Atelier #20

ATELIER #20 Imaginaires temporels et pratiques ordinaires de la finance

Gustav Kalm (Columbia University / Harvard Law School) | gustav.kalm@columbia.edu

James Christopher Mizes (Université Paris-Dauphine / Università di Bologna) | james-christopher.mizes@dauphine.psl.eu

Les communications dans cet atelier étudient les manières dont le fonctionnement ordinaire des procédures financières et l’accumulation financière recalibrent des relations sociales et économiques tout en examinant comment la catégorie de crise se trouve mobilisée dans ces articulations ordinaires de la finance. Sous-jacent à la qualification de crise est l’idée de l’écoulement d’un temps linéaire perforé de moments exceptionnels de destruction et perte. Pourtant, la finance est généralement composée de techniques de tissage de relations intertemporelles. Les crédits rendent possible un placement présent au prix de la modération future ; la spéculation accorde une valeur monétaire à l’incertitude de l’avenir ; l’assurance offre une certitude future au prix de paiements présents, etc. Les communications de cet atelier illuminent ces relations intertemporelles tissées aussi bien dans la finance publique et privée, que personnelle et institutionnelle, en Afrique, Asie, Amériques et Europe.

 

Session 1

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 5.08

Boris Samuel (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Prévenir et gérer les crises sociales par les prix en Afrique de l’Ouest et du Nord

Depuis les années 2000, le niveau des prix suscite des contestations en Afrique de l’Ouest ou du Nord. Les techniques employées par les acteurs étatiques mauritaniens et marocains pour prévenir la survenue de crises sociales et politiques prennent diverses formes : plans d’urgence alimentaires, encadrement des prix, subventions, ententes avec les opérateurs… Ces pratiques entremêlent logiques de contrôle, interventions par le jeu du marché ou aides publiques. Ces interventions procèdent d’un emboîtement de temporalités, entre préoccupations de finances publiques, sociales ou de maintien de l’ordre. Dans le temps long, elles contribuent à l’émergence de pactes sociopolitiques protecteurs entre États et citoyens. Dans le temps court, le financement des plans d’urgence et les subventions placent les financiers en position d’arbitres des contestations. Les politiques confortent enfin les logiques d’accumulation des opérateurs économiques sur la moyenne et la longue durées.

Nicolas Lainez (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Vivre au jour le jour : le présent frénétique et le futur spéculatif de la prostitution au Viet Nam

Les conditions structurelles façonnent les temporalités qui régissent la vie des femmes qui se prostituent à Chau Doc, une petite ville du sud du Vietnam. Ces femmes vivent au jour le jour et prennent des décisions basées sur la gestion des besoins quotidiens, privilégiant les solutions à court terme à la planification de l’avenir. L’ethnographie des multiples temporalités qui régissent la prostitution de rue, le care familial, les jeux d’argent et l’endettement informel montre que ces femmes vivent dans un présentisme frénétique rempli de tâches et de routines. Ce présentisme conduit à un avenir incertain qui engendre une temporalité ancrée dans l’espoir, le jeu et la spéculation, mais qui limite la projection dans l’avenir. En conséquence, ces femmes cherchent à éviter la crise latente : elles s’efforcent de se maintenir à flot mais parviennent difficilement à améliorer leur statut et à monter dans le train du développement et de progrès. Dans l’ensemble, cette communication soutient que cette temporalité des travailleurs précaires s’inscrit dans le temps linéaire et orienté vers l’avenir du capitalisme et du salariat qui infiltre les pays du sud. 

Martine Drozdz (Laboratoire techniques territoires sociétés, CNRS / Écoles des ponts ParisTech) et James Christopher Mizes (IRISSO, Université Paris-Dauphine / Scala Lab, Università di Bologna) | La titrisation, une solution aux crises ?

Depuis 2007, le processus de titrisation de l’immobilier urbain est couramment analysé par les intellectuels critiques et le grand public comme la source de multiples crises enchevêtrées. A rebours de ces discours, les experts financiers ont développé des raisonnements différents sur le rapport entre la crise et la titrisation. Dans ces rationalités expertes, la titrisation est présentée, et continue d’être présentée, comme un dispositif censé empêcher ou résoudre les crises financières et urbaines. Comment comprendre un tel décalage, et sa pérennité, entre ces modes de raisonnement ? En nous appuyant sur l’anthropologie de l’expertise et de la finance, nous entendons analyser ici la domination de ce mode de raisonnement propre aux experts à partir d’une comparaison de deux études de cas : la faillite à grand bruit d’un des plus grands projets de développement urbains des années 1990s, Canary Wharf (Londres), considérés comme le vecteur d’une « crise mondiale » du marché immobilier ; le rôle de la titrisation des logements sociaux dans la flambée des prix immobiliers à Dakar, considérée désormais comme une « une crise de logement ».

Timothée Narring (EHESS) | Les temporalités du « gouvernement par la dette » : une ethnographie des milieux populaires brésiliens

Le cas de l’endettement des milieux populaires de Vitoria (Brésil) contribue à conforter et à complexifier la thèse du gouvernement par la dette (Lazzarato, 2012). Il permet d’affiner la compréhension des temporalités de la dette, en intégrant les rythmes et les sensations des débiteurs à ce cadre d’analyse (Adkins, 2017). Pour « tenir » sur le long terme, le gouvernement par la dette mobilise des techniques de relâche et de normalisation. La première donne du répit aux familles lorsque la dette menace de façon excessive leur reproduction sociale. La seconde repose sur un ensemble d’incitations destinées à transformer les consommateurs surendettés en débiteurs solvables. Le gouvernement par la dette repose donc sur un subtil dosage entre donner du répit aux débiteurs et les pousser à se conformer aux plans de rééchelonnement. Dans cette présentation, je partirai d’une ethnographie des milieux populaires brésiliens entre 2016 et 2021 et d’un dialogue avec la sociologue Lisa Adkins pour étoffer la théorie du gouvernement par la dette, proposée par Maurizio Lazzarato.

 

Session 2

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 5.08

Isabelle Guérin (CESSMA, IRD – Université de Paris Cité) | Jongler avec la dette, le temps et les relations sociales

Pour des personnes dont le quotidien est une crise chronique, survivre et se reproduire sur le moyen et long terme suppose un art du « jonglage de la dette ». Les pratiques de jonglage obéissent à des logiques et calculs financiers et temporels. Elles reflètent aussi des choix délibérés, des stratégies ou des tactiques visant à multiplier et à diversifier les relations sociales, et à renforcer ou à affaiblir le poids des liens de dépendance, avec l’entourage, mais aussi parfois les ancêtres et les divinités. En définitive, le jonglage articule à la fois les exigences de l’immédiateté et celles de la reproduction sociale du groupe d’appartenance. 

Anna-Riikka Kauppinen (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève) | Les temporalités populaires de la crise bancaire au Ghana

Neuf banques privées ghanéennes ont périclité pendant la crise financière du pays entre 2017 et 2019. La crise a suscité un débat sur les « banques indigènes » comme partie intégrante de la souveraineté économique nationale. Sur fond de domination historique des banques étrangères au Ghana, cette présentation explore les discours moraux concernant l’utilisation d’un véhicule ad hoc SPV(de l’anglais Special Purpose Vehicle) pour résoudre la crise bancaire. S’appuyant sur des débats publics et des travaux de terrain menés dans une banque privée, l’auteur se concentre sur les contestations de valeur qui émergent lorsque des réformes coûteuses du secteur bancaire rencontrent un public critique qui doute de la sincérité des politiciens et des banquiers en tant que « réformateurs » économiques. Arguant que les « banques indigènes » sont devenues une catégorie morale incorporant des abstractions financières dans un discours nationaliste, cette présentation met en lumière la longue histoire de centrage de la propriété nationale d’infrastructures financières dans l’élaboration des politiques économiques africaines postcoloniales.

Gustav Kalm (Columbia University / Harvard Law School) | Comment profiter dans le présent d’une mine future prospective ? Les relations hôte-étranger et investisseur-état comme techniques intertemporelles de rentabilisation en Simandou en Guinée

La chaîne de montagnes de Simandou, en Guinée, contient les plus grandes réserves inexploitées de minerai de fer de haute qualité au monde. Même si le minerai reste toujours dans le sous-sol, le prospect d’extraction a toutefois permis aux investisseurs d’en tirer des bénéfices financiers. En 2007, Rio Tinto a repoussé une OPA hostile de 142 milliards USD par BHP Billiton en affirmant que Simandou était sous-évalué. En 2011, BSGR a vendu ses droits pour 51% de la réserve à Vale pour 2,5 milliards USD. Dans le même temps, les tentatives des habitants de Simandou de tirer parti de leur position d’hôte et propriétaire terrien classique pour profiter des entreprises minières en tant que leurs étrangers ont échoué.  Sur la base d’une ethnographie en Guinée et en France et de l’analyse des soumissions dans les différents litiges et arbitrages auxquels cette saga a donné lieu, cette communication montre comment les techniques juridiques rendent l’incertitude futur profitable dans le présent.

Chelsie Yount-André (Universiteit Leiden) | Les éthiques d’urgence : temporalités de crise face à la financiarisation des efforts de secours à Dakar

En avril 2020, la Banque africaine de développement a émis une obligation « sociale » pour financer la gestion de la crise de la Covid dans les pays africains. Ce papier analyse des effets des investissements à vocation sociale sur les familles à Dakar au Sénégal, afin de considérer les conséquences de la financiarisation des efforts de secours en cas de crise. Les obligations Covid relient les efforts des institutions financières pour prévoir le futur dans un climat d’incertitude et à la quête des parents pour réaliser ce même objectif. Les appels à l’urgence face aux crises sont imbriqués aux moralités économiques qui obscurcissent les manières dont les investissements dits « durables » peuvent remettre en cause la capacité des familles à gérer les crises chroniques.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search