Atelier #3

ATELIER #3 Anthropologie des crises patrimoniales. Le cas de Notre-Dame de Paris.

Cyril Isnart (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | isnartc@gmail.com

Sylvie Sagnes (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | sylvie.sagnes@cnrs.fr

La littérature sur les catastrophes naturelles nous a appris à mieux cerner les enjeux sociaux qu’une rupture de l’ordre, de l’espace et des temporalités due à un événement critique peut dévoiler à propos des hiérarchies des acteurs, des performances du rapport au lieu, des effets d’échelles politiques et des narrations des émotions (Revet et Langumier 2013). Mais on a rarement croisé ce domaine spécifique des sciences sociales avec un autre chantier, presque aussi ancien, celui des émotions patrimoniales (Fabre 2013, Dassié 2014, Tornatore et Barbe 2011). L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 a précocement été pensé comme symptôme de crises aussi différentes que celle de l’Église catholique, celle de la conservation des monuments historiques ou celle du lien de la nation à son passé. Cette catastrophe a constitué un laboratoire scientifique unique que des anthropologues, sociologues, muséologues ou conservateurs ont pu investir en décrivant et analysant, pendant les cinq années qui nous séparent de l’incendie, les effets sociaux et culturels d’une crise patrimoniale multiforme. À la faveur d’un programme soutenu par le ministère de la Culture et le CNRS, le chantier de restauration de la cathédrale s’est ainsi doublé d’un chantier scientifique observant les effets de la crise, depuis les émotions internationales jusqu’aux manipulations des vestiges, en passant par les mouvements des œuvres et des objets liturgiques sortant puis entrant de l’édifice en travaux. Qu’est-ce que le cas de Notre-Dame nous apprend sur la définition d’une crise et de quelle manière le champ de l’anthropologie du patrimoine peut-il enrichir une anthropologie de la crise ?

 

Session 1 – Secousses, répliques et résiliences au lendemain d’une émotion cathédrale

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 3.15

Gaspard Salatko (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Notre-Dame en crise : entre sacralisation et profanation

L’incendie de Notre-Dame de Paris a ouvert une situation de crise concernant le devenir de cet édifice. Pour caractériser ce contexte d’incertitude et les reconfigurations qu’il instaure, j’examinerai les soins prodigués aux objets issus de Notre-Dame ou destinés à la rejoindre, en m’attachant plus particulièrement à leur engagement dans des manifestations publiques (fêtes, processions et solennités chrétiennes, cérémonies civiles ou événements patrimoniaux). Par ce prisme, j’observerai comment la restauration de Notre-Dame est traversée par des processus de « sacralisation » et de « profanation » (Agamben, 2005) : comme par exemple lorsqu’en clôture des Journées Européennes du Patrimoine 2021, le représentant de la maîtrise d’ouvrage (ancien chef d’État-Major des armées françaises) affirme publiquement que la priorité de l’État est la réouverture du monument au culte; lorsqu’en mai 2021, la translation des reliques des Martyrs chrétiens de la Commune est attaquée par les militants « antifas » donnant lieu à l’intervention des forces de l’ordre ; ou lorsque les récits du sauvetage et des translations de la couronne d’épines reconnectent cette relique majeure du christianisme aux différents corps de la fonction publique engagés dans son sauvetage (pompiers), sa conservation (conservateurs du patrimoine), son escorte et sa protection (policiers). J’aborderai ces situations comme autant d’entrées originales pour comprendre comment les objets et matériaux de Notre-Dame agrègent des collectifs contrastés, des revendications situées et des histoires croisées, où références chrétiennes et républicaines s’opposent ou s’hybrident de manière inhabituelle.

Marie Balthazar (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Un orgue peut en cacher un autre

Au lendemain de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les Français comme plus largement la communauté internationale découvrent, par l’entremise des médias, l’existence des grandes orgues. Malgré la chaleur et les tonnes d’eau déversées par les pompiers, l’instrument, tout de bois et de métal, est intact. Reconnu jusqu’alors comme un instrument prestigieux par une poignée de spécialistes – musiciens, experts en patrimoine –, vécu en outre comme l’une des étapes du parcours initiatique consubstantiel à la formation des organistes – et à ce titre au cœur des préoccupations de cette communauté dès l’annonce de l’incendie –, l’orgue « miraculé » devient objet de toutes les attentions. C’est ce passage d’un « nous » à un autre qui a d’abord guidé l’enquête entreprise à partir du grand orgue. Comment la multiplication et l’amplification des attachements influencent-elles un chantier de restauration ; l’orgue ayant été, comme la cathédrale, contaminé par le plomb ? Comment une telle crise cristallise-t-elle ou remodèle-t-elle les rôles comme les missions des divers acteurs engagés auprès d’un instrument de musique qui est aussi liturgique et patrimonial ? Il est tout particulièrement intéressant d’observer les effets de la polarisation de l’attention sur le grand orgue, sur le chantier de reconstruction de l’orgue de chœur, fatalement endommagé. A l’écart des projecteurs, que nous apprend le dialogue entrepris entre le clergé et les institutions patrimoniales sur la manière de concevoir aujourd’hui un objet à la croisée de préoccupations religieuses, nationales, patrimoniales ?

Sylvie Sagnes (UMR Héritages, CYU – CNRS – MC) | Avant et après la catastrophe : médiations, réceptions, appropriations de Notre-Dame

Jusqu’au 15 avril 2019, les médiations dont Notre-Dame de Paris pouvait faire l’objet s’avéraient relativement modestes et contrastaient avec les chiffres de la fréquentation touristique qui faisaient de la cathédrale parisienne le monument le plus visité d’Europe. Les résultats du questionnaire conçu dans le cadre du GT EMOBI Venir à Notre-Dame de Paris. Expériences et perceptions abondent dans le même sens, faisant état d’un besoin de médiation relativement faible avant l’incendie, ce qui tranche avec les désirs exprimés dans l’après-coup de la catastrophe, révélant un appétit comme illimité de connaissances concernant Notre-Dame. Or au présent de la restauration qui tient de façon inédite le monument à distance de ses millions d’usagers, l’offre implose littéralement, sous des formes diverses, les unes attendues, les autres un peu plus inédites. Paradoxalement, cette situation rendue plus radicale encore en raison de la crise sanitaire, semble renforcer le lien à Notre-Dame, comme révélé par l’émotion planétaire, en stimulant les manières de faire exister ce patrimoine, autrement qu’in situ, multipliant ici et là les mises en présence de la cathédrale dont il convient d’interroger à la fois les formes et les raisons d’être. Comment donc expliquer ce désir exacerbé de médiations, et en regard, toute la créativité mise en œuvre pour le satisfaire ?

 

Session 2 – D’une crise l’autre : interférences

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 3.15

Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE, Université Paris 8) | La crise et l’écrin : après l’incendie, le projet de réaménagement des abords de Notre Dame comme enjeu urbain et patrimonial

Si les abords de Notre Dame, c’est-à-dire son parvis mais plus largement le cœur de Paris sur l’île de la Cité,, les quais de la Seine avec leurs ponts et berges comme site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco « Paris, rives de Seine »* faisaient l’objet depuis déjà 2016** d’une réflexion pour les réaménager, voire les requalifier, l’incendie de la cathédrale au printemps 2019 a reposé de manière plus urgente et critique l’enjeu urbain du site patrimonial. Le projet de réaménagement des abords, qui a été voté en Conseil de Paris le 15 avril 2021, a pour ambition de « repenser complètement l’accueil de l’édifice, ses accès depuis le parvis, la gestion des flux, la continuité avec la Seine, la végétalisation du site, les parcours à travers l’île de la Cité et les perspectives »*** tout en mettant au concours international un projet à dimension « humble »****, au budget voté de 50 millions d’euros, pour redonner un « écrin » à Notre Dame. Comment aménager ces abords qui, traversés chaque année par plus de 12 millions de touristes par an, constituent aussi un lieu de vie pour les habitants du quartier certes peu nombreux (900 personnes comptabilisés en 2016), mais aussi pour les femmes et les hommes qui travaillent quotidiennement autour de Notre-Dame, dans les commerces, dans les institutions et les entreprises, dans les lieux publics, pour les Parisiens et Grands Parisiens qui traversent cet espace aussi intégré au paysage urbain qu’exceptionnel du point de vue patrimonial ? Par ailleurs, comment concevoir le réaménagement d’un tel espace, avec notamment son parvis minéral favorisant un îlot de chaleur, à l’heure de la crise écologique ? Enfin, dans quelle mesure le réaménagement de ces abords constitue un enjeu politique particulier entre État et ville dans un contexte de crises et tensions entre acteurs aux objectifs parfois divergents ? Ainsi, cette intervention se propose de questionner plus largement la manière de refaire du Paris avec Notre-Dame, comment refaire de la ville avec du patrimoine, comment articuler les échelles du temps, entre crise et permanence, les échelles de l’espace, entre ville globale et enjeu de quartier. Ce faisant, elle proposera de démontrer qu’une approche en anthropologie urbaine permet de nourrir une anthropologie de la patrimonialisation.

* https://whc.unesco.org/fr/list/600/

**Voir notamment le rapport commandé par François Hollande en 2016 à Philippe Belaval président du Centre des monuments nationaux (CMN) et Dominique Perrault, architecte : « Mission Ile de la Cité. Le cœur du cœur »

*** Conseil de Paris, délibération n° 2021 SG 20.

**** Présentation d’Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Maire de Paris, lors d’une réunion publique en 2021.

Ewan Barcelo (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | Notre-Dame des Palettes : des monuments face à la crise

L’incendie de Notre-Dame de Paris est apparu non seulement comme une crise en soi mais comme l’indice de crises plus larges, patrimoniales, politiques, religieuses. En fixant le temps de l’actualité politique et médiatique, elle a bousculé le cours d’une autre crise, sociale, dont l’urgence était signalée par les Gilets jaunes depuis plusieurs mois. Gilets jaunes eux-mêmes perçus comme une « crise » par les autorités, qui y voient un problème à résoudre. Les crises, qui portent incertitude, perturbation, antagonisme (Morin, 1976) dépendent d’abord de la perception des groupes sociaux qui les constituent en tant que telles, et leur omniprésence a pu être comprise non comme une série d’accidents extraordinaires mais comme des éléments structurels du néolibéralisme (Dardot et Laval, 2016). Si la notion est elle-même à questionner, on peut partir de ces trois « crises » (Notre-Dame, crise sociale générale, Gilets jaunes) diversement identifiées pour se focaliser sur l’espace de décision, de transformation et de construction qu’ouvre la crise, à rebours de ce que le mot évoque a priori. Concrètement, les Gilets jaunes ont saisi les enjeux derrière chacune de ces « crises » et ont érigé des

constructions en forme de monuments aussi bien que de mots d’ordre pour y répondre, des «[architectures] des ronds points » (Pouyet, 2019) ou des marques d’un « design du peu » (Gwiazdzinski, 2021). L’enquête sur la genèse des Notre-Dame des Palettes, leur mise en œuvre et leurs restes témoignent de techniques, d’esthétiques et de pratiques qui les dressent comme des édifices face à la crise, à la fois conséquence d’une situation de crise et programme pour en sortir.

Cyril Isnart (UMR IDEMEC, Aix Marseille Université) | Les crises patrimoniales au risque de la comparaison

En avril 2019, lorsque le monde est saisi par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les émotions, collectives et individuelles, laissent apparaître bien plus que la tristesse de voir partir en fumée le savoir-faire des artisans de charpente du XIIIe siècle et bien autre chose que la stupeur devant la fragilité des traces du passé dans le paysage parisien. Le monument devient un événement, il s’inscrit dans un moment tragique qui exacerbe le danger de la perte irrémédiable et l’expression des angoisses de la fin de toute chose. L’incendie de Notre-Dame, comme toute catastrophe patrimoniale, interroge le sentiment patrimonial contemporain. Mais le cas Notre-Dame n’est pas isolé. Qu’est-ce que la comparaison peut apporter à une anthropologie de la catastrophe patrimoniale ? Quatre pistes de travail comparatif peuvent être suivies : la gestion de la catastrophe patrimoniale et son administration dans la lignée des disaster studies ; les opportunités que permettent l’arrivée du désastre, entre opportunisme, réappropriation des brûlis et agilité sociale des acteurs ; les disputes sur la restauration de l’authenticité et les nouvelles valeurs, parfois subversives, du monument touché ; et les possibles formes élémentaires de la catastrophe patrimoniale qui invitent à une investigation comparative élargie. A partir du constat de l’évidence de la crise et à travers une série de cas confrontés à celui de Notre-Dame de Paris, cette communication tente de repérer les conditions et les effets de ces cataclysmes culturels, politiques et émotionnels qui dessinent ce que le monument nous fait en disparaissant.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search