Atelier #24

ATELIER #24 Implications anthropologiques dans la préservation dynamique du patrimoine vivant

Thomas Mouzard (Ministère de la Culture) | thomas.mouzard@culture.gouv.fr

La Convention Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est adoptée, en 2003, comme instrument de la Déclaration universelle sur la diversité culturelle (2001) proclamée en réaction aux attentats du 11 septembre. Créée tambour battant par une équipe largement composée d’anthropologues, ratifiée depuis par 180 Etats, la Convention Unesco de 2003 vise à rééquilibrer le dispositif de la Convention de 1972 sur le patrimoine mondial dont l’européocentrisme a été pointé par des Etats du Sud global depuis les années 1970. Opposé à la muséification et aux partitions propre aux modernes (nature vs culture, matériel vs immatériel, moderne vs traditionnel, etc.), la catégorie de la pratique « patrimoine culturel immatériel » ou plutôt « patrimoine vivant » se fonde sur l’implication des acteurs dans la « sauvegarde », autrement dit la mobilisation collective dans le cadre de l’action publique pour la préservation adaptative des pratiques dont nous héritons en commun. La réception de prime abord mitigée de ce dispositif par certains anthropologues semble exprimer une crise de la discipline confrontée à la redéfinition de ses objets, de ses catégories réflexives, et de ses postures au sein de la société civile globalisée. Cet atelier vise au contraire à explorer et mettre sur la table les possibilités actives et réflexives offertes par l’engouement patrimonial s’agissant de pratiques activant des réseaux de relations dans la longue durée. L’atelier propose d’explorer la manière dont les acteurs concernés font face à des situations de crise en initiant des dynamiques et des stratégies, parfois en collaboration avec des chercheurs ou des experts, pour sauvegarder, valoriser et transmettre le patrimoine vivant auxquels ils sont attachés. 

 

Session 1 

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 3.15

Alice Fromonteil (Centre français du patrimoine culturel immatériel) | Enjeux et dynamiques autour du patrimoine vivant à Wallis-et-Futuna : le cas des arts de la parole

Interroger le patrimoine culturel immatériel à ‘Uvea (Wallis, Polynésie occidentale) répond à des sujets d’actualité questionnant directement l’avenir de la société, de la « coutume » (aga’i fenua), de l’histoire, des langues et des savoir-faire. Le patrimoine vivant est affecté, voire fragilisé, par plusieurs facteurs qui préoccupent les habitants (contexte de crise politique, situation diglossique entre les langues en présence, taux élevé d’échec scolaire, vieillissement de la population, perception du changement climatique, etc.). Pour répondre aux défis et aux enjeux locaux, de nombreux projets sont initiés et développés pour sensibiliser, faire reconnaître et perdurer la transmission des pratiques et des savoirs. Cette intervention propose d’explorer les caractéristiques, les modalités, les enjeux et les effets associés à la patrimonialisation de l’art verbal. L’art oratoire, pilier de l’organisation sociale, fait l’objet d’une patrimonialisation croissante, susceptible d’encourager ou de figer les pratiques concernées selon les situations. En effet, à ‘Uvea, l’inaliénabilité de la terre et le statut de la parole sont deux caractéristiques socioculturelles remarquables. Les orateurs font des arts de la parole un puissant vecteur rhétorique et émotionnel pour s’approprier leur langue, leur terre et leur histoire. 

Julie Leonard (Association Bretagne Culture Diversité) | Le fest-noz au risque de la covid-19 : entre adaptation et résistance

La pandémie de Covid-19, par son ampleur et sa durée, a participé à lourdement impacter le patrimoine culturel immatériel. Afin d’analyser les conséquences de cette crise sanitaire sur le patrimoine vivant, la présente communication s’intéressera plus particulièrement au fest-noz, événement festif inscrit en 2012 sur la Liste représentative de l’Unesco. En France, le premier confinement entre en vigueur le 17 mars 2020 et, avec lui, toutes une série de mesures, entre restrictions et contraintes. Parmi les interdits, celui de faire la fête : boîtes de nuit et bars ferment, bals et festoù-noz sont annulés. Passé le temps de la stupeur, les acteurs et passionnés du fest-noz vont s’organiser, chacun à leur manière, s’adapter avec les moyens dont ils disposent. Du recours au numérique aux dispositifs institutionnels, en passant par des manifestations clandestines ou novatrices, il s’agira d’analyser les actions mises en place pour continuer à « faire vivre » les festoù-noz pendant et entre les différents confinements. Il s’agira également d’analyser la manière dont le fest-noz, en tant que fête qui participe d’un temps de rupture avec le quotidien, est devenu, en contexte de crise sanitaire, une ressource mobilisée pour assurer une continuité dans un quotidien en rupture.

Julie Oleksiak (CMTRA) | Le Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) : regards croisés sur la fabrique de patrimoines musicaux entre anthropologie de la musique, acteurs de médiation et expériences habitants

A première vue, le projet «INFRASONS, patrimoines sonores d’Auvergne-Rhône-Alpes » s’inscrit dans une multitude d’autres initiatives actuelles qui tendent à mobiliser les outils numériques et les représentations cartographiques dans un but de valorisation de contenus sonores peu accessibles au grand public (musiques, pratiques linguistiques, récits de vie, émissions de radio, etc). Pourtant, au-delà de ses usages récréatifs ou pédagogiques, ce projet engagé en 2020 et coporté par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) et par l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA), interroge à bien des égards, nos pratiques en tant qu’acteurs du monde de la culture, de la recherche et du patrimoine. Reposant sur la mise en commun de plusieurs expertises liées aux mondes musicaux comme à ceux des ethnomusicologues et aux métiers de la documentation et de la conservation, cette initiative vise à élargir, par l’accès à des ressources sonores éditées ou inédites, la perception que chacun.e – musicien.ne, habitant.e, acteur.trice du monde culturel et patrimonial, chercheur.se – a de la fabrique de patrimoines oraux auvergnats et rhônalpins. En ce sens, la mise en ligne de cette plateforme et, plus encore, son processus de construction, interrogent les modalités de la rencontre entre les expertises des sciences humaines et sociales sur la musique et les patrimoines sonores (en particulier de l’ethnomusicologie), avec les acteurs de la valorisation et du partage de ressources, ainsi qu’avec les collecteur.trices, musicien.nes, passioné.es qui ont un jour tendu leurs micros vers ces mondes sonores. Comment cette plateforme de valorisation de ressources présentées comme “patrimoniales” peut-être un lieu de questionnement sur le processus et les acteurs impliqués dans la “fabrication” même de ces objets patrimoniaux ? Quels apports et rôles, entre légitimation, contextualisation des ressources et complexification des questionnements, jouent les sciences humaines et sociales en ce sens ? Comment cette plateforme numérique, mobilisée ici comme un outil à la fois ergonomique et ludique, invite-t-elle les sciences sociales à repenser le potentiel usage de ses sources, mais aussi les espaces de construction collective de connaissances ? Inversement, quels sont les limites de ces formes de collaboration et de partage, quels nœuds éthiques et juridiques en émergent ? Enfin, quelles appropriations, quels usages locaux, quels partenariats se dessinent autour de l’outil et au carrefour des mondes de la recherche, du patrimoine, de la médiation culturelle et des expériences habitantes ? Le projet appelle à approfondir la manière dont les sciences humaines et sociales sont mobilisées au sein de projets de valorisation et de médiation patrimoniales, ainsi que la façon selon laquelle les outils numériques et cartographiques, aujourd’hui en plein essor les invitent à repenser leur manière d’appréhender et de décrire les phénomènes sonores qui nous entourent.

Marjorie Ruggieri (Centre Norbert Elias / Office pour le Patrimoine Culturel Immatériel OPCI) |L’inventaire croisé comme méthode d’implication et de coopération de la recherche, anthropologique et architecturale dans la dynamique de préservation du patrimoine vivant : l’exemple de St-Calais

Lorsque nous parlons d’Inventaire, on entend généralement l’Inventaire Général fondé par Malraux. Pourtant, il existe depuis la ratification par la France de la convention de l’UNESCO sur la patrimoine immatériel en 2006, un second inventaire, l’Inventaire national du Patrimoine culturel immatériel en France. Outre les différences budgétaires, il est intéressant de noter que ces deux inventaires avancent souvent en parallèle l’un de l’autre sans forcément se côtoyer. Pourtant ces deux démarches patrimoniales se rejoignent souvent sur des thèmes en commun ; ils se complètent et permettent de toucher des questions qui sont dans l’angle mort de l’autre. C’est sur cette idée qu’une expérimentation est mise en place dans le pays du Perche Sarthois plus précisément à Saint-Calais. Cette recherche prend la forme d’un inventaire croisé entre des chercheuses de l’Inventaire régional pour le bâti et des anthropologues de l’Office pour le Patrimoine Culturel Immatériel (OPCI) travaillant sur un programme d’étude et de valorisation du PCI auprès des Petites Cités de Caractères® (PCC). Cette nouvelle forme de coopération permet de prendre le patrimoine dans son unicité, c’est-à-dire son expression réellement vivante, plus facilement appréhendable par les communautés. En effet, cette étude permet l’inclusion de la population dans la définition du patrimoine, en lien avec les droits culturels. Saint-Calais, Petite Cité de Caractère®, est porteuse d’une tradition festive incarnée par “la fête du chausson aux pommes” ainsi que d’un patrimoine fluvial important de par sa situation géographique sur les rives de l’Anille. Au travers de son exemple, nous chercherons à comprendre la méthodologie de cet inventaire croisé entre les chercheurs de l’inventaire régional intervenant sur le bâti et les chercheurs de l’OPCI et la portée de celui-ci sur les habitants des PCC . L’étude de l’analyse des matériaux communs (cartes postales, photos, témoignages) ainsi que les résultats notamment sur la question de la sauvegarde des éléments patrimoniaux permettront d’interroger les facteurs de son appropriation par les communautés.

 

Session 2

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 3.15

Anatole Danto (IRN ApoliMer, UBO / UMR LIENSs 7266, La Rochelle université) | Changement global, biodiversité et patrimoine vivant : alliance de nature ou perpétuation d’une opposition Nature/Culture ?

Cette communication s’intéresse à la sous-catégorie patrimoniale des « Connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers », instituée par la Convention Unesco pour la sauvegarde du patrimoine immatériel, adoptée en 2003. Dans le contexte de crises contemporaines que connaît la planète par son entrée dans l’ère de l’Anthropocène, cette sous-catégorie se retrouve mobilisée, convoquée et, parfois peut-être, instrumentalisée à différentes fins. Le propos souhaite évoquer les rétroactions entre, d’une part, le patrimoine vivant (patrimoine culturel immatériel), et les champs de la biodiversité dans la perspective du changement global. En effet, ces deux entités connaissent des interactions fortes, notamment grâce à la diversité bioculturelle. Toutefois, agir dans la préservation de l’une peut avoir des conséquences sur l’autre. Quel est alors le rôle de l’anthropologue dans cette situation de crise ? Cette communication s’appuiera sur différents cas d’étude, sélectionnés au sein d’inventaires nationaux et des listes de l’Unesco, ou en cours de « patrimonialisation », étayés d’une mise en perspective avec des approches plus analytiques. Elle sera l’occasion d’aborder différents sujets particulièrement d’actualité, et de décrypter les manières d’y répondre (ou non) au sein des acteurs du patrimoine vivant (savoirs écologiques, usages traditionnels de l’environnement, perpétuation de pratiques, verdissement patrimonial, approche décoloniale, etc.).

Elise Demeulenaere (Centre Alexandre Koyré, CNRS) et Mathilde Lagrola (UMR SENS, Université Paul Valéry Montpellier) | Vers de nouveaux cadrages pour les fromages au lait cru : implications anthropologiques pour un déplacement, du sanitaire vers le patrimoine vivant

Depuis les années 1950, la production de fromages au lait cru est prise entre deux « cadrages » en concurrence bien que de poids inégal : le cadrage « risque sanitaire », et le cadrage « produit de terroir ». Par cadrage, nous entendons les opérations de construction de sens, qui se stabilisent dans des normes, dispositifs ou institutions, et qui finissent par cristalliser des formes de problématisation communément admises d’un objet ou d’un fait social. Le cadrage sanitaire a été à l’origine d’une pression hygiéniste forte, qui n’a pas été sans conséquence sur les conditions de travail des producteurs (laitiers et fermiers), ainsi que sur les qualités organoleptiques des fromages, la microbiodiversité qui la sous-tend (Demeulenaere et Lagrola 2021; Lagrola 2022 ; Demeulenaere soumis ; Lagrola soumis). Dans la période récente, de multiples initiatives, menées tant par des gastronomes, des scientifiques, des producteurs, visent à construire de nouvelles significations associées aux fromage au lait cru : bienfaits pour le microbiote intestinal, sentinelles de biodiversité, alimentation nature… Cependant, les données scientifiques manquent pour donner du crédit à ces nouvelles significations face aux arguments sanitaires. Les politiques et discours encadrant les fromages au lait cru restent principalement du ressort du Ministère de l’agriculture, et plus particulièrement de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL), parfois orientée par les expertises de l’ANSES sur les risques biologiques. Depuis 2020, figure dans la feuille de route du Réseau Mixte Technologique (RMT) «Filières fromagères valorisant leur terroir», le projet de faire reconnaître par les autorités françaises, les savoir-faire de fabrication des fromages au lait cru. L’initiative est approuvée formellement par le Comité national des Appellations d’Origine Laitières (CNAOL) ainsi que par la Fondation pour la Diversité Fromagère. Les anthropologues impliquées dans ce collectif interdisciplinaire accompagnant les filières fromagères de terroir, contribuent activement à ce projet d’inscription au PCI. L’enjeu pour nous est d’abord disciplinaire : il s’agit de montrer la contribution de l’anthropologie à une recherche-action dans laquelle les disciplines motrices restent la microbiologie et l’agronomie. Par ailleurs, outre la production d’une documentation ethnologique sur les pratiques de fabrication au lait cru, il s’agit de donner plus de poids aux acteurs défendant les fromages au lait cru, tout en déplaçant ces productions, de la seule compétence du Ministère de l’Agriculture vers le Ministère de la Culture.

Thomas Mouzard (Ministère de la Culture) | Recherche anthropologique et patrimonialisation : le patrimoine culturel immatériel comme matrice d’intersubjectivité

Les processus de patrimonialisation se sont tant généralisés sur des terrains même réputés les plus « éloignés », que c’est donc souvent sur son “terrain” même que le chercheur est sollicité à faire publiquement reconnaître, autrement que par des publications académiques, ce qui fait désormais « patrimoine » pour la communauté avec laquelle il travaille. La méthodologie et les attendus d’un travail d’inventaire du PCI semblent se distinguer d’une recherche académique. En effet, il s’agit de livrer une connaissance descriptive et accessible au plus grand nombre sur une pratique “culturelle” collectivement héritée, en vue de sa sauvegarde, en réalisant un dossier standardisé. Un chercheur distingue donc le travail collaboratif de patrimonialisation et sa recherche, signée en son nom propre, et qui répond aux exigences académiques de problématisation et de théorisation au sein d’une discipline. Cependant, les enjeux épistémologiques et sociétaux incitent au contraire à ne pas dissocier les pratiques de l’inventaire et de la recherche. Dès lors l’apport des sciences sociales n’est pas seulement documentaire ou méthodologique, mais également ontologique quant il s’agit notamment, par décentrement et inventaire des relations, de repenser le sens et l’efficience écopolitique d’une pratique culturelle. La patrimonialisation recompose les relations entre sujets individuels et collectifs. Loin d’une fixation d’authenticité, le PCI se présente alors comme matrice d’inter-subjectivité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search