Archives de l’auteur : Gilles Raveneau

La nouvelle fabrique du doctorat

Programme de la journée d’étude LA NOUVELLE FABRIQUE DU DOCTORAT 10h-15h Bâtiment B, salle des conférences (rez-de-chaussée) Mercredi 20 mars 2013 9h30- Café, accueil des participants à la journée d’étude 9h45- Introduction : Charlotte Arnauld (CNRS ArchAm – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) Session 1 : Encadrement et dispositif institutionnel du doctorat aujourd’hui Modérateur : Charlotte ARNAULD (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 10h- Aubépine DAHAN, chercheur associée au LATTS (Laboratoire Technique, Territoires, Sociétés) UMR 8134, Université Paris-Est Historique de la politique de la formation doctorale et des ED depuis 1990 en France D’où vient la réforme des Ecoles Doctorales ? Quelles ont été ses inspirations, sa trajectoire ? Cette communication cherche à rendre compte de la construction et de l’évolution des enjeux ayant suscité cette politique, ainsi que des solutions qui ont été successivement proposées. A la préoccupation, ancienne comme on le verra, concernant la qualité et la durée de la thèse, s’ajoute l’enjeu organisationnel d’éviter le « saupoudrage » des ressources. Cette préoccupation prendra le pas sur la première, et fera des Ecoles Doctorales un levier pour la mise en place des PRES, ainsi qu’un moteur de la polarisation du paysage universitaire français, calquée sur l’exemple américain, entre un petit nombre d’universités de recherche (allant jusqu’au doctorat) et un grand nombre d’universités d’enseignement (proposant la licence seulement). 10h15- Adrien BOUZARD, LESC/CEIAS –Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) LRU et Loi-cadre 2013, les « nouvelles » conditions du doctorat À la veille de la mise en place d’une énième réforme des universités ouvertement dirigée vers les mondes « socio-économiques », nous questionnerons ici les nouvelles priorités de la stratégie nationale de recherche et leurs implications sur les conditions pratiques et académiques du doctorat. À l’heure de l’instauration des Fondations de Coopération Scientifique, de la fusion du CNESER et du CSRT mais aussi de l’établissement des Conseils Académiques (CEVU+CS), nous reviendrons sur le fonctionnement de ces instances démocratiques de la « communauté universitaire » et sur les espaces de parole et de décision qu’elles réservent aux étudiants et aux doctorants. Ce cadre global permettra de mettre en exergue les récidives d’une institution qui met à mal l’accomplissement d’études supérieures longues dans des conditions de décence (restriction des postes de moniteurs et des allocations doctorales, généralisation de l’enseignement numérique…), et qui réinstaure de fait des mécanismes forts de sélection sociale. 10h30- Jean FRANCES, Doctorant au GSPR/EHESS, ATER au CREAD, Université Rennes2 Initier les doctorants à l’entrepreneuriat pour réformer le doctorat Au long de cette communication, il s’agira de montrer comment les Doctoriales – ce dispositif de formation à l’entrepreneuriat à destination des apprentis-chercheurs – forment un réseau technico-scientifique simulé, à l’intérieur duquel, les doctorants sont placés en position de main d’œuvre première de l’innovation. En proposant une description ethnographique de ces serious-games, je montrerai en quoi, le fait de permettre aux étudiants de 3e Cycle « d’innover et d’entreprendre » les amène à reconsidérer la thèse et le travail de recherche, au prisme de schèmes de perception utilitaristes. 11h00- Philippe ERIKSON, Professeur, Directeur de l’Ecole doctorale 395 (MCSPP) , Université Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC Réflexions sur la durée des thèses en ethnologie A partir d’une enquête orale informelle et d’un examen des archives du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et de l’Ecole Doctorale 395 de Nanterre, il s’agira de comparer la durée des thèses préparées au LESC dans les années 80 et aujourd’hui, et de s’interroger sur les différences. 11h15-12h Discussion et débat avec la salle 12h-13h Déjeuner Session 2 : Expériences des nouvelles contraintes de formation et de professionnalisation Modérateur : Gilles RAVENEAU (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) 13h00- Maïa GUILLOT, doctorante, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC Être Thésé(e) en trois ans ou comment vaincre le Minotaure Nous mettrons en évidence les décalages auxquels sont confrontés les doctorants soumis à une pression croissante pour la finalisation d’un travail de thèse en 3 ans, et ce avec des perspectives d’insertion académique « post-doctorale » de plus en plus incertaines. – Un temps de thèse raccourci et la production d’un travail de qualité ? – Un temps de thèse raccourci dans un contexte institutionnel et financier plus précaire (réduction des bourses et contrats doctoraux ; des postes de vacataires, moniteurs et d’Ater) ? – Un temps de thèse raccourci, avec un dossier de production scientifique solide et une expérience d’enseignement conséquente ? – Pour quel avenir ? Des concours de plus en plus compétitifs, des post-docs à répétition, une privatisation des métiers de chercheurs. 13h15- Sabine KRADOLFER, post-doctorante du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique Trois ans… et quel « calibre » pour les thèses en anthropologie ? L’harmonisation des filières d’enseignement supérieur (réforme LMD ; Accords de Bologne) ainsi que les nouvelles conditions de production des doctorats nous semblent devenir particulièrement problématiques dans le domaine des sciences humaines et sociales. Contrairement à d’autres disciplines, ces doctorats ne peuvent pas toujours être considérés comme l’aboutissement d’une formation pointue dont les compétences seraient aisément transférables dans les mondes professionnels extra-universitaires. Or, force est de constater que la rapidité d’exécution de la thèse, conjuguée à d’autres critères, comme par exemple, l’obligation de publier dans des revues prestigieuses et essentiellement en anglais sont des éléments d’évaluation des dossiers qui s’imposent de plus en plus aux sciences humaines et sociales à partir d’autres disciplines (« sciences dures » ; « data based sciences »). Dès lors, comment concilier les nouveaux critères, ou standards, de « l’excellence académique » avec les pratiques de l’anthropologie, basées sur la réalisation de terrains de longue durée, souvent dans des régions non-anglophones. Ces différentes questions seront abordées à partir de l’exemple helvétique que nous avons étudié dans le cadre de différentes recherches réalisées depuis 2006 dans les Universités de Lausanne et de Genève. 13h30- Irène BELLIER, directrice de recherches, directrice de l’IIAC/LAIOS, EHESS-CNRS Faire un doctorat en anthropologie aujourd’hui. Comment concilier impératifs du terrain, recherche de financement et projet de professionnalisation Alors que l’EHESS permet d’inscrire tout candidat à un doctorat, sous réserve de la qualité de son dossier et de sa motivation, encadrant et doctorant se trouvent confrontés à la nécessité de disposer des moyens nécessaires à l’accomplissement du projet doctoral. A travers l’exposé de plusieurs sources possibles de financement, nous explorerons quelques-unes des arcanes qui pèsent sur (ou dépendent de ) la nature de la relation entre encadrant.e et encadré.e et qui laissent augurer d’une politique de ciblage dont on examinera avantages et inconvénients. 13h45- Marie ROUE, Directrice de recherche s, UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie, CNRS/MNHN Anthropologie de l’environnement ou slow versus fast : terrains longs, analyse de la complexité et doctorat court Comment concilier un temps plus court pour la réalisation du doctorat, en principe de trois ans, en vérité un peu plus long après moult négociations, tout en répondant aux injonctions de plus en nombreuses de l’université ? Un terrain long semble toujours de mise, dans une langue généralement inconnue au début du doctorat, l’interdisciplinarité est la loi du genre, et si l’on en croit de nombreuses déclarations institutionnelles, bien considérée. Pourtant il faut aussi que l’impétrant suive les cours de l’école doctorale, écrive un ou plusieurs articles pendant sa thèse, qu’il suive les doctoriales également, car en situation tendue il faut se préparer à l’emploi avant d’avoir fini. En résumé il faut faire plus en moins de temps. Comment faire face ? 14h00- Marion FOREST, ArchAm-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etudes Mexicaines et Centre-Américaines, Mexico Une expérience de mobilité doctorale internationale : contraintes et apports dans la professionnalisation du doctorant. La mobilité des doctorants français en Europe et à l’international est soutenue par de nombreux dispositifs financiers. Les travaux menés sur des terrains à l’étranger sont évidemment les premiers servis, ce qui entraine des mobilités à plus ou moins long terme du doctorant (voire son expatriation définitive lorsque ces dispositifs d’aide ponctuelle à la mobilité se révèlent être les sources uniques de son financement doctoral). La durée, la finalité et la destination de ces mobilités ont sans nul doute des répercussions, à la fois positives et négatives sur la trajectoire doctorale et la professionnalisation du doctorant. Il semble intéressant de présenter brièvement, au travers d’expériences personnelles, les apports très positifs, mais aussi plus problématiques, que de telles trajectoires impliquent en termes d’intégration professionnelle et de développement de la recherche. Si ce type de parcours est, pour les étudiants français, lié à des thématiques extranationales, de telles expériences doctorales et non plus postdoctorales , pourraient être encouragées et mises en place – dans la mesure du temps désormais imparti aux thèses – dans chaque parcours doctoral en sciences humaines, et cela, quelle que soit la thématique envisagée. 14h15-14h55 : Discussion et débat avec la salle 14h55-15h : Conclusion : Charlotte Arnauld (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC) 15h-18h Assemblée Générale de l’Association Française d’Ethnologie Anthropologie (AFEA)

Appel à Projet sur le Corps et/ou la santé

Vous désirez obtenir un (petit) soutien financier et un net soutien logistique pour une recherche portant sur les questions du corps et/ou de la santé ? L’appel à projet annuel de la MSH Paris Nord est fait pour cela. Attention il se clôt cette année le 3 octobre 2012. Pour élaborer un projet dans le cadre de cette msh, il convient de considérer trois points : – Il faut pouvoir répondre à peu près aux trois « i » (projet international, inter institutionnel et interdisciplinaire) – en cohérence avec le programme de l’axe, et notamment un de ses thèmes. – tout en ayant bien conscience du montant possible des moyens (autour de 1000-1500 euros/an)… – …modestie partiellement compensée par les autres services rendus par la MSH : fabrication d’affiches, propositions de salles, publicité sur le site. La plupart du temps, il s’agit donc de faciliter le démarrage d’une réflexion ou d’une enquête, de donner des moyens logistiques à des réunions (mais elle doivent alors avoir lieu au moins en partie à la MSH : séminaires, JE, colloque) et/ou de préparer une demande (à l’université d’origine, l’ANR, etc.) d’un autre financement qui facilite souvent celle-ci. En tout état de cause, le lien thématique et géographique (réunions à la MSH) doivent être dûment précisés. Voir infra les informations nécessaires. Pour un accès peut-être plus direct aux différents documents, aller sur le site de la MSH-PN : cliquez ici . Bien à vous, Les coordonnateurs de l’axe 2, Santé & société. ________________________________________________________ *APPEL À PROJETS 2012 *MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME PARIS NORD* *2012* Bonjour, La MSH Paris Nord publie son appel à projets annuel sur ses axes de recherche, – Industries de la culture & arts – Santé & société – Mondialisation, régulation, innovation – Penser la ville contemporaine • Téléchargez le document de présentation (pdf) • Téléchargez le dossier de réponse pour un nouveau projet : http://www.mshparisnord.fr/images/stories/actualite/pdf/fiche-modele-msh-paris-nord2012.doc • Téléchargez le dossier de réponse pour la reconduction d’un projet : http://www.mshparisnord.fr/images/stories/actualite/pdf/fiche-prolongation-msh-paris-nord2012.doc • Les dossiers réponses sont disponibles sur le site web de la MSH Paris Nord: http://www.mshparisnord.fr/fr/recherches/appels-a-projets-msh-paris-nord.html Pour toute information supplémentaire : Sara Guindani, responsable du suivi scientifique des programmes, sara.guindani@mshparisnord.fr • La date limite de dépôt des projets est fixée au *mercredi 3 octobre 2012.* ** Retrouvez toutes les actualités de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord sur son site web : cliquez ici *Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord* 4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis la Plaine mshpn-contact@mshparisnord.fr tél. : 01 55 93 93 00 / fax. : 01 55 93 93 01 www.mshparisnord.fr

Colloque Premiers pas en ethnographie

Appel à communications Après un premier volet consacré aux relations entre disciplines et pratiques ethnographiques (2010 à Nantes), un deuxième volet sur les « carrières » d’ethnographes (2011 à Besançon), nous consacrons le troisième volet aux premiers pas sur un terrain ethnographique. Ce colloque entend poursuivre la réflexion entamée précédemment en se focalisant cette fois-ci sur un temps particulier de la carrière : celui des prémisses, de l’apprentissage du métier et de l’initiation à la recherche de terrain aujourd’hui. En effet, l’effondrement des empires coloniaux, la globalisation et les critiques portées contre l’anthropologie, le renouvellement des totalités (culture, ethnie, aire culturelle), des méthodes (terrains multi-situés) et des objets, comme la plus grande ouverture aux concepts et aux méthodes des sciences sociales et à ceux des sciences naturelles, ont conduit à un profond renouvellement. Sous quelles formes se présentent les premiers pas de l’ethnographe aujourd’hui comme les manières d’engager un nouveau terrain pour un chercheur déjà confirmé ou encore sous quelles modalités se présentent un premier terrain ethnographique pour un chercheur utilisant d’autres méthodes ? Comment fait-on ses premiers pas d’ethnographe ? Est-on formé à l’ethnographie et de quelle manière ? Quelles en sont les modalités : stage de terrain encadré, cours, lectures, formation sur le tas, tutorat, etc. ? Comment entre-t-on sur le terrain ? Quels en sont les modes d’engagement ? Quels types de découverte, de surprise, d’apprentissage, de déconvenues et d’arrangements, de ratés, de désillusion et d’assignation rencontre-t-on ? Quelles sont les formes d’initiation rencontrées lors des premiers pas ethnographiques ? Quatre axes de réflexion sont envisagés : – novice en recherche sur un terrain inconnu – novice en recherche ayant un premier terrain ethnographique sur un terrain déjà connu de lui (il était indigène, il devient ethnographe de ce milieu) – chercheur confirmé en ethnographie sur un terrain radicalement différent de son (ou ses) terrain(s) passé(s) – chercheur confirmé mais novice en ethnographie sur son premier terrain Comité d’organisation : Philippe Combessie (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), [->ph.com@laposte.net] Anne Monjaret (CERLIS, CNRS-Université Paris Descartes), [->anne.monjaret@parisdescartes.fr] Lucie Nayak (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, Université de Genève), [->lucienayak@yahoo.fr] Gilles Raveneau (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), [->gilles.raveneau@mae.u-paris10.fr] Les propositions d’intervention (3000 signes maximum) sont à faire parvenir au plus tard pour le 4 juin 2012. 1-Calendrier Appel à communications jusqu’au 4 juin 2012 Réponses aux propositions de communication : 4 juillet 2012 Clôture des inscriptions et de paiement : 26 novembre 2012 Colloque du lundi 17 au mardi 18 décembre 2012 Remise des textes pour publication 18 février 2013 2-Propositions de communication Les propositions comprendront un titre et un résumé, elles ne devront pas excéder de 2500 à 3000 signes et comprendront 5 mots clés. Elles devront mentionner nom et prénom, statut et organisme de rattachement ainsi que votre adresse électronique. Elles seront acceptées en anglais ou en français. Les propositions seront impérativement rédigées en Times New Roman de 12 points, sans feuille de style. Le fichier informatisé du résumé envoyé aux organisateurs par voie électronique, aux formats word et rtf, sera simplement nommé par les nom et prénom de l’auteur sous la forme : « NOM Prénom-Premiers pas ». Les propositions de communication devront parvenir à ph.com@laposte.net, anne.monjaret@parisdescartes.fr, lucienayak@yahoo.fr, gilles.raveneau@mae.u-paris10.fr. 3-Informations pratiques : Droits d’inscription …………………………………………………………………………………………………… Adhérents de la SEF : gratuit (Adhésion SEF : Tarif plein 25 € / Étudiant 12,50€) Non adhérents à la SEF : Statutaires : 30 euros Étudiant – chômeur – vacataire : 15 euros …………………………………………………………………………………………………… Les droits d’inscription couvrent la participation à l’ensemble des activités scientifiques, les pauses café et le recueil des résumés des communications. Les droits d’inscription au colloque seront exclusivement réglés par un chèque bancaire ou postal établi à l’ordre de la Société d’Ethnologie Française (SEF). La fiche d’inscription et les droits sont à envoyer à la fois par email et par la poste à l’adresse suivante : Lucie Nayak, SEF/colloque 1er pas, 18 boulevard Vincent Auriol, 75013 Paris. lucienayak@yahoo.fr

Convocation à l’AG de l’Afea & appel à candidatures au CA 31 mars 2012

Cher(e)s adhérents, cher(e)s collègues et sympathisants, Comme annoncé dans le message précédent du 31 janvier, le Comité d’Administration actuel arrive à son terme et nous aurons à le renouveler entièrement (Collège A et B : individuel et association) lors de la prochaine Assemblée Générale. Vous êtes conviés à l’Assemblée Générale (AG) ordinaire de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie qui aura lieu le 31 mars 2012 de 9h30 à 13h00 _ au Muséum national d’histoire naturelle à Paris _ (Jardin des Plantes, amphi. Rouelle, voir le plan ci-dessous). Les membres individuels de l’AFEA doivent donc renouveler 12 de leurs représentants (collège A) au Conseil d’administration (CA) lors de la prochaine Assemblée Générale. N’hésitez pas à faire acte de candidature pour participer à la poursuite de l’aventure de cette association ouverte et plurielle. Les déclarations de candidature pour le CA sont enregistrées par le bureau. Un temps de présentation des candidatures est prévu lors de l’AG. Vous voudrez bien trouver ci-dessous un document, intitulé « Convocation AG AFEA-2012 », dans lequel vous trouverez tous les éléments dont vous aurez besoin : 1- La convocation et le programme de l’Assemblée Générale _ 2- l’appel à candidature collège A-individu _ 3- un formulaire de candidature _ 4- un formulaire de procuration en cas d’absence pour vous faire représenter _ 5- le bulletin d’adhésion individuel 2012 Si vous aviez la gentillesse de nous faire parvenir le règlement de votre cotisation 2012 dès que possible, nous gagnerions un temps précieux lors de l’AG. Enfin, n’hésitez pas à faire largement circuler l’information largement autour de vous et à engager les collègues et étudiants à adhérer à l’AFEA comme à consulter notre site internet ([->http://www.asso-afea.fr]) et à vous y inscrire pour recevoir les actualités de l’association et de la discipline. Dans l’attente de vous voir nombreux et de poursuivre avec vous la construction cette association fédératrice ouverte et plurielle. Bien cordialement Gilles Raveneau, _ Président de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie _ http://www.asso-afea.fr/ – Documents utiles: Convocation Afea AG 2012 _ Convocation Afea associations AG 2012 Bulletin pour une adhésion individuelle à l’Afea 2012 _ Bulletin pour adhésion d’une association 2012 Pouvoir pour l’AG 2012 Plan du Jardin des plan­tes-Amphi. Rouelle

Contre la politique répressive à l’égard des étudiants et des collègues étrangers. déc 2011

Depuis la circulaire Guéant du 31 mai 2011, les possibilités de changement de statut à la fin des études sont restreintes. Ainsi, de nombreux étudiants étrangers sont empêchés de travailler à la fin de leurs études, voire de finir leurs études et sont alors contraints de rentrer. Cette année, les objectifs d’expulsion du territoire sont passés à 30 000, facilités par la loi Guéant du 16 juin 2011 qui restreint encore plus les droits de tous les migrants. L’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie refuse cette politique de lutte contre l’immigration et ses développements qui nuisent gravement à l’enseignement supérieur et à la recherche en restreignant les échanges avec les collègues étrangers et la liberté d’étudier en France. Nous demandons une égalité de traitement de tous les étudiants et refusons de déléguer aux préfectures le suivi et l’évaluation de nos étudiants étrangers. Une telle politique est contraire à la vocation universelle des établissements d’enseignement supérieur et à leur mission d’échange et de réflexion avec les collègues et étudiants étrangers. Nous soutenons l’initiative prise par l’ASES (Association des sociologues et enseignants du supérieur) dès le début et la motion rédigée en ce sens (ci-jointe). L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie _ 21 décembre 2011 Motion_ASES_politique_repressive_etudiants_etrangers.pdf

40e anniversaire de la revue Ethnologie française

Afin de mesurer le rôle de la revue dans le domaine de l’ethnologie de la France et de l’Europe, ce colloque international propose de jeter un regard réflexif et interdisciplinaire sur quelques thèmes dont Ethnologie française a été l’initiatrice. Il s’agira de croiser le regard d’auteurs dont l’œuvre a fait date et de plus jeunes chercheurs travaillant dans le même domaine, parmi d’autres, le corps, la parenté, la religion, les migrations, l’identité nationale. Façon de revisiter des thèmes et des objets autour desquels la discipline s’est structurée, qui ont connu d’incessantes évolutions et permettent de mieux aborder les changements contemporains. La première journée du colloque sera consacrée aux travaux de la revue. La seconde journée permettra d’élargir les débats à l’échelle européenne, avec nos collègues de l’EASA.

1. Éditorial oct. 2010

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) est née en janvier 2009 d’une mobilisation qui avait conduit aux Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France en décembre 2007. L’AFEA a été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, sa transmission et son devenir. Dans cette perspective, l’organisation du 1er congrès de l’AFEA est un élément essentiel du dispositif visant à rassembler les individus et à fédérer les différentes associations existantes dans une organisation professionnelle unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives et de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir et à lui permettre d’exister. Cette manifestation est en effet un pas décisif pour rassembler tous les ethnologues et les anthropologues et constituer un rendez-vous régulier de la discipline en France (congrès tous les deux ans) qui permettra aux anthropologues, à quel que courant qu’ils appartiennent, de discuter entre eux et de débattre des recherches, de l’actualité professionnelle, des questions politiques, de l’enseignement et de la formation des jeunes, du lien avec les autres associations d’anthropologues à travers le monde… Ce sont les raisons pour lesquelles nous vous appelons à participer largement à ce premier congrès unitaire qui est aussi le vôtre. Rien de valable ne peut être fait sans la volonté active de tous (individus et associations) à s’engager sur un horizon commun. Ce congrès aura lieu du 21 au 24 septembre 2011 à l’EHESS à Paris. Il a pour intitulé « Connaissance No(s) Limit(es) » et portera donc sur le thème très large de la connaissance, de ses modalités de production et de sa place dans les sociétés contemporaines. Si cette thématique générale constituera la colonne vertébrale de la manifestation, le congrès fera également une large place à la diversité des recherches qui traversent le champ de la discipline et s’appuiera sur les propositions de session des associations membres de l’AFEA et des Réseaux de recherche thématique (RRT). Il faut souligner à ce propos qu’il est encore temps de proposer à l’AFEA la création de RRT en prévision du congrès à venir. Nous vous engageons à le faire sans tarder en écrivant à : [->asso.afea@gmail.com]. Fidèle à ses engagements et à ses objectifs, l’AFEA est soucieuse d’ouvrir ce congrès très largement à tous les acteurs de la discipline (chercheurs et enseignants-chercheurs, étudiants, doctorants et post-doctorants, professionnels du patrimoine, des musées et de la culture, personnes ayant une activité d’ethnologue ou d’anthropologue en entreprise ou en indépendant, acteurs du milieu associatif, etc.) et de permettre à chacun d’y participer quels que soient ses moyens (prix d’inscription modeste et adapté aux situations des uns et des autres) pour faire de cette rencontre le congrès unitaire de l’anthropologie française. Enfin, il n’est pas possible de finir cet édito sans évoquer les questions qui traversent le débat public et l’espace politique actuellement. En effet, au-delà des opinions et des engagements différents des uns et des autres, force est de constater que le champ politique s’est saisi depuis peu de concepts anthropologiques comme ceux d’identité, d’altérité, de communauté, de culturalisme et de relativisme. Cette utilisation ne peut nous laisser indifférent dans les débats qui ont lieu : débat sur l’identité nationale du 2 novembre 2009 au 31 janvier 2010 ; loi visant à prohiber le port de la « burqa » dans les lieux publics adoptée par l’Assemblée le 13 juillet 2010 ; attaques ciblées contre les Roms (circulaire gouvernementale de Brice Hortefeux du 5 août 2010) ; amendements du 15 septembre 2010 visant à rendre possible la déchéance de la nationalité française aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé la mort d’une personne dépositaire de l’autorité publique ; loi Besson relative à « l’immigration, à l’intégration et à la nationalité » discuté au Parlement le 28 septembre dernier. Ces débats sont politiques au sens le plus noble du terme parce qu’ils opposent deux visions du rôle des connaissances dans la société et parce qu’ils reposent à nouveau les questions classiques du savant et du politique, des usages et de l’utilité sociale de l’anthropologie et des sciences sociales. Le savoir et les connaissances sont au fondement de l´émancipation des individus. Pour ne pas sombrer dans un relativisme qui permettrait tout, nous avons besoin de mener un travail collectif pour développer les connaissances comme pour définir les manières de vivre ensemble. Nous comptons sur vous, pour y apporter votre contribution et faire de ce congrès le lieu d’échanges et de débats féconds de l’anthropologie en France.

0. Éditorial mai 2009

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (Afea) est née d’une mobilisation qui a d’abord conduit à la tenue des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France[[voir le site des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France]]. Celles-ci ont permis d’identifier les difficultés auxquelles se confrontent les anthropologues: la segmentation de la discipline, l’individualisation et la solitude des parcours, l’inquiétude sur le devenir des étudiants, des doctorants et des jeunes chercheurs, le renforcement des concurrences internes et de la compétition internationale, le fait que les anthropologues n’arrivent ni à s’organiser collectivement, ni à parler d’une seule voix face aux menaces qui pèsent sur la discipline et face aux transformations des statuts et des institutions de recherche et d’enseignement. La situation générale rendait cruciale la nécessité de se regrouper et d’être solidaires. Face aux attaques dont les sciences humaines et sociales sont la cible, aux réformes qui exposent la discipline à un effacement progressif, au risque de disparition du CNRS comme de l’IRD, à la fragilisation des statuts, à la réduction du nombre de postes ouverts laissant hors statut nombre de docteurs, à la logique de contractualisation et de regroupement des laboratoires, au renforcement des concurrences internes, etc., une association professionnelle comme l’Afea est devenue une nécessité vitale dont l’absence a fait cruellement défaut, tant au plan intérieur qu’au plan international. Aucune association existante, constations-nous en 2007, ne pouvait prétendre satisfaire pleinement à notre intérêt et à notre bien commun. Aucune n’avait la capacité complète de répondre à ce que chacun pouvait attendre d’une association professionnelle ni n’avait de représentativité nationale et internationale suffisante. À partir des travaux du Comité de liaison et de travail de l’anthropologie en France (Cletaf) issu des Assises, l’Afea est née, lors d’une grande assemblée constitutive, le 17 janvier 2009. À ce jour, seize associations et cent vingt-cinq personnes en sont devenues membres, originaires de toute la France. De nouvelles demandes d’adhésions nous parviennent chaque semaine, ce qui montre combien l’Afea est attendue. Beaucoup de travail a déjà été fait, mais le soutien et l’aide de tous est nécessaire pour construire une association solide. Rappelons le point essentiel de la motion votée par les Assises qui a guidé le comité de liaison et de travail dans la préparation de l’Afea: mettre en œuvre une structure associative ouverte et plurielle, qui puisse être l’instance représentative de la discipline, dans un esprit de partage et d’enrichissement. Une association qui vise à rassembler tous les anthropologues, quels que soient leur statut, leur position, leurs convictions, leurs engagements et leurs attentes. Le rassemblement n’implique pas l’absence de différences ou l’affirmation d’un consensus mou. Il peut être au contraire le creuset de débats féconds et enrichissants pour les uns comme pour les autres, et pour la discipline elle-même. L’existence de nombreuses associations d’anthropologues, à travers toute la France, leur diversité et leur vitalité, de même que l’existence d’une multitude d’initiatives individuelles ou plus collectives, prouvent que ce n’est pas du manque d’idées, d’expériences ou de volonté d’agir que l’anthropologie pâtit, mais de l’absence d’une organisation professionnelle forte et unifiée, capable de relayer les déterminations collectives, d’unir les initiatives communes et les réseaux parallèles, de mettre en place les structures de développement et de défense de la discipline propres à assurer son avenir. L’Afea a ainsi été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, ses pratiques, sa transmission et son devenir. C’est une organisation qui a pour vocation de fédérer l’ensemble des associations d’anthropologie en France et de réunir tous les anthropologues, les ethnologues et les archéologues, individuellement. C’est la raison pour laquelle son Conseil d’administration comporte deux collèges : le collège B représentant les associations (12 membres) et le Collège A représentant les individus (12 membres). Ses objectifs sont de favoriser et de diffuser le développement de l’ethnologie et de l’anthropologie dans tous les domaines, théoriques et pratiques, académiques et professionnels, en multipliant les échanges entre ses membres, les contacts avec les autres disciplines et avec les associations européennes et internationales d’anthropologie. Ils visent également à représenter la discipline aux yeux des différentes instances nationales et à servir de relais auprès des institutions publiques ou privées concernées par la recherche, l’enseignement et l’emploi des anthropologues. Vous trouverez dans ces premières Nouvelles de l’Afea un certain nombre d’informations concernant l’Association (mode de fonctionnement, composition du bureau et du CA, bulletin d’adhésion), le travail déjà réalisé et invitant chacun à participer aux prochaines activités. C’est la raison de la mise en place de Commissions, Groupes de Travail (GT), Réseaux de Recherche Thématiques (RRT) qui ont pour vocation de rassembler les bonnes volontés dans la perspective, entre autres, de la tenue du premier grand congrès de la discipline en France. Ces Nouvelles comprennent aussi quelques informations sur l’association dans le mouvement actuel de contestation des réformes et sur l’actualité des associations membres. Les membres du Bureau comptent sur vous pour faire de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie la grande association ouverte et pluraliste, qui saura rassembler pour assurer à notre discipline une meilleure visibilité et un avenir ; et vous pouvez compter sur eux pour maintenir ce cap.