Atelier #23

ATELIER #23 Les « anthropologies d’ailleurs », pour aider à penser les crises de l’anthropologie occidentale

Jean-Michel Butel (INALCO – IFRAE) | jmbutel@inalco.fr

Catherine Capdeville (INALCO – IFRAE) | catherine.capdeville@inalco.fr

Stéphanie Homola (CNRS – IFRAE) | stephanie.homola@gmail.com

L’anthropologie est née et s’est développée en Occident, de l’étonnement que suscitait la découverte de cultures autres. Si elle s’est nourrie de documents divers (relations de voyages, écrits missionnaires, rapports administratifs, puis enquêtes de terrain), ceux-ci ont été quasi-exclusivement rédigés par des spécialistes occidentaux. Pourtant les aires non-occidentales ont produit un savoir sur elles-mêmes, bien avant l’arrivée des anthropologues. Elles ont également développé par la suite une anthropologie singulière, hybridant les théories et travaux occidentaux avec leurs propres traditions savantes. Or ces « anthropologies d’ailleurs » sont quasiment inconnues des chercheurs occidentaux : l’anthropologie reste, de fait, un savoir occidentalo-centré qui s’écrit dans trois ou quatre langues – et avant tout en anglais. À usage interne, rarement sinon jamais traduites, ces « anthropologies d’ailleurs » sont pour l’essentiel terres inconnues. Elles ont pourtant mené, parfois très tôt dans leur propre histoire, une réflexion sur l’anthropologie et sur ses limites quand elle était appliquée à leur propre terrain. 

En proposant de présenter trois anthropologues contemporains formés à la fois à l’anthropologie et à une réflexion propre à leur tradition culturelle, cet atelier aimerait participer à ce mouvement qui paraît évident d’un point de vue éthique, mais qui n’est pas si souvent facile à mener d’un point de vue pratique, qui consiste à ne plus considérer l’indigène comme un locuteur et un informateur, mais comme un pair dans la construction de son savoir. Ces chercheurs sont en effet de remarquables pionniers dans la conscience d’une crise de l’anthropologie contemporaine et dans la recherche de solutions, pensées certes pour des terrains particuliers, mais fertiles pour une réflexion plus générale que nous souhaiterions initier à l’occasion de ce congrès.

 

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 4.15

Catherine Capdeville (IFRAE, INALCO) | Pour une anthropologie de la globalité : repenser cosmos et politique avec WANG Mingming

L’anthropologue chinois Wang Mingming (1962 – ), élève du célèbre Fei Xiaotong (1910 – 2005), doctorant en Angleterre sous la direction de Steven Feuchtwang, a cherché depuis les années 2010 à se démarquer du courant initial de l’anthropologie chinoise construit au début du vingtième siècle qui avait pour questionnement principal : « Comment pouvons-nous [les Chinois] devenir forts ? », « Comment survivre ? » et qui, pour répondre à ces interrogations, avaient défini des dichotomies (développés / arriérés, tradition / modernisme, présent / futur) à partir des notions élaborées en Occident. Wang Mingming (2012, 2014) se positionne, lui, en écrivant à partir « de ce côté-ci du monde ». Il montre que la « cosmologie des contraires », pratiquée en politique, expérimentée dans les rites, évoquée dans les conceptions du monde chinois depuis les temps pré-modernes, peut offrir des leçons pour mieux comprendre le contemporain. Dans l’âge actuel globalisé, qu’il ose appeler celui des « royaumes combattants », – en référence aux Royaumes combattants de l’ère pré-impériale chinoise (476 -221 av. J.C.), qui ont fini par être unifiés par le plus fort et donner naissance à l’empire en 221 av. JC., –  des perspectives différentes du monde incluant les manières de penser « l’autre » sont nécessaires. Son projet est de revenir sur la catégorie chinoise de tianxia 天下 (« tout [ce qui est] sous le ciel »), fondée sur la cosmologie ancienne et l’expérience historique particulière de la Chine, pour l’envisager en relation avec d’autres manières de voir le monde. Il appelle ainsi à revenir à une anthropologie de la globalité, seule manière selon lui de penser et repenser la différence entre sociétés, pour mieux faire dialoguer anthropologues et chercheurs en sciences humaines.

Stéphanie Homola (IFRAE, CNRS) | Le soi comme méthode : le message de l’anthropologue Xiang Biao à une jeunesse chinoise en crise

Formé à l’Université de Pékin et à Oxford, puis professeur à Oxford, Xiang Biao (né en 1972) a été nommé en 2021 au poste prestigieux de directeur du Max Planck Institute for Social Anthropology de Halle en Allemagne. S’il n’est pas le premier anthropologue chinois à faire une carrière internationale (tel son illustre prédécesseur Fei Xiaotong) ni à devenir une personnalité de premier plan dans son pays (à l’instar de l’anthropologue Wang Mingming dont il sera question dans la précédente communication), son parcours marque un rééquilibrage historique de l’héritage colonial de l’anthropologie : Xiang Biao est un des premiers anthropologues chinois à être reconnu internationalement, non pas spécifiquement en tant qu’anthropologue de la Chine, mais pour son travail sur les migrations et la mobilité. Peut-on y voir un pas décisif vers une sortie de crise de l’anthropologie, où l’on verrait enfin des ethnologues chinois contribuer à l’étude des fêtes locales françaises ? Tant dans ses travaux académiques que dans ses interviews et conférences, où il accorde une grande importance à son cheminement personnel, Xiang Biao invite à penser le monde à travers l’expérience de la Chine. Son livre Self as Method, co-écrit avec Wu Qi, a été classé livre le plus influent de 2020 en Chine par le site web Douban. Il s’adresse à une jeunesse urbaine chinoise en pleine « involution » – rendue apathique à cause de la compétition sans fin ou de l’intense ennui des emplois de cols blancs – mais désireuse d’apprendre comment l’anthropologie peut lui offrir des outils analytiques en relation directe avec ses expériences. 

Jean-Michel Butel (IFRAE, INALCO) | « Non, ce n’est plus de l’ethnologie » – Les limites de l’anthropologie en terrain japonais, selon KOMATSU Kazuhiko

L’anthropologie se constitue comme une discipline académique au Japon dès la fin du XIXe siècle. Ses chercheurs sont, dès ses débuts, en contact avec les milieux académiques occidentaux : français, allemand, américains et anglais pour l’essentiel. C’est d’ailleurs ce qui fait sa spécificité dans le champ scientifique japonais : son tropisme occidental et sa rupture avec les savoirs qui la précèdent sur l’archipel. Ces derniers sont par contre repris par les études folkloriques, qui se développent parallèlement à l’anthropologie en revendiquant quant à elles, non sans une certaine mauvaise foi, leur spécificité par rapport aux savoirs occidentaux. Longtemps les deux disciplines coexistent sans beaucoup s’estimer. Les études folkloriques fustigent le savoir jargonnant et hors sol de l’anthropologie ; l’anthropologie regarde de haut les folkloristes qu’elle voit comme des amateurs usant de concepts bancals. Dans les années 1980 apparaît pourtant une génération d’étudiants brillants, lecteurs passionnés à la fois de l’anthropologie occidentale et des études du folklore japonais, et prêts à assumer ce double héritage. Komatsu Kazuhiko est sans doute le premier de ceux-là. Sa formation d’anthropologue lui permet de porter un regard incisif sur les errements des études folkloriques. Sa connaissance de l’histoire et du folklore japonais, mais également ses très nombreux terrains, le poussent toutefois à reconnaître aussi des limites à l’investigation anthropologique. Ce sont ces limites que nous aimerions présenter dans cette communication, en nous appuyant sur la traduction que nous sommes en train d’établir d’un de ses ouvrages récents.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search