Atelier #27

ATELIER #27 Méthodologie et éthique

Sepideh Parsapajouh (CéSor, EHESS / CNRS) | sepideh.parsapajouh@gmail.com

Comment peut-on poursuivre la pratique anthropologique dans des circonstances où l’accès au terrain devient difficile, voire impossible ? Que reste-t-il de cette pratique lorsque ses méthodes intrinsèques, notamment l’observation et l’entretien in situ, qui ont grandement inspiré d’autres domaines de recherche, ne peuvent plus être appliquées ou rendues possibles en raison de l’inaccessibilité du terrain ?

Diverses situations politiques, environnementales, économiques, ainsi que la pandémie de la COVID-19, ont entraîné la suspension de nombreuses activités, voire leur transformation au sein de diverses sociétés, créant ainsi une double crise d’inaccessibilité au terrain. Ces circonstances, ainsi que le développement et la généralisation mondiale des outils de communication en ligne, ont poussé de nombreux anthropologues à repenser leur approche méthodologique et à se tourner vers la collecte de données numériques, notamment en utilisant les médias sociaux et les technologies de communication en ligne pour maintenir le contact avec les membres de la communauté qu’ils étudient. Cependant, cette approche soulève diverses questions méthodologiques et éthiques telles que la confiance, la confidentialité, la fiabilité ou la protection des données, ainsi que l’adaptation de l’anthropologue et de ses interlocuteurs aux nouveaux outils.

Certaines situations de crise ont également posé d’autres problèmes méthodologiques et éthiques, notamment le problème crucial de la temporalité : comment compter le temps dans une crise, faire la part entre « le présent » et « le passé » ; entre le réel, l’histoire et la mémoire ? Puis vient celui de la position du chercheur lorsqu’il est embarqué moralement dans la crise : comment penser la question de la distance méthodologique et de la « neutralité axiomatique » ?

Ces nouvelles contraintes méthodologiques, qui affectent aussi bien les chercheuses et chercheurs que leurs interlocutrices et interlocuteurs, soulèvent également des questions épistémologiques importantes concernant l’interprétation et la restitution des données, mais aussi l’écriture des résultats. L’utilisation de différentes formes d’écriture alternative (l’adoption d’un langage littéraire, musical, ou séno-cinématographique ; l’utilisation de langages locaux ; la production de récits collaboratifs) fait partie des initiatives apparues à travers ce défi éthique et méthodologique, qui permettent de remettre en question et de déconstruire les discours dominants en anthropologie et de reconstruire de nouvelles approches.

Cet atelier rassemble plus d’une quinzaine de chercheuses et chercheurs travaillant sur diverses thématiques et terrains, toutes et tous confronté·e·s à ces questions méthodologiques et éthiques liées aux « temps de crise ».

 

Session 1 – Web-ethnologie : l’espace, le temps et le réel 

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 5.12

Diouldé Chartier (DCAP Research), Ben Chartier (DCAP Research) | La web-ethnographie, outil prospectif pour les temps de crise ?

La web-ethnographie s’intéresse aux traces laissées sur le web par des individus en relation avec une expérience qu’ils vivent dans la vie réelle. Cette méthode capte un matériau produit dans une situation faite de multiples décalages, dans l’espace et dans le temps : l’observateur, hors de la présence des observés, n’a accès qu’à ce que ces derniers jugent signifiant dans leur récit. Eux-mêmes échangeant avec des tiers distants, ils explicitent beaucoup de détails contextuels. En outre, les messages recueillis sont archivés sur le web depuis longtemps pour certains, mais tous ont été postés « à chaud » mus par une émotion ou un besoin. L’analyse sémantique de leurs récits, outillée par un algorithme sémantique, produit un effet de loupe sur l’irrésolu, c’est-à-dire le critique à l’échelle individuelle.

Aurore Dumont (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités) | Enquêter en contexte autoritaire : évolution des pratiques ethnographiques depuis la fermeture des frontières chinoises

Deux ruptures majeures ont marqué le terrain chinois ces dix dernières années : l’accession au pouvoir de Xi Jinping en 2013, et la fermeture prolongée des frontières entraînée par la pandémie de Covid 19 en 2020. Cette communication examinera le renouvellement des pratiques ethnographiques et les ajustements méthodologiques soulevés par ces deux temps de crise. À partir des données récoltées sur le terrain chez les populations minoritaires de la région autonome de Mongolie-Intérieure entre 2008 et 2019 puis en ligne à partir de 2019, je me pencherai sur le glissement entre ces deux temps de crise et son impact sur le rôle de l’anthropologue. Quelle continuité existe-t-il entre ces deux temporalités et comment remettent-elles en cause le terrain de l’anthropologie ? Comment les écritures alternatives produites par la collecte digitale mettent-elles en lumière les logiques de réappropriation par les populations et les nouvelles dynamiques de l’anthropologie participative ? Ces questionnements permettent de réfléchir aux différents outils disponibles pour saisir la crise sur le terrain chinois et aux modalités d’adaptation de l’anthropologue et de ses informateurs.

Marion Brachet (CESR, Université de Tours), Baptiste Pilo (CESR, CNRS), Cécile Prévost-Thomas (CERLIS, Université Sorbonne-Nouvelle), Manuel Roux (THALIM, CNRS), Luc Robène (THALIM, Université de Bordeaux), Solveig Serre (CESR, CNRS), Frédéric Trottier-Pistien (Cerlis, CNRS) | Terrains de crise : saisir la mémoire et les traces de la pandémie dans les milieux musicaux

La crise sanitaire du COVID-19 se compose de plusieurs épisodes, allant de l’urgence initiale des confinements stricts au passe sanitaire, en passant par la période des couvre-feux – sans oublier qu’à l’heure où ces lignes sont écrites, une remontée épidémique est enregistrée en France. La crise est donc changeante et s’inscrit dans un temps long. Cette temporalité distendue a pu constituer un obstacle aux entreprises de récolte participative de la mémoire de la crise, comme l’ont expérimenté les plateformes Mémoires de crise (Institut Covid Ad Memoriam) ou Humans of Pandemic, devenue (Un)Essential Humans (Université de Lausanne). Dans les milieux musicaux, l’évolution de la crise pose également problème : si elle était d’abord synonyme d’une mise à l’arrêt du secteur, ses conséquences impliquent aujourd’hui un changement des habitudes du public et des reconversions chez certains corps de métier dans un contexte de forte inflation économique. En d’autres termes, les effets de la crise sont toujours réels, quoique plus diffus. Cette situation génère parfois un besoin de témoigner sur cette période certes difficile mais qui a également pu représenter une opportunité inhabituelle pour certains acteurs ; d’autres, au contraire, souhaitent tourner la page et se remémorer une crise sanitaire considérée comme bel et bien close. Néanmoins, chez toutes les personnes interrogées dans le cadre de notre projet ANR MUSICOVID, un même problème se pose autour de la mémoire : le caractère multiple de la crise et des restrictions qui l’ont accompagnée rend toute chronologie très difficile à reconstituer pour les acteurs. Il s’agira pour nous de dresser un constat des défis méthodologiques de l’enquête de terrain et de ses outils pour saisir à la fois la mémoire et les traces de la pandémie dans les milieux musicaux. L’enjeu est celui de tenir l’équilibre entre une posture historienne et une posture ethnographique : faut-il prioritairement réaliser un travail de mémoire sur le cœur de la crise sanitaire, qui s’éloigne de jour en jour, ou se concentrer sur ses représentations contemporaines et ses conséquences diffuses dans le quotidien actuel du milieu musical ?

 

Session 2 – Pluralités de points de vue et co-création 

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 5.12

Laure Manicom (EHESS) | Un cas de crise-fait divers traitée par l’anthropologue

Il s’agit pour moi de me saisir d’une crise-fait divers prise dans l’actualité présente qui fait également l’objet d’un traitement journalistique concurrent. Et de le traiter sous forme d’un article alternatif à l’article du journaliste du journal Sud-Ouest. Mon article sera fondé sur une enquête de terrain fait des interactions avec les différents acteurs ou groupes d’acteurs impliqués dans cette crise-fait divers qui impacte l’existence de la personne par la rupture de son actualité existentielle.  Ma présentation consiste en la confrontation de mon papier avec celui du journaliste prenant pour objet un même fait divers, de la comparaison de leur mode opératoire, de leur argumentation, et de leurs conclusions respectifs.

Florence Ménez (AMURE, UBO / IUEM) | Des traces qui font récits : raconter la crise des sargasses sur le littoral caribéen

Depuis 2011, des échouements de plus en plus importants d’algues sargasses, reviennent poser les mêmes questions aux habitants des littoraux de la Grande Caraïbe : comment vivre avec ces anciennes espèces compagnes devenues un fléau depuis qu’elles sont en abondance et dégagent des gaz neuro-toxiques lorsqu’elles se putréfient ? Le projet transdisciplinaire SaRiMed (changements dans les modes de vie et perceptions des risques liés aux sargasses) interroge la notion de l’habitabilité du littoral impacté par ces sargasses dans un ensemble de crises environnementales, en prenant comme terrains Martinique et Marie-Galante. Cette proposition se focalisera sur une question méthodologique propre au type de recherche-action engagé et embarqué : quelle(s) formes de récits choisir pour transmettre dans l’espace public la parole d’acteurs sociaux et favoriser leur mise en résonance du problème pour engager reconnaissance et débat? Basé sur des entretiens semi-directifs, des observations participantes et une documentation photographique, un dispositif évolutif a été créé après un an d’enquête par l’ethnographe et coordinatrice du projet, mêlant graphisme, photographie, vidéo et lectures théâtralisées, en fédérant des étudiant.e.s en Martinique et à Brest, des acteurs de théâtre, et les interlocuteurs.trices eux-mêmes. Prolivariation (en référence à Tsing et à Latour) a été présenté pour la 1ère fois en 2022 sur scène à Brest (Festival RESSAC, Recherche en Sciences, Arts et création à l’UBO) et une 2ème fois lors d’une réunion sur les sargasses en Martinique, organisée par une association de citoyens. Les textes qui composent Prolivariation sont des extraits entremêlés d’entretiens, racontant les peurs, les questionnements et les savoirs des riverains, à travers la notion des traces laissées par les gaz sur les objets matériels, et des traces plus invisibles que ces évènements répétés laissent dans la vie quotidienne, les relations de voisinage, la famille, la mémoire des lieux, l’intimité du corps. Il se veut également un dispositif évolutif participatif, visant à provoquer une expérience dialogique avec les résidents en présentant les vidéos des lectures ou le livret lors des entretiens, et en leur proposant un retour réflexif et une co-création. A travers Prolivariation, l’ethnographe interroge finalement la notion de faire récit commun.

Session 2 (suite) – Réflexivités et fragilités épistémologiques 1 

Gaëlle Hemeury (CITERES, Université de Tours) | Faire de la recherche en contexte pandémique et contraint ou l’éloge de l’adaptation encore et toujours

En Algérie, depuis les années 2010 et tout particulièrement depuis le Hirak, on observe un renouvellement des formes et des lieux d’expression des artistes. Ces derniers, contraints et dont le discours et le geste oscillent entre motivations politiques et/ou esthétiques, mettent en lumière les carences urbaines et culturelles (Guinard, 2012) au regard du nouveau rapport à l’espace public (Driss, 1999), à l’art public (Zask, 2013) et aux publics perceptible. En effet, malgré l’interdit qui pèse sur les pratiques artistiques publiques, celles-ci semblent reconfigurer la fonction de la ville et contribuer en creux à la requalification urbaine (Lydon, 2011) et à la réhabilitation citoyenne (Chardel, 2015). Toutefois, en 2019, alors que la société algérienne offre des opportunités de recherche intéressantes au regard du Hirak qui influe sur la vie culturelle et artistique (Aggoun, 2021), la pandémie mondiale Covid-19 contraint les États à confiner et à fermer leurs frontières. Dès lors, mon accessibilité au terrain est remise en cause. Cependant, malgré le contexte pandémique et autoritaire qui s’exerce à l’encontre des artistes durant cette « période de frontières fermées, j’ai décidé de poursuivre mon terrain d’étude à distance. Depuis le printemps 2022, l’État algérien a partiellement rouvert ses frontières. Pour autant, le retour sur le terrain a été et demeure complexe au regard des formalités administratives pour l’obtention du visa et de la méfiance qui s’exprime à mon égard. À cet effet, j’ai adapté et questionné mes outils méthodologiques et notamment l’usage du numérique (et des réseaux sociaux) tant pour le chercheur que pour l’artiste pour lequel il intervient comme un médium « continuum de l’espace public » et une illustration « du contexte contraint » algérien (Dahlgren, 2020). De plus, j’ai recouru à diverses stratégies pour obtenir la confiance de mes interlocuteurs. Aussi, je suis devenue auprès des publics cibles « la fille du quartier présente et serviable » et auprès des artistes, je suis devenue directrice administrative de projets artistiques et photographe, réalisant des expositions éphémères et spontanées. Dès lors, à travers cette communication, il s’agit d’étudier l’adaptation aux crises du chercheur et du sujet observé (V.Gelézeau et B.Joinau, 2022) et d’analyser la perspicacité de cette dernière au regard des résultats. Aussi, nous exposerons tout d’abord l’hybridité des visites de terrain réalisées en Algérie depuis 2017 au regard des contextes (1). Ensuite, nous questionnons les méthodes et les stratégies employées pour s’adapter aux situations et aux interlocuteurs (2). Enfin, nous évoquerons la pertinence de ces recours méthodologiques à savoir les opportunités offertes et les limites qu’ils représentent ainsi que les réflexions épistémologiques -terrain en contexte contraint ou autoritaire ?- et anthropologiques -les identités que j’emploie pour mener mon terrain- qui en découlent (3).

Florian Lebreton (TVES, Université du Littoral Côte d’Opale), Eric Boutroy (L-ViS, Université Claude Bernard Lyon 1) | Enquêter en urgence pendant le Covid-19. Quelques leçons méthodologiques d’un suivi d’innovation en temps de crise

Dans le contexte chamboulé du Covid-19, nous avons mené une enquête sur la création en urgence d’un masque barrière dédié à la pratique sportive en observant des trajectoires d’innovation à partir de deux entreprises, processus qui n’a pas abouti à une mise en usage effectif. Après avoir cadré les résultats saillants de l’étude, nous proposons un retour réflexif sur les conditions de conduite d’une enquête qualitative en temps de crise. Comment travailler et adapter de terrain dans des situations d’incertitude généralisée et d’urgence temporelle ? Nous commencerons par décrire certains aggiornamentos méthodologiques au travail ethnographique pour suggérer que ces révisions ne sont pas singulières à la crise Covid-19 tant elles illustrent, non sans ambivalence, certaines évolutions des pratiques d’enquêtes de terrain : approche multiscalaire, ethnographie des traces en ligne, soumission à des financements « flash », pression à produire du savoir dans l’urgence, difficulté à replacer une ethnographie de la crise dans le temps long.

 

Session 4 – Réflexivités et fragilités épistémologiques 2

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 5.12

Amalia Dragani (LAP / Marie Curie Fellowship) | Visions touarègues de Jésus. Biographies des convertis au Christianisme depuis l’Islam au Niger et au Mali

À l’heure des globalisations religieuses concurrentes, sur la base d’un terrain ethnographique d’un an à Niamey (Niger) et des précédentes missions à Bamako (Mali), j’interrogerai les trajectoires de conversion, déconversion et reconversion au Christianisme des Touaregs qui en viennent à adopter cette confession. Si les dynamiques de conversion religieuse au Christianisme dans des environnements majoritairement musulmans ont fait l’objet de travaux concernant l’Afrique du Nord et le Sahel ou l’Afrique du Nord (entre autres Cooper 2006 ; Dirèche-Slimani 2009; Kaouès 2018), elles demeurent assez inexplorées s’agissant des sociétés sahariennes contemporaines, plus connues aujourd’hui pour fournir un terrain d’accueil aux divers mouvements djihadistes qui ébranlent la région. L’objectif de ma recherche est l’appréhension des transformations en cours dans cette société, à partir des « hidden histories » des convertis sahariens dans l’espace nigérien et malien. Au-delà des biographies stéréotypées des convertis “persécutés” par les familles et l’entourage, l’observation participante montre, malgré tout, une intégration dans le tissu social meilleure que les narrations ne laissaient présagir. C’est pourquoi je développerai une réflexion méthodologique sur l’enquête biographique menées dans des contextes d’enquête ethnographique à haut risque sécuritaire, et auprès des populations vulnérables.

Luisa Salieri (LaSA, Université de Franche-Comté) | La recherche empêtrée dans des situations « troubles » : les apports du travail d’enquête dans des situations de crise

En 2022, une des plus grandes entreprises françaises de construction de maisons individuelles « sur plan » a déposé le bilan. Or, de 2016 à 2022, j’ai été recrutée en tant que doctorante CIFRE par une association crée par cette entreprise et dont les activités d’innovation devaient apporter des « solutions » aux difficultés qu’elle rencontrait sur le marché. « Empêtré » dans l’histoire de cette entreprise, mon travail de recherche a pris acte de plusieurs crises concomitantes : crise de l’accession à la propriété de logements individuels neufs, crise économique des constructeurs de maisons et crise environnementale. Cette communication restituera le positionnement adopté dans cette situation, qui appelait à une triple loyauté envers les commanditaires, le monde social et le monde académique.

Sepideh Parsapajouh (CéSor, EHESS / CNRS) | Où placer le regard dans le tourbillon de la crise ?

Depuis septembre dernier, l’Iran, mon terrain de recherche, traverse une crise sociopolitique considérable avec de nombreuses manifestations, des centaines de morts et des milliers d’arrestations. Le questionnement que je mène ici ne concerne ni les faits, ni la politique du gouvernement iranien ou la dynamique actuelle de la société, mais ma position en tant qu’anthropologue face à un terrain en crise. Je me vois confrontée au défi de comprendre nombre de mes interlocuteurs habituels. Mes efforts de compréhension m’ont entraînée « dans le tourbillon de la crise » en mettant à jour une difficulté épistémologique inattendue : dans une situation de confusion, de pluralisation de la réalité, mes interlocuteurs et moi avons perdu les bases communes de nos conversations. Leurs expressions, prises de positions entrent en conflit avec mes convictions éthiques, remettant en question ma neutralité anthropologique. Comment dois-je placer mon regard dans cette crise ? Puis-je encore prétendre à une « neutralité axiomatique » ? Le dispositif narratif et l’écriture imagée peuvent-ils être des outils efficaces pour surmonter cette crise du côté de mes recherches ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search