Atelier #5

ATELIER #5 Gouverner la vie pour affronter la crise écologique ?

Rosalie Allain (Université d’Oxford) | rosalie.allain.10@alumni.ucl.ac.uk

Josemaría Becerril Aceves (EHESS) | josemaria.becerril@ehess.fr

Perig Pitrou (CNRS / Maison Française d’Oxford) | perig.pitrou@college-de-france.fr

Face à la crise écologique, les sociétés humaines repensent leur insertion dans le monde vivant. Des auteurs invitent les sciences sociales à se réformer pour s’inspirer des sciences de la vie et développer de nouvelles approches (Ingold et Pálsson 2013, Kohn 2013). D’autres options théoriques affirment toutefois la capacité de l’anthropologie à s’appuyer sur un dialogue interdisciplinaire pour éclairer l’articulation entre dynamiques écologiques et institutions humaines (Rappaport 1968, Paxson 2012) ; l’anthropologie de la biopolitique appréhendant en particulier les contextes de crises, indissociablement biologiques et sociales, qu’affrontent les existences humaines (Biehl 2005, Fassin 2018, Petryna 2002). L’idée de « gouvernement de la vie » (Fassin et Memmi 2004) offre la possibilité d’explorer une grammaire d’actions réalisées par les humains à plusieurs échelles, pour organiser leurs relations avec les vivants et façonner leurs milieux de vie (Descola 2005), en portant l’attention sur des situations de déséquilibres (Tsing 2015) ou de catastrophes mettant les vies humaines en danger (Han et Das 2015).

À côté du pouvoir sur les vivants, les enquêtes gagnent à envisager la vie comme un pouvoir que toutes les sociétés humaines savent ne pas détenir directement et avec lequel elles doivent composer. Deux dimensions de la politique sont donc à prendre en compte pour décrire conjointement les actions sur les vivants – les « techniques du vivant » – et les efforts pour insérer la vie, conçue comme un pouvoir, dans des institutions socio-politiques avec leurs propres règles et valeurs (Pitrou 2022). Le gouvernement de la vie s’observe dans une multitude d’ordres de faits : intervention sur les organismes, humains et non humains, projets de transformation de milieux naturels ou de construction de milieux artificiels, rites destinés à enrôler des « métapersonnes » (Sahlins 2017), pratiques favorisant des « régimes d’attention » (Manceron 2022) aux vivants, etc.

Les sessions de cet atelier visent à décrire de façon empirique la multiplicité de formes d’intervention mises en place par les humains pour affronter la prise de conscience anxiogène des effets désastreux de certaines activités humaines sur les écosystèmes en se penchant notamment sur leurs efforts pour articuler ensemble le caractère aléatoire, autonome et fini des processus vitaux, ainsi que des organismes vivants, avec la quête de prédictibilité et de stabilité propre aux institutions collectives des humains.

 

Session 1

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 3.05

Josemaría Becerril Aceves (EHESS / ENS-Ulm) | Faire émerger et maintenir en vie une forêt d’infrastructures : la sylviculture durable en pays maya (Quintana Roo, Mexique)

Dans une monographie pionnière pour l’étude des relations entre les humains et les vivants non-humains, Philippe Descola (1986) parlait de « nature domestique » pour décrire les milieux tropicaux, autrement représentés comme étant des forêts sauvages, qui sont en effet investis et socialisés par la pratique agricole et rituelle des peuples amérindiens. Or, à l’heure où un grand nombre de sociétés humaines envisage de poursuivre ce type de collaborations entre nature et culture pour tenter d’infléchir la trajectoire inquiétante de l’Anthropocène (Boyer 2022), ne serait-il pas temps de parler également d’une « nature infrastructurelle », surtout pour caractériser des milieux de vie traversés par des objets techniques, des savoirs experts et des cadres de référence dont le but est de promouvoir ou d’empêcher l’actualisation de certaines potentialités des entités vivantes (Kockelman 2016)? Depuis les années 1980, les forêts tropicales du sud-est du Mexique sont exploitées dans le cadre de programmes de sylviculture qui promettent de profiter économiquement de l’extraction du bois aux populations locales, tout en contribuant à lutter contre la déforestation à long terme. Basée sur des données collectées auprès de Mayas cruzo’ob du Quintana Roo (Vapnarsky 2017), cette communication porte sur la mise en oeuvre de programmes forestiers dans des villages paysans autrefois dédiés à l’agriculture itinérante sur brûlis. En décrivant comment des experts environnementaux, des fonctionnaires de la conservation de la nature, des entrepreneurs du bois et des paysans mayas tentent de mettre leurs interactions avec les êtres végétaux de la forêt sous l’égide d’une marchandisation des écosystèmes tropicaux qui a pour but de bénéficier à la fois aux humains et aux non-humains, cet exposé cherche à démontrer que les projets de gouvernement des relations entre les « manifestations du vivant » façonnent également les « formes de vie » (Pitrou 2017), en les plaçant sous les régimes de valeur, les arrangements techniques et les structures spatio-temporelles propres aux initiatives du “développement durable”.

Rosalie Allain (Université d’Oxford) | Repenser la « croissance » à travers la « chance » dans une crise de ressources parmi les mineurs artisanaux au Cameroun

À travers une exploration ethnographique de la production de l’or, du gibier et de la “chance” au Cameroun, cet article étudie d’autres compréhensions et mises en œuvre de la production et de la “croissance” (en tant que processus vital, économique et cosmologique) qui sous-tendent les formes contemporaines d’extraction des ressources dans les marges capitalistes. Dans la Région de l’Est du Cameroun, les communautés locales Gbaya pratiquent l’extraction artisanale de l’or depuis qu’elle a été introduite par les entreprises coloniales françaises dans les années 1930. Son rôle économique principal a été déstabilisé par la récente extraction mécanisée chinoise dans cette région, qui a radicalement épuisé les stocks d’or, laissant des communautés déjà marginalisées dans une situation d’extrême pénurie. Cet article explore la manière dont l’urgence sociale dans laquelle ces communautés se trouvent aujourd’hui, alors qu’elles vivent la fin de l’or, fait écho à la dépossession écologique vécue précédemment lors de l’extraction coloniale, et la manière dont les deux crises mettent en évidence les interprétations vernaculaires entourant la génération de la “croissance”. Ceci concerne la production, la reproduction et la croissance d’êtres vivants et d’entités vivantes (y compris l’or, tel qu’il est conçu localement) et la manière dont ces processus sont gouvernés par la “chance” (desonti). Il s’agit d’une force vitale polyvalente essentielle aux processus biologiques, sociaux et économiques de fertilité, de générativité et de croissance, transmise par les ancêtres Gbaya. En examinant les techniques et les rituels de chasse et de la mine, je montre comment la “chance” articule la nature contingente et indéterminée des processus vitaux tout en fournissant un cadre d’agentivité qui permet à l’action sociotechnique de négocier cette incertitude. Ce faisant, cette présentation souligne comment les conceptualisations locales de la “crise” révèlent des compréhensions implicites des processus vitaux, et met en évidence les contradictions entre les conceptualisations et les pratiques de la “croissance” qui peuvent germer au sein des crises écologiques et économiques. En explorant le potentiel de la “chance” en tant que concept vernaculaire englobant un modèle implicite de croissance, cet article explore aussi provisoirement la manière dont il peut croiser et remettre en question les conceptualisations économiques euro-américaines de la croissance qui sous-tendent l’extraction capitaliste des ressources.

Lauren Kamili (EHESS / ADEME) | Des plantes envahissantes aux plantes dépolluantes. Techniques du végétal et pratiques de remédiation dans la vallée de l’Orbiel

Peut-on réparer des milieux abîmés par l’industrie minière ? C’est ce que s’efforce de faire le laboratoire montpelliérain ChimEco (Chimie bio-inspirée et innovation écologique UMR 5021) dans la vallée de l’Orbiel, exposée à une forte pollution à l’arsenic en provenance de l’ancienne mine de Salsigne dans l’Aude, fermée en 2004. Les scientifiques de ChimEco élaborent des filtres végétaux dépolluants à partir de plantes exotiques envahissantes capables de piéger les éléments chimiques toxiques disséminés dans l’eau des rivières de la vallée. Considérées comme des nuisibles car elles bloquent les cours d’eau et étouffent les écosystèmes natifs, la laitue d’eau (Pistia stratiotes) et la jussie (Ludwigia peploides) deviennent des ressources précieuses dès lors qu’elles sont enrôlées dans des projets techniques humains. À partir d’une enquête ethnographique de deux ans dans le laboratoire ChimEco et dans la vallée de l’Orbiel, il s’agit de décrire les techniques utilisées pour transformer et mettre au travail les plantes envahissantes. Ces dernières sont saisies dans des projets humains à partir de leurs potentialités biologiques, chimiques mais aussi technologiques. De la récolte des plantes exotiques à leur transformation en filtres végétaux puis leur utilisation in natura au bord des rivières, on montrera que ces techniques du vivant s’appuient sur la captation de processus vitaux et de processus chimiques. Ce faisant, on mettra en évidence une forme de gouvernement de la vie qui n’est pas seulement un projet d’exploitation du végétal mais qui s’articule aussi à une volonté de réparation d’un milieu et de conditions de vie favorables pour d’autres existants, humains et non-humains.

 

Session 2

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 3.05

Marie Aureille (LAP, EHESS) | Gouverner le métabolisme : le devenir des cochons et des goyaviers dans l’économie planifiée à Cuba

Depuis la pandémie de Covid-19, le système économique cubain connaît une nouvelle crise. La multiplication des pénuries affecte la production agricole. A Arenas, à l’ouest de l’île : les cochons industriels qui faisaient la prospérité d’une nouvelle élite d’agriculteurs ont disparu, faute d’aliments. Les plantations de goyaves de la coopérative voisine ont séché sur pied par manque de moyens (engrais, irrigation) pour combattre le nématode, un ver parasite qui s’attaque aux racines. A partir d’une ethnographie de 18 mois conduite entre 2016 et 2022 dans une municipalité de l’ouest de l’île, je propose d’analyser l’effondrement de ces systèmes agricoles au prisme des modes de gouvernement du métabolisme des cochons et des goyaviers. L’agriculture repose sur la capacité des agriculteurs à répondre aux besoins de leurs « espèces compagnes » (Haraway 2008) pour tirer parti de leur « travail métabolique » (Beldo 2017) c’est-à-dire des processus vitaux qui excèdent le travail humain. La modernisation agricole s’est fondée en partie sur la transformation et l’accélération du métabolisme des plantes et des animaux d’élevage par la sélection génétique, l’utilisation d’aliments industriels ou l’usage d’engrais. Bien souvent, la profitabilité de l’agriculture repose sur la capacité à contrôler ce métabolisme et sa temporalité. Je montre ici que les politiques agricoles et les instruments de l’économie planifiée favorisent l’investissement dans des modes de production industriels qui dépendent de chaînes d’approvisionnement précaires qui échouent à répondre aux besoins des animaux ou des plantes cultivées. Alors que Cuba jouit d’une réputation de modèle de la transition agroécologique, les pratiques agricoles « alternatives » sont considérées par les dirigeants et par beaucoup d’agriculteurs comme des stratégies de débrouille et de résistance en temps de crise. Elles sont promues pour faire face aux pénuries tout en étant reléguées aux marges du système économique formel, ce qui ne permet pas de les institutionnaliser. L’entrée par le métabolisme permet ainsi de penser ensemble les interdépendances entre processus vitaux, écosystèmes et chaînes d’approvisionnement transnationales et les instruments politiques et économiques qui organisent ces relations biosociales.

Julien Blanc (MNHN, Université de Paris) | Cosmopolitiques et mises à l’épreuve dans les nouveaux mondes agricoles

Certains n’ont pas attendu les appels à fonder de nouvelles cosmopolitiques pour affirmer leurs distances vis-à-vis de modèles de développement et de manières de vivre qu’ils jugent délétères pour eux comme pour l’ensemble du monde vivant. Ceux-là explorent les possibilités d’un autre être au monde, et en particulier d’autres manières de faire relation, tant avec leurs congénères humains qu’avec les non-humains, plantes, animaux, sols, etc. qui font leurs milieux de vie. C’est notamment le cas des maraichers, arboriculteurs, ou simples « jardiniers » avec qui je travaille depuis plusieurs années dans le Sud-ouest de la France et qui participent aux tissages de nouvelles écologies de la production, de la consommation et du développement territorial. J’aborderai ces explorations comme des tentatives de réouverture et de réinvestissement des relations, tant entre humains qu’avec les êtres et matières vivantes qui peuplent leurs champs et jardins. Par réouverture, j’entends la remise en question des cadres et normativités qui gouvernent le faire relation dans les sociétés industrielles / modernes. Par réinvestissement, j’entends l’exploration en acte de ce que ces relations pourraient être, en tant que mise en rapport d’êtres hétérogènes et autonomes. Je présenterai certains des processus par lesquels passe ces explorations et qualifierai les modalités relationnelles qui en émergent, en insistant sur leur capacité à réinvestir les êtres en tant que sujets et à nourrir, par et dans la pratique, des formes de respons.abilité vis-à-vis des êtres vivants. Au-delà, je montrerai comment ces modalités relationnelles structurent les réseaux en construction, suivant alors l’intuition de G.A Haudricourt qui suggère des homologies entre la culture des plantes et le traitement d’autrui. Pour autant, j’insisterai sur le fait que si ce réinvestissement est vécu comme un processus de vie, de créativité, il est également éprouvant et met fortement à l’épreuve. Il constitue ainsi tant la force de ces alternatives que ce qui en fait leur fragilité, une fragilité érigée – à différents titres – en tant qu’enjeu dans les réseaux alternatifs (vivabilité, corps au travail, modèles économiques, etc.).

Lucie Dupré (INRAE Cesaer, Dijon) et Agnès Fortier (INRAE Sadapt, Saclay) | Crise des abeilles, crise du vivant : d’une crise à l’autre

Une disparition massive des colonies d’abeilles domestiques (tapis d’insectes morts et non retour à la ruche) a été relevée aux USA à la fin des années 1990. Ce phénomène qualifié de syndrome d’effondrement des colonies (Colony Collapse Disorder) (CCD), a par ailleurs été confirmé en Europe. Il a suscité une mobilisation sans précédent au point de propulser l’abeille sur le devant de la scène politique et médiatique, attirant l’attention de la société toute entière. Comment expliquer un tel phénomène qui pourrait de prime abord paraître disproportionné ? La déstabilisation du secteur apicole et la diminution de la production de miel provoquées par le CDD ne peuvent expliquer à elles seules l’ampleur de la crise. Bien davantage que la crise apicole, c’est celle de la pollinisation qui a été au cœur des préoccupations mondiales (Dupré, Fortier, Alphandéry 2021). La pollinisation contribue en effet à la qualité des écosystèmes, au maintien de la diversité biologique et au cycle du vivant (IPBES, 2016). La disparition des abeilles, et plus largement celle des pollinisateurs, constitue donc un enjeu écologique majeur qui a conduit à ériger l’abeille au rang de sentinelle de la biodiversité. De fait, derrière la crise apicole et la disparition des pollinisateurs, une crise plus grave apparaît : celle du vivant. Laquelle laisse par ailleurs entrevoir la menace d’une crise alimentaire mondiale pointée notamment par la FAO. En effet, en l’absence de pollinisateurs, la fructification d’un grand nombre de plantes cultivées ou sauvages, à la base de l’alimentation humaine, est altérée ou impossible. On comprend mieux dès lors pourquoi l’abeille, devenue l’icône des pollinisateurs, s’est trouvée au cœur d’un vaste mouvement de politisation. Suivre la politisation de l’abeille nous conduit à circuler, au gré des récits, des textes de lois et des effets d’annonce, entre différents mondes, institutions, espaces géographiques (sauvage/domestique, agricole/environnementaliste, Nord/Sud). Chacune de ces institutions est porteuse d’une conception singulière du vivant et s’appuie sur un répertoire d’actions et de dispositifs propres. L’éloge unanime et la célébration mondiale dont l’abeille est l’objet masque en réalité de profondes divergences sur la manière de concevoir et d’envisager la préservation de ce tout petit animal et la diversité des enjeux qu’il représente.

IPBES (2016) : Résumé à l’intention des décideurs du rapport d’évaluation de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques concernant les pollinisateurs, la pollinisation et la production alimentaire. S. G. Potts et al., Bonn, Allemagne. 36 p.

Dupré, L. Fortier A., Alphandéry, P. Abeilles – « Le sacrifice des pollinisateurs », Vocabulaire critique & spéculatif des transitions [en ligne], 20 septembre 2021, disponible sur : https://vocabulairedestransitions. fr/, CC-BY-NC-ND.

 

Camille Bellet (Wellcome Trust Research Fellow, University of Manchester) | Penser avec les vaches : vies et pratiques sensorielles en élevage

Ma présentation examine comment l’utilisation généralisée de systèmes numériques de surveillance animale dans l’élevage bovin laitier modifie fondamentalement l’engagement sensoriel des agriculteurs avec les vaches et, par là-même, l’interprétation donnée à leurs vies. S’appuyant sur des centaines d’heures d’ethnographies sensorielles avec des éleveurs laitiers en France et en Angleterre, ainsi que sur des comptes rendus et promotions de technologies de détection publiés dès la fin des années 1970 dans la presse agricole, je soutiens que les systèmes de surveillance numérique dans les fermes laitières affectent radicalement, et dans certains cas approfondissent, l’investissement émotionnel des éleveurs dans leurs troupeaux et leurs liens avec les vaches. La littérature sur la surveillance décrit souvent les technologies de surveillance comme des moyens visuels froids et mécaniques qui permettent et étendent des relations de pouvoirs hégémoniques. Ma présentation introduit une nouvelle dimension à ce discours, en considérant les vaches comme des sujets du regard de la technologie et en attirant l’attention sur les expériences sensorielles des éleveurs qui utilisent ces technologies comme des outils de leur vie quotidienne. J’explore comment l’expérience d’images et de représentations visuelles de la vache, en particulier d’images en temps réel affichées sur des ordinateurs et des téléphones portables, engendre de nouvelles sensations et sensibilités chez les éleveurs. Je spécule également sur la façon dont les propres expériences sensorielles des vaches en élevage pourraient changer avec l’avènement des technologies de télédétection. Mon étude offre une manière innovante et imaginative d’examiner les relations et vies humaines-animales dans l’élevage, axée sur des expériences sensorielles évocatrices d’un point de vue humain et non-humain.

 

Session 3

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 3.05

Nassima Abdelghafour (CAK / EHESS) | Planter des arbres dans le plantationocène. Enquête sur les projets de compensation carbone des entreprises dans un monde postcolonial

Planter des arbres est une forme d’intervention environnementale qui a une histoire longue mais qui prend aujourd’hui une importance renouvelée. Alors que les préoccupations concernant le changement climatique et les dégradations environnementales s’accroissent, la pression augmente sur les entreprises multinationales pour qu’elles rendent compte de leurs impacts environnementaux et y remédient. Nombre de ces multinationales ont entrepris des efforts de compensation des émissions carbone induites par leurs activités. Des projets de restauration de forêts dégradées ou de boisement d’espaces non-forestiers sont ainsi associés à des processus de séquestration du carbone atmosphérique dans le sol, qui permettraient de compenser les émissions de carbone liées à l’activité humaine. Ma proposition consiste à examiner les problèmes que ces projets de plantation d’arbres posent et que la question du carbone a eu tendance à éclipser. Nombre de ces problèmes sont une variation sur une question simple : où planter des arbres ? Alors que la concentration de carbone dans l’atmosphère a été problématisées par les sciences du climat comme un objet global, les arbres doivent nécessairement être plantés dans un lieu donné qui se caractérise par un statut juridique, une histoire, des dynamiques écosystémiques, un paysage, un ensemble d’usages, etc. Lorsque ces projets de plantation ont lieu dans des pays du Sud global, ils rendent nécessaire une réflexion sur l’articulation entre dynamiques de compensation et dynamiques d’appropriation – notamment foncière. Mais bien d’autres entités que la terre peuvent faire l’objet de processus d’appropriation. L’enquête consiste à identifier et à qualifier les entités qui sont appropriées : un accès à l’eau ? L’initiative d’aménager un territoire et la légitimité́ qui en découle ? S’agit-il d’une forme d’appropriation épistémique, de redéfinition des pratiques légitimes de réparation environnementale et de sylviculture ? Empiriquement, j’étudie un projet de TotalEnergies – une plantation d’acacias s’étendant sur plus de 40 000 ha en République du Congo.

Elie Danziger (CNRS / EHESS) | Assembler des écosystèmes fermés : les modalités d’une pensée écologique holistique

La crise écologique actuelle soutient des discours et appelle des modes d’action pensés à l’échelle planétaire, selon une logique géologique induite par le terme d’Anthropocène. Dans les laboratoires de type Ecotron en France et ailleurs en Europe où j’ai réalisé une enquête de terrain, des scientifiques reconstituent des écosystèmes artificiels en milieu fermé, avec plusieurs réplicats, précisément dans le but d’expérimenter sur l’interrelation de nombreux phénomènes écologiques qui sont généralement étudiés séparément les uns des autres. D’un point de vue ethnographique, il paraît intéressant d’interroger la façon dont la globalité des écosystèmes est appréhendée au sein d’un milieu scientifique situé. Comment l’ethos de processus environnementaux valables en tout point du globe est-il rendu compatible avec des expériences scientifiques qui ne peuvent étudier qu’une partie de la complexité écologique d’un tout supposé ? Cette présentation s’attachera à mettre en lumière les choix qui président à la prise en compte de certains paramètres écologiques dans l’étude du vivant au sein des Ecotrons. J’y montrerai la façon dont est négocié le seuil de reconstitution minimal par les ingénieurs et les écologues dans leur volonté d’imitation du vivant pour une expérience donnée. Ainsi, je tâcherai de souligner comment les modalités d’une pensée écologique holistique dans cette communauté scientifique passe par l’assemblage d’espèces et de conditions climatiques, mais aussi de matériel de mesures, voire de données partagées dans le cadre de collaborations au sein de réseaux d’infrastructures transnationaux.

Colin Vanlaer (MNHN) | « No big fishes ». Épistémologies des discours déclinistes et biopolitique des récifs coraliens autour d’aires marines protégées (Atauro, Timor Leste)

Sur l’île d’Atauro les dispositifs institutionnels de conservation sont associés à des enjeux patrimoniaux et de gestion des ressources. Comme dans de nombreux programmes de conservation de la nature (Descola, 2005), ces enjeux sont encodés à des discours déclinistes (Blanc & al, 2022 ; Berdej & al 2015). Ces discours ne sont cependant pas homogènes. Leurs argumentaires varient en fonction des acteurs qui les énoncent. Pour les habitants des villages côtiers de l’île, les salariés des ONG de conservation de la nature ou les plongeurs de plaisance, c’est respectivement de l’« enfarouchement des poissons » de récifs, de la « perte de biodiversité » ou de l’absence de « gros poissons » dont il est question. Ces discours témoignent des « systèmes inférentiels » que produisent ces différents collectifs « pour conceptualiser les causalités, internes ou externes » des transformations environnementales qu’ils observent (Pitrou, 2014). Chacun à leur manière, ils les identifient comme des formes de dégradations d’une situation antérieure et prolifique de processus vitaux.  En proposant d’analyser d’une part le discours néomalthusien des chasseurs sous-marins habitant l’île, et, d’autre part celui protectionniste des plongeurs de plaisance, je mettrai en regard les épistémologies qui fondent ces élaborations discursives et les biopolitiques qu’elles proposent. Ainsi, je me concentrerai notamment sur les observations in situ des processus vitaux que chacun de ces deux groupes rapportent de ses pratiques. Celles-ci semblent témoigner de l’épistémologie intensive des chasseurs sous-marins qui construisent leur raisonnement sur des immersions très localisées et quasi quotidiennes quand celle des plongeurs de plaisance semble être extensive, comparant les récifs d’Atauro à d’autres récifs à travers le globe. Dans ce dernier cas, j’interrogerai notamment la « prise de conscience » d’une « crise environnementale » comme l’un des éléments paradigmatiques majeurs autant des inférences identifiant des phénomènes de « surpêches » (overfishing) à Atauro que du caractère péremptoire / arbitraire des solutions biopolitiques qui en émanent.

Emmanuelle Ricaud Oneto (Institut Agro Dijon) | Crise du vivant au prisme des techniques dans le Nord-Ouest Amazonien

Cette présentation porte sur les rapports entre humains et non humains en lien avec les bouleversements écologiques actuels chez les Maijuna (Tukano occidentaux) et les Napuruna, deux groupes amérindiens du Nord-Ouest de l’Amazonie. Elle vise à décrire et analyser le rôle qu’ils attribuent aux techniques de transformation des fruits (congélation, fumage) et de consommation des animaux tués pour rendre compte de l’assèchement des plantes et de la réduction des ressources cynégétiques et halieutiques. Il apparaît que pour les deux groupes, les figures protectrices des plantes et des animaux sont affectées par de nouvelles techniques ou pratiques sur le vivant. Cela a pour conséquence l’émergence d’interrogations sur ces changements techniques et leur évitement. En observant des palmiers fruitiers pijuayo desséchés dans leurs abattis, les Maijuna imputent ce nouveau phénomène à la pratique de fumage de ces fruits introduite récemment par un homme métis (non autochtone) qui leur a permis de préparer des appâts de pêche singulièrement performants. Dans une perspective similaire, leurs voisins, les Napuruna, attribuent le dessèchement des arbustes camu camu à la congélation massive de ces fruits en ville pour en faire des glaces. Dans ces deux cas, les technologies de transformation mobilisées sur les fruits sont décrites comme ayant un impact sur les plantes dont ils sont issus. En réponse, ils adaptent leurs pratiques et développent un regard critique sur le développement des nouvelles technologies qui s’appliquent sur les fruits. Par ailleurs, dans le cadre de l’approvisionnement alimentaire des villes, la pression cynégétique et halieutique croissante autour des villages forestiers a généré un aménagement des pratiques non seulement de pêche et de chasse, mais aussi des modes de consommation des animaux tués. Pour continuer à recevoir des animaux de la part des figures protectrices des animaux -qui régulent leur accès-, les deux groupes veillent au respect de certains interdits parmi lesquels la consommation de toutes les parties du corps de l’animal. Je développerai une réflexion sur les adaptions locales aux crises du vivant en croisant ces cas qui mettent en lumière le rôle attribué aux techniques d’intervention non seulement sur le vivant, mais aussi sur les produits du vivant.

 

Session 4

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 3.05

Hélène Melin (UMR CLERSE 8019, Université de Lille) | Enquêter la nature en temps de crise. Repenser le cadrage ontologique et décentrer le regard : une nécessité pour l’anthropologue sur le terrain ?

La « nature » est un objet anthropologique saisi depuis longtemps par la discipline, d’abord sur des terrains non occidentaux, pour saisir la diversité des interrelations aux vivants non-humains et aux milieux (Humboldt, 1845/2000 ; Lévi-Strauss, 1962, Descola, 1993, 2005), puis sur des lieux proches, dans une perspective d’analyse des transformations des relations aux écosystèmes (Kalaora, 1993, 1998 ; Larrère, 1997), alors que des crises environnementales se cumulent. Cette antériorité des réflexions par rapport à d’autres disciplines des SHS, comme la sociologie, ne doit pas nous abstraire d’une démarche réflexive quant aux modes de faire et aux angles d’enquêtes choisis. Il apparaît en effet impératif, à l’aune notamment des crises écologiques, des inégalités sociales et ethniques engendrées et des connaissances bien ancrées à présent d’ontologies relationnelles plurielles (Viveiros de Castro, 2009), de dépasser cet objet de recherche pour l’envisager bien plutôt comme un sujet de connaissances. S’il est clair que le naturalisme, comme rapport de domination humain face aux éléments biotiques et a-biotiques envisagés d’abord comme des ressources naturelles, doit être questionné, c’est aussi à un décentrement, voire un renversement de la pensée des chercheurs qu’il convient de s’atteler. Quelle place dans l’analyse anthropologique pour les êtres vivants non-humains ou plus qu’humains ? Comment intégrer réellement la diversité des existants dans les analyses de l’évolution du monde social, et en particulier sous l’aire anthropocénique ? Il semble incontournable de se tourner vers les pensées et des recherches se basant sur des points de vue ontologiques divers, en Australie (Gloscweski, 2021 ; Plumwood, 2020) ou en Amérique latine (Kohn, 2017 ; Revet, 2021, 2022) par exemple. Il s’agit, en outre, de considérer les sujets de l’enquête dans leur pluralité, et en ne posant pas la frontière de la personnalité à l’être humain, mais en considérant l’ensemble des actants d’un milieu comme membres de la communauté de pensée et d’action. C’est autour de cette question fondamentale du positionnement du chercheur en anthropologie de la nature face aux effondrements naturels et sociaux (Villalba, 2021) que cette communication souhaite participer, en interrogeant l’élargissement de sujets de l’enquête, comme la réflexivité de l’enquêteur et son propre cadre ontologique.

Emilio Frignati (LAS, EHESS) | À quoi bon ethnographier les chants kapiwaya à l’ère de l’Anthropocène ? Crise du vivant, transformation du rapport à la forêt et communication rituelle dans le Nord-Ouest Amazonien

À quoi bon consacrer du temps à transcrire le texte et la mélodie de chants qui, selon les dires des enquêtés eux-mêmes, sont tout à fait inintelligibles, et que, de toute évidence, le monde s’écroule autour de nous ? Dans cette communication, je souhaite interroger la pertinence de l’étude linguistique et musicologique de langues rituelles pour développer une anthropologie critique de l’anthropocène. À partir de l’analyse d’un registre de danses et de chants rituels collectifs appelés kapiwaya que j’ai pu enregistrer, observer et pratiquer parmi les Tuyuka de langue tukano du Nord-Ouest de l’Amazonie, j’ambitionne de montrer que l’étude des langues rituelles est loin de s’avérer une fuite en avant. Elle est au cœur même du projet scientifique et politique de l’anthropologie : démontrer, par des études empiriques rigoureuses, que d’autres mondes et d’autres modes de relations entre humains et non-humains sont possibles.

Tiphaine Duriez (Université Lumière Lyon 2) | D’une crise à l’autre ? Sortir de guerre en Colombie au temps de pandémie

Le 24 novembre 2016, au cœur de la capitale colombienne, dans l’intimité du prestigieux Teatro Colón, le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie signèrent l'”Accord final pour la fin du conflit et pour la construction d’une paix stable et durable”. Les mesures politiques prévues par ce texte avaient été pensées pour atteindre un objectif complexe : mettre un terme aux affrontements qui avaient opposé ces deux formations armées depuis plus de 50 ans. La ratification de l’Accord de Paix marque l’histoire récente de la Colombie. Pour autant, son application s’est rapidement heurtée à de nombreuses entraves. Elles culminèrent à la suite des élections présidentielles de 2018, lorsqu’un candidat ouvertement opposé au processus de paix remporta les élections.  En l’espace de deux ans, l’ère tant annoncée du post-conflit bascula ainsi sur celle, plus incertaine, des “post-accords”. Cette incertitude gagna en intensité lors de l’annonce de la pandémie de COVID-19 par l’Organisation mondiale de la santé le 11 mars 2020. Le gouvernement colombien adopta alors une politique de confinement dit “intelligent”. Cette mesure attribuait à chaque citoyen la responsabilité du risque sanitaire encourut par le choix que représentait, ou non, le maintien de sa mobilité spatiale. Cette communication propose de penser la crise COVID dans un contexte particulier : celui de l’organisation politique de la sortie de guerre en Colombie. En interrogeant la place des vivants dans la gestion politique de cette crise, elle souhaite aussi réfléchir sur les ruptures et les continuités qui se sont alors instaurées entre « crise sanitaire » et « crise humanitaire ».

Gilles Raveneau (UMR EVS 5600, Université Lumière Lyon 2) | Ce que le corps fait à l’anthropologie en temps de crise

Cette communication vise à faire l’analyse de la situation faite au corps ces dernières décennies, et tente de répondre à la question de savoir ce que le corps fait à l’anthropologie et à l’enquête ethnographique. La montée en puissance des préoccupations pour le corps a permis une ouverture à une exploration des sens, du sensible, des émotions, des affects, du genre, de la sexualité, de la pornographie, etc. Les recherches relèvent directement de questions de société, souvent brûlantes, en relation avec la mise en oeuvre de l’ordre social, économique et politique du néolibéralisme. L’intérêt pour le corps témoigne ainsi de la montée de l’individu et des revendications de minorités, mais également d’un mouvement des sciences sociales qui délaissent les approches quantitatives au profit des approches qualitatives. Penser, à partir du corps et des défis des biotechnologies et de la crise écologique, les nouvelles interactions du naturel et du culturel est un enjeu majeur pour l’anthropologie.

 

Session 5

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 3.05

Michèle Cros (Université Lumière Lyon 2) | De la prévention du Covid-19 au marché de la chance des Alasitas de La Paz (Bolivie)

En Bolivie, à La Paz, le marché de la chance des Alasitas est une manifestation culturelle qui reflète la cosmovision andine selon laquelle les humains et les non-humains doivent cohabiter harmonieusement. Tout est susceptible d’y être acheté – en version miniature – à commencer par les biens de consommation les plus courants destinés à l’alimentation ou à la locomotion, en d’autres mots : des légumes aux voitures. Avec la foi dans le pouvoir « germinateur » de ces miniatures, traitées rituellement sur place, il est attendu qu’elles se convertissent en biens ou en objets à taille réelle dans l’année qui suit. Dorénavant, il est aussi possible d’acheter au marché des Alasitas de minuscules répliques de masques chirurgicaux, des vaccins anti Covid-19 et de l’alcool Caiman… L’ensemble peut être réuni dans une « maletita de la vida y esperanza » encore qualifiée de « kit contra Covid19 ». On s’attachera ici à approfondir cette interconnectivité entre humains et non-humains, illustrée entre autres par le concept de buen vivir ; démontrant l’imbrication d’une nouvelle santé globale au sein de la cosmologie andine. Peut-on arriver à une « buen » prevention en s’appuyant sur une expression communautaire de la lutte sanitaire qui intègre ce type de célébration marchande et religieuse visant à canaliser la chance ? À défaut de gouverner la vie, on tempèrerait l’impact mortifère de l’incertitude liée à cette pandémie que d’aucuns lient étroitement à la crise écologique.

Perig Pitrou (CNRS / Maison Française d’Oxford) | Quels mondes urbains pour affronter la crise ?

Les effets de la crise écologique se font sentir encore plus intensément dans les villes. Partout, les  sociétés humaines s’efforcent de repenser les manières de concevoir et d’habiter les territoires urbains. Quel rôle l’anthropologie peut-elle jouer dans ce projet à la fois local et global? Comment une réflexion sur la qualité de vie aide-t-elle à mieux penser l’intégration des environnements construits dans des écosystèmes? Comment imaginer une « ville vivante » qui assure une meilleure coexistence entre les systèmes sociotechniques et les dynamiques écologiques? Cette présentation s’appuiera sur les travaux dans le domaine de l’anthropologie de la vie pour esquisser quelques pistes de réflexion.

Vanessa Manceron (LESC / CNRS) | Des oiseaux à la lisière de la légalité dans la périphérie napolitaine

Il s’agira de suivre des activistes de la protection environnementale ou animale, devenus gardes zoophiles (guardie zoofile) ou garde chasse, auxiliaires bénévoles des forces de l’ordre, formant une police citoyenne très active sur le territoire de la grande banlieue napolitaine. Ce faisant, nous nous intéressons à des oiseaux qui créent toute une chaîne d’interdépendances et de socialisation, émaillées de tensions et de conflits, parce qu’hommes et bêtes se trouvent pris ensemble dans un jeu d’interface, à la lisière du licite et de l’illicite, de règles légales ou de jugements moraux dissonants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search