Atelier #4

ATELIER #4 L’anthropologie face aux « crises libanaises »

Hala Caroline Abou Zaki (UMR URMIS / ICM) | hc_abouzaki@yahoo.fr

Michela De Giacometti (UMR CITERES, EHESS – Université de Tours) | degiacomettimichela@gmail.com

Lubna Tarabey (Institut des sciences sociales, Université libanaise) | tarabeylubna@yahoo.com

Des « crises » à répétition semblent caractériser depuis une décennie le temps social et les représentations du Liban, au point que l’expression « crises libanaises » est entrée dans le langage courant des sciences sociales au Liban (Salenson, Marot, Koukoui, 2021). On a ainsi parlé d’une « crise sociale », avec l’arrivée depuis 2011 d’un million et demi de réfugiés syriens; d’une « crise des déchets » en 2015 et d’une « crise politique » concomitante, due à l’incapacité du gouvernement à élire un président de la République – situation reproduite en 2022 ; d’une « crise économique et financière » d’ampleur inédite depuis 2019, et de « crise sanitaire » liée à la pandémie du Covid-19 et, aujourd’hui, au retour de maladies rares produites par la déficience du réseau d’infrastructures (eau, électricité, etc.) et les conditions de précarité qui touchent une partie de la population. Le désastre lié à l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020 enfin est devenu un emblème de l’état de disfonctionnement structurel du pays.

La crise ne se présente donc pas comme un événement dont il s’agirait d’apprécier les conséquences, mais comme un état permanent, marqué par des rythmes, des accentuations, avec lequel les individus et les collectifs doivent composer. Cela nous enjoint à considérer différemment la notion de crise, d’un point de vue théorique et épistémologique. La notion d’incertitude a ainsi été mise en avant pour rendre compte de cette temporalité continue. L’incertitude renvoie à une vie sous la menace de la répétition des crises, avérées et à venir, présentes et sous la forme d’un horizon qui grève les futurs. On signalera la notion de nakba (« désastre »), mobilisée par les Palestiniens en référence à l’exil de 1948. Cet événement fait sens dans la durée et se trouve actualisé dans les différents drames qui se succèdent, comme la destruction du camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Bared au Nord Liban en 2007 qualifiée de deuxième nakba.

S’interroger sur le rôle de l’anthropologie dans ce contexte est ainsi un objectif de cet atelier.

Un autre sera de considérer en quoi les recherches au Liban peuvent contribuer aux épistémologies des mondes qui s’effondrent et des pratiques des acteurs pour y faire face.

Nous chercherons à saisir les crises libanaises à partir des modalités déployées par les personnes pour les conceptualiser, pour y faire face ou en tirer profit. Cet atelier a ainsi pour objectif de faire dialoguer des anthropologues ou des chercheur.euse.s qui ont recours à la pratique ethnographique, menant de front des recherches sur le rôle et la place des jeunes, des professionnels actifs, des militant.e.s, de la population âgée, des réfugiés et des personnes migrantes dans la crise. Nous nous interrogerons sur les ressources et imaginaires mobilisées par les acteurs face à l’enchâssement des crises, dont la crise sanitaire qui marque à la fois une rupture et un repère temporel.

Il sera question tout d’abord de décrire et d’analyser les modalités pratiques de survie, de contournement et d’adaptation aux difficultés qu’impose la dégradation des conditions matérielles de vie, et les initiatives individuelles, familiales et collectives nées de cette condition de paupérisation et de précarisation généralisées. Dans un pays où la place de la famille et de la communauté est considérée primordiale et leur perpétuation est au centre des politiques patrimoniales communautaires et individuelles, comment la crise vient-elle ébranler ou renforcer les liens sociaux (famille, réseaux d’interconnaissance, liens d’amitiés) ou encore la notion de propriété et de travail ?

Cet atelier sera en outre l’occasion de réfléchir aux outils méthodologiques et épistémologiques envisagés par ces chercheur.euse.s dans leurs terrains respectifs. Notre objectif est de faire émerger les spécificités de l’anthropologie et de l’ethnographie lorsqu’il s’agit d’analyser les dynamiques sociales libanaises.

Ces questions s’inscrivent enfin dans des temporalités spécifiques : celle de la planification, de la projection ou encore de l’imagination et interrogent avec force les dimensions personnelle, familiale, communautaire ou collective du futur. La dimension du futur occupera ainsi dans notre réflexion une place centrale et sera envisagée comme une ressource (quels imaginaires, projections, espoirs, investissements matériels et symboliques génère-t-elle ?), mais également comme une source de tensions (absence d’espoir, désengagement…).

 

Session 1 – Familles et intimités

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 4.17

Erminia Chiara Calabrese (Université de Tarragona/EHESS/CESOR)   |  Foyers et intimités dans la crise

Cette communication interroge les effets de la crise sur les foyers domestiques et les intimités au sein des membres issus des classes populaires périurbaines dans la banlieue sud de Beyrouth. Alors que suite à la crise économique et financière débutée au Liban en 2019 ces femmes et hommes sont plongés dans une précarité à la fois économique, organisationnelle et projectionnelle (Benquet, 2011), je m’intéresse aux stratégies qu’ils déploient au quotidien pour faire face au changement vertigineux de leurs conditions de vie. L’intérêt que je porte à la dimension expérientielle de la crise, permet de mettre au jour de quelles manières la crise affecte les relations familiales et matrimoniales ainsi comme les perceptions de soi et de l’avenir. Cette communication sera l’occasion de partager une enquête de terrain menée dans la banlieue sud de Beyrouth entre 2021 et 2022.

Chawki Attiyé (Institut des sciences sociales, Université libanaise)   |  Doctrine, fertilité et crise : le  cas de la communauté Druze du Liban (communication donnée en anglais)

Le contrôle de la fertilité est un mécanisme d’adaptation contre les crises, une pratique courante chez les Libanais qui vivent une crise perpétuelle. La baisse de la fécondité s’installe ainsi dans la culture libanaise et trouve une explication dans la volonté des familles d’atteindre un équilibre entre désir d’enfants et adaptation aux conditions matérielles. Cette pratique est aussi enracinée dans le quotidien des Druzes Libanais. L’enseignement du cheikh El Amir, l’une des figures les plus marquantes pour les Druzes, suggère que le nombre d’enfants doit être déterminé par les limitations économiques et pratiques du ménage, les parents ne devant pas être empêchés de pratiquer la foi. De ce point de vue, les Druzes ont une fécondité bien inférieure à celle des musulmans mais similaire à celle des chrétiens. Cette étude qualitative vise à analyser comment les Druzes pratiquants et non pratiquants font face à la crise, et à éclairer leurs modalités d’adaptation à celle-ci, ainsi qu’à la doctrine. Cette étude anthropo-démographique s’inscrit dans une approche multidisciplinaire car elle a recours à des méthodes qualitatives telles que des entretiens et des groupes de discussion ainsi qu’à l’analyse de données secondaires.

Michela De Giacometti (EHESS/Université de Tours – CITERES) Crise et familles transnationales : reconfiguration des solidarités à l’épreuve des crises libanaises

Ma communication porte sur l’impact de la crise économique au Liban sur la (de)structuration des liens sociaux. Je m’intéresserai plus précisément aux transformations des relations inter et intra-familiales engendrées par les flux de biens matériels, de capitaux financiers et des personnes ayant lieu entre le Liban et les territoires de la diaspora depuis le déclenchement de la crise. Mon objectif est d’interroger les différentes temporalités qu’engendre une situation perçue de crise (rupture, continuité, anticipation, etc.). Si la description des trajectoires transnationales se révèle particulièrement appropriée pour rendre compte de ces temporalités, l’interrogation de la dimension du rêve, de l’espoir, mais aussi de la peur et des conflits moraux que ces trajectoires engendrent fera l’objet d’une attention particulière.

 

Session 2 – Pratiques quotidiennes, représentations et conceptualisation des crises (1)

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 4.17

Nicolas Puig (IRD) et Michel Tabet (CNRS)  |  Récits et pratiques de vie en pandémie

Nous chercherons à comprendre comment les habitants du Liban ont fait l’expérience collective de la circulation du virus Covid 19 dans leur vie ordinaire et se sont adaptés aux différentes contraintes et injonctions pour faire face à la crise sanitaire, dans ses différents enchâssements avec les crises économiques et politiques. Nous avons travaillé avec deux groupes différents situés à deux pôles de l’implication dans l’épidémie, un groupe de soignants et assimilés (médecins, infirmiers, importateurs de matériel médical) et un groupe de réfugiés palestiniens et syriens, éloigné des centralités médicales du pays et aux prises avec d’autres problématiques de crise (guerre en Syrie, précarité économique, sociale).

Hala Caroline Abou Zaki (URMIS/ICM)   |  Jeunesses en temps de crises au Liban

Cette communication s’intéresse aux effets des « crises » multiples qui secouent le Liban depuis 2019 sur les jeunesses. Elle s’appuie sur des enquêtes menées auprès de jeunes Libanais.e.s, Palestinien.ne.s et Syrien.ne.s à partir de l’été 2019 dans trois villes du pays, à Beyrouth, Saida et Bar Elias. Il s’agira de mieux saisir la manière dont les crises se répercutent sur les trajectoires individuelles et collectives, à partir notamment de plusieurs dimensions : les études, le travail, la vie familiale ou les sociabilités. Je m’intéresserai en outre à la notion même de crises à partir de la manière dont les personnes décrivent et interprètent les différents évènements. L’analyse s’appuie sur une perspective diachronique qui rend compte des ruptures et des continuités qui se déploient à travers ces situations, et une approche intersectionnelle attentive aux critères de genre, de classe et de statuts juridiques des personnes.

Kammourieh Sarah-Madona (EHESS – IRIS /Ifpo)  |  À la marge de l’État. Négocier la perception frontalière en temps de crise

En me fondant sur un travail de terrain mené entre 2019 et 2022 dans les villages frontaliers du Sud-Liban, je souhaite montrer dans cette communication les effets de la crise sur la perception frontalière des habitants de cette région à la fois à la marge de l’État libanais et sur la ligne de front entre le Hezbollah et Israël. La région frontalière a précédemment été occupée par Israël (1978-2000). Aujourd’hui, la Blue Line sépare ces deux États ennemis. La situation politique dans la région conjuguée à la crise économique qui traverse le pays mène alors une partie des habitants à perdre confiance dans la capacité de l’État à les protéger et à les sortir de cette crise. Face à la dégradation du niveau de vie, le quotidien des habitants s’en trouve alors particulièrement affecté. Dans ce contexte, je souhaite interroger les effets de la crise sur le rapport des habitants à l’État libanais et montrer comment certains habitants puisent dans leur passé les ressources pour négocier leur imaginaire frontalier.

 

Session 3 – Pratiques quotidiennes, représentations et conceptualisation des crises (2)

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 4.17

Soussane Gergess (Institut des sciences sociales, Université Libanaise) | Alternatives pour combler le besoin : étude anthropologique sur la crise économique au Liban et la culture des vêtements d’occasion (Akkar/Nord Liban)

La crise économique au Liban et la baisse du pouvoir d’achat ont dynamisé le commerce de vêtements d’occasion à Akkar, région multicommunautaire et économiquement défavorisée du nord du Liban. Les pratiques d’achat des vêtements usés d’avant la crise ont changé, notamment en ce qui concerne l’identité sociale des consommateurs de ces vêtements, leurs motivations et leurs lieux d’approvisionnement. Ainsi, de nombreux magasins de vêtements d’occasion sont apparus récemment qui témoignent de la diversification de ces boutiques et de leurs marchandises. Quelle est donc la relation entre l’image du corps et l’achat de vêtements d’occasion ? Quelles sont les motivations, les représentations sociales et les effets socio-psychologiques liés à l’achat de vêtements d’occasion ? Notre communication vise à répondre à ces questions à partir d’une approche anthropologique qualitative qui dépasse les approches quantitatives de l’achat, de la vente et du prix et qui sera mise à l’épreuve du terrain de la crise économique au Liban et des transformations sociétales que celle-ci produit.

Lubna Tarabey (Institut des sciences sociales, Université libanaise) | Crise perpétuelle – Une approche alternative à la crise (communication donnée en anglais)

Une crise se définit comme un événement d’une durée relativement courte, imprévisible, provoquant un changement fondamental dans l’ordre naturel d’un système, et étant associé à une rupture, un avant et un après, et un après-coup à traiter. Certains chercheurs proposent des façons d’aborder la crise en questionnant la nature même et le sens de la crise, les conséquences et la gestion de la crise. Spector (2019) propose une critique de la façon dont la crise est conceptualisée comme une réalité objective en se concentrant sur l’idée qu’il s’agit bien d’une construction. L’objectif de cette étude, issue des travaux de Naepels (2012) sur l’angoisse perpétuelle, vise à proposer une réflexion alternative sur la compréhension très basique de la crise à partir de la situation libanaise où se produisent non pas une crise mais une série de crises. Le Liban est un pays qui a souffert de ce que j’ai choisi de décrire comme un état de crise perpétuelle de diverses sortes qui rend obligatoire une approche alternative à la théorisation et à la compréhension de la crise.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search