Archives de l’auteur : Anne Sophie Sayeux

PROLONGATION DE LA DATE DE SOUMISSION POUR LE 2nd CONGRÈS DE L’AFEA

[rouge]IMPORTANT[/rouge] : La date limite de proposition de soumission des propositions pour le 2nd congrès de l’AFEA est prolongée jusqu’au [rouge]15 NOVEMBRE[/rouge]. La première édition s’est tenue à Paris en 2011 et a réuni près de 500 participants français et étrangers. La seconde édition portera sur la démesure, qui apparaît comme un des traits saillants de notre époque et interpelle nombre de nos objets de recherche. Ce Congrès international de l’Afea est un rendez-vous important permettant aux anthropologues, dans la diversité de leurs approches, de discuter et de débattre de leurs recherches à partir d’un thème proposé. Vous trouverez sur le site dédié à cette manifestation : http://demesure.sciencesconf.org/, toutes les informations nécessaires pour proposer une communication individuelle, un atelier thématique ou une table ronde.

Appel à la mobilisation 17 octobre 2014

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, la bataille de l’emploi est déclenchée De très nombreuses universités annoncent de sévères mesures pour faire face à l’insuffisance de leur budget : suppressions d’options, réductions d’horaires, augmentation des effectifs dans les groupes de TD, instauration de capacités d’accueil limitées, nouveaux gels d’emplois. A masse salariale constante, les organismes de recherche seront également obligés de supprimer des emplois. Ils devront, en outre, faire d’importants sacrifices dans leurs programmes de recherche et dans les soutiens de base aux laboratoires. Ces gels et ces suppressions d’emplois ont des conséquences lourdes pour les étudiants en matière de dégradation des conditions d’études, alors que leurs conditions de vie ne cessent de se durcir, et que le salariat étudiant est clairement identifié comme une cause importante de l’échec universitaire. Pour les personnels, ce sont la précarité, la surcharge de travail et le mal être au travail (épuisement professionnel, harcèlement…). Pourtant, les moyens existent, entre autres, en remettant en cause, le Crédit Impôt Recherche (de l’ordre de 6 milliards d’euros en 2014). En annonçant 45 millions d’euros d’augmentation sur une enveloppe de 26 milliards, soit + 0,17 %, le gouvernement ne prévoit ni de compenser l’augmentation mécanique des charges des établissements, ni de leur donner les moyens nécessaires au pourvoi des créations de postes annoncées, ni même au simple maintien des postes existants. L’enseignement supérieur et la recherche sont bien confrontés à l’austérité. Dans ce contexte qui obère le présent et met en cause l’avenir, l’urgence est de réagir collectivement. Plus de 300 directeurs de laboratoires se sont réunis le 24 septembre et ont lancé une lettre ouverte à François Hollande, qu’ils proposent à la signature de l’ensemble des directeurs d’unités de recherche des organismes et des universités. Les premiers cortèges « Sciences en Marche » ont pris la route et, d’escales en escales, convergeront à Paris le vendredi 17 octobre. Les organisations soussignées appellent tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche à organiser l’information et la mobilisation dans tous les établissements, à participer à toutes les initiatives pour la défense de l’emploi et des budgets, et à contribuer au succès de Sciences en Marche. Le 17 octobre 2014, elles appellent à une journée morte dans les laboratoires, les formations et les services, à participer à Paris à la manifestation, et partout en région à des assemblées générales locales et des rassemblements. Manifestation nationale pour l’enseignement supérieur et la recherche (*) 17 octobre 2014 à Paris, 14 h 30 Porte d’Orléans, Pour obtenir – Un plan pluriannuel ambitieux de créations d’emplois de titulaires d’enseignants-chercheurs, de chercheurs, d’ingénieurs et techniciens – avec la masse salariale correspondante ! -, pour résorber la précarité et répondre aux besoins en matière d’enseignement supérieur et de recherche. – Une augmentation significative du financement de base par l’Etat pour les formations, les laboratoires et les services. – L’amélioration des salaires et des conditions de travail, – La reconnaissance de tous les diplômes, et notamment du doctorat dans les conventions collectives et dans les fonctions publiques. – L’accès à l’enseignement supérieur et la réussite de tous les étudiants Organisations signataires : SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, SNTRS-CGT, Sup’Recherche-UNSA, Sud Recherche EPST, SNPTES, UNEF, Solidaires Etudiant-e-s, SLU. (*) Un préavis de grève sera déposé par certaines organisations syndicales pour permettre aux personnels de se joindre à la manifestation

Mobilisation pour la défense la science – Sciences en marche

Une société d’une complexité sans précédent mais des sciences délaissées. L’enseignement supérieur et la recherche (ESR) sont dans une crise profonde. Pourtant notre société, de plus en plus complexe, n’a jamais tant eu besoin de nos capacités de compréhension, d’analyse, de conseil et d’innovation. Dans le contexte actuel de crise économique durable et de profondes et rapides mutations sociétales, le potentiel de recherche et d’enseignement supérieur du pays devrait jouer un rôle clé dans l’amélioration de la compétitivité de notre économie, mais aussi dans la définition des valeurs de la société de demain. Pourtant, dans les laboratoires, les départements universitaires, la situation devient intenable. Beaucoup de chercheurs n’ont plus les moyens de travailler efficacement. La généralisation des CDDs à court terme, alliée à la faiblesse des débouchés industriels dans de nombreuses disciplines, détourne les jeunes des formations et des métiers de la recherche. Or il faut de nombreuses années pour former à l’esprit et à la méthode scientifiques. La situation actuelle est lourde de conséquences à long terme, que ce soit sur nos métiers, sur la production de connaissances, sur l’activité économique du pays dans un contexte international très compétitif et plus largement, sur la culture démocratique qu’entretient l’esprit critique développé par la recherche. Trois mesures sont nécessaires pour inverser la tendance : 1) mettre en œuvre un plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi statutaire à tous les niveaux de l’ESR, 2) renforcer les crédits de base des laboratoires et des universités, 3) Reconnaitre le doctorat dans les conventions collectives. Faciliter l’emploi des docteurs, et la diffusion de la culture scientifique, dans les entreprises et la haute fonction publique. Ces mesures font consensus dans la communauté scientifique. Une profonde redéfinition du contour, des missions et des conditions d’attribution de l’inefficace1 Crédit Impôt Recherche (CIR), permettrait de les financer (une petite fraction du CIR = des milliers d’emplois dans l’ESR). Cette réforme doit se faire en concertation avec les entreprises innovantes. Il est temps pour nous, acteurs de la recherche, de nous mobiliser et d’obtenir les moyens de remplir pleinement notre mission Pour nous faire entendre du gouvernement, nous devons convaincre le public que l’ESR joue un rôle important à la fois dans l’activité économique et dans la réflexion politique de notre pays. Il doit être soutenu. Cette action pédagogique, à destination du grand public, doit s’inscrire dans la durée. Il faut donner à nos concitoyens le temps de comprendre pourquoi nous réagissons. La mobilisation doit rassembler universitaires, chercheurs du public et du privé, et entreprises innovantes. Les chemins de Paris, à vélo et à pied Nous proposons l’organisation d’une grande marche convergeant sur Paris à l’occasion de la fête de la science, du 27 septembre au 18 octobre 2014. Elle impliquera chaque laboratoire et université, chacun participant à la mesure de ses possibilités. Concrètement, le trajet se fera principalement en vélo sur des chemins convergents en flux, les dernières étapes à pied pour faciliter la participation du public et une entrée remarquée dans Paris. Chaque étape aura lieu, dans la mesure du possible, dans une ville universitaire et sera associée à des points presse, des conférences grand public, des animations scientifiques permettant d’expliquer notre travail et notre rôle dans la société. Les animations de la fête de la science assureront la présence du public, dont la mobilisation pourra être renforcée au travers des réseaux sociaux. Enfin, il est important que le public se sente aussi acteur du mouvement, en venant sur le passage des relayeurs, mais aussi en participant à l’organisation logistique du mouvement, par solidarité. Cela peut par exemple inclure l’hébergement et le convoyage de relayeurs/euses, le port de badge ou vêtements à notre logo, etc… Comment participer ? Plusieurs niveaux de participation sont possibles. Nous serons nombreux à rouler ou marcher, un jour, une semaine ou plus. Chacun peut aussi participer à l’organisation de l’évènement, par exemple en constituant des comités locaux d’organisation dans chaque étape. Pour présenter une argumentation solide lors des débats, il faudra aussi collecter et analyser les chiffres de l’état et de la contribution de l’ESR à l’activité économique en France. Et peutêtre aussi réaliser de courtes vidéos pour illustrer la contribution à la société de toutes les sciences fondamentales, appliquées et industrielles, et pour montrer la réalité des métiers de la recherche. Laissons éclater notre imagination, suggérons des actions, et tous ensemble nous aurons des ailes Vous pourrez vous inscrire à partir du lundi 23 juin sur le site www.sciencesenmarche.org, et nous suivre sur Twitter (@SciencesEnMarch) et Facebook (www.facebook.com/SciencesEnMarche). Vous pouvez aussi nous contacter directement par mail Le comité d’organisation de Sciences en Marche à Montpellier : Solange Desagher, Frédérique Brockly, Olivier Coux, Guillaume Bossis, Laurent Villegier, Patrick Lemaire, Stéphan Mora. 1http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/L-evolution-et-les-conditions-de-maitrise-du-credit-d-impot-en-faveur-de-la-recherche