Atelier #7

Changement de programme : ANNULATION DE L’ATELIER #7

La Crise : entre ancien et nouveau monde

Riccardo Ciavolella (LAP, EHESS) | riccardo.ciavolella@ehess.fr

Giulia Gonzales (Università di Torino / European University Institute) | giulia.gonzales@eui.eu

La crise, disait Gramsci, est quand l’ancien monde est en voie de disparition et le nouveau tarde à apparaître. Mais cette situation peut être bien plus qu’un simple passage entre deux conditions et s’installer dans le temps, s’ancrer dans les imaginaires, se fondre dans les horizons d’une vie ou des générations. Pour appréhender cette dynamique de la crise du point de vue des sujets, ce panel propose de réfléchir à partir des sociétés d’origine nomade du Sahel, prises entre crises écologiques, politiques, économiques et sécuritaires et qui ont historiquement développé des « cultures de la crise ». Ce panel part donc de la conviction qu’il est indispensable de partir de ces expériences de la crise, culturellement et historiquement sédimentées, de la crise pour comprendre les crises dans nos sociétés contemporaines. Pour ce faire, il est indispensable de se pencher, en anthropologues, sur les processus, les discours et les imaginaires qui façonnent, et sont façonnés par, les compréhensions vernaculaires de la crise. Grâce à une analyse approfondie des pratiques et des discours locaux, elle fait avancer le débat sur les productions de connaissances scientifiques. 

Ce panel accueille des communications qui s’intéressent aux conceptualisations des sujets sur les processus socio-économiques et politiques en rapide évolution, et sur la violence, qu’elle soit réelle ou perçue. Il invite des travaux qui considèrent la multidimensionnalité de notre monde contemporain et qui réfléchissent aux redéfinitions en cours des spatialités et des temporalités de crise (les politiques néolibérales et leurs effets à long terme, les structures des États-nations pivotant autour de la notion de frontière, etc.). Il souhaite se concentrer sur les moralités qui sous-tendent et orientent les actions et la rhétorique des sujets dans les temps et les espaces de crise, ainsi que sur les processus de représentation et de transformation des frontières collectives (par exemple, générationnelles, ethniques, régionales), et leur imbrication à différentes échelles (par exemple, local/global, urbain/rural). Une attention particulière accordée aux sociétés nomades du monde contemporain s’explique par le fait que leurs expériences enrichissent la compréhension de la crise/normalité, car la crise est généralement lue à travers une logique d’incertitude – où nous ne connaissons pas les probabilités ni les résultats – une logique bien connue des populations nomades du monde entier.

 

A noter : la communication suivante a été déplacée dans l’atelier 29 :

Tessa Bonincontro (Laboratoire des Sciences des Risques, PEnSTer : Pollutions Environnement Santé Territoire – HSM Hydrosciences Montpellier – IMT Mines Alès)  | Qualifier les territoires post-miniers en Cévennes : peut-on parler de crise ?

Les activités extractives sont depuis plusieurs décennies décriées au regard de leur impact. Les stigmates environnementaux, sanitaires et sociaux portés par les territoires des années après le départ des entreprises exploitantes sont cristallisées dans des controverses socio-environnementales, parfois institutionnalisées en véritables problèmes publics. Cependant, la pression sur les métaux stratégiques nécessaires aux transitions énergétiques et numériques replace ces activités extractives au cœur des débats politiques et sociétaux, légitimant notamment la politique de renouveau minier en France. Les projets de réouverture de mines y ravivent la mémoire conflictuelle du passé minier, voire réactivent des situations critiques appelant une analyse en termes de crise. Notre hypothèse est que les territoires ne capitalisent pas tous de la même manière les apprentissages des crises passées pour réduire leur vulnérabilité sociale et environnementale.
Cette communication a pour but d’explorer la notion de gestion après-mine dans trois territoires post-miniers polymétalliques cévenols, grâce à une étude des écrits scientifiques et médiatiques et des entretiens semi-directifs avec des scientifiques, experts de l’Etat, membres d’associations et autres habitants. Les enquêtes ont rapidement montré des dynamiques différentes, au point d’interroger l’utilisation du terme de crise pour qualifier certaines situations d’après-mine. Qu’est-ce qui motive certains acteurs à utiliser le terme de crise post-minière et d’autres à le réfuter ? L’utilisation de ce terme est-elle liée à un certain niveau de connaissance des acteurs ? A-t-elle un effet performatif ? Enfin, ce travail essaiera d’amorcer un retour réflexif sur la recherche menée : quelle posture et quelles méthodologies adopter face à un territoire en souffrance ? Quels enseignements utiles en contexte de renouveau minier pouvons-nous tirer de ce travail ?

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search