l’auteur de l’art magique, Breton et les surréalistes. Dessinateur pendant de longues années sur des chantiers archéologiques, le docteur Kulkarni a ouvert un cabinet de consultation astrologique et entrepris de faire les portraits de ses clients. Réputé pour avoir conçu une méthode de dessin inédite permettant, sans l’avoir jamais vue et à partir de son horoscope, de recomposer le visage d’une personne, le Pandit mûrit le projet monumental d’une encyclopédie astrologique illustrée de la destinée humaine, mettant ses connaissances dérivées de l’archéologie au service d’une pratique thérapeutique. Une chose est sûre, le docteur Kulkarni n’est ni un astrologue banal, ni un artiste comme les autres. Pour saisir les rouages de son entreprise sans équivalent, l’auteur n’a pas eu d’autre choix que de devenir à la fois client et disciple, invitant le lecteur à suivre une consultation pleine de péripéties au terme de laquelle il verra vaciller bien des idées préconçues sur la nature de l’astrologie. L’auteur Emmanuel Grimaud est anthropologue, chercheur au CNRS. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Bollywood Film Studio (2004), Le Sosie de Gandhi (2007), Dieux et Robots (2008), Le jour où les robots mangeront des pommes (2011). Il a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2011.

Parution : Françoise Héritier, Le rapport frère/sœur, pierre de touche de la parenté

Dans cet essai, Françoise Héritier s’interroge sur l’importance du rapport frère/sœur comme pierre de touche de la parenté en général. Elle entend montrer que de tous les critères retenus par la pensée, celui-là plus que d’autres sert de fédérateur et de révélateur. Les systèmes de dénomination des apparentés, si on les prend comme un tout, présentent des combinaisons de critères dont la pertinence a été reconnue et analysée par l’anthropologie. Le rapport frère/sœur et ce qui en découle dans les appellations entre collatéraux et alliés (beaux-frères/belles-sœurs), ainsi que les prescriptions ou prohibitions matrimoniales qui en résultent, montrent une prééminence du frère sur la sœur, traduite en termes de génération. Le principe clé est qu’un degré de collatéralité orientée (du frère vers la sœur) équivaut à un degré de filiation. On perçoit, à ce niveau d’analyse, que les différents systèmes structuraux de la parenté se sont constitués parallèlement à l’édiction d’une «?valence différentielle des sexes?», principe universel de l’organisation du social. Le rapport frère/sœur, envisagé cognitivement comme un rapport aîné/cadet, implique un rapport de dominance sexuée du même type que celui qui caractérise le rapport parent/enfant où l’antériorité, validée par la longue expérience néoténique des humains, est le critère implicite de la domination.

Parution : Costumes du Yunnan

Exposés dans les principaux musées d’ethnologie, les costumes des minorités ethniques du Yunnan sont renommés pour leur beauté aussi bien que pour la complexité technique de leur fabrication. Mais ils sont également porteurs de multiples messages. Dans cet ouvrage destiné à un large public, Bernard Formoso déchiffre les motifs qui décorent ces costumes comme autant d’éléments d’un système symbolique. C’est ainsi que la nature de chaque vêtement tout comme l’agencement des formes et des couleurs expriment en condensé le rapport au monde du sujet. Par référence à la pensée chinoise où l’idéogramme condense les propriétés de l’objet représenté, les vêtements régulent ce rapport cosmologique de manière efficace et positive. À travers huit études de cas couvrant le large éventail des familles ethnolinguistiques du Yunnan, l’auteur montre que le port du costume et son éventuel remodelage stylistique cristallisent localement des enjeux politiques et identitaires exacerbés dans le contexte postcommuniste de la globalisation touristique. Objets signifiants par excellence, les vêtements sont pour l’ethno­logue d’utiles révélateurs des rapports de force entre groupes ethniques soumis à des processus d’acculturation. La collection «?Ethnographie illustrée?» réunit des textes thématiques ou mono­graphiques accompagnés de photo­gra­phies de grand format. Au moyen d’une approche pédago­gique, et soulignant la dimension esthé­tique de la réalité observée par l’ethno­logue, l’objectif de la collection est de mettre à la portée d’un public curieux — mais pas nécessairement spécialisé — des livres de qualité, éloignés, autant que faire se peut, de toute vulgarisation superficielle et de toute simplification abusive. Pour plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100047290&fa=description

Signature en musique du livre « Pan Jumbie » d’Aurélie Helmlinger

Le 19 novembre est paru le livre d’Aurélie HELMLINGER Pan Jumbie. Mémoire sociale et musicale dans les steelbands (Trinidad et Tobago), publié par la Société d’ethnologie dans la collection « Hommes et Musiques » de la Société française d’ethnomusicologie. L’ouvrage, issu d’une recherche ayant obtenu le prix de thèse du Quai Branly, sera présenté et signé par l’auteur lors de l’ouverture du SALON DU LIVRE EN SCIENCES HUMAINES, vendredi 23 novembre à 18 h 45, à l’Espace d’Animation des Blancs Manteaux (48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris). La signature sera accompagnée d’une démonstration musicale par le groupe Ramajay Steelband. L’entrée est libre.

Collection « Anthropologie de la Nuit »

La nuit, support d’imaginaire, se nourrit de sommeil et enfante les rêves. Moment qui instaure une communication singulière, elle transforme le temps et l’espace, et permet la rencontre d’êtres qu’unissent des relations complexes. Au gré des ouvrages, la collection « Anthropologie de la nuit » offre récits, descriptions et analyses de la nocturnité à travers le monde. Les premiers titres parus explorent la nuit chez les Zápara d’Équateur, les Otomi du Mexique et les Inuit du nord de la Terre de Baffin : découvrez-les dans le document ci-dessous. Ces ouvrages sont en vente sur le site : [->http://www.lcdpu.fr] Bonne lecture ! Sophie Laporte _ Société d’ethnologie Anthropologie_de_la_nuit.pdf