Atelier #29

ATELIER #29 Ethnographier la fabrique des “crises”

Laëtitia Atlani-Duault (UMR CEPED, Université Paris V / IRD / INSERM / LESC) | laetitia.atlani-duault@u-paris.fr

Qu’est-ce qu’une « crise » ? Pourquoi ce terme est-il devenu un nouveau mot-valise ? En quoi vient-il prendre place dans l’histoire longue de l’anthropologie politique et pourquoi semble-t-il avoir supplanté, pour un temps, d’autres outils conceptuels de l’anthropologie politique relégués aux oubliettes ? Comment ethnographier la fabrique des crises, dans des contextes et face à des enjeux forcément hétérogènes ? Cet atelier tentera de répondre à ces questions, et à d’autres encore.

 

Session 1 

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 5.09

Leonor Gonzalez (CMH, EHESS / ENS / CNRS), Emmanuelle Ricaud-Oneto (Institut Agro-Dijon, EHESS), Marie Aureille (LAP, EHESS), Martin Roy (LAP, EHESS), Olivier Coulaux (LAP, EHESS) | Crises, alternatives et fabrique de l’anthropologie (politique)

L’actualité politique et médiatique relative à la « crise écologique » ou à l’imminence d’un «effondrement de la civilisation » a donné un regain de visibilité à l’anthropologie. Les appels faits aux anthropologues à étudier « les alternatives » et à trouver dans leur analyse des «réponses » et des « solutions » aux crises présentes et à venir sont nombreux. Un message d’espoir en ressort souvent : il serait possible de faire « autrement » et « ailleurs », certains groupes sociaux auraient des solutions ancestrales ou expérimenteraient de nouvelles voies qui nous permettraient de faire face aux « crises ». Chacun d’entre nous a éprouvé la nécessité de faire un pas de côté vis-à-vis de ce cadrage, que nous interrogerons en revenant sur la pratique même de l’anthropologie politique. 

Francesco Pompeo (Università Roma 3) | Crise de la gouvernance ou gouvernance de la crise dans une périphérie romaine

L’appropriation anthropologique de la notion de crise est particulièrement utile pour l’analyse de la politique dans l’Italie contemporaine. En effet, il s’agit d’une référence récurrente dans le discours public en tant que catégorie polysémique. Elle est évoquée en termes de crises générales à long terme : celui du modèle économique et de la représentation politique, et sociale, avec l’appauvrissement de la classe moyenne, réinterprétée idéologiquement comme une « crise sécuritaire », superposée à des représentations alarmistes de l’immigration. Parmi les stratégies de réponse aux crises, les plus avancées se concentrent sur la participation et la mise en place d’une nouvelle gouvernance partagée des territoires. À partir d’une ethnographie dans la périphérie historique de Rome, nous montrerons comment une politique de gouvernance et de participation basée uniquement sur l’évocation rhétorique, sans profondeur analytique et sans réflexivité, peut présenter de nombreux angles morts conceptuels et des contradictions que l’administration locale peine à prendre en compte. Ce processus se déroule souvent de manière contradictoire entre la reconnaissance des acteurs de ladite « société civile », où l’expérience, c’est-à-dire l’expertise, entre en jeu, et l’anonymat idéologiquement revendiqué de la voix des « citoyens ». Les deux interlocutions, évoquées comme des formes de catharsis du politique, réalisent ainsi un point de convergence entre la pratique des populistes et celle des technocrates : c’est finalement la même dépolitisatisation.

Laurent Vidal ( UMR SESSTIM, Université Aix Marseille / INSERM / IRD) | La « crise » comme abus de langage

Pour expliquer les conflits et bouleversements politiques que connaissent certains pays du Sahel, comme le Mali, la notion de crise (qualifiée fréquemment de multidimensionnelle) est non seulement constamment mobilisée mais jamais interrogée sur son adéquation pour rendre compte précisément de ce qui se joue depuis plus de 10 ans. Or à l’examen on peut considérer que, soit il n’y a pas de crise stricto sensu soit il y a un feuilleté de crises. Le singulier s’avère inapproprié tant on est en présence de problèmes structurels (inégalités, injustices, marginalisations, services publics défaillants, Etat éloigné) qui ont certes connu des pics de manifestation au cours du temps mais qui ne sont pas l’exception, le transitoire, la crise en somme. Nous nous proposons donc de montrer ce que l’usage mécanique de la notion de “crise” empêche de penser (l’ancrage historique, la transformation des relations sociales, notamment entre générations, les connexions au Monde de chacun) et pourquoi, malgré sa faiblesse analytique, elle reste solidement ancrée dans les discours, ceci en développant l’idée d’un marché de la crise et de ses corollaires – résolution de la crise, postconflit et tout le lexique associé – qui rend difficile une remise en question du caractère opératoire de la notion.

Équipe de direction du LAP (UMR 8177, EHESS : R. Ciavolella, C. Lecadet, C. Neveu, G. Rebucini) | Mondes en crise/Sujets émergents

Les représentants du Laboratoire d’anthropologie politique proposent un retour critique et de perspective suite aux débats qui ont eu lieu lors du colloque « Mondes en crise/Sujets émergents » qui s’est tenu du 7 au 9 juin 2023. Le rapport dialectique entre les crises des mondes – économiques, sociales, écologiques, géopolitiques, etc. – et l’émergence de nouvelles subjectivités politiques demande de repenser la place de l’anthropos sur la planète, une place que l’on assume comme politique, ancrée dans des dynamiques historiques, des processus sociaux et des horizons politiques et située au point de conflit ou d’articulation entre les logiques de la démesure de l’économie, de la technique et du global et le champ des possibles des humains.

 

Session 2

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 5.09

Maroussia Ferry (ERC Gangs, gansters, ganglands: Towards a Global Comparative Ethnography, IHEID-CCDP, Genève) | La perte comme lien en Géorgie postsoviétique. Ethnographier les dissonances intimes de la crise

En 1991, le monde soviétique a connu un effondrement global et multiscalaire sans précédent. Les sociétés ayant traversé cet épisode historique offrent donc, avec un recul de trente ans, une matière empirique inestimable pour penser une approche anthropologique de la crise. A travers l’étude du phénomène des migrations féminines, cette intervention montrera en quoi les relations familiales et intimes en Géorgie postsoviétique se sont reconfigurées autour d’une « culture de la perte », soit la mobilisation opérante et socialisante d’un vocabulaire du « chaos » (areuloba) permettant de dépasser et d’intégrer les ruptures de la crise. Cependant, je montrerai aussi comment, dans certains cas, de profondes dissonances internes au sujet se manifestent. J’avancerai ainsi que, malgré le caractère spectaculaire de la crise, c’est finalement dans l’observation de faits mineurs (silences, failles logiques etc.) que l’anthropologue peut saisir l’essence de ces subjectivités de crise telles qu’elles perdurent sur le long terme.

Claire Lefort-Rieu (CEPED, Université Paris Cité / IRD / INSERM) | Ethnographier la fabrique des « crises » en contexte camerounais

Récemment, le Cameroun a fait son entrée sur la scène humanitaire internationale en raison des diverses « crises » auxquelles il est confronté. Objet anthropologique en soi, l’attribution de cette dénomination de « crise » relève d’un enjeu de pouvoir et de gouvernement. Il s’agira d’interroger la façon dont les outils de l’anthropologie permettent de penser les discours et pratiques que la crise suscite de la part des différents acteurs. On cherchera ainsi à interroger les méthodes et approches dont dispose l’anthropologie pour ethnographier des situations de troubles et les métiers que celles-ci engendrent. On proposera pour cela un retour réflexif sur deux ans de double ethnographie, menée auprès des structures d’aide internationale au Cameroun et des populations visées par leurs interventions. Il s’agira de questionner le rôle des chercheur.e.s face aux modalités de construction et (ré)interprétation des crises, ainsi que les enjeux éthiques et méthodologiques liés.

Stéphen Huard (UMR 8170, EHESS / INALCO) | Coups d’État, violences politiques et situations critiques : réflexions sur la temporalité de la crise en Birmanie

L’anthropologie de la Birmanie s’est construite en dépit d’un accès au terrain extrêmement difficile dans un contexte de violence marqué par de multiples crises politiques. Réfléchir sur ce terrain, où la crise est paradoxalement la norme, permet de s’interroger sur la temporalité des crises et sur les outils à notre disposition pour mener des enquêtes en contexte autoritaire. Il s’agira tout d’abord de proposer une réflexion sur les moyens d’aborder les effets de la violence dans une situation de crise, à partir de la résistance actuelle contre le coup d’État de février 2021 et à travers une démarche d’anthropologie historique attentive à l’accumulation mémorielle des expériences de la violence ainsi qu’aux modalités d’engagement des personnes dans des espaces sociaux traversés par cette crise. Il s’agira ensuite de réinsérer cette expérience personnelle dans l’histoire récente de l’anthropologie de la Birmanie pour interroger le rôle et l’engagement des anthropologues dans ces situations critiques.

 

Session 3

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 5.09

Fernando Garlin Politis (CEPED, Université Paris Cité / IRD / INSERM) | « Appelle-moi par ton nom » – Ethnographie des crises et pouvoirs humanitaires à la frontière colombo-vénézuélienne

A partir de recherches de terrain à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, l’objectif de cette communication est de remettre en question les relations de pouvoir constituées autour de certaines crises humanitaires, en particulier telles qu’elles s’expriment dans les liens étroits entre humanitaires et gouvernements. En accord avec De Lauri (2019) pour qui « une critique de la crise est une critique du pouvoir », cette communication explorera la crise humanitaire qui se joue actuellement à la frontière entre la Colombie et le Venezuela comme une arène politique, constituée de tensions, de conflits et d’alliances, dans laquelle la capacité de contestation joue un rôle décisif.

Julie Dulat (Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR SENS) | L’ostréiculture, une filière en crise ?

L’ostréiculture française a traversé de nombreuses difficultés questionnant l’existence de la filière (Derolez, 2020). Les épizooties consécutives sur les espèces d’huîtres, les arrêts de commercialisation pour raisons sanitaires, le manque d’attractivité des emplois ostréicoles et les conditions environnementales moins favorables à la croissance des coquillages ont mené les chercheur·es de l’Ifremer à qualifier ces événements de « crises » (Fleury et al., 2020). Pourtant les producteur·ices absorbent ces phénomènes dans leurs pratiques et les surmontent et ne les qualifient pas ou plus de « crises ». Cette communication s’intéresse à la manière dont un travail questionnant les situations critiques passées, présentes et à venir, les représentations sur ces situations et leur intégration dans le présent des producteur·ices, peut contribuer à alimenter les réflexions autour de la notion de « crise». J’y développerai en particulier l’articulation entre la catégorie « crise » telle qu’exprimée par les ostréiculteur·ices et celle ensuite élaborée lors de l’analyse de ces situations.

Léo Marty (MNHN ED 227, UMR 7206) | Qu’est-ce que la crise dans un socio-écosystème oasien ? Observer et mobiliser la notion de crise sur un terrain ethnographique en développement

L’oasis d’al-‘Ulā (Arabie saoudite) vit au cœur d’un projet de développement mobilisant des ressources considérables, où la polysémie de la notion de crise se déploie aussi bien pour les communautés locales qui la vivent que pour l’apprenti ethnographe sur son terrain. Comment saisir cette “crise oasienne” en Arabie et ses dynamiques? Il s’agira de présenter d’une part, le changement du socioécosystème d’al-‘Ulā à travers la notion de crise et  d’autre part, les modalités d’étude de la crise en tant qu’événement sur ce terrain ethnographique.

Tessa Bonincontro (Laboratoire des Sciences des Risques, PEnSTer : Pollutions Environnement Santé Territoire – HSM Hydrosciences Montpellier – IMT Mines Alès)  | Qualifier les territoires post-miniers en Cévennes : peut-on parler de crise ?

Les activités extractives sont depuis plusieurs décennies décriées au regard de leur impact. Les stigmates environnementaux, sanitaires et sociaux portés par les territoires des années après le départ des entreprises exploitantes sont cristallisées dans des controverses socio-environnementales, parfois institutionnalisées en véritables problèmes publics. Cependant, la pression sur les métaux stratégiques nécessaires aux transitions énergétiques et numériques replace ces activités extractives au cœur des débats politiques et sociétaux, légitimant notamment la politique de renouveau minier en France. Les projets de réouverture de mines y ravivent la mémoire conflictuelle du passé minier, voire réactivent des situations critiques appelant une analyse en termes de crise. Notre hypothèse est que les territoires ne capitalisent pas tous de la même manière les apprentissages des crises passées pour réduire leur vulnérabilité sociale et environnementale.
Cette communication a pour but d’explorer la notion de gestion après-mine dans trois territoires post-miniers polymétalliques cévenols, grâce à une étude des écrits scientifiques et médiatiques et des entretiens semi-directifs avec des scientifiques, experts de l’Etat, membres d’associations et autres habitants. Les enquêtes ont rapidement montré des dynamiques différentes, au point d’interroger l’utilisation du terme de crise pour qualifier certaines situations d’après-mine. Qu’est-ce qui motive certains acteurs à utiliser le terme de crise post-minière et d’autres à le réfuter ? L’utilisation de ce terme est-elle liée à un certain niveau de connaissance des acteurs ? A-t-elle un effet performatif ? Enfin, ce travail essaiera d’amorcer un retour réflexif sur la recherche menée : quelle posture et quelles méthodologies adopter face à un territoire en souffrance ? Quels enseignements utiles en contexte de renouveau minier pouvons-nous tirer de ce travail ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search