Atelier #21

ATELIER #21 Les mots du travail dans le long sillage des crises

Arnaud Kaba (Université de Strasbourg) | arnaud.kaba@gmail.com

Jacob Nerenberg (Leibniz-Zentrum Moderner Orient) | jacob.nerenberg@zmo.de

Cet atelier propose de renouveler une anthropologie du présent autour d’une étude des catégories du travail mise en regard avec l’histoire des crises qui ont modifié structurellement le capitalisme contemporain vers la fin du 20e siècle. Au cours des années 1990, une série d’événements identifiés comme « crises monétaires » ou « financières » ont eu lieu dans plusieurs pays, consistant largement, en pratique, en des perturbations des marchés de l’emploi. Nous notons certaines tendances généralisées : licenciements massifs, gonflant les « armées de réserve » et les rangs du « secteur informel », et implantation de nouvelles tendances d’investissements des capitaux et de migration humaine. Les discours locaux et nationaux qui identifient ce qui « compte » (ou non) comme « travail » portent l’héritage de ces changements structurels des modes de subsistance, de leurs dimensions genrées, ethniques et racisées, de leurs spatialités et de leur gouvernance. En quoi ces transformations (quoique souvent contradictoires) se traduisent-elles (ou non) dans l’usage de codes de classification qui distinguent différentes activités de reproduction sociale ? Quelles relations de dépendance ou d’exploitation, quelles tendances de déplacement ou d’intégration sont nommées – ou, au contraire, se dissimulent – dans ces discours ? Quelles contestations au niveau des régimes de valeur ou des relations de classe se révèlent dans les discours qui reconnaissent une transformation comme « crise », ou une activité comme « travail », et quels liens peut-on interroger entre ces deux types d’appareils discursifs ?

 

Session 1 – Productions

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 4.14

Adolphe Badiel (Université de Strasbourg) | Repenser le travail au prisme du risque : les leçons de Rood-Woko (grand marché de Ouagadougou)

Dans la controverse sur l’avenir du travail qui émaille encore les espaces publics et scientifiques, réenchanter le travail se présente comme la principale perspective pour sortir de sa crise. Le travail serait devenu un danger pour la vie humaine (Dujarier, 2021). Pourtant, il est un fait quasiment universel dans les cultures humaines. Comment comprendre cet état de crise et repenser le travail ? Fidèle à la démarche ethnologique, nous avons tenté de démêler cette controverse en réalisant l’ethnographie de Rood-Woko, le grand marché de Ouagadougou (Burkina Faso). Si les marchés ont existé en Afrique précoloniale, leur extension au point de constituer un fléau de nos jours est une conséquence de la mondialisation. C’est ainsi que la société Mossie de Ouagadougou, depuis son contact avec les sociétés occidentales, à la fin du XVIIIe siècle, a délaissé les travaux champêtres et pastoraux pour exercer l’activité de marchand professionnel. Malgré sa qualification de marché, les échanges à Rood-Woko imitent les logiques du don ; l’activité est organisée à partir de la cellule familiale. Cette enquête a impliqué les marchands, leurs aides, les usagers et les personnels de l’administration qui interviennent sur le site. Des conclusions tirées de cette enquête, il ressort que l’activité de travail se définit, par nature, comme un risque. Travailler, pour le marchand, c’est aller à la rencontre de l’incertitude. Cette incertitude s’enracine dans des croyances (fortement religieuses) et des valeurs qui se perçoivent à travers les échanges dont le respect et la solidarité. Par exemple, il n’y existe pas de « salaires » : les traitements sont à la hauteur des risques partagés. Si le risque est au coeur du travail, c’est parce que son enjeu est la richesse. Cependant, le contenu de la richesse n’a point suscité l’unanimité car elle est toujours passagère, signe de l’incertitude. La richesse d’aujourd’hui, elle, est issue du commerce qui est un fait de la mondialisation. Mais elle s’oppose néanmoins à la subsistance et à l’accumulation. Quelle lumière l’expérience marchande de Rood-Woko apporte-t-elle pour la compréhension de la crise du travail en Occident ? Comment peut-on repenser l’avenir du travail au prisme risque ?

Alina-Sandra Cucu (Institute for Cultural Inquiry, Berlin) | Le « non-travail » et la crise roumaine des années 1990

En 1989, le régime socialiste de la Roumanie s’est effondré. L’année 1989 a symboliquement marqué la fin d’un projet de développement dirigé par l’État d’un type particulier, identifié schématiquement par ses quatre piliers : la propriété étatique des moyens de production, l’économie planifiée centralement, l’emploi universel et la gouvernance non-démocratique. Bien que des études récentes aient réussi à remettre en question ce schéma, je m’en sers ici comme point de départ pour analyser le discours qui a accompagné la transition de l’emploi universel à la pénurie d’emplois dans les années 1990. J’explore ici les manières complexes dont ce discours a eu un impact sur l’expérience du chômage et de la fragilité de la vie, d’une part, et sur l’histoire précoce du syndicalisme postsocialiste, d’autre part. Je m’appuie sur les résultats de mon travail ethnographique de terrain dans une communauté d’usine en Roumanie, ainsi que sur la législation et l’analyse d’archives, et je me concentre sur le rôle joué par la notion du « non-travail » [nemuncă] et les sentiments de panique morale qu’elle condense. Je montre comment la traduction confuse d’un problème d’économie politique en une catégorie morale a articulé le champ discursif entourant la confrontation entre deux modes radicalement différents de régulation du travail, et la crise généralisée que cette confrontation a produite à l’époque.

Kassia Aleksic (CESSMA, Université Paris Cité) | L’organisation du travail en Indonésie, un « système semi colonial semi féodal » ?

Cette contribution fait suite à une enquête anthropologique s’étant déroulée en 2017 parmi un groupe maoïste en Indonésie, s’organisant dans le contexte des plantations de palmiers à huile. Elle s’attache aux savoirs se produisant et se transmettant dans ce mouvement, pour qualifier l’organisation du travail en termes de « système semi-féodal semi-colonial ». Tandis que ces termes ont été critiqués pour édifier la ligne idéologique d’une science politique révolutionnaire, la proposition est ici de sortir ces mots de leur contexte strictement militant, pour tâcher de leur donner une portée globalisée. Dans la logique des mouvements de pensée contradictoire m’ayant accompagné durant mon terrain, l’enjeu est de traduire leurs analyses critiques à la lumière des débats intellectuels et politiques qui traversent le champ intellectuel français. Outre la question coloniale, un intérêt est spécifiquement porté à la question « féodale », récemment popularisée par l’ouvrage Technoféodalisme de Cédric Durant (2020), dans sa critique de l’économie numérique. Le terrain anthropologique en situation révolutionnaire introduit ici le mot « féodal » pour problématiser la matérialité du travail dans les rapports aux corps, à la production, et à la terre.

 

Session 2 – Citoyennetés

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 4.14

Jacob Nerenberg (ZMO, Berlin) | Des bénéficiaires paresseux ? Non-reconnaissance du travail et du déplacement en Papouasie occidentale

Dans les hauts plateaux de la Papouasie occidentale (territoire limitrophe de l’est Indonésien, sur l’île de la Nouvelle-Guinée), on entend souvent dire que les résidents autochtones des zones rurales deviennent « paresseux » et perdent la « volonté de travailler » en conséquence du fait qu’ils reçoivent des transferts sociaux. L’administration de l’État a massivement élargi cette aide sociale, sous forme d’espèces ou d’allocations alimentaires, dans le sillage de la crise monétaire indonésienne de 1997-98 et du soulèvement indépendantiste papou qui l’a suivi. Ces programmes de transferts sociaux visaient à la fois les nouveaux chômeurs urbains sur Java, et les paysans autochtones dans les îles « extérieures » de l’Indonésie, dont les moyens de subsistance agraires subissent une variété de pressions. Alors que de nouveaux arrivants venus d’autres îles indonésiennes peuplent un secteur commercial en expansion au coeur des hauts plateaux, de nombreux résidents autochtones quittent la campagne pour tenter de s’insérer dans l’appareil administratif qui distribue les bénéfices sociaux. Les discours qui nomment comme « paresse » ou « oisiveté » les impacts de l’expansion des transferts sociaux aux résidents autochtones renforcent des stéréotypes ethniques comparatifs qui se réfèrent à ces changements socio-économiques. Ces discours occultent à la fois les formes de travail qui sous-tendent l’expansion des marchés et que requiert l’accès aux transferts sociaux, et les forces historiques ayant produit le sous-emploi et les inégalités dans un croisement de trajectoires de déplacement. Les normes et les pratiques de citoyenneté locale portent donc l’empreinte d’une non-reconnaissance du travail, des obstacles systémiques à sa mobilisation, et des histoires de crises dont le sens et les conséquences coupent à travers les échelles.

Gaytri Rathore (Prodig, Campus Condorcet) | Travail d’assainissement, précarité et caste dans la corporation municipale de Jaipur

Le travail d’assainissement public en Inde est depuis longtemps une question controversée, car les « intouchables » continuent d’accomplir cette tâche malgré les progrès technologiques et les changements dans les structures sociales. Le travail d’assainissement municipal à Jaipur a fourni une stabilité d’emploi aux membres de la caste Balmiki, tout en leur assignant une identité particulière en tant que groupe de caste et de classe professionnelle, ce qui les distingue des autres groupes intouchables. Depuis 1980, le travail d’assainissement a connu une forte baisse du recrutement de la main-d’oeuvre municipale, une contractualisation et une informalisation croissantes. Récemment, la privatisation de la collecte des ordures en porte-à-porte a ajouté un autre système de production de main-d’oeuvre. Cela remet en question les relations entre le capital, le travail et l’État, notamment le rôle de l’État dans le maintien de la tension entre l’identité d’un employé municipal de l’assainissement et celle d’un « marginal ». La diversité des contrats affecte les relations de travail existantes, accentuant les hiérarchies de classe internes entre travailleurs permanents et temporaires. En outre, cela revigore l’identité de la caste Balmiki, qui agit comme une barrière formelle régulant l’entrée des membres de la caste mais aussi d’autres castes répertoriées, des groupes hindous et musulmans désireux de se lancer dans le travail d’assainissement. En explorant la relation entre le travail, la marginalité et l’identité personnelle dans la Jaipur Municipal Corporation, j’illustre comment la relation entre le travail et le travail d’assainissement est de plus en plus précaire et fluide, les termes de la domination et de la servitude changeant constamment.

Benjamin Dubertrand (CRESEM, UPVD) | Prendre sa retraite à 40 ans : réflexion sur le rapport contemporain au travail aux États-Unis à partir du mouvement FIRE

Cette communication se propose d’interroger le rapport au travail dans la société états-unienne contemporaine et son évolution durant les trois dernières décennies. Alors que le phénomène dit de la « grande démission » aux États-Unis a fait la une des médias durant l’année 2022, c’est à un autre phénomène, lui aussi assez médiatique, sur lequel se base ce propos, à savoir le mouvement FIRE. Popularisé après la crise financière de 2008, ce mouvement dont le nom est un acronyme pour « Financial Independence Retire Early » (soit Indépendance financière et retraite précoce) désigne des individus qui cherchent à quitter le salariat et à cesser de travailler le plus tôt possible dans leur trajectoire biographique, parfois dès 30 ans. Pour ce faire, ses adeptes mettent en place un mode de vie aussi frugal que possible et placent simultanément la plus grande partie de leurs revenus sur des marchés financiers afin de multiplier leurs gains. Ceci jusqu’à atteindre cette indépendance financière gage d’autonomie, qui les dispensera alors de travailler, du moins sous forme salariée classique, pour développer une activité plus « libre ». Ce propos repose sur un terrain ethnographique exploratoire de deux mois, réalisé en Arizona au printemps 2023, ainsi que sur l’analyse d’une partie de littérature conséquente produite par les membres de ce mouvement, notamment sur internet (blogs, forums, communautés). Initialement critiqué comme uniquement une initiative de cadres supérieurs de la « tech » ou de la finance, ce mouvement se révèle plus complexe à cerner dans la mesure où il associe des acteurs et des logiques parfois paradoxales, comme l’anticonsumérisme et la spéculation financière. Il illustre pour partie les logiques « d’entreprenariat de soi » ou d’ « optimisation de soi » (Dalgalarrondo et Fournier, 2019) que l’on retrouve dans l’idéologie néolibérale récente. Plus largement, ce mouvement fait écho aux débats récents sur les bullshit jobs (Graeber, 2018) et les reconversions professionnelles de cadre (De Rugy, 2018). Il met en lumière la volonté de désertion d’une partie des salariés contemporains, même parmi ceux sensés occuper les postes les plus privilégiés. En ce sens, le mouvement FIRE apparait aussi comme un indicateur de certaines évolutions récentes voire des crises du rapport au travail au sein du capitalisme contemporain, aux États-Unis et au-delà.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search