Atelier #25

ATELIER #25 Regards anthropologiques sur une notion politicoéconomique de crise : le  “pouvoir d’achat”

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) | sophie.chevalier7@icloud.com

Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE 7218, Université de Paris 8) | emmanuelle.lallement@univ-paris8.fr

Dans cet atelier, nous nous interrogerons sur une notion qui, si elle n’est pas familière de la discipline anthropologique, fonctionne pourtant comme un allant de soi tant elle est systématiquement invoquée par les économistes, les pouvoirs politiques, les médias et les citoyens consommateurs, que ce soit dans les pays du nord comme dans les pays des suds : le « pouvoir d’achat ». Cette notion tend à devenir dans certains discours un gage de bonne gestion économique, surtout en périodes de crises, où toutes les institutions étatiques et sociales scrutent la moindre hausse ou la baisse de ce pouvoir d’achat, dans un monde où les revenus du capital et du patrimoine dépassent largement ceux du travail et où les inégalités s’accroissent. Cette notion, bien que plus ancienne à la crise que le monde traverse dans ces années 2020, est introduite dans le discours public dans l’après-guerre en Europe ; mais, au milieu des années 1970, le contrat qu’il implique entre gouvernements sociaux-démocrates et la société est remis en cause, avec l’incapacité de ceux-ci de le maintenir par une redistribution équitable. Plus précisément, le « pouvoir d’achat » correspond à la quantité de biens et services que le revenu d’un ménage permet d’acquérir. Il constitue une promesse d’accès à un certain nombre de biens de consommation, et à des structures marchandes qui permettent de consommer. Et, par ce biais, à un statut et à une position sociale. Cette promesse prend d’autant plus d’importance qu’elle ne saurait se réaliser pleinement pour toutes les classes sociales. La crise actuelle, et sa narration, le transforme en une véritable incantation performative qui garantirait non seulement la paix mais aussi l’ordre social lui-même et la place de chacun·e dans une « société de consommation ».

Or, que peut signifier pour l’anthropologie le « pouvoir d’achat » ? Comment saisir une notion qui, loin d’être universelle, colonise une grande part des discours sur la situation contemporaine mondiale. Que signifie la catégorie de « pouvoir » dans l’activité sociale et économique de l’achat ? Comment les individus en font-ils l’expérience en période de crises inflationnistes ? À quel modèle de consommation, voire d’organisation sociale et politique, fait-il référence et est-ce que toutes les sociétés y font référence selon les mêmes modalités ? Enfin, comment le pouvoir d’achat peut-il, dans le même temps, s’articuler avec les expériences de la crise climatique et la raréfaction des ressources naturelles et constituer une remise en cause du modèle de société auquel ce « pouvoir d’achat » se rattache ?

 

Session 1 – Pouvoir d’achat et consommation

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 3.12

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) et Emmanuelle Lallement (UMR LAVUE 7218, Université de Paris 8) | Le pouvoir d’achat, une question anthropologique ?

 

Anaïs Albert (ICT Identités, Cultures, Territoires, Université Paris Diderot / UR Les Europes dans le Monde 337) | Du « salaire pour vivre » au « pouvoir d’achat » : la prise en compte de la consommation par le mouvement ouvrier dans l’entre-deux-guerres

On assiste ainsi dans les années 1920 à un lent basculement du mouvement ouvrier en faveur de la « consommation ouvrière ». Dans la tradition marxiste, le salaire n’est perçu que comme le prix d’un travail, et donc comme appartenant au monde de la production – c’est « le salaire pour vivre », le défendre ou l’augmenter a pour seul objectif de « sortir de la misère ». Dès 1895, Jean Jaurès se demande s’il est sain ou pas de « protéger l’ouvrier contre lui-même » en s’opposant à l’accès au crédit à la consommation des classes populaires. L’inflation galopante de la Première Guerre mondiale et des années 1920 fait prendre conscience au mouvement ouvrier de l’autre fonction du salaire : il sert à acheter des biens de consommation. Le syndicaliste Hyacinthe Dubreuil préconise ainsi en 1924 de passer du « discours de la misère » à la revendication d’un « droit à la vie plus large, plus aisée ». Le mot « pouvoir d’achat », qui s’impose dans les années 1920 au sein de la SFIO et devient une revendication en 1935 avec le Front populaire, signe ainsi la conversion d’une partie du mouvement ouvrier à la défense de la consommation.

Florence Weber (Centre Maurice Halbwachs / ENS) et Agnès Gramain (Université de Lorraine, CESAER / INRAE / Institut Agro Dijon) | Peut-on calculer un pouvoir d’achat localisé et à quelles conditions ? Une ethnographie transfrontalière armée par la science économique

Les zones frontalières au sein même de l’Union européenne mettent en évidence des mécanismes d’enrichissement et d’appauvrissement des ménages selon qu’ils décident ou non de passer la frontière pour travailler ou pour résider de l’autre côté, ainsi que les ressorts démographiques, moraux et sociaux d’une telle décision. L’économie transfrontalière contemporaine est le produit d’un enchevêtrement de réglementations dont l’effet est l’enrichissement de certains acteurs économiques et l’appauvrissement d’autres, mais aussi le développement d’une hyperconsommation de loisirs qui peut être perçue comme mettant en danger le territoire même auquel sont attachés certains groupes sociaux. Le calcul d’un pouvoir d’achat localisé serait-il efficace pour montrer qui sont les groupes piégés par leurs dispositions acquises et les personnes capables de se saisir des opportunités ? à quelles conditions pourrait-il voir le jour ? Quelles sont les autres options pour reconnaître aux ménages des droits en fonction de leurs besoins et non de leur pouvoir d’agir ? Ces questions méthodologiques seront posées à partir d’une ethnographie des voisinages et des trajectoires familiales dans l’Arc jurassien franco-suisse qui cherche à rendre compte des dilemmes moraux et des accusations concernant les notions d’hyperconsommation ainsi que de l’audience différentielle, politique et citoyenne, des savoirs sur la destruction et l’entretien de la nature.

 

Session 2 – Pouvoir d’achat et politiques de la consommation

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 3.12

Marc Abélès (EHESS) | Consommation du luxe et pouvoir d’achat des élites en temps de crise

Dans un contexte marqué par l’inflation et une conjoncture internationale particulièrement incertaine, un domaine tire son épingle du jeu en matière de consommation. Il s’agit du luxe, dont on a pu penser que la période du Covid et les crises qui ont suivi ralentiraient le rythme de croissance. Or qu’observe-t-on ? Au troisième trimestre 2022, les résultats sont exceptionnels. Sur cette période, les ventes de l’activité mode et maroquinerie de LVMH (Louis Vuitton, Dior, Celine…) – qui génère les deux tiers du bénéfice d’exploitation du groupe – ont décollé, en hausse de +22 % ; celles d’Hermès ont bondi, à +24 %. Si l’on y regarde de plus près on s’aperçoit que la croissance est tirée par un nouveau groupe d’acheteurs de luxe : la Génération Z et les Millennials. Ils ont acheté plus d’articles de luxe que leurs aînés au cours des 12 derniers mois (63% pour la Génération Z ; 63% pour les Millennials ; 45% pour la Génération X ; 25% pour les Baby-Boomers). Aujourd’hui, les acheteurs de luxe préfèrent les articles de qualité supérieure et considèrent leurs achats comme un choix environnemental et durable, qui les aide à acheter moins mais mieux.  Ce constat amène à revoir complètement la vision pour le moins caricaturale du luxe qui prévaut en sciences sociales et à s’interroger sur la notion même de pouvoir d’achat trop souvent réduite à une régularité statistique.

Pierre Blavier (UMR CLERSE 8019, Université de Lille) | Point de vue de gilets jaunes sur le pouvoir d’achat

Pour les sciences sociales, la notion de “pouvoir d’achat” pourra sembler bien rebattue, tant elle est accaparée par le discours médiatique. Mais, en enquêtant auprès des gilets jaunes et en particulier sur leurs budgets de famille, nous nous sommes rendus compte que cette expression recouvrait un ensemble de tensions, monétaires mais aussi non-monétaires, auxquelles de tels ménages font face pour “joindre les deux bouts” : des contraintes financières, mais aussi des enjeux de mobilité et de reproduction sociale, de marchés du travail et de l’immobilier, de contexte de transition écologique, ou encore de politiques publiques (aménagement du territoire, délégation ou non au privé, régulation du trafic routier, etc). Nous proposons donc d’investiguer, à partir d’une enquête de terrain, le “pouvoir d’achat” en tant que condensé de ce qui fait “tenir” – ou non – des budgets tels que ceux des gilets jaunes.

Sophie Chevalier (UR Habiter le Monde 4287, Université de Picardie Jules Verne) | Afrique du Sud : la promesse d’un pouvoir d’achat impossible

Dans  l’Afrique du Sud post-apartheid, le pouvoir de consommer a acquis une grande importance politique comme l’un des critères principaux du changement social et de l’émergence d’une nouvelle classe moyenne. Il s’inscrit dans un projet de démocratisation économique, avec la promesse faite à tous d’accéder à un pouvoir d’achat auparavant réservé aux blancs. Ces dernières années, la crise économique, qui s’accompagne d’un taux de chômage record, a plongé de plus en plus de Sud-africains dans la pauvreté, avec le sentiment que cette promesse d’un pouvoir d’achat n’était pas tenue. En juillet 2021, Durban et sa province ont vécu des journées d’émeutes violentes auxquelles ont participé de nombreux habitants en pillant et mettant à sac des centaines de commerces. Ma communication s’efforcera de saisir la façon dont s’est construite cette promesse de pouvoir d’achat, et de comprendre la forme qu’a prise la révolte face à l’impossibilité pour le gouvernement de la tenir.

 

Session 3 – Ethnographies des pouvoirs d’achat en situation de crise

Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 3.12

Vincent Bonnecase (Institut des Mondes Africains / CNRS) | Derrière le pouvoir d’achat, quelle résonance respective des revenus et des prix dans les sentiments d’injustice ? La perspective d’une cour burkinabè

Si le pouvoir d’achat constitue une préoccupation récurrente par-delà la planète, sa propension à susciter la colère n’est pas la même selon l’espace et le moment, pas plus que sa signification ici et là. Dans ma communication, j’interrogerai la résonance respective des prix et des revenus dans les sentiments d’injustice qui s’articulent au pouvoir d’achat dans une société qui n’a jamais été salariale : je m’appuierai pour cela sur des recherches effectuées dans un quartier populaire de Ouagadougou au Burkina Faso, en me situant du point de vue d’une cour familiale. Cette question des résonances engage la consommation et le travail au quotidien, mais aussi la compréhension ordinaire des objets économiques, ainsi que la manière socialement située dont se dessine l’imputation de responsabilité.

Aliki Angelidou (Université Panteion des Sciences sociales et politiques, Athènes) | Économies du compromis : pouvoir d’achat et déclassement dans une province grecque à l’ère des « crises permanentes »

Ma présentation portera sur la façon dont les habitants d’Agrinio, une municipalité de Grèce occidentale, appréhendent la crise de ces quinze dernières années et les réponses qu’ils lui apportent. Tout au long du XXe siècle, les individus et les ménages dans cette région ont réussi, grâce à l’industrie du tabac, à échapper à la pauvreté, et à bénéficier d’une amélioration constante de leur « niveau de vie ». Aujourd’hui ces habitants sont confrontés à une mobilité sociale descendante, avec une baisse inédite de leur « pouvoir d’achat », qui s’est accélérée avec la (presque) faillite de l’État grec en 2010. Face à cette rupture du contrat social et à leur abandon par l’État central, la population locale s’est tournée vers l’économie informelle, en s’appuyant sur leur famille et leur entourage proche. Les réponses à cette perte d’un « pouvoir d’achat » s’orientent vers un repli sur soi et sur sa famille, vers de « petits arrangements » économiques, plutôt que vers une contestation sociale collective.

Axel Wilmort (Université Paris 8) | Le pouvoir des acheteurs dans un système de revente : des marchés de biffe aux antiquaires

Le marché informel de la Porte de Montreuil est animé par deux catégories principales d’acteurs marchands. D’un côté se trouvent les familles de récupérateurs-vendeurs majoritairement roms et de l’autre se situent les acheteurs-revendeurs de ces marchés qui eux sont plutôt issus d’autres types de migrations notamment d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne. L’instabilité de l’espace-temps du marché, façonnée conjointement par les pratiques de ses acteurs et la répression qui les modèle, participe à l’instauration d’une relation de domination dans l’échange marchand au profit des acheteurs et à la fixation extrêmement basse du prix des objets qui s’y vendent. Dans cette intervention nous analyserons la catégorie de « pouvoir » dans la pratique socio-économique de l’achat des acheteurs-revendeurs de ce marché informel. Nous tenterons ainsi de saisir comment le « pouvoir » dans la pratique de l’achat traduit l’ordre social lui-même et la place de chacun.e dans une « société de consommation ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search