Archives de l’auteur : Jean-Baptiste Duez

Billet – Violences et violences d’État.

Que savons- nous ? Le fait de poser cette question sous-entend peut-être que le savoir que nous essayons de construire n’est pas celui dit de « flux » de l’information transmise par les journalistes. Mais cela amène aussi à interroger ce qui distingue ce savoir des anthropologues de celui des politistes, des historiens, avec qui nos méthodes et nos objets se recoupent finalement bien souvent. Les anthropologues travaillent de nos jours sur une grande variété d’objets et leurs terrains couvrent les cinq continents. Ce savoir est donc avant tout ancré dans la contemporanéité tout en reposant sur une méthode de travail, celle du long terme du « terrain ». Nous serions donc ce que nous savons, les faits sociaux auxquels nous nous confrontons, et ce que nous vivons. Or, à côté de la diversité de ces objets, nous sommes parfois rejoints par l’actualité du monde. Au début de l’année dernière, nous publiions un communiqué à la suite des attentats qui avaient frappé l’équipe du magazine Charlie Hebdo, ainsi que la réaction réfléchie d’un collègue égyptien. Depuis lors, les attentats et les crises politiques se sont multipliés dans le monde à un rythme rapide, introduisant un caractère quotidien dans l’horreur, qui n’est plus « réservée » à des zones de conflits particulières. Dès lors se pose la question de savoir comment réagir dans le cadre d’une profession qui vise dans sa définition à fournir des éléments à la connaissance de tous êtres humains. Si la condamnation des violences est un état de fait qui nous réunit, la démarche des anthropologues vise aussi à maintenir des apports constructifs pour la compréhension des sociétés humaines. Comment comprendre l’évolution temporelle de ces questions ? Nous témoignions certes l’an dernier de l’effroi ressenti par tout un chacun devant l’acte ignoble perpétré par les terroristes qui avaient assassiné l’équipe éditoriale des journalistes d’un journal satirique. Deux réalités prégnantes et violentes guident alors le regard rétrospectif sur les deux années écoulées. Il y a d’une part ces actes de terrorisme qui se sont multipliés dans le monde, tout en étant, en France, le fait de quelques individus. Et d’autre part, un certain nombre de situations violentes en corrélation avec l’État. Elle pose la question de l’illégitimité de la violence, quand celle-ci va de soi dans le cas des attentats, mais aussi de la violence d’État dès lors qu’elle s’exerce contre la démocratie et contre les peuples. Dans un cas comme dans l’autre, puisque ces deux formes de violence se sont banalisées de façon concomitante, elles concernent les ethnologues. Au-delà de la violence abjecte de la guerre en Syrie, cette violence d’État s’est retrouvée en Turquie, et depuis quelques jours, au Gabon. En Europe, c’est l’érection des nationalismes, avec les élections autrichiennes et le Brexit. Ces situations se répondent de différentes façons. D’une part, la mise en place des camps d’accueil à Paris et en périphérie parisienne, sont une tentative de réponse pour venir en aide aux personnes ayant fui leur pays en guerre. Cette réalité-là succède à une autre réalité qui lie ces deux formes de violences et qui n’a pour autant pas disparu : Le 31 août 2016, le collectif Romeurope relayant le communiqué de presse du collectif des enfants pour l’éducation fait pour sa part état de quelques 1700 personnes expulsées au cours de l’été en France. D’autre part, l’invalidation des élections autrichiennes où les partis autrefois minoritaires s’affrontent au deuxième tour pose la question de la définition de la démocratie. En Autriche, le parti d’extrême-droite a contesté une élection qu’il avait perdue, non pas au titre de bourrage d’urnes, mais d’irrégularités dans les heures d’ouvertures et de fermetures des bureaux de vote, de la remise en cause du vote par correspondance ou de la légitimité d’assesseurs présents. Au Gabon, comme la presse française l’a finalement relayé, l’opposition conteste des résultats qui se sont construits de façon bien différente… Un taux de participation probablement inégalé dans l’histoire du vote dans une région permet la réélection du président sortant et des pots de vin importants sont également mentionnés. Le vote est aussi un fait social, probablement le meilleur garant du respect du maintien des démocraties. Nous ne l’oublions pas, et si nos objets d’anthropologues sont probablement variés et ne se limitent pas à celui-ci, nous devons avant tout le défendre. D’une forme de violence vers l’autre, cela doit probablement permettre de repenser l’évolution inquiétante des mondes contemporains tout en nous confrontant à l’altérité que nous nous attachons à découvrir, à comprendre et à décrire. Jean-Baptiste Duez, le 12/09/2016

Recension

OLIVERA Martin, Roms en (bidon)villes, Paris, Editions Rue d’Ulm/Presses de l’Ecole normale supérieure, 2011, 80 pages.

——- Dans ce petit ouvrage Martin Olivera aborde les grandes thématiques qui caractérisent aujourd’hui la situation des personnes roms. Il propose ainsi, à partir d’une conférence-débat de l’association Emmaüs et de normale-sup, une synthèse des problématiques auxquelles nous confronte cette réalité des personnes désignées comme des Roms (ou Rom, l’absence de pluriel désignant le groupe, ou encore Rroms) et Sinti par les instances européennes. De leur côté, les chercheurs travaillant dans les romani studies rappellent que la seule dénomination à employer ne peut être que celle de l’auto dénomination employée par les personnes elles-mêmes. Différents constats sont abordés : celui que les Roms font partie intégrante de la société roumaine, celui de l’histoire des bidonvilles d’hier et d’aujourd’hui ; celui des discours afférents à une population, qui passe par la dénomination et, bien entendu, l’auto dénomination ; celui de la diversité fondamentale des Tsiganes ; mais aussi, d’autres constats comme la réalité d’une émigration semblable à toutes les autres, la nouvelle donne liée à la chute du bloc communiste, des politiques de rejet, d’accueil, et des freins, des menaces, et, plus généralement, des différentes fonctions sociales en jeu autour de cette situation. La réalité rom est particulière, puisque l’immigration en provenance des pays de l’Est est très ancienne, quoique les derniers venus se trouvent dans un isolement qui les confine notamment à une situation de grande précarité économique et sociale[[Deux périodes importantes ont vu leur arrivée, la première étant le milieu des années 1990, la seconde le début des années 2000.]]. En évoquant le travail entrepris dans sa thèse auprès des Gabori de Transylvanie, puis la poursuite de son « terrain » en France depuis 2002, il mentionne tout d’abord la nécessité de faire preuve de tolérance envers les bidonvilles qu’il connaît et où vivent, en région parisienne notamment, des personnes roms aussi bien que d’autres personnes essentiellement roumaines et bulgares. Cette tolérance renvoie à l’histoire des bidonvilles, et il évoque logiquement les chiffres du passé, quand d’autres bidonvilles abritaient d’autres populations pour rappeler des données importantes. Si les bidonvilles renvoient toujours à la pauvreté, la situation actuelle reste en effet contenue. Elle n’en est pas moins constituée en un blocage historique, étant donné que les mêmes personnes sont expulsées d’une ville vers une autre, lors des évacuations de bidonvilles. Après l’élection d’un nouveau gouvernement, cette situation ne s’est effectivement en rien modifiée. Ainsi si les militants soulignent le fait que le nombre d’expulsions s’est, d’une part, accru, les différents projets d’accompagnement, dits « d’insertion » ou « d’accueil » ne sont pas plus soutenus, reléguant la vision gestionnaire qu’ils ont proposée à une réponse ponctuelle. Ce sont ces projets qui, sous leurs différentes formes, ont proposé cette vision, mais celle-ci n’a jamais pu que reproduire le caractère contradictoire inhérent au droit français, dans une logique où les droits de l’homme ne sont pas respectés dès lors qu’il s’agirait d’apporter une réponse globale. Au sein de cet ouvrage qui doit dès lors nous permettre d’appréhender cette situation, Martin Olivera développe ensuite différents aspects de cette réalité. Son évocation dans le débat public sans la présence des différents éléments rapportés ici pèche en effet, au minimum, par le caractère fonctionnaliste de la mention de certains éléments de cette réalité. La seule évocation de la situation des personnes roms répétée et méprisante, toujours « partielle et partiale » comme le dit Martin Olivera, altère cette réalité. On comprend alors au fil de ce texte combien la vie sociale qu’il dépeint est structurée, et combien les politiques publiques devraient être perçues en France comme dans les autres pays de l’Ouest européen, au sein d’une histoire longue, et ne pas réduire cette dernière population à un simple « problème », un « événement » ou un « moment ». De tels développements poursuivent l’appel à la tolérance initialement énoncé et permettent de mettre en valeur le fait qu’il relève du bon sens. Cette tolérance, que Martin Olivera érige en valeur morale, devient dès lors une condition réflexive pouvant permettre d’aborder l’action sociale. Il est en effet une chose que de constater la dureté des conditions de vie des personnes roms n’étant pas installées depuis plusieurs générations, et une autre que de refuser leur présence sans pouvoir mettre en œuvre une politique de suivi pour (toutes) les personnes concernées et présentes la plupart du temps en France depuis plusieurs années. Les projets d’insertion qui ne répondent effectivement pas, dans leur forme actuelle, à une réponse globale ne permettent pas d’éviter la création d’une catégorie d’exclus créée dans les circonstances particulières de cette migration. Martin Olivera rappelle ainsi dans son ouvrage les grands mouvements qui ont façonné ce qu’Henriette Asséo nomme la « politique tsigane », qu’elle a pour sa part étudiée dans un contexte historique, et qui ne continue pas moins d’être exercée actuellement[[Les aspects actuels de la « politique tsigane » ne sont en effet jamais qu’un élément de plus dans l’histoire. Henriette Asséo constate qu’elle a été mise en place en même temps qu’ont fini de se constituer les Etats-Nations au XIXe siècle, et rappelle également qu’un « principe de circulation européen » n’a, malgré celle-ci, cessé d’être valorisé dans les siècles précédents, du Moyen-Age jusqu’aux années 1960, en dehors de la première moitié du XXe siècle et de la montée du nationalisme et du totalitarisme (communication lors du cycle de séminaires donnés par Henriette Asséo, en particulier les séances des 10 novembre 2009 et 31 janvier 2012).]]. Roms en (bidon)villes témoigne alors d’un état des choses, en prenant acte du fait que, dans la continuité de cette histoire des personnes roms/tsiganes qui recouvre toute l’histoire de l’Europe, la politique tsigane actuelle est bien celle mise en place depuis plusieurs années. Elle est liée aux déplacements d’un petit nombre de groupes, appréhendés comme un problème majeur à travers les médias et les mesures répressives qu’elle met en place. Les bidonvilles et les politiques visant à leur résorption par le biais des « villages d’insertion » et autres « sites d’accueil » se heurtent en effet à une autre situation, celle du non-respect de la loi Besson de 1990 – révisée en 2000 – obligeant les communes de plus de 5000 habitants à mettre en place une aire d’accueil pour une autre population, celle désignée administrativement par les termes « Gens du Voyage », détenteurs de la nationalité française. Cette situation actuelle est issue de la confrontation entre les lois Besson de 1990 – non appliquées – et Sarkozy de 2003, qui pénalisait les stationnements illégaux. Dans un tel contexte, toute généralisation est difficile à effectuer. Il faudrait plutôt évoquer chaque cas individuellement – et repenser l’intégralité des fonctions sociales qui entourent les terrains concernés. Mais face à l’occupation des espaces publics suite à l’arrivée des personnes venues des pays de l’Est, la seule réponse qui est offerte dans ce conflit pour le territoire est la plupart du temps celle d’expulsions ne prenant pas en compte le devenir des personnes. Dans un tel cadre, les termes utilisés pour poser la question de l’appartenance et leur signification vont donc être des éléments capitaux du débat sur le sujet. Dès le début de son ouvrage, Martin Olivera évoque des dangers qui, au-delà de l’anti-tsiganisme, consisteraient à réduire les « Roms » à une simple « catégorie sociale problématique ». A l’instar des analyses proposées par Henriette Asséo ou encore Patrick Williams[[WILLIAMS Patrick, 1984, Mariage Tzigane. Une cérémonie de fiançailles chez les Roms de Paris, Paris: Editions L’Harmattan, Selaf, l’Europe de tradition orale. Voir aussi 1996, « Ethnologie, déracinement et patrimoine. À propos de la formation des traits culturels Tsiganes,» pp. 283-292 in FABRE Daniel (dir.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, Cahier 10 de la Mission du Patrimoine ethnologique.]], il rappelle alors l’impossibilité d’employer l’article défini dans le cadre de la désignation, tout comme le fait que : « S’il est donc difficile de définir une culture tsigane unique, il apparaît tout aussi ardu de dresser le profil socio-économique type des Tsiganes » (p.23). Il mentionne également au sein de quelques pages une mosaïque des dénominations articulées à leur dimension diachronique. Il rappelle ainsi que la façon de nommer ne fait certes que réitérer des rapports de domination, et n’est pas en soi un objet d’analyse tangible : Il faut la situer dans son contexte, et tenir avant tout compte de l’autodésignation pratiquée par les personnes rencontrées. Si l’évocation du terme « Tsigane » peut par exemple renvoyer à l’esclavage en Roumanie, il est d’autres références, telles celles des langues roumaine et romani, cette dernière étant parfois désignée par les locuteurs eux même de tsigane?te, quoique la dénomination standard reste celle du « romanés » (pour la forme substantive, c’est-à-dire la langue romani). Il n’y a en effet, bien entendu, que des personnes, et on ne peut réduire l’ensemble des personnes roms/tsiganes en Europe aux seuls « Roms » identifiés par les médias et la scène politique. On peut cependant ajouter qu’il ne s’agit pas là de déconstruire un débat d’experts « servi » lors de joutes oratoires, mais de mettre en évidence les propos de la scène politique illustrés par la césure de juillet 2010 au cours de laquelle, souligne Martin Olivera, « le gouvernement n’a jamais parlé de “bidon-villes” mais de “campements illicites” : ce choix de vocabulaire n’a évidemment rien d’anodin. » De tels glissements visant à associer aux bidonvilles le vocabulaire de l’illégalité continue en effet de se vérifier jusqu’à présent. Contre l’idée – induite par les changements de dénomination entre Roms, Tsiganes, leurs différentes orthographes, et les nombreuses autres dénominations possibles qui désigneront des groupes donnés – que la réalité actuelle serait inédite, Olivera montre, en s’appuyant notamment sur le travail de Colette Pétonnet [[PETONNET Colette, 1982, Espaces habités. Ethnologie des banlieues, Paris, Editions Galilée.]] ainsi que sur une série de données importantes pour situer le contexte qu’a été celui des années 1960, que les migrants actuels sont « à bien des égards semblables à ceux des années 1920-1970 ». De nombreuses données précises existent, elles permettent comme Martin Olivera le remarque lui-même, de contrer les discours électoralistes. Il évoque ainsi aussi bien la question des voyages qui est un élément permettant d’enrayer le discours sur le nomadisme, la faiblesse du poids de l’émigration de groupes identifiés comme « Roms » au regard d’autres nationaux Roumains « non-Roms », que le caractère restreint de la kamata, soit un système de prêt à taux d’intérêt rapidement croissant, ou encore la très grande rareté de la délinquance organisée si souvent mentionnée pour stigmatiser les personnes roms. Il montre que : « chaque groupe tsigane est à la fois le produit et le producteur d’une forme d’intégration locale fondamentale, et en aucun cas un ensemble humain hors du temps et du territoire ». Il présente ainsi un argumentaire solide, développé en détail dans sa thèse, qui permet de combattre l’idée si répandue d’un « appel d’air » qui verrait tous les Roms orientaux s’installer en Europe de l’Ouest. Quelques éléments auraient pu compléter avantageusement ce livre, telles celles relatives à la situation mouvante des « paramètres politiques » qui construisent le cadre au sein duquel ces personnes peuvent agir. Par exemple, la liste des 150 emplois dits « métiers en tension » et ouverts aux nationaux Roumains et Bulgares, évoquée lors de l’entretien final qui apparaît dans cet ouvrage après la conférence (p.72), qui a été récemment élargie par le nouveau gouvernement, n’avait certes pas été réduite comme dans le cas de non Européens qui ont vu la leur se rétrécir en mai 2011. Toutefois, d’autres débats sont apparus et ont contribué à définir la situation actuelle en la figeant, telle l’annonce par l’Espagne à l’été 2011, suite à son fort taux de chômage, de la remise en cause de la situation administrative des Roumains et Bulgares. L’Espagne avait mis en place en 2007 des mesures transitoires pour deux ans, impliquant de facto la reconnaissance du droit au séjour au même titre que les autres citoyens communautaires depuis 2009. Les « cordes sympathiques » des politiques publiques italienne, espagnole, anglaise, belge, entrent ainsi en résonance avec celles qui sont menées en France, qui sont caractérisées au niveau national par le choix délibéré de ne rien faire autour de cette forme exclusion qui a été associée, de façon trop évidente, à une catégorie. La démarche de Martin Olivera, forme d’empathie documentée adossée à une enquête de terrain, permet ainsi de rappeler que les biais de l’ethnicisation employés pour stigmatiser les quelques milliers de personnes en situation de grande pauvreté relèvent aussi d’un processus global. Les mouvements intra européens dont il est question dans cet ouvrage ne se limitent enfin pas aux simples personnes se désignant comme ou bien étant désignées comme roms. Pour visibles que soient les bidon-villes dans lesquels ces personnes se retrouvent, ils n’en sont pas moins des espaces de vie. Dès lors, leur simple éradication sans proposition de remplacement soulève de vifs débats autour des politiques publiques.