Archives de l’auteur : Laure Carbonnel

À propos Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Tribune – Action :  Candidature collective à la présidence du HCERES. Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations  (Rogueesr, Le Monde)

Candidature collective à la présidence du HCERES  : http://rogueesr.fr/hceres/

Tribune

« Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations »

Face à une gestion de type « managérial », il faut renouer avec le principe de la « liberté des savants », estiment, dans une tribune au « Monde », plus de 2 700 universitaires, qui présentent, collectivement, leur candidature à la direction de l’autorité d’évaluation de la recherche publique.

Publié hier à 06h15, mis à jour hier à 18h09 Temps de Lecture 4 min.

C’est peu de dire que les réformes de notre système de recherche menées depuis quinze ans au nom de l’excellence n’ont pas eu l’effet escompté. Ambitionnant de renforcer le statut de puissance scientifique de la France, elles n’ont mené qu’au décrochage de la part française des publications mondiales, l’indicateur de performance choisi par les réformateurs eux-mêmes. Il n’y a pas à s’étonner : l’évaluation statistique des politiques publiques montre que la quantité de publications scientifiques est proportionnelle à l’argent investi dans la recherche, mais qu’elle est pratiquement insensible aux réformes structurelles. Or, pendant ces quinze années, l’effort financier s’est focalisé sur une niche fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR), destiné à contourner l’interdiction européenne des aides publiques directes aux entreprises. L’évaluation faite par France Stratégie [le centre de réflexion économique et sociale rattaché à Matignon] de son intérêt pour la recherche est sans appel : son effet de levier sur l’investissement privé est… négatif.

« Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique »

Les réorganisations de l’université et de la recherche ont aussi des effets systémiques profonds, mais qui ne sont observables que si l’on s’intéresse au savoir produit et transmis plutôt qu’au dénombrement.

Les réformes structurelles ont conduit à une chute de la qualité et du niveau d’exigence de la production scientifique, dont les multiples scandales concernant des fraudes ne sont que la partie apparente. Cette crise institutionnelle du monde savant est d’autant plus dramatique qu’elle survient dans une phase de crise sociale, climatique et démocratique dont la résolution passe par la production, la transmission, la critique et la conservation des savoirs.

Liberté académique

Parce qu’elle se fonde sur la poursuite de la vérité comme horizon commun, la science suppose l’autonomie des savants, chercheurs et universitaires vis-à-vis des pouvoirs dont son exercice dépend, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. Cette liberté académique ne doit pas être pensée comme une absence d’entraves, mais comme une liberté positive, garantie par des moyens effectifs. Le sursaut passe par la réaffirmation des conditions pratiques de cette autonomie.

(…)

Communiqués des universités

Motion de l’Assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 – Paris

L’assemblée générale nationale de coordination des facs et labos en lutte réunie le 18 janvier 2020 à Paris a rassemblé des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, enseignant·e·s, chercheur·e·s, personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques (BIATSS), venu·e·s de nombreux établissements, de toute la France.

L’assemblée générale constate une transformation du mouvement social pour le retrait du projet de réforme des retraites à points. Son caractère de plus en plus généralisé et interprofessionnel, qui associe aux cheminots et aux travailleur·se·s de la RATP les personnels hospitaliers, de l’éducation nationale, de la justice, de la culture, les dockers, gaziers, personnels des raffineries, Gilets jaunes, etc. confirme le renouvellement de la mobilisation, après six semaines de grève. La même logique néolibérale conduit aux mêmes problèmes dans tous les secteurs en lutte : mise en concurrence systématique, perte de sens du métier et de son utilité sociale, destruction du service public, maltraitance des agent·e·s et des usager·e·s et risques pour leur santé, course à la rentabilité, recul de la solidarité, précarisation, bureaucratisation, répression, discrimination (de genre, classe et race), etc.

Dans ce contexte, les travailleur·se·s et usager·e·s de l’enseignement supérieur et la recherche prennent une part de plus en plus grande à la lutte. Dans les facs et les labos, depuis début janvier, on le sent bien : l’ambiance a changé. Malgré des tentatives d’intimidation et de blocage des mobilisations (fermeture d’universités, atteintes au droit de réunion des personnels et des étudiant·e·s, violences policières dans les manifestations…) la mobilisation ne cesse de se développer, dans de nombreux établissements. Des centaines de travailleur·se·s de l’ESR sont en grève reconductible et ont cessé toutes leurs activités professionnelles. Des examens n’ont pas pu se tenir, des enseignements ont été suspendus ou transformés. Chaque jour de nouveaux laboratoires interrompent leurs activités de production et valorisation de la recherche (séminaires, colloques…), des revues se déclarent en grève, les ateliers d’éducation populaire se multiplient, les cortèges universitaires dans les manifestations rassemblent, toujours plus largement, des milliers de personnes, de multiples actions de perturbation et de blocage ont lieu.

L’Assemblée générale s’oppose avec détermination à la politique du gouvernement et de ses allié.e.s sur l’enseignement supérieur et la recherche. En particulier, nous portons la lutte contre trois pans fondamentaux de cette politique qui déstabilisent en profondeur un service public d’enseignement et de recherche déjà malmené par un sous-financement chronique et de multiples réformes régressives (loi LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup, loi de transformation de la fonction publique, etc.).

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track.

3° Avec la réforme de l’assurance-chômage de 2019, qui cible les contrats courts, les précaires de l’enseignement et de la recherche voient leur situation s’aggraver. Cependant, la précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles.

Notre lutte s’inscrit dans la défense du principe de solidarité et des services publics. Elle vise à défendre l’université comme lieu ouvert à tout·e·s. Pour une université critique des politiques néolibérales en son sein et dans l’ensemble de la société. Pour une recherche et un enseignement libres et indépendants des intérêts du marché. Créons des lieux et des outils pour produire des savoirs qui nous émancipent!

L’Assemblée Générale appelle à amplifier les luttes localement et au niveau national pour étendre la mobilisation au sein de l’ESR et dans les actions interprofessionnelles, et pour faire converger tou·te·s celles et ceux qui luttent vers la grève générale et illimitée.

Pour cela, l’Assemblée générale demande la démission d’Antoine Petit, PDG du CNRS et à la dissolution de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Elle appelle les travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche à la rétention des notes, l’arrêt de toutes nos activités et en particulier du recrutement de vacataires.

Cette motion est adoptée à l’unanimité

Etablissements représentés : Aix Marseille, Amiens, Angers, Bordeaux Montaigne, Caen, CNAM,  Ecole du Journalisme, EHESS, ENS Ulm, ENSFEA Toulouse, Evry, Paris Saclay, Lille, Lyon 2, Nice, Paris 1, P3, Sorbonne Université, Université de Paris, P8, Dauphine, P10, Paris Saclay, Paris Est Créteil, P13, Paris Est Marne La Vallée,  Université Versailles Saint Quentin, Poitiers, Reims, Rennes 2, Rouen, Saint Etienne,  Strasbourg, Toulouse, Tours, Université de Lorraine,  IFSTTAR, INRA, MNHN, CNRS, INED, INRIA, CEA    + à distance : Pau, Grenoble, Bourgogne, Lyon 1, Université Bordeaux, IUT Blagnac, Cergy-Pontoise

Des retraites pour tous ? Cycle de débats sur la réforme des retraites. EHESS

https://www.ehess.fr/fr/d%C3%A9bat/retraites-pour-tous

Depuis le début du mois de décembre 2019, la France connaît un fort mouvement social en opposition à la réforme des retraites dévoilée par le gouvernement. Au-delà d’une lecture strictement comptable de ce droit social fondamental, cette mobilisation questionne la solidarité entre les générations, les transformations du capitalisme, l’activité professionnelle, les vulnérabilités sociales et médicales, les inégalités ou encore les enjeux démographiques. L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), soucieuse d’enrichir la réflexion sur les grands sujets de société, propose, en partenariat avec l’Ined, un cycle de conférences inédit avec des chercheur·es de différentes disciplines, des journalistes et des représentant·es de la société civile autour de cinq débats dès le 20 janvier 2020, sur le Campus Condorcet (Aubervilliers), à Paris et à Marseille.

Ces débats sont ouverts à toutes et tous, sur inscription et interprétés en langue des signes (LSF). Interprétation en langue des signes française
Ils seront également retransmis en direct sur le site de l’EHESS et à suivre sur les réseaux sociaux de l’École.

Décolonisations — un documentaire de Karim Miské

Un documentaire diffusé sur Arte, relayé sur, traversées mauritanides, le paria.fr, France culture, RFI, histoirecoloniale.net, etc.

“À contre-courant de l’histoire officielle des colonisateurs, cette fresque percutante inverse le regard pour raconter, du point de vue des colonisés, cent cinquante ans de combat contre la domination, et faire résonner au présent un déni qui perdure.

Continuer la lecture

Bourse de terrain Bretagne : doctorants – postdoctorants

L’Association Bretagne Culture Diversité souhaite soutenir des doctorants ou futurs doctorants dont les travaux portent sur la Bretagne. Pour cela, une bourse pouvant s’élever à 5 000€ par an et par personne pour une durée maximale de trois ans est attribuée. 
 
Vous trouverez plus d’éléments quant à la procédure de candidature en cliquant sur ce lien. Les dossiers sont à renvoyer pour le 28 janvier 2020.
 
Je me tiens bien entendu à votre entière disposition pour de plus amples renseignements.
 
Erwan LE GALL
 
legallerwan@ymail.com

MUCEM – Festival international Jean Rouch 9-12 janvier 2020 (Marseille)

Pour la sixième année consécutive, le Mucem donne carte blanche au Festival international du film ethnographique Jean Rouch : cette sélection de films primés témoigne du regard sensible et original que les chercheurs en sciences humaines et les réalisateurs portent sur nos sociétés.

Une master class, en entrée libre et gratuite, invite étudiants, professionnels et grand public à décrypter le cinéma de la réalisatrice Bojina Panayotova.
 
Des films de chercheurs et d’étudiants sont également mis à l’honneur avec le Salon des écritures alternatives en sciences sociales, proposé par le Groupement de recherche « Image, écritures transmédias et sciences sociales » du Centre Norbert Elias.

L’ensemble dessine une programmation riche qui offre l’occasion de montrer à un large public toute la vitalité de l’anthropologie visuelle.
 
Organisé en partenariat avec le Comité du film ethnographique.
En collaboration avec La Fabrique des écritures innovantes (EHESS / Centre Norbert Elias) et le groupement d’intérêt scientifique sur les écritures transmédias soutenu par le CNRS.
 
Entrée libre et gratuite

Université Populaire Paris Diderot 8-17 janvier 2020 – RDV et appel à proposition

A tous et toutes, à Paris-Diderot comme ailleurs !

Pour participer aux mouvements de lutte en cours contre la réforme des retraites, contre la précarité étudiante, contre la réforme de l’enseignement supérieur et contre un modèle de société haïssable ;

Parce que le rôle de l’université est aussi d’interroger le présent et de contribuer à imaginer un futur désirable ;

Enfin, pour que l’université demeure un espace politique,

Les étudiant-es et personnels mobilisé-es de l’université de Paris VII Diderot organisent une université populaire ouverte à tou-tes, du mercredi 8 janvier au vendredi 17 janvier 2020

L’université populaire veut proposer des formes d’éducation populaires, pas nécessairement expertes. Elle est une éducation à partir de nos expériences et compréhensions du monde qui vise à nous émanciper ensemble, en échangeant et construisant nos savoirs des luttes utiles pour l’action collective.

Nous voulons poursuivre les réflexions sur la lutte en cours, à travers des conférences, des projections, des ateliers, des discussions, en nous interrogeant collectivement sur plusieurs sujets : 

Sur le moment politique que nous vivons, son originalité, et la manière dont il s’inscrit dans l’histoire.

Sur les formes de nos luttes, leur inventivité, et leurs représentations diverses.

Sur le fonctionnement de l’université, son évolution, les logiques à l’œuvre dans les réformes successives qui la menacent.

Sur ce que signifie être étudiant-e aujourd’hui, face à la précarité, au salariat, aux conditions d’accueil des étranger.es, à la sélection, à l’augmentation des frais d’inscription.

Nous comptons sur vous, nombreuses et nombreux, pour nous rejoindre durant ces deux semaines de réflexions et de mobilisation collectives enthousiasmantes. Toutes les propositions sont les bienvenues, venez à notre rencontre ou écrivez-nous à l’adresse suivante : universitepopulairep7@gmail.com

Evènement FaceBook : https://www.facebook.com/univpopdiderot/

 

Un programme se met déjà en place (voir sur le framapad : https://mypads.framapad.org/mypads/?/mypads/group/paris-7-qv1hv576e/pad/view/agenda-universite-pop-1e36o47ro ), mais n’hésitez pas à vous manifester si vous voulez : 

– proposer un temps de discussion, débat, atelier, témoignage, etc.

– participer à l’organisation de l’université populaire

– obtenir plus d’informations

– donner des idées, des contacts, etc.

Journée montage de projet du Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/Sida (RJCSSVIH) 24 janvier 2020

Journée montage de projet du Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/Sida (RJCSSVIH)

Comme chaque année, le Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences sociales sur le VIH/Sida, propose aux futur-e-s doctorant-e-s, doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et professionnel-le-s de venir échanger à propos des diverses modalités de financement de la recherche. 

La découverte du monde de la recherche est une plongée vers l’inconnu, parfois source d’inquiétude pour les futur-e-s doctorant-e-s et/ou futur-e-s chercheur-se-s. La recherche des financements apparaît comme un passage obligé, plus ou moins long, plus ou moins complexe, ouvrant la porte à la conduite d’une thèse ou d’un projet de recherche dans de bonnes dispositions. Encore faut-il en avoir les codes. 

Il s’agit de sensibiliser les jeunes chercheur-se-s en sciences sociales au financement de la recherche par projet qui prend une place de plus en plus importante et nécessite bien souvent une spécialisation du docteur dans la recherche de financement. Celle-ci suppose une connaissance des organismes qui financent la recherche ainsi que leurs attentes respectives. La journée s’organisera autour d’un partage d’expériences des membres du réseau, invité-e-s à présenter la diversité des modes de financement, des inscriptions institutionnelles, et des parcours professionnels à la suite d’un doctorat à sciences sociales sur le VIH/Sida. 

Vous êtes convié-e-s à venir échanger avec les professionnel-le-s présent-e-s vendredi 24 janvier 2020 entre 9h00 et 17h00. Le réseau prend en charge le repas du midi et peut aussi prendre en charge les frais de transport sous réserve que les demandes soient adressées au plus tard deux semaines avant l’événement (contact : bouchetcyriac@gmail.com).

Merci de remplir le formulaire d’inscription suivant afin que nous puissions prendre les dispositions nécessaires pour proposer la meilleure organisation possible.  

 

 

 

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran en grève de la faim  

Le Comité de soutien https://faribaroland.hypotheses.org

Nous avons appris par les réseaux sociaux que Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, de concert avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre :

 https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Continuer la lecture

Offre d’emplois. Chargé(e) de mission discrimination origine genre et orientation – PEAD – date limite le 17 janvier 2020

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le
    • Formation et expérience nécessaires :

    Diplôme de niveau Bac+5 (droit, sciences politiques, sciences sociales) et expérience confirmée dans de la conduite de projets de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité.

  • Conditions daccès

Emploi ouvert en priorité aux fonctionnaires des 3 fonctions publiques de catégorie A
CDD de trois ans, renouvelable, pour les agents contractuels non titulaires
.
Détachement sur contrat pour les fonctionnaires (conditions statutaires du corps d’origine garanties).

Rémunération fixée selon la grille du cadre de gestion du Défenseur des droits

  • Lieu de travail : 3 place de Fontenoy – 75007 PARIS
  • Poste à pourvoir : Janvier 2020
  • Date limite de dépôt des candidatures : 17 janvier 2020
  • Le dossier de candidature comporte les documents suivants …

Lire toute l’offre  : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/offres-demplois/chargee-de-mission-discrimination-origine-genre-et-orientation-pead-date-limite-le

 

Concours 2020 ! CNRS – Date limite 7 janvier midi

http://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/default-fr.htm

Section n°38 : Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines

N°38/01 – 4 Directeurs de recherche ou Directrices de recherche de 2e classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°38.

N°38/02 – 4 Chargés de recherche ou Chargées de recherche de classe normale : dont prioritairement :
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie juridique »,
– 1 chargé de recherche ou 1 chargée de recherche de classe normale sur le thème : « Anthropologie de l’alimentation ».

Concours 2020 ! INED

https://www.ined.fr/fr/institut/nous-rejoindre/recrutement-concours/concours-chercheur-e-s/

 Calendrier :

19 décembre 2019 Date de début de retrait des dossiers d’inscription, sous réserve de la publication au Journal Officiel de l’arrêté d’ouverture de concours
 17 janvier 2020, 17 heures

Date limite des demandes de retraits de dossiers

20 janvier 2020

Date limite de dépôt des dossiers : les dossiers devront être déposés au plus tard le 20 janvier 2020 à 12 heures à l’Ined, ou envoyés par voie postale (cachet de la poste faisant foi) au plus tard le 20 janvier 2019 à minuit Tout dossier qui parviendra incomplet sera rejeté

Début février 2020

Publication de la liste des candidat.e.s admis-es à concourir (le cas échéant, sous réserve de l’avis de la commission d’équivalence)

Projections-Débats ! Fenêtres sur le Japon. (Paris) 10 janvier…

http://crj.ehess.fr/index.php?1180

Fenêtres sur le Japon (2019-2020)

– 10 janvier 2020 (17h-20h30) :

Histoire d’une boucherie [ある精肉店のはなし], de HANABUSA Aya (2013, 109’, VOST anglais)

À Kaizuka, dans le département d’Osaka, la boucherie familiale Kitade élève puis abat du bétail, dont elle vend la viande. Après le moment de tension que constitue le coup de marteau sur le front de la vache, les bêtes sont transformées en viande par une série de gestes maîtrisés. Ce travail, traditionnellement confié aux Burakumin, un groupe social discriminé depuis le Moyen-Âge, est transmis à la génération suivante par les parents, qui espèrent que leurs enfants auront moins à souffrir de la discrimination. Les gens vivent en prenant la vie d’autres êtres vivants. Ce documentaire suit les pas d’une famille qui, chaque jour, fait face à cet entrelacs de la vie et la mort.

Bande-annonce (japonais, sous-titres anglais)

– 13 mars 2020 (17h-20h30) :

Lys en fête [百合祭], de HAMANO Sachi (2001, 100’, VOST anglais)

Rie Miyano, 73 ans, vit avec 5 autres femmes célibataires âgées de 69 à 91 ans dans une résidence tranquille. La mort de l’une d’entre elles et l’arrivée de M. Miyoshi, Casanova charmeur et attentionné de 75 ans, va bouleverser l’équilibre de la petite communauté de femmes en réveillant les désirs.

Bande-annonce (japonais, sans sous-titres)

Autres projections

– 12 janvier 2018 (17h-21h00) :

Lumières d’été [なつのひかり], de Jean-Gabriel PÉRIOT (2016, 78’, VOST français)

Projection-débat en présence du réalisateur, co-organisée avec le GRHEN (CRH).

Akihiro, un Japonais vivant à Paris, rentre au Japon interviewer des survivants de la bombe atomique pour un documentaire sur les 70 ans du bombardement de Hiroshima. Bouleversé par ces interviews, et alors qu’il se repose dans le Parc de la Paix, il rencontre Michiko, une avenante mais énigmatique jeune femme qui va lui faire découvrir la ville.

Cycle organisé par Mary Picone et Nicolas Pinet.

Offre d’emploi ! CDD 5 mois Recherche-action Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix

http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Offre d’emploi Programme de recherche-action POPSU Territoires  « Action culturelle, jeunesse et bien vivre à Foix »

Date limite de candidature : 10 janvier
http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/foix/foix

Contexte

Le programme POPSU Territoires initié par le PUCA a retenu le projet « Action culturelle et bien vivre : la place de la jeunesse dans la petite ville de Foix ». Ce programme de recherche-action associe les enseignantes-chercheuses Laurence Barthe et Mariette Sibertin-Blanc du laboratoire CNRS LISST, la Ville de Foix, la Communauté d’Agglomération du Pays Foix-Varilhes, la Scène nationale de l’Estive, le PAAJIP.

4 phases composent le projet (Novembre 2019-0ctobre 2020) :

  • La vitalité culturelle sur le territoire de la CA Pays Foix-Varilhes : côté offre
  • Les pratiques culturelles et artistiques – comprendre la réception et les pratiques des jeunes
  • Identification de questions vives et repérage des leviers de changement
  • Montée en généralité sur le thème de la contribution de la culture au bien vivre des jeunes dans une petite ville

Dans ce dispositif de recherche, un emploi en CDD de 5 mois (février à mi-juillet) contribuera aux 2e et 3e  phases du projet avec l’appui d’un stagiaire.

Objet de la mission :

Continuer la lecture