Archives de l’auteur : Ghislaine Gallenga

Marche pour la science, 22 avril 2017

L’Afea relaye le communiqué autour de la mobilisation « Marche pour les Sciences » :

Un rendez-vous près de chez vous ? http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/Retour ligne automatique

Plus de renseignements :

A J-3, la mobilisation s’amplifie autour de la Marche pour les Sciences, un mouvement non partisan et sans lien avec aucun parti politique.

Vous suivez de plus en plus la Marche sur les réseaux sociaux et vous avez été plus de 10000 à consulter le site web ces dernières 24 heures. L’afflux de soutiens de tout types continue. Cette semaine, nous ont par exemple rejoint l’Académie des Sciences, France Nature Environnement, Tara Expéditions, des unions de professeurs du secondaire et de prépas, le CNES, et l’intersyndicale de l’ESR pour ne citer que quelques uns des nouveaux soutiens. Les conférences de presse ont été bien suivies, de bons articles sortent dans les journaux nationaux et régionaux et le mouvement est couvert par les radios et télés.

Samedi, ce sera à VOUS de faire entendre votre voix dans au moins 24 villes, grandes et petites, en métropole mais aussi à Saint Denis de la Réunion et Nouméa. Alors, parce que votre mobilisation fera la différence, on en remet une couche sous forme d’un petit Q&A, et ON COMPTE SUR VOUS !Retour ligne automatique
Pourquoi marcher ? Pour défendre la place dans notre société de la démarche scientifique fondée sur la collecte et l’analyse critique de faits ! Pour demander que les sciences – toutes les sciences – soient mieux comprises, partagées et débattues avec les citoyens !

Quelle est l’ambition de la Marche ? Refonder les relations entre scientifiques, citoyens et politiques, actuellement marquées par de profondes incompréhensions mutuelles. Il faut rapprocher ces mondes, et reconnaître les efforts en ce sens dans les carrières des scientifiques de tous statuts et niveaux. Ce but ambitieux explique que nos plus de 200 soutiens viennent de tous les domaines de la société : associations citoyennes et de défense de l’environnement, grands établissements de recherche et d’enseignement supérieur, associations de médiation scientifiques, associations de professeurs de sciences, sociétés savantes, syndicats et associations de défense de l’ESR…. Chacun a sa place et son rôle.

Le mouvement s’arrêtera-t-il le 22 avril au soir ? Non ! La marche n’est qu’un début et c’est pour donner du poids aux prochaines étapes qu’il nous faut être très nombreux le samedi 22, jour de la Terre et veille du premier tour. La prochaine étape est la rédaction au cours des prochains mois, avec l’ensemble des soutiens, d’un recueil d’une trentaine de propositions sur les 4 grands buts de la Marche. Une consultation populaire sera alors lancée sur la base de ces propositions. Nous voulons montrer qu’il existe un vaste consensus de tous les acteurs autour des buts de la Marche, et que les politiques de tous bords ne peuvent l’ignorer.

Est-ce que cela va améliorer la situation dans les laboratoires ? La Marche propose de rompre avec l’image trop répandue que les sciences valent surtout par leurs applications immédiates et par l’innovation. Leur rejet par Trump met en lumière le rôle démocratique de lanceurs d’alerte des scientifiques, à condition que leur travail soit indépendant de l’influence des lobbies et leurs recherches libres et tournée vers la compréhension du monde qui nous entoure. Pour cela, il faut que les organismes de recherche et les universités aient les moyens de conduire une politique scientifique indépendante et ambitieuse. Cet investissement a un coût qui doit être acceptée par la société… Des propositions iront dans ce sens, et aussi dans le sens de la réforme des procédures de désignation des présidents d’établissements, mais aussi des conseillers et responsables scientifiques au sein des ministères et agences.

Est-ce que cela va améliorer la situation des jeunes scientifiques ? Les dernières années ont vu un accroissement inquiétant de la précarité dans les laboratoires publics. Au point que le nombre d’inscriptions en doctorat chute alors même que le nombre d’étudiants augmente. Or le XXIe siècle a besoin de scientifiques ! La Marche proposera des mesures pour améliorer les perspectives d’emploi des jeunes à la fois dans le monde académique (l’augmentation durable du nombre d’étudiants ne peut se faire à effectifs titulaires constants…), et hors de ce monde via une meilleure reconnaissance du doctorat.

Les étudiant-e-s des premiers cycles doivent-ils/elles se sentir concerné-e-s ? Oui ! l’augmentation du nombre d’étudiants ne peut se faire sans une réflexion profonde sur le mode de financement des universités. La Marche pour les Sciences initiera cette réflexion, en se penchant notamment sur les inégalités de traitement et de chances de réusste en fonction du type d’établissement considéré.

C’est tout ? Non, les propositions de la Marche couvriront aussi la médiation scientifique et les sciences participatives, l’enseignement des sciences du primaire au lycée, et les moyens d’améliorer la culture scientifique des élus en particulier au Parlement.

N’est ce pas trop ambitieux ? Non ! car de nombreux textes et documents existent déjà mais manquent de visibilité du fait de leur dispersion. Ces documents serviront de base pour les propositions établies en partenariat avec les soutiens de la Marche. Nous ne développeront de textes nouveaux que pour les thèmes non précédemment couverts.

Pourquoi la Marche pour les Sciences sera-t-elle entendue ? Parce que vous serez nombreux, scientifiques et citoyen-ne-s, à descendre dans les rues pour le grand rendez vous du 22 avril. Parce que le niveau de soutien institutionnel et associatif à la Marche pour les Sciences est historique par le nombre, le prestige et la diversité des soutiens. Parce que les propositions seront soumises à une consultation populaire à l’automne.

Mais pour que tout cela soit possible, ne ratons pas la première étape :Retour ligne automatique
SAMEDI 22 AVRIL, JOUR DE LA TERRE, DANS TOUTE LA FRANCE, MARCHONS.

Retrouvez l’info sur toutes les marches organisées : http://www.marchepourlessciences.fr/participer/les-marches-en-france/

Et puis si vous voulez regarder (et partager) une petite vidéo bien faite sur la Marche pour les sciences, regardez donc celle d’Alice aux pays des étoiles : https://www.youtube.com/watch?v=FXLa-UZuGhY

 

Journée dʼétudes du CERCE – « Autour des sports. Réflexions anthropologiques sur les pratiques athlétiques et sportives » – 20 avril 2017, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Le jeudi 20 avril 2017, le CERCE organise une journée d’étude intitulée « Autour des sports. Réflexions anthropologiques sur les pratiques athlétiques et sportives » à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, en Salle Camproux.

Argumentaire :

« Phénomènes pouvant rassembler des millions dʼindividus par le truchement des écrans et plusieurs dizaines de millier dans un même espace qui leurs sont consacrés, les sports ont relativement tardé à faire lʼobjet de lʼattention des ethnologues. Dʼautres sciences sociales, lʼhistoire en tête, sʼen sont pourtant rapidement saisies, notamment pour les mettre en relation avec lʼémergence de nouveaux groupes dʼappartenance, et en particulier lʼÉtat-nation.

Cʼest, quʼau premier abord, les pratiques sportives, associées à une forme de modernité toute occidentale, ne semblaient que très peu coïncider avec les centres dʼintérêt initiaux de la discipline, plutôt tournée vers les sociétés dites traditionnelles. Au mieux étaient considérés les jeux athlétiques locaux, en évitant souvent de voir comment et en quoi ils se transformaient eux-mêmes au contact du système sportif. De même, il fallut du temps aux ethnologues pour constater que les pratiques sportives dʼorigines occidentales prenaient une importance significative dans les sociétés quʼils étudiaient, souvent au prix de transformations radicales du modèle dʼorigine.

Si, de nos jours, lʼanthropologie des sports nʼa pas la prétention dʼêtre un champ à part entière de la discipline – comme le serait lʼétude de la parenté, du politique ou du religieux -, elle se donne pour objet un phénomène transversal aux sociétés quʼelle entend étudier et des pratiques dont les implications dépassent le seul cadre de lʼunivers sportif. Sans se perdre dans la tentation métaphorique, souvent essentialiste, lʼethnologue peut déceler dans la façon dont les sports sont pratiqués les indices de transformations sociales des groupes auxquels il sʼintéresse, les modalités des enjeux identitaires contemporains, les mutations du rapport au corps, la redéfinition des relations économiques au sein dʼune société, etc.

En empruntant la voie dʼune étude qui ne soit pas strictement celle des sports mais plutôt par les sports, lʼethnologie sʼouvre de nouvelles perspectives, aussi bien du point de vue de lʼanalyse que de la méthodologie, tout en reposant, sous un autre angle, des questions qui travaillent lʼanthropologie depuis les origines de la discipline.

Il importe enfin de ne pas tomber dans le piège de la normativité qui inciterait à énoncer quelles pratiques seraient des sports et celles qui nʼen seraient pas selon des critères arbitraires. Il est essentiel cependant dʼidentifier les logiques de transformation des pratiques étudiées et de comprendre les enjeux dʼun rapprochement (mise en conformité) avec le système sportif ou, inversement, dʼune résistance à ce processus, voire dʼune désportisation comme forme de réappropriation radicale des pratiques pour les faire correspondre à dʼautres finalités ».

Programme

  •  9h00 : Accueil et présentation de la Journée dʼétudes (Jérôme Soldani)
  • 9h15 : Sébastien Darbon (IDEMEC) : Introduction
  • 9h45 : Véronique Roussely (Département dʼethnologie/CERCE, Université Paul-Valéry Montpellier 3) : L’engagement physique dans les jeux d’affrontements athlétiques. Le cas des combats rituels dans la région de Zitlala (État du Guerrero) au Mexique
  • 10h45-11h00  : Pause café
  • 11h00 : Eric Perera et Yann Beldame (Laboratoire SantESiH – Université de Montpellier) : S’immerger par corps et apprendre in situ le body-building
  • 12h00-13h45 : Pause déjeuner
  • 13h45 : Jérôme Soldani (Département dʼethnologie/CERCE, Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Comment jouer selon ses propres règles ? Rassemblements sportifs et reconfigurations des identités collectives chez les Austronésiens de Taïwan
  • 14h45-15h00 : Pause café
  • 15h00 : Jean-Baptiste Eczet (EHESS) : Courir sans l’Occident. Pragmatique de l’entrainement au Kenya et en Ethiopie
  • 16h00 : Fin de la Journée dʼétudes

Pour le programme en version pdf, cliquez ici : Affiche JE CERCE Autour des sports (20 avril 2017)

Rejoignez-nous !

Attention, changement de date.

Venez assister à la prochaine assemblé générale de l’Afea, qui se tiendra le jeudi 1er juin 2017, à 10h, à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Un accueil est prévu à partir de 9h30.

L’assemblée générale procédera à l’élection de nouveaux membres du conseil d’administration dans ses deux collèges (individuel et associatif).

Candidatez !

L’AG ratifiera les statuts et le règlement intérieur de l’association.

Elle sera suivie d’une réunion du nouveau conseil d’administration à 13h30. Il procédera à l’élection de membres pour compléter le bureau.

Les membres souhaitant se porter candidat-e-s au conseil d’administration et au bureau devront nous faire parvenir leur profession de foi (une demi page à une page) avant le 25 mai 2017 en cas d’absence et de représentation à l’AG.

Les membres présents désirant faire acte de candidature se déclareront à l’ouverture de l’assemblé générale.

Il vous est rappelé qu’afin de pouvoir voter et présenter votre candidature, les membres doivent être à jour de leur cotisation 2017.

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? » – 21 et 22 Mars 2017 – Paris

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/636/files/2017/03/Photo-2017-JE-Mode-culture.jpg

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? »

Objet, Média, Interaction et Société

La Société d’ethnologie française est partenaire de deux journées d’études franco-japonaises autour de la mode à Paris les 21 et 22 mars 2017 à Paris. Ces journées sont co-organisées avec la Bunka Gakuen Univeristy de Tokyo.

Pour le programme et plus de renseignements consultez le site de la SEF

Appel à communication – Colloque de la SEF – Ethnographies plurielles n°7 : « Ethnographies et Engagement » – 9 et 10 novembre 2017 – Rouen

La Société d’ethnologie française organise son septième colloque de la série Ethnographies plurielles qui aura lieu à Rouen les 9 et 10 novembre 2017.

Cette 7e édition a pour thème Ethnographies et Engagements.

3 axes sont proposés :

  • Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines
  • Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique
  • Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 30 mai 2017. La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés.

Retrouvez l’appel à communication ici : ColloqueSEF_AAC

Ce colloque sera précédé le 8 novembre d’un séminaire doctoral ayant pour thème la Réflexivité et la pratique ethnographique (programme ci-joint : ColloqueSEF_journée-doctorale)

Pour plus de renseignements, visitez le carnet de la SEF.

L’AFEA a besoin de vous !

L’ Association française d’ethnologie et d’anthropologie, dont le bureau vient d’être renouvelé, prépare une refonte de son fonctionnement.

Au menu, une revue papier en complément de la nouvelle revue électronique Lectures Anthropologiques, un prix de thèse, un prix de l’écrit anthropologique, un nouveau site Web, une lettre bimensuelle d’information, des commissions de travail, des réseaux et thématiques de recherche, et toujours un grand congrès d’anthropologie, le prochain aura lieu en 2019 à Aix-en-Provence !

Amis ethnologues et anthropologues, venez rejoindre cette association, à titre individuel ou associatif, dont l’objectif est de fédérer et de promouvoir la discipline dans toutes ses composantes.

Adhérez, faites adhérer autour de vous et rejoignez-nous lors de l’assemblée générale le 24 avril 2017 pour compléter le conseil d’administration.

Son dynamisme dépend de vous !

Bienvenue !

Bienvenue sur le nouveau site de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie !

Les informations contenues sur l’ancien site de l’AFEA (http://asso-afea.fr/) seront progressivement intégrées à ce carnet.

En attendant une migration complète, vous pouvez trouver les archives sur l’ancien site de l’association (http://asso-afea.fr/).

Vous trouverez ici l’actualité de l’association.

AFEA

L’objet du Carnet est d’être la vitrine des travaux et manifestions organisés par l’AFEA mais également de rendre compte et de promouvoir l’actualité de la discipline anthropologique.
En effet, l’AFEA a été fondée avec l’ambition de promouvoir la pluralité de l’anthropologie, son développement, ses pratiques, sa transmission, et son devenir dans ses multiples domaines d’application. C’est une organisation qui a pour vocation de fédérer l’ensemble des associations d’anthropologie en France et de réunir tous les anthropologues individuellement. Elle a pour objectifs principaux :
•    de donner à l’anthropologie une plus grande visibilité,
•    d’établir des relations scientifiques et professionnelles permanentes entre tous les anthropologues quels que soient leur rattachement institutionnel, leur statut, et leur position professionnelle,
•    de servir de relais auprès des institutions publiques ou privées concernées par la recherche, l’enseignement, et l’emploi des anthropologues,
•    de développer des partenariats avec les associations d’anthropologie, les associations de sciences humaines et sociales et d’autres disciplines, en Europe et dans le monde,
•    de diffuser les savoirs anthropologiques dans la société.