Atelier #17

ATELIER #17 Faut-il “brûler” ou “vider” les musées d’ethnographie ? Représentativités, provenances et circulations des collections muséales

Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | magali.dufau@univ-tlse2.fr

En écho à la suggestion provocatrice de « brûler les musées d’ethnographie » (Jamin 1998), Françoise Vergès propose vingt-cinq ans plus tard de les « vider » (2023). La crise traversée par les institutions conservant des collections dites d’arts et traditions populaires à caractère rural ou extra-européennes, acquises dans les anciennes colonies, continue de générer de profondes remises en question. Aux débats sur la définition et le rôle des musées de société et de civilisation s’ajoute celui de la représentation qui questionne la légitimité du discours sur les identités auxquelles rattacher les collections et appelle à la transparence sur la provenance des objets et les modalités de captation par les musées occidentaux dans la perspective de traiter les demandes de restitutions. Cet atelier propose d’explorer les nouvelles méthodologies et perspectives développées dans ces musées et le rôle que l’anthropologie peut tenir dans ce moment de redéfinition de leur rôle social. Comment mettre fin aux représentations exotiques ou pittoresques qui figent les identités liées aux collections ? D’où provient la légitimité des musées à produire un discours sur ces objets ? Quelles solutions de projets participatifs et inclusifs peuvent être mises en place ? Comment les anthropologues peuvent-ils mettre au défi les pratiques muséales et repenser les manières de coopérer ?

 

Session 1 – Les musées d’une crise à l’autre : ruptures et transitions à l’aune des études matérielles et décoloniales

Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 3.08

Martin Hullebroeck (Université Panthéon-Sorbonne / Université Libre de Bruxelles) | Représentation, relation, musée : les objets et la fabrique matérielle du savoir

La « crise » des musées d’ethnographie qui a éclaté au cours des années 1980 a surtout été perçue comme une crise de la représentation à l’aune des études culturelles (cultural studies) et de la culture matérielle, et nombreuses sont les recherches qui se sont dès lors concentrées sur les poétiques et politiques des savoirs et des identités culturelles. Plus radicales ont sans doute été, pour les musées, les approches qui se sont ancrées dans des problématiques ontologiques et ont rejeté les approches herméneutiques de la culture matérielle pour interroger la place des objets matériels et de la matérialité dans la production des savoirs. Cette communication se propose de revenir sur quelques-uns des enjeux de ces dernières approches pour les musées.

Monica Heintz (LESC, Université Paris Nanterre) | Les études décoloniales en anthropologie : crise des consciences ou transition vers une coproduction des savoirs ?

Cette intervention utilise comparativement deux concepts analytiques, « crise » et « transition », pour tenter de décrire le mouvement d’études critiques du patrimoine qui s’est développé ces dernières années en France. Surinvestis par la sphère politique au début du 21e siècle, les concepts de crise et de transition qui sont utilisés pour décrire une discontinuité dans l’ordre social établi, n’en gardent pas moins la capacité d’inspirer de nouveaux questionnements sociologiques, surtout quand ils sont interrogés en miroir. Tout d’abord ils permettent d’introduire les temporalités dans l’analyse et de poser ainsi la question de la durabilité du mouvement critique décolonial, qui n’est pas à son premier essai (des mouvements autour des restitutions des patrimoines de l’époque coloniale ont existé dans les années 1960-1970, mais la « crise » s’est alors absorbée). Deuxièmement, ils introduisent la notion de rupture – et donc de violence physique ou symbolique – qui induit une variabilité des réponses collectives et individuelles (l’âge, la génération historique, l’éducation pesant plus fortement sur les réponses à une transition qu’à une crise). Troisièmement, ils permettent d’insister sur les aspects subjectifs : l’inintelligibilité d’un phénomène qui ne se laisse pas saisir dans son entièreté et provoque à la fois espoir et panique parmi les acteurs sociaux concernés. Enfin, à la différence de la notion de crise qui insiste sur le mal être du présent, la notion de transition implique l’existence d’un horizon futur synonyme d’ouverture des possibles et permet de considérer l’implication des artistes, universitaires et institutions patrimoniales dans le mouvement de « décolonisation » de ces dernières années dans des projets pilotes comme une investigation des possibles futurs des patrimoines controversés. Cette intervention se base sur l’observation participante de plusieurs projets critiques développés autour d’archives et de collections muséales africaines en France.

Alexandre Girard-Muscagorry (CRAL, EHESS / Conservateur du patrimoine, Cité de la musique – Philharmonie de Paris) | La crise, enfin : les collections ethnomusicologiques au défi de la réinvention des musées

Longtemps tenues à l’écart des débats, les collections d’instruments « non-européens » conservées dans les musées de la musique ou dans ceux dits de société, ont enfin rejoint ces dernières années, les discussions sur la provenance souvent opaque des patrimoines en Europe ou sur les modalités de représentation des cultures. Aux difficultés propres à la conservation des objets dits « ethnographiques » s’ajoutent celles liées à la préservation de collections à forte valeur fonctionnelle et qui ont été enserrées, depuis la fin du XIXe siècle, dans plusieurs systèmes de classification particulièrement corsetés. Cette communication entend dresser un inventaire des figures de crise observées dans les musées conservant des collections à caractère ethnomusicologique, en portant une attention particulière à la singularité des questionnements qu’elles soulèvent. À partir de quelques projets muséaux récents, on cherchera aussi à montrer le fort potentiel offert par les instruments de musique pour réinventer le rôle et le sens des musées conservant des patrimoines « non-européens ».

 

Session 2 – Représentations et imaginaires autour du patrimoine matériel et immatériel : comment déconstruire les stéréotypes identitaires ?

Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 3.08

Justine Bohbote (conservatrice du patrimoine, responsable du pôle Sport et santé) et Enguerrand Lascols (conservateur du patrimoine, responsable du pôle Vie domestique, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille) | La Méditerranée au musée : concevoir un accrochage réflexif des collections du Mucem

Le Mucem repense actuellement son parcours semi-permanent pour ses dix ans. Une de ses expositions est consacrée à la définition de l’objet du musée, à savoir la Méditerranée, et plus précisément aux regards que portent les Européens sur celle-ci. L’exposition provisoirement intitulée « La Fabrique de la Méditerranée » est construite autour de l’idée d’« invention de la Méditerranée » en choisissant une approche patrimoniale, intimement liée à l’identité du Mucem, héritier de l’histoire et des collections du Mnatp et du département « Europe » du Musée de l’Homme. Il s’agit ainsi de replacer le musée dans une histoire des disciplines et de la muséographie. Son parti est de se concentrer sur les images que les musées et leurs collections ont fortement contribué à construire, en particulier à travers le regard des artistes et des ethnologues. Ainsi, la conception de cette exposition est l’occasion d’une réflexion collective sur l’histoire du Mucem, sur le contexte institutionnel et politique qui a prévalu à l’enrichissement de ses collections et sur les différentes collectes qui ont jalonnées son existence. La mise en exposition de cette histoire complexe à partir des fonds du musée suscite également de nombreux échanges au sein de l’équipe curatoriale.

Constance Jame (Heidelberg Centre for Transcultural Studies, Ruprecht Karl University of Heidelberg et Ecole du Louvre) | Face aux crises, le musée comme lieu d’accueil en Allemagne

Le 31 août 2015, Angela Merkel annonçait l’ouverture des frontières de l’Allemagne pour répondre à l’afflux de réfugiés aux portes de l’Europe. Face à cette crise migratoire, deux réactions se dessinent : des mouvements anti-migrants et antimusulmans, tel que Pegida, et une politique d’accueil. Ce climat islamophobe s’inscrit dans un contexte plus ancien, celui du post 11 septembre et du questionnement de la place des minorités musulmanes dans les sociétés européennes. Cette culture de l’accueil, elle, peut être perçue à différents niveaux de la société dont l’implication des musées. Cette communication vise à montrer de quelles manières le Museum für Islamische Kunst de Berlin se transforme en lieu d’identité pour les minorités musulmanes et les réfugiés. Le musée par la participation vise à inclure ces communautés devenant une zone de contact entre les communautés et leur patrimoine, un nouvel Heimat. Il s’agira de questionner cette inclusivité ainsi que les résultats de ces projets.

Edith Joseph (Chemins du patrimoine en Finistère) | La question des rituels dans le cadre de l’exposition ou comment rendre visible l’invisible pour les visiteurs ? 

L’Abbaye de Daoulas présente dans sa programmation culturelle des expositions visant à s’interroger sur le rapport à l’autre, aux autres, par le biais de l’anthropologie culturelle. En abordant des questions de sociétés, il s’agit de susciter chez les visiteurs le désir d’interroger leurs pratiques, celles des « autres » et de découvrir une relation au monde au travers de collections muséales. L’approche des sujets se formule la plupart du temps sous la forme d’un questionnement, dans des époques et des lieux divers et bien souvent dans une réflexion interculturelle. Élaborer une problématique nécessite donc une collaboration étroite avec le monde de la recherche en sciences humaines. Il s’agit de trouver un angle de réflexion, un prisme de présentation des objets qui permettra d’apporter la parole scientifique (essentielle à l’analyse fine du sujet) et de la pratique (ne pas parler à la place de…), tout en créant des outils accessibles à un large public. Ce processus nécessite la présence de témoignages directs, d’échange d’idées entre chercheurs et de dispositifs interactifs permettant de rendre visible, auprès des visiteurs, la façon dont les sociétés s’organisent. Il oblige, également, à avoir une posture d’humilité vis-à-vis du sujet. L’exposition devra faire office de passeur de connaissances plutôt que d’être dans une posture de sachant.

 

Session 3 – Provenances, circulations et retours des collections muséales 

Jeudi 2 | 14h45h > 16h15 | Salle 3.08

Marion Bertin (Centre Norbert Elias, Avignon université) | Surmonter la crise : les collections océaniennes au cœur des politiques collaboratives

Depuis les années 1980, de nombreuses initiatives ont été menées autour des collections océaniennes conservées dans des musées en France. On peut citer notamment des inventaires de collections, des recherches de provenances, des expositions, des résidences d’artistes contemporains océaniens dans des musées ou encore des retours temporaires par dépôts ou prêts de durées variables. Cette communication se concentre sur différents projets menés dans des musées français autour des collections océaniennes. Elle interroge les possibilités de partage de parole et d’autorité à travers des exemples d’expositions ou de projets de recherche. À travers des études de cas concrets, elle propose des perspectives à la fois méthodologiques et théoriques. Cette communication permet ainsi d’interroger les rôles contemporains de ces objets, conservés hors de leur territoire d’origine, des manières dont ils peuvent permettre de construire des relations et de surmonter les crises actuelles traversées par les musées et leurs collections.

Anouk Delaître (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | Partager des patrimoines en ligne. Un nouveau casse-tête au Muséum de Toulouse

Si une « nouvelle éthique relationnelle » prônée par le rapport Sarr/Savoy (2018) rallie une pluralité de pratiques au sein de la communauté muséale, scientifique et autochtone, la proposition de mise en ligne radicale des collections a rencontré une levée de boucliers (Pavis et Wallace 2019). L’apparence opportune d’un accès libre et dématérialisé réplique une conception occidentale sur la gestion de collections dont les histoires complexes reflétant des visions enchevêtrées appellent à les traiter au singulier. Au Muséum de Toulouse, une campagne de collecte rompant avec le marché de l’art a été menée en partenariat au Brésil de 2010 à 2016. Les fonds audiovisuels produits seraient une plus-value à la collection : ils participent à l’entrée de la figure autochtone et du Patrimoine Culturel Immatériel au musée et pourraient faciliter une “restitution” virtuelle auprès des communautés partenaires. Leur mise en ligne, et donc en circulation, rencontre de nouvelles problématiques. Cette sortie de l’enceinte muséale divise l’institution entre deux de ses principes moteurs : la protection et la valorisation du patrimoine.

Marta Caradonna (Istituto per il Lessico Intellettuale Europeo e Storia delle Idee ILIESI, Rome) | Patrimoine colonial italien : musées, archives, édifices, acteurs. Une nouvelle méthodologie d’étude et de narration

En Italie, le ministre de la Culture, le 18 octobre 2021, a créé le “Groupe de travail pour l’étude des thématiques relatives aux collections coloniales, au Comité pour la récupération et la restitution des biens culturels”. Le retard avec lequel l’Italie aborde le thème de l’avenir des collections coloniales est le reflet d’une politique qui a volontairement omis le passé colonial italien. Aujourd’hui, il est demandé aux anthropologues, sociologues, historiens, artistes, écrivains, musiciens, militants et membres des communautés locales de combler les lacunes de la politique italienne. Dans ce cadre, le Conseil national de la recherche (CNR) italien, et en particulier l’Institut pour le lexique intellectuel européen et l’histoire des idées (ILIESI), ont lancé un projet de recherche et un accord de collaboration scientifique qui ont pour but de répondre à une série de questions qui ne peuvent plus être négligées : comment les collections coloniales ont-elles été acquises ? Quelle est l’histoire de ces campagnes de collecte ? Dans quelles conditions politiques se déroulaient-elles ? Quel rôle les chercheurs ont-ils joué dans ces missions ? Quel type de relation existe-t-il entre les institutions muséales et les collections coloniales ? L’expérience coloniale a-t-elle influencé les disciplines ethnoanthropologiques italiennes nées entre 1800 et 1900 ? Le but final de ces activités est de définir de nouvelles méthodologies pour raconter les collections coloniales italiennes. L’aspect innovant de ces recherches est qu’elles prennent en compte non seulement le patrimoine des objets conservés dans les musées italiens, mais aussi celui des archives. Par ailleurs, les missions de recherche dans les territoires des colonies italiennes ont donné naissance à un grand nombre de comptes rendus, documents, épîtres, journaux de terrain et monographies. Cette production a toujours été étudiée individuellement sans jamais effectuer une analyse croisée de tous les éléments disponibles. Les caractéristiques particulières de l’histoire coloniale italienne, c’est-à-dire sa courte durée et le nombre relativement faible (par rapport à d’autres pays) d’objets, textes, bâtiments, traces et témoignages, permettent d’appliquer une méthodologie d’étude transversale.

 

Session 4 – Rencontres et (re)connexions autour des biens culturels  

Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 3.08

Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | La crise des musées ou l’émergence des possibles : vers des recherches participatives et inclusives sur les biens culturels en provenance du Bénin conservés à Toulouse

Le poids de l’héritage colonial au sein des musées français est au cœur de la crise que vivent aujourd’hui ces institutions. Questionnements sur la provenance et les modalités d’acquisition des collections, remise en question de la légitimité de leur propriété par les institutions culturelles françaises, demandes de restitutions par des Etats devenus souverains : les enjeux autour de ces biens culturels sont multiples et complexes. Si la situation semble sensible dans la sphère médiatique et publique, elle est surtout riche en possibilités dans la sphère muséale. La crise devient une opportunité de transformation des pratiques professionnelles à saisir : c’est notamment le cas au sein du muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Dans le cadre de mon accueil en tant que doctorante en anthropologie et grâce à une collaboration étroite avec la responsable des collections culturelles, nous mettons collectivement à l’épreuve une méthodologie pensée comme inclusive et participative au sein d’un projet de recherche-action.

Garance Nyssen (Sainsbury Research Unit or the Arts of Africa, Oceania and the Americas, University of East Anglia) | Après deux siècles en Europe et vingt-quatre heures d’avion : comment accueillir le fragment présumé du « maro ’ura de Wallis » à Tahiti ?

Cette communication repose sur une expérience de terrain. En décembre 2022, j’ai assisté à l’arrivée du fragment présumé du “maro ’ura de Wallis” à Tahiti (Polynésie française), depuis l’aéroport de Fa’a’ā jusqu’au Te Fare Iamanaha – Musée de Tahiti et des Îles (MTI). Ce morceau de ceinture sacrée, autrefois portée par les ari’i rahi (chefs sacrés) aux Îles de la Société, est un unicum récemment découvert dans les collections du musée du quai Branly-Jacques Chirac. Entre lourdeur administrative, secret, inquiétude et cérémonie d’accueil avortée, son arrivée cristallise de nombreuses réflexions autour de la domination des normes muséales internationales, de la collaboration entre musées et de la manière dont le MTI représente/incarne les cultures polynésiennes et leurs rapports avec des objets anciens. Que dire ou faire pour accueillir un objet depuis si longtemps conservé en dehors du territoire ? Le rituel habituel du convoiement et les préconisations de la conservation préventive sont-ils suffisants ? Sont-ils compatibles avec les principes d’un “accueil polynésien” ? Enfin, en tant que témoin privilégiée de toutes les étapes de l’arrivée de ce fragment – au contraire d’autres membres du musée ou de personnalités culturelles extérieures – cet épisode m’invite aussi à revenir sur la place de l’ethnologue dans les situations de retour d’objets sur leurs terres d’origine.

Atelier participatif modéré par Magali Dufau (LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès) | Comment les anthropologues peuvent-ils mettre au défi les pratiques muséales et repenser les manières de collaborer ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search