Atelier #22

ATELIER #22 L’enseignement de l’anthropologie urbaine en France au tournant des années 1990 : quel héritage et quelles influences ?

Sylvaine Conord (Université de Nanterre) | sylvaine.conord@parisnanterre.fr

Agnès Jeanjean (Université Cote d’Azur) | agnes.jeanjean@unice.fr

Noël Jouenne (ENSA de Toulouse) | noel.jouenne@toulouse.archi.fr

Le LAU fut une « jeune équipe » labellisée par le CNRS au début des années 1980. À sa tête, deux ethnologues de l’urbain, Colette Pétonnet (1929-2012) et Jacques Gutwirth (1926-2012), rassemblent autour d’eux une équipe de chercheur·e·s et d’enseignant·e·s-chercheur·e·s qui fondèrent le Laboratoire d’Anthropologie Urbaine d’Ivry-sur-Seine. Aux côtés des pionnier·e·s et des chercheur·e·s confirmé·e·s, vint s’ajouter une poignée d’étudiant·e·s inscrit·e·s en maîtrise, DEA ou doctorat qui seront plus tard membres de plein droit, et de chercheur·e·s venu·e·s s’associer à cette aventure, parfois pour un temps seulement. Dix ans après la disparition des fondateur·rice·s, cet atelier permettra aux anciens « jeunes membres » du LAU de se réunir pour dresser le bilan de cette aventure, dans la perspective des influences qu’ils et elles ont perçues et de l’héritage qu’a constitué le LAU dans leur démarche professionnelle, de chercheuse et chercheur, d’enseignante et d’enseignant ou dans leur trajectoire professionnelle plus globale. Il s’agira aussi de s’interroger sur les relations et les distinctions (de rapports à l’ethnographie, de terrains, d’approches théoriques, etc.) avec d’autres écoles d’anthropologie urbaine nées à la même époque à l’EHESS et à l’université de Lyon, par exemple. Cet atelier permettra d’échanger des points de vue et des perspectives sur ce que fut le LAU sur au moins trois plans : quelle place dans une histoire de l’anthropologie urbaine « à la française » ; quels effets sur nos constructions d’anthropologues ; qu’est-ce que cela nous dit de l’histoire des sciences sociales au tournant du siècle qui a débouché sur une restructuration de la recherche publique.

 

Session 1 – Questionner l’histoire de l’héritage

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 3.13

Noël Jouenne (ENSA Toulouse) | L’histoire du LAU et ses ramifications

Le Laboratoire d’Anthropologie Urbaine fut fondé par une poignée d’anthropologues à la fin des années 1970. Regroupée autour de Jacques Gutwirth (1926-2012), spécialiste des communautés hassidiques, et de Colette Pétonnet (1929-2012), spécialiste des marginalités et des bidonvilles, cette équipe est labellisée « jeune équipe » du CNRS au début des années 1980. Après avoir dressé un court portrait des chercheurs la constituant, nous poursuivrons en pointant l’originalité de la démarche notamment à propos de l’ouverture du LAU sur l’encadrement de doctorants.  Les directeurs eurent comme particularité d’avoir été encadrés par André Leroi-Gourhan et Roger Bastide. Ensemble, ils ont dirigé cette jeune équipe qui deviendra le Laboratoire d’Anthropologie urbaine du CNRS, labellisé Unité Propre de Recherche 34.  Jusqu’en 2008, sous la direction de Jean-Charles Depaule (1945-), ce laboratoire accueillera des anthropologues de tous horizons du point de vue de la thématique de recherche, mais qui avaient en commun la méthode comme l’a souligné Patrick Williams (1947-2021): « C’est la méthode qui faisait l’unité des différents travaux menés au sein de cette équipe ; la méthode d’enquête d’abord, plutôt que le choix de thèmes communs ou d’aires culturelles comme c’était l’habitude alors*. » Parmi les nombreux chercheurs célébrés pour leurs travaux, certains ont encadré des thèses et ont été reconnus sur l’autel des savoirs. Au sein du LAU, les doctorants ont navigué dans les eaux contrastées d’une équipe plus ou moins soudée. Quelle était réellement leur place ?

*Diversité, 159, décembre 2009, p. 7

Agnès Jeanjean (Université Cote d’Azur) | Ce qu’il en reste…

Le questionnement portera sur la notion « d’héritage intellectuel ». Pour ce qui concerne l’anthropologie urbaine et plus particulièrement le Laboratoire d’Anthropologie Urbaine : quel héritage ? Quelle anthropologie urbaine ? La diversité des « héritier.e.s » sera considérée. Nous nous interrogerons sur les façons de se penser ou non comme ayant hérité de quelque chose, ou de se relier à un héritage intellectuel. Quelle est la part de la fiction, de la projection, du malentendu ? Et en quoi les projections sont-elles indispensables à la constitution d’un héritage. Les cheminements, les carrières, amènent à s’interroger non seulement sur ce que les chercheur.e.s du LAU avaient (ou non) en commun, mais également sur ce qu’est transmettre. Autour de quelles valeurs se sont opérées des transmissions ? Quelles fidélités s’il y a lieu ? Autour des figures de Colette Pétonnet, Patrick Williams et Jean-Charles Depaule, deux angles seront privilégiés : l’engagement et l’écriture. Nous évoquerons également la force du lieu sur les liens. Des mises en perspectives avec d’autres laboratoires ou d’autres chercheur·e·s travaillant sur la ville seront envisagées. Nous prêterons attention là encore à ce qui, de l’extérieur, était (ou est) projeté sur le LAU et réciproquement. Enfin, nous nous demanderons ce qu’il en reste et en quoi ces « héritages », contribuent aujourd’hui à structurer (ou pas) un champ d’études sur la ville, à soutenir des positions et des recherches.

Sylvaine Conord (Université de Nanterre) | La photographie en anthropologie

Au sein du LAU l’utilisation de l’image photographique comme moyen de recherche à part entière a été largement encouragé. A partir d’un travail photo-anthropologique sur les mal-logés de la place de la Réunion à Paris (20ème arrondissement) Colette Pétonnet et les membres du laboratoire ont accepté que je rejoigne l’équipe pour la préparation de ma thèse de doctorat qui portait sur l’apport de la photographie en anthropologie (sous la direction de Carmen Bernand (1939-)). Le temps long caractérise la démarche ethnologique, le temps de l’ethnologie serait celui de l’image fixe (Patrick Williams). Dans la ville témoin d’une multiplicité des rythmes divers qui se superposent et s’entrecroisent, la photographie est un atout par la fixation en un déclic des nombreux détails d’une scène observée. Regarder, observer, retenir, trier, sélectionner, analyser, restituer, l’image en anthropologie introduit l’idée de la constitution d’une mémoire, une mémoire collective de femmes juives d’origine tunisienne rencontrées dans le quartier parisien de Belleville et suivies lors du pèlerinage Lag ba Omer en Israël et en Tunisie, terrain qui était celui de ma thèse de doctorat encadrée par le LAU.

 

Session 2 – Une autre vision de l’anthropologie urbaine

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 3.13

Catherine Deschamps (ENSA Nancy / LHAC) | Le linge, le livre et la covid

A Paris, un Lavomatic est devenu le théâtre d’une transformation, depuis le premier confinement jusqu’à bien après que les librairies ont été rouvertes. Il a vu cohabiter dans un même espace des personnes venues laver leur linge contre de l’argent, et d’autres venus échanger de l’écrit gratuitement. C’est l’accroissement de visibilité des écarts sociaux qui occupe avec cette proposition d’intervention, dans cette laverie (elle permet de « ramasser » beaucoup des sujets observés) et dans ses alentours. Mon propos se fonde sur une observation quotidienne du quartier des Épinettes, au rythme des différentes « vagues » du SARS-CoV2 et cela jusqu’au printemps 2022. Cette observation est passive et active : passive, car depuis mars 2020 pendant une heure chaque jour, je me suis contentée de regarder et d’écouter pour décrire ; active, car en plus de ce « temps à part » dédié à l’ethnographie, je vis dans ce quartier, j’y fais mes courses, discute avec des voisins, des commerçants et, s’agissant de la laverie, après n’avoir fait qu’y échanger des livres, je suis venue y faire mes lessives de « blanc ».

Laurence Espinosa (Université de Pau et des Pays de l’Adour) | Depuis mon balcon

Le terrain multisitué, palpable ou évanescent, immobile ou en train de se faire, des sens ou brut morceau de terre, semble s’imposer à l’anthropologie comme un argument irréfutable. Pour autant, quelle que soit la définition qui lui est donnée, le terrain n’est pas ou plus une évidence. Comment donner du sens à l’ethnographie d’une page, d’un corps ou d’une ville sans détournement ou glissement disciplinaire ? Dans cette perspective, l’anthropologie urbaine, envisagée en tant que branche récente et turbulente de la discipline, induit de tels questionnements d’ordre pratique et théorique parce qu’elle brouille les distances. L’étude que je propose découle de l’observation du vécu des occupants d’une résidence depuis le balcon d’un logement social dans le contexte du premier confinement lié au COVID 19. C’est à partir de ce lieu contraint que j’ai vu, entendu, senti ou imaginé mes voisins dans leur quotidien heurté. S’ils ont majoritairement empreint d’ordinaire ce moment particulier, un petit groupe semble avoir brisé le consensus en projetant des comportements illégaux comme nouveaux possibles. Dans cette enquête, la question de la distance s’est imposée à différents niveaux. Distanciation imputable au contexte sanitaire ou proximité géographique et sociale, ont balisé une réflexion sur l’anthropologue acteur de la cité.

Yves Lacascade (Université Paris Nanterre) | Le savoir des travailleurs sociaux : l’une des sources (négligées) de l’anthropologie urbaine ?

Colette Pétonnet a souvent insisté sur la nécessité de s’éloigner du travail social professionnel pour développer une approche réellement anthropologique des réalités et des populations urbaines. Cette position est d’autant plus surprenante qu’elle considérait que son activité de travailleuse sociale au Maroc, antérieure à sa formation d’anthropologue, lui avait offert, sept ans durant, l’occasion d'”une plongée extraordinaire auprès des gens” qui avait été tellement riche qu’elle en avait “gard[é] les bénéfices jusqu’à la fin de sa carrière” : les études d’ethnologie avaient, disait-elle, “ensemencé un terrain prêt à entendre parce que les expériences avaient précédé”. Aujourd’hui, que sait-on réellement des connaissances que les travailleurs sociaux acquièrent sur leurs terrains professionnels ? Peut-on dire, comme ce fut le cas pour Colette Pétonnet au milieu du siècle dernier, que les expériences qu’ils vivent ne demandent qu’à être exploitées et mises en valeur pour déboucher sur une approche critique des réalités sociales auxquelles ils sont confrontés ? S’ils sont formés puis rémunérés pour garder pour eux ce qu’ils découvrent sur le terrain, cela justifie-t-il que l’on dise d’eux qu’ils n’ont rien vu, rien entendu, rien compris ? Et s’ils ont effectivement compris quelque chose, de quoi s’agit-il ?

 

Session 3 – Table ronde : Quelles perspectives pour l’anthropologie urbaine ?

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 3.13

Cette session sera l’occasion de faire une synthèse des deux ateliers précédents et d’ouvrir sur un débat grâce à l’intervention d’enseignant·e·s-chercheur·e·s. Il s’agira d’un moment « expérimental » où la parole ne sera ni dominée ni contrôlée, peut-être à la recherche de ce que Tim Ingold appelle, après Harney et Moten, des undercommons, des sous-communs qui seraient propres à l’anthropologie urbaine « à la française » et communs tant aux pratiques anthropologiques, ou aux méthodes, qu’aux chercheur·e·s de la discipline. Et certainement dans cette revendication du terme d’anthropologie urbaine se cachent des méthodes, des pratiques et une conception issues d’un héritage à plus ou moins longue distance avec nos pairs et nos proches.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search