Atelier #26

ATELIER #26 Crises et militantismes

Gabriel Stoiciu (Institut d’Anthropologie Francisc Rainer) | gabriel.stoiciu@gmail.com

Les mouvements sociaux, qu’ils soient spontanés ou inscrits dans le programme d’un groupe d’action, constituent un thème majeur pour l’anthropologie et l’ethnologie. Les communautés de protestation ont été observées depuis les grands mouvements de décolonisation d’après la Deuxième Guerre mondiale jusqu’aux récentes manifestations du Printemps arabe et des Gilets Jaunes. Les motivations, les ressources et les formes d’expression propres à chaque groupe engagé dans l’action offrent aux ethnographes des informations essentielles pour la construction d’un modèle explicatif de l’impact de ces mouvements sur la société dans son ensemble.

Cet atelier s’adresse aux chercheurs qui se sont investis dans l’étude des constructions idéologiques et praxéologiques en contexte de crises, qui animent les communautés impliquées dans des actions de protestation ou de résistance envers différentes formes d’autorité institutionnelle perçues comme abusives ou illégitimes. Les propositions pour cet atelier peuvent concerner une grande variété de communautés, sans restriction typologique ou géographique.

 

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 5.13

Sébastien Baud (Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel / Institut français d’études andines, Lima) | Dire son mal-être dans la société awajun

« Les peuples autochtones sont les gardiens de la forêt amazonienne. » Répétée à l’envi, cette affirmation est pourtant si souvent mise à mal par les faits observés. La destruction fin janvier 2023 de l’oléoduc nord-péruvien passant par le territoire awajun (famille linguistique aents chicham ; Haut Marañón, Pérou), par ceux qui y vivent, est un exemple fort. Au-delà d’un jugement des pratiques déployées en termes d’« authenticité » ou d’« inauthenticité » – des notions limitant la compréhension de ce qui se joue vraiment du point de vue des personnes –, il revient à l’ethnologue de penser une situation de crise dans son travail de longue haleine et de s’interroger : comment faire avec les mots qui viendront après un tel acte convulsif d’automutilation ?

Madeleine Sallustio (CSO, SciencesPo – CNRS), Céline Eschenbrenner (Tulane University) | Les milieux anarchistes face aux « crises » environnementale et migratoire en France

Comment la notion de « crise » environnementale et migratoire entre-elle en résonance dans les milieux militants anarchistes en France ? En nous appuyant sur plusieurs années d’enquête ethnographique dans le sud-est du Massif central et dans les Hautes-Alpes, nous interrogeons la manière dont les militants structurent leurs pratiques avec la crise et l’urgence tout en gardant une distance critique à leur égard. De nombreux militants dénoncent en effet les diagnostics de crise officiels et les pratiques institutionnelles qui leur sont associées. En comprenant ici la crise comme une catégorie de l’expérience sujette aux négociations et en prise avec des pratiques et imaginaires contradictoires, nous tâcherons de documenter comment s’articulent politiques publiques et pratiques contestataires ainsi que les effets de la temporalité de l’urgence sur l’organisation interne des pratiques militantes. Nous verrons comment la prépondérance du faire et la valorisation de l’action directe endossent risquent d’enfermer ces régimes d’engagement dans un présentisme permanent.

Gabriel Stoiciu (Institut d’Anthropologie Francisc Rainer) | Cyber-solidarités spontanées et éveil civique des trois générations en Roumanie. Compte rendu sur le mouvement « #REZIST »

La dernière décennie a vu Bucarest comme plusieurs autres villes en Roumanie s’élever contre le gouvernement. Les plateformes des médias sociaux #REZIST et #Coruptia ucide (La corruption tue) ont mobilisé ses adhérents de réclamer dans la rue l’intention du gouvernement de rendre inutile, par décret, la lutte institutionnelle contre la corruption. Le résultat : des masses impressionnantes d’individus ‘obstinés’ occupent les grandes places pendant plusieurs week-ends entre 2015 et 2019. Une recherche hybride s’impose. Dans un premier pas, la modalité d’accès choisie est de s’intégrer dans les communautés virtuelles, réaliser de premières observations et initier des échanges avec d’autres membres. Ensuite, l’anthropologue descend dans la rue – car le contact direct avec les gens reste la « pierre angulaire » d’une recherche dans les sciences sociales.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search