Atelier #9

ATELIER #9 Les crises de l’âge : crises et âges de la vie

Virginie Vinel (LaSA, Université de Franche-Comté) | virginie.vinel@univ-fcomte.fr

Marie-Pierre Julien (2L2S, Université de Lorraine) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Nicoletta Diasio (UMR Lincs, Université de Strasbourg) | nicoletta.diasio@misha.fr

La classification par âges est l’une des dimensions de l’ordre social qui prend des formes variées selon les populations et les temps historiques (Peatrick 2003, Le Bras 2003). L’âge est un phénomène au croisement du temps chronologique, social, biologique, psychologique, et des mesures calendaires du temps. En cela, c’est un construit social qui s’articule à d’autres rapports sociaux, de genre, de classe, de « race » notamment (Thorne 2004).

Cet atelier s’intéresse aux enjeux anthropologiques qui peuvent associer crises et âges. Nous entendons « crises » à la fois en tant que discours produits sur les âges et au sens large de périodes d’incertitudes telles qu’elles peuvent être vécues au niveau d’une société ou des individus. Au sein de cet atelier, ouvert à des études portant sur tous les âges de la vie et tous les continents, nous interrogerons les liens qui existent entre âges et crises sous 4 angles :

Les catégories d’âges ne sont pas figées et se transforment avec les changements socio-historiques et les modifications d’autres rapports sociaux. Comment les crises politiques, sociales, économiques bouleversent-elles les scansions des âges ? Les passages d’âges tendent-ils aujourd’hui à être moins ritualisés (Bessin 2002) ? Les discours d’indéfinition et de crise généralisée des âges de la vie sont-ils confirmés par les études empiriques ? Pourquoi et comment certains âges de la vie sont-ils appréhendés comme des moments de « crise » ? L’adolescence, la préadolescence, les passages de dizaines (30, 40, 50, etc.), l’âge de la ménopause et, dans une moindre mesure, de l’andropause sont souvent étiquetés comme des « crises » (Diasio et Vinel 2007, 2017). Il s’agira de déchiffrer les discours savants et profanes qui définissent ces moments de « crises ». Quels sont les enjeux sociaux et politiques de telles qualifications ? Comment s’articulent représentations du corps et des âges dans ces énoncés (Julien et Volery 2019, Diasio 2015) ? Le corps peut constituer une matrice d’incertitude et de crise lorsque surviennent des maladies ou des changements physiologiques qui amènent à reconfigurer les appartenances d’âge et leurs seuils. Il constitue aussi cette surface où s’inscrivent des « âges critiques » ou de nouveaux statuts que les transitions d’âge impliquent (Moulinié 1998).

Qu’est-ce que les crises et les incertitudes politiques, sanitaires, climatiques, économiques font aux âges ? Les crises ont-elles un impact différencié selon les âges ? En quoi ces crises économiques ou écologiques provoquent-elles de nouveaux rapports d’âges (Octobre et Sirota 2023, Roth 2007) ? Par exemple, la crise climatique est rapportée à une responsabilité générationnelle (celle des 30 glorieuses) alors que la jeunesse est pensée comme porteuse d’un modèle alternatif. Les crises peuvent être aussi plus privées, telles les crises ou les conflits familiaux qui pourront être interrogés au prisme des effets qu’ils ont sur les enfants, les adolescent.e.s ou les adultes (Razy 2006, Bonnet et Delanoe 2019).

En quoi les politiques publiques, nationales, européennes ou internationales participent-elles à produire des discours de « crises » sur les âges ? Mais aussi en quoi produisent-elles des incertitudes aux différents âges de la vie : on peut penser aux politiques de vieillesse ou de jeunesse, à leur existence, leurs dynamiques, leurs lacunes, qui interfèrent sur le déroulement des âges de la vie. Comment la « crise » migratoire a-t-elle eu un impact sur l’évaluation de l’âge de la minorité dans les politiques d’accueil des mineurs non accompagnés (Perrot 2019) ? 

 

Session 1 – Transitions, frontières des âges et “borderwork”

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 5.28

Lydie Bichet (UMR Lincs, Université de Strasbourg) | Jeunesse versus grand-âge ? Penser les âges de la vie, leurs vécus et les rapports intra- et intergénérationnels en temps de crise sanitaire

La pandémie de Covid-19 n’a pas seulement donné à voir la propagation d’un virus. On relève également sur cette période la médiatisation et la diffusion d’images stéréotypées (Amyot 2022) concernant les âges de la vie et les populations potentiellement touchées. La présentation propose de revenir plus précisément sur l’opposition faite entre un grand-âge défini comme déficitaire (Ennuyer 2020), associé à la fragilité, et une jeunesse supposée perturbatrice de la protection mise en œuvre, voire intrinsèquement transgressive (Le Breton 2021). Il s’agirait là d’un classique : à chaque crise, « le changement fait peur et fait émerger des classes dangereuses, souvent les jeunes qui, par leur comportement d’irresponsable, accentueraient le basculement » (Van De Velde 2021). À l’encontre d’une rhétorique de la « guerre des âges » ou d’une tendance à opposer « jeunes » et « vieux », la présentation reviendra sur leurs expériences communes de la pandémie et sur leurs relations dans cette traversée. À partir d’une recherche sur les récits du Covid-19 au lycée et en Ehpad, nous présenterons dans un premier temps, certaines similarités observées dans les vécus des adolescents et des personnes âgées, quant au rapport au temps, à l’espace, aux autres et à soi. En particulier, les similitudes apparaissent lorsque la crise sanitaire a été vécue simultanément avec certaines transitions biographiques (passage d’âge, transition scolaire, entrée en Ehpad). Nous traiterons dans un second temps du sentiment des adolescents d’avoir été ici disqualifiés par leur âge, alors même qu’ils se sont sentis responsables en tant que « presque » adultes et citoyens. Nous verrons qu’outre les potentielles tensions intergénérationnelles que la situation aurait pu faire émerger, l’enquête donne surtout à voir des formes de solidarités intra-générationnelles : « En tant que jeunes, on se soutient ».

Veronika Kushtanina (LAsa, Université de Franche-Comté) | « Crise » de changement de dizaine : de la force de l’âge chronologique ?

Souhaitant travailler sur la période de la vie que l’on désigne communément comme « l’âge adulte », j’ai diffusé un questionnaire en ligne (1846 réponses exploitables) et recueilli une cinquantaine de récits de vie approfondis, dans plusieurs régions françaises. Bien que le questionnaire fût destiné aux personnes âgées entre 30 et 50 ans, les réponses tendent à se regrouper autour de 35 ans, 40 ans et 50 ans. Certains moments se montrent donc plus propices à une introspection que suggère un entretien sur l’âge.  Si l’idée de la crise est peu évoquée quand on interroge les gens sur leurs représentations de l’âge adulte ou les événements vécus depuis leur 30ème anniversaire par l’intermédiaire d’un questionnaire, les récits de vie mettent davantage en intrigue (Ricoeur, 1990) des « crises » liées principalement au changement de décennie. Cette communication propose d’analyser les représentations de ces « crises », présentes ou absentes des récits de vie, en les inscrivant dans les temporalités biographiques, les expériences et les attentes (Koselleck, 1990). La communication montrera que tous les anniversaires ne sont pas égaux. Le changement de décennie peut être lié à une « crise existentielle » remettant en cause la vie établie (Garcia, 2018) ou au contraire prendre la forme d’une prophétie auto-modératrice (Caradec, 2004). Dans les deux cas, les récits mettent en scène des « horizons d’attente » (Koselleck, 1990) créés par les repères chronologiques donnés par notre société – âge perçu comme fécond, âge de la retraite, espérance de vie et espérance de vie sans incapacité.

Alexandra Mérienne (LAsa, Université de Franche-Comté) | Le sang menstruel et ses souffrances intimes : la crise des premières règles

Les premières règles menstruelles représentent une période de crise identitaire, étroitement liée à la puberté et à l’adolescence. Cette communication propose une réflexion sur l’expérience de crise vécue lors des premières règles, en mettant l’accent sur les espaces et les objets qui y sont associées (Warnier, Julien, Rosselin, 2005), ainsi que sur les différentes façons dont cette crise peut être réappropriée. Les jeunes filles peuvent rencontrer des difficultés pour accepter les changements corporels liés à la ménarche, à un moment où elles ne se perçoivent pas encore pleinement comme des adultes ou des femmes. De plus, l’apparition précoce ou tardive des premières règles (Vinel,2008) peut susciter de l’angoisse, de l’inquiétude et des pressions sociales liées aux attentes de leur entourage et aux normes socioculturelles. Cependant, l’arrivée des premières règles peut être également perçue comme un moment de fierté et de reconnaissance. Les rituels de passage (Houseman, 2007) marquent cette étape significative de la vie d’une jeune fille et lui permettent de s’intégrer à un nouveau groupe partageant la même expérience et les mêmes objets (Mardon, 2009). La crise des premières règles est donc un objet anthropologique qui met en évidence les difficultés auxquelles les jeunes filles sont confrontées lors de cette période de transition, ainsi que les possibles façon dont elles peuvent se réapproprier cette crise.

Baptiste Besse-Patin (Experice, Sorbonne Paris Nord) | « Mais tu as quel âge ? » – Crise de l’animation ou crise de la juvénilité ? Les rapports d’âge dans l’organisation d’un séjour de vacances

La pandémie a exacerbé une crise dans les séjours de vacances (anciennement appelés « colos »), affectant le recrutement et la formation des animateurs, ainsi que la fréquentation des séjours, qui baisse régulièrement depuis des années. Pour tenter de remédier à la situation, il est désormais possible de débuter le BAFA à l’âge de 16 ans. Cette politique publique renforce le principe d’encadrement des jeunes par d’autres jeunes hérité du scoutisme (Camus, 2012). Cette contribution réinterroge cette crise en se concentrant sur les rapports d’âge entre les jeunes animatrices et les jeunes encadrés, à partir d’une enquête ethnographique menée lors d’un séjour estival. La notion de « borderwork » développée par Barrie Thorne (1993) est mobilisée pour décrire la construction d’une frontière d’âge floue et labile, qui a pu être transgressée par les jeunes accueillis, jusqu’à sa défense et son « arrangement » (Goffman, 2002) dans l’organisation pour être réaffirmée par les animatrices.

 

Session 2 –  Âges et classements sociaux

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 5.28

Amélie Aubert Plard (LESC / Université Rennes 2) | Les grossesses adolescentes en Bolivie : d’une crise en santé publique à la renégociation des rapports de force politiques

En 2013-2015, en Bolivie, la jeunesse est présentée publiquement par les décideurs nationaux et internationaux comme un âge de la vie particulièrement critique, en raison de l’accroissement continu de son poids démographique ainsi que du nombre important de grossesses dites précoces. Durant cette communication, je développerai d’abord le décalage existant entre, d’un côté l’engagement des décideurs nationaux tel qu’exprimé sur les plans discursif et normatif, et de l’autre l’indifférence des professionnels de santé et les familles qui eux tendent, dans leurs discours comme leurs pratiques à banaliser le sujet. L’aide internationale occidentale, quant à elle, développe des interventions basées sur la prévention de la santé sexuelle et reproductive des jeunes ainsi que sur la diffusion de leurs droits et la promotion de leur empowerment. Je me demanderai donc dans un second temps dans quelle mesure elle contribue à la fabrique exogène d’une nouvelle catégorie d’acteurs, qui pourrait dès lors générer de profonds effets sur les représentations et pratiques prénatales en contexte andin urbain. Enfin, alors que cette aide internationale avait perdu de l’influence depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement nationaliste d’Évo Morales en 2006, j’interrogerai ses réelles intentions : cherche-elle à lutter contre la problématique des grossesses précoces ou bien à créer un contrepoids politique au gouvernement en place ? Ces données sont issues d’une enquête ethnographique de 19 mois, menée entre 2013 et 2015, dans le cadre d’un doctorat en anthropologie, portant sur la santé reproductive et l’action publique en Bolivie.

Kostia Lennes (FNRS, Université Libre de Bruxelles / LAMC, Université Paris Cité / ICT) | L’escorting masculin au fil des âges de la vie : réflexions sur un rapport social oblitéré dans le travail du sexe

Cette contribution propose une analyse des relations entre les hommes pratiquant l’escorting et leurs clients à partir d’une certaine temporalité des sexualités gays. Issue d’un travail d’ethnographie digitale et d’entretiens auprès d’escorts et de clients, l’analyse croisera plus particulièrement deux catégories rarement discutées dans les travaux sur les transactions prostitutionnelles : l’âge et la classe. Dans le prolongement des recherches sur le travail du sexe (Bernstein, 2007) et sur les homosexualités (Monteil, 2015) qui ont prêté une attention particulière à ces deux catégories, il s’agira de saisir la manière dont se construit et se négocie la relation escort-client en considérant ces deux éléments dans leur dimension relationnelle. Ces perspectives permettent de situer les escorts et les clients dans des groupes sociaux distincts et déterminent donc les rapports sociaux et économiques qui les lient. C’est notamment en fonction d’une certaine temporalité de la sexualité homosexuelle masculine, ou de ce que Michael Pollak appelle une « carrière homosexuelle » (Pollak, 1982), que beaucoup de clients conçoivent leur implication progressive dans l’escorting masculin. Cette forme d’escorting masculin n’est probablement pas si marginale dans le marché global des sexualités gays. Au contraire, elle s’inscrit dans des réseaux homosexuels bien plus larges dans lesquels les rapports de classe, d’âge et d’argent situent les individus dans des positions qui évoluent au fil des parcours de vie.

Sophie Némoz (LaSA, Université de Franche-Comté UFC) | « Âgir » pour l’environnement ou comment saisir une scansion des crises

La présente communication propose de s’intéresser à la classification par âges dans le domaine environnemental. De fait, l’anthropologie a remis en discussion les liens classiques entre Nature et Culture, en soulignant notamment la pluralité des relations humaines aux milieux de vie (Descola, 2005). Aussi, qu’en est-il au croisement des catégories d’âges ? Si la portée ambivalente d’une réforme écologique des modes de vie a été pointée par l’analyse d’un continuum de mobilisations et d’immobilisations à hauteur des rapports sociaux des adultes (Grisoni et Némoz, 2017), comment comprendre les enjeux pour celles et ceux qui n’en sont pas encore ? Tandis que la question a pu être posée à leurs sujets en termes de socialisation héritée de l’école, de la famille et de l’environnementalisme, comment entendre les résonances avec l’idée de « crise » ? Notre propos s’attachera à les approfondir, non seulement à partir des articulations discursives et pratiques produites par ces différentes institutions auprès des enfants plus ou moins jeunes, mais aussi à travers les incertitudes vécues et signifiées de leurs propres mots ou gestes. L’ethnographie de ces interactions intergénérationnelles décrira une scansion sécante plutôt que déterminante à agir. A l’intersection des perspectives recueillies à plusieurs niveaux du cycle de vie, elle permettra de repenser la distinction ancienne en sciences sociales entre « urgence » et « crise » (Buckman, 1952 : 100).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search