Atelier #6

ATELIER #6 Anticiper les crises. Ou comment l’anthropologie apprend des crises “futures”

Françoise Lafaye (UMR EVS / ENTPE) | francoise.lafaye@entpe.fr

Nathalie Ortar (UMR LAET / ENTPE) | nathalie.ortar@entpe.fr

Qu’elle soit financière, sanitaire, migratoire ou économique, qu’elle concerne le climat, l’école ou les banlieues, la crise renvoie au chaos et appelle une réparation, des ajustements, des correctifs qui vont bouleverser en profondeur nos représentations du monde, nos pratiques communes, notre vie sociale. Elle peut se manifester sous forme de violences, mais appelle souvent de la régulation, de l’adaptation, de la recomposition, de la négociation, etc. 

Gérer la crise consiste à traiter les effets d’un risque advenu ou bien, cette gestion peut consister à prendre les devants sur une potentielle menace. Dans cet atelier, nous avons choisi de nous intéresser à cette étape en amont de la crise, le moment où des acteurs publics ou privés vont l’ « imaginer » pour la contrecarrer ou en réduire les effets. Ces représentations de la crise interrogent alors les manières dont se prennent les décisions, les acteurs qui vont les prendre, les arbitrages opérés pour concevoir des actions de diminution de ses effets – donc des rapports de domination, des principes de légitimités, etc. – et, enfin, les façons dont ces actions vont bénéficier d’adhésions et de collaborations dans leur mise en œuvre. 

Les conduites d’anticipation, orientées vers la prévention, se nourrissent de l’existant tout en l’interprétant et en le projetant. Elles modulent ainsi les conceptions du temps. En outre, ancrées dans l’incertitude, elles offrent parfois des possibilités créatives. Ce sont autant de dimensions que nous proposons d’aborder.

 

Session 1

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 4.15

Françoise Lafaye et Nathalie Ortar | Introduction

Almudena Mari Saez (UMI TransVIHMI, IRD) | Vivre dans les crises sanitaires : la préparation à la maladie à virus Ébola en Guinée

L’émergence des maladies n’est pas un phénomène nouveau. La plupart du temps elle s’ajoute à d’autres formes de crise : financière, politique, écologique. Les épidémies récurrentes, telles que celles provoquées par la maladie à virus Ebola (MVE), ont amplifié l’urgence pour les institutions sanitaires de se préparer à l’émergence de virus et de maladies. 

Une épidémie de MVE est un événement extraordinaire, notamment en termes de ressources matérielles et humaines déployées pour la contenir. Cet événement est contenu dans un quotidien dont il ne peut être détaché et qui est marqué par des relations difficiles entre la population et les autorités, par la méfiance envers les institutions sanitaires, et la vulnérabilité.

La riposte officielle à l’épidémie de la MVE en 2021 en Guinée a été guidée par la préparation aux urgences de santé publique qui incluent des capacitations, mécanismes de coordination et surveillance. La population de Guinée, où les épidémies de MVE sont récurrentes, ont appris à reconnaître les signes de la MVE, à s’isoler et à arrêter la transmission de la maladie. Cependant ces savoirs acquis pendant les épidémies passées restent ignorés.

Si nous examinons les actions qui ont permis d’arrêter la transmission du virus et de contrôler l’épidémie MVE, nous ne pouvons guère ignorer les connaissances mises en œuvre par la population. Ainsi, nous suggérons que la préparation aux épidémies est façonnée par des actions qui anticipent l’incertitude des crises futures, tout en incorporant simultanément d’autres préparations qui se produisent hors du radar de la technocratie de la santé mondiale.

Nicolas Nova (HEAD, Genève / HES-SO Alpes-Mondes) | Enquête/création à propos de la crise environnementale

Si la capacité des habitants des vallées alpines à se représenter les changements en cours dus à la crise environnementale est bien documentée, celle de se projeter dans les modes de vie que ces mutations de leur espace quotidien impliquent est par contre plus ardue. Au carrefour de l’anthropologie et du design, cette communication décrit comment la réalisation d’une enquête de terrain à propos des différentes façons dont les habitants des Alpes « composent » avec les métamorphoses de leurs milieux de vie (controverses actuelles, nouveaux rituels et modes d’organisations) a alimenté la conception d’un jeu d’aventure grand public à propos des futurs possibles de la vallée de Chamonix. Elle traite également en toile de fond de la place contemporaine de l’ethnographie, et la manière de « porter dans des futurs les enquêtes de terrain » (Wathelet 2022).

 

Session 2

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 4.15

Marieke Blondet (AgroParisTech Nancy / UMR SILVA, Université de Lorraine – AgroParisTech – INRAE) | Anticiper l’adaptation des forêts à la crise climatique : vers l’élicitation des pratiques, outils et orientations des gestionnaires forestiers

Si les gestionnaires forestiers ont toujours intégré l’incertitude dans leurs pratiques, tant il est difficile de prédire ce que deviendra un peuplement dans 80 ou 100 ans, la crise climatique vient déstabiliser cet équilibre. Les attaques massives de scolyte – un coléoptère s’attaquant à l’Épicéa en particulier – entre 2018 et 2022 ont été la sonnette d’alarme, suivis depuis par l’émergence d’autres parasites et de sécheresses à répétition. Après le choc (Schuppe 2019) causé par l’intensité et la rapidité de la prolifération des scolytes entraînant d’immenses coupes sanitaires, les gestionnaires se lancent dans l’anticipation des prochaines crises et l’adaptation des forêts. Ces réflexions conduisent à repenser, non seulement, leurs savoirs, leurs outils et orientations, mais aussi, plus fondamentalement, le récit qui entoure l’expertise et la technicité qui fondent leurs métiers (Dousset 2018) : faut-il poursuivre les choix du passé ? Ou chambouler les orientations sylvicoles, les essences ? Des propositions qui ne font pas consensus en leur sein. Il s’agit aussi de la remise en cause de la pertinence des institutions et orientations données par le politique à la foresterie ; une critique d’autant plus forte que sur les questions climatiques, d’autres collectifs d’acteurs issus de la société civile émergent. Ces collectifs, pour certains, sont porteurs de projets alternatifs pour la forêt française (groupements forestiers citoyens, mise en libre évolution). Quelle place leur laisser, comment interagir avec eux lorsqu’ils mobilisent des représentations sociales divergentes de la forêt et du projet entourant sa gestion ? Ce contexte pourrait-il conduire à de nouvelles formes de gouvernance des territoires forestiers ? Les éléments exposés ici sont les premiers d’une réflexion émergente sur l’élicitation de ces problématiques par les gestionnaires forestiers, face à l’immense incertitude de l’adaptation des forêts aux changements climatiques.

Théo Régniez (IRISSO, Université Paris-Dauphine) | « À ce stade, on ne peut pas annoncer une récession » : quand les prévisionnistes refusent d’imaginer les crises économiques

Certaines professions sont dédiées à la réduction de l’incertitude sur le futur, souvent qualifiée de prévisionnistes, on les retrouve dans différents domaines (météorologie, climat, finance, etc.). Cette communication s’intéresse plus particulièrement aux prévisionnistes en charge des prévisions des grandes variables économiques : PIB, chômage, inflation, etc. Souvent mis en cause pour leur incapacité à anticiper les crises économiques, ces acteurs sont en réalité soumis à un certain nombre de contraintes qui rendent difficile non seulement l’annonce de la crise, mais parfois même son imagination. À partir d’une ethnographie de deux ans dans le département prévision d’un laboratoire d’économie, il s’agit de considérer que la construction de savoirs d’anticipation sur la situation économique repose sur un ensemble d’éléments allant de dispositifs sociotechniques (modèles et équations) à des formes plus intuitives et émotionnelles. Une telle approche permet de mieux saisir le rapport aux crises de ces experts et ses conséquences sur les actions de prévention.

Françoise Lafaye (UMR EVS / ENTPE) | Anticiper l’accident nucléaire. Le cas de la campagne de distribution des comprimés d’iode autour de la centrale du Blayais

Les politiques publiques ont parfois pour objectif d’anticiper des crises potentielles. C’est le cas de la campagne de distribution des comprimés d’iode autour des centrales nucléaires qui a démarré en septembre 2019 et s’est terminée en février 2021. Composante d’un plan plus vaste de sécurité nucléaire, elle en est une manifestation matérielle et concrète, interpellant les populations, les établissements scolaires et les Établissements recevant du public (ERP). Il s’agit de les amener, dans une première phase, à retirer dans les pharmacies ces comprimés prévus pour saturer la glande thyroïde en cas d’accident provoquant la dispersion d’isotopes radioactifs. Dans une seconde phase, ces comprimés sont envoyés par courrier postal à ceux qui n’ont pas « entendu » le message. Une recherche, réalisée avec Marc-Eric Gruénais, sur la mise en œuvre de cette campagne en 2021, dans le Blayais (33), dans un nouveau périmètre (un rayon de 10 à 20 km autour des centrales), avait pour objectif d’analyser les rôles de chacun des acteurs chargés de cette mise en œuvre : leurs engagements, leurs conceptions de la campagne, leur « culture du risque », etc. Au-delà, il s’agissait de comprendre les manières dont les acteurs ciblés anticipent un accident nucléaire et celles dont ils adhèrent aux mesures proposées. Les résultats ont montré que cette campagne, mobilisant d’importantes ressources financières et humaines, a rencontré d’énormes limites dans sa mise en œuvre et pose la question de l’anticipation d’une crise en matière nucléaire. Cette anticipation d’un événement potentiel donne à voir, à l’anthropologue, des représentations, mais également des actions bien éloignées de celles attendues par les acteurs publics, et interroge sur celles implicitement véhiculées par cette campagne.

 

Session 3

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 4.15

Dominique Desjeux (Sorbonne SHS / Université de Paris Cité / CEPED) | Comment une anthropologie stratégique, face à la multiplication des crises, peut nous aider à déchiffrer un futur de plus en plus « exotique »

Mes enquêtes de terrain sur la vie quotidienne, les entreprises ou la logistique en Chine, aux États-Unis, au Brésil, en Afrique et en France, depuis 1969, analysent les crises non comme une essence dont il faudrait chercher la définition hors situation, mais comme des moments de perturbation de l’action en société à décoder. Depuis 2000, on assiste à la montée de la nouvelle classe moyenne mondiale, et tout particulièrement avec la Chine, Taiwan, la Corée du Sud, Singapour. Elle est en train de rejoindre le flot des consommations de biens et services à base d’énergies fossiles, de matières premières et de protéines qui participent au réchauffement climatique. Entre 2008 et 2023 émerge toute une série de crises climatiques, sanitaires, militaires, logistiques, sociales, et économiques. Elles sont les analyseuses d’un futur incertain face auquel toutes les séries statistiques des économistes et des prévisionnistes sont impuissantes. Le futur devient un monde « exotique », inconnu, dans lequel l’anthropologue doit faire apparaître les nouveaux points de repère en train d’émerger. La méthode anthropologique est au cœur du déchiffrement des crises parce qu’elle est inductive, empirique et descriptive. Face à un monde nouveau, comme les explorateurs du 16e siècle qui n’avaient que leur sextant, leur sonde et leur boussole, les anthropologues mobilisent l’observation, les interviews, la photo, les vidéos, les focus groups, les enquêtes par zoom, les imaginaires de la science-fiction. Ils ne savent pas ni où ils sont ni où ils vont. Ce sont des techniques de recueil de l’information qui font apparaître petit à petit les nouveaux contours du futur qui émerge de la crise, les signaux faibles qui sont sous le radar des enquêtes statistiques. L’anthropologie décrit la société comme un immense système d’action de la production à la consommation en passant par la logistique, le recyclage, tout en faisant varier les échelles d’observation, en mobilisant une anthropologie stratégique.

Olivier Wathelet (Users Matter & Making Tomorrow) | Construire les futurs : une pratique pour l’anthropologie ?

Le futur est une catégorie de pensée et d’expérience dont l’anthropologie s’est récemment re-saisie dans le cadre de travaux très divers. Tantôt focalisés sur l’horizon d’attente des sociétés (Appaduraï 2013), tantôt attachés à comprendre son caractère politique pour anticiper ou réagir aux crises potentielles (Samimian-Darash 2013), ces futurs sont présentés et décrits sous la forme de scénarios. Exprimés, partagés, prescrits, imposés et contestés (Hannerz 2016) ils constituent une clé d’analyse utile autant qu’un objet d’étude pour l’anthropologie intéressée à l’incertitude inhérente aux crises (Samimian-Darash & Rabinow 2015). Ce renouveau de l’intérêt masque en réalité une grande diversité d’approches qui ont pu être testées antérieurement. Ce qui semble avoir été oublié (en partie), ce sont les activités de production de futurs par les anthropologues (Wathelet 2021). Comment, par exemple, concevoir des scénarios sous la forme de récits fictionnels (Collins 2021) ou d’interventions actives dans l’élaboration de récits divers tel que cela se pratique dans le monde du conseil et de la prospective, au sein des entreprises ou des collectivités. Ces deux activités sont importantes parce qu’elles sont pratiquées à différents niveaux de pouvoirs et de contre-pouvoir, et dans les échanges qui se jouent entre ces niveaux (Riner 1991). Nous faisons l’hypothèse que la scénarisation des futurs est devenue un outil de dialogue entre collectifs qui tend à se normaliser. Elle est au cœur des espaces de négociation face aux crises vécues ou anticipées. Dans notre intervention nous proposons d’exposer la façon dont l’anthropologue est convoquée indirectement, tacitement, dans ces travaux de conceptions de scénarios pour nous demander comment elle pourrait occuper un rôle explicite et créateur. Pour cela, nous nous appuierons sur notre pratique de conseil réalisée auprès d’entreprises et de ministères, dont le projet de la RedTeam des armées françaises, dans le domaine du design spéculatif. Nous présenterons de quelle manière une forme naïve d’anthropologie est mobilisée pour élaborer des scénarios. Nous questionnerons ensuite la possibilité de réaliser des scénarios par l’anthropologie et l’apport potentiel de ce décentrement.

Nathalie Ortar (UMR LAET / ENTPE) | L’urbanisme tactique comme réponse à la crise : agir sur la matérialité des villes

L’urbanisme tactique est une forme d’action urbaine issue d’initiatives citoyennes ou d’institutions dont l’objectif est d’introduire des changements rapides d’usage et d’appropriation de l’espace public urbain (Lydon, Garcia, 2015). Dans les premiers mois de la pandémie de Covid-19 l’urbanisme tactique a été déployé dans les métropoles en réponse au besoin de distanciation et à la crainte d’un report modal massif vers la voiture. De par le monde des métropoles ont ainsi créé des infrastructures cyclables « tactiques » qui ont été qualifiées de coronapistes. La particularité de la crise est d’être un moment de fragilisation du cadre hégémonique. Elle modifie les représentations du monde et révèle des contradictions. Elle vient à l’encontre de la « préparation » (Keck 2016), cet « état de vigilance cultivée par l’imaginaire du désastre » au cœur des processus d’anticipation des crises. À partir d’une recherche comparative menée dans des villes françaises et étrangères, cette communication sera l’occasion de montrer en quoi les changements apportés à la matérialité des villes à travers leurs infrastructures pendant le Covid-19 1/se sont nourris de l’existant tout en l’interprétant et en le projetant différemment selon les contextes en fonction d’autres calendriers, électoraux comme de prise en compte du changement climatique, et 2/ont ce faisant proposé des aménagements faisant fi des procédures de planification urbaine habituelles.

 

Session 4

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 4.15

Benoît Carteron (Espaces et Sociétés ESO, Angers) | Tensions, crises, réconciliations en Kanaky-Nouvelle-Calédonie : vers l’inexorable souveraineté partagée

Parmi les étapes de l’histoire calédonienne, l’état de quasi guerre civile des années 1984-1988, qu’on a appelé Événements, a créé un véritable électrochoc. Cette période d’affrontements a marqué une rupture avec un ordre ancien assimilé au cours normal des choses, un « événement » qui « instaure un brutal changement de paradigme », ont ainsi souligné Alban Bensa et Eric Fassin* en précisant qu’ « il va falloir désormais compter avec le mouvement indépendantiste, et cette exigence ouvre un abîme sous le pas des Calédoniens et de l’État français » (p. 15). Il n’était plus possible de rejeter ou de canaliser les vingt-cinq années de montée en puissance de la revendication kanak à l’indépendance. La rupture des Événements s’est accompagnée d’une mise en cause brutale de la raison d’être des communautés non-kanak. La revendication de reconnaissance culturelle kanak s’est faite contre les Européens en premier lieu, provoquant chez ces derniers, et au sein des communautés ethnoculturelles plus minoritaires, une quête identitaire sur fond de crise quant à leur légitimité et leur devenir sur cette terre. Mon propos consistera à prendre plusieurs exemples de la manière dont ces crises identitaires, autour de la reconnaissance du droit à la souveraineté du peuple autochtone et de la légitimité des autres composantes issues de la colonisation à vivre et s’inscrire dans le pays en construction, ont suscité une imagination créatrice autour de manifestations d’une appartenance commune. Ce sont notamment des initiatives de commémorations qui retiendront l’attention, lesquelles ont fait suite à des moments de vives tensions politiques dans un pays qui semble inexorablement marqué par la bipartition politique indépendantisme / loyalisme, mais que la société civile réussit à contourner.

*BENSA Alban et Eric FASSIN, (2002), Les sciences sociales face à l’événement, Terrain, 38, mars, 5-20.

Franck Duquesnois Irgo (Institut de Recherche en Gestion des Organisations, Équipe Entrepreneuriat Université de Bordeaux, IUT, Département Tech de co) et Yves Davo Climas (EA CLIMAS 4196) | Vers des états permanents de crises mondiales ? À la recherche de dynamiques communes ou « invariants » au sein de crises de natures et contextes différents

Des experts de différentes disciplines prédisent que des crises mondiales se produiront avec des intervalles de plus en plus courts. Delfraissy et Murgue (2012) ont nommé ces intervalles “intercrises”. Nous postulons que les prochaines décennies pourraient être confrontées à une situation sans précédent d’états permanents de crises mondiales de différentes natures (financières, sanitaires, environnementales, géopolitiques…). Selon Delfraissy et Murgue (2012), les réponses aux crises mondiales relèvent principalement de la responsabilité des autorités publiques nationales et internationales. Avec l’aide de chercheurs académiques, la préparation de ces réponses en période d’intercrises représenterait un élément clé dans le processus de décision de ces autorités. Pour faire suite au positionnement de Delfraissy (2017), nous postulons que les chercheurs internationaux de différentes disciplines doivent être préparés, “activés”, voire “projetés” dans un délai court pour travailler ensemble sur les prochaines crises mondiales émergentes. Paradoxalement, très peu de travaux de recherche ont à ce jour procédé à une recherche transdisciplinaire se focalisant sur le repérage de dynamiques communes ou “invariants” au sein de crises de différentes natures et en lien avec différents contextes. Qui plus est, le mot “crise” lui-même utilisé désormais quasi quotidiennement, serait donc galvaudé et par là même vidé de son sens. Nous considérons au contraire que l’utilisation du mot “crise” exprime souvent des invariants au sens de dynamiques communes et que la crise elle-même doit être analysée de manière approfondie et factuelle par des chercheurs de différents domaines.

Françoise Lafaye et Nathalie Ortar | Conclusion : questions issues des débats et perspectives 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search