Archives de l’auteur : Laure Carbonnel

À propos Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Actualité de la politique scientifique européenne

Chères et Chers Collègues

Je me permets d’attirer votre attention sur l’actualité de la politique
scientifique européenne.

1. Une nouvelle commissaire européenne est proposée, et sera confirmée,
pour la recherche, l’éducation et l’innovation. Il s’agit de Mariya
Gabriel, bulgare (qui est parfaitement francophone,, ayant étudié à Sc
Po Bordeaux). A priori, il n’y a pas d’objection sur la personne, et le
rapprochement recherche-éducation est plutôt une bonne chose. Mais son
portefeuille est intitulé “Innovation and Youth”, la recherche et
l’éducation étant symboliquement reléguées au second plan. Sa lettre de
mission ne fait mention ni de l’ERC, ni du programme Marie-Curie, et la
recherche y apparait comme au service de l’innovation.

Ceci est alarmant, et je vous incite à signer et faire signer la lettre
ouverte :
https://indico.uis.no/event/5/overview

2. Après l’interruption due aux élections européennes, la discussion sur Continuer la lecture

Rencontre ! Semaine de la recherche au musée du quai Branly (Paris 25-27 septembre 2019)

Cette rencontre est organisée dans le cadre de la Semaine de la Recherche. Pendant 3 jours, du 25 au 27 septembre 2019, le musée du quai Branly – Jacques Chirac met en avant les travaux de jeunes chercheurs en sciences humaines, soutenus par le Département de la Recherche et de l’Enseignement et la Fondation Martine Aublet :

– Rencontre au salon de lecture Jacques Kerchache, mercredi 25 septembre, 17h

– Rencontre des boursiers de la fondation Martine Aublet, jeudi 26 septembre

– Journée d’étude « Faire collection aujourd’hui », organisée par les post- doctorants 2018-2019, vendredi 27 septembre

DONATION bibliothèque « NIKITA SIBÉROFF »  à l’Institut d’ethnologie et la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg

Documentation Sibéroff
 
A l’automne 2018, sur le conseil de Bernard Sellato, directeur de recherche émérite au CNRS (laboratoire CASE), Anne Sibéroff, fille de de Nikita Sibéroff (traducteur, ethnologue et documentaliste spécialisé sur l’Asie du Sud-Est hospitalisé en raison d’une longue maladie), Nathalie Siberoff-Zimine, sa sœur, et l’époux de celle-ci, Serge Zimine, ingénieur géologue en retraite, ont très généreusement offert et apporté eux-mêmes depuis Paris la plus grosse partie de la bibliothèque de Nikita Sibéroff, spécialisée sur l’Asie du Sud-Est et l’Extrême-Orient, à la bibliothèque de la Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg, avec l’accord de Vincent Chapuis, conservateur en chef responsable du département Lettres, Sciences humaines et sociales du service de la Documentation commune de l’université de Strasbourg, et de Nicole Bruder, responsable de la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Strasbourg, qui acceptèrent d’accueillir le fonds.

Celui-ci est composé d’environ 300 livres, articles, numéros ou séries de revues scientifiques périodiques, thèses et rapports multigraphiés, cartes géographiques et tirés-à-part.

Rencontres ! Festival des sciences sociales Marseille 25-29 septembre 2019

Près de 50 manifestations, tables-rondes, films, spectacles & performances, balades, expositions… pour penser, débattre avec les sciences sociales et leurs outils, pour rencontrer des chercheurs, des écrivains, des artistes, qui s’efforcent de penser la nature autrement.
Tout public – Entièrement Gratuit* (* sauf films à la Baleine et solo théâtral à Montevideo)

https://www.allez-savoir.fr/

 

Urgent Recrutement ! Niveau licence -Master pour ethnologues en herbe à Paris

Basée à Paris, l’association Ethnologues en herbe recherche 2 intervenant.e.s (licence ou master d’ethnologie ou d’anthropologie) pour animer des ateliers TAP (Temps d’activités périscolaires) dans les écoles primaires les vendredis entre 15h et 16h30 (ateliers dans les 19ème ou 20ème arrondissements). 

Ces ateliers portent sur deux thèmes: la découverte de l’ethnologie ou la découverte des villes
Ils ont lieu pendant toute l’année scolaire qui commence la semaine du 2 septembre (avec une réunion de pré-rentrée le vendredi 30 août).
Si vous êtes intéressés, vous pouvez nous contacter sur cette page ou par mail (info@ethnoclic.net/salome.delmotte@ethnologues-en-herbe.fr)

Dans les médias ! Fariba Adelkhah, anthropologue et prisonnière scientifique

Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin sans que les autorités de la République islamique jugent utile d’en expliquer les raisons. Portrait scientifique de cette chercheuse internationalement reconnue pour la qualité et l’indépendance de ses travaux.

Lire la suite :  https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-bayart/blog/060819/fariba-adelkhah-anthropologue-et-prisonniere-scientifique

 

 

Rencontre nationale le 23 novembre pour les 10 ans de la fédération de l’ethnologie et de l’anthropologie !

   

L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) – créé en 2009 suite aux Assises de l’ethnologie de 2007 – a 10 ans cette année. A cette occasion, elle souhaiterait relancer son rôle de fédération d’associations tel qu’il a été voulu à sa création : affirmer que l’anthropologie est une discipline large ouverte qui constitue son unité à partir de la reconnaissance de ses différences. Pour cela, nous préparons une journée à laquelle vous êtes toutes et tous convié.es, une FÊTE DE L’ETHNOLOGIE ET DE L’ANTHROPOLOGIE

Continuer la lecture

Appel à participation DECLICS : Dialogues avec les lycéens !

http://www.cerclefser.org/fr/declics/

Nous vous invitons à participer à une action de médiation clé en main auprès de lycéens, pour que la recherche soit fondamentale pour tous. 

Le programme DECLICS (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Intéresser à la Construction des Savoirs) est une opération courant novembre qui vise à promouvoir la recherche fondamentale chez les lycéens grâce au format ludique du speed-meeting. 

Pour chaque DECLICS, un ou une “Capitaine”, chef d’équipe porte le projet accompagné de son équipe, doctorant·e·s, post-docs, master 2, technicien·ne·s, ingénieur·e·s, chargé·e·s de recherche, maîtres de conférence, directeurs et directrices de laboratoires, …dans un lycée. L’équipe Declics accompagne le ou la Capitaine pour chaque étape. Pour en savoir plus, consultez l’infographie en ligne. Vous aussi es bienvenu·e·s pour devenir Ambassadeurs Declics!

Pourquoi ? (Quelques raisons, mais chacun les siennes !) :
=> pour mieux faire comprendre à de futurs citoyens l’importance et les mécanismes de la recherche fondamentale
=> pour aider ces jeunes à s’orienter en découvrant des métiers
=> pour créer du lien avec les équipes pédagogiques
=> pour développer l’esprit critique et expliquer le processus de validation des connaissances
=> pour partager votre passion

Où, Quand :
Dans une vingtaine d’académies en France, du 12 novembre au 20 décembre, plusieurs créneaux vous seront proposés.

Quoi :
En pratique, nous vous proposons de participer à l’opération Declics (Dialogues Entre Chercheurs et Lycéens pour les Initier à la Construction des Savoirs). Il s’agit d’un échange entre élèves de lycée et chercheur·e·s sous le format d’un speed-meeting dans un lycée.

Pour plus d’informations, consultez notre infographie et notre site internet !

Comment :
Le Cercle FSER vous invite à consulter leur site internet pour plus d’informations, ou à les joindre à contact@declics2019.org

Vous voulez vous pré-inscrire ? C’est par ici !

Bourse doctorale en ethnologie. Appel à candidature 2020

https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

Ouverture le 20 juin 2019. Date limite de candidature le 31 mars 2020
Contact : fondsculturel@gmail.com
Dossier de candidature, règlement, comité de sélection :
https://www.arts-ouvrages.fr/accueil/bourse-doctorale-en-ethnologie/

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint. bourse doctorale en ethnologie et anthropologie

La bourse Louise Beyrand-Olivier Toussaint est une bourse de recherche doctorale visant à encourager et à faciliter la mobilité des jeunes chercheurs dans le domaine de la recherche en ethnologie et en anthropologie sociale, notamment pour favoriser la mise en valeur et la préservation du patrimoine immatériel de l’humanité.

Cette bourse de recherche,  une des rares dans les spécialités de l’ethnologie et de l’anthropologie, est attribuée annuellement dès juin 2017, à un étudiant titulaire d’un master 2 (ou équivalent), de nationalité française ou de nationalité étrangère maîtrisant la langue française, justifiant d’une inscription en 1ère année de thèse dans un établissement d’enseignement supérieur français, éventuellement en co-tutelle avec un établissement étranger.

L’étudiant doit être inscrit en France en thèse de doctorat dans les domaines de l’ethnologie, patrimoine immatériel, ethnolinguistique, ethnomusicologie (etc.) et souhaitera lancer/poursuivre des recherches sur un terrain éloigné dès la première et/ou deuxième année. Parmi les critères de sélection, la maîtrise de la langue du peuple étudié ou l’attestation de l’apprentissage de cette langue, sera pris en compte tout particulièrement.

Les ressources financières étant le principal obstacle à la poursuite d’une recherche dans les domaines précités, le montant de la bourse a été fixé à 10 000 euros pour permettre à l’étudiant d’approfondir ses recherches sur le terrain sur une longue période.

 

Comité d’honneur
Michel Antelme, Institut national des langues et civilisations orientales. Philippe Belaval, Centre des monument nationaux. Philippe Descola, Collège de France. Louis Gabaude, École française d’Extrême-Orient. Arlo Griffiths, École française d’Extrême-Orient. Abdel Kader Haïdara, Bibliothèque Mamma-Haïdara de Tombouctou – Mali. Christian Hottin, Institut National du Patrimoine. Yves Le Fur, musée du Quai Branly. Jim McPherson, Fondation Arizona Preservation – États-Unis. Pierre Morère, planteur, société Jingala (commerce équitable) – Vietnam. Rithy Panh, Centre de ressource audiovisuelle Bophana, Phnom Penh – Cambodge
Philippe M. F. Peycam, International Institute for Asian Studies – Pays-Bas. Thierry Zephir, École du Louvre

Bureau
Dr. Alain Beyrand ou Dr. Pascale Beyrand, président d’honneur. Jean-Pierre Toussaint ou Carmen Toussaint, président d’honneur. Pierre Le Roux, ethnologue, professeur à l’université de Strasbourg, membre. du SAGE (UMR 7363 CNRS), président du comité de sélection
Julie Chaizemartin, journaliste et historienne

Appel à chercheurs en résidence au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers (2019-2020)

https://www.anthropologiepourtous.com

Ce projet d’accueil de chercheurs en sciences sociales dans les établissements scolaires de l’Académie de Créteil vise à renforcer le dialogue entre les forces vives de la recherche et les équipes pédagogiques du secondaire et leurs élèves.

Cette projet s’appuie sur le stage annuel organisé par l’équipe de L’Anthropologie pour tous dans le cadre du Plan Académique de Formation de l’Académie de Créteil et en partenariat avec la DAAC.

​Le 5 novembre 2019, chercheurs intéressés et professeurs inscrits au stage se rencontreront au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers. En fonction des attentes, des projets et des intérêts des participants, des équipes seront constituées. Elles décideront d’organiser leur travail commun et en feront un premier bilan le 7 janvier 2020. Le but est de présenter les travaux des différentes équipes lors du colloque final du 16 mai 2020.

Le travail du chercheur relève d’une discipline qui s’appuie sur la pratique de l’enquête. Le but de la résidence n’est pas de lui fournir un public d’enquêtés. Il s’agit de construire avec les élèves une enquête dont ces derniers seront les coauteurs.Ce projet sera élaboré en concertation avec le ou les enseignants partenaires. L’équipe de direction de l’établissement scolaire où sera installé le chercheur en sera informée.

Le chercheur s’engage à venir travailler avec l’équipe d’élèves partenaires durant une vingtaine d’heures entre le 5 novembre 2019 et le mois de mai 2020. Il s’agit d’initier les élèves au travail d’enquête. Cette initiation méthodologique peut évidemment être prolongée par une histoire de la discipline de recherche, des études statistiques, de l’ethnographie matérielle, etc. Libre ensuite aux équipes d’imaginer les conditions d’une collaboration fructueuse qui pourra associer au travail en classe des visites, des conférences et des sorties.

A l’issue de l’année de résidence, les ateliers menés donneront lieu à des productions d’un format libre (exposé oral, vidéo, exposition, montage sonore, etc.) qui seront présentées lors d’un colloque réunissant tous les établissements participants, le samedi 16 mai 2020, de 9h à 16h, au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers.

Information, inscription

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans ?

177 porteurs et porteuses de projets européens (ERC) au sein du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont signé la tribune ci-dessous, qui paraîtra dans Le Monde dans l’édition papier datée du mercredi 19 juin. Voir ausis la pétition ayant réuni plus de 12000 signatures pour réclamer le rétablissement des postes au concours (http://rogueesr.fr/postes/).

Pour ses 80 ans, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) affiche un bilan
flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par l’European Research Council (ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en termes d’excellence scientifique. Aujourd’hui, le CNRS compte 503 lauréat·e·s, contre 263 pour Oxford University en Angleterre et 250 pour le Max Planck Institute en Allemagne. Même en ramenant ces nombres de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses chercheur·se·s en leur accordant
une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes
chercheur·se·s en début de carrière faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie car les unités
de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par
rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche
fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette
confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la
recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de 20 ans mettent ce service public en péril. Selon
l’UNESCO, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du Produit Intérieur
Brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). À ce désintérêt de
nos dirigeants, s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont
manifestes. Ainsi, le Crédit Impôt Recherche, véritable niche fiscale étendue sous la
présidence de M. Sarkozy, triplée sous celle de M. Hollande, cause un manque à gagner de
plus de 5 milliards d’euros par an à l’État pour un bilan tellement choquant qu’aucun des
gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche
européenne avec la moitié de ce budget.
Malgré sa réussite, de 2007 à 2018, le CNRS a perdu 338 postes de chercheur·se·s et 820 postes
d’ingénieur·e·s et technicien·ne·s, et, comme pour les autres services publics, le sabordage
s’accélère. Le mot n’est pas trop fort au vu de la complaisance du nouveau Président
Directeur Général du CNRS, M. Antoine Petit, devant la faiblesse historique des recrutements Continuer la lecture

Rencontre ! le 28 juin, 18h à Marseille : “Comment observer l’amour ? Une enquête au sultanat d’Oman.” Marion Breteau

À quelques jours seulement de sa soutenance de thèse (prévue le 8 juillet 2019), Marion Breteau, doctorante en anthropologie à Aix-Marseille Université (IDEMEC), nous emmène au sultanat d’Oman, un pays du Golfe Persique peu connu, où le mariage est d’importance capitale, le flirt prohibé et les rencontres souvent cachées des regards. Qu’est-ce qu’être amoureux ? Comment comprendre l’intimité d’un couple ? Marion Breteau nous décrira les différentes techniques qu’elle a utilisées pour réaliser son enquête sur un sentiment “voilé”, depuis les sites de rencontre en ligne à la Saint Valentin. La soirée sera dialoguée avec Alice Fromonteil, doctorante en anthropologie également (Aix-Marseille Université, CREDO), et aura lieu

le 28 juin  de 18h à 20H au Chichacho
24 rue Pastoret 13006 Marseille

Entrée gratuite, consommation requise !  (Outre la bière, il y aura aussi du thé et des falafels !)

En prévision de cette belle soirée de discussion, vous pouvez vous plonger dans les réflexions philosophiques de Pacôme Thiellement, auteur d’un récent essai édité aux Presses Universitaires de France, où il analyse des récits religieux ou encore des œuvres littéraires : Sycomore Sickamour. Sommes nous malades d’amour à cause d’une malédiction divine ? Qui était la “dark lady” de Shakespeare ? Voici une petite vidéo avec l’auteur pour vous mettre en bouche. Si les histoires d’amour finissent mal en général, on souhaite quand même que tout se passe bien pour vous et on espère vous voir nombreux·ses pour ce dernier workchope de la saison !

Exposition / Rencontres ! Des déchets et des hommes : la mise en image du rebut. 16-23 juin à La Villette, Paris

Retrouvez nous tous les soirs de la semaine à partir de 18h30 pour débattre autour l’exposition itinérante La mise en image du rebut réalisée par les chercheurs du réseau Sociétés, Urbaines et Déchets. 

PROGRAMMATION : PERSPECTIVES PUBLIQUES

15 & 16 juin : ateliers enfants sur la récupération avec Emmaüs.

Lundi 17 juin à 18h30 : inauguration et visites guidées de « La Mise en Images du Rebut » par le Réseau SUD avec Bénédicte Florin et Claudia Cirelli (Citeres – Université de Tours) Pascal Garret (SUD, POLAU) et Rémi de Bercegol (CNRS, PRODIG)

Mardi 18 juin à 18h30 :« Faire la ferraille » avec Pascal Garret (SUD, POLAU) et réflexions de Abou Ndiaye sur la mécanique de rue en France (ARESS, MSH).

Mercredi 19 juin à 18h30 : « Mais où voyagent nos déchets ? » avec Yann-Philippe Tastevin (CNRS), Pham Thi Thanh Huong (PRX, Université d’architecture d’Hanoi) et Phuong Nguyen Minh (ARTS, IRD).

Jeudi 20 juin à 18h30 : « Perspectives Indiennes » avec projection du documentaire « Les marais de Calcutta » de Joy Banerjee (2018, 21 min) suivie d’extraits du documentaire de Gina Giuzy « City of waste » avec Rémi de Bercegol (CNRS), Christine Ithurbide (CEIAS) et Gauthier Kohler (AFD)

Vendredi 21 juin à 18h30 : faites de la musique, pas des déchets !

22 Juin à 15h30: ateliers enfants sur la récupération avec l’association « Changer par l’assiette » (CPA) suivi d’un débat à 18h00 sur « gaspillage alimentaire en question : enjeux et initiatives francilienne » avec CPA et la régie de quartier de Pierrefitte-sur-Seine

L’œuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain : 11-12 juin 2019, Paris

Fondation Maison des Sciences de l’Homme Salle du Conseil, 3e étage. 54 bd Raspail, 75006 Paris M° : Sèvres-Babylone ou Saint-Placide

Mardi 11 juin
9h30 – 11h30 : témoignages et table ronde 11h30 – 12h30 : L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théoriques et épistémologiques 14h00 – 15h00 : communications 15h00 – 16h00 L’Afrique australe dans l’africanisme français.
16h00 – 17h30 : Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et
sociétés civiles en Afrique noire

Mercredi 12 juin
9h00 –11h30 Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de
l’humanitaire. 11h00 – 12h30 Table ronde : La formation de la classe ouvrière dans la représentation de l’Afrique : passé/présent. 14h00 – 16h00 : Anthropologie, sociologie, modernité africaine 16h00 – 17h00 : Table ronde finale L’Afrique et l’anthropologie au XXIe siècle ? Enseignement, manuels universitaires, vulgarisation grand public. D’ici à là-bas : allers
et retours. 17h00 – 18h00 Débat général et conclusions des journées