Atelier #28

ATELIER #28 Educations

Silvia Lopes da Silva Macedo (CIRCEFT-ESCOL, UPEC) | silvia.lopes-da-silva-macedo@u-pec.fr

Marie Ducellier (Laboratoire d’anthropologie du contemporain) | mary.ducellier@gmail.com

Thomas Vaisse ( EHESS / CNE) | thomas.vaisse@ehess.fr

Laurence Bertea-Granet (Eutopique) | laurencebertea@hotmail.com

La crise serait-elle un élément constitutif de l’éducation ? L’éducation serait-elle la source ou la solution des crises ? Les institutions qui en ont la charge sont-elles des lieux propices à la configuration de crises et à leur observation ? L’éducation peut être mobilisée pour répondre aux crises ou favoriser leur visibilité et dénouement. Dans cet atelier, nous proposons de questionner cette relation entre éducation et crise à partir d’une diversité de regards, d’expériences et d’analyses anthropologiques.  L’atelier « Éducations » propose ainsi un double questionnement : à la fois l’étude contemporaine des « crises éducatives » (Quelles « nouvelles » crises ou « sorties » de crise ? Quelles « crises permanentes » ?) et la manière dont l’anthropologie (ses méthodes, ses postures) peut renouveler ses objets, contribuer à s’adapter aux crises voire, à les anticiper.

 

Session 1 

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 5.12

Marie Ducellier (Laboratoire d’anthropologie du politique) | « Crise » de l’éducation à l’image

Cette communication vise à étudier les effets et processus par lesquels l’anthropologie a pu renouveler certaines conceptions et pratiques dominantes de l’éducation à l’image en France. Les professionnels de ce champ, centré sur la promotion du cinéma d’auteur depuis le rituel de la salle, relatent la « crise » de ce format historique. La communication démontre comment l’anthropologie remet en question l’hégémonie de ce climat normatif et conduit à repenser l’éducation à l’image comme espace de dialogue entre différentes cultures visuelles, plus hybridées et co-dépendantes que séparées et concurrentielles. La « crise » semble dès lors reconfigurée : ce n’est plus une crise pour ou contre des images mais une crise entre celles et ceux qui regardent et produisent des images. L’anthropologie met en exergue l’impensé des vies et cultures des personnes dans la construction de l’éducation à l’image d’hier à aujourd’hui. La communication examine ainsi le rôle particulièrement heuristique de l’anthropologie qui, au prisme d’un terrain et d’un objet « nouveau » pour elle, se fait levier à de nouvelles théories et épistémologies qui renouvellent en profondeur le champ de l’éducation à l’image.

Laurence Bertea-Granet (Eutopique) | L’anthropologie comme apprentissage des crises du 21e siècle : rendre les enfants pleinement acteurs de leur futur et des Objectifs de Développement Durable de l’ONU »

La génération Alpha (née entre 2010 et 2020) a connu l’accumulation de cinq crises majeures : attentats terroristes, manifestations des gilets jaunes en France et crises économiques mondiales, crise sanitaire COVID, guerre en Ukraine, emballement de la crise climatique… Les grands enjeux du 21ème siècle, matérialisés par les 17 objectifs de développement durable de l’ONU, n’ont jamais été aussi concrets pour les générations futures qui grandissent dans un contexte sans précédent. Or, faire face à ces défis nécessite de développer des capacités qui, jusque- là, n’étaient pas au cœur des apprentissages. Il ne s’agit plus d’apprendre, mais ‘d’apprendre à apprendre’ et de développer les capacités à s’adapter à des changements permanents et imprévisibles. L’ethnologie c’est questionner, observer, comprendre, coopérer, analyser, communiquer, autant de compétences nécessaires pour se saisir des enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Recourir à l’ethnographie dans l’apprentissage, c’est développer une « culture du questionnement », de l’esprit critique et d’une pensée systémique devenue aujourd’hui indispensable. eutopique développe chez les enfants et leur écosystème (domestique, scolaire et local) les compétences du 21ème siècle via les sciences sociales et l’intelligence collective.

Audrey Dessertine (Association ethnoArt ) | La crise, un objet pour l’anthropologie ?

L’association ethnoArt œuvre depuis 20 ans à transmettre les méthodes et connaissances de l’anthropologie en puisant dans les techniques de l’éducation populaire, en région parisienne principalement. Les médiatrices scientifiques inventent des outils pour s’adresser à des enfants, des adolescent.e.s et des adultes dans différents contextes comme l’école, les centres sociaux, les centres d’animations, les maisons d’arrêt… La notion de crise traverse de multiples façons notre travail quotidien. Pour cette communication nous proposons un bilan d’expériences en analysant ce qui est demandé lorsque des professionnel.le.s et des institutions commandent un projet ethnoArt pour “résoudre une crise”. Des violences de genre à l’école entre élèves ? Faisons une enquête ethnographique sur les émotions ; des propos racistes entre élèves au collège ? Proposons des ateliers ethnoArt autour du racisme et des discriminations en classe ; une religiosité trop démonstrative chez des adolescent.e.s suivi.e.s par la protection judiciaire de la jeunesse ? Organisons des ateliers débats avec ethnoArt autour du fait religieux ; des femmes primo- arrivantes vivant dans un foyer d’accueil d’urgence et venant du continent africain sont en conflit par rapport à la gestion des espaces communs ? Mettons en place un groupe de parole animé par ethnoArt autour du vivre ensemble. Mais qu’est-ce que cette mobilisation de la crise nous dit 1) du besoin d’aide à la réflexivité dans ces institutions ; 2) des liens pressentis, mais non explicites, entre une situation circonscrite localement et des crises sociales plus globales ; 3) de la difficulté à comprendre les arguments et controverses scientifiques et du besoin d’aide pour s’approprier différents concepts (genre, race, culture, etc.) ; 4) du besoin d’expérimenter d’autres pédagogies pour “sortir” de la crise alliant par exemple science et art ; 5) de la définition de ce concept : une notion aux contours flous qui manifeste avant tout une urgence ?

 

Session 2 

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 5.12

Silvia Lopes da Silva Macedo (INSPE, UPEC / CIRCEFT-ESCOl) | L’éducation scolaire chez les populations amérindiennes amazoniennes serait-elle l’exemple d’une crise continue ?

L’éducation scolaire amérindienne amazonienne est née d’un sentiment d’urgence et de crise face à la perte de savoirs, de langues et de pratiques de transmission et d’éducation natifs. Leur évolution fait face à de multiples crises, qui peuvent être à la fois internes et externes. Face à la ‘crise’ de la perte, et face à la violence de l’éducation scolaire peu attentive aux particularités socioculturelles et linguistiques des populations, les anthropologues sont souvent appelés à y contribuer, participant à de processus qui comprennent de la revendication de droits à la construction de politiques et des pratiques éducatives. Sont-ils/elles, les anthropologues, préparés à ce rôle ? Comment répondent-ils/elles à ces sollicitations ? Et quelles sont les limites de leur action ? Serait-elle, la crise, un aspect constitutif de l’éducation scolaire amérindienne ? Dans cette communication nous chercherons à répondre à ces questions, explorant d’une part la place des ‘crises’ dans l’éducation amérindienne ; et d’autre part la place des anthropologues dans ces processus.

Thomas Vaïsse (EHESS / CNE) | Écoles au bord de la crise de nerf

Les écoles publiques marseillaises sont souvent décriées comme des institutions dysfonctionnelles, incapables d’assurer la mission de service public qui leur est allouée au départ. Cette critique est exprimée aussi bien par des parents d’élèves, par le personnel éducatif, par les organisations qui représentent ces deux groupes, par les responsables politiques ou les médias. Les nombreuses grèves des agents municipaux qui dénoncent le manque de personnel et d’investissement, couplées aux problématiques d’infrastructures et d’inégalités socio-spatiales profondes, sont pointées comme les éléments révélateurs d’un système scolaire en crise. Pourtant, dans ce contexte marseillais, il semble curieux de parler de crise au sujet d’événements qui se répètent depuis plusieurs décennies. Il s’agit donc de réfléchir ici aux formes d’inscription de la crise dans des dynamiques politiques plus larges (Masco, 2017) ? A ses effets sur les agents concernés, selon leurs différences de statuts, de genre, d’origines ou de classes sociales ? Il semble, au vu de l’émergence de nombreux collectifs, qui innovent dans leurs façons de militer ou d’interagir avec d’autres collectifs ou institutions, qu’une situation de crise pourrait être un moteur de créativité (Narotzy, 2014 ; Rakopoulos, 2018), tout en mettant en lumière des persistances, telle que la place fragile, mais centrale, des syndicats dans la configuration de la fonction publique (Béroud et al., 2018). Ma communication se structure autour de ces interrogations. Si l’ambition n’est pas d’y répondre complètement, il s’agit de penser les crises dans les écoles comme des moments de vérité (Roitman, 2014), qui publicisent dans l’arène publique l’étendue des tensions et des problématiques qui existent dans les champs scolaire et politique marseillais.

Nancy Ndour (Éducation Inclusive) | L’inclusion scolaire des enfants déficients visuels du Sénégal : Une aubaine de sortie de crise pour construire une communauté éducative inclusive

L’éducation est un droit inhérent et fondamental pour tout être humain. Ce droit occupe une place centrale dans la constitution des droits de l’Homme. Néanmoins, dans certaines sociétés, la conception et les représentations qu’on a et qu’on se fait du handicap font que les enfants vivant avec un handicap ont connu l’exclusion, la discrimination, la marginalisation et la ségrégation dans la société en général et dans le cadre de l’éducation en particulier. De nombreux enfants se sont donc vu refuser l’accès à toute sorte d’éducation ( Davin et al., 1989, p. 23). Ainsi, pour établir une justice sociale à l’endroit de l’éducation et permettre à tous les enfants d’accéder à l’école, quelle que soit leur situation sociale, des écoles ont été choisies pour accueillir des enfants en situation de handicap présentant une déficience visuelle. Ce projet pilote d’éducation inclusive a permis d’enrôler de nombreux élèves déficients visuels (malvoyants et non-voyants) dans l’élémentaire. Cette intervention et/ou contribution présente les résultats d’une recherche doctorale sur l’inclusion des enfants à besoins éducatifs spéciaux (BES) à Dakar (Sénégal). Plusieurs questions se posent sur la politique éducative de l’inclusion des enfants déficients visuels. Ce refus d’accès à l’éducation était-il lié aux représentations ? Quelles perceptions les acteurs et la communauté ont-ils de l’éducation inclusive ? Qu’en est-il de la formation des enseignants en éducation spécialisée, intégratrice ou inclusive ? Où en est-on sur l’application des lois et accords nationaux et/ou internationaux sur l’éducation inclusive ? Autant de questions qui interpellent une analyse socio-anthropologique du phénomène.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search