Ateliers thématiques

LISTE DES ATELIERS


ATELIER #1 Temporalités et écritures audiovisuelles en crise : au-delà du contrôle de l’ethnographe ?

Gwendoline Torterat (UMR TEMPS 8068, Université de Paris Nanterre) | gwen.torterat@gmail.com

Myriem Naji (Department of Anthropology, University College London) | myriemnaji@yahoo.co.uk

Marie-Pierre Julien (UE 3478 – 2L2S, Université de Lorraine) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Cet atelier propose de s’emparer du potentiel des écritures audiovisuelles en temps de crise, celles qui nous permettent de rester sur le terrain au-delà de tout contrôle, d’en repartir puis d’y revenir, quelques fois à plusieurs années d’intervalle, voire des décennies. Ces nouveaux rythmes et leurs aléas provoquent de nouvelles diversités, car ce qui semblait familier a changé, voire disparu. Les corps ont vieilli et les situations se sont modifiées jusqu’à nous devenir étrangères. Le vécu peut alors être réinterprété et, contre toute attente, sans faux raccords. Si les images ne se ressemblent pas et ne s’assemblent plus, c’est parce que de nouvelles narrations sont en jeu. Quelles sont les raisons qui poussent à revenir filmer sur le terrain et comment intégrer le temps et ses effets (vieillesse, naissance, maladie, etc.) dans le champ du perceptible ? Quand revenir et de quelle manière tenir compte des points de vue émiques sur la nécessité d’un retour de l’ethnographe sur place pour filmer ? Comment le statut du matériau filmique bascule-t-il d’une temporalité à l’autre ? Comment peut-il alors devenir un enjeu de réappropriation culturelle, politique ou sociale, un outil de pouvoir nouveau voire hors de contrôle selon telle ou telle catégorie d’acteur·ice ? Comment la circulation des images hors du champ académique (au sein des familles, des villages, des institutions, sur les réseaux, etc.) est-elle aussi une source de production de connaissances anthropologiques ? Quelle place lui accorder pour des entretiens d’explicitation ou un retour sur acteur·ice ? Cette circulation des images audiovisuelles implique aussi de se questionner sur les étapes de leur réécriture à travers des procédures de mise en scène ou de contrôle de paramètres qui proviennent tout autant de l’ethnographe que des acteur·ices eux·elles-mêmes.

Session 1 – Filmer la crise

Myriem Naji (Department of Anthropology, University College London) | Crise patrimoniale et économique : filmer pour préserver un savoir en voie de disparition ou pour étudier un savoir en émergence ?

Michel Tabet (LAS, CNRS/EHESS) | Habiter Beyrouth, anthropologie audiovisuelle d’un désastre

Nathalie Luca (CéSor, CNRS/EHESS) | Ce que la caméra peut faire

Laura Guarino (ENSA, Marseille) et Nicolò Pezzolo (Accademia Ligustica di Belle Arti, Gênes) | Comment devient-on « gentrificateur » ? Filmer la gentrification à Marseille et en devenir les auteur·e·s

Session 2 – Co-construire le film et analyser en semble la crise

Laurent Van Lancker (A*Midex, AMU / IDEMEC) | Approches participatives en anthropologie audiovisuelle articulant des vécus de la crise migratoire

Charlotte Schwarzinger (CéSor, EHESS / IFPO) | Renouveler son regard au Liban : le processus de création d’un film collectif

Gwendoline Torterat (UMR TEMPS 8068, Université Paris Nanterre) | Mémoires en images et patrimoine oral dématérialisé : pour réincarner un temps de la recherche en crise


ATELIER #2 Pour une anthropologie visuelle de la « crise migratoire »

Corinne Fortier (LAS, CNRS) | corinne.fortier@college-de-france.fr

Parmi les nombreuses crises contemporaines, la « crise migratoire », constitue un enjeu majeur de notre siècle. Le sort des migrants a fait l’objet ces dernières années de nombreux films et d’installations artistiques, parfois réalisés par les migrants eux-mêmes. Ils montrent des personnes invisibilisées et donnent la parole à des individus que l’on n’entend pas ou dont la parole est d’emblée suspecte. Les films et les installations artistiques réalisés sur ou par des migrants témoignent de leur infortune mais aussi de leur dignité, de leur courage, de leurs talents et, en leur conférant un visage et une voix, ils invitent à les regarder autrement qu’à travers des images médiatiques, et à envisager l’ampleur des difficultés qu’ils traversent mais aussi leur héroïsme*. Ces films et ces installations artistiques permettent de témoigner, de se souvenir, d’entrevoir différemment le réel, d’envisager d’autres possibles et de réaffirmer certaines valeurs. Certains de ces films sont aujourd’hui réalisés par des anthropologues qui participent à ce tournant épistémologique et à cette hybridation féconde de la science et de l’art, du textuel et du visuel, de la réflexion scientifique et du documentaire de création, en étant à la fois chercheurs et réalisateurs. Les communications seront accompagnées de courts extraits de films ou des images des installations artistiques analysées.

*Corinne Fortier (éd.), Les migrants, ces nouveaux héros. Quête de l’ailleurs, quête de soi, et créations filmiques, Science and Video. Des écritures multimédia en sciences humaines 9, 2029, en ligne, https://scienceandvideo.mmsh.fr/n-09/.

Fabienne Le Houerou (IREMAM, CNRS) | Poussières d’exil

Nicolas Jaoul (IRIS, CNRS) | Retours sur Bariz, le temps des campements : à propos de la mobilisation des migrants et de leurs soutiens à Paris en 2015

Corinne Fortier (LAS, CNRS) | Naufrages migratoires en Méditerranée : péris en mer, survivants et arts visuels


ATELIER #3 Anthropologie des crises patrimoniales. Le cas de Notre-Dame de Paris.

Cyril Isnart (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | isnartc@gmail.com

Sylvie Sagnes (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | sylvie.sagnes@cnrs.fr

La littérature sur les catastrophes naturelles nous a appris à mieux cerner les enjeux sociaux qu’une rupture de l’ordre, de l’espace et des temporalités due à un événement critique peut dévoiler à propos des hiérarchies des acteurs, des performances du rapport au lieu, des effets d’échelles politiques et des narrations des émotions (Revet et Langumier 2013). Mais on a rarement croisé ce domaine spécifique des sciences sociales avec un autre chantier, presque aussi ancien, celui des émotions patrimoniales (Fabre 2013, Dassié 2014, Tornatore et Barbe 2011). L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 a précocement été pensé comme symptôme de crises aussi différentes que celle de l’Église catholique, celle de la conservation des monuments historiques ou celle du lien de la nation à son passé. Cette catastrophe a constitué un laboratoire scientifique unique que des anthropologues, sociologues, muséologues ou conservateurs ont pu investir en décrivant et analysant, pendant les cinq années qui nous séparent de l’incendie, les effets sociaux et culturels d’une crise patrimoniale multiforme. À la faveur d’un programme soutenu par le ministère de la Culture et le CNRS, le chantier de restauration de la cathédrale s’est ainsi doublé d’un chantier scientifique observant les effets de la crise, depuis les émotions internationales jusqu’aux manipulations des vestiges, en passant par les mouvements des œuvres et des objets liturgiques sortant puis entrant de l’édifice en travaux. Qu’est-ce que le cas de Notre-Dame nous apprend sur la définition d’une crise et de quelle manière le champ de l’anthropologie du patrimoine peut-il enrichir une anthropologie de la crise ?

Session 1 – Secousses, répliques et résiliences au lendemain d’une émotion cathédrale

Gaspard Salatko (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Notre-Dame en crise : entre sacralisation et profanation

Marie Balthazar (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Un orgue peut en cacher un autre

Sylvie Sagnes (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Avant et après la catastrophe : médiations, réceptions, appropriations de Notre-Dame

Session 2 – D’une crise l’autre : interférences

Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE, Université Paris 8) | La crise et l’écrin : après l’incendie, le projet de réaménagement des abords de Notre Dame comme enjeu urbain et patrimonial

Ewan Barcelo (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | Notre-Dame des Palettes : des monuments face à la crise

Cyril Isnart (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | Les crises patrimoniales au risque de la comparaison


ATELIER #4 L’anthropologie face aux « crises libanaises »

Hala Caroline Abou Zaki (UMR URMIS / ICM) | hc_abouzaki@yahoo.fr

Michela De Giacometti (UMR CITERES, EHESS – Université de Tours) | degiacomettimichela@gmail.com

Lubna Tarabey (Institut des sciences sociales, Université libanaise) | tarabeylubna@yahoo.com

Des « crises » à répétition semblent caractériser depuis une décennie le temps social et les représentations du Liban, au point que l’expression « crises libanaises » est entrée dans le langage courant des sciences sociales au Liban (Salenson, Marot, Koukoui, 2021). On a ainsi parlé d’une « crise sociale », avec l’arrivée depuis 2011 d’un million et demi de réfugiés syriens; d’une « crise des déchets » en 2015 et d’une « crise politique » concomitante, due à l’incapacité du gouvernement à élire un président de la République – situation reproduite en 2022 ; d’une « crise économique et financière » d’ampleur inédite depuis 2019, et de « crise sanitaire » liée à la pandémie du Covid-19 et, aujourd’hui, au retour de maladies rares produites par la déficience du réseau d’infrastructures (eau, électricité, etc.) et les conditions de précarité qui touchent une partie de la population. Le désastre lié à l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020 enfin est devenu un emblème de l’état de disfonctionnement structurel du pays.

La crise ne se présente donc pas comme un événement dont il s’agirait d’apprécier les conséquences, mais comme un état permanent, marqué par des rythmes, des accentuations, avec lequel les individus et les collectifs doivent composer. Cela nous enjoint à considérer différemment la notion de crise, d’un point de vue théorique et épistémologique. La notion d’incertitude a ainsi été mise en avant pour rendre compte de cette temporalité continue. L’incertitude renvoie à une vie sous la menace de la répétition des crises, avérées et à venir, présentes et sous la forme d’un horizon qui grève les futurs. On signalera la notion de nakba (« désastre »), mobilisée par les Palestiniens en référence à l’exil de 1948. Cet événement fait sens dans la durée et se trouve actualisé dans les différents drames qui se succèdent, comme la destruction du camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared au Nord Liban en 2007 qualifiée de deuxième nakba.

S’interroger sur le rôle de l’anthropologie dans ce contexte est ainsi un objectif de cet atelier.

Un autre sera de considérer en quoi les recherches au Liban peuvent contribuer aux épistémologies des mondes qui s’effondrent et des pratiques des acteurs pour y faire face.

Nous chercherons à saisir les crises libanaises à partir des modalités déployées par les personnes pour les conceptualiser, pour y faire face ou en tirer profit. Cet atelier a ainsi pour objectif de faire dialoguer des anthropologues ou des chercheur.euse.s qui ont recours à la pratique ethnographique, menant de front des recherches sur le rôle et la place des jeunes, des professionnels actifs, des militant.e.s, de la population âgée, des réfugiés et des personnes migrantes dans la crise. Nous nous interrogerons sur les ressources et imaginaires mobilisées par les acteurs face à l’enchâssement des crises, dont la crise sanitaire qui marque à la fois une rupture et un repère temporel.

Il sera question tout d’abord de décrire et d’analyser les modalités pratiques de survie, de contournement et d’adaptation aux difficultés qu’impose la dégradation des conditions matérielles de vie, et les initiatives individuelles, familiales et collectives nées de cette condition de paupérisation et de précarisation généralisées. Dans un pays où la place de la famille et de la communauté est considérée primordiale et leur perpétuation est au centre des politiques patrimoniales communautaires et individuelles, comment la crise vient-elle ébranler ou renforcer les liens sociaux (famille, réseaux d’interconnaissance, liens d’amitiés) ou encore la notion de propriété et de travail ?

Cet atelier sera en outre l’occasion de réfléchir aux outils méthodologiques et épistémologiques envisagés par ces chercheur.euse.s dans leurs terrains respectifs. Notre objectif est de faire émerger les spécificités de l’anthropologie et de l’ethnographie lorsqu’il s’agit d’analyser les dynamiques sociales libanaises.

Ces questions s’inscrivent enfin dans des temporalités spécifiques : celle de la planification, de la projection ou encore de l’imagination et interrogent avec force les dimensions personnelle, familiale, communautaire ou collective du futur. La dimension du futur occupera ainsi dans notre réflexion une place centrale et sera envisagée comme une ressource (quels imaginaires, projections, espoirs, investissements matériels et symboliques génère-t-elle ?), mais également comme une source de tensions (absence d’espoir, désengagement…).

 

Session 1 – Familles et intimités

Erminia Chiara Calabrese (Université de Tarragona/EHESS/CESOR)   |  Foyers et intimités dans la crise

Chawki Attiyé (Université libanaise, Institut des sciences sociales)   |  Doctrine, fertilité et crise : le  cas de la communauté Druze du Liban (communication donnée en anglais)

Michela De Giacometti (EHESS/Université de Tours – CITERES) | Crise et familles transnationales : reconfiguration des solidarités à l’épreuve des crises libanaises

Session 2 – Pratiques quotidiennes, représentations et conceptualisation des crises (1)

Nicolas Puig (IRD) et Michel Tabet (CNRS)  |  Récits et pratiques de vie en pandémie

Hala Caroline Abou Zaki (URMIS/ICM)   |  Jeunesses en temps de crises au Liban

Kammourieh Sarah-Madona (EHESS – IRIS /Ifpo)  |  À la marge de l’État. Négocier la perception frontalière en temps de crise

Session 3 – Pratiques quotidiennes, représentations et conceptualisation des crises (2)

Soussane Gergess (Institut des sciences sociales, Université Libanaise) | Alternatives pour combler le besoin : étude anthropologique sur la crise économique au Liban et la culture des vêtements d’occasion (Akkar/Nord Liban)

Lubna Tarabey (Université libanaise, Institut des sciences sociales) |  Crise Perpétuelle – Une approche alternative à la crise (communication donnée en anglais)


ATELIER #5 Gouverner la vie pour affronter la crise écologique ?

Rosalie Allain (Université d’Oxford) | rosalie.allain.10@alumni.ucl.ac.uk

Josemaría Becerril Aceves (EHESS) | josemaria.becerril@ehess.fr

Perig Pitrou (CNRS / Maison Française d’Oxford) | perig.pitrou@college-de-france.fr

Face à la crise écologique, les sociétés humaines repensent leur insertion dans le monde vivant. Des auteurs invitent les sciences sociales à se réformer pour s’inspirer des sciences de la vie et développer de nouvelles approches (Ingold et Pálsson 2013, Kohn 2013). D’autres options théoriques affirment toutefois la capacité de l’anthropologie à s’appuyer sur un dialogue interdisciplinaire pour éclairer l’articulation entre dynamiques écologiques et institutions humaines (Rappaport 1968, Paxson 2012) ; l’anthropologie de la biopolitique appréhendant en particulier les contextes de crises, indissociablement biologiques et sociales, qu’affrontent les existences humaines (Biehl 2005, Fassin 2018, Petryna 2002). L’idée de « gouvernement de la vie » (Fassin et Memmi 2004) offre la possibilité d’explorer une grammaire d’actions réalisées par les humains à plusieurs échelles, pour organiser leurs relations avec les vivants et façonner leurs milieux de vie (Descola 2005), en portant l’attention sur des situations de déséquilibres (Tsing 2015) ou de catastrophes mettant les vies humaines en danger (Han et Das 2015).

À côté du pouvoir sur les vivants, les enquêtes gagnent à envisager la vie comme un pouvoir que toutes les sociétés humaines savent ne pas détenir directement et avec lequel elles doivent composer. Deux dimensions de la politique sont donc à prendre en compte pour décrire conjointement les actions sur les vivants – les « techniques du vivant » – et les efforts pour insérer la vie, conçue comme un pouvoir, dans des institutions socio-politiques avec leurs propres règles et valeurs (Pitrou 2022). Le gouvernement de la vie s’observe dans une multitude d’ordres de faits : intervention sur les organismes, humains et non humains, projets de transformation de milieux naturels ou de construction de milieux artificiels, rites destinés à enrôler des « métapersonnes » (Sahlins 2017), pratiques favorisant des « régimes d’attention » (Manceron 2022) aux vivants, etc.

Les sessions de cet atelier visent à décrire de façon empirique la multiplicité de formes d’intervention mises en place par les humains pour affronter la prise de conscience anxiogène des effets désastreux de certaines activités humaines sur les écosystèmes en se penchant notamment sur leurs efforts pour articuler ensemble le caractère aléatoire, autonome et fini des processus vitaux, ainsi que des organismes vivants, avec la quête de prédictibilité et de stabilité propre aux institutions collectives des humains.

Session 1

Josemaría Becerril Aceves (EHESS / ENS-Ulm) | Faire émerger et maintenir en vie une forêt d’infrastructures : la sylviculture durable en pays maya (Quintana Roo, Mexique)

Rosalie Allain (Université d’Oxford) | Repenser la « croissance » à travers la « chance » dans une crise de ressources parmi les mineurs artisanaux au Cameroun

Lauren Kamili (EHESS / ADEME) | Des plantes envahissantes aux plantes dépolluantes. Techniques du végétal et pratiques de remédiation dans la vallée de l’Orbiel

Session 2

Marie Aureille (LAP, EHESS) | Gouverner le métabolisme : le devenir des cochons et des goyaviers dans l’économie planifiée à Cuba

Julien Blanc (MNHN, Université de Paris) | Cosmopolitiques et mises à l’épreuve dans les nouveaux mondes agricoles

Lucie Dupré (INRAE Cesaer, Dijon) et Agnès Fortier (INRAE Sadapt, Saclay) | Crise des abeilles, crise du vivant : d’une crise à l’autre

Camille Bellet (Wellcome Trust Research Fellow, University of Manchester) | Penser avec les vaches : vies et pratiques sensorielles en élevage

Session 3

Nassima Abdelghafour (CAK / EHESS) | Planter des arbres dans le plantationocène. Enquête sur les projets de compensation carbone des entreprises dans un monde postcolonial

Elie Danziger (CNRS / EHESS) | Assembler des écosystèmes fermés : les modalités d’une pensée écologique holistique

Colin Vanlaer (MNHN) | « No big fishes ». Épistémologies des discours déclinistes et biopolitique des récifs coraliens autour d’aires marines protégées (Atauro, Timor Leste)

Emmanuelle Ricaud Oneto (Institut Agro Dijon) | Crise du vivant au prisme des techniques dans le Nord-Ouest Amazonien

Session 4

Hélène Melin (UMR CLERSE 8019, Université de Lille) | Enquêter la nature en temps de crise. Repenser le cadrage ontologique et décentrer le regard : une nécessité pour l’anthropologue sur le terrain ?

Emilio Frignati (LAS, EHESS) | À quoi bon ethnographier les chants kapiwaya à l’ère de l’Anthropocène ? Crise du vivant, transformation du rapport à la forêt et communication rituelle dans le Nord-Ouest Amazonien

Tiphaine Duriez (Université Lumière Lyon 2) | D’une crise à l’autre ? Sortir de guerre en Colombie au temps de pandémie

Gilles Raveneau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | Ce que le corps fait à l’anthropologie en temps de crise

Session 5

Michèle Cros (Université Lumière Lyon 2) | De la prévention du Covid-19 au marché de la chance des Alasitas de La Paz (Bolivie)

Perig Pitrou (CNRS / Maison Française d’Oxford) | Quels mondes urbains pour affronter la crise ?

Vanessa Manceron (LESC / CNRS) | Des oiseaux à la lisière de la légalité dans la périphérie napolitaine


ATELIER #6 Anticiper les crises. Ou comment l’anthropologie apprend des crises “futures”

Françoise Lafaye (UMR EVS / ENTPE) | francoise.lafaye@entpe.fr

Nathalie Ortar (UMR LAET / ENTPE) | nathalie.ortar@entpe.fr

Qu’elle soit financière, sanitaire, migratoire ou économique, qu’elle concerne le climat, l’école ou les banlieues, la crise renvoie au chaos et appelle une réparation, des ajustements, des correctifs qui vont bouleverser en profondeur nos représentations du monde, nos pratiques communes, notre vie sociale. Elle peut se manifester sous forme de violences, mais appelle souvent de la régulation, de l’adaptation, de la recomposition, de la négociation, etc. 

Gérer la crise consiste à traiter les effets d’un risque advenu ou bien, cette gestion peut consister à prendre les devants sur une potentielle menace. Dans cet atelier, nous avons choisi de nous intéresser à cette étape en amont de la crise, le moment où des acteurs publics ou privés vont l’ « imaginer » pour la contrecarrer ou en réduire les effets. Ces représentations de la crise interrogent alors les manières dont se prennent les décisions, les acteurs qui vont les prendre, les arbitrages opérés pour concevoir des actions de diminution de ses effets – donc des rapports de domination, des principes de légitimités, etc. – et, enfin, les façons dont ces actions vont bénéficier d’adhésions et de collaborations dans leur mise en œuvre. 

Les conduites d’anticipation, orientées vers la prévention, se nourrissent de l’existant tout en l’interprétant et en le projetant. Elles modulent ainsi les conceptions du temps. En outre, ancrées dans l’incertitude, elles offrent parfois des possibilités créatives. Ce sont autant de dimensions que nous proposons d’aborder.

Session 1

Françoise Lafaye et Nathalie Ortar | Introduction

Almudena Mari Saez (UMI TransVIHMI, IRD) | Vivre dans les crises sanitaires : la préparation à la maladie à virus Ébola en Guinée

Nicolas Nova (HEAD, Genève / HES-SO Alpes-Mondes) | Enquête/création à propos de la crise environnementale

Session 2

Marieke Blondet (AgroParisTech Nancy / UMR SILVA, Université de Lorraine – AgroParisTech – INRAE) | Anticiper l’adaptation des forêts à la crise climatique : vers l’élicitation des pratiques, outils et orientations des gestionnaires forestiers

Théo Régniez (IRISSO, Université Paris-Dauphine) | « À ce stade, on ne peut pas annoncer une récession » : quand les prévisionnistes refusent d’imaginer les crises économiques

Françoise Lafaye (UMR EVS / ENTPE) | Anticiper l’accident nucléaire. Le cas de la campagne de distribution des comprimés d’iode autour de la centrale du Blayais

Session 3

Dominique Desjeux (Sorbonne SHS / Université de Paris Cité / CEPED) | Comment une anthropologie stratégique, face à la multiplication des crises, peut nous aider à déchiffrer un futur de plus en plus « exotique »

Olivier Wathelet (Users Matter & Making Tomorrow) | Construire les futurs : une pratique pour l’anthropologie ?

Nathalie Ortar (UMR LAET / ENTPE) | L’urbanisme tactique comme réponse à la crise : agir sur la matérialité des villes

Session 4

Benoît Carteron (Espaces et Sociétés ESO, Angers) | Tensions, crises, réconciliations en Kanaky-Nouvelle-Calédonie : vers l’inexorable souveraineté partagée

Franck Duquesnois Irgo (Institut de Recherche en Gestion des Organisations, Équipe Entrepreneuriat Université de Bordeaux, IUT, Département Tech de co) et Yves Davo Climas (EA CLIMAS 4196) | Vers des états permanents de crises mondiales ? À la recherche de dynamiques communes ou « invariants » au sein de crises de natures et contextes différents

Françoise Lafaye et Nathalie Ortar | Conclusion : questions issues des débats et perspectives 


ATTENTION : ATELIER #7 Annulé

(La Crise : entre ancien et nouveau monde)

Riccardo Ciavolella (LAP, EHESS) | riccardo.ciavolella@ehess.fr

Giulia Gonzales (Università di Torino / European University Institute) | giulia.gonzales@eui.eu

La crise, disait Gramsci, est quand l’ancien monde est en voie de disparition et le nouveau tarde à apparaître. Mais cette situation peut être bien plus qu’un simple passage entre deux conditions et s’installer dans le temps, s’ancrer dans les imaginaires, se fondre dans les horizons d’une vie ou des générations. Pour appréhender cette dynamique de la crise du point de vue des sujets, ce panel propose de réfléchir à partir des sociétés d’origine nomade du Sahel, prises entre crises écologiques, politiques, économiques et sécuritaires et qui ont historiquement développé des « cultures de la crise ». Ce panel part donc de la conviction qu’il est indispensable de partir de ces expériences de la crise, culturellement et historiquement sédimentées, de la crise pour comprendre les crises dans nos sociétés contemporaines. Pour ce faire, il est indispensable de se pencher, en anthropologues, sur les processus, les discours et les imaginaires qui façonnent, et sont façonnés par, les compréhensions vernaculaires de la crise. Grâce à une analyse approfondie des pratiques et des discours locaux, elle fait avancer le débat sur les productions de connaissances scientifiques. 

Ce panel accueille des communications qui s’intéressent aux conceptualisations des sujets sur les processus socio-économiques et politiques en rapide évolution, et sur la violence, qu’elle soit réelle ou perçue. Il invite des travaux qui considèrent la multidimensionnalité de notre monde contemporain et qui réfléchissent aux redéfinitions en cours des spatialités et des temporalités de crise (les politiques néolibérales et leurs effets à long terme, les structures des États-nations pivotant autour de la notion de frontière, etc.). Il souhaite se concentrer sur les moralités qui sous-tendent et orientent les actions et la rhétorique des sujets dans les temps et les espaces de crise, ainsi que sur les processus de représentation et de transformation des frontières collectives (par exemple, générationnelles, ethniques, régionales), et leur imbrication à différentes échelles (par exemple, local/global, urbain/rural). Une attention particulière accordée aux sociétés nomades du monde contemporain s’explique par le fait que leurs expériences enrichissent la compréhension de la crise/normalité, car la crise est généralement lue à travers une logique d’incertitude – où nous ne connaissons pas les probabilités ni les résultats – une logique bien connue des populations nomades du monde entier.

Session 1

Magnani Sergio (SELMET-LRDE, INRAE / UMR Sens) | Déconstruire les récits de « crise » pour imaginer des futurs alternatifs : le cas du Sahel ouest-africain

Poudiougou Ibrahima (Université de Turin / Université de Leiden | Centre du Mali : négocier les incertitudes, habiter les interstices

Gonzales Giulia(Università di Torino / European University Institute) | Akal Eghshad, « la terre est gâtée » : crise, violence, et intimité

Session 2

Elena Apostoli Cappello (CORiS Department, Università di Roma / LAP, EHESS) | Polysémie et politisation de la terre en Italie du Nord

A NOTER : la communication suivante a été déplacée dans l’ATELIER 29.

Tessa Bonincontro (Laboratoire des Sciences des Risques, PEnSTer : Pollutions Environnement Santé Territoire – HSM Hydrosciences Montpellier – IMT Mines Alès) | Qualifier les territoires post-miniers en Cévennes : peut-on parler de crise ?


ATELIER #8 Anthropologie des zoonoses en situation de crise : de la préparation à la remédiation

Frédéric Keck (LAS, CNRS) | frederic.keck@cnrs.fr

La pandémie de Covid-19, très probablement causée par un coronavirus venu des chauves-souris, a montré la nécessité de contrôler et d’anticiper les zoonoses, ces maladies transmissibles aux frontières entre les espèces. Depuis les années 1980, avec l’émergence des virus VIH/Sida et Ebola, transmis aux humains par le contact avec les primates, on sait que les zoonoses constituent les trois quarts des maladies infectieuses émergentes. Des technologies se sont alors mises en place en santé globale pour se préparer à ces émergences virales imprévisibles et potentiellement catastrophiques, comme les sentinelles détectant les signaux d’alerte précoce et les simulations de foyer épidémique. Mais c’est véritablement avec la transmission du virus H5N1 de l’Asie vers l’Europe et l’Afrique en 2005 que ces techniques de préparation (preparedness) ont transformé les relations entre humains et animaux dans les sites de potentielle émergence (hotspots), offrant ainsi des objets d’enquête pour des approches anthropologiques combinant l’ethnographie multi-espèces et l’histoire des dispositifs de biosécurité dans un contexte général d’alertes sanitaires, environnementales et climatique. Alors que le virus H5N1 de grippe aviaire devient endémique dans les élevages de volailles en Europe et se diffuse chez les oiseaux sauvages en Amérique, celui d’Ebola se transmet d’Afrique centrale vers l’Afrique de l’Ouest – conduisant les autorités sanitaires à contrôler les contacts avec les chauves-souris et les primates – et que les transformations économiques et écologiques en Afrique de l’Est et du Sud font craindre l’émergence de nouvelles zoonoses, quel peut être le rôle des anthropologues dans l’anticipation et la remédiation de ces crises sanitaires face aux dégradations de l’environnement et au dérèglement climatique ? En quoi le régime temporel de la crise qui caractérise la santé globale est-il compatible avec la temporalité ordinaire des relations entre humains et animaux dans les villes, les marchés, les élevages, les fermes, les campagnes, les forêts et les réserves naturelles ?

Session 1

Frédéric Keck (LAS, CNRS) | Comment la grippe aviaire est devenue endémique : histoire et anthropologie d’une mobilisation globale

Nan Nan (LAS, CNRS) | La régulation des marchés aux animaux vivants (wetmarkets) en Chine pendant la crise de Covid-19 

Keltoum Boumejdane (LAS, CNRS) | Vivre avec la faune sauvage en temps de crise invisible de grippe aviaire : les fermiers aux Malouines à l’interface de la veille sanitaire et de l’exploitation économique

Session 2

Emmanuelle Roth (Centre Rachel Carson, Université de Munich) | Figures de la zoonose en temps de crise : préparer à Ebola en Guinée post-Ebola

Benjamin Frérot (LADEC, Université Lyon 2) | Histoires de Sogolo en Guinée post-Ebola

Frédéric Le Marcis (ENS de Lyon / IRD / Cerfig) | Des fièvres hémorragiques virales dans l’histoire. Preparedness et longue durée des expériences virologiques en Guinée


ATELIER #9 Les crises de l’âge : crises et âges de la vie

Virginie Vinel (LaSA, Université de Franche-Comté) | virginie.vinel@univ-fcomte.fr

Marie-Pierre Julien (2L2S, Université de Lorraine) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Nicoletta Diasio (UMR Lincs, Université de Strasbourg) | nicoletta.diasio@misha.fr

La classification par âges est l’une des dimensions de l’ordre social qui prend des formes variées selon les populations et les temps historiques (Peatrick 2003, Le Bras 2003). L’âge est un phénomène au croisement du temps chronologique, social, biologique, psychologique, et des mesures calendaires du temps. En cela, c’est un construit social qui s’articule à d’autres rapports sociaux, de genre, de classe, de « race » notamment (Thorne 2004).

Cet atelier s’intéresse aux enjeux anthropologiques qui peuvent associer crises et âges. Nous entendons « crises » à la fois en tant que discours produits sur les âges et au sens large de périodes d’incertitudes telles qu’elles peuvent être vécues au niveau d’une société ou des individus. Au sein de cet atelier, ouvert à des études portant sur tous les âges de la vie et tous les continents, nous interrogerons les liens qui existent entre âges et crises sous 4 angles :

Les catégories d’âges ne sont pas figées et se transforment avec les changements socio-historiques et les modifications d’autres rapports sociaux. Comment les crises politiques, sociales, économiques bouleversent-elles les scansions des âges ? Les passages d’âges tendent-ils aujourd’hui à être moins ritualisés (Bessin 2002) ? Les discours d’indéfinition et de crise généralisée des âges de la vie sont-ils confirmés par les études empiriques ? Pourquoi et comment certains âges de la vie sont-ils appréhendés comme des moments de « crise » ? L’adolescence, la préadolescence, les passages de dizaines (30, 40, 50, etc.), l’âge de la ménopause et, dans une moindre mesure, de l’andropause sont souvent étiquetés comme des « crises » (Diasio et Vinel 2007, 2017). Il s’agira de déchiffrer les discours savants et profanes qui définissent ces moments de « crises ». Quels sont les enjeux sociaux et politiques de telles qualifications ? Comment s’articulent représentations du corps et des âges dans ces énoncés (Julien et Volery 2019, Diasio 2015) ? Le corps peut constituer une matrice d’incertitude et de crise lorsque surviennent des maladies ou des changements physiologiques qui amènent à reconfigurer les appartenances d’âge et leurs seuils. Il constitue aussi cette surface où s’inscrivent des « âges critiques » ou de nouveaux statuts que les transitions d’âge impliquent (Moulinié 1998).

Qu’est-ce que les crises et les incertitudes politiques, sanitaires, climatiques, économiques font aux âges ? Les crises ont-elles un impact différencié selon les âges ? En quoi ces crises économiques ou écologiques provoquent-elles de nouveaux rapports d’âges (Octobre et Sirota 2023, Roth 2007) ? Par exemple, la crise climatique est rapportée à une responsabilité générationnelle (celle des 30 glorieuses) alors que la jeunesse est pensée comme porteuse d’un modèle alternatif. Les crises peuvent être aussi plus privées, telles les crises ou les conflits familiaux qui pourront être interrogés au prisme des effets qu’ils ont sur les enfants, les adolescent.e.s ou les adultes (Razy 2006, Bonnet et Delanoe 2019).

En quoi les politiques publiques, nationales, européennes ou internationales participent-elles à produire des discours de « crises » sur les âges ? Mais aussi en quoi produisent-elles des incertitudes aux différents âges de la vie : on peut penser aux politiques de vieillesse ou de jeunesse, à leur existence, leurs dynamiques, leurs lacunes, qui interfèrent sur le déroulement des âges de la vie. Comment la « crise » migratoire a-t-elle eu un impact sur l’évaluation de l’âge de la minorité dans les politiques d’accueil des mineurs non accompagnés (Perrot 2019) ? 

Session 1 – Transitions, frontières des âges et “borderwork”

Lydie Bichet (UMR Lincs, Université de Strasbourg) | Jeunesse versus grand-âge ? Penser les âges de la vie, leurs vécus et les rapports intra- et intergénérationnels en temps de crise sanitaire

Veronika Kushtanina (LAsa, Université de Franche-Comté) | « Crise » de changement de dizaine : de la force de l’âge chronologique ?

Alexandra Mérienne (LAsa, Université de Franche-Comté) | Le sang menstruel et ses souffrances intimes : la crise des premières règles

Baptiste Besse-Patin (Experice, Sorbonne Paris Nord) | « Mais tu as quel âge ? » – Crise de l’animation ou crise de la juvénilité ? Les rapports d’âge dans l’organisation d’un séjour de vacances

Session 2 –  Âges et classements sociaux

Amélie Aubert Plard (LESC / Université Rennes 2) | Les grossesses adolescentes en Bolivie : d’une crise en santé publique à la renégociation des rapports de force politiques

Kostia Lennes (FNRS, Université Libre de Bruxelles / LAMC, Université Paris Cité / ICT) | L’escorting masculin au fil des âges de la vie : réflexions sur un rapport social oblitéré dans le travail du sexe

Sophie Némoz (LaSA, Université de Franche-Comté UFC) | « Âgir » pour l’environnement ou comment saisir une scansion des crises


ATELIER #10 Anthropologie et migrations

Adelina Miranda (UMR Migrinter, Université de Poitiers / Institut Convergences Migrations) | adelina.miranda@univ-poitiers.fr

Constance De Gourcy (UMR Mesopolhis 7064, AMU) | constance.degourcy@univ-amu.fr

Les migrations sont de plus en plus associées à la notion de crise. Cet atelier propose de déconstruire ce lien élaboré à partir d’une vision évolutionniste, dés-historisante et essentialiste des migrations. En suivant les suggestions de l’anthropologue italien E. De Martino, nous partons du constat que les migrant.e.s vivent une sorte de « crise de la présence ». Il s’agit donc de comprendre comment « ce risque de ne plus être au monde », traversant toute société et culture, prend forme tant au niveau subjectif que collectif permettant d’élaborer les tensions entre la présence et l’absence, d’être de plusieurs « ici » et plusieurs « ailleurs ».

Ces questionnements seront approfondis à partir de deux focales qui sont une invitation à débattre des enjeux théoriques, conceptuels et méthodologiques liés à une perspective d’étude critique et réflexive des migrations et de l’anthropologie. La première focale rappelle l’importance de dépasser, dans les études migratoires, la séparation entre frontières externes et internes pour comprendre comment les rapports culturels, sociaux, politiques et économiques se (re)produisent dans les situations migratoires. Selon cette proposition, il faut, d’une part, sortir d’une sorte de « tropisme fixiste » utilisé pour élaborer des représentations collectives inhérentes aux dispositions des frontières sémantiques produites dans et au-delà des espaces nationaux. Et il faut, d’autre part, analyser les interconnexions et les tensions qui se catalysent aux différentes échelles des frontières internes et externes des États-Nations en tenant compte de leur caractère spatial, temporel et socioculturel. Regarder les frontières internes dans la continuité des frontières externes et vice versa offre-t-il un cadre analytique pour étudier la coexistence entre divers flux migratoires et, de ce fait, les accommodations et les conflits qui se créent entre migrant.e.s et non migrant.e.s, tant dans les espaces publics que dans les espaces intimes ? La seconde focale propose d’approfondir la manière dont la façon de faire l’anthropologie s’est enrichie et modifiée en travaillant sur les migrations. L’expérience ethnographique s’est offerte comme une condition pour une approche critique des migrations permettant aussi de repositionner la question migrante dans un débat plus ample. L’étude des migrations a contribué à la rupture d’une ethnographie traditionnelle sédentaire qui considérait le cadre spatio-temporel de l’investigation comme étant stable, durable et fixe dans le temps et l’espace. Les approches transnationale, multisituée et multilocalisée, ont contribué au développement d’une anthropologie attentive aux mouvements des sujets, des objets et des représentations.

Les études migratoires montrent que l’anthropologie, comme d’autres disciplines, a longtemps détourné le regard des questions migratoires car elle a été éblouie par le paradigme de la sédentarité et que les premières études se fondent dans l’histoire de l’anthropologie urbaine. L’approche anthropologique montre la nécessité de dépasser la prétendue universalité des catégories méthodologiques et interprétatives utilisées dans les études des migrations. Il ne s’agit pas seulement de trouver de nouvelles connexions entre disciplines mais de déconstruire le paradigme eurocentré/androcentrée/adultocentrée à la base des études migratoires pour établir une vision différente des migrations. Il est donc nécessaire d’interroger comment les migrant.e.s agissent dans l’élaboration de systèmes relationnels hiérarchisés et multisitués et de poser les bases pour désethniciser et démigrantiser l’étude des migrations en regardant le poids de l’histoire coloniale. Nous proposons d’approfondir ces questions au cours de trois sessions.

Session 1 – L’anthropologie à l’épreuve des migrations 

Adelina Miranda (UMR Migrinter, Université de Poitiers) | Au-delà des frontières disciplinaires

Barbara Morovich (AMUP / Ifra-Nigeria) | Patrimonialisations minoritaires, fragiles et contextes urbains “en crise” (France, Argentine, Afrique du Sud)

Cédric Parizot (IREMAM, AMU) | Parlons de limites et de seuils plutôt que de frontières !

Session 2 – Présences / absences en situations migratoires 

Constance De Gourcy (UMR Mesopolhis 7064, AMU) | Dissonance dans l’absence : regards croisés en sociologie et anthropologie

Carolina Kobelinsky (LESC / CNRS) | Présence absente : les morts des frontières de l’Europe

Nasima Moujoud (Larhra, Université Grenoble Alpes) | La double présence de migrantes travailleuses en ville et à l’étranger

Hanan Sfalti (UMR LISST-CAS 5193, Université Toulouse Jean Jaurès) | Comprendre les expériences des mères en situation de migration grâce à la création sonore : Une méthode de recherche participative fructueuse

Session 3 – Déplacement des regards

Olivier Leservoisier (UMR CEPED 196, Université Paris Cité) | Inégalités et renégociations sociales multisituées. Une approche mutiscalaire des enjeux de mobilité sociale chez les migrants haalpulaaren aux Etats-Unis

Giulia Fabbiano (IDEMEC, AMU) | Des graines en retour. Réflexions autour des liens entre crise(s) et migration(s) dans l’espace translocal algéro-français

Irène Dos Santos (Migrations et Sociétés, Université Paris Cité) | Crise économique et émigration « Nord-Sud ». Interroger les spécificités de l’approche anthropologique dans l’analyse des continuités migratoires dans un espace post-impérial (Portugal-Angola)

Anne-Christine Trémon (Centre Chine-Corée-Japon, EHESS) | Faut-il « démigrantiser » les études migratoires? et « migrantiser » l’anthropologie ?


ATELIER #11 Anthropologie de l’exil. Stratégies pour répondre à des crises humaines et sociales

Pierre Peraldi-Mittelette (Institut Convergences Migrations / Institut François Gény (EA 7301), Université de lorraine) | peraldimittelettepierre@yahoo.fr

L’étude anthropologique de l’exil est en plein essor depuis 2015 ainsi que la crise des réfugiés que rencontrent les pays européens depuis lors. A travers des approches basées sur des collections de cas individuels et des enquêtes qui s’intéressent à des communautés ou des collectifs en exil, ces travaux s’inspirent de méthodes mettant à l’honneur les individus, en considérant que l’expérience de l’exil tourne autour de vécus individuels et intimes qui résultent de crises. Cela s’inscrit dans une approche qualitative telle que l’ethnographie. Dans cet atelier, il ne sera cependant pas question de s’intéresser uniquement aux aspects individuels, mais d’interroger les manières dont les crises amènent les personnes et groupes en exil à mettre en place des stratégies pour répondre aux différentes situations : départ involontaire et plus ou moins définitif d’un territoire, perte de repères, éloignement ou rupture avec ses attaches et ses réseaux, victime de guerres, déplacement climatique, misère due à des crises économiques, par exemple. L’objectif de cet atelier résidera dans un échange concernant les manières dont l’anthropologie peut étudier les crises exiliques par des méthodes innovantes et ancrées dans les temporalités de l’humain.

Session 1 – Expériences exiliques

Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA / Institut Convergence Migrations) | Crise des migrations et de l’exil : crise de l’expérience ? Recompositions des agirs aux frontières

Hinde Maghnouji (Institut des mondes africains / EHESS) | « Nous, on devient quoi quand on meurt ici ? » Le corps-mort à l’épreuve de l’exil

Valentine Salazard (Université de Grenade / Institut des Migrations / Centre Georg Simmel, EHESS / Institut ARI, CNRS) | La place de la musique en exil : les crises en musique

Session 2 – Approches sensorielles de l’exil

Camille Robert-Boeuf (UMR LADYSS) | Femmes bélarusses, russes et ukrainiennes en exil : quelles trajectoires, quelles expériences sensibles ?

Emma Fiedler (IDEMEC, AMU) | Ce que le regard anthropologique peut apporter à l’étude des subjectivités en exil

Pierre Peraldi-Mittelette (Institut Convergences Migrations / Institut François Gény (EA 7301), Université de lorraine) | Des interactions et des ambiances pour donner à ressentir l’exil

Session 3 – Exils syriens

Charlotte Al-Khalili (UMR TEMPS 8068, Université de Paris Nanterre) | Penser le futur en temps de crises : Révolution, guerre et migrations syriennes

Emma Aubin-Boltanski (CéSor / CNRS), Leïla Vignal (Centre Maurice Halbwachs / ENS) | Réfugiés et exil prolongé : saisir les temporalités de « la » crise. L’exemple des Syrien·ne·s réfugié·e·s dans la région de Dayr al-Ahmar au Liban

Elsa Maarawi (UMR CURAPP-ESS 7319, Université Picardie-Jules Verne) | Exils syriens et gestion de la crise : réseaux d’interconnaissance, relations familiales et hiérarchies sociales au Liban

Session 4 – Territoires et exils

Nicola Schneider (CRCAO, INALCO) | Les Tibétains en exil : incertitudes et inquiétudes face à leur devenir

Benjamin Vanderlick (Ethnologue photographe, Brest) | « Mes chers parents » : des cartes postales patrimoniales avec des Brestois·e·s venu·e·s d’ailleurs. Transcrire des réflexions ethnologiques en un projet culturel et inscrire le fait migratoire sur le territoire


ATELIER #12 Frontières du sport, pratiques alternatives et cultures corporelles

Gilles Raveneau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | gilles.raveneau@univ-lyon2.fr

Audrey Tuaillon Demésy (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr

Si le sport peine encore à trouver une pleine légitimité en anthropologie en France, force est de reconnaître aujourd’hui la montée en puissance de cet objet de recherche comme moyen permettant d’approfondir la connaissance de la culture du corps et des changements à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. L’impossibilité de définir précisément le sport, tant dans les milieux académiques que pour le sens commun, révèle d’emblée la variété et la richesse des situations et des enjeux auxquels renvoie cet objet. Le terme « sport » est en effet utilisé pour qualifier des situations très différentes. Certains en défendent une vision élargie aux pratiques informelles, alternatives et ludiques quand d’autres le distinguent comme une activité codifiée, réglementée et institutionnalisée qui organise des compétitions régies par des règles partagées. Ses frontières sont donc mouvantes et se déplacent historiquement et culturellement au gré des crises, des contestations, des luttes, des controverses et des enjeux entre les différents groupes sociaux et culturels et entre les individus. D’où l’intérêt de porter l’accent plutôt sur l’exploration des frontières du sport, des pratiques alternatives et des cultures corporelles qu’elles produisent. Face à l’uniformisation du système sportif (institutionnalisation, globalisation, rationalisation) émergent parfois des réponses (pratiques émergentes, alternatives, communautaires) traduisant autant de « crises » institutionnelles et culturelles en jeu autour du sport.

L’ambition de cet atelier est de proposer un espace ouvert de discussion et de gai savoir propre à concilier « le savant et le politique ». Fondées sur une enquête de terrain et une posture réflexive critique, les communications proposées s’appuieront sur le traitement de matériaux ethnographiques précis et contribueront à une analyse des pratiques, des cultures corporelles et des modèles alternatifs proposés (implicites ou explicites).

Session 1

Ludivine Leveau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | L’influence paradoxale de la transidentité dans le sport queer

Orlane Messey (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) et Audrey Tuaillon Demésy (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | Jouer « à la marge » : une étude des alternatives sportives

Jérôme Soldani (UMR SENS, Université Paul-Valéry Montpellier 3) | Jouer au ballon pas tout à fait comme les autres. Du volley-ball conventionnel et non conventionnel chez les Bunun de Taïwan

Session 2

Sacha Thiébaud (Laboratoire C3-UR 4660, Université de Franche-Comté) | Le pogo : une danse aux frontières de l’underground

Léo Argouarc’h (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | « Le football populaire, c’est notre ligue des champions » – Les modes de participation et leurs émotions pour réinventer le supportérisme : le cas du MFC 1871

Aurore Dupuy (CRESCOS, Université Toulouse 3 Paul Sabatier) | D’une culture à une politique de l’esthésique. Réflexion à partir du cas du cirque post-dictatorial chilien


ATELIER #13 Anthropologie politique des marges : genre, pouvoir et résistance

Alessandra Fiorentini (LAP, EHESS) | alessandra.fiorentini@ehess.fr

En partant d’une approche d’anthropologie politique, ce panel interroge la capacité productive des marges dans les situations de crise. Se fondant sur trois terrains différents et trois sphères de la vie sociale, l’art, le religieux et le politique, les participant·es proposent d’étudier la marginalité politique comme lieux de résistance, d’inventivité et de proposition de solutions pour la société toute entière. Il s’agit en effet d’approcher les marges non pas uniquement dans leur particularité et spécificité mais dans leurs rapports avec le centre hégémonique et leur agentivité. C’est dans la dialectique marge/centre que les communications de ce panel placent leurs analyses. 

Session 1

Gianfranco Rebucini (LAP, EHESS) | Des parentés dépareillées comme réponse aux crises depuis les marges queer

Marina Rougeon (Instituto de Saúde Coletiva, Universidade Federal da Bahia / UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | « Guérir la terre » – Apports des luttes écoféministes du sud face au réchauffement climatique

Tiziana Leucci (CEIAS – CESAH / CNRS) | Quand les femmes artistes indiennes luttent et résistent à la censure et aux persécutions religieuses et légales

Session 2

Alessandra Fiorentini (LAP, EHESS) | Agir ici et maintenant. La Dame du Mardi comme culte immanent de protection

Clément Jacquemoud (GSRL – CEMS, EPHE – PSL) | Entre crises économique, identitaire, écologique et géopolitique, les positionnements féminins autochtones dans l’Altaï contemporain (Fédération de Russie)

Hamza Esmili (KU Leuven) | Le mahdi et son legs. Messianisme et résistance anticoloniale au Maroc


ATELIER #14 Ethnographies féministes et queer. Entre critique, engagements et résistances contemporaines

Michela Fusaschi (Université Rome 3) | michela.fusaschi@uniroma3.it

Gianfranco Rebucini (LAP / UMR 8177 CNRS-EHESS) | gianfranco.rebucini@ehess.fr

Depuis les années 1970, les féminismes ont posé des défis considérables à la pratique anthropologique et ont contribué au dévoilement des responsabilités et des rapports de pouvoir dans la recherche ethnographique, en mettant en exergue des nouvelles normes de réflexivité, dans le travail de terrain et dans la production du savoir. À partir des années 1990, les théories et pratiques queer sont venues enrichir la critique féministe et ont posé des défis supplémentaires à la pratique ethnographique. Le queer trouble la pratique ethnographique dans ses présupposés naturalisés concernant les corps, les affects, les individualités et les subjectivations politiques et sociales et travaille à déstabiliser les convictions de l’anthropologie dans ses catégorisations et divisions trop figées du monde social. Il travaille à partir d’idée de pagaille et de désordre plutôt que d’ordre et de norme. Les deux approches ont produit ainsi une « relation gênante » avec l’anthropologie pour reprendre la formule de Marilyn Strathern (1987).

En ce moment de crise de l’anthropologie et à partir de différents lieux politiques et espaces géographiques, ce panel se propose ainsi d’explorer ensemble les potentialités et les limites des engagements féministes et queer dans le renouveau des pratiques ethnographiques et de productions anthropologiques.

Dans le sillage d’ethnographies féministes et queer construites en alliance et complicité avec les sujets de l’enquête, ce panel appelle aux possibilités de travailler « avec » plutôt que travailler « sur ». Comment le travail ethnographique peut-il faire émerger et amplifier les voix de sujets/subjectivités minoritaires et minorisés ? Comment les critiques féministes et queer déstabilisent encore la discipline, notamment dans ses conditions de violence épistémique de la modernité coloniale ?

Session 1 – Relation ethnographique et engagement

Elias Caillaud (LAP, EHESS) | Penser les réflexivités queer : ethnographie d’une scène drag française en mutation

Flavia de Faria (LAP, EHESS / GEAC, Université de São Paulo) | Ethnographie engagée et restitution des savoirs dans un terrain féministe

Morgane Tocco (LAP, EHESS) | L’engagement féministe : un levier pour renouveler les objets et méthodes de l’anthropologie ?

Session 2 – La fabrique d·u·es genre·s

Michela Fusaschi (Université Rome 3) | Ethnographie critique des genres : un nouveau paradigme ?

Giovanna Cavatorta (Université de Rome 3) | L’intersectionnalité en question. Une réflexion à partir de quelques terrains africains

Session 3 – Les entrelacs du terrain

Aziliz Kondracki (Centre Norbert Elias, Marseille) | Parlez-moi d’amour : repenser la relation d’enquête dans une perspective située et féministe

Paul Forigua Cruz (LAP, EHESS) | Locas en train d’observer locas : une ethnographie queer en contexte(s) migratoire(s)

Session 4 – Le·s pouvoir·s de l’enquête

Marine Ledroit (CETOBaC, EHESS / CEDREF, Université Paris Cité) | ‘Note cette violence, tu l’écriras dans ton article’ : réflexions sur les interprétations réciproques dans l’enquête de terrain avec des ouvrières agricoles de Sanliurfa, Turquie.

Fatma Çıngı Kocadost (Centre Maurice Halbwachs) | Faire de l’ethnographie avec la différence entre femmes : questionner des hétérosexualités depuis le point de vue lesbien


ATELIER #15 Territoires affectés et déplacements de population : des événements par-delà la crise

Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173 / CNRS) | katianalementec@protonmail.com

Adeline Martinez (Centre Asie du Sud-est, UMR 8170 / Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) | ad2martinez@gmail.com

De tout temps, des hommes, des femmes et des enfants ont été contraints de se déplacer, de fuir ou de quitter leur habitat alors que leurs espaces de vie étaient temporairement ou durablement bouleversés. Ce panel s’intéresse à un type particulier de déplacements, ceux concernant un groupe d’individus forcés collectivement de quitter leurs espaces de vie en raison du fait que ces derniers ont été affectés, détruits, rendus inaccessibles, inhabitables ou sont étiquetés trop risqués par les instances gouvernementales. Il s’agira de saisir le déplacement de population en tant qu’événement plutôt qu’en tant que crise. L’objectif sera d’engager une mise en regard transversale, au-delà des causes et des conditions des déplacements envisagés, sur des contextes souvent étudiés de manière cloisonnée. Pour dépasser les analyses sédentairo-centrées considérant les déplacements comme irrémédiablement pathologiques et source d’anomie, nous examinerons, à partir de cas ethnographiques, ce qui tient et se perpétue dans – ou avec – ces moments de grand chamboulement. Une première piste de réflexion sera d’interroger comment des logiques sociales (dispositif de gouvernance, organisations collectives de travail, relations aux pouvoirs centraux, structures d’interconnaissance, de sociabilité et de solidarité, etc.) peuvent se maintenir – quitte à s’ajuster – par-delà et malgré les réorganisations sociales et spatiales parfois drastiques. Une seconde piste pourra examiner les modalités de l’habiter et les rapports que les individus entretiennent, ensemble, avec leurs espaces – les anciens ou les nouveaux lieux de vie. Dans quelles mesures des manières de pratiquer, de nommer un espace, de s’y lier (dont rituellement), voire de se l’approprier, peuvent se maintenir ou s’ajuster dans un contexte de déplacement couplé à une forme de perte de l’espace d’origine ?

Session 1 – Des déplacements comme stratégie de développement

Adeline Martinez (Centre Asie du Sud-est, UMR 8170 / Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) et Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173) | Déplacements de population, des événements par-delà la crise : une introduction

Romain Leclercq (Centre des Politiques de la Terre, UPC – IPGP – Sciences Po) | Éviction / compensation. Maintenir l’habitabilité des villes par l’expulsion

David Juilien (IFG Lab, Université Paris 8) | Regards sur la modernisation du mode de vie des déplacés de Nujiang (Yunnan, Chine) : de l’espace au territoire

Session 2 – Des allées et venues dans l’espace et le temps

Rina Kojima (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés, UMR 8134) | Reconstruire dans l’après-Fukushima : vivre avec le risque radiologique ?

Clara Jullien (Laboratoire Géographie-cités, UMR 8504 / ART-Dev, UMR 5281, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) | Crise du climat ou climat de crise ? Savoir maintenir l’équilibre par et à travers la migration rural-urbain. Etude de cas au sud et au centre du Vietnam

Anne Friederike Delouis (POLEN, EA 4710, Université d’Orléans/ UAR 3129, Maison française d’Oxford) | Autour d’un exode : reconfigurations sociales et rapport au patrimoine dans les communautés germanophones de Transylvanie

Session 3 – Refonder des lieux de vie après le déplacement

Maëlle Calandra (IRD, Unité de Recherche MIgrations et Société, UMR 205, 8245) | Vivre à Manaro street : les déplacés de la catastrophe d’Ambae sur l’île de Santo (Vanuatu)

Alice Corbet (UMR Les Afriques dans le Monde 5115) | Quand les déplacements se suivent (Haïti) : perte, opportunité et vulnérabilité

Katiana Le Mentec (UMR Chine, Corée, Japon 8173) | Déplacer habitants et divinités : que fait l’événement territorial aux anthropotopies de morts honorés ?


ATELIER #16 L’échec au travail. Crises et ratés chez les professionnels de terrain

Dorothée Delacroix (IHEAL – CREDA) | dorothee.delacroix@sorbonne-nouvelle.fr

Sébastien Plutniak (UMR CITERES / CNRS) | sebastien.plutniak@posteo.net

Les contributions à cet atelier porteront sur la relation au travail et au savoir-faire de professionnels lorsqu’ils sont confrontés à l’échec, à l’erreur ou à l’impossibilité d’exercer. Ce sont ainsi les spécialistes des exhumations de restes humains qui ne parviennent pas, suite à des violences de masse, à retrouver les restes ou à les identifier (Aranguren Romero et Fernandez Miranda 2021) ; ce sont encore les professionnels du mortuaire et du funéraire, faisant face à une surmortalité soudaine, lors de pandémies notamment ; ou, encore, les ethnologues rendant compte de leurs « ratés » de terrains (Stavo-Debauge et al. 2017).

Ces situations, et celles similaires chez d’autres professionnels de terrain (archéologues restés bredouilles après des fouilles, militaires face à l’échec, écologues démunis, etc.), supposent pour les acteurs tant de définir ces formes d’empêchements et de ruptures des cours d’action, que de les prendre en charge de manière à agir à nouveau. Ces deux aspects se déclinent sur les plans personnels et collectifs, avec des dimensions tant scientifiques, techniques, politiques, éthiques que déontologiques.

La notion de terrain, laissée ici délibérément ouverte, invite à s’intéresser aux domaines professionnels où l’action a une prise tangible (Chateauraynaud 2004) : les conséquences de l’échec et de ses variations y sont appréciables immédiatement, susceptibles de modifier tant le regard sur soi et sur sa légitimité en tant que professionnel, que la profession elle-même, tant du point de vue de ses normes d’action que de celui de sa perception publique.

Ces situations sont susceptibles de perturber le rapport au travail, d’engendrer des incertitudes, des frustrations et des crises. Elles ouvrent aussi potentiellement vers de nouveaux protocoles de recherche et une adaptation des pratiques professionnelles ou encore vers des échanges d’expériences. Malgré cela, la place des échecs dans les subjectivités professionnelles reste peu documentée. Les travaux présentés lors de cet atelier contribueront à pallier ce manque.

Session 1 : Crise dans les métiers du soin des corps et des espaces publics

Pauline Launay (CERREV, Université de Caen Normandie / EREN, CHU de Caen) | L’intrusion du funéraire dans des Ehpad au cours de la première vague de Covid-19

Isabelle Gobatto (UMR Passages 5319, Université de Bordeaux) | Expériences de soin

Marie-Pierre Gibert (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | La crise à ras de trottoir. Prendre soin de l’espace public au prisme du travail des cantonniers et cantonnières

Session 2 : La médecine légale dans l’impasse

Fabien Provost (King’s College London) | L’autopsie dans une impasse épistémologique. Motivations et stratégies des médecins légistes face au risque d’échec professionnel

Tania Delabarde (UMR Babel, IML) | Quand les experts médico-légaux n’ont pas de réponse, quelles conséquences pour les familles et la société ?

Dorothée Delacroix (Université Sorbonne Nouvelle / IHEAL – CREDA) | Tant de terre à retourner. Échecs et doutes autour des fosses du franquisme

Session 3 : Le poids des institutions dans les crises de reconnaissance

Mariajosé Recalde (EHESS) | Les échecs d’un programme en faveur de la paix en Colombie. Le cas du remplacement des cultures de coca depuis les accords de paix avec les FARC

Sébastien Plutniak (UMR CITERES / LAT | Le « métier » de savant, contre ou avec l’Académie : usages du référent compagnonnique chez les archéologues pré- et protohistoriens français (années 1970–2010)

Session 4 : Obstacles, crises et conflits sur le terrain et dans les institutions du savoir ethnologique

Anne Monjaret (LAP, EHESS) | Les « gardiens » et l’ethnologue face aux crises traversées par le Palais de la Porte Dorée

Juliette Roguet (IHEAL – CREDA) | Ethnographie du chasseur et épistémologie de la proie. Louvoyer entre les assignations pour enquêter parmi les séducteurs professionnels de touristes au Pérou

Arnaud Kaba (Lincs, Université de Strasbourg) | Peut-on vraiment parler des ratés du terrain quand on cherche un job ?


ATELIER #17 Faut-il “brûler” ou “vider” les musées d’ethnographie ? Représentativités, provenances et circulations des collections muséales

Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | magali.dufau@univ-tlse2.fr

En écho à la suggestion provocatrice de « brûler les musées d’ethnographie » (Jamin 1998), Françoise Vergès propose vingt-cinq ans plus tard de les « vider » (2023). La crise traversée par les institutions conservant des collections dites d’arts et traditions populaires à caractère rural ou extra-européennes, acquises dans les anciennes colonies, continue de générer de profondes remises en question. Aux débats sur la définition et le rôle des musées de société et de civilisation s’ajoute celui de la représentation qui questionne la légitimité du discours sur les identités auxquelles rattacher les collections et appelle à la transparence sur la provenance des objets et les modalités de captation par les musées occidentaux dans la perspective de traiter les demandes de restitutions. Cet atelier propose d’explorer les nouvelles méthodologies et perspectives développées dans ces musées et le rôle que l’anthropologie peut tenir dans ce moment de redéfinition de leur rôle social. Comment mettre fin aux représentations exotiques ou pittoresques qui figent les identités liées aux collections ? D’où provient la légitimité des musées à produire un discours sur ces objets ? Quelles solutions de projets participatifs et inclusifs peuvent être mises en place ? Comment les anthropologues peuvent-ils mettre au défi les pratiques muséales et repenser les manières de coopérer ?

Session 1 – Les musées d’une crise à l’autre : ruptures et transitions à l’aune des études matérielles et décoloniales

Martin Hullebroeck (Université Panthéon-Sorbonne / Université Libre de Bruxelles) | Représentation, relation, musée : les objets et la fabrique matérielle du savoir

Monica Heintz (LESC, Université Paris Nanterre) | Les études décoloniales en anthropologie : crise des consciences ou transition vers une coproduction des savoirs ?

Alexandre Girard-Muscagorry (CRAL, EHESS / Conservateur du patrimoine, Cité de la musique – Philharmonie de Paris) | La crise, enfin : les collections ethnomusicologiques au défi de la réinvention des musées

Session 2 – Représentations et imaginaires autour du patrimoine matériel et immatériel : comment déconstruire les stéréotypes identitaires ?

Justine Bohbote (conservatrice du patrimoine, responsable du pôle Sport et santé) et Enguerrand Lascols (conservateur du patrimoine, responsable du pôle Vie domestique, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille) | La Méditerranée au musée : concevoir un accrochage réflexif des collections du Mucem

Constance Jame (Heidelberg Centre for Transcultural Studies, Ruprecht Karl University of Heidelberg et Ecole du Louvre) | Face aux crises, le musée comme lieu d’accueil en Allemagne

Edith Joseph (Chemins du patrimoine en Finistère) | La question des rituels dans le cadre de l’exposition ou comment rendre visible l’invisible pour les visiteurs ? 

Session 3 – Provenances, circulations et retours des collections muséales 

Marion Bertin (Centre Norbert Elias, Avignon université) | Surmonter la crise : les collections océaniennes au cœur des politiques collaboratives

Anouk Delaître (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | Partager des patrimoines en ligne. Un nouveau casse-tête au Muséum de Toulouse

Marta Caradonna (Istituto per il Lessico Intellettuale Europeo e Storia delle Idee ILIESI, Rome) | Patrimoine colonial italien : musées, archives, édifices, acteurs. Une nouvelle méthodologie d’étude et de narration

Session 4 – Rencontres et (re)connexions autour des biens culturels  

Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | La crise des musées ou l’émergence des possibles : vers des recherches participatives et inclusives sur les biens culturels en provenance du Bénin conservés à Toulouse

Garance Nyssen (Sainsbury Research Unit or the Arts of Africa, Oceania and the Americas, University of East Anglia) | Après deux siècles en Europe et vingt-quatre heures d’avion : comment accueillir le fragment présumé du « maro ’ura de Wallis » à Tahiti ?

Atelier participatif modéré par Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | Comment les anthropologues peuvent-ils mettre au défi les pratiques muséales et repenser les manières de collaborer ?


ATELIER #18 Alimentation et crises

Chantal Crenn (Université Paul Valéry-Montpellier, UMR SENS) | chantal.crenn@univ-montp3.fr

Marie-Pierre Julien (Université de Lorraine-Nancy, 2L2S) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Si au 20e siècle, l’augmentation de la population mondiale a été soutenue par une industrialisation de la production et de la consommation alimentaires, ni l’agriculture à hauts rendements ni la consommation alimentaire de masse n’ont sorti les humains des périodes de famines tout en produisant de nouveaux « problèmes » comme les maladies chroniques, les risques de cancer liés aux usages de pesticides, l’appauvrissement des sols et des variétés de semences, le réchauffement climatique et les exils forcés, etc. Mais ce n’est pas seulement aux niveaux sanitaire ou environnemental que les questions se posent. Du point de vue des droits humains, l’industrialisation de l’agriculture globalisée a également entraîné l’emploi massif de personnes déplacées depuis leur pays d’origine, mal logées, mal nourries et payées à bas coût. Ainsi, l’alimentation humaine est au cœur d’une multitude d’enjeux qui peuvent être source d’incertitudes et parfois de crises aigües situées elles-mêmes au cœur de multiples enjeux politiques, économiques, migratoires, fonciers, climatiques, écologiques ou encore sanitaires lourds. Par « crise », nous entendons ici, à l’instar de Didier Fassin, des « situations critiques » car elles permettent de dépasser l’étonnement face à l’inédit et de saisir l’entremêlement des enjeux : « le moment critique ne préjuge pas de la prééminence d’une crise particulière » (2022 : 18). Observer et analyser de manière ethnographique ces « situations critiques » autorise également à prendre en compte le temps long et de dévoiler les « arts de résister » et de contester qui permettent de s’approprier les changements vécus.

Session 1 – Crise écologique et crise du modèle agro-industriel

Laurence Boutinot (CIRAD) | Quel goût reste-t-il à la viande sauvage dans un contexte d’urgence écologique ?

Titouan Bénégui | Les conséquences de la négligence par les industriels de l’alimentation comme fait social total

Floriane Derbez (INRAE) | Le lapin : analyseur d’une crise de notre rapport à l’alimentation carnée et aux modes de production industriels spécialisés ?

Session 2 – « Situations critiques » alimentaires, politiques et migratoires : des ruses et des tactiques

Emmanuel Cohen (UMR Biodémographie humaine – BioDemo 7206) | Modèles alimentaires pluriels des franciliens et crise de l’industrie agro-alimentaire

Toussé Djou Josiane (Université de Yaoundé II Soa, Cameroun) | Résilience à l’insécurité alimentaire des ménages vulnérables : une analyse empirique à la lumière de la crise dite « anglophone » au Cameroun

Chantal Crenn (UMR SENS, Université Paul Valéry), Sarah Marchiset (UMR SENS, Université Paul Valéry) et Isabelle Techoueyres (Aofood.org) | Ce que la pandémie du Covid 19 nous dit des inégalités sociales et ethno-raciales vécues par les migrant-es : « manger » et « produire » dans Bordeaux et sa campagne viticole environnante

Session 3 – Normes alimentaires en période de crises : pratiques alimentaires et santé au cœurs des questions d’âges, de genre et d’ethnicité ?

Elsie Mégret (LinCS, Université de Strasbourg) | Crises populationnelles et crises corporelles : la production de savoirs scientifiques, médicaux et techniques autour de l’alimentation infantile et enfantine au début du 20e siècle

Julie Mayer (CERTOP) | Crise démographique et crise environnementale : des injonctions contradictoires lors d’ateliers de cuisine visant à « bien manger pour bien vieillir »

Mathilde Lagrola (UMR SENS) | « Interdire » les fromages au lait cru aux jeunes enfants ? Crise sanitaire et remise en cause des risques attachés à la consommation de fromages au lait cru

Gaëlla Loiseau (UMR Innovation 0951) et Yoanna Rubio | Les pratiques alimentaires des Gitans pour dire la crise


ATELIER #19 L’anthropologie en dialogue. Autochtones, nature et droits

Christophe Baticle (UMR LPED 151, IRD / Aix-Marseille Université) | cbaticle@aol.com

Laurence Boutinot (CIRAD) | laurence.boutinot@cirad.fr

Nombre de pays européens, dont la France au premier rang, ont participé à ce que l’on appréhende comme la seconde grande période colonialiste recensée à l’échelle mondiale, à savoir, tout au long du XIXe siècle et pendant les deux tiers du XXe, une hégémonie de quelques puissances à visée impériale sur une majorité des terres émergées de la planète.

L’Afrique n’y a non seulement pas échappé, mais elle fut surtout quasiment assujettie dans son intégralité à seulement sept États d’Europe de l’Ouest (Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Portugal, Italie et Belgique), ne subsistant guère que l’Éthiopie et le Libéria comme entités maintenant une certaine souveraineté. La conférence de Berlin, qui s’est donc déroulée entre novembre 1884 et février 1885, reste probablement le symbole le plus explicite d’un projet de partage du « gâteau » africain. Pour autant, les situations furent contrastées et longtemps beaucoup plus incertaines que ce que les cartes ont figé par des traits affirmés et des couleurs chatoyantes, comme ce rose attribué à l’empire colonial français sur les planisphères des écoles de la Troisième République, et bien après encore.

En particulier, à cette époque berlinoise, le bassin du Congo était considéré comme largement inexploré, alors que le Sahara avait déjà été sillonné de toutes parts. On renvoie parfois cette lacune à la densité de la forêt équatoriale, où les premiers explorateurs furent interpellés par ces peuples rencontrés de chasseurs-cueilleurs, vite caractérisés par leur petite stature. Rebondissait à cette occasion l’attrait pour l’altérité, mais en parallèle aussi la tendance au stigmate ensauvageant. Avec les « Pygmées » de la Sylva profonde, naissait un mythe tenace, sorte de métonymie par laquelle corporéité, environnement forestier et sauvagité se faisaient écho, et parfois continuent à le faire encore aujourd’hui.

Des premiers voyageurs-ethnographes aux anthropologues plus contemporains, en passant par toutes les ethnologies peu ou prou évolutionnistes, nos disciplines ont participé à cette mythification, parfois en leur résistant, mais (à de rares exceptions près) sans jamais réussir vraiment à s’extirper de cette gangue qui colle à la peau desdits « Pygmées » : de petits humains serrés dans leurs huttes rondes et redoutables chasseurs. Au Panthéon de l’étrangeté, ces populations occupent une place elle-même étrange, comme archétypes d’un physique produit par l’environnement forestier, bien qu’ils soient loin d’être atypiques quant à ce milieu de vie.

Dans cet atelier, nous reviendrons sur ce qui est aussi une mystification très éloignée de la réalité contemporaine, et ce afin d’aborder quelques-uns des aspects de la globalisation telle qu’elle s’impose aux peuples Ba’Aka du bassin congolais. En particulier, nous nous demanderons ce que le retournement actuel en « bon sauvage éco-friendly » doit à des représentations, certes historiquement inversées, mais au final toujours imposées de l’extérieur pour cet éternel « Pygmée » qui peuple nos imaginaires occidentaux.

Session 1 – Dialogues à propos du mythe des « Pygmées » dans le bassin congolais

Philippe Karpe (CIRAD, Montpellier) | La relation anthropologue-juriste devant les questions des droits de l’Homme et des droits des peuples autochtones en Afrique : une crise ontologique ?

Guy Patrice Dkamela (Centre des humanités environnementales, Université de Cape Town) | Jalons de l’intégration d’une communauté autochtone au sein de l’Etat-Nation : généalogie des formes d’organisation des « Pygmées » Baka de l’Est-Cameroun

Christophe Baticle (UMR LPED 151, IRD / Aix-Marseille Université) et Laurence Boutinot (UR 105, CIRAD) | La veuve, l’orphelin et le « Pygmée ». L’éthos de l’anthropologue, entre engagement et distanciation

Session 2 – Dialogues, ambiguïtés et tensions autour des représentations naturalisantes de l’autochtonie

Marine Bobin (Labex SMS / Laboratoire Lisst-CAS – Université Toulouse 2 Jean Jaurès) | Autochtoniser la protection de la nature : le cas de Chaco Canyon (Etats-Unis)

Fabien Le Bonniec (Centre de promotion et d’étude des Droits Humains, Universidad de la Frontera, Temuco) | Les droits des peuples autochtones sont-ils solubles dans l’écologie ? Une réflexion à partir d’expertises anthropologiques produites dans le contexte Mapuche au Sud du Chili

Romain Duda (Musée National d’Histoire Naturelle) et Alice Vittoria (UCL, Londres) | Harmonie avec la nature et musique primordiale. Les « Pygmées » et leur image


ATELIER #20 Imaginaires temporels et pratiques ordinaires de la finance

Gustav Kalm (Columbia University / Harvard Law School) | gustav.kalm@columbia.edu

James Christopher Mizes (Université Paris-Dauphine / Università di Bologna) | james-christopher.mizes@dauphine.psl.eu

Les communications dans cet atelier étudient les manières dont le fonctionnement ordinaire des procédures financières et l’accumulation financière recalibrent des relations sociales et économiques tout en examinant comment la catégorie de crise se trouve mobilisée dans ces articulations ordinaires de la finance. Sous-jacent à la qualification de crise est l’idée de l’écoulement d’un temps linéaire perforé de moments exceptionnels de destruction et perte. Pourtant, la finance est généralement composée de techniques de tissage de relations intertemporelles. Les crédits rendent possible un placement présent au prix de la modération future ; la spéculation accorde une valeur monétaire à l’incertitude de l’avenir ; l’assurance offre une certitude future au prix de paiements présents, etc. Les communications de cet atelier illuminent ces relations intertemporelles tissées aussi bien dans la finance publique et privée, que personnelle et institutionnelle, en Afrique, Asie, Amériques et Europe.

Session 1

Boris Samuel (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Prévenir et gérer les crises sociales par les prix en Afrique de l’Ouest et du Nord

Nicolas Lainez (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Vivre au jour le jour : le présent frénétique et le futur spéculatif de la prostitution au Viet Nam

Martine Drozdz (Laboratoire techniques territoires sociétés, CNRS / Écoles des ponts ParisTech) et James Christopher Mizes (IRISSO, Université Paris-Dauphine / Scala Lab, Università di Bologna) | La titrisation, une solution aux crises ?

Timothée Narring (EHESS) | Les temporalités du « gouvernement par la dette » : une ethnographie des milieux populaires brésiliens

Session 2

Isabelle Guérin (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Jongler avec la dette, le temps et les relations sociales

Anna-Riikka Kauppinen (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève) | Les temporalités populaires de la crise bancaire au Ghana

Gustav Kalm (Columbia University / Harvard Law School) | Comment profiter dans le présent d’une mine future prospective ? Les relations hôte-étranger et investisseur-état comme techniques intertemporelles de rentabilisation en Simandou en Guinée

Chelsie Yount-André (Universiteit Leiden) | Les éthiques d’urgence : temporalités de crise face à la financiarisation des efforts de secours à Dakar


ATELIER #21 Les mots du travail dans le long sillage des crises

Arnaud Kaba (Université de Strasbourg) | arnaud.kaba@gmail.com

Jacob Nerenberg (Leibniz-Zentrum Moderner Orient) | jacob.nerenberg@zmo.de

Cet atelier propose de renouveler une anthropologie du présent autour d’une étude des catégories du travail mise en regard avec l’histoire des crises qui ont modifié structurellement le capitalisme contemporain vers la fin du 20e siècle. Au cours des années 1990, une série d’événements identifiés comme « crises monétaires » ou « financières » ont eu lieu dans plusieurs pays, consistant largement, en pratique, en des perturbations des marchés de l’emploi. Nous notons certaines tendances généralisées : licenciements massifs, gonflant les « armées de réserve » et les rangs du « secteur informel », et implantation de nouvelles tendances d’investissements des capitaux et de migration humaine. Les discours locaux et nationaux qui identifient ce qui « compte » (ou non) comme « travail » portent l’héritage de ces changements structurels des modes de subsistance, de leurs dimensions genrées, ethniques et racisées, de leurs spatialités et de leur gouvernance. En quoi ces transformations (quoique souvent contradictoires) se traduisent-elles (ou non) dans l’usage de codes de classification qui distinguent différentes activités de reproduction sociale ? Quelles relations de dépendance ou d’exploitation, quelles tendances de déplacement ou d’intégration sont nommées – ou, au contraire, se dissimulent – dans ces discours ? Quelles contestations au niveau des régimes de valeur ou des relations de classe se révèlent dans les discours qui reconnaissent une transformation comme « crise », ou une activité comme « travail », et quels liens peut-on interroger entre ces deux types d’appareils discursifs ?

Session 1 – Productions

Adolphe Badiel (Université de Strasbourg) | Repenser le travail au prisme du risque : les leçons de Rood-Woko (grand marché de Ouagadougou)

Alina-Sandra Cucu (Institute for Cultural Inquiry, Berlin) | Le « non-travail » et la crise roumaine des années 1990

Kassia Aleksic (CESSMA, Université Paris Cité) | L’organisation du travail en Indonésie, un « système semi colonial semi féodal » ?

Session 2 – Citoyennetés

Jacob Nerenberg (ZMO, Berlin) | Des bénéficiaires paresseux ? Non-reconnaissance du travail et du déplacement en Papouasie occidentale

Gaytri Rathore (Prodig, Campus Condorcet) | Travail d’assainissement, précarité et caste dans la corporation municipale de Jaipur

Benjamin Dubertrand (CRESEM, UPVD) | Prendre sa retraite à 40 ans : réflexion sur le rapport contemporain au travail aux États-Unis à partir du mouvement FIRE


ATELIER #22 L’enseignement de l’anthropologie urbaine en France au tournant des années 1990 : quel héritage et quelles influences ?

Sylvaine Conord (Université Paris Nanterre) | sylvaine.conord@parisnanterre.fr

Agnès Jeanjean (Université Cote d’Azur) | agnes.jeanjean@unice.fr

Noël Jouenne (ENSA de Toulouse) | noel.jouenne@toulouse.archi.fr

Le LAU fut une « jeune équipe » labellisée par le CNRS au début des années 1980. À sa tête, deux ethnologues de l’urbain, Colette Pétonnet (1929-2012) et Jacques Gutwirth (1926-2012), rassemblent autour d’eux une équipe de chercheur·e·s et d’enseignant·e·s-chercheur·e·s qui fondèrent le Laboratoire d’Anthropologie Urbaine d’Ivry-sur-Seine. Aux côtés des pionnier·e·s et des chercheur·e·s confirmé·e·s, vint s’ajouter une poignée d’étudiant·e·s inscrit·e·s en maîtrise, DEA ou doctorat qui seront plus tard membres de plein droit, et de chercheur·e·s venu·e·s s’associer à cette aventure, parfois pour un temps seulement. Dix ans après la disparition des fondateur·rice·s, cet atelier permettra aux anciens « jeunes membres » du LAU de se réunir pour dresser le bilan de cette aventure, dans la perspective des influences qu’ils et elles ont perçues et de l’héritage qu’a constitué le LAU dans leur démarche professionnelle, de chercheuse et chercheur, d’enseignante et d’enseignant ou dans leur trajectoire professionnelle plus globale. Il s’agira aussi de s’interroger sur les relations et les distinctions (de rapports à l’ethnographie, de terrains, d’approches théoriques, etc.) avec d’autres écoles d’anthropologie urbaine nées à la même époque à l’EHESS et à l’université de Lyon, par exemple. Cet atelier permettra d’échanger des points de vue et des perspectives sur ce que fut le LAU sur au moins trois plans : quelle place dans une histoire de l’anthropologie urbaine « à la française » ; quels effets sur nos constructions d’anthropologues ; qu’est-ce que cela nous dit de l’histoire des sciences sociales au tournant du siècle qui a débouché sur une restructuration de la recherche publique.

Session 1 – Questionner l’histoire de l’héritage

Noël Jouenne (ENSA Toulouse) | L’histoire du LAU et ses ramifications

Agnès Jeanjean (Université Côte d’Azur) | Ce qu’il en reste…

Sylvaine Conord (Université Paris Nanterre) | La photographie en anthropologie

Session 2 – Une autre vision de l’anthropologie urbaine

Catherine Deschamps (ENSA Nancy / LHAC) | Le linge, le livre et la covid

Laurence Espinosa (Université de Pau et des Pays de l’Adour) | Depuis mon balcon

Yves Lacascade (Université Paris Nanterre) | Le savoir des travailleurs sociaux : l’une des sources (négligées) de l’anthropologie urbaine ?

Session 3 – Table ronde : Quelles perspectives pour l’anthropologie urbaine ?

Cette session sera l’occasion de faire une synthèse des deux ateliers précédents et d’ouvrir sur un débat grâce à l’intervention d’enseignant·e·s-chercheur·e·s. Il s’agira d’un moment « expérimental » où la parole ne sera ni dominée ni contrôlée, peut-être à la recherche de ce que Tim Ingold appelle, après Harney et Moten, des undercommons, des sous-communs qui seraient propres à l’anthropologie urbaine « à la française » et communs tant aux pratiques anthropologiques, ou aux méthodes, qu’aux chercheur·e·s de la discipline. Et certainement dans cette revendication du terme d’anthropologie urbaine se cachent des méthodes, des pratiques et une conception issues d’un héritage à plus ou moins longue distance avec nos pairs et nos proches.


ATELIER #23 Les « anthropologies d’ailleurs », pour aider à penser les crises de l’anthropologie occidentale

Jean-Michel Butel (INALCO – IFRAE) | jmbutel@inalco.fr

Catherine Capdeville (INALCO – IFRAE) | catherine.capdeville@inalco.fr

Stéphanie Homola (CNRS – IFRAE) | stephanie.homola@gmail.com

L’anthropologie est née et s’est développée en Occident, de l’étonnement que suscitait la découverte de cultures autres. Si elle s’est nourrie de documents divers (relations de voyages, écrits missionnaires, rapports administratifs, puis enquêtes de terrain), ceux-ci ont été quasi-exclusivement rédigés par des spécialistes occidentaux. Pourtant les aires non-occidentales ont produit un savoir sur elles-mêmes, bien avant l’arrivée des anthropologues. Elles ont également développé par la suite une anthropologie singulière, hybridant les théories et travaux occidentaux avec leurs propres traditions savantes. Or ces « anthropologies d’ailleurs » sont quasiment inconnues des chercheurs occidentaux : l’anthropologie reste, de fait, un savoir occidentalo-centré qui s’écrit dans trois ou quatre langues – et avant tout en anglais. À usage interne, rarement sinon jamais traduites, ces « anthropologies d’ailleurs » sont pour l’essentiel terres inconnues. Elles ont pourtant mené, parfois très tôt dans leur propre histoire, une réflexion sur l’anthropologie et sur ses limites quand elle était appliquée à leur propre terrain. 

En proposant de présenter trois anthropologues contemporains formés à la fois à l’anthropologie et à une réflexion propre à leur tradition culturelle, cet atelier aimerait participer à ce mouvement qui paraît évident d’un point de vue éthique, mais qui n’est pas si souvent facile à mener d’un point de vue pratique, qui consiste à ne plus considérer l’indigène comme un locuteur et un informateur, mais comme un pair dans la construction de son savoir. Ces chercheurs sont en effet de remarquables pionniers dans la conscience d’une crise de l’anthropologie contemporaine et dans la recherche de solutions, pensées certes pour des terrains particuliers, mais fertiles pour une réflexion plus générale que nous souhaiterions initier à l’occasion de ce congrès.

Catherine Capdeville (IFRAE, INALCO) | Pour une anthropologie de la globalité : repenser cosmos et politique avec WANG Mingming

Stéphanie Homola (IFRAE, CNRS) | Le soi comme méthode : le message de l’anthropologue Xiang Biao à une jeunesse chinoise en crise

Jean-Michel Butel (IFRAE, INALCO) | « Non, ce n’est plus de l’ethnologie » – Les limites de l’anthropologie en terrain japonais, selon KOMATSU Kazuhiko


ATELIER #24 Implications anthropologiques dans la préservation dynamique du patrimoine vivant

Thomas Mouzard (Ministère de la Culture) | thomas.mouzard@culture.gouv.fr

La Convention Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est adoptée, en 2003, comme instrument de la Déclaration universelle sur la diversité culturelle (2001) proclamée en réaction aux attentats du 11 septembre. Créée tambour battant par une équipe largement composée d’anthropologues, ratifiée depuis par 180 Etats, la Convention Unesco de 2003 vise à rééquilibrer le dispositif de la Convention de 1972 sur le patrimoine mondial dont l’européocentrisme a été pointé par des Etats du Sud global depuis les années 1970. Opposé à la muséification et aux partitions propre aux modernes (nature vs culture, matériel vs immatériel, moderne vs traditionnel, etc.), la catégorie de la pratique « patrimoine culturel immatériel » ou plutôt « patrimoine vivant » se fonde sur l’implication des acteurs dans la « sauvegarde », autrement dit la mobilisation collective dans le cadre de l’action publique pour la préservation adaptative des pratiques dont nous héritons en commun. La réception de prime abord mitigée de ce dispositif par certains anthropologues semble exprimer une crise de la discipline confrontée à la redéfinition de ses objets, de ses catégories réflexives, et de ses postures au sein de la société civile globalisée. Cet atelier vise au contraire à explorer et mettre sur la table les possibilités actives et réflexives offertes par l’engouement patrimonial s’agissant de pratiques activant des réseaux de relations dans la longue durée. L’atelier propose d’explorer la manière dont les acteurs concernés font face à des situations de crise en initiant des dynamiques et des stratégies, parfois en collaboration avec des chercheurs ou des experts, pour sauvegarder, valoriser et transmettre le patrimoine vivant auxquels ils sont attachés. 

Session 1 

Alice Fromonteil (Centre français du patrimoine culturel immatériel) | Enjeux et dynamiques autour du patrimoine vivant à Wallis-et-Futuna : le cas des arts de la parole

Julie Leonard (Association Bretagne Culture Diversité) | Le fest-noz au risque de la covid-19 : entre adaptation et résistance

Julie Oleksiak (CMTRA) | Le Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) : regards croisés sur la fabrique de patrimoines musicaux entre anthropologie de la musique, acteurs de médiation et expériences habitants

Marjorie Ruggieri (Centre Norbert Elias / Office pour le Patrimoine Culturel Immatériel OPCI) |L’inventaire croisé comme méthode d’implication et de coopération de la recherche, anthropologique et architecturale dans la dynamique de préservation du patrimoine vivant : l’exemple de St-Calais

Session 2

Anatole Danto (IRN ApoliMer, UBO / UMR LIENSs 7266, La Rochelle université) | Changement global, biodiversité et patrimoine vivant : alliance de nature ou perpétuation d’une opposition Nature/Culture ?

Elise Demeulenaere (Centre Alexandre Koyré, CNRS) et Mathilde Lagrola (UMR SENS, Université Paul Valéry Montpellier) | Vers de nouveaux cadrages pour les fromages au lait cru : implications anthropologiques pour un déplacement, du sanitaire vers le patrimoine vivant

Thomas Mouzard (Ministère de la Culture) | Recherche anthropologique et patrimonialisation : le patrimoine culturel immatériel comme matrice d’intersubjectivité


ATELIER #25 Regards anthropologiques sur une notion politicoéconomique de crise : le  “pouvoir d’achat”

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) | sophie.chevalier7@icloud.com

Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE 7218, Université de Paris 8) | emmanuelle.lallement@univ-paris8.fr

Dans cet atelier, nous nous interrogerons sur une notion qui, si elle n’est pas familière de la discipline anthropologique, fonctionne pourtant comme un allant de soi tant elle est systématiquement invoquée par les économistes, les pouvoirs politiques, les médias et les citoyens consommateurs, que ce soit dans les pays du nord comme dans les pays des suds : le « pouvoir d’achat ». Cette notion tend à devenir dans certains discours un gage de bonne gestion économique, surtout en périodes de crises, où toutes les institutions étatiques et sociales scrutent la moindre hausse ou la baisse de ce pouvoir d’achat, dans un monde où les revenus du capital et du patrimoine dépassent largement ceux du travail et où les inégalités s’accroissent. Cette notion, bien que plus ancienne à la crise que le monde traverse dans ces années 2020, est introduite dans le discours public dans l’après-guerre en Europe ; mais, au milieu des années 1970, le contrat qu’il implique entre gouvernements sociaux-démocrates et la société est remis en cause, avec l’incapacité de ceux-ci de le maintenir par une redistribution équitable. Plus précisément, le « pouvoir d’achat » correspond à la quantité de biens et services que le revenu d’un ménage permet d’acquérir. Il constitue une promesse d’accès à un certain nombre de biens de consommation, et à des structures marchandes qui permettent de consommer. Et, par ce biais, à un statut et à une position sociale. Cette promesse prend d’autant plus d’importance qu’elle ne saurait se réaliser pleinement pour toutes les classes sociales. La crise actuelle, et sa narration, le transforme en une véritable incantation performative qui garantirait non seulement la paix mais aussi l’ordre social lui-même et la place de chacun·e dans une « société de consommation ».

Or, que peut signifier pour l’anthropologie le « pouvoir d’achat » ? Comment saisir une notion qui, loin d’être universelle, colonise une grande part des discours sur la situation contemporaine mondiale. Que signifie la catégorie de « pouvoir » dans l’activité sociale et économique de l’achat ? Comment les individus en font-ils l’expérience en période de crises inflationnistes ? À quel modèle de consommation, voire d’organisation sociale et politique, fait-il référence et est-ce que toutes les sociétés y font référence selon les mêmes modalités ? Enfin, comment le pouvoir d’achat peut-il, dans le même temps, s’articuler avec les expériences de la crise climatique et la raréfaction des ressources naturelles et constituer une remise en cause du modèle de société auquel ce « pouvoir d’achat » se rattache ?

Session 1 – Pouvoir d’achat et consommation

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) et Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE 7218, Université de Paris 8) | Le pouvoir d’achat, une question anthropologique ?

Anaïs Albert (ICT Identités, Cultures, Territoires, Université Paris Diderot / UR Les Europes dans le Monde 337) | Du « salaire pour vivre » au « pouvoir d’achat » : la prise en compte de la consommation par le mouvement ouvrier dans l’entre-deux-guerres

Florence Weber (Centre Maurice Halbwachs / ENS) et Agnès Gramain (Université de Lorraine, CESAER / INRAE / Institut Agro Dijon) | Peut-on calculer un pouvoir d’achat localisé et à quelles conditions ? Une ethnographie transfrontalière armée par la science économique

Session 2 – Pouvoir d’achat et politiques de la consommation

Marc Abélès (EHESS) | Consommation du luxe et pouvoir d’achat des élites en temps de crise

Pierre Blavier (UMR CLERSE 8019, Université de Lille) | Point de vue de gilets jaunes sur le pouvoir d’achat

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) | Afrique du Sud : la promesse d’un pouvoir d’achat impossible

Session 3 – Ethnographies des pouvoirs d’achat en situation de crise

Vincent Bonnecase (Institut des Mondes Africains / CNRS) | Derrière le pouvoir d’achat, quelle résonance respective des revenus et des prix dans les sentiments d’injustice ? La perspective d’une cour burkinabè

Aliki Angelidou (Université Panteion des Sciences sociales et politiques, Athènes) | Économies du compromis : pouvoir d’achat et déclassement dans une province grecque à l’ère des « crises permanentes »

Axel Wilmort (Université Paris 8) | Le pouvoir des acheteurs dans un système de revente : des marchés de biffe aux antiquaires


ATELIER #26 Crises et militantismes

Gabriel Stoiciu (Institut d’Anthropologie Francisc Rainer) | gabriel.stoiciu@gmail.com

Les mouvements sociaux, qu’ils soient spontanés ou inscrits dans le programme d’un groupe d’action, constituent un thème majeur pour l’anthropologie et l’ethnologie. Les communautés de protestation ont été observées depuis les grands mouvements de décolonisation d’après la Deuxième Guerre mondiale jusqu’aux récentes manifestations du Printemps arabe et des Gilets Jaunes. Les motivations, les ressources et les formes d’expression propres à chaque groupe engagé dans l’action offrent aux ethnographes des informations essentielles pour la construction d’un modèle explicatif de l’impact de ces mouvements sur la société dans son ensemble.

Cet atelier s’adresse aux chercheurs qui se sont investis dans l’étude des constructions idéologiques et praxéologiques en contexte de crises, qui animent les communautés impliquées dans des actions de protestation ou de résistance envers différentes formes d’autorité institutionnelle perçues comme abusives ou illégitimes. Les propositions pour cet atelier peuvent concerner une grande variété de communautés, sans restriction typologique ou géographique.

Sébastien Baud (Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel / Institut français d’études andines, Lima) | Dire son mal-être dans la société awajun

Madeleine Sallustio (CSO, SciencesPo – CNRS), Céline Eschenbrenner (Tulane University) | Les milieux anarchistes face aux « crises » environnementale et migratoire en France

Gabriel Stoiciu (Institut d’Anthropologie Francisc Rainer) | Cyber-solidarités spontanées et éveil civique des trois générations en Roumanie. Compte rendu sur le mouvement « #REZIST »


ATELIER #27 Méthodologie et éthique

Sepideh Parsapajouh (CéSor, EHESS / CNRS) | sepideh.parsapajouh@gmail.com

Comment peut-on poursuivre la pratique anthropologique dans des circonstances où l’accès au terrain devient difficile, voire impossible ? Que reste-t-il de cette pratique lorsque ses méthodes intrinsèques, notamment l’observation et l’entretien in situ, qui ont grandement inspiré d’autres domaines de recherche, ne peuvent plus être appliquées ou rendues possibles en raison de l’inaccessibilité du terrain ?

Diverses situations politiques, environnementales, économiques, ainsi que la pandémie de la COVID-19, ont entraîné la suspension de nombreuses activités, voire leur transformation au sein de diverses sociétés, créant ainsi une double crise d’inaccessibilité au terrain. Ces circonstances, ainsi que le développement et la généralisation mondiale des outils de communication en ligne, ont poussé de nombreux anthropologues à repenser leur approche méthodologique et à se tourner vers la collecte de données numériques, notamment en utilisant les médias sociaux et les technologies de communication en ligne pour maintenir le contact avec les membres de la communauté qu’ils étudient. Cependant, cette approche soulève diverses questions méthodologiques et éthiques telles que la confiance, la confidentialité, la fiabilité ou la protection des données, ainsi que l’adaptation de l’anthropologue et de ses interlocuteurs aux nouveaux outils.

Certaines situations de crise ont également posé d’autres problèmes méthodologiques et éthiques, notamment le problème crucial de la temporalité : comment compter le temps dans une crise, faire la part entre « le présent » et « le passé » ; entre le réel, l’histoire et la mémoire ? Puis vient celui de la position du chercheur lorsqu’il est embarqué moralement dans la crise : comment penser la question de la distance méthodologique et de la « neutralité axiomatique » ?

Ces nouvelles contraintes méthodologiques, qui affectent aussi bien les chercheuses et chercheurs que leurs interlocutrices et interlocuteurs, soulèvent également des questions épistémologiques importantes concernant l’interprétation et la restitution des données, mais aussi l’écriture des résultats. L’utilisation de différentes formes d’écriture alternative (l’adoption d’un langage littéraire, musical, ou séno-cinématographique ; l’utilisation de langages locaux ; la production de récits collaboratifs) fait partie des initiatives apparues à travers ce défi éthique et méthodologique, qui permettent de remettre en question et de déconstruire les discours dominants en anthropologie et de reconstruire de nouvelles approches.

Cet atelier rassemble plus d’une quinzaine de chercheuses et chercheurs travaillant sur diverses thématiques et terrains, toutes et tous confronté·e·s à ces questions méthodologiques et éthiques liées aux « temps de crise ».

Session 1 – Web-ethnologie : l’espace, le temps et le réel 

Diouldé Chartier (DCAP Research), Ben Chartier (DCAP Research) | La web-ethnographie, outil prospectif pour les temps de crise ?

Aurore Dumont (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités) | Enquêter en contexte autoritaire : évolution des pratiques ethnographiques depuis la fermeture des frontières chinoises

Marion Brachet (CESR, Université de Tours), Baptiste Pilo (CESR, CNRS), Cécile Prévost-Thomas (CERLIS, Université Sorbonne-Nouvelle), Manuel Roux (THALIM, CNRS), Luc Robène (THALIM, Université de Bordeaux), Solveig Serre (CESR, CNRS), Frédéric Trottier-Pistien (Cerlis, CNRS) | Terrains de crise : saisir la mémoire et les traces de la pandémie dans les milieux musicaux

Session 2 – Pluralités de points de vue et co-création 

Laure Manicom (EHESS) | Un cas de crise-fait divers traitée par l’anthropologue

Florence Ménez (AMURE, UBO / IUEM) | Des traces qui font récits : raconter la crise des sargasses sur le littoral caribéen

Session 2 (suite) – Réflexivités et fragilités épistémologiques 1 

Gaëlle Hemeury (CITERES, Université de Tours) | Faire de la recherche en contexte pandémique et contraint ou l’éloge de l’adaptation encore et toujours

Florian Lebreton (TVES, Université du Littoral Côte d’Opale), Eric Boutroy (L-ViS, Université Claude Bernard Lyon 1) | Enquêter en urgence pendant le Covid-19. Quelques leçons méthodologiques d’un suivi d’innovation en temps de crise

Session 4 – Réflexivités et fragilités épistémologiques 2

Amalia Dragani (LAP / Marie Curie Fellowship) | Visions touarègues de Jésus. Biographies des convertis au Christianisme depuis l’Islam au Niger et au Mali

Luisa Salieri (LaSA, Université de Franche-Comté) | La recherche empêtrée dans des situations « troubles » : les apports du travail d’enquête dans des situations de crise

Sepideh Parsapajouh (CéSor, EHESS / CNRS) | Où placer le regard dans le tourbillon de la crise ?


ATELIER #28 Educations

Silvia Lopes da Silva Macedo (CIRCEFT-ESCOL, UPEC) | silvia.lopes-da-silva-macedo@u-pec.fr

Marie Ducellier (Laboratoire d’anthropologie du contemporain) | mary.ducellier@gmail.com

Thomas Vaisse ( EHESS / CNE) | thomas.vaisse@ehess.fr

Laurence Bertea-Granet (Eutopique) | laurencebertea@hotmail.com

La crise serait-elle un élément constitutif de l’éducation ? L’éducation serait-elle la source ou la solution des crises ? Les institutions qui en ont la charge sont-elles des lieux propices à la configuration de crises et à leur observation ? L’éducation peut être mobilisée pour répondre aux crises ou favoriser leur visibilité et dénouement. Dans cet atelier, nous proposons de questionner cette relation entre éducation et crise à partir d’une diversité de regards, d’expériences et d’analyses anthropologiques.  L’atelier « Éducations » propose ainsi un double questionnement : à la fois l’étude contemporaine des « crises éducatives » (Quelles « nouvelles » crises ou « sorties » de crise ? Quelles « crises permanentes » ?) et la manière dont l’anthropologie (ses méthodes, ses postures) peut renouveler ses objets, contribuer à s’adapter aux crises voire, à les anticiper.

Session 1 

Marie Ducellier (Laboratoire d’anthropologie du politique) | « Crise » de l’éducation à l’image

Laurence Bertea-Granet (Eutopique) | L’anthropologie comme apprentissage des crises du 21e siècle : rendre les enfants pleinement acteurs de leur futur et des Objectifs de Développement Durable de l’ONU »

Audrey Dessertine (Association ethnoArt ) | La crise, un objet pour l’anthropologie ?

Session 2 

Silvia Lopes da Silva Macedo (INSPE, UPEC / CIRCEFT-ESCOl) | L’éducation scolaire chez les populations amérindiennes amazoniennes serait-elle l’exemple d’une crise continue ?

Thomas Vaïsse (EHESS / CNE) | Écoles au bord de la crise de nerf

Nancy Ndour (Éducation Inclusive) | L’inclusion scolaire des enfants déficients visuels du Sénégal : Une aubaine de sortie de crise pour construire une communauté éducative inclusive


ATELIER #29 Ethnographier la fabrique des “crises”

Laëtitia Atlani-Duault (UMR CEPED, Université Paris V / IRD / INSERM / LESC) | laetitia.atlani-duault@u-paris.fr

Qu’est-ce qu’une « crise » ? Pourquoi ce terme est-il devenu un nouveau mot-valise ? En quoi vient-il prendre place dans l’histoire longue de l’anthropologie politique et pourquoi semble-t-il avoir supplanté, pour un temps, d’autres outils conceptuels de l’anthropologie politique relégués aux oubliettes ? Comment ethnographier la fabrique des crises, dans des contextes et face à des enjeux forcément hétérogènes ? Cet atelier tentera de répondre à ces questions, et à d’autres encore.

Session 1 

Leonor Gonzalez (CMH, EHESS / ENS / CNRS), Emmanuelle Ricaud-Oneto (Institut Agro-Dijon, EHESS), Marie Aureille (LAP, EHESS), Martin Roy (LAP, EHESS), Olivier Coulaux (LAP, EHESS) | Crises, alternatives et fabrique de l’anthropologie (politique)

Francesco Pompeo (Università Roma 3) | Crise de la gouvernance ou gouvernance de la crise dans une périphérie romaine

Laurent Vidal ( UMR SESSTIM, Université Aix Marseille / INSERM / IRD) | La « crise » comme abus de langage

Équipe de direction du LAP (UMR 8177, EHESS : R. Ciavolella, C. Lecadet, C. Neveu, G. Rebucini) | Mondes en crise/Sujets émergents

Session 2

Maroussia Ferry (ERC Gangs, gansters, ganglands: Towards a Global Comparative Ethnography, IHEID-CCDP, Genève) | La perte comme lien en Géorgie postsoviétique. Ethnographier les dissonances intimes de la crise

Claire Lefort-Rieu (CEPED, Université Paris Cité / IRD / INSERM) | Ethnographier la fabrique des « crises » en contexte camerounais

Stéphen Huard (UMR 8170, EHESS / INALCO) | Coups d’État, violences politiques et situations critiques : réflexions sur la temporalité de la crise en Birmanie

Session 3

Fernando Garlin Politis (CEPED, Université Paris Cité / IRD / INSERM) | « Appelle-moi par ton nom » – Ethnographie des crises et pouvoirs humanitaires à la frontière colombo-vénézuélienne

Julie Dulat (Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR SENS) | L’ostréiculture, une filière en crise ?

Léo Marty (MNHN ED 227, UMR 7206) | Qu’est-ce que la crise dans un socio-écosystème oasien ? Observer et mobiliser la notion de crise sur un terrain ethnographique en développement

Tessa Bonincontro (Laboratoire des Sciences des Risques, PEnSTer : Pollutions Environnement Santé Territoire – HSM Hydrosciences Montpellier – IMT Mines Alès)  | Qualifier les territoires post-miniers en Cévennes : peut-on parler de crise ?


ATELIER #30 Crise, épidémies & santé

Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF, EHESS / Présidente de l’AMADES) | burguet.delphine@gmail.com

Idrissa Mané (UMR TREE 6031, Université de Pau et des Pays de l’Adour) | idrissa_mane@yahoo.fr

Si les précurseurs se sont plutôt inscrits dans une perspective de recherche fondamentale, plus récemment, les anthropologues ont intégré la dimension opérationnelle de la recherche dans le secteur médical ou hospitalier, par exemple, pour analyser la conception et le déploiement de protocoles sanitaires, les politiques de santé publique, les pratiques de soins et les prises en charge des malades, notamment en s’appuyant sur les enjeux sociaux et culturels qui s’y jouent. L’affirmation de l’anthropologie médicale et de la santé, en tant que sous-champ disciplinaire qui se veut « autonome », est liée aux contextes de crises épidémiques majeures.

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’histoire de l’Association d’Anthropologie Médicale et de la Santé (AMADES) créée en 1982. La pandémie de Covid-19 a confirmé et prolongé cette tradition d’intervention ou d’opérationnalité (Y. Jaffré) anthropologique en période de crise épidémique. Le colloque AMADES « Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes en temps de pandémie » (2022) a notamment permis de rendre visible le volume très important des travaux sur le sujet de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans des espaces principalement francophones, et questionnés en confrontation avec les recherches sur d’autres épidémies (ré)émergentes.

A l’occasion du congrès 2023 de l’AFEA, portant sur la notion de « crise », nous invitons les chercheur.e.s à discuter des pratiques d’anthropologie de la santé en temps de crise épidémique / sanitaire. Il s’agit d’évoquer la place et le rôle des anthropologues dans un temps de recherche en période de crise épidémique (ré)émergente.

Session 1

Discutant : Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme)

Carine Baxerres (IRD, LPED / Aix-Marseille Université) | Vivre les « crises » en anthropologue de la santé : retour subjectif sur des questions théoriques, méthodologiques et d’édition scientifique

Fleur Beauvieux (ArchOMEP-Archives orales, Mémoires et Expériences en temps de Pandémie, Institut Pasteur / CeRIS), Clément Tarantini (ArchOMEP, Institut Pasteur / CeRIS) | Récits d’une pandémie depuis l’Institut Pasteur : figures, enjeux et effets de la catégorie de “crise” chez des Pasteurien·nes de première ligne

Anne Dusart (CREAI, Université  Bourgogne – Franche-Comté), Lucile Agénor (CREAI, LaSA, Université  Bourgogne – Franche-Comté) | Pour une ethnographie interventionnelle par gros temps : réflexion à partir d’une « observation accompagnante » d’une structure pour personnes vulnérables durant la crise sanitaire

Session 2

Discutant : Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme)

Chloé Tisserand (CeRIES, Institut convergences migrations ICM) | Le carnet de bord en ligne : une approche méthodologique rétroactive pour documenter la période Covid/exil

Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF / EHESS), Pierrine Didier (UMR EPIA INRAE / VetAgro Sup / CEPED) | Mener une recherche anthropologique sur l’expérience d’un confinement sanitaire en France. Perspectives, faisabilités et découvertes méthodologiques

Lucia Candelise, Delphine Burguet, Koukiyoani Koutiangba, Laurent Gontier, Véronique Duchesne | Enquêter en temps de pandémie en Guinée et au Cameroun : conception et mise en œuvre d’une application web mobile

Session 3 

Discutante : Nicole Vernazza (UMR 7300, CNRS, Membre du Haut Conseil de la Santé Publique – Commission maladies infectieuses et maladies émergentes)

Martin Julier-Costes (UMR 5194, Université Grenoble Alpes) | Approche socio-anthropologique des rites funéraires et du deuil en temps de crise épidémique du COVID-19

Maria Teixeira (ECEVE, Paris) | Anthropologie du grand confinement : retour d’expérience et approche méthodologique

Session 4

Discutants : Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF, EHESS / Présidente de l’AMADES) et Idrissa Mané (TREE-CNRS 6031, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Rubis Le Coq (IRISSO, Université Paris Dauphine / INRAE) | Éloge de la lenteur : l’anthropologie face aux crises postcoloniales. Regard croisé sur deux scandales sanitaires

Charlotte Floersheim (IDEMEC / Sesstim), Léo Manac’h (CEPED, Université de Paris) | D’une épidémie à l’autre : l’inaudibilité des acquis de la lutte contre le sida en temps de covid

Rose-Anna Foley (Unisanté, Centre universitaire de Médecine Générale et Santé Publique, Département Epidémiologie et Systèmes de santé DESS, Lausanne) | Réflexions sur la recherche « après-crise » : récits méthodologiques d’une posture impliquée

Session 5

Discutante : Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Fanny Attas (ENS, Lyon) | Entre Covid-19 et Ebola : la crise comme nouveau mode de gouvernance en Guinée

Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme) | L’anthropologue dans la réponse aux épidémies, science, savoir-faire ou placebo ? Des réponses internationales à Ebola à l’humour pandémique en temps de Covid

 

Session de clôture

Discutante : Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Alice Desclaux (TransVIHMI, IRD), Marc Egrot (UMR IRD 224 / CNRS 5290 / UM1-UM2 MIVEGEC) | Multiplication et répétition des crises épidémiques : enjeux pour les réseaux de recherche

Nicole Vernazza (UMR 7300, Haut Conseil de la Santé Publique – Commission maladies infectieuses et maladies émergentes) I Réflexions sur l’expertise en tant de crise à partir de l’exemple des avis du Haut Conseil de la Santé Publique dans la gestion du Covid 19

Jocelyn Raude (UMR ARENES 6051, UniR / INSERM 1309) | Les théories et les méthodes d’analyse des comportements humains face au risque à l’épreuve de la pandémie de COVID

 

Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne) | Conclusion de l’atelier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search