Archives de l’auteur : Laurent Sébastien Fournier

Nouvelle série « Ethnographies plurielles » CTHS-SEF

Lancement d’une nouvelle série « Ethnographies plurielles », CTHS-SEF A l’heure où l’ethnographie trouve un regain d’intérêt, une nouvelle série « Ethnographies plurielles » qui associe le CTHS et la SEF vient d’être créée dans la collection « Orientations et méthodes » des éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques. Elle entend stimuler les réflexions sur le travail de terrain et vise en particulier à explorer les multiples aspects des usages contemporains de l’ethnographie dans les sciences sociales. Parution du premier volume – juin 2014. Le terme « ethnographie » est aujourd’hui largement répandu dans l’ensemble des sciences sociales pour désigner tout à la fois une méthode et ses résultats : le travail qualitatif de collecte des matériaux de terrain, le corpus qui en résulte et l’écriture qui en restitue l’analyse. Mais recouvre-t-il le même sens pour tout le monde ? Nous avons voulu pour inaugurer cette série « Ethnographies plurielles » un volume qui tonifie, en les réactualisant, le concept et la pratique ethnographiques. Coordonné par Tiphaine Barthèlemy, Philippe Combessie, Laurent Sébastien Fournier et Anne Monjaret, cet ouvrage collectif intitulé Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines montre combien cette méthode de travail sur le terrain n’apparaît plus comme l’exclusivité des anthropologues qui eux-mêmes ne cessent de transformer ses usages. Dorénavant et plus que jamais elle se partage. Anthropologues, ethnologues, sociologues, historiens, urbanistes, spécialistes du sport, chercheurs en sciences de l’éducation, etc., tous soulignent l’apport de l’ethnographie pour leur discipline, ainsi que la manière dont elle a pu contribuer aux évolutions de celle-ci. Cet ouvrage ouvre ainsi les frontières entre des approches qui trop souvent s’ignorent. Plus d’information: http://sef.hypotheses.org/

Edito: l’été des anthropologues

L’été est là. C’est bien sûr un interstice temporel, un temps de « vacance » qui sépare les an-nées universitaires, après les dernières soutenances et les derniers jurys. Mais c’est aussi plus largement un moment de respiration dans les rythmes sociaux, mécanisme si bien analysé par Marcel Mauss lorsqu’il parlait au siècle dernier du « dimorphisme saisonnier » des Eskimos. Plus concrètement, pour beaucoup d’entre nous, anthropologues de bonne volonté ou de mau-vaise fortune, l’été est un temps pour compléter des enquêtes laissées en jachère depuis l’année précédente, rêver à des livres qui restent à écrire, partir sur un terrain proche ou loin-tain qui n’exclut pas de joindre l’utile de la collecte ethnographique à l’agrément des retrou-vailles entre amis. En bref, l’été est un moment important de ressourcement, un moment de trêve où le calme provisoire des affaires institutionnelles peut laisser place à quelques ren-contres moins formelles mais tout aussi productives. Dans la critique du formalisme académique et des dérives gestionnaires des institutions offi-cielles de recherche, les associations professionnelles ont toujours joué un rôle clef. L’été, c’est donc le temps pour elles d’organiser leurs congrès, permettant à leurs membres de se retrouver et d’imaginer des réponses au fonctionnement parfois alarmant de l’enseignement et de la recherche. Cette année par exemple, le congrès biennal de l’EASA (association euro-péenne des anthropologues sociaux) réfléchira à Tallinn (Estonie) sur le thème « Collabora-tion, intimité et révolution : innovation et continuité dans un monde interconnecté » (du 31 juillet au 3 août 2014, voir : http://www.easaonline.org/conferences/easa2014/index.shtml). Réunies au sein du WCAA (conseil mondial des associations anthropologiques, voir : http://www.wcaanet.org/members.shtml), les associations nationales ou internationales d’anthropologues ont vocation à former un réseau professionnel, mais aussi à promouvoir des conceptions partagées de la recherche et à analyser les impacts des processus d’évaluation académiques qui influencent le développement de la discipline. Ces associations constituent ainsi un forum permanent qui évite un guidage trop fort de la part du politique. Elles reflètent en même temps des rapports géopolitiques plus généraux, rappelant que la place de l’anthropologie est toujours indexée à la situation concrète des pays dans lesquels elle s’exerce. En France, la tradition anthropologique est forte et ancienne malgré les risques forts de mor-cellement actuels et les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui. Quand on se déplace dans des pays où la discipline est moins ancrée, en Europe de l’Est ou en Afrique francophone, on est souvent frappés de la confiance que nous accordent nos collègues. Bien sûr, cela ne doit pas nous pousser à adopter une position d’avant-garde, ni à être condescendants envers les anthropologies qui s’expriment aux marges ou aux périphéries. Mais cela doit nous encoura-ger à assumer notre rôle : héritière d’une tradition riche d’études anthropologiques tout en étant ouverte aux critiques et aux transformations contemporaines des conditions de la recher-che en sciences humaines et sociales, l’AFEA propose de fédérer les différentes tendances de l’anthropologie française lors de son deuxième congrès, organisé du 29 juin au 2 juillet 2015 à Toulouse sur le thème de la « Démesure » (voir : http://demesure.sciencesconf.org/). La sou-mission de propositions individuelles, de panels ou de tables-rondes est possible jusqu’au 15 octobre 2014 !

Vidéos en ligne, congrès IUAES 2013

IUAES2013 plenary videos You may now access videos of three plenary addresses, three plenary debates and a plenary roundtable from the 17th World Congress held in Manchester in August 2013. The video archive is at http://www.iuaes.org/congresses/2013/video.html. The final report of Manchester World Congress is available from the IUAES homepage.

Call for Panels – Association suédoise d’anthropologie

The annual conference of The Swedish Anthropological Association, SANT, will take place in Linköping 3-5th of April, 2014. The conference is bilingual (Swedish and English). Call for panels: http://sverigesantropologforbund.org/annual-confererence-linkoping-2014/ Info about SANT: http://sverigesantropologforbund.org/sant-in-english/ Info about the previous conference in Uppsala: http://www.antro.uu.se/en/cultural-anthropology/sant-2013/

Appel ASA2014

Dear WCAA associations Please circulate this Call for panels to your members. ASA14: the ASA’s decennial in Edinburgh CALL FOR PANELS OPENS The Association of Social Anthropologists of the UK and Commonwealth’s next conference will be a decennial one – traditionally a larger event than normal. It will take place in Edinburgh next June, hosted by the STAR consortium, with the title/theme: Anthropology and Enlightenment. The Call for Panels is now open, with a deadline of 27th October. Please visit the site, read the theme and make your panel proposals. http://www.theasa.org/asa14 —

5. Éditorial juillet 2011

Poser les jalons d’une anthropologie en devenir _ — Connaissance No(s) Limit(es) — La refondation même partielle d’une discipline scientifique n’est jamais dépourvue d’ambigüités, car elle laisse souvent derrière elle autant de décombres qu’elle apporte de conquêtes. Les historiens savent ainsi qu’avec l’École des Annales ou de la Nouvelle Histoire ils ont dû abandonner au cours du XXe siècle l’objectivisme naïf de l’histoire chronologique et la méthodologie positiviste des générations précédentes. De même, chez les sociologues, ce n’est qu’en sacrifiant à la massification universitaire d’après 1968 que la discipline a pu échapper aux préjugés anciens de la philosophie sociale et développer des approches réellement empiriques du monde social. À la veille du premier congrès de l’Afea, il paraît légitime d’interroger l’évolution de l’anthropologie comme discipline scientifique. Cherchant à comprendre à la fois l’unité de l’homme et la diversité des cultures, celle-ci gagne elle-même à être pensée à travers les catégories de l’unité et de la diversité. Diverse, l’anthropologie semble peiner depuis longtemps à se trouver une unité. Écartelée entre des exigences contradictoires, cherchant tout à la fois à saisir la nature, la culture, l’homme et la société, l’anthropologie recouvre une constellation de problématiques qui en font la complexité autant que la richesse. Elle entre ainsi facilement en dialogue avec des spécialités aussi variées que la biologie, la médecine, l’archéologie, la muséographie, la technologie, la littérature, la linguistique, l’économie, sans compter les disciplines des sciences humaines et sociales parmi lesquelles elle s’inscrit naturellement. Mais ce chatoiement et cette plasticité du projet anthropologique freinent en même temps sa diffusion vers un public élargi, avide d’explications simples et de solutions immédiates plutôt que de science fondamentale. L’anthropologie doit alors naviguer sans cesse entre l’hermétisme du savoir académique et l’écueil non négligeable de l’instrumentalisation politique et sociale. Plus que d’autres disciplines, elle requiert beaucoup d’efforts pour se faire comprendre du profane sans tomber dans le discours commun. Cela vient en partie du fait que les grands paradigmes qui ont marqué l’histoire de l’anthropologie – évolutionnisme, diffusionnisme, psychologisme, fonctionnalisme, structuralisme – ont été réappropriés dans le discours populaire en même temps qu’ils constituaient l’identité de la discipline. Cela vient aussi du fait que le lexique même de l’anthropologie, fait des notions de sauvage, de race, de tribu, d’ethnie, de société ou de culture, n’a jamais été aussi présent dans les médias et dans l’imaginaire que depuis que les anthropologues se sont mis à le déconstruire et à le critiquer. Cette situation témoigne de la puissance d’évocation du discours anthropologique dans des sociétés globalisées massivement confrontées au doute et à la crise. Partout, les rhétoriques du patrimoine ou celles de l’autochtonie défendent la diversité culturelle et font usage des catégories du savoir anthropologique. Pourtant, en dépit de cette importante capacité à comprendre les problèmes du temps et à répondre aux demandes des institutions, l’anthropologie reste confidentielle. Confinée à quelques chaires universitaires et à quelques cénacles savants, elle rencontre de nombreuses difficultés institutionnelles et souffre de la concurrence de disciplines autrement plus efficaces sur le marché de la formation. Que faire dans ce contexte ? Les anthropologues doivent-ils se résoudre à rester dans les marges de l’institution pour sauvegarder leur liberté et leur pureté ? Doivent-ils au contraire entrer dans le jeu de l’économie de la connaissance en vendant l’expertise anthropologique au plus offrant ? Peuvent-ils échapper à cette alternative et construire d’autres chemins ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité que la participation des chercheurs à leur propre société correspond à un engagement nécessaire de leur part. Dans ce contexte, toutes les bonnes volontés sont attendues pour poser les jalons d’une anthropologie en devenir. Le premier congrès de l’Afea qui aura lieu à l’EHESS-MSH, à Paris, en septembre 2011, sera une occasion majeure pour discuter et donner à voir les réflexions propres à la discipline, en envisager les contours, en identifier les nouveaux défis. Sans sectarisme, au sein de ce collectif éphémère de plus de 500 étudiants et chercheurs, individus et représentants d’associations interrogeront les limites du savoir anthropologique et les manières les plus efficaces de les dépasser ou de les assumer. Des divisions stériles seront abandonnées sans regrets. De nouveaux horizons seront provisoirement conquis. Des façons de travailler seront mises en commun pour donner une visibilité nouvelle à l’anthropologie sans en négliger les acquis fondamentaux. Laurent Sébastien Fournier