Atelier #18

ATELIER #18 Alimentation et crises

Chantal Crenn (Université Paul Valéry-Montpellier, UMR SENS) | chantal.crenn@univ-montp3.fr

Marie-Pierre Julien (Université de Lorraine-Nancy, 2L2S) | marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Si au 20e siècle, l’augmentation de la population mondiale a été soutenue par une industrialisation de la production et de la consommation alimentaires, ni l’agriculture à hauts rendements ni la consommation alimentaire de masse n’ont sorti les humains des périodes de famines tout en produisant de nouveaux « problèmes » comme les maladies chroniques, les risques de cancer liés aux usages de pesticides, l’appauvrissement des sols et des variétés de semences, le réchauffement climatique et les exils forcés, etc. Mais ce n’est pas seulement aux niveaux sanitaire ou environnemental que les questions se posent. Du point de vue des droits humains, l’industrialisation de l’agriculture globalisée a également entraîné l’emploi massif de personnes déplacées depuis leur pays d’origine, mal logées, mal nourries et payées à bas coût. Ainsi, l’alimentation humaine est au cœur d’une multitude d’enjeux qui peuvent être source d’incertitudes et parfois de crises aigües situées elles-mêmes au cœur de multiples enjeux politiques, économiques, migratoires, fonciers, climatiques, écologiques ou encore sanitaires lourds. Par « crise », nous entendons ici, à l’instar de Didier Fassin, des « situations critiques » car elles permettent de dépasser l’étonnement face à l’inédit et de saisir l’entremêlement des enjeux : « le moment critique ne préjuge pas de la prééminence d’une crise particulière » (2022 : 18). Observer et analyser de manière ethnographique ces « situations critiques » autorise également à prendre en compte le temps long et de dévoiler les « arts de résister » et de contester qui permettent de s’approprier les changements vécus.

 

Session 1Crise écologique et crise du modèle agro-industriel

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 5.21

Laurence Boutinot (CIRAD) | Quel goût reste-t-il à la viande sauvage dans un contexte d’urgence écologique ?

Explorer la notion de crise environnementale (changement climatique, raréfaction des ressources naturelles) au prisme de l’anthropologie se heurte à de multiples contraintes. Justice environnementale et justice sociale relèvent de slogans encore distincts et dont la mise en adéquation reste encore à saisir et à articuler. Notre propos s’inscrit dans des études relatives à la consommation de viande de brousse en Afrique centrale et complique en cela l’articulation de ces slogans en les invitant dans les rapports Nord-Sud. Dans un contexte colonial et post-colonial dominé par l’opposition entre un conservationnisme écologique (parcs naturels, réserves de biodiversité, parcs nationaux mais aussi zones de tourisme et de chasses sportives) et un extractivisme ou développement industriel (exploitation du bois et des mines), l’Afrique centrale (Congo, Cameroun, RDC, Gabon) présente des enjeux dont l’historicité n’est pas sans (re)produire des crises. Des crises alimentaires dues à la raréfaction des ressources naturelles aux crises en anthropologie qui ne distinguent plus le sauvage du domestique, le cru du cuit, y a-t-il encore un travail anthropologique utile à la connaissance des pratiques des peuples dits autochtones ? Ceux-ci sont encensés au niveau international du fait de leurs pratiques frugales et économes de la nature, mais ils sont privés au niveau local de leur accès aux ressources naturelles. Qu’en est-il des tabous alimentaires, des symboles et des mythes relatifs à leur relation à la nature quand ceux-ci se délitent devant les impératifs écologistes de la protection de la nature ?

Titouan Bénégui | Les conséquences de la négligence par les industriels de l’alimentation comme fait social total

La transition alimentaire, définie comme le passage vers une alimentation plus durable, s’impose aujourd’hui comme un enjeu sociétal majeur. En tant que chercheurs en socio-anthropologie internalisés dans une grande entreprise française agroalimentaire proposant notamment des produits frais laitiers, nous avons mené deux études qualitatives en 2021, l’une auprès de citoyens vivant en Ile-de-France, l’autre auprès d’éleveurs laitiers. Celles-ci montrent que les différents acteurs n’ont pas les mêmes définitions de ce qu’est une alimentation plus durable. Ils n’expriment pas non plus les mêmes contraintes et priorités, ce qui crée une divergence entre d’un côté les pratiques promues par les industriels via leurs innovations produits et de l’autre celles des éleveurs laitiers et des citoyens mangeurs. Notre communication insistera ainsi sur certains dysfonctionnements des systèmes alimentaires résultant du déni de l’alimentation comme fait social total par les acteurs économiques. 

Floriane Derbez (INRAE) | Le lapin : analyseur d’une crise de notre rapport à l’alimentation carnée et aux modes de production industriels spécialisés ?

A l’instar de l’ensemble des « productions animales », l’élevage de lapin de chair a subi depuis plusieurs décennies un processus d’industrialisation et de professionnalisation. Mais ce mode d’élevage – industriel – est aujourd’hui fortement remis en question par les citoyens de l’union européenne (cf. Initiative Citoyenne Européenne « End the cage age »). Parallèlement, la consommation de viande de lapin est en baisse continuelle depuis plusieurs décennies. Dans ce double contexte critique, cette communication propose d’envisager le lapin comme un analyseur des mutations en cours concernant notre rapport à l’alimentation carnée et aux conditions de vie et d’élevage des animaux de rente plus généralement. Nous montrerons que si la demande citoyenne autour du bien-être animal semble constituer un moteur du changement, la logique productiviste reste ensuite souvent à l’œuvre pour l’optimisation de ces systèmes innovants, questionnant la possibilité d’une transition profonde de la filière.

 

Session 2« Situations critiques » alimentaires, politiques et migratoires : des ruses et des tactiques

Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 5.21

Emmanuel Cohen (UMR Biodémographie humaine – BioDemo 7206) | Modèles alimentaires pluriels des franciliens et crise de l’industrie agro-alimentaire

La région parisienne est le lieu de disparités majeures sur le plan alimentaire. En réaction aux doutes croissants engendrés par l’agro-industrie, des initiatives citoyennes conduisent depuis deux décennies environ au développement de systèmes agro-alimentaires alternatifs (les S3A), revendiquant généralement une agriculture dite « écologique » organisée autour de principes de durabilité et qualité alimentaire. Si ces S3A (ex : les AMAP) se  construisent en marge du modèle dominant, celui-ci reste omniprésent dans la vie des Franciliens, notamment au sein des populations africaines immigrées de 1ère génération ayant une propension culturelle à valoriser une alimentation industrielle goûteuse et calorique. Cette communication confrontera, à travers la comparaison de ces deux populations franciliennes contrastées (réseau AMAP vs Camerounais immigrés), des modèles alimentaires très variés, voire contradictoires, vis-à-vis d’une alimentation industrielle de plus en plus controversée.

Toussé Djou Josiane (Université de Yaoundé II Soa, Cameroun) | Résilience à l’insécurité alimentaire des ménages vulnérables : une analyse empirique à la lumière de la crise dite « anglophone » au Cameroun

Cette communication abordera le processus de résilience et de reconstruction alimentaire des populations vulnérables des régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun concernées par la crise dite « anglophone » qui sévit depuis 2016. Basée sur l’exploitation de données de recherche documentaire et d’enquêtes de terrain, nous présenterons et analyserons les modalités des différentes stratégies d’adaptation adoptées comme la réduction de la consommation alimentaire, le changement de régime alimentaire ou encore l’exode massif de certaines familles dans les régions voisines en l’occurrence Bafoussam et Douala à la recherche de travail et de meilleures conditions de vie.

Chantal Crenn (UMR SENS, Université Paul Valéry), Sarah Marchiset (UMR SENS, Université Paul Valéry) et Isabelle Techoueyres (Aofood.org) | Ce que la pandémie du Covid 19 nous dit des inégalités sociales et ethno-raciales vécues par les migrant-es : « manger » et « produire » dans Bordeaux et sa campagne viticole environnante

Impactée par le Covid-19, notre étude nous a amenées à examiner cette situation inédite dans les squats, les associations d’aide alimentaire, en ville et à la campagne autour de Bordeaux. Depuis le premier confinement, nous avons suivi nos interlocuteur-ice-s (im)migrant-e-s et les personnes engagées à leurs côtés, dans leurs pratiques de dons, de consommations, d’habitat et de résistances. Nous nous sommes interrogées sur « les situations critiques » (Fassin, 2022) vécues, à partir de leurs paysages alimentaires. Celles-ci renseignent non seulement sur les quotidiens et les résistances citoyennes « ordinaires » (Carrel, Neveu, 2014), mais plus largement sur le traitement politique de l’exil et des minorités, les politiques de l’aide alimentaire, et la place des (im)migrants dans la cité jusqu’aux politiques agricoles. Nous nous questionnerons sur les fabriques de trois crises empilées : migratoire, pandémique, et agricole, et leurs effets sur les quotidiens de nos interlocuteur-ices.

 

Session 3Normes alimentaires en période de crises : pratiques alimentaires et santé au cœurs des questions d’âges, de genre et d’ethnicité ?

Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 5.21

Elsie Mégret (LinCS, Université de Strasbourg) | Crises populationnelles et crises corporelles : la production de savoirs scientifiques, médicaux et techniques autour de l’alimentation infantile et enfantine au début du 20e siècle

Dès son instauration en 1870, la IIIe République française est traversée par de multiples incertitudes politiques, sanitaires et démographiques qui s’incarnent au début du 20e siècle dans diverses problématiques pratiques comme la dépopulation (Becchia, 1986), la dégénérescence (Doron, 2016) ou la mortalité infantile (Rollet, 2017). Dans ce contexte, la croissance et le développement des enfants font l’objet d’une préoccupation étatique majeure qui rassemble parlementaires, médecins et hygiénistes autour de la constitution de lois et de politiques sanitaires et sociales œuvrant à renforcer la population nationale. À partir des savoirs scientifiques, médicaux et techniques produits autour de l’alimentation infantile et enfantine, cette intervention interrogera les formes d’imbrications entre la formulation de crises politiques et populationnelles et la construction par l’encadrement médical de l’alimentation et de la nutrition, de temporalités corporelles jugées critiques.

Julie Mayer (CERTOP) | Crise démographique et crise environnementale : des injonctions contradictoires lors d’ateliers de cuisine visant à « bien manger pour bien vieillir »

Les acteurs de la prévention de la santé par l’alimentation des personnes âgées se donnent pour mission de répondre à une double crise : celle du vieillissement de la population et celle de la crise environnementale. Pour les personnes âgées, parmi les recommandations formulées pour prévenir la dénutrition figure celle de manger suffisamment d’aliments sources de protéines, dont la viande. En parallèle, l’état des connaissances sur l’évolution du climat permet aujourd’hui d’affirmer que les produits d’origine animale sont responsables de plus d’émissions de gaz à effet de serre que n’importe quelle autre source de nourriture. Notre analyse, basée sur l’observation participante de 19 ateliers de cuisine en prévention et sur 42 entretiens menés auprès de participants, met en lumière une diversité d’injonctions contradictoires, soulevant la question de la légitimité de ce type de démarche et de la réception par les participants, entre rejet et appropriation.

Mathilde Lagrola (UMR SENS) | « Interdire » les fromages au lait cru aux jeunes enfants ? Crise sanitaire et remise en cause des risques attachés à la consommation de fromages au lait cru

Les fromages au lait cru font l’objet depuis les années 1990 de recommandations de consommation qui distinguent des catégories de population « sensibles » au risque d’intoxication alimentaire. En 2018, suite à deux épisodes d’intoxications, les autorités déconseillent formellement leur consommation par les enfants de moins de 5 ans, déclenchant les contestations au sein d’une coalition d’acteur.ices qui mettent en regard de ce risque l’ensemble des contributions socio-économiques, écologiques et culturelles de ces aliments. A l’appui d’observations menées lors d’un colloque en janvier 2020, je montrerai comment les débats opposent une conception menaçante de fromages porteurs de microorganismes pathogènes à celle d’aliments-santé où la biodiversité microbienne renforce l’immunité. Ils révèlent la tension entre l’attachement culturel à ces produits et la susceptibilité accrue pour les risques au sein du dispositif de surveillance du système agroalimentaire contemporain.

Gaëlla Loiseau (UMR Innovation 0951) et Yoanna Rubio | Les pratiques alimentaires des Gitans pour dire la crise

Les pratiques alimentaires des Gitans sont sans cesse mobilisées dans les médias ou par les services sociaux sous l’angle de la déviance. Junkfood, absence d’horaires pour les repas, surplus de grillades, enfants nourris à la demande : tous les critères socio-culturels semblent réunis pour pointer et agir sur l’augmentation de l’obésité chez ces populations. Révélatrices d’une diffusion de normes de consommation ajustées aux cadences de l’industrie agroalimentaire, ces pratiques permettent d’interroger ce que l’on entend par « crise » dans un contexte de société d’abondance. Perçus comme une population « contaminée » par des pratiques de consommation allant à l’encontre des valeurs et normes de sobriété édictées en réaction à la production de masse, les Gitans incarnent ainsi – à travers le stigmate de l’obésité – une altérité menaçante pour l’ensemble de la société française contemporaine.Or, l’abondance s’instaure comme une valeur nourricière à travers laquelle les Gitans se réalisent et à laquelle ils s’identifient. Dès lors, ce « bien manger » sans cesse appréhendé comme un « trop manger » est-il un réel révélateur d’une crise que les Gitans traverseraient seuls en tant que communauté considérée comme fermée sur l’extérieur ? Ou incarnent-ils une population si déviante qu’elle serait le « support » d’énonciation de bouleversements importants concernant l’ensemble de la société française ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search