Atelier #2

ATELIER #2 Pour une anthropologie visuelle de la « crise migratoire »

Corinne Fortier (LAS, CNRS) | corinne.fortier@college-de-france.fr

Parmi les nombreuses crises contemporaines, la « crise migratoire », constitue un enjeu majeur de notre siècle. Le sort des migrants a fait l’objet ces dernières années de nombreux films et d’installations artistiques, parfois réalisés par les migrants eux-mêmes. Ils montrent des personnes invisibilisées et donnent la parole à des individus que l’on n’entend pas ou dont la parole est d’emblée suspecte. Les films et les installations artistiques réalisés sur ou par des migrants témoignent de leur infortune mais aussi de leur dignité, de leur courage, de leurs talents et, en leur conférant un visage et une voix, ils invitent à les regarder autrement qu’à travers des images médiatiques, et à envisager l’ampleur des difficultés qu’ils traversent mais aussi leur héroïsme*. Ces films et ces installations artistiques permettent de témoigner, de se souvenir, d’entrevoir différemment le réel, d’envisager d’autres possibles et de réaffirmer certaines valeurs. Certains de ces films sont aujourd’hui réalisés par des anthropologues qui participent à ce tournant épistémologique et à cette hybridation féconde de la science et de l’art, du textuel et du visuel, de la réflexion scientifique et du documentaire de création, en étant à la fois chercheurs et réalisateurs. Les communications seront accompagnées de courts extraits de films ou des images des installations artistiques analysées.

*Corinne Fortier (éd.), Les migrants, ces nouveaux héros. Quête de l’ailleurs, quête de soi, et créations filmiques, Science and Video. Des écritures multimédia en sciences humaines 9, 2029, en ligne, https://scienceandvideo.mmsh.fr/n-09/.

 

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 5.21

Fabienne Le Houerou (IREMAM, CNRS) | Poussières d’exil

Il sera question d’étudier les migrations (artistiques, politiques, climatiques) en lien avec leurs images, fixes et animées, dans une approche rhizomorphe de l’exil, où textes et images s’interpénètrent, se contredisent ou se rejoignent. Une poussière d’exils notion théorisée dans un récent ouvrage sur la théorie des images (Le Houérou, 2021)** qui interroge, à nouveau, la pertinence heuristique du concept de rhizome élaboré par Deleuze-Guattari (1980)***. Pour Gilles Deleuze et Félix Guattari la notion de rhizome désigne une structure évoluant en permanence, dans toutes les directions horizontales, et dénuée de niveaux. Cette structure s’oppose à la hiérarchie en pyramide (ou « arborescence »). Cette théorie du rhizome s’inspire à la fois de la botanique et des travaux mathématiques sur les fractales. Elle nous semble utile pour saisir l’absence de hiérarchie entre les approches textuelles ou visuelles des migrations. Que nous disent les films sur les migrants, par, pour, et avec les migrants, que les textes ne sont pas en état de nous raconter ? Comment arrimer les textes aux images et pour quelle utilité scientifique ? Comment prolonger le texte par des images et inversement ?

**Le Houerou, Fabienne, Ethnographie filmée des musiciens du désert du Thar en Inde. Princes et Vagabonds. Poussière d’exils, Paris, L’Harmattan, 2021.

*** Deleuze, Gilles et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Nicolas Jaoul (IRIS, CNRS) | Retours sur Bariz, le temps des campements : à propos de la mobilisation des migrants et de leurs soutiens à Paris en 2015

Mon film Bariz, le temps des campements, raconte la mobilisation des migrants, soutenus par des militants et des habitants du quartier la chapelle à Paris durant l’été 2015, un moment qui a été qualifié de « crise migratoire » dans les médias. L’idée du film était de privilégier le point de vue des migrants sur cette mobilisation et sur leur arrivée à Paris, en retournant sur les lieux des anciens campements avec eux, six mois plus tard. Mais ce que le film raconte aussi grâce aux archives filmées par moi-même et d’autres activistes de cette lutte, c’est l’histoire d’une rencontre entre habitants d’un quartier et nouveaux arrivants et d’une tentative de se connaître pour pouvoir construire une mobilisation politique respectueuse dans un contexte d’altérité radicale des protagonistes. Ma démarche a consisté à prendre au sérieux cette rencontre qui a tenté de compenser l’hostilité des politiques par une humanité d’un accueil populaire, et à traiter cette tentative de manière à la fois positive et lucide. J’ai donc tenté, de l’intérieur, en tant qu’acteur portant un regard à hauteur humaine sur ce collectif dont je faisais partie, de rendre compte de ce qu’il avait de positif mais aussi de ses contradictions, ses apories et finalement, son échec en termes de lutte. Car certes, ces migrants ont réussi à faire valoir leurs droits en tant que demandeurs d’asile. Mais six mois plus tard, les primo-arrivants restent confrontés à la même hostilité et sont invisibilisés dans l’espace urbain. Tout en questionnant l’efficacité de ces nouvelles formes de mobilisations par le bas, qui témoignent également d’une crise de la représentation, le film entend laisser une trace et offrir un repère pour l’avenir.

Corinne Fortier (LAS, CNRS) | Naufrages migratoires en Méditerranée : péris en mer, survivants et arts visuels

De nombreux hommes, femmes, adolescents et enfants traversent la mer Méditerranée entassés sur des embarcations de fortune, la route maritime depuis l’Afrique étant devenue le chemin principal pour rejoindre l’Europe. En se basant sur cette actualité, notre recherche qui combine anthropologie et études visuelles (visual studies) s’intéresse à cette réalité migratoire maritime et à son traitement dans les arts visuels. Le motif visuel du bateau associé au migrant fait en premier lieu écho au tableau archétypal en histoire de l’art de Théodore Géricault, Le radeau de la Méduse (1818) qui revêt une portée postcoloniale qui fait écho à la problématique migratoire actuelle reprise par plusieurs artistes visuels contemporains. Le bateau échoué joue le rôle de substitut physique du corps du naufragé, substitut que l’on retrouve fréquemment dans les films et les installations artistiques contemporaines. Restituer leurs noms aux migrants péris en mer constitue un défi fondamental. C’est l’enjeu du film de Dagmawi Yimer, lui-même migrant, intitulé Asmat-Names in Memory of all the Victims of the Sea (2014). Comme l’indique son titre, bien que ce film soit un hommage à tous les migrants péris en mer, le réalisateur s’est inspiré d’un naufrage particulier, celui du 3 octobre 2013, dans lequel de nombreux Éthiopiens et Érythréens ont trouvé la mort. Ce film redonne à ces migrants disparus en mer une corporalité par le surgissement visuel de leurs prénoms en écriture amharique, ainsi que par leur profération incantatoire, renouant avec le caractère fondamentalement résurrectionnel de l’image filmique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search